Version classiqueVersion mobile

Chaillot, lieu de tous les arts

 | 
Sandrine Gill

Avant-propos

Béatrice Hérold

Texte intégral

1Les journées d’étude « Chaillot, lieu de tous les arts » ont constitué le lieu d’une confrontation paradoxale entre l’éphémère et la trace : l’instant de la représentation théâtrale, qui est le moment singulier d’une rencontre unique entre une œuvre, une troupe, un public, peut-il faire l’objet d’un archivage ? La question est ouverte et les réponses plurielles, certains metteurs en scène poussant la logique jusqu’à refuser le filmage des spectacles. C’est néanmoins sur l’initiative et la volonté du fondateur du Théâtre national populaire, Jean Vilar, que les premiers versements de documents en provenance de cette institution vers les Archives nationales ont été effectués en 1966 : il souhaitait voir conservée la mémoire de l’expérience nouvelle qu’il avait conduite depuis la création du TNP en 1951.

2Ces rencontres ont été l’occasion également pour les Archives nationales de se décaler de leurs perspectives habituelles et de tendre l’oreille au lieu d’ouvrir les yeux pour mieux saisir une catégorie encore peu exploitée, leurs archives sonores et audiovisuelles. Les travaux menés par les étudiants du master d’Études théâtrales de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 sous la conduite remarquable de Marie-Madeleine Mervant-Roux, responsable du projet ANR ECHO, invitent en particulier à une formidable leçon sur la dimension sonore et auditive du théâtre : qu’est-ce qu’un document sonore sans visuel ? Mais, a contrario, surgit la question suivante, insolite mais si logique, qu’est-ce qu’une image, prise sur le vif d’une scène, dénuée de son ? Sans les voix, la musique et les bruits – les pas, les bruitages, les réactions du public ? Le son recèle une puissance évocatrice inattendue et riche d’enseignements et, nouveau paradoxe, il se révèle créateur d’images dans l’esprit de celui qui l’entend.

3Les différentes contributions réunies ici sont donc pour les Archives nationales un puissant stimulant pour poursuivre le patient travail, parfois archéologique, d’identification et de contextualisation des archives sonores et audiovisuelles, qui sont souvent peu documentées lors des versements. À cet égard, la mise au point méthodologique de Sandrine Gill, cheffe de projet sur l'archivage audiovisuel, est particulièrement novatrice et éclairante. Il convient ici de la remercier pour cela et tout autant pour avoir été l’infatigable coordinatrice de ces journées et de la publication des présents actes.

Auteur

Directrice de l'Appui scientifique aux Archives nationales

© Publications des Archives nationales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search