Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Conclusion

Jean-Pierre Brunterc’h

Texto completo

  • 1 Sur les 32 communications, seules 27 ont fait l’objet d’une version écrite. Nous tenons compte de l (...)

1Quatre jours durant, au travers de trente-deux communications, nous avons traité des noms de lieux et de personnes sous l’angle particulier de la question des sources et tenté une approche de la toponymie urbaine de Paris et de sa banlieue, ce qui n’est au fond qu’un exercice pratique de mise en œuvre des sources et ressources d’un espace géographique délimité et spécifique1.

2Les sources, ainsi évoquées ou exploitées, sont la trace ultime de cultures très diverses qui se sont parfois développées à des siècles ou des milliers de kilomètres les unes des autres. Qu’y a-t-il de commun entre les inscriptions du territoire des Voconces de Vaison-la-Romaine et la toponymie amérindienne québécoise ? On découvre assez vite qu’au-delà des éléments factuels, dont chaque communication fait état, il y a l’exigence d’adopter la même méthode de description de la source, qui tienne compte de son formalisme, de son contenu, de sa raison d’être au sein d’une civilisation donnée, de son support, de sa transmission écrite ou orale, de sa fiabilité. Le nom, qu’il désigne une personne ou un lieu, transmet un capital culturel et symbolique qu’on ne peut percevoir, tout au moins partiellement, que par le contexte documentaire ou verbal dans lequel il apparaît.

3Les documents écrits sont infiniment variés. Certains sont des actes privés ou encore des actes émanés d’une personne ayant autorité ou d’une institution : archives des communautés monastiques du monde byzantin, chartes de l’Italie lombarde des viie-viiie siècles, de l’Angleterre des xe-xie siècles ou de la Hongrie des xie-xive siècles, connues par des originaux, des cartulaires ou des copies d’érudits. D’autres sont des documents de gestion à caractère récapitulatif, tels les pouillés, les censiers ou l’état des biens waqf de la mosquée des Omeyyades. Les sources juridiques, les textes narratifs, les œuvres littéraires, celles des grammairiens également, les textes hagiographiques apportent une contribution importante non seulement par les noms qu’ils citent, mais aussi parce qu’ils peuvent incidemment décrire un système de nomination et que parfois ils donnent, du nom des personnes ou des lieux, une interprétation ou une étymologie, dont le caractère dépréciatif ou laudatif propose au lecteur un modèle de comportement. Les cartes ont bien sûr un caractère récapitulatif, mais également évolutif. Les « penthières », qu’utilisent les douaniers, sont des documents professionnels régulièrement mis à jour avec inscription ou même création de nouveaux toponymes de la part des utilisateurs. La « penthière » est une source qui se nourrit du quotidien des hommes qui assurent leur service et l’on peut regretter, avec Michel Tamine, que son exploitation reste si discrète dans les travaux consacrés à la toponymie ou à la microtoponymie des zones frontalières.

4Dès le xvie siècle, apparaissent des sources imprimées qui prennent toute leur ampleur aux xixe et xxe siècles. C’est entre autres à partir de sources imprimées que Florence Bourillon, Alexis Douchin et Serge Montens ont présenté respectivement le travail de la commission Merruau, chargée de revoir l’ensemble de la dénomination et de la numérotation des rues de Paris ; le nom des rues à Antony au xxe siècle ; enfin, le nom des établissements scolaires de Paris et de sa banlieue.

5Le papyrus, le parchemin, le papier éventuellement renforcé d’une toile sont les supports habituels de tous ces documents, mais il existe beaucoup d’autres supports d’un texte écrit où toponymes et anthroponymes occupent très souvent une place centrale. Tel est le cas des sceaux de cire et des bulles de plomb ou parfois d’or. Bien que faisant partie intégrante des actes, ils n’en obéissent pas moins, du fait de leur matériau, de l’espace réduit réservé à l’inscription et des pratiques en usage chez sigillants et scelleurs, à des contraintes et des règles propres, comme le montrent Caroline Simonet dans son étude sur sceaux, lieux et personnes en Vexin français du xiiie au xve siècle, et, à un moindre degré, Lucile Hermay, recourant notamment à cette catégorie particulière de sources écrites pour traiter de l’abandon, du changement ou de la conservation du nom chez les moines de Byzance. Les monnaies mérovingiennes du Bode Museum de Berlin, présentées par Rembert Eufe, ne sont pas sans offrir, du fait de leur surface restreinte et de leur forme discoïdale, un certain nombre de similitudes avec les sceaux.

6Le métal, la cire, mais aussi la roche naturelle, la pierre travaillée, la dalle funéraire, la tuile, la brique, le tuyau de plomb, la poterie accueillent inscriptions ou graffiti qui fournissent, depuis l’Antiquité, une masse impressionnante et sans cesse renouvelée de noms de personnes et de lieux. Une part importante est fournie par l’épigraphie funéraire où l’on expose publiquement l’identité de la personne. La pierre, comme le métal, est un matériau qui impose de fortes contraintes. On recherche donc la brièveté par une condensation textuelle et graphique à l’aide de lettres incluses ou d’abréviations, encore que, dans ce dernier cas et à toute époque, il s’agisse plus d’un phénomène culturel que d’une tentative de gagner de la place car il y a des abréviations même dans les manuscrits de luxe.

7Le chercheur, en fonction de son objet d’étude, peut avoir recours à de multiples sources écrites d’origine et d’époques très diverses et rassembler ainsi un corpus polymorphe. Chaque forme attestée pour une personne ou un lieu doit donc être appréciée en fonction de la source dont elle provient. C’est une évidence, mais cette évidence est parfois minorée, ce qui amène à proposer des synthèses plus séduisantes que crédibles.

8Comme les sources écrites, les sources orales doivent être évaluées. L’enquêteur choisit ses interlocuteurs, fixe les conditions et les objectifs de son enquête. Il faut se faire connaître, établir un climat de confiance, mener des entretiens assez courts, mais qui puissent se répéter, pour faire remonter à la surface les sédiments les plus anciens, déposés au fond de la mémoire de personnes souvent âgées. Cela amène progressivement à tester et faire évoluer le questionnaire, qui doit rester le plus discret possible. Dans ce genre d’enquête, tout excès d’interrogation tarit le témoignage. Dans la Drôme, à Lus-la-Croix-Haute, une première enquête est menée en 1998, puis une seconde en 2013-2014. En 1998, les trois paysans interrogés, âgés respectivement de 97, 87 et 79 ans, sont dialectophones mais ne pratiquent plus. Ils donnent surtout des informations sur l’environnement proche. En 2013-2014, l’enquêteur s’adresse à deux femmes et deux hommes, âgés de 60-70 ans. Ils ne sont plus dialectophones, mais connaissent bien les formes locales, parfois des formes francisées.

9Au fil du temps, les locuteurs disparaissent. À Lus-la-Croix-Haute comme en Gascogne, Jean-Claude Bouvier et Fabrice Bernissan, dans leurs études respectives sur les toponymes attestés par les sources orales, ne peuvent que constater la raréfaction, voire la quasi-disparition des témoins. Les microtoponymes notamment sont le fait de l’oralité et ne se transmettent que s’ils sont partagés par un groupe suffisant d’utilisateurs. Ils sont le conservatoire d’un mode de vie, mais aussi d’événements qui viennent le troubler ou encore de faits saillants, tels, en Gascogne, cette maison ravagée par la grippe espagnole ou, au Québec, chez les Attikameks, ce « lac où l’on fait du feu à l’aide de carabine ». Ces appellatifs, dont la plupart n’apparaissent sur aucune carte, sont le véhicule du souvenir, d’une identité collective et individuelle. Les recueillir permet de préserver un patrimoine immatériel.

10Ce type de toponymes est un élément vivant du dialecte ou de la langue que parlent les locuteurs. La dénomination attachée à un lieu reste évolutive et n’est pas encore figée par l’écrit, qui peu à peu sert presque universellement de référence et finit par imposer une forme, même si celle-ci est aberrante ou fautive. À terme, l’écrit rejaillit sur l’oral qui finit par intégrer une prononciation exogène. Si l’on mène une enquête assez large pour éviter ce genre de piège, la dialectologie et la connaissance des phonétiques locales permettent non seulement de replacer les éléments recueillis dans leur contexte linguistique, mais amènent à porter un regard critique sur les formes écrites. Pour le Dijonnais et la Bresse, Gérard Taverdet montre que la connaissance de la prononciation des noms de lieux par les autochtones contribue à écarter certaines étymologies, que la seule prise en compte de l’écrit pourrait suggérer.

11Sources orales et sources écrites ne s’excluent pas. Elles se complètent. Dans certains cas, la forme écrite est la seule trace résiduelle dont on dispose, pour imaginer, comme à travers un prisme déformant, ce qu’a pu être antérieurement la langue parlée. Avant que la fréquentation de l’école ne devienne obligatoire et que l’emploi d’une langue commune pour un territoire donné ne finisse par devenir la règle, il n’est pas rare que l’écrit ne recoure à une ou plusieurs langues qui ne sont parlées ou comprises que par quelques-uns. Au Moyen Âge, dans le royaume de Navarre, le basque est la langue parlée la plus répandue en dépit d’une incontestable pluralité linguistique. Il est pourtant très peu attesté par les sources écrites qui peuvent être rédigées en latin jusqu’au xe siècle, puis en roman navarrais, occitan, gascon, français ou dans la langue de tradition romane de la Riojà. Dans ce cas, anthroponymes et toponymes, lorsqu’ils sont notés en basque, constituent un vestige parcellaire mais précieux, qui est un écho de la langue parlée. De ce fait, certains microtoponymes, attestés par l’écrit depuis le Moyen Âge, peuvent être utilisés comme une source pour éclairer la dialectologie historique. C’est ce que tentent de faire Milan Harvalik et Iveta Valentova à partir d’un corpus de microtoponymes relevés dans des documents qui concernent respectivement le territoire actuel de la République tchèque et de la Slovaquie.

12Pour le linguiste, l’onomasticien ou le dialectologue, la constitution d’un corpus de sources pour une région administrative ou historique ou mieux encore pour une aire dialectale déterminée est en effet fondamentale. Œuvres de longue haleine, les corpus sont nombreux et pour beaucoup déjà anciens. Parmi les plus connus, on peut citer la collection des Dictionnaires topographiques de la France, lancée en 1859 par Léopold Delisle sous l’égide du Comité des travaux historiques et scientifiques, ou les Atlas linguistiques et ethnographiques, qui prolongent et complètent, région par région, les dix-sept volumes de l’Atlas linguistique de la France de Jules Gilliéron et Edmond Edmont, parus de 1907 à 1910. Les acteurs de cette dernière entreprise sont particulièrement qualifiés pour porter un regard critique sur un certain nombre de corpus préexistants. Brigitte Horiot, l’un des auteurs de l’Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest (Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois), décrit les conditions dans lesquelles Georges Musset et ses collaborateurs ont élaboré leur très célèbre et utile Glossaire des patois et parlers de l’Aunis et de la Saintonge. Sur les 22 000 mots du Glossaire, 800 à 900 lieux-dits sont mentionnés, mais ne peuvent guère être utilisés en l’absence de toute localisation.

13Dans ce domaine de la mise en place d’un corpus, l’une des entreprises internationales les plus exemplaires est le projet PatRom (Patronymica Romanica), lancé par Dieter Kremer en 1987. L’objectif est d’élaborer un Dictionnaire historique de l’anthroponymie romane, de repérer l’étymon commun des divers noms de famille romans d’origine lexicale, de voir l’évolution des formes et des sens au fil du temps. Jean Germain, à l’occasion de la sortie récente du quatrième volume, consacré aux anthroponymes en lien avec les mammifères, insiste sur le bénéfice que l’on peut tirer d’une telle réalisation, qui permet notamment d’éclaircir certains aspects souvent peu explicités de l’anthroponymie. L’un d’eux est celui de la motivation, que l’on peut mieux déceler grâce à l’importance que le Dictionnaire accorde aux surnoms contemporains et à la comparaison avec les proverbes médiévaux. De ce point de vue, le recours aux exempla, ces petits récits anecdotiques, destinés à instruire le fidèle pendant la prédication, pourrait également être utile.

14Les sources sont ici traitées dans un cadre préalablement défini. Malgré l’ampleur du projet tant sur le plan géo-linguistique que chronologique, aucun matériau n’est inutile. Ce ne sont plus des anthroponymes isolés, disséminés dans la documentation. Il s’agit d’une source seconde à la fois structurée, performante et féconde.

15En est-il de même des sources en ligne accessibles par internet ? Là encore, ce sont des sources secondes, même lorsque le document original est reproduit. Ce caractère n’est pas vraiment nouveau dans la mesure où toponymistes et anthroponymistes font depuis toujours largement usage des ouvrages imprimés sans nécessairement consulter les originaux ou les copies manuscrites des textes édités, ce qui est parfois regrettable car les éditions ne sont pas toujours exemptes d’erreurs de lecture. Ce qui change, c’est la profusion du matériau accessible, qui exige une très grande rigueur méthodologique de la part de l’utilisateur. De plus en plus, s’affirme la nécessité de mettre un peu d’ordre dans cette masse inorganique. L’un des premiers essais en ce sens est un consortium dédié aux approches numériques multiples des sources médiévales (Cosme), né en 2013.

  • 2 Je reprends ici une formule de Christian Baylon et Paul Fabre, Les noms de lieux et de personnes, P (...)

16Comme l’ont rappelé Yolanda Lopez Franco et Stéphane Gendron, toutes les sources ne se valent pas, quels que soient leur support, mais aussi leur mode de transmission. Il faut essayer de rassembler des attestations multiples pour pouvoir mettre à part les formes aberrantes sans pour autant renoncer à les analyser. L’onomastique, comme tout ce qui touche au langage, est par nature transdisciplinaire. Ce colloque en est l’illustration puisqu’il a rassemblé et fait se concerter des spécialistes de domaines très divers autour d’une science complexe, qui est aussi un complexe de sciences2.

Notas

1 Sur les 32 communications, seules 27 ont fait l’objet d’une version écrite. Nous tenons compte de l’ensemble des travaux qui ont été présentés. Certains, de ce fait, ne figurent pas dans les actes.

2 Je reprends ici une formule de Christian Baylon et Paul Fabre, Les noms de lieux et de personnes, Paris, Nathan, 1982, p. 6.

Autor

Conservateur général du patrimoine, président du colloque

© Publications des Archives nationales, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access