Version classiqueVersion mobile

Chaillot, lieu de tous les arts

 | 
Sandrine Gill

Le théâtre de Chaillot, les premières traces aux Archives nationales

Geneviève Profit

Résumé

Les fonds des Archives nationales permettent de connaître des pans entiers de l’histoire du théâtre de Chaillot, depuis ses origines jusqu’à nos jours. Versés aux Archives nationales pour certains depuis longtemps, ils sont issus de l’administration des Beaux-Arts, de l’administration du théâtre par Jean Vilar, du bureau des théâtres du ministère de la Culture et apportent l’éclairage de l’administration sur l’histoire du théâtre, de sa gestion et de ses spectacles. La présentation de ces archives, variées, fera apparaître des sources qui ont permis d’écrire l’histoire d’un lieu de culture où, avec le temps, tous les arts ont pu être présentés. Elle invitera à poursuivre les recherches avec des points de vue renouvelés.

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Emmanuelle Loyer, Le théâtre citoyen de Jean Vilar, Paris, PUF, 1998 ; Pascal Or (...)

1L’histoire du théâtre de Chaillot est liée à celle de la colline dont il porte aujourd’hui le nom. Il a fait l’objet de nombreuses études1, déjà anciennes ou très récentes, tant sur le lieu, sur ses activités artistiques, que sur la politique de ses directeurs.

  • 2 Voir Marion Denizot, « L’engouement pour les archives du spectacle vivant », Écrire l'histoire [En (...)
  • 3 Je remercie Émeline Rotolo, chargée d’études documentaires responsable des fonds relatifs au théâtr (...)

2Les Archives nationales conservent sur le sujet des sources écrites, iconographiques, audiovisuelles encore peu connues ou peu exploitées. La question des archives du théâtre est particulièrement délicate pour une activité éphémère par définition, le théâtre, dont l’objet même est de s’éteindre avec les lumières de la scène et de ne rester que souvenir au point que certains metteurs en scène ou directeurs de théâtre ont refusé de laisser photographier ou enregistrer leurs spectacles et n’ont laissé que très peu de traces2. Cet article s’intéressera cependant aux archives qui existent et qui ont été collectées depuis longtemps aux Archives nationales, sur support papier, permettant de mieux connaître l’histoire du théâtre de Chaillot. Elles peuvent être toujours interrogées, ou réinterrogées. Elles viennent en amont des sources versées récemment ou les complètent3. La problématique de l’image et du son est elle aussi fondamentale pour cette activité de spectacle où la parole et la musique prennent toute leur place.

  • 4 Sous-série F/21.
  • 5 Sous-série F/12.
  • 6 Il concerne la direction du TNP par Jean Vilar de 1951 à 1963. Il est aujourd’hui coté 590AJ. Il co (...)
  • 7 Arch. nat., versement 19900195/1-109.

3Le théâtre de Chaillot voit sa préhistoire dans l’exposition universelle de 1878 qui s’étendait du Champ-de-Mars à la colline de Chaillot. Au milieu des autres bâtiments qui vont structurer cet emplacement, les théâtres sont un fil rouge que les archives permettent de suivre de la fin du XIXe siècle à nos jours. Les archives en rapport avec les théâtres de Chaillot ont été versées aux Archives nationales par les administrations qui ont présidé au devenir de ces espaces, de ces spectacles et de la politique culturelle. Elles permettent d’étudier de nombreux aspects du théâtre : bâtiments, intentions et règlements, décors durables ou éphémères, techniques, effets, acteurs, textes, spectateurs… Si ces fonds présentent parfois le caractère a priori abstrait des archives de la comptabilité ou du personnel, ils comportent aussi de très nombreuses informations évoquant la réalité au plus près du terrain et de l’opinion. Cinq ensembles permettent d’écrire l’histoire du théâtre de Chaillot. Les deux premiers apportent des renseignements sur l’encadrement politique et sur les décisions prises au niveau des ministères. Il s’agit des fonds de l’administration des Beaux-Arts et Palais nationaux4 au sein du ministère de l’Instruction publique puis des fonds du ministère de la Culture. Trois autres fonds permettent d’étudier le/les théâtre(s) de Chaillot d’un point de vue pratique, technique et artistique : les fonds du commissariat des expositions universelles de 1878 et 1937 versés aux Archives nationales respectivement en 1890 et 1939 comportent, pour de nombreux aspects, mais principalement en ce qui concerne la construction des bâtiments, des informations très riches et encore peu exploitées par les historiens5. Le fonds du Théâtre national populaire (TNP) de 1951 à 1963, entré aux Archives nationales en 1966, présente le théâtre sous la direction de Jean Vilar6. Enfin, une première partie des fonds qui prennent la suite, sous les directions de Georges Wilson (1963-1973), Jack Lang (1973-1974), André Louis Perinetti (1974-1981) et Antoine Vitez (1981-1987) a été versée en 19907.

Les archives de la première salle de Chaillot construite pour l’exposition universelle de 1878

  • 8 Arch. nat., F/12/11909.

4La première salle de spectacle sur la colline de Chaillot, construite pour l’exposition universelle de 1878, est l’œuvre de Gabriel Davioud et de l’ingénieur Jules Bourdais. Elle est constituée d’une rotonde qui abrite une grande salle des fêtes de 5 000 places et d’une petite salle. Les archives de l’exposition de 1878 conservent trace de cette salle : citons les albums photographiques des vues de l’exposition constitués par le commissariat et qui rassemblent les œuvres, au format de cartes postales, de différents photographes comme Neurdein, Queval, Block, Mauvillain, Nadar. Elles présentent l’extérieur et l’intérieur du bâtiment8.

Figure 1

Figure 1

Vue extérieure de la salle de spectacle du Trocadéro, construite pour l’exposition universelle de 1878. Photographie de Nadar, 1878. Arch. nat., F/12/11909.

Figure 2

Figure 2

Vue intérieure de la salle de spectacle du Trocadéro, construite pour l’exposition universelle de 1878. Photographie de Neurdein, 1878. Arch. nat., F/12/11909.

  • 9 Arch. nat., F/21/6143.

5Des plans de la salle ovale sont conservés, issus de l’administration des Beaux-Arts9.

Figure 3

Figure 3

Plan de la salle de spectacles du Trocadero : plan des distributions et aménagements de la grande salle de spectacle construite pour l’exposition universelle de 1878. Arch. nat., F/21/6143.

  • 10 Arch. nat., F/21/6143-6155.
  • 11 Arch. nat., F/21/6145.

6Il y a également de nombreux dossiers relatifs à l’entretien10. On notera notamment la présence d’un courrier de la société Pleyel, Lyon et Cie du 16 février 1911 qui indique que « les derniers travaux proposés pour l’amélioration de l’acoustique de la salle des fêtes du Trocadéro viennent d’être terminés […]. Pour parfaire cette œuvre, il restera encore à effectuer la correction relative aux ondes sonores réfléchies par la coupole et l’appropriation d’une scène isophonique ». Cette question acoustique dont l’importance est considérable a alors fait l’objet d’études successives. Une commission spéciale a d’ailleurs été mise en place dès 1903 : un dossier en présente la composition et le fonctionnement à travers les procès-verbaux de ses séances de 1903 à 191211.

  • 12 Théâtre national populaire du Trocadéro, cahier des charges, ministère de l’Instruction publique et (...)

7À partir d’avril 1920 les salles de spectacle abritent un premier théâtre national populaire. Firmin Gémier en est alors nommé directeur et il est concessionnaire des salles. Il inaugure le premier théâtre national populaire dont il reste directeur jusqu’à sa mort en 1933. Ce premier théâtre national populaire ne produit pas lui-même les spectacles, il accueille d’autres théâtres (Opéra, Opéra-Comique, Odéon, Comédie-Française) et présente à des tarifs populaires les ouvrages du répertoire. Dans le cahier des charges12 on peut lire « Article premier :  le directeur du Théâtre populaire a la concession permanente de la grande et de la petite salle des fêtes du Trocadéro et de leurs dépendances. En ce qui concerne plus particulièrement la grande salle, lorsqu’elle ne sera pas retenue pour les besoins du Théâtre Populaire, le directeur devra, avec l’autorisation du ministre, la mettre à la disposition des associations reconnues d’utilité publique. […] Article 6 : Le Théâtre national populaire représentera des œuvres lyriques et dramatiques appartenant au répertoire classique et moderne (œuvres françaises et étrangères). Des ballets, des concerts, des séances cinématographiques dont le programme devra être composé de films éducatifs, pourront également y être donnés. Article 7 : Le directeur sera tenu de donner au tarif populaire un minimum annuel de cent représentions, dont la moitié au moins au Trocadéro. Les spectacles cinématographiques et les concerts n’entrent pas en compte pour le calcul de ces cent représentations. »

  • 13 Arch. nat., F/21/5269.
  • 14 Arch. nat., F/21/3984 et F/21/4681.

8Les archives provenant des Beaux-Arts gardent trace de la nomination de Firmin Gémier le 10 novembre 1920 et de son action13, ainsi que des programmes de représentations jusqu’en 193014.

La deuxième salle de Chaillot : les archives de l’administration des Beaux-Arts et de l’exposition universelle de 1937, un cadre pour des spectacles et des pièces de théâtre

  • 15 Arch. nat., F/12/12114.
  • 16 https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_056106

9En 1933 le théâtre ferme et les bâtiments (à l’exception des fondations) sont démolis. L’emplacement est retenu pour une partie de l’exposition universelle de 1937. Les nombreuses photographies conservées dans les archives du commissariat de l’exposition témoignent des démolitions puis de la reconstruction des bâtiments nouveaux15. Ces photographies ont été commandées par le commissariat pour mémoriser l’histoire du lieu et des travaux accomplis et illustrer le futur rapport sur l’exposition. Elles étaient réparties dans différents dossiers administratifs de l’exposition, mais en ont été extraites, une fois versées aux Archives nationales, pour des raisons de conservation. Elles ont été récemment numérisées et sont aujourd’hui disponibles pour le lecteur sur le site internet des Archives nationales.16

Figure 4

Figure 4

Démolitions des bâtiments de l’exposition de 1878, photographie commandée par le commissariat de l’exposition de 1937. Tirage photographique. Baranger. Arch. nat., F/12/12114.

Figure 5

Figure 5

Construction des bâtiments pour l’exposition universelle de 1937, photographie commandée par le commissariat de l’exposition. Tirage photographique. Baranger. Arch. nat., F/12/12114.

  • 17 Arch. nat., F/12/12420.
  • 18 Arch. nat., F/12/12833.

10Les archives du commissariat de l’exposition de 1937 comprennent tous les projets proposés pour la construction du nouveau théâtre avec plans et élévations, ainsi que des notes qui commentent les propositions. Si certains projets sont novateurs, intégrant une salle rectangulaire, d’autres sont plus classiques, gardant la forme du théâtres à l’italienne17. Les architectes choisis finalement pour le nouveau théâtre de Chaillot sont Léon Azéma, Jacques Carlu et Louis-Hippolyte Boileau, qui ont proposé un projet moderne comprenant une très grande salle où tous les spectateurs sont face à la scène. Pour l’aménagement et la décoration de cette salle, le projet des frères Niermans est retenu. Le théâtre est presque enterré, et laisse dégagée la vue sur la grande terrasse au centre quand on regarde l’ensemble des bâtiments de la colline depuis la Seine18. Il est destiné à proposer au public des spectacles polyvalents. Moderne, il ne comprend ni loge, ni décrochement, mais inclut un balcon. Un petit livret résume le projet. En ce qui concerne l’aménagement de la salle de spectacle précédente : « on se demande encore comment on a pu donner des représentations théâtrales dans la défunte salle du Trocadéro qui, outre son acoustique défectueuse et ses dégagements difficiles, sinon dangereux en cas de sinistre, se signalait encore par son absence d’accès spéciaux (entrée des artistes, coulisses, etc.), son manque total de cintres, son impossibilité d’éclairage scénique, la forme de niche de l’espace qu’on réservait à la scène proprement dite, l’insuffisance des loges et des foyers d’artistes… ».

11La nouvelle salle, au contraire, « sera une salle de théâtre de première catégorie, avec tous les éléments secondaires qu’elle doit comporter : scène praticable, magasins de décor, machinerie moderne, loges d’artistes confortables et hygiéniques, larges dégagements, conditionnement de l’air et forme orthophonique, etc. La fosse d’orchestre a été prévue pour cent cinquante musiciens. Les orgues seront entièrement révisés avant leur installation ; ils seront électrifiés et placés d’une façon satisfaisante, tant au point de vue de leur audition que pour l’utilisation scénique de la salle. Les accès du public sont prévus de deux façons : par la place du Trocadéro […], par les jardins […]. Une galerie pour piétons utilisant, en partie, un passage dans les carrières situées sous le Trocadéro, a même été envisagée afin de relier la salle à la station de métro. Au-dessus du vestibule d’entrée, côté jardin, une vaste galerie-foyer, située au niveau du balcon du théâtre, pourra être utilisée comme salle des fêtes ou banquets. Des foyers secondaires, un vaste bar et une salle de réunion pour trois cents personnes complètent les annexes de la grande salle. »

  • 19 Arch. nat., F/12/12114.
  • 20 Arch. nat., F/21/6148.

12Des photographies19 qui accompagnaient les archives techniques et les plans présentent des maquettes de la salle et des installations techniques, laissant voir les trappes, les cintres. Elles peuvent être comparées aux photographies conservées par l’administration des Beaux-Arts20 qui montrent le théâtre dans la réalité de sa construction en 1937.

Figure 6

Figure 6

Photographie de la maquette du théâtre : vue générale. Exposition universelle de 1937. Tirage photographique, Baranger. Arch. nat., F/12/12114.

Figure 7

Figure 7

Photographie de la maquette du théâtre : vue de la machinerie. Exposition universelle de 1937. Tirage photographique, Baranger. Arch. nat., F/12/12114.

Figure 8

Figure 8

Photographies de l’intérieur du théâtre, 1938, tirage photographique. Arch. nat., F/21/6148.

Figure 9

Figure 9

Photographies de l’intérieur du théâtre, 1938, tirage photographique. Arch. nat., F/21/6149.

Figure 10

Figure 10

Photographies de l’intérieur du théâtre, 1938, tirage photographique. Arch. nat., F/21/6148.

  • 21 Arch. nat., F/12/12184.

13Les archives provenant du commissariat de l’exposition de 1937 conservent donc toutes les traces des travaux du théâtre de Chaillot. Elles permettent de connaître de façon détaillée les marchés, les propositions reçues, les choix techniques retenus aussi bien pour le matériel d’éclairage, que pour la maçonnerie, les aménagements et équipements scéniques, ou les choix artistiques : les dossiers comportent par exemple les dessins fait par MM. Muller et Muguet pour la décoration de la salle du théâtre 21 : il s’agit de bas-reliefs représentant le rythme (un personnage à demi couché jouant de l’harmonica sur un fond de fête populaire représenté par un bal, un manège, une oriflamme, un lampion et des feuilles de chêne) et l’harmonie (une femme à demi couchée et à demi drapée ; à l’arrière-plan, la forêt, la mer et un petit village ; sur le côté droit, un petit personnage jouant du violon), insistant une nouvelle fois sur cette importance de la sonorisation.

Figure 11

Figure 11

Tirage représentant les bas-reliefs proposés par MM Muler et Muguet pour la décoration du théâtre : le rythme, 1937. Arch. nat., F/12/12184.

Figure 12

Figure 12

Tirage représentant les bas-reliefs proposés par MM Muler et Muguet pour la décoration du théâtre : l’harmonie, 1937. Arch. nat., F/12/12184.

  • 22 Arch. nat., F/21/6148.

14Une note des frères Niermans adressée à la direction des Beaux-Arts22 revient d’ailleurs sur les difficultés posées par l’amélioration de la qualité du son : le théâtre mesure 41 mètres de longueur et 37 mètres de largeur pour un volume de 19 000 m3. « Cette salle devait servir à de multiples usages et devait permettre, en particulier, d’avoir une salle d’audition d’orgues et de grand orchestre, parfaite en tous points, et, d’autre part, une salle de théâtre sur plateau de laquelle on pouvait jouer tous les répertoires. […] Au point de vue acoustique le problème posé a amené les architectes et leur ingénieur conseil acousticien, Jacques Brillouin, à trouver une solution inédite qui s’adapte à un problème nouveau, la sonorité de la salle qui doit être parfaite, ne devant pas être la même pour une audition de grand orchestre, d’orgue ou de comédie ». La solution technique choisie est décrite de façon détaillée : elle évite tout écho, permet une audition à toutes les places, une réverbération convenable et, pour certains usages particuliers, rend la salle plus sonore.

  • 23 Arch. nat., F/21/6148.

15On notera que de nombreuses coupures de presse rassemblées de façon thématique témoignent des oppositions qui se sont élevées contre la construction de la nouvelle salle. Une pétition y répond, intitulée « protestation contre les tentatives d’obstruction apportées aux travaux de reconstruction du nouveau Trocadéro actuellement en cours » et dont le premier signataire est Paul Valéry. Elle associe les travaux du théâtre au projet global de rénovation du site du Trocadéro et en particulier aux musées : « les signataires s’associent aux conservateurs des musées pour protester vivement contre les tentatives de dénigrement de l’œuvre entreprise qui risquent de compromettre gravement l’effort poursuivi par les pouvoir publics en vue d’assurer le succès de la grande manifestation internationale prévue pour 1937 »23. Le directeur de ce nouveau théâtre est Paul Abram.

16L’ensemble de ces archives, issues de l’administration, renseigne le lecteur principalement sur le contexte du théâtre, politique, architectural, administratif, financier, technique. Il permet d’évoquer la salle, les lieux et les conditions du spectacle. Mais la pièce elle-même, le jeu, n’apparaît pas. Les archives conservées aux Archives nationales pour cette première période ne permettent pas de connaître le théâtre de Chaillot dans la forme éphémère du spectacle, celle qui fascine le public quand il regarde, avant que l’historien ne souhaite l’étudier avec le recul du temps.

Les archives de Jean Vilar : des archives du spectacle

  • 24 Aux Archives nationales, le fonds avait été décrit et classé en différents ensembles cohérents entr (...)

17Après cette première période qui se termine avant la Seconde Guerre mondiale, les archives conservées aux Archives nationales relatives au théâtre de Chaillot nous conduisent en 1951. À cette date, Jeanne Laurent, alors sous-directrice des spectacles, nomme Jean Vilar directeur du Théâtre national populaire, le TNP. En 1966 les archives du théâtre seront confiées aux Archives nationales par Jean Vilar lui-même. La volonté de ce dernier de voir conservée la mémoire du TNP, expérience nouvelle et révolutionnaire, transparaît dans les archives mêmes. La variété et le caractère exhaustif des séries de documents conservés en témoignent, qu’il s’agisse de l’administration, du théâtre, de la mise en scène ou du public24.

  • 25 Arch. nat., 295AL/259-265.
  • 26 Arch. nat., 295AJ/27-248.
  • 27 Arch. nat., 295AJ/257.

18Les archives administratives du théâtre de Jean-Vilar présentent d’abord des informations sur les bâtiments et leur entretien25, sur la comptabilité et les budgets. La série des comptes et bilans semble complète. Les dossiers de paiements du personnel sont tous conservés26. Il existe plusieurs types de dossiers de personnel suivant les statuts, les métiers, etc. Tous les métiers sont présents : accessoiristes, buralistes, contrôleurs, costumiers, décorateurs, habilleuses, régisseurs, électriciens, gardiens, machinistes, musiciens, comédiens, etc. La position de Jean Vilar face aux éventuels conflits apparaît dans la correspondance et les notes. Le 18 décembre 1954 par exemple, les 32 ouvreuses du théâtre adressent une pétition à la direction pour se plaindre de la suppression des pourboires, à la suite d’un arrêté du ministre du Travail relatif à leur rémunération et à leur sécurité sociale27. La réponse de Jean Vilar le 30 décembre 1954 maintient la décision, mais précise et module les modes de fonctionnement : « la rémunération au pourboire des ouvreuses est supprimée à partir du 2 janvier 1955. […] Mesdames les ouvreuses s’engagent à ne pas accepter le moindre pourboire, à l’occasion de ces représentations, et à continuer d’exercer leur métier avec la plus parfaite conscience professionnelle. […] Mesdames les ouvreuses seront rétribuées chaque semaine, par partage égal, entre elles, du montant résultant du cumul de la perception d’une somme de douze francs par billet. […] Dans le cas où, par semaine et par ouvreuse, le salaire brut acquis demeurerait inférieur au salaire syndical considéré pour l’ensemble des représentations de la semaine, ce dernier serait automatiquement acquis. […] Ayant pris bonne note de votre attitude individuelle à l’occasion de la récente pétition que vous m’avez adressée, je vous saurais gré, Mesdames, de bien vouloir signer individuellement ce document, faute de quoi il me faudrait me rabattre sur une proposition de salaire normale. ». Des affichettes feront connaître cette décision au public.

Figure 13

Figure 13

TNP, affichette indiquant que les ouvreuses n’acceptent pas de pourboire, 1955. Arch. nat., 295AJ/257.

  • 28 Arch. nat., 295AJ/367.

19Les relations de Jean Vilar avec ses collaborateurs sont très présentes : des dossiers aujourd’hui classés par catégories (chorégraphes, danseurs, choristes, musiciens, comédiens) et au nom des artistes ont été conservés. Le lecteur trouvera par exemple dans le dossier de Maurice Jarre, régisseur de la musique, une lettre du 20 mars 1963 signée par Jean Vilar28 adressée à « Mon cher Maurice bien-aimé ». Il y déplore son absence. Après avoir pris la décision d’arrêter le payement de ses mensualités, il donne son sentiment : « Je trouve anormale ta position. Deux concerts TNP-RPF sans ta présence aux répétitions et concerts… et le reste ! Tu n’es pas membre correspondant du TNP. Et d’autre part, passer par mois une demi-heure à Chaillot ne peut expliquer, selon notre accord, un salaire de 202 000 anciens francs […]. Non seulement tu t’es absolument désintéressé des travaux quotidiens de cette régie, mais encore tu te désintéresses des grands événements qui incombent à cette régie. Et c’est nous qui, avec du retard bien sûr en assumons les tâches. C’est trop Maurice ». La correspondance fait apparaître ici des relations qui mélangent la bienveillance de l’ami et les obligations du directeur.

  • 29 Arch. nat., 295AJ/498.
  • 30 Arch. nat., 295AJ/790-794.

20Ses relations avec des artistes extérieurs majeurs présentent également un grand intérêt. En 1961 par exemple, il demande à Alexandre Calder de concevoir une oriflamme pour le TNP et pour Avignon29. L’échange est rapide : « Je serai très content de faire quelque chose pour Vilar », écrit Calder, « est-ce que l’oriflamme doit dire quelque chose ou être aussi beau que possible ? ». La réponse indique « l’oriflamme doit être ainsi que vous le dites, aussi gaie que possible, mais une liberté totale vous est laissée pour sa composition. Il serait bien, toutefois, qu’elle évoque soit le TNP, soit Avignon, mais ce n’est pas absolument obligatoire ». Des relations de collaboration un peu distantes qui seront nuancées de l’envoi ultérieur d’une carte plus personnelle. Un autre dossier permet de connaître les relations de Vilar avec le peintre Édouard Pignon. De nombreuses autres personnalités artistiques ou littéraires sont présentes, qui ont pu collaborer à tel ou tel spectacle30.

  • 31 Arch. nat., 295AJ/622.
  • 32 Arch. nat., 295AJ/575-620.
  • 33 Arch. nat., 295AJ/628-634.

21Les archives de Jean Vilar font donc apparaître à la fois une administration du personnel complexe et un réseau social professionnel, artistique voire amical très développé, qui s’étend même au-delà de la France, quand la troupe du TNP collabore avec le Piccolo Theatro de Milan31. Les tournées en France et à l’étranger sont nombreuses et, pour chacune, un dossier a été constitué32. Certains dossiers présentent les activités du TNP au Festival d’Avignon, d’autres évoquent des projets qui n’ont pas toujours abouti. Les spectacles musicaux sont aussi présents car Jean Vilar s’intéressait particulièrement à la musique33. Tout est conservé.

  • 34 Arch. nat., 295AJ/474.

22Les aspects artistiques des spectacles constituent une grande part du fonds d’archives versé par Jean Vilar. Les dossiers sont classés par pièce de théâtre. Le souci de Jean Vilar de témoigner de ses expériences et innovations théâtrales apparaît clairement quand on considère la masse de documents conservés. Pour qui s’intéresse aux dossiers relatifs à la mise en scène, les indications sont extrêmement détaillées. Ces archives permettraient à elles seules de reconstituer et remonter le spectacle. Les accessoires, la figuration, les indications scéniques sont conservées dans des livrets où textes, indications écrites de mise en scène et de décor et indications scéniques sont associés. Des croquis montrent l’emplacement des acteurs, la mise en scène est explicitée avec des schémas et des indications très précises34. Tous les détails sont notés par écrit. La scène est représentée très symboliquement et des flèches indiquent le parcours des acteurs. L’inventaire des accessoires complète l’ensemble. Il existe aussi des listes des acteurs présents pour chaque représentation.

Figure 14

Figure 14

Représentation du Cid, livret comportant les indications scéniques pour la mise en place, 1958. Arch. nat., 295AJ/474.

Figure 15

Figure 15

Représentation du Cid, livret comportant les indications scéniques pour le début de l’acte I scène 1, 1958. Arch. nat., 295AJ/474.

  • 35 Voir l’article d’Émeline Rotolo, « Usages techniques et administratifs de la photographie au sein d (...)
  • 36 L’ensemble des photographies est conservé sous les cotes : Arch. nat., 295AJ/848-920.

23Si ces éléments permettent de connaître la mise en scène en amont de la représentation, dans le travail préparatoire, une autre série de documents complète cet ensemble, les photographies prises principalement par Agnès Varda qui a travaillé pour le TNP à la demande de Jean Vilar, en même temps que Sabine Weiss, Jean-Pierre Lenoir, Mario Atzinger ou le studio Bernand35. Elle a photographié les spectacles de Jean Vilar pendant toute la période du TNP, constituant de véritables reportages. Ses prises de vue sont un regard au plus près du spectacle, de son ambiance, des moments forts de la pièce ou de la mise en scène. Mais Agnès Varda s’est également intéressée aux marges de la mise en scène, aux répétitions parfois (Lorenzaccio par exemple). Certaines photographies ont participé de la gloire ou de la légende d’artistes comme pour Gérard Philipe. Les vues d’acteur en costume étaient nombreuses, beaucoup servaient à la communication du TNP et étaient largement publiées. Certains albums comportent exclusivement les photographies d’un acteur. Si certaines des photographies existent sous forme de tirages, toutes sont rassemblées sur planches-contacts36. Les regarder ainsi, comme une démultiplication des moments du spectacle, permet d’entrer véritablement dans la réalité du travail du photographe et des acteurs : poses, attitudes, mouvements qui semblent suspendus voient parfois leur achèvement dans la photographie suivante ou invitent à faire preuve d’imagination. Ces photographies étaient utilisées pour la communication du TNP, reproduites sur les programmes ou par les éditeurs. Elles pouvaient aussi servir pour la confection de films. Le TNP a été l’objet de demandes de tournages, d’enregistrements et d’émissions dans les media (discographie, radio, télévision, cinéma). En 1957 par exemple un reportage télévisé sur Lorenzaccio est monté par l’ORTF. Un courrier de l’administration des programmes de l’ORTF indique que la retransmission du spectacle sera limitée à 30 minutes et que les acteurs seront payés par cachet. Le dossier comprend la liste des cachets et les modalités d’installation des services techniques au théâtre.

  • 37 Arch. nat., 295AJ/427 à 436.

24Les « dossiers de pièces »37 conservent trace également des rapports avec les media et de la communication autour des spectacles. Il s’agit, pour chaque pièce ou chaque spectacle, de rassembler toute la documentation qui est venue s’ajouter aux représentations : affichettes, programmes, publications du nom des acteurs, cartons d’invitation, extraits de pièces, résumés et photographies. Le dossier de L’Avare de Molière créé en 1962 comporte aussi un prospectus qui invite à venir profiter de la pièce pour les fêtes de fin d’année : « 3 spectacles, 2 apéritifs, 1 nuit dansante pour 1000 francs ! Passez les réveillons au Palais de Tokyo ». Le dossier de la pièce de Bertold Brecht, La résistible ascension d’Arturo Ui, en novembre 1960, comprend des extraits de presse : pour Le Parisien, il s’agit d’« un spectacle qui fera date dans l’histoire du TNP. [..] Grande réussite de la troupe tout entière ». Pour Combat, « nous sommes sortis du Palais de Chaillot bouleversés, nous avons retrouvé le Vilar (animateur et comédien) des grandes créations. Certaines entrées d’Arturo Ui, encadré, serré par ses hommes de main, donnent le frisson. Dans sa simplification, à laquelle le travail de Vilar et Georges Wilson se conforme, rien de plus théâtral que ce théâtre créateur d’images percutantes dont les répliques des personnages sont comme la légende ».

  • 38 Arch. nat., 295AJ/770.
  • 39 Arch. nat., 295AJ/795-839.

25Enfin de façon très originale les archives du TNP comportent des dossiers de sondage38  intitulés « questionnaires de satisfaction » : le public pouvait remplir, à la fin des représentations, des feuilles de sondage où chacun donnait son avis sur la pièce. Ces avis, de longueur très variable, parfois critiques, mais le plus souvent élogieux, étaient signés et indexés selon la catégorie professionnelle ou sociale des signataires. Ces fiches ont été recopiées avec soin dans des registres qui se présentent par ordre chronologique et par pièce. La volonté de connaître le ressenti du public et l’image du théâtre apparaît très clairement. Cet ensemble rappelle à quel point Vilar est tourné vers son public et veut faire de son théâtre un théâtre populaire en même temps qu’il constitue un témoignage du succès de son entreprise. Des dossiers relatifs aux relations avec le monde du théâtre, le monde politique, les associations, les musées, tous les milieux, témoignent de la volonté de Jean Vilar de faire un théâtre populaire et de son implication ou de son influence dans l’ensemble de la vie culturelle de son temps39.

26Le fonds des archives de Jean Vilar est tourné vers le fonctionnement interne du théâtre, vers les représentations, mais il regarde aussi beaucoup vers l’extérieur, vers tous les publics.

Le théâtre de Chaillot après Jean Vilar : les promesses des archives versées en 1990

  • 40 Arch. nat., 19900195/1-110.
  • 41 Arch. nat., 19900195/109.

27En 1963 Jean Vilar renonce au renouvellement de son contrat. Il est remplacé par Georges Wilson qui ouvre une salle supplémentaire, la salle Gémier (500 places) destinée à la présentation d’œuvres contemporaines. Le décret 68-906 du 21 octobre 1968 transforme le TNP en établissement public relevant directement de la tutelle du ministère de la Culture. Les missions du théâtre de Chaillot sont alors de « favoriser le renouvellement des formes et des conditions de la création artistique contemporaine ». Vont se succéder à sa tête Jack Lang (1973-1974), André Louis Perinetti (1974-1981), Antoine Vitez (1981-1988), remplacé par Jérôme Savary. En 1990 les versements d’archives qui nous occupent ici s’arrêtent. Le seul fonds versé en 199040, qui a permis pendant longtemps de proposer aux lecteurs quelques éléments sur cette période du théâtre de Chaillot, a pour origine la direction du Théâtre et des Spectacles du ministère de la Culture. Il comporte une très importante correspondance, des dossiers de contrats de comédiens entre 1963 et 1984, des dossiers de budget et de comptabilité, quelques plans du théâtre de Chaillot et de ses modifications et aménagements entre 1972 et 198141, ceux des dossiers de production de spectacles entre 1974 et 1984.

Figure 16

Figure 16

Élévation représentant les projets de modification de la salle de Chaillot, 1972. Arch. nat., 19900195/109.

  • 42 Arch. nat., 19900195/93.
  • 43 Arch. nat., 19900195/93.

28Mais ces dossiers restent lacunaires. Notons cependant un dossier original relatif à l’enregistrement de vidéos et l’introduction de nouvelles pratiques au théâtre. En 1981, avait déjà été enregistré par le théâtre de Chaillot, L’École des femmes, Tartuffe et Don Juan42. En 1983, une brochure43 intitulée Office culturel pour la communication audiovisuelle (OCCAV), Vidéo sur scène, 8 mars 1983 résume un nouveau programme d’enregistrements mis en place à la demande et avec l’aide financière de la direction du Théâtre et des Spectacles du ministère de la Culture. L’Occav est alors chargé de préparer et de mettre en œuvre une large politique d’archivage audiovisuel d’œuvres de scène notamment en matière théâtrale. Il s’agit d’une expérience de création audiovisuelle qui permet de constituer une mémoire de la création théâtrale hors du cadre traditionnel de retransmission de la télévision. Pour les spectacles retenus, trois caméras électroniques sont disposées dans la salle et enregistrent le spectacle en continuité. Une captation est réalisée en une seule journée sans spectateurs. Aucune modification n’intervient dans le déroulement de la pièce et le jeu des comédiens. Les captations restituent le spectacle tel qu’il est présenté au public du théâtre. Afin de conserver en mémoire l’œuvre et son environnement, elle est toujours enregistrée avec la même approche : prise de vue de l’affiche, du spectacle et interview de l’auteur, du metteur en scène ou des acteurs principaux. Il est prévu que trois vidéogrammes soient tirés en U-matic et puissent être visionnés. Un vidéogramme sera remis au producteur de spectacle, un à la Bibliothèque nationale (maison Jean Vilar), un conservé par l’Occav. Une bande mère constitue le document de la captation originale. Le réalisateur, Paul Robin Benhaïoun, a déjà réalisé plus de quarante dramatiques à la télévision.

29En 1982, parmi les huit spectacles enregistrés par l’Occav à Paris, figure au théâtre de Chaillot la pièce Le père d’Auguste Strindberg dans une nouvelle mise ne scène d’Otomar Krejca et dans une traduction de Jacques Robnard. Le 8 mars, au Centre Pompidou, une soirée est organisée, consacrée à la projection d’extraits des spectacles enregistrés et à celle d’un spectacle en entier. Robert Abirached, directeur du Théâtre et des Spectacles, indique dans son discours introductif que « en attendant la création d’une véritable théâtrothèque, les documents [enregistrés] sont déposés à la Bibliothèque nationale (maison Jean Vilar à Avignon) et ils peuvent être diffusés dans le réseau non-commercial ».

Conclusion

30L’ensemble d’archives administratives que cet article a tenté de décrire, d’archives liées au spectacle et à la mise en scène, versé depuis longtemps aux Archives nationales, est donc très précieux. Il était impossible d’en faire un tour exhaustif dans le cadre d’un article de quelques pages, mais le lecteur aura trouvé des pistes pour lui permettre de poursuivre sa recherche dans des directions qu’il n’aurait peut-être pas envisagées. Ces archives peuvent être aujourd’hui complétées par d’autres fonds. Aux Archives nationales, des versements sont venus s’y adjoindre récemment, qui ouvrent de nouvelles approches. Mais que ce soit dans la conception des bâtiments, dans la mise en scène, dans la réception des spectacles par le public, les préoccupations relatives aux questions de diffusion et d’enregistrement du son, puis de vidéos restent récurrentes. La conservation aujourd’hui aux Archives nationales d’archives audiovisuelles du théâtre de Chaillot et leur mise à disposition du public témoignent de cet intérêt.

Notes

1 Voir, par exemple, Emmanuelle Loyer, Le théâtre citoyen de Jean Vilar, Paris, PUF, 1998 ; Pascal Ory et Pascal Blanchard, Chaillot, Palais de la danse, Paris, Somogy, 2018 ; Esprit(s) des lieux. Du Trocadéro au palais de Chaillot, catalogue de l’exposition tenue à la Cité de l’architecture et du patrimoine (17 septembre 2011-17 janvier 2012), Paris, 2011.

2 Voir Marion Denizot, « L’engouement pour les archives du spectacle vivant », Écrire l'histoire [En ligne], 13-14 | 2014, mis en ligne le 10 octobre 2017, consulté le 12 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/475 ; DOI : 10.4000/elh.475

3 Je remercie Émeline Rotolo, chargée d’études documentaires responsable des fonds relatifs au théâtre et au spectacle vivant à la direction des Fonds des Archives nationales. Elle n’a pas hésité à me faire part de ses recherches et de ses connaissances sur l’histoire de l’administration des théâtres successifs du site de Chaillot. Voir aussi les éléments qu’elle a rédigés sur l’histoire du TNP et du théâtre de Chaillot sur le site des Archives nationales (consulté le 22 décembre 2018).

4 Sous-série F/21.

5 Sous-série F/12.

6 Il concerne la direction du TNP par Jean Vilar de 1951 à 1963. Il est aujourd’hui coté 590AJ. Il comprend plus de 900 cotes. Le fonds a été versé par Jean Vilar.

7 Arch. nat., versement 19900195/1-109.

8 Arch. nat., F/12/11909.

9 Arch. nat., F/21/6143.

10 Arch. nat., F/21/6143-6155.

11 Arch. nat., F/21/6145.

12 Théâtre national populaire du Trocadéro, cahier des charges, ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 14 mars 1922, Arch. nat., F/21/6144.

13 Arch. nat., F/21/5269.

14 Arch. nat., F/21/3984 et F/21/4681.

15 Arch. nat., F/12/12114.

16 https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_056106

17 Arch. nat., F/12/12420.

18 Arch. nat., F/12/12833.

19 Arch. nat., F/12/12114.

20 Arch. nat., F/21/6148.

21 Arch. nat., F/12/12184.

22 Arch. nat., F/21/6148.

23 Arch. nat., F/21/6148.

24 Aux Archives nationales, le fonds avait été décrit et classé en différents ensembles cohérents entre 1969 et 2005 par Michel Guillot puis par Claire Sibille et, enfin, par Patrick Laharie. Il a été repris en totalité en 2011 par Magali Lacousse et est désormais facilement accessible aux lecteurs. Il porte les cotes 295 AJ/1-948.

25 Arch. nat., 295AL/259-265.

26 Arch. nat., 295AJ/27-248.

27 Arch. nat., 295AJ/257.

28 Arch. nat., 295AJ/367.

29 Arch. nat., 295AJ/498.

30 Arch. nat., 295AJ/790-794.

31 Arch. nat., 295AJ/622.

32 Arch. nat., 295AJ/575-620.

33 Arch. nat., 295AJ/628-634.

34 Arch. nat., 295AJ/474.

35 Voir l’article d’Émeline Rotolo, « Usages techniques et administratifs de la photographie au sein des archives des théâtres nationaux : du répertoire photographique des décors du théâtre de l’Odéon aux traces d’exploitation des tirages photographiques par les services de communication du TNP », actes du colloque La photographie au théâtre, 23-25 novembre 2017 [à paraître].

36 L’ensemble des photographies est conservé sous les cotes : Arch. nat., 295AJ/848-920.

37 Arch. nat., 295AJ/427 à 436.

38 Arch. nat., 295AJ/770.

39 Arch. nat., 295AJ/795-839.

40 Arch. nat., 19900195/1-110.

41 Arch. nat., 19900195/109.

42 Arch. nat., 19900195/93.

43 Arch. nat., 19900195/93.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue extérieure de la salle de spectacle du Trocadéro, construite pour l’exposition universelle de 1878. Photographie de Nadar, 1878. Arch. nat., F/12/11909.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 2
Légende Vue intérieure de la salle de spectacle du Trocadéro, construite pour l’exposition universelle de 1878. Photographie de Neurdein, 1878. Arch. nat., F/12/11909.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Figure 3
Légende Plan de la salle de spectacles du Trocadero : plan des distributions et aménagements de la grande salle de spectacle construite pour l’exposition universelle de 1878. Arch. nat., F/21/6143.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 4
Légende Démolitions des bâtiments de l’exposition de 1878, photographie commandée par le commissariat de l’exposition de 1937. Tirage photographique. Baranger. Arch. nat., F/12/12114.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Figure 5
Légende Construction des bâtiments pour l’exposition universelle de 1937, photographie commandée par le commissariat de l’exposition. Tirage photographique. Baranger. Arch. nat., F/12/12114.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 6
Légende Photographie de la maquette du théâtre : vue générale. Exposition universelle de 1937. Tirage photographique, Baranger. Arch. nat., F/12/12114.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Figure 7
Légende Photographie de la maquette du théâtre : vue de la machinerie. Exposition universelle de 1937. Tirage photographique, Baranger. Arch. nat., F/12/12114.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Figure 8
Légende Photographies de l’intérieur du théâtre, 1938, tirage photographique. Arch. nat., F/21/6148.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Figure 9
Légende Photographies de l’intérieur du théâtre, 1938, tirage photographique. Arch. nat., F/21/6149.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Figure 10
Légende Photographies de l’intérieur du théâtre, 1938, tirage photographique. Arch. nat., F/21/6148.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 11
Légende Tirage représentant les bas-reliefs proposés par MM Muler et Muguet pour la décoration du théâtre : le rythme, 1937. Arch. nat., F/12/12184.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Figure 12
Légende Tirage représentant les bas-reliefs proposés par MM Muler et Muguet pour la décoration du théâtre : l’harmonie, 1937. Arch. nat., F/12/12184.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Figure 13
Légende TNP, affichette indiquant que les ouvreuses n’acceptent pas de pourboire, 1955. Arch. nat., 295AJ/257.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure 14
Légende Représentation du Cid, livret comportant les indications scéniques pour la mise en place, 1958. Arch. nat., 295AJ/474.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 15
Légende Représentation du Cid, livret comportant les indications scéniques pour le début de l’acte I scène 1, 1958. Arch. nat., 295AJ/474.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 16
Légende Élévation représentant les projets de modification de la salle de Chaillot, 1972. Arch. nat., 19900195/109.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/2209/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Responsable du pôle Culture - Beaux-Arts au département de l'Éducation, de la Culture et des Affaires sociales [DECAS], Archives nationales

© Publications des Archives nationales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search