Version classiqueVersion mobile

Chaillot, lieu de tous les arts

 | 
Sandrine Gill

La mémoire des spectacles du Trocadéro et de Chaillot au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France

Joël Huthwohl

Résumé

Dans la longue histoire du palais du Trocadéro puis du palais de Chaillot, de 1878 à nos jours, les spectacles sous toutes leurs formes ont joué un rôle central. La Bibliothèque nationale de France, et en particulier son département des Arts du spectacle, conserve d'abondantes traces de cette programmation et de ceux qui l'ont faite. Elle est documentée dès l'origine dans la collection fondatrice du département, la collection Auguste Rondel. Les séries de programmes, d'affiches, de photographies, de presse et du dépôt légal du Web prolongent cette documentation jusqu'à aujourd'hui. En outre les Arts du spectacle conservent une partie importante des archives du théâtre de Firmin Gémier à Antoine Vitez, avec notamment des documents audiovisuels. D'autres fonds comme le fonds Jacques Le Marquet et le fonds Jean Vilar déposé à la Maison Jean Vilar à Avignon complètent ce riche panorama de sources à la disposition des chercheurs.

Texte intégral

1Le département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France a pour mission de collecter, conserver, signaler et valoriser la mémoire du spectacle vivant en France. À la fois bibliothèque, centre de documentation, service d’archives et musée, il détient la plus importante collection dans ce domaine en France et une des premières en Europe. L’origine du département remonte à la collection du banquier, polytechnicien et passionné de spectacles Auguste Rondel (1858-1934) qui a fait don à l’État en 1920 de plus de quatre cent mille documents de toute nature sur les arts du spectacle. Ce cœur patrimonial fondateur a continué à être enrichi au fil des décennies et jusqu’à aujourd’hui par tout type de documents et objets gardant la trace de l’histoire des artistes et des lieux de spectacle en France. Les Collections théâtrales ont donné naissance en 1976 au département des Arts du spectacle, désormais installé sur le site Richelieu de la BnF. Dans ce vaste ensemble de plus de 20 kilomètres linéaires, on compte plus de 350 fonds d’archives, depuis celles de théâtres parisiens du XIXe siècle comme le Théâtre du Palais-Royal à celles de femmes et d’hommes de spectacle plus contemporains comme Eugène Ionesco, Ariane Mnouchkine ou encore Jacques Lassalle. Ce sont des ensembles multi-supports qui réunissent des manuscrits de pièce, des correspondances, des relevés de mises en scène, des documents techniques et administratifs, des maquettes de décors et de costumes, des programmes et affiches, de la presse, des documents audiovisuels, des costumes et accessoires, tout ce qui fait le patrimoine du spectacle vivant.

2Dans ces collections, les théâtres du Palais du Trocadéro puis du Palais de Chaillot ont naturellement leur place en matière de documentation et d’iconographie comme en matière d’archives. La cartographie globale n’est pas facile à dresser car les ramifications sont nombreuses. Certains ensembles sont directement identifiés comme se rapportant à ces lieux et à leur histoire, mais leurs ressources n’épuisent pas les possibilités d’exploration. On peut par exemple penser au dossier iconographique de la danseuse de flamenco Argentina, qui s’est produite au Trocadéro au début des années 1930, ou au fonds d’Armand Gatti pour les manuscrits de Chant public devant deux chaises électriques, créé à Chaillot en 1966 et de la Passion du général Franco, pièce programmée en 1968 et censurée, ou encore au fonds Gérard Philipe pour l’enregistrement sonore des répétitions de Nucléa de Henri Pichette qui a fait l’ouverture du TNP en 1952. Il est donc difficile d’être exhaustif sur le sujet. Une présentation historique et méthodique peut toutefois permettre de mesurer l’étendue des richesses documentaires du département et aider les chercheurs à faire un premier repérage.

Le temps du Trocadéro

  • 1 RT-3413.
  • 2 4-MAQ-8624 et 4-MAQ-8681.
  • 3 COL-148.
  • 4 COL-155.

3Dans la collection Auguste Rondel, dans la série RT-histoire du théâtre1, sont réunis les programmes du Palais du Trocadéro à partir de 1896 auxquels sont jointes, selon la pratique du collectionneur, les coupures de presse ayant trait aux événements représentés. Cette série, discontinue dans les premières années, devient très complète à partir de 1920 et de la création du Théâtre national populaire. Elle forme une épine dorsale à laquelle peuvent se rattacher de nombreux autres dossiers documentaires sur des personnalités ayant marqué l’histoire du lieu, notamment les metteurs en scène et les acteurs dans la série RT et les danseurs et chorégraphes dans la série RO. Pour ces artistes, même méconnus, les dossiers iconographiques de la série ICO-PER-Iconographie personnalités fournissent des photographies et des défets de presse précieux. En complément, on peut consulter la série WNA, sous la cote WNA-21 pour le Trocadéro, qui commence en 1907 et a été constituée de programmes venant du dépôt légal ou de dons plus récents. Pour cette période du Trocadéro, on mentionnera aussi deux maquettes d’Émile Bertin2 : l’une en particulier est un dessin à la plume et lavis pour le 11 novembre 1920, date de l’inauguration du TNP, représentant le podium avec le fond de scène orné de drapeaux. Enfin deux fonds d’archives peuvent permettre un approfondissement, celui de Mario Meunier3, secrétaire d’Isadora Duncan, qui fut la première danseuse moderne à se produire au Trocadéro en 1913, et de celui d’Argentina4.

Le Théâtre national de Chaillot : une documentation et une iconographie abondantes

  • 5 8-rsupp-590 et 8-rsupp 860.

4Après la mort d’Auguste Rondel en 1934, la constitution d’une mémoire documentaire sur les spectacles en France se poursuit. Une nouvelle série nommée Rsupp-Rondel supplément s’ouvre en 1938, l’année précédant l’ouverture du nouveau Palais de Chaillot. Les recueils de coupures de presse et de programmes du Rsupp sont aujourd’hui numérisés et accessibles dans la bibliothèque numérique BnF-Gallica ou Gallica intra-muros pour les années postérieures à 1946. L’internaute y trouve par exemple deux recueils sur l’inauguration du 10 mars 19395 qui remontent en réalité aux travaux de 1937, ainsi que de nombreux articles sur les pièces, ballets et films au programme du théâtre. De 1962 à 1977, la presse et les programmes sont réunis sous la cote SW. En parallèle dans la série WNA, sous la cote WNA-21, on trouve une série très complète des programmes, tracts et dossiers de presse de 1938 à aujourd’hui. En résumé, la BnF possède sans doute la série la plus complète des programmes de Chaillot, généralement associée à des coupures de presse avant 1977. Toutefois, étant donné le nombre important de soirées uniques, notamment les soirées de gala, qui marquent l’histoire du lieu, la collection ne saurait prétendre à l’exhaustivité.

5La BnF a aussi pour mission de collecter les sites Internet du domaine français. Le « dépôt légal du Web » inclut le monde du spectacle et accompagne ainsi la mutation de la communication des théâtres et des compagnies du papier vers le numérique. Pour Chaillot, la collecte est significative à partir de la saison 2004-2005. Elle est faite plusieurs fois par an ; elle donne ainsi une idée de l’évolution du site et permet d’avoir accès à un grand nombre d’informations sur la vie sur l’actualité du théâtre. Les Archives de l’Internet sont accessibles sur place seulement pour des raisons juridiques liées au respect du droit d’auteur.

  • 6 4-ICO THE- 707 à 714.
  • 7 4-ICO ARC-23 et FOL-ICO ARC-74.

6En matière d’iconographie, la série ICO-PER, comme pour la période précédente, est riche de portraits en scène ou à la ville des artistes s’étant produits à Chaillot. Par ailleurs, on trouve quelques documents dans la série ICO-THE-scènes de théâtre6 avec, par exemple, la photographie plutôt rare d’une lecture, celle de Clovis de France de Max Frantel en 1944 par l’auteur lui-même. De même, la série ICO-ARC-architecture des théâtres7 contribue au propos, modestement même si elle réserve une belle surprise avec un tirage de Robert Doisneau immortalisant l’équipe du théâtre sur le plateau autour de Jean Vilar en 1952. Beaucoup plus riches sont les fonds de photographes notamment Bernand, Roger Pic, Daniel Cande et Brigitte Enguérand, qui, chacun à leur époque, ont suivi les spectacles du théâtre. Une partie de ces clichés sont numérisés et accessibles dans la BnF-Gallica. On trouve par exemple près de 80 spectacles photographiés par Daniel Cande de Par les villages de Peter Handke, mis en scène par Claude Régy en 1983, à Nina Stromboli, texte et mise en scène de Jérôme Savary en 1996. La collection de maquettes de décors et de costumes est elle aussi particulièrement intéressante. Elle recèle plus de 80 dessins originaux, depuis les maquettes d’André Boll pour les Molière de 1939 jusqu’aux maquettes de Roland Topor pour Ubu roi en 1992, en passant par les œuvres d’Édouard Pignon pour Mère Courage, celles de Hubert Monloup pour Chant public pour deux chaises électriques d’Armand Gatti, celle d’Ezio Frigerio pour Richard II ou encore de Yannis Kokkos pour Hamlet et La Mouette, sans compter les dizaines de maquettes de Jacques Le Marquet que nous retrouverons plus loin. Notons enfin trois maquettes d’affiches de Maurice Jacno pour des spectacles de 1971-1972. Les affiches elles-mêmes sont conservées en nombre significatif, grâce au dépôt légal et à la collecte régulière et couvrent toute la période de l’après-guerre.

7Il serait paradoxal d’oublier, avant de passer au domaine des archives, celui de la bibliothèque au sens strict, autrement dit des livres et des revues. Sont à la disposition des lecteurs les textes de pièces – en particulier la fameuse collection du répertoire du TNP –, les ouvrages historiques sur le Trocadéro et Chaillot, les mémoires de metteurs en scène ou d’acteurs, les articles et témoignages depuis les origines du théâtre jusqu’à aujourd’hui puisque les collections s’enrichissent au fil des nouvelles publications.

Les fonds d’archives

8Outre l’ensemble des documents énumérés ci-dessus, le département des Arts du spectacle conserve une partie des archives du Théâtre de Chaillot, principalement pour la période 1963 à 1997.

  • 8 Les archives Firmin Gémier, Paul Abram et Paul Aldebert sont regroupées sous la cote COL-172.
  • 9 COL-71.
  • 10 JV.
  • 11 JR.

9Les archives pour la période antérieure à 1963 sont peu volumineuses. Elles émanent d’un don de 1997 fait par le service de documentation du théâtre dirigé alors par Jacques Roullet. On y trouve quelques documents sur les spectacles de la direction de Firmin Gémier (1920-1933)8 : programmes, presse et photographies. Pour les directions de Paul Abram (1938-1940) et Pierre Aldebert (1940-1951), il s’agit, outre quelques documents sur le bâtiment entre 1934 et 1937, d’une série de dossiers sur les décors des spectacles de cette période – plantations et photographies de décors. Enfin on trouve dans cet ensemble le « livre de bord » du théâtre de 1939 à 1953. C’est le registre journalier des représentations. Le dernier registre prolonge la période jusqu’en 1960 et est rattaché aux archives de la direction de Jean Vilar (1951-1963)9. Pour cette période, on trouve des documents relatifs à la vie du théâtre et au bâtiment ainsi qu’à la programmation de Chaillot, TNP et hors TNP, classée par spectacle (programmes, photographies notamment). Cependant l’essentiel des archives a été donné par Jean Vilar aux Archives nationales en 1966. Notons en outre pour cette période l’existence de deux fonds primordiaux conservés à la Maison Jean Vilar à Avignon, propriété de l’Association Jean Vilar, mais mis en dépôt à l’antenne BnF sur place. Il s’agit des archives personnelles de Jean Vilar10 qui comprennent de nombreux textes et notes manuscrites de Vilar sur la vie du théâtre et sur ses mises en scène, des documents administratifs, des photographies, des programmes et les questionnaires remplis par le public. De même, le fonds Jean Rouvet11, administrateur du TNP de 1951 à 1959, réunit une très riche documentation sur le fonctionnement du TNP – administration, budget, personnel, tournées. On pourrait citer aussi les deux fonds Gérard Philipe, celui de l’Association Jean Vilar, consacré à sa carrière théâtrale, et celui de la BnF plus tourné vers sa vie personnelle et celle d’Anne-Marie Philipe, mais contenant par exemple l’enregistrement rare de Nucléa cité plus haut. Enfin, notons que les archives audiovisuelles du TNP pour la période Vilar ont été données plus tard avec celles de son successeur. Elles sont complétées par un ensemble de bandes conservées à la Maison Jean Vilar.

  • 12 COL-44, inventaire en salle de lecture.
  • 13 COL-53, inventaire en cours.
  • 14 Voir Anaïs Dupuy-Olivier, Jacques Le Marquet, scénographe aux multiples talents (1953-1990). Thèse (...)

10À l’inverse de son prédécesseur, Georges Wilson décide en 1972, à la fin de son mandat, de se tourner vers la Bibliothèque nationale. Cette orientation correspond à une dynamique plus globale des années 1970 qui met la BN au cœur du développement et de la préservation du patrimoine théâtral. Sous l’impulsion d’André Veinstein et Cécile Giteau sera bientôt créé le département des Arts du spectacle. Parallèlement, les disciples de Vilar, Armand Delcampe, Paul Puaux et Jean Rouvet, bientôt à la tête de l’Association Jean Vilar, se préoccupent de la sauvegarde de la mémoire de leur patron décédé en 1971 et font appel à la BN pour fonder avec elle la Maison Jean Vilar qui ouvre ses portes en 1979. C’est dans ce contexte que Georges Wilson se tourne vers la BN. Le fonds des archives du TNP sous sa direction12 est très complet. Il contient des documents administratifs, des documents de mise en scène, des maquettes de décors, des affiches, des programmes, des photographies et des coupures de presse sur l’ensemble de la période 1963-1972. Il comprend en outre toute la mémoire audiovisuelle du théâtre depuis l’arrivée de Jean Vilar en 1952. Il a été complété en 1976 par le don de 128 costumes, comme celui d’Edwige Feuillère dans La Folle de Chaillot en 1965 ou de Georges Wilson lui-même dans Le Roi Lear en 1967. Ce fonds entre en résonnance avec le fonds Jacques Le Marquet13, chef de la régie construction du TNP de 1954 à 1972, décorateur et costumier, fonds donné à la BnF à partir de 1999 en plusieurs étapes. Jacques Le Marquet signe la plupart des scénographies des spectacles de Georges Wilson. Il est très disert sur le fonctionnement du théâtre à l’époque et apporte un regard de l’intérieur précieux14. Comme mentionné dans l’introduction, on trouvera aussi des prolongements documentaires pour cette période dans le fonds Armand Gatti.

  • 15 COL-300, inventaire en cours.
  • 16 COL-45.

11Les successeurs de Georges Wilson, Jack Lang, directeur du Théâtre national de Chaillot de 1972 à 1974 puis André-Louis Perinetti, directeur de 1975 à 1981, confient à leur tour leurs archives à la BN15, de même qu’Antoine Vitez, directeur de 1981 à 198816. Ces fonds contiennent des documents selon la même typologie que le fonds TNP-Wilson. Ils incluent aussi d’importantes archives audiovisuelles. Toutefois la période Vitez n’est pas exhaustive, une partie des documents audiovisuels étaient restés au théâtre et ont été versés récemment aux Archives nationales. Pour les mises en scène d’Antoine Vitez à Chaillot, on notera qu’outre les archives, le département conserve une dizaine de costumes pour les Molière comme celui de Didier Sandre pour Arnolphe ou celui de Nada Strancar pour Elvire, celui de Jean-Yves Dubois pour Hippolyte de Robert Garnier, et d’autres pour Faust ou L’Orfeo. De même, les Arts du spectacle conservent un ensemble important de plus de 170 marionnettes pour les spectacles joués à Chaillot sous la direction d’Antoine Vitez, notamment pour La Tentation de Saint-Antoine d’Alain Recoing ou pour Les Aventures du petit père Lapin de Pierre Blaise. Pour la période Vitez, peut aussi être signalé un ensemble modeste par la taille mais important au regard des liens de collaboration entre Antoine Vitez et la donatrice, Marie Étienne, secrétaire générale de Chaillot au début de son mandat.

12Les sources pour l’histoire des théâtres du Trocadéro et de Chaillot au département des Arts du spectacle de la BnF sont donc foisonnantes. Leur intérêt se fonde aussi sur leur complémentarité, complémentarité entre les différents supports – un costume, sa maquette et une photographie du spectacle – et complémentarité entre les différents fonds et séries. Aux résonnances mentionnées plus haut, on peut ajouter d’autres ramifications : les lettres de Jean Vilar à Jean-Louis Barrault entre 1954 et 1959 dans le fonds Renaud-Barrault, les documents sur les tournées du TNP-Villeurbanne à Chaillot et les spectacles de Roger Planchon, ceux sur Les Baracos en 1978 dans le fonds de leur auteur Jean-Jacques Varoujean, etc. L’exposition Chaillot, une mémoire de la danse, présentée à la BnF de mai à août 2018, a bien montré la diversité et la richesse des collections du département des Arts du spectacle et au-delà celles de la BnF grâce aux photographies d’agences de presse du département des Estampes et de la Photographie, à la presse elle-même conservée au département Droit, économie, politique, sans compter les ressources audiovisuelles publiées au département de l’Audiovisuel, et à l’ensemble des livres et revues, français et étrangers, qui continuent à accroître le nombre de documents accessibles aux chercheurs.

Notes

1 RT-3413.

2 4-MAQ-8624 et 4-MAQ-8681.

3 COL-148.

4 COL-155.

5 8-rsupp-590 et 8-rsupp 860.

6 4-ICO THE- 707 à 714.

7 4-ICO ARC-23 et FOL-ICO ARC-74.

8 Les archives Firmin Gémier, Paul Abram et Paul Aldebert sont regroupées sous la cote COL-172.

9 COL-71.

10 JV.

11 JR.

12 COL-44, inventaire en salle de lecture.

13 COL-53, inventaire en cours.

14 Voir Anaïs Dupuy-Olivier, Jacques Le Marquet, scénographe aux multiples talents (1953-1990). Thèse de l’École nationale des chartes, 2007.

15 COL-300, inventaire en cours.

16 COL-45.

© Publications des Archives nationales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search