Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Connaître les dénaturalisés de Vichy

 | 
Thomas Lebée
, 
Annie Poinsot

Préface

Bernard Laguerre

Texte intégral

1C’est en feuilletant au hasard les numéros du Journal officiel des années 1940 (ils étaient alors en accès libre à la bibliothèque de Sciences-Po) que je suis tombé pour la première fois sur un décret de dénaturalisation pris au titre de la loi du 22 juillet 1940 : une longue liste de noms dont chacun indiquait un lieu et une date de naissance, une adresse, une profession, une date de naturalisation. Et ces décrets se retrouvaient, de mois en mois, de novembre 1940 à juin 1944 ; j’en ai alors compté 88.

2De cette découverte et des recherches vers lesquelles elle m’a poussé, est né un article que j’ai publié, en 1988, sous le titre « Les dénaturalisés de Vichy »1. Article plein de défauts, que j’écrirais certainement aujourd’hui autrement, mais qui avait pour lui de se pencher sur un épisode alors peu connu et passionnant de l’histoire de notre pays – épisode qui, déjà alors, entrait en résonnance avec l’actualité – ce qui constituait à la fois un avantage et un inconvénient.

3Trente ans après, que d’avancées ! C’est ce que la lecture des actes de cette journée d’étude, consacrée à la base Dénat, permettra de découvrir. Le travail patient, et parfois ingrat, des historiens et des archivistes – on en lira des témoignages – a permis d’éclairer bien des points jusqu’ici demeurés dans l’ombre. Mais l’inconnu résiste et, faute d’accès aux archives de la Commission de révision des naturalisations, il est parti pour résister longtemps.

4Ce qui résiste aussi, et résistera longtemps, c’est la stupéfaction qu’on ressent à la lecture de ces listes de noms et l’émotion qui nous étreint quand l’effort est fait de passer de la vision statistique à l’approche individuelle : tant de destins tordus, tant d’existences éprouvées, tant de vies brisées, notamment pour ces « victimes absolues » pour qui la dénaturalisation signifia la déportation.

5Est-ce parce que j’ai quitté le monde des historiens ? Je ne crois plus aux vertus de l’analogie historique. Celle-ci nous empêche plus souvent de penser le présent dans sa singularité qu’elle n’en éclaire le sens ou les contours. Mais l’histoire dit ce qui fut et établit la réalité de comportements et d’événements qui peuvent nous sembler insensés et incompréhensibles. C’est là son immense pouvoir.

6Ainsi des dénaturalisations de Vichy. Au rebours de ce qui est si souvent fait, il n’y a probablement rien à en tirer en termes d’analyse de l’actualité politique ou de combat partisan : aujourd’hui n’est pas hier. Mais savoir que ce fut fait et pouvoir de ses yeux voir ces longues listes de noms, ces dossiers consciencieusement annotés par des fonctionnaires scrupuleux, là est le coup de poing et l’ébranlement de nos certitudes. Là est la leçon terrible de l’histoire, sa vertu cathartique.

Notes

1 « Les dénaturalisés de Vichy. 1940-1944 », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 20, 1988, p. 3-15.

© Publications des Archives nationales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access