Version classiqueVersion mobile

Chaillot, lieu de tous les arts

 | 
Sandrine Gill

Les Aventures du petit père lapin : Les signes et les sons

Évangélia Pruvot

Résumé

Les Aventures du petit père lapin par le Théâtre sans Toit, joué en 1985 au théâtre National de Chaillot, raconte les péripéties des animaux de la forêt et des pièges malicieux qu'ils se tendent les uns aux autres. La pièce est structurée par des courses-poursuites qui séparent les différents moments du spectacle. Les marionnettes circulent dans le décor disposé en haut du castelet sur plusieurs plans. Les sons – qu'ils soient des bruitages, des voix ou de la musique – ont une place centrale dans l'esthétique de ce spectacle mais aussi dans la compréhension des signes qui le composent. Les arts de la marionnette sont un théâtre de signes et l'écoute de l'archive permet de prendre conscience de l'importance de l'environnement sonore d'un spectacle marionnettique.

Texte intégral

1Le théâtre de marionnettes est un théâtre de signes, on y montre des objets que l'on anime et auxquels on prête vie. Ils symbolisent et représentent ce que l'on souhaite montrer, dire, raconter. Les objets marionnettiques signifient quelque chose grâce à un ensemble de signes que chacun doit décoder selon ses propres codes. Par exemple, on est souvent amené à associer des voix aux objets que l'on voit.

2Comment écouter un spectacle qui, a priori, est un spectacle visuel ?

  • 1 Les Aventures du petit père lapin de Pierre Blaise le 5 juin 1985 au Théâtre national de Chaillot ( (...)

3Dans le cadre du projet ECHO, j'ai d'abord écouté à la Bibliothèque nationale de France l'archive sonore numérisée des Aventures du petit père lapin. Le support d’origine était une cassette U-matic conservée sous la cote NUMAV-045031. Aux Archives nationales j'ai pu écouter puis regarder une deuxième archive, cette fois-ci audio-visuelle, de ce spectacle1. Dès les premières minutes d'écoute je me suis rendu compte que les deux archives, celle de la BnF et celles de la BnF n'avaient pas été enregistrées le même jour.

4Les Aventures du petit père lapin a été créé en 1985 au Théâtre national de Chaillot par Pierre Blaise, du Théâtre sans toit. C'est un spectacle de 45 minutes qui était joué dans le Grand Foyer.

5J'ai écouté l’archive sonore de la BnF trois fois en entier en prenant en note les sons au fur et à mesure, ce qui représente quatre à cinq heures d'écoute. Puis j'ai réécouté certains passages plus précisément en notant tous les sons, qu'ils proviennent du public ou de la salle. Enfin j'ai consulté les autres archives concernant ce spectacle à la BnF : des diapositives, des photographies, des coupures de presse, des feuilles de salle ou des documents préparatoires, pour ensuite visionner l’archive conservée par les Archives nationales, plusieurs mois après ma première écoute.

Les sons : musique, bruitages, voix

6Le protocole que l'on nous avait demandé de suivre fait qu'à la première écoute, je ne savais absolument pas à quoi m'attendre, je n'avais pas vu d'images, je ne savais pas du tout de quoi il était question. Je savais juste que c'était un spectacle de marionnettes. Grâce aux sons que j'ai entendus, j'ai vite compris qu'il y avait, dans les déplacements des personnages, quelque chose de l'ordre d'une course-poursuite. Dans mes notes, j'ai écrit : « peut-être course-poursuite ». J'ai pu confirmer cette intuition grâce aux didascalies du texte du spectacle présent dans les archives de la BnF.

7L'univers sonore est très important dans ce spectacle. La musique prend en charge le rythme et supporte le sens de certaines situations. La musique des courses-poursuites est à l'image du reste des sons : elle est saccadée, vive, assez joyeuse, très bondissante, elle structure toute la pièce et lui donne une teinte malicieuse. Les sonorités de celle-ci sont très reconnaissables.

8Les bruitages produisent des images précises, qui peuvent s'avérer incorrectes lorsqu’on les confronte aux vraies images du spectacle, mais qui ne sont pas pour autant complètement détachées du propos général de celui-ci. Ils sont créés synthétiquement, ce sont des sons électroniques, qui évoquent ceux des cartoons. Ils semblent presque faux et ne sont pas réalistes, cependant ils accompagnent l'action et les gags.

9On peut s'intéresser aux mouvements des marionnettes en écoutant et en regardant un extrait d'une course-poursuite. On entend bien que la musique est rythmée et vive. Grâce à une astuce technique, on s'aperçoit que cette vivacité sonore est accentuée par les déplacements extrêmement rapides des marionnettes. Les marionnettes avaient en effet été fabriquées en trois ou quatre exemplaires. Cela permettait de faire une sortie à une extrémité du castelet et une entrée à l'opposé à la seconde suivante. Les apparitions et les changements de plans pouvaient donc être très rapides. À certains moments, les personnages semblent même se téléporter. Cette technique est utilisée la plupart du temps durant les courses-poursuites où certains déplacements sont accordés avec la musique.

10Les voix des quatre interprètes, Pierre Blaise, Grégoire Callies, Jeanne Vitez et Nicolas Vidal, qui ne visent pas à être réalistes, viennent renforcer l'effet produit par la musique synthétique et les sons qui ne sont pas réalistes. Tous les interprètes teintent leur voix et ces voix, même si elles ne sont pas réalistes, nous amènent à imaginer et à visualiser des corps. Or ce spectacle est un spectacle de marionnettes et non de corps. Cela nous reporte au titre que nous avons choisi, au lien entre les signes et les sons dans ce spectacle, et à la question suivante : est-ce que l'écoute d'une archive sonore d'un spectacle de marionnettes est pertinente ?

11A priori, les voix font surgir les corps, mais je me suis demandé si, dans ce cas-là, les voix teintées ne tendent pas à affaiblir l'effet de surgissement des corps produit par l'effet vocal général. Les intonations des voix nous aident à comprendre l'action et donc les mouvements et les déplacements. Ces voix altérées semblent donner chair aux marionnettes et enrayer le surgissement des corps eux-mêmes. Des voix plus réalistes pourraient trop réaffirmer la présence des corps des interprètes. Les textures des voix sont caractérisées pour chacun des personnages et rendent difficile l'identification des interprètes lors de l'écoute de l’archive.

12Les enfants sont très sensibles aux intonations prises par les différents personnages. Dans les deux enregistrements, on les entend réagir : ils rient beaucoup ou parlent aux marionnettes pour les prévenir d'un danger. On peut se demander quel effet ces voix arrangées provoquent sur eux. Ces jeunes enfants n'ont probablement jamais été au théâtre. On peut émettre l'hypothèse que ces voix si particulières les renvoient à une culture dont ils maîtrisent les codes, celle des dessins animés.

13Le montage des voix et des images est consubstantiel aux arts de la marionnette. Les spectateurs ont besoin de décoder ce qu'ils voient en agençant les sons avec les objets et en acceptant de faire avec cette bizarrerie. Je me suis demandé comment l'enfant met en relation les images et les sons et aussi comment il les superpose. L'hypothèse que je propose est que l'univers sonore mis en place par les voix, la musique et les bruitages, ainsi que l'univers visuel avec les décors et les marionnettes aux couleurs vives et chatoyantes, emportent les enfants dans l'univers du spectacle.

14Ce spectacle de marionnettes à gaine tient véritablement le spectateur par les oreilles et par la vue. Le son est très travaillé et l'une des premières choses que j'ai écrites dans mon cahier lors de ma première écoute est : « ça fonctionne ». Par « ça fonctionne », j'entends que l'on saisit ce qui se produit au plateau et que l'on est pris par la trame narrative, un peu comme si l'on nous racontait une histoire avant d'aller dormir. Les images apparaissent dans notre esprit et sont immédiatement très concrètes.

L'expérience ECHO

15Faire cette expérience a tout changé dans ma manière d'aller voir un spectacle et de l’écouter. Je fais beaucoup plus attention au son que je ne le faisais auparavant. Je travaille sur les arts de la marionnette et dans le cadre de mes recherches il m'arrive maintenant de ne pas regarder l'image mais simplement d’écouter, afin de visualiser ce que j'entends.

16Cette expérience m'a fait me questionner sur le rapport entre les sons et les images et sur l'importance du son dans les arts de la marionnette. Spontanément on se dit que la marionnette, c'est visuel parce que c'est un objet avec une certaine qualité plastique, quelque chose que l'on peut toucher. Et pourtant la conclusion que l'on semble pouvoir tirer de l'écoute de ce spectacle de marionnettes à gaine est que la marionnette est un art autant sonore que visuel.

  • 2 Entretien avec Grégoire Callies réalisé le 5 décembre 2018 au Théâtre Roublot-Pilier des Anges à Fo (...)

17Grégoire Cailles, qui a joué dans ce spectacle, dit2 que, lorsqu'il crée un spectacle de marionnettes, il enregistre, puis écoute le spectacle pour pouvoir ajuster le rythme. Il semblerait que le rythme soit important pour les marionnettes et qu'il ne s'improvise pas. On entend si cela fonctionne ou pas à l'oreille. Grégoire le dit, parfois c'est à une ou deux secondes près qu'on arrive à entendre si le rythme est juste ou s'il ne l'est pas. Il ajoute qu'avec l'image, on est troublé, que l'on n'arrive plus à bien entendre. On est emporté par elle et on ne peut plus déterminer si le rythme est juste car elle parasite notre écoute.

  • 3 Entretien avec François Lazaro réalisé le 7 juin 2018 au Clastic Théâtre à Clichy.

18À propos du lien entre le son et les images, François Lazaro, marionnettiste, du Clastic Théâtre, raconte une histoire3 : il explique que, pour un spectacle, ils avaient besoin du bruit d'une claque, qu'ils ont passé beaucoup d'heures à enregistrer d'abord le son d'une vraie claque, puis de mains qu'on tape entre elles, puis le son d'une claque sur une jambe, un bras, un ventre, et que, lorsqu'ils écoutaient ces sons, aucun ne ressemblait au bruit que fait une claque quand on l'entend directement. Il explique qu'ils ont fini par taper partout où ils le pouvaient, sur une table, un tabouret, un mur avec un verre, un livre, avec tout ce qu'ils avaient sous la main. Pour que finalement aucun des sons enregistrés ne semble juste. Il raconte qu'en essayant d'écouter les sons avec l'image, tous les sons fonctionnaient et avaient l'air d'être un bruit de claque.

19Cette histoire me fait penser que la force de captation des images est très grande et que si l'on est habitué à voir des images, on est très mal habitué à véritablement écouter les sons qui nous entourent. L’expérience de François Lazaro montre que c'est grâce à l'image que le son a pris sens. Ce n'est qu'avec l'image qu'il est devenu significatif. Cependant, mon expérience avec Les Aventures du petit père lapin a semblé montrer l'inverse ou du moins quelque chose de plus nuancé.

  • 4 Entretien avec Pierre Blaise réalisé le 12 décembre 2018 au Théâtre aux Mains Nues à Paris.
  • 5 http://theatresanstoit.fr/spectacles/les-aventures-du-petit-pere-lapin/ [consulté le 27 octobre 201 (...)

20La conclusion que j'en ai tiré est que si l'archive sonore de ce spectacle est facile à écouter, c'est que le spectacle renoue avec deux traditions qui facilitent l'écoute. D'une part, il renoue avec la tradition marionnettique. Dans les années 1980, les marionnettistes sortent de derrière les castelets, ils arrêtent de jouer cachés et ils commencent à expérimenter la manipulation à vue ou le corps-castelet4. Or Les Aventures du petit père lapin est une mise en scène avec castelet. Les codes de la marionnette à gaine, qui sont plutôt respectés, en font un spectacle très rythmé. La deuxième tradition avec laquelle renoue ce spectacle est celle de la tradition orale, car Les Aventures du petit père lapin est inspiré de contes et légendes qui étaient transmis oralement dans les plantations du sud des États-Unis5. Ces histoires ont probablement évolué au fil du temps, tant dans les mots utilisés pour raconter les péripéties des animaux que dans le choix des péripéties elles-mêmes, ainsi que dans la structure rythmique de chaque histoire, afin de pouvoir créer au mieux des images très précises. On peut faire l'hypothèse que les marionnettes de cette mise en scène viennent peut-être seulement proposer une version des images qui sont traditionnellement proposées par ces contes.

21Le fait que ce spectacle soit inspiré de contes oraux et qu'il s'inscrive dans une tradition marionnettique pourrait expliquer pourquoi les sons seuls fonctionnent si bien et pourquoi l'archive sonore semble presque se suffire à elle-même.

22Les Aventures du petit père lapin est un spectacle destiné à un public de plus de cinq ans. Le décor est une forêt dans laquelle des animaux se jouent des tours. Le spectacle raconte leurs péripéties en une succession de courtes scènes. Il n'y a pas vraiment de progression, ils se tendent des pièges dans une scène, puis un autre dans la suivante et chaque scène se termine par une course-poursuite sur un thème musical qui revient à chaque course-poursuite. La structure est la suivante : scène, course-poursuite en musique, scène, course-poursuite en musique, etc.

Notes

1 Les Aventures du petit père lapin de Pierre Blaise le 5 juin 1985 au Théâtre national de Chaillot (Archives nationales, 20160438/46).

2 Entretien avec Grégoire Callies réalisé le 5 décembre 2018 au Théâtre Roublot-Pilier des Anges à Fontenay-sous-Bois.

3 Entretien avec François Lazaro réalisé le 7 juin 2018 au Clastic Théâtre à Clichy.

4 Entretien avec Pierre Blaise réalisé le 12 décembre 2018 au Théâtre aux Mains Nues à Paris.

5 http://theatresanstoit.fr/spectacles/les-aventures-du-petit-pere-lapin/ [consulté le 27 octobre 2018].

Auteur

Étudiante en Master 1 - Études théâtrales, université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

© Publications des Archives nationales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search