Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Avant-propos

Françoise Banat-Berger

Texte intégral

1Les Archives nationales sont riches de leurs relations avec les sociétés savantes. Qu’elles se caractérisent par leur ancrage local ou par une dimension disciplinaire, ces dernières contribuent en effet, par leurs diverses activités, au dynamisme de la vie culturelle et scientifique de notre établissement.

2Les liens unissant le monde des archives et la Société française d’onomastique [SFO] sont anciens. C’est ainsi aux Archives nationales – où elle conserve son siège social et continue d’organiser ses conférences trimestrielles – que naquit en 1961 la SFO. Parmi les membres fondateurs de la société figurait en outre Marcel Baudot, inspecteur général des Archives de France. La même année, ce dernier créait au sein des Archives nationales un « service de toponymie », devenu par la suite « Centre d’onomastique », dans le but de centraliser et de diffuser l’information scientifique en matière de recherche sur les noms propres. Mis sur pied et animé pendant trente ans par Marianne Mulon, ce service, réinstallé depuis peu dans de nouveaux locaux, salle Jean-Favier du Centre d’accueil et de recherches des Archives nationales [CARAN], entretient des liens étroits avec la SFO, ainsi qu’avec le réseau des Archives départementales : en témoigne l’entreprise d’édition électronique des dictionnaires topographiques départementaux du Comité des travaux historiques et scientifiques.

3« Noms de lieux, noms de personnes : la question des sources », tel est le thème de ce colloque organisé en partenariat par les Archives nationales et la Société française d’onomastique – un thème que n’aurait pas renié Auguste Longnon, « pionnier » des études toponymiques en France, qui commença sa brillante carrière en 1871 comme sous-chef de section aux Archives nationales.

4L’accueil de cette manifestation scientifique dans une institution d’archives paraît particulièrement opportun : comme chacun sait, ce sont en effet les documents, documents d’archives, documents épigraphiques, cartographiques ou autres, qui permettent de remonter à la source des noms de lieux et de personnes. Un nom se forme à l’oral, et plusieurs communications de ce colloque traitent précisément des sources orales. Pour qui souhaite saisir l’évolution de ce nom dans le temps long, le recours au document reste toutefois indispensable, en dépit des inévitables déformations, réinterprétations et autres avatars occasionnés par le passage à l’écrit.

5Tout archiviste sait par ailleurs que les salles d’archives sont emplies de lecteurs dont beaucoup cherchent essentiellement… des noms – pensons aux généalogistes. De fait, les services d’archives se trouvent situés, particulièrement à notre époque, à la jonction entre diverses logiques :

  • une forte demande sociale d’une part, liée au développement de l’histoire personnelle et familiale ;

  • des logiques institutionnelles d’autre part, induites par leur fonction de réceptacle de la production archivistique de l’État.

6Toutes choses qui ramènent à la question de la dénomination comme pratique sociale et comme moyen d’identification et de contrôle, des lieux et surtout des individus. Les débats sur la dévolution du nom de famille apparus il y a quelques années, ceux plus récents sur le nom des nouvelles régions et communes nous rappellent l’actualité permanente des questions de nomination.

7Les actes de ce colloque impressionnent par leur richesse et leur diversité : diversité des types de sources analysées (chartes, inscriptions, sceaux, monnaies, documents cartographiques…), des points de vues (histoire, sciences auxiliaires, dialectologie, philologie…), des périodes et des aires géographiques étudiées (de l’Antiquité romaine à l’Amérique du Nord contemporaine en passant par Byzance et diverses régions de l’occident médiéval).

8Je me réjouis de cette publication, qui vient couronner de belle manière la collaboration entre les Archives nationales et la Société française d’onomastique, pour le plus grand bénéfice de l’érudition comme du grand public intéressé aux questions de toponymie et d’anthroponymie.

Auteur

Directrice des Archives nationales

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access