Version classiqueVersion mobile

Connaître les dénaturalisés de Vichy

 | 
Thomas Lebée
, 
Annie Poinsot

Les dossiers de dénaturalisation, nouvelle source pour l’histoire de la déportation en France

Karen Taieb

Texte intégral

1

Les dossiers de dénaturalisation, nouvelle source pour l’histoire de la déportation en France

Communication présentée lors de la journée d’étude « Connaître les dénaturalisés de Vichy. La base Dénat, un nouvel outil et ses exploitations » aux Archives nationales le 2 octobre 2018, par Karen Taieb, responsable du service des archives, Mémorial de la Shoah.

Crédits : Archives nationales

La base des victimes de la Shoah en France

2À l’origine, la base de données des victimes de la Shoah en France a été réalisée pour permettre l’élaboration du Mur des noms, monument commémoratif qui marque l’entrée du Mémorial et sur lequel sont gravés les noms des près de 76 000 personnes déportées de France en tant que juives entre 1942 et 1944.

Le Mur des noms (crédit : Mémorial de la Shoah).

3Nous avons entamé nos travaux sur cette base de données en 1999 y travaillons encore aujourd’hui , je dirais même – plus que jamais.

4En l’occurrence, quand les Archives nationales ont sollicité le Mémorial de la Shoah pour savoir dans quelle mesure il serait possible d’accéder à sa base de données pour déterminer plus facilement et plus rapidement lesquels des dénaturalisés avaient été déportés, nous sommes rapidement convenus que nous devions échanger nos données. J’aimerais insister sur ce point et la question du partage des informations.

5Nous travaillons, nous gérons des corpus de données sensibles certes, mais qui, admettons-le, ne relèvent pas la sûreté nationale, mais de la vie privée des personnes. Il nous est souvent demandé pourquoi nous ne mettons pas tout en ligne : les bases de données, les documents numérisés, etc. Sans entrer dans des considérations juridiques ou même éthiques, je dirai seulement qu’il nous est possible de partager des informations, croiser des bases de données, dans le respect de la vie privée des personnes et dans le cadre d’un projet pertinent, pour les rendre accessibles par des voies d’accès multiples, comme dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, aux Archives nationales et au Mémorial de la Shoah.

6Nous sommes ainsi parvenus, grâce au croisement de nos bases de données respectives, à identifier près de 750 personnes qui ont fait l’objet d’une mesure de dénaturalisation et qui ont également été déportées.

7Le travail réalisé par Bernard Raquin permet notamment au chercheur, quand il consulte la base Dénat aux Archives nationales et qu’il trouve une personne qui a été déportée, de pointer sur la page du site internet du Mémorial et d’accéder aux informations dont nous disposons sur cette personne, complémentaires de ce que l’on peut trouver dans son dossier de naturalisation conservé aux Archives nationales. Le chercheur aura ainsi accès aux informations sur la personne, à la liste du convoi sur laquelle figure son nom, à la fiche de fouille à Drancy si elle existe, peut-être à une photographie et à des documents associés.

8Pour résumer, à partir du point d’entrée de la base Dénat pour une personne, le lien permet l’ouverture et l’accès à d’autres informations sur cette personne.

9À l’inverse, une personne qui viendra au Mémorial faire une recherche sur une personne déportée se verra indiquer si cette personne a fait l’objet d’une mesure de retrait de la nationalité et ainsi savoir, si elle le souhaite, qu’elle pourra consulter le dossier sur place aux Archives nationales, voire bientôt directement en version dématérialisée au Mémorial de la Shoah ou sur les sites des Archives nationales.

Les informations contenues dans les dossiers

10Quel intérêt présentent ces dossiers pour les chercheurs qui travaillent sur les Juifs déportés de France ou qui s’y intéressent ?

11Les dossiers de demande de naturalisation sont de ces archives purement administratives au moment de leur constitution qui nous apportent aujourd’hui une multitude de détails sur les personnes concernées. Ces dossiers et les documents qu’ils contiennent sont un lien direct avec la personne qui postule à la naturalisation. Elle doit justifier son attachement à la France, motiver sa demande et révéler bien des détails sur sa situation familiale ou ses conditions de vie. Bien entendu, comme toujours, les documents administratifs sont une source parmi d’autres, qu’il convient d’ailleurs de contredire, de critiquer, de confronter. Évidemment, le postulant à la naturalisation doit convaincre, rassurer. Il est dans la position délicate du demandeur. Les renseignements qu’il donne, hormis ceux qui sont strictement biographiques, sont à prendre avec précaution. Il n’en est pas moins vrai qu’au travers de ces archives, ce sont la voix et la main de celui qui remplit le dossier qui nous apparaissent.

  • 1 Zalc Claire, Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Seuil, 2016.

12Que nous apprennent ces dossiers ? Au risque de décevoir, c’est surtout l’instruction initiale de la demande de naturalisation qui nous apprend des informations importantes ; le retrait de nationalité, qu’il aboutisse ou non, renseigne peu sur la personne, sauf si elle fait un recours. Ces dossiers-là nous renseignent davantage sur les travaux de la commission de révision, sur la procédure de dénaturalisation et les motifs invoqués pour le retrait. Le travail de Claire Zalc1 est exemplaire et dit tout sur ces aspects.

13Ce travail sur les dénaturalisions aura néanmoins permis d’identifier un corpus non négligeable de dossiers de Juifs qui ont été déportés. L’idéal serait de pouvoir identifier les dossiers de tous les Juifs déportés naturalisés et qui n’ont pas l’objet d’une dénaturalisation. Cela permettrait alors de connaître plus précisément la population des Juifs naturalisés qui non pas été déportés et d’en comprendre peut-être les raisons.

14Prenons l’exemple d’Abraham Pikovsky. Il est arrivé en France en 1905, venant de Russie où il était né en 1896. Il exerce la profession de chauffeur d’automobiles. Il acquiert la nationalité française en 1937. Il est marié à Brunette, elle-même française, et ils ont eu ensemble quatre enfants, tous français nés en France : Annette, née le 3 février 1926, Louise, le 7 décembre 1927, Jean, le 10 septembre 1929 et Lucie, le 16 mai 1932. La famille vit à Boulogne-Billancourt, en banlieue parisienne.

Première page de la feuille d’instruction du dossier de demande de naturalisation d’Abraham Pikovsky (Archives nationales, 19770291/8, dossier 39 237 X 36).

15Dans le dossier de naturalisation d’Abraham, on trouve des attestations de ses employeurs et des maires de ses communes de résidences successives, qui permettent de retracer son parcours de manière assez précise. Mais elles n’empêchent pas qu’il fasse l’objet d’une procédure de retrait de dénaturalisation. Le décret de retrait est daté du 21 mars 1941. Cette procédure vise seulement Abraham, pas le reste de la famille. Pourtant, en janvier 1944, c’est la famille entière qui est prise au piège. L’histoire de Louise Pikovsky, l’un des filles d’Abraham, élève au lycée La Fontaine, est connue depuis peu. Louise est une lycéenne brillante, une jeune fille pleine de vie, qui entretient une correspondance avec sa professeure de lettres, Melle Malingrey. C’est à elle qu’elle adresse un ultime message, le 22 janvier 1944, le jour de son arrestation. Ce message ainsi que d’autres lettres et photographies ont été retrouvés à l’occasion d’un déménagement au sein du lycée. Les documents étaient restés au fonds d’une armoire ; ils ont été versés aux Mémorial de la Shoah2.

16Est-ce que la dénaturalisation d’Abraham a eu un impact sur son arrestation ? La nationalité française de sa femme et de ses enfants ne les a malheureusement pas protégés.

Les recours

17Parmi les Juifs déportés qui se sont vu retirer leur nationalité française, un certain nombre a déposé un recours. La plupart de ces recours n’ont pas abouti. Mails il est intéressant de se plonger dans ces dossiers pour voir de quelle manière les choses étaient présentées par les postulants. Je prendrai deux exemples.

18En premier lieu, celui de Moszek Papentreger qui obtient sa naturalisation en 1937 après avoir entamé les démarches en 1932. Il se voit retirer sa nationalité française en 1941, mais, ne pouvant se résoudre à cette situation, il dépose un recours gracieux. Il écrit lors une lettre au garde des Sceaux, le 8 janvier 1942. Cette lettre se trouve dans le dossier. Il y exprime son incompréhension devant la mesure qui le frappe : « J’avais quatre enfants quand j’ai été naturalisé, j’en ai huit aujourd’hui […] j’étais marchand ambulant mais, en raison des nouvelles lois, je ne peux plus faire les marchés alors je me suis engagé comme bûcheron. Je ne gagne pas beaucoup mais cela me permet de nourrir mes enfants ». À aucun moment Moszek ne dit qu’il est juif, que les nouvelles lois dont il parle sont celles qui mettent les Juifs au ban de la société. En 1941, le retrait de la nationalité a d’abord visé Moszek, son épouse et leurs quatre enfants les plus grands. Mais l’administration n’en reste pas là, et les quatre plus jeunes sont à leur tour dénaturalisés, en septembre 1943. Moszek ne le saura pas, car il avait été déporté, le 22 mars 1943, par le convoi 52 à destination du camp d’extermination de Sobibor.

19Prenons un second exemple : le cas d’Aron Rozenbaum. Né le 1er février 1911, il a été naturalisé français le 15 décembre 1939. Il travaille la fourrure à Tours (Indre-et-Loire). Il semble bien intégré dans la moyenne bourgeoisie de la ville et jouit d’une excellente réputation. Marié, père d’une enfant et en attente d’un second, il se voit lui aussi retirer sa nationalité française, le 14 juin 1941. Il écrit une lettre de recours qui est conservée dans son dossier. On y trouve également une pétition signée par près de vingt-cinq personnes qui toutes attestent de sa probité. Aron obtient gain de cause, sa nationalité lui est rendue en janvier 1942 : il restera français. Cela ne le protègera pas. Il est arrêté et déporté par le convoi 73, le 13 mai 1944.

Conclusion et perspectives

20En conclusion, je dirai que ce corpus n’est certainement pas fondamental pour l’étude sur la déportation des Juifs de France, mais il est une nouvelle source d’information pour les 750 déportés identifiés et, nous le savons, les personnes qui font des recherches sur le parcours de vie sont avides de documentation supplémentaire, dont la moindre bribe est une trouvaille.

  • 3 Voir plus bas l’épilogue d’Élisa Dupuis.

21La deuxième chose qui me tient à cœur, c’est de souligner la facilité avec laquelle nos institutions coopèrent. Nous sommes actuellement en phase de préparation de la mise en œuvre du partenariat auquel je joint le musée de l’Holocauste des États-Unis et qui vise à la numérisation des dossiers qui sont passés devant la commission de révision. Le projet devrait être réalisé en 2019. Les dossiers seront ainsi consultables dans nos salles de lecture respectives.3

Notes

1 Zalc Claire, Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Seuil, 2016.

2 Trouillard Stéphanie, Si je reviens un jour, 2018 [web-documentaire hébergé par France 24].

3 Voir plus bas l’épilogue d’Élisa Dupuis.

Table des illustrations

Légende Le Mur des noms (crédit : Mémorial de la Shoah).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1230/img-1.png
Fichier image/png, 300k
Légende Première page de la feuille d’instruction du dossier de demande de naturalisation d’Abraham Pikovsky (Archives nationales, 19770291/8, dossier 39 237 X 36).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1230/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M

Auteur

Responsable du service des archives du Mémorial de la Shoah

© Publications des Archives nationales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search