Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connaître les dénaturalisés de Vichy

 | 
Thomas Lebée
, 
Annie Poinsot

Épilogue

Élisa Dupuis

Texte intégral

1La journée d’étude consacrée à la base Dénat a permis la présentation des travaux menés par les acteurs qui se sont investis dans sa création et dans son utilisation. Elle fut une nouvelle occasion de voir se manifester la complémentarité des dimensions documentaire, analytique et mémorielle du travail que mènent archivistes et chercheurs. Elle fut également la démonstration que mutualiser les savoir-faire et les expertises de chacun permet toujours de porter un regard plus nuancé sur l’histoire, à différentes échelles, notamment géographiques et sociologiques. On ne peut donc qu’aspirer à la perpétuation et la diversification de ces dialogues entre les disciplines, entre les investigations et entre ceux qui en prennent la charge. C’est un enjeu de transmission auquel tend à contribuer l’opération récolement avant numérisation des dossiers de dénaturalisés présentée ci-après.

2À l’initiative des Archives nationales et en partenariat avec le Mémorial de la Shoah de Paris et le United States Holocaust Memorial Museum, a débuté en février 2019 une opération de grande ampleur visant à numériser les 8130 dossiers des 15 195 « dénaturalisés de Vichy ». À l’horizon 2022, les dossiers seront mis à disposition du public, en salle de lecture, via les plateformes informatiques internes des organismes pilotes. Trois envois successifs, d’une centaine de milliers de vues chacun, seront effectués par les Archives nationales à un prestataire de numérisation. Le chantier de récolement de ces dossiers est réalisé sur le site de Pierrefitte-sur-Seine auprès du département de la Justice et de l’Intérieur.

3Il s’est agi tout d’abord de confronter les numéros de dossiers répertoriés dans la base Dénat aux tables de correspondances qui inventorient les cotes associées. La première vague concerne la sous-série BB/11 qui représente 2500 dossiers de naturalisation ouverts entre 1910 et 1930, comportant les mesures de retrait prononcées à partir de juillet 1940. Les versements des dossiers postérieurs à 1930, identifiés en cotation continue, seront traités durant les vagues suivantes. Le fichier de récolement ainsi édité permet la localisation en magasin et l’extraction de chaque dossier.

4Les dossiers extraits reçoivent ensuite deux traitements successifs : un reconditionnement matériel (prélèvement des éléments métalliques, dépliage des feuillets, dépoussiérage, chemisage), indispensable étant donné la fragilité de la plupart des dossiers ; et un foliotage, procédé chronophage mais qui présente l’avantage, entre autres, au vu de la multitude de documents, d’un suivi systématique pièce à pièce. Il permet de baliser non seulement le protocole de numérisation à venir, mais aussi le rattachement ultérieur des images aux vues du dossier correspondant.

5Ce traitement matériel est aussi une phase qui révèle la singularité des dossiers et, partant, celle de l’histoire personnelle des individus. Ils sont généralement structurés en deux ensembles distincts : la demande de naturalisation et la procédure de déchéance (pour les demandes instruites avant 1927) ou de retrait (pour les demandes instruites depuis 1927). De nombre inégal, les documents constitutifs sont de nature diverse : pièces d’état civil, certificats de résidence, de scolarité, extraits de casier judiciaire et procès, attestations d’emploi, de services (militaires) rendus, motifs officiels du retrait, mais aussi lettres, parfois manuscrites, de recommandation, de motivation, de recours, de correspondance familiale ou administrative, photographies.

6Pour des raisons réglementaires, un examen minutieux des pièces a été mené afin de repérer des documents dont le délai de communicabilité n’est pas encore échu1. Cette nécessité a été l’opportunité d’appréhender systématiquement la richesse de ce corpus captivant.

7Cette opération menée à son terme rendra accessible au plus grand nombre l’histoire de ces citoyens français que sont « les dénaturalisés de Vichy ». Cette perspective patrimoniale, qui portera à la connaissance les particularités de chaque cas, espère aussi donner un accès et une voix aux descendants biologiques ou spirituels de ceux qui ont été confrontés aux injonctions juridiques du régime de Vichy et à leurs répercussions effectives et morales.

  • 2 Paroles d’histoire, 2018, podcast animé par André Loez, émission du 31 octobre 2018 [https://parole (...)

8Comme le rappelle Laurent Joly à l’occasion de la présentation de son livre L’État contre les juifs. Vichy, les nazis et la persécution antisémite : « Ce que l’on peut apprendre de l’enquête documentaire sur l’Histoire est que la constitution de celle-ci n’est faite que de problématiques jouées à l’échelle de l’individu, dont l’étude doit être faite assidûment. »2. Il apparaît en ce sens que la base Dénat constitue un potentiel certain pour les nombreux aspects de la recherche qu’il reste à développer.

Notes

1 Pour la communicabilité des archives publiques, cf. les articles L213-1 à 8 du code du patrimoine ; pour la réglementation récente de la diffusion des données, cf. Ricard Bruno, « La diffusion des archives sur Internet : de nouvelles règles », Droit(s) des archives, 15 février 2019.

2 Paroles d’histoire, 2018, podcast animé par André Loez, émission du 31 octobre 2018 [https://parolesdhistoire.fr/index.php/2018/10/31/27-persecution-et-survie-des-juifs-sous-vichy-avec-laurent-joly-et-jacques-semelin-31-oct/].

Auteur

Chargée du récolement avant numérisation des dossiers de dénaturalisés aux Archives nationales (Mémorial de la Shoah)

© Publications des Archives nationales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access