Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Toponymie urbaine de Paris et de sa banlieue

Entre hommage et exemplarité

Les noms des établissements scolaires de Paris et de sa banlieue

Serge Montens

Texte intégral

1La plupart des établissements scolaires ont une dénomination propre, choisie a priori par l’administration qui les gère. Ces dénominations n’ont pas, à notre connaissance, fait l’objet d’études approfondies. On peut trouver toutefois les fréquences de certains noms de personnes donnés aux établissements scolaires de certaines régions, ou pour l’ensemble de la France, dans des articles de quotidiens et sur des blogs1, mais sans analyse particulière. Aussi nous a-t-il paru intéressant d’étudier les dénominations d’un certain nombre de ces établissements.

Le corpus de données

  • 2 Barats 2011.

2Nous avons étudié les noms des établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) de Paris et de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne), ce qui constitue, depuis le 1er janvier 2016, la métropole de Paris. Ce corpus, qui représente un total de 3 295 établissements, a une taille non négligeable, qui permet de réaliser une analyse statistique intéressante. Les dénominations ont été relevées sur le site http://www.education.gouv.fr/​pid24301/​annuaire-de-l-education.html, qui concerne à la fois les établissements publics et les établissements privés. Nous n’avons pas considéré dans notre étude les noms des universités, d’une part parce que leur nombre relativement réduit ne permet pas une analyse statistique, d’autre part parce qu’elles ont déjà fait l’objet d’une étude2.

3Cependant, les quatre départements étant urbains en totalité, cet échantillon ne peut pas être considéré comme représentatif de l’ensemble des établissements français. On peut en effet penser que la composition sociologique des populations peut influer sur les dénominations des établissements scolaires. On peut toutefois penser que cet échantillon est représentatif des zones urbaines.

Département

Écoles

Collèges

Lycées

Total

Paris (75)

578

178

200

956

Hauts-de-Seine (92)

515

131

79

725

Seine-Saint-Denis (93)

663

148

118

929

Val-de-Marne (94)

471

123

91

685

Total

2227

580

488

3295

Les dispositions légales

4L'article 15 de la loi n° 86-972 du 19 août 1986 prévoit que la dénomination ou le changement de dénomination d’un établissement scolaire est de la compétence de la collectivité territoriale de rattachement, c’est-à-dire les communes pour les écoles, les départements pour les collèges, les régions pour les lycées.

5Toute décision de dénomination ou de changement de dénomination doit être soumise au préalable pour avis par la collectivité compétente, d’une part, au maire de la commune d'implantation de l'établissement et, d'autre part, au conseil d'administration de l'établissement.

6La circulaire du 28 janvier 1988 indique en outre :

« Il convient de rappeler que les noms qui peuvent être attribués aux établissements scolaires ne sont pas limités aux noms de personnes. Par ailleurs, pour conserver à la notion d'hommage public toute sa valeur, il est traditionnellement admis que les témoignages officiels de reconnaissance doivent être réservés aux personnalités qui se sont illustrées par des services exceptionnels rendus à la nation ou à l'humanité ou par leur contribution éminente au développement des sciences, des arts ou des lettres.

7Ainsi, les dénominations d'établissements scolaires devraient constituer pour les jeunes générations présentes et futures autant d'exemples particulièrement choisis, et donc avoir une valeur éducative.

8Au surplus, il est souhaitable que la reconnaissance publique ne s'exprime que lorsque l'épreuve du temps a pu pleinement consacrer les mérites qu'il s'agit d'honorer. C'est pourquoi il convient de rappeler l'usage selon lequel les choix arrêtés en matière d'hommages publics ne concernent en principe que des personnalités décédées depuis au moins cinq ans. »

Dénominations les plus fréquentes

9Nous donnons ci-après les dénominations les plus fréquentes, par type d’établissement. Pour établir ce décompte, il a fallu faire un certain nombre d’hypothèses.

10Certaines dénominations comportent deux noms de personnes célèbres, par exemple école Ravel Prévert. Chacune de ces personnes célèbres a été comptabilisée individuellement.

11Certaines dénominations comportent uniquement le patronyme d’une personne célèbre, alors que d’autres comportent à la fois le patronyme et le prénom. Ces deux différentes dénominations ont été regroupées entre elles. Par exemple les écoles La Fontaine et Jean de La Fontaine ont été regroupées entre elles pour faire le décompte. De même, les dénominations de type prénom-nom, comme Jean-Baptiste Poquelin, ont été regroupées avec les pseudonymes correspondants, Molière en l’occurrence. Par contre, les appellations Marie Curie et Joliot-Curie ont été considérées comme différentes, la seconde se référant à Frédéric Joliot et Irène Curie.

Écoles – dénominations les plus fréquentes

Ordre

Dénomination

Nombre

1

Jean Jaurès

41

2

Jules Ferry

36

3

Louis Pasteur

30

4

Paul Langevin

30

5

Victor Hugo

28

Collèges – dénominations les plus fréquentes

Ordre

Dénomination

Nombre

1

Saint-Joseph

8

2

Jean Jaurès

7

3

Victor Hugo

7

4

Jean Moulin

7

5

Jean Perrin

5

Lycées – dénominations les plus fréquentes

Ordre

Dénomination

Nombre

1

Léonard de Vinci

6

2

Gustave Eiffel

5

3

Condorcet

5

4

Louise Michel

5

5

Jean Moulin

4

Ensemble des établissements scolaires – dénominations les plus fréquentes

Ordre

Dénomination

Nombre

1

Jean Jaurès

50

2

Jules Ferry

41

3

Louis Pasteur

36

4

Victor Hugo

36

5

Paul Langevin

34

Analyse

12Premièrement, les dénominations les plus courantes sont des noms de personnes célèbres, pas des noms de lieux ou des noms communs.

13D’autre part, on constate que les cinq dénominations les plus fréquentes ne sont pas systématiquement les mêmes pour les trois types d’établissements. Seuls Jean Jaurès, Victor Hugo et Jean Moulin apparaissent dans deux des trois listes. Aucun nom n’apparaît dans les trois listes.

14Pour les écoles, deux noms se détachent des autres : Jean Jaurès et Jules Ferry, avec respectivement 41 et 36 établissements, le troisième n’en ayant que 30. Les noms étant choisis par les communes, rien n’empêche en effet une commune d’attribuer un nom déjà donné à de nombreuses écoles du même département ou de la région.

15Pour les collèges et les lycées, les nombres d’établissements portant le même nom sont beaucoup plus faibles. En effet, il n’y a, sauf exception, qu’un ou deux collèges d’un nom donné dans un même département.

16On a ainsi l’impression que les écoles ont davantage recherché des « héros nationaux », reconnus par tous. Les collèges et les lycées doivent, quant à eux, honorer un nombre plus élevé de personnalités, sans doute moins connues, comme par exemple Jean Perrin et Condorcet.

Nombre de dénominations

17Nous avons compté le nombre de dénominations différentes pour chaque type d’établissement. Le rapport entre le nombre d’établissements et le nombre de dénominations différentes permet de chiffrer la diversité des dénominations. Le nombre total de dénominations différentes pour l’ensemble des quatre départements (dernière colonne des tableaux suivants) est évidemment largement inférieur au nombre total des établissements des quatre départements, car de nombreux établissements portent le même nom dans plusieurs départements.

Écoles

-

Paris

Hauts-de-Seine

Seine-Saint-Denis

Val-de-Marne

Total

Nombre de dénominations

559

359

374

289

1350

Nombre d’établissements

578

515

663

471

2227

Rapport établissements / dénominations

1,03

1,43

1,77

1,63

1,65

18Le département de Paris ne formant qu’une seule commune, toutes ses écoles publiques portent un nom différent afin qu’elles puissent être différenciées sans ambiguïté. En revanche, parmi les écoles privées, plusieurs portent le même nom, par exemple plusieurs écoles Saint-Joseph. Dans les autres départements, un assez grand nombre d’écoles portent le même nom, différentes communes pouvant évidemment choisir la même dénomination. Ainsi, en Seine-Saint-Denis, il n’y a que 374 noms différents pour 663 écoles, dont 23 écoles Jean Jaurès.

Collèges

-

Paris

Hauts-de-Seine

Seine-Saint-Denis

Val-de-Marne

Total

Nombre de dénominations

178

115

122

103

419

Nombre d’établissements

178

131

148

123

580

Rapport établissements / dénominations

1,00

1,14

1,21

1,19

1,38

19À Paris, là encore, tous les collèges portent un nom différent. Dans les autres départements, la diversité est plus faible que pour les écoles. Mais, bien que les noms des collèges doivent être approuvés par les conseils départementaux, ce n’est pas une raison pour n’attribuer une dénomination donnée qu’à un seul collège dans un même département. Ainsi, dans le département de Seine-Saint-Denis, il y a 5 collèges Jean Jaurès. Dans le Val-de-Marne, il y a 3 collèges Jules Ferry. En Seine-Saint-Denis, il y a 122 noms différents pour 148 collèges.

Lycées

-

Paris

Hauts-de-Seine

Seine-Saint-Denis

Val-de-Marne

Total

Nombre de dénominations

176

74

84

63

356

Nombre d’établissements

200

79

118

91

488

Rapport établissements / dénominations

1,14

1,08

1,40

1,44

1,37

20On observe le même phénomène pour les lycées que pour les collèges. À Paris et dans les départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, un même nom est souvent donné à un lycée d’enseignement général et à un lycée professionnel situés dans la même commune. Dans les Hauts-de-Seine en revanche, les lycées professionnels publics portent tous des noms distincts des lycées d’enseignement général. Ainsi, dans ce département, tous les lycées publics portent des noms différents. Mais, dans le Val-de-Marne, il n’y a que 63 noms différents pour 91 lycées.

Conclusion

21Le nombre moyen d’établissements par dénomination est similaire pour les lycées (1,37) et les collèges (1,38), et nettement plus faible que celui des écoles (1,65). On voit ainsi apparaître une distinction entre deux groupes d’établissements. Pour les écoles, du fait de la grande liberté donnée aux communes, la diversité des appellations est paradoxalement relativement limitée, de nombreuses communes plébiscitant des célébrités comme Jean Jaurès, Jules Ferry et Louis Pasteur. Pour les collèges et les lycées, la diversité des dénominations est 20 % plus grande, permettant de faire émerger des personnalités moins connues.

Typologie des dénominations

22Nous avons classé les noms d’établissements scolaires en trois catégories : les noms de personnes, les noms de lieux et les noms communs. Nous indiquons ci-après les pourcentages de chacun de ces types de dénominations pour chaque département et pour chaque type d’établissement scolaire. Le total de chaque ligne est égal à 100 %. Le classement dans chacune de ces trois catégories n’est pas toujours évident. En effet, certains noms de lieux sont des noms communs. Nous avons placé dans la catégorie des noms communs les noms qui ne nous sont pas apparus comme étant des dénominations de lieux.

Écoles

-

Personnes

Lieux

Noms communs

Paris

13

83

4

Hauts-de-Seine

73

16

11

Seine-Saint-Denis

82

12

6

Val-de-Marne

76

18

6

Total

61

33

6

Écoles – typologie (en %)

23La Ville de Paris a choisi de dénommer la plupart de ses écoles du nom de la rue dans laquelle elles se situent. Cela présente l’avantage de situer facilement ces écoles en fonction de leur nom. Ainsi, on peut dire que 83 % des écoles portent des noms de lieux, dont un grand nombre sont en réalité des noms de rues. De ce fait, bien des écoles ont des noms de personnes célèbres qui sont les noms des rues correspondantes. Nous avons comptabilisé ces écoles dans la catégorie « lieux » et non « personnes », car le choix de la personne en question ne résulte pas d’une démarche volontaire, mais simplement du fait que ces écoles se trouvent dans des rues portant le nom d’une personne. Pour les autres départements, la majorité des écoles (environ les trois quarts) portent des noms de personnes, suivies par des noms de lieux, et des noms communs.

Collèges

-

Personnes

Lieux

Noms communs

Paris

86

10

4

Hauts-de-Seine

83

13

4

Seine-Saint-Denis

89

2

9

Val-de-Marne

89

8

3

Total

87

8

5

Collèges – typologie (en %)

24Les collèges portent à plus de 83 % des noms de personnes, suivis par des noms de lieux et des noms communs (sauf dans le département de Seine-Saint-Denis, dans lequel les noms communs sont davantage représentés que les noms de lieux).

Lycées

-

Personnes

Lieux

Noms communs

Paris

79

11

10

Hauts-de-Seine

89

10

1

Seine-Saint-Denis

86

3

11

Val-de-Marne

90

7

3

Total

85

8

7

Lycées – typologie (en %)

25Les lycées portent à plus de 79 % des noms de personnes, suivis par des noms de lieux et des noms communs (sauf dans le département de Seine-Saint-Denis, dans lequel les noms communs sont davantage représentés que les noms de lieux).

Ensemble des établissements

-

Personnes

Lieux

Noms communs

Paris

41

54

5

Hauts-de-Seine

76

15

9

Seine-Saint-Denis

84

9

7

Val-de-Marne

80

15

5

Total

69

25

6

Ensemble des établissements scolaires – typologie (en %)

26L’ensemble des établissements scolaires portent en majorité des noms de personnes, suivis par des noms de lieux et des noms communs. Si l’on enlève le cas particulier des écoles publiques parisiennes qui ont en fait le nom de la rue dans laquelle elles sont situées, c’est plus de 80 % des établissements qui portent le nom d’une personne. Cela montre la volonté d’honorer des hommes et des femmes célèbres et sans doute aussi de donner de cette façon des exemples aux élèves.

  • 3 Lejeune 2013.

27Cette répartition en trois catégories (noms de personnes, noms de lieux, noms communs) peut être également utilisée pour les odonymes : rues, avenues, boulevards, places… Il nous a donc paru intéressant de faire le parallèle entre les odonymes et les noms d’établissements scolaires. Nous avons pour cela classé les odonymes de la ville de Paris selon ces trois catégories. Les noms des bibliothèques publiques de cinq régions de France ont fait l’objet également d’une étude3.

28Nous trouvons les répartitions suivantes, en pourcentages :

Répartition des types de dénominations en %

-

Personnes

Lieux

Noms communs

Rues de Paris

68

21

11

Bibliothèques publiques

47

42

11

Établissements scolaires

69

25

6

29On constate que la typologie des dénominations des établissements scolaires de la métropole de Paris est assez proche de celle des rues de Paris, les noms communs étant toutefois plus nombreux dans les odonymes parisiens. Les noms des bibliothèques publiques font davantage appel aux noms de lieux.

Étude des noms de personnes

Noms multiples

30On constate que quelques établissements portent le nom de deux personnes célèbres. C’est le cas des écoles Ravel Prévert, Curie Saint-Exupéry, Maritain Renan, Monnet Debussy, Camus Pasteur, toutes situées à Meudon, ce qui révèle une politique municipale particulière.

31On honore parfois plusieurs membres d’une famille. Un cas particulier concerne Marie Curie, sa fille Irène et son gendre Frédéric Joliot. Ces trois personnes étaient toutes physiciennes et elles sont de ce fait souvent associées dans les dénominations. On trouve ainsi des établissements Pierre et Marie Curie, Frédéric et Irène Joliot-Curie, Joliot-Curie.

32De même on trouve une école Gabriel et Charles Voisin à Boulogne-Billancourt, une école Lucie et Raymond Aubrac à Gennevilliers, le collège Aimé et Eugénie Cotton au Blanc-Mesnil.

33Un autre cas intéressant est Langevin / Wallon, qui fait référence au plan Langevin / Wallon de réforme de l’enseignement de juin 1947 (écoles dans les trois départements de la petite couronne et un collège à Rosny-sous-Bois).

Répartition en catégories 

34Nous avons réparti les noms de personnes en plusieurs catégories. Nous indiquons ci-après les pourcentages de chacune de ces catégories, pour chaque département et pour chaque type d’établissement scolaire.

35Nous avons inclus les architectes, les photographes et les cinéastes dans la catégorie des artistes plasticiens. Les militaires, les résistants et les pédagogues ont été inclus dans la catégorie des hommes politiques. Les philosophes ont été inclus dans la catégorie des écrivains et poètes. Les comédiens et les chanteurs ont été regroupés avec les musiciens et acteurs.

36Certaines personnes célèbres le sont à plusieurs titres. Nous les avons alors comptabilisées dans une seule des catégories concernées.

37Nous indiquons ci-après les pourcentages de chaque catégorie de personnes célèbres, pour chaque département et pour chaque type d’établissement scolaire. Le total de chaque colonne est donc égal à 100 %. Le chiffre 0 indique qu’il y a moins de 1 % de noms de ce type et non qu’il n’y en a pas.

Écoles – noms de personnes célèbres (en %)

-

Paris

Hauts-de-Seine

Seine-Saint-Denis

Val-de-Marne

Total

Saints, ecclésiastiques

82

11

5

8

12

Hommes politiques

6

33

39

39

35

Écrivains, poètes

11

29

29

28

28

Artistes plasticiens

0

9

3

4

5

Musiciens, acteurs

0

2

4

1

3

Scientifiques

1

15

18

19

16

Sportifs, aventuriers

0

1

2

1

1

38Pour les écoles, les catégories les plus représentées sont les hommes politiques, puis les écrivains et les scientifiques, de façon assez uniforme dans les départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. La Ville de Paris fait exception en raison du système de dénomination particulier des écoles, déjà mentionné, qui fait que les écoles religieuses chrétiennes représentent la majorité des écoles ayant des noms de personnes. Les écrivains ont souvent été choisis pour dénommer les écoles : faut-il y voir un lien avec le fait que c’est à l’école que l’on apprend à lire et à écrire ?

Collèges – noms de personnes célèbres (en %)

-

Paris

Hauts-de-Seine

Seine-Saint-Denis

Val-de-Marne

Total

Saints, ecclésiastiques

23

26

10

13

18

Hommes politiques

17

21

34

33

26

Écrivains, poètes

32

26

22

26

27

Artistes plasticiens

13

17

14

9

13

Musiciens, acteurs

8

3

6

5

6

Scientifiques

7

7

14

14

10

Sportifs, aventuriers

0

0

0

0

0

39Pour les collèges, les catégories les plus représentées sont les hommes politiques ou les écrivains selon les départements, suivis par les saints, les artistes plasticiens, les scientifiques. On peut remarquer que de nombreux collèges ont été construits dans les années 1970-1990, à un moment où se développait également beaucoup la culture. Cela explique sans doute que le total des deux catégories (artistes-plasticiens ; musiciens, acteurs) représente 19 % alors qu’il n’en représente que 8 % pour les écoles.

Lycées – noms de personnes célèbres (en %)

-

Paris

Hauts-de-Seine

Seine-Saint-Denis

Val-de-Marne

Total

Saints, ecclésiastiques

22

27

13

9

18

Hommes politiques

20

13

36

29

25

Écrivains, poètes

20

21

15

16

18

Artistes plasticiens

14

10

12

14

13

Musiciens, acteurs

3

2

5

8

4

Scientifiques

21

27

19

24

22

Sportifs, aventuriers

0

0

0

0

0

40Pour les lycées, les catégories les plus représentées sont les hommes politiques ou les saints, selon les départements, suivis par les scientifiques et les écrivains. Dans les lycées, les scientifiques et ingénieurs sont largement plus représentés que dans les écoles et les collèges. Dans les années 1970, de nombreux lycées ont été construits, à une époque où la conquête de l’espace passionnait les foules. Cela pourrait expliquer la forte proportion de scientifiques.

41Pour tous les types d’établissements, à Paris et dans les Hauts-de-Seine, la forte proportion de noms de saints ou d’ecclésiastiques montre le grand nombre d’établissements religieux dans ces départements.

42Les catégories les plus représentées sont donc finalement :

Ordre

Écoles

Collèges

Lycées

1

Hommes politiques

Écrivains, poètes

Hommes politiques

2

Écrivains, poètes

Hommes politiques

Scientifiques

3

Scientifiques

Saints, ecclésiastiques

Saints, ecclésiastiques

4

Saints, ecclésiastiques

Artistes plasticiens

Écrivains, poètes

43Les hommes politiques et les écrivains sont finalement les personnes les plus honorées. Les scientifiques le sont aussi, particulièrement pour les lycées.

44Les écrivains représentent 18 à 28 % des établissements. C’est plus que pour les établissements de l’ensemble de la France, où ils ne représentent que 8 %.

Noms de personnes célèbres les plus fréquents 

45Les cinq noms de personnes célèbres les plus fréquents pour chaque catégorie sont indiqués dans les tableaux suivants :

Écoles – noms de personnes célèbres les plus fréquents

Ordre

1

2

3

4

5

Saints, ecclésiastiques

Saint-Joseph

Notre-Dame

Sainte-Marie

Jeanne d’Arc

Sainte-Geneviève

Hommes politiques

Jean Jaurès

Jules Ferry

Henri Wallon

Paul Bert

Marcel Cachin

Écrivains, poètes

Victor Hugo

Anatole France

Saint-Exupéry

Jean de La Fontaine

Romain Rolland

Artistes plasticiens

Jean Lurçat

Pablo Picasso

Robert Doisneau

Auguste Rodin

Gustave Courbet

Musiciens, acteurs

Jean-Baptiste Clément

Georges Brassens

Charlie Chaplin

Hector Berlioz

Maurice Ravel

Scientifiques

Joliot-Curie

Paul Langevin

Louis Pasteur

Eugénie Cotton

Jean Rostand

Sportifs, aventuriers

Jean Mermoz

Toussaint Louverture

Youri Gagarine

-

-

Collèges – noms de personnes célèbres les plus fréquents

Ordre

1

2

3

4

5

Saints, ecclésiastiques

Saint-Joseph

Sainte-Marie

Jeanne d’Arc

Notre-Dame

Sainte-Geneviève

Hommes politiques

Jean Jaurès

Jean Moulin

Paul Bert

Jules Ferry

Jean Macé

Écrivains, poètes

Victor Hugo

Saint-Exupéry

Albert Camus

Romain Rolland

Paul Éluard

Artistes plasticiens

Henri Matisse

Robert Doisneau

Georges Braque

Gustave Courbet

Jean Renoir

Musiciens, acteurs

Georges Brassens

Jean-Baptiste Clément

Claude Debussy

Hector Berlioz

Maurice Ravel

Scientifiques

Louis Pasteur

Évariste Galois

Jean Perrin

Marie Curie

Paul Langevin

Sportifs, aventuriers

Colette Besson

Didier Daurat

Hélène Boucher

Pilâtre de Rozier

-

Lycées – noms de personnes célèbres les plus fréquents

Ordre

1

2

3

4

5

Saints, ecclésiastiques

Notre-Dame

Suger

Sainte-Geneviève

Sainte-Thérèse

-

Personnalités politiques

Louise Michel

Louis Armand

Jean Moulin

Jean Macé

Albert de Mun

Écrivains, poètes

François Rabelais

Fénelon

Blaise Pascal

Charles Péguy

Denis Diderot

Artistes plasticiens

Léonard de Vinci

Eugène Delacroix

Auguste Renoir

Claude-Nicolas Ledoux

Fernand Léger

Musiciens, acteurs

Georges Brassens

Darius Milhaud

Jacques Brel

-

-

Scientifiques

Condorcet

Gustave Eiffel

d’Alembert

Édouard Branly

Jacques Monod

Sportifs, aventuriers

Christophe Colomb

Hélène Boucher

Alberto Santos-Dumont

-

-

46Pour les lycées, du fait du nombre relativement faible d’établissements, l’ordre indiqué ci-dessus est peu significatif.

47Compte tenu de leur renommée toute relative dans le grand public, Jean Lurçat et Henri Matisse peuvent surprendre, de même que Condorcet.

48On constate que dans chaque catégorie, la majorité des cinq personnes les plus célébrées ont vécu au xixe ou au xxe siècle. Les exceptions sont : Jean de La Fontaine pour les écoles, Pilâtre de Rozier pour les collèges, François Rabelais, Fénelon, Blaise Pascal, Denis Diderot, Léonard de Vinci, Claude-Nicolas Ledoux, Condorcet et d’Alembert pour les lycées. Parmi les hommes politiques et assimilés, on trouve des pédagogues bien représentés : Paul Bert et Jean Macé. Même des personnages de romans peuvent servir de dénomination : Le Petit Prince (Noisy-le-Sec) et Gavroche (Noisy-le-Grand).

Diversité des noms de personnes

49De même que pour les dénominations en général, nous avons calculé la diversité des dénominations de noms de personnes, dans le cas des écoles.

Écoles – diversité des noms de personnes

Catégories

Nombre d’établissements

Nombre de dénominations

Rapport établissements / dénominations

Saints, ecclésiastiques

153

103

1,49

Hommes politiques

452

156

2,90

Écrivains, poètes

352

102

3,45

Artistes plasticiens

50

35

1,43

Musiciens, acteurs

34

23

1,48

Scientifiques

218

74

2,95

Sportifs, aventuriers

12

11

1,09

Sexe des personnes célèbres 

50Nous avons déterminé la proportion de noms de personnes célèbres de sexe masculin et féminin : 84 % de noms masculins, 14 % de noms féminins, 2 % de noms masculins et féminins associés (par exemple Pierre et Marie Curie). Par comparaison, on trouve les pourcentages respectifs suivants pour les noms de bibliothèques publiques : 81 %, 18 %, 1 %.

51Comme s’il fallait chercher à compenser ce déséquilibre, en Seine-Saint-Denis, la dernière « promotion » de collèges, en juin 2014, ne comportait que des noms de femmes : Simone Veil à Aulnay-sous-Bois, Dora Maar à Saint-Denis-Saint-Ouen, Jacqueline de Romilly au Blanc-Mesnil, et Césaria Evora à Montreuil.

Personnes en lien avec la localisation de l’établissement

52Dans certains cas, la personne célèbre choisie a un lien avec la commune où se trouve l’établissement. Généralement elle y est née, y est décédée, y a vécu longtemps ou y a été un élu local. C’est le cas notamment des établissements suivants (nous ne citons pas ici les établissements parisiens) : Achille Peretti et Jean-Baptiste Charcot (Neuilly-sur-Seine), Auguste Rodin et Charles Desvergnes (Meudon), Henri Estienne d’Orves et Robert Pontillon (Suresnes), Gaston Ramon (Garches), Gustave Caillebotte (Gennevilliers), Jacques Deray et Paul Landowski (Boulogne-Billancourt), Jean Rostand (Ville-d’Avray), Maurice Chevalier (Marnes-la-Coquette), Daniel Renoult et Louis-Sébastien Lenain de Tillemont (Montreuil), Firmin Génier (Aubervilliers), Francine Fromond (Fresnes), Jean Mermoz (Le Bourget), Charles Gounod (Saint-Cloud), Henri Sellier (Suresnes), Robert Doisneau (Montrouge), Louis Daguerre (Bry-sur-Marne), Yves du Manoir (Vaucresson), Eugène Carrière (Gournay-sur-Marne), Jean Lolive (Pantin), Maurice Coutrot (Bondy), Pierre De Geyter (Saint-Denis), Emmanuel Mounier (Chatenay-Malabry), Armand Guillaumin (Orly), Suger (Saint-Denis). Il en existe certainement d’autres que nous n’avons pas pu repérer. Cependant, il nous semble que ces dénominations de personnes en lien avec la localisation de l’établissement, ne représentent qu’une faible part des établissements ayant choisi des noms de personnes.

  • 4 Lejeune 2013.

53On remarque aussi que les personnalités locales sont utilisées davantage pour la dénomination des bibliothèques4 que pour celle des établissements scolaires.

54A contrario, on peut aussi noter que certaines personnes célèbres, pourtant d’ampleur nationale, n’ont pas été célébrées par un établissement scolaire dans les communes où elles sont nées ou décédées (par exemple Roger Martin du Gard, né à Neuilly-sur-Seine, Lucie Aubrac, décédée à Issy-les-Moulineaux).

Personnes étrangères

55Les personnes étrangères représentent seulement 3,2 % du total des noms de personnes. Les pays d’origine les plus représentés sont les suivants : États-Unis, Espagne, Allemagne, Italie, Afrique du Sud, Pologne, Russie. Les plus fréquents sont Pablo Picasso et Léonard de Vinci. Il est vrai qu’ils ont passé une bonne partie de leur vie en France.

Personnes vivantes 

56Contrairement à la circulaire du 28 janvier 1988, certaines personnes auxquelles on a donné le nom d’un établissement scolaire sont toujours vivantes : Marlène Jobert (Épinay-sur-Seine), Simone Veil (Asnières-sur-Seine et Mandres-les-Roses), Françoise Héritier (Montreuil). Il est possible que d’autres personnes, aujourd’hui décédées, aient donné leur nom à un établissement de leur vivant.

Choix des noms dans une même commune 

57Certaines communes comportent de nombreuses écoles (jusqu’à 39 à Courbevoie et à Montreuil, et 62 à Saint-Denis). Un certain nombre d’entre elles optent pour les « grands classiques » (par exemple Jean Jaurès, Jules Ferry, Louis Pasteur et Victor Hugo à Clichy). D’autres font preuve de plus d’originalité, comme Boulogne-Billancourt, qui réussit à éviter les grands classiques malgré 32 écoles. Les communes dirigées par la gauche ont logiquement choisi souvent des personnalités de gauche comme Jean Jaurès et Marcel Cachin.

Répartition géographique 

58Peut-on invoquer un phénomène de contagion pour certains noms d’écoles de communes proches ? On peut citer : les écoles Charles Perrault situées à Villeneuve-la-Garenne, Courbevoie, Colombes et Levallois-Perret, les écoles Ferdinand Buisson à Chaville et Meudon, les écoles Françoise Dolto à Bois-Colombes, Levallois-Perret et Courbevoie, les écoles Gambetta à Châtillon et Vanves, les écoles Henri Barbusse à Bagneux et Malakoff, les écoles Jean de La Fontaine à Nanterre, Courbevoie et Levallois-Perret, les écoles Paul Vaillant-Couturier à Bagneux et Malakoff, les écoles Robert Doisneau à Boulogne-Billancourt et à Issy-les-Moulineaux,

Étude des noms de lieux

59Les noms de lieux attribués à certains établissements sont évidemment en relation avec des lieux situés à proximité de ces établissements. Ils permettent de localiser l’établissement dans la ville.

60On peut citer notamment :

  • du centre, indiquant la localisation en centre-ville, dénomination utilisée pour des écoles uniquement,

  • des cours d’eau : Seine, Bords de Seine,

  • des lieux-dits : Billancourt, Brimborion, Côtes Auty, Landy, Bons Raisins, Blagis, Bruyères, Buissonnets, Chartreux, Cottages, Épinettes, Grésillons, Montretout, Bellevue, Vallée aux Renards, etc.

  • divers lieux génériques : ferme, parc, faïencerie, coteaux, source, stade, forêt, grange, tourelle, moulin à vent, fort.

Étude des noms communs

61Les noms communs utilisés pour dénommer des établissements scolaires sont de plusieurs types : des noms associés à des fêtes religieuses ou des concepts en relation avec la religion, des noms décrivant des spécificités pédagogiques, des noms exprimant la spécificité de l’établissement pour certains collèges et lycées, et des noms de végétaux ou d’animaux.

62On peut citer notamment pour les écoles, les noms de fleurs (iris, jacinthes, pâquerettes, pervenches, muguet, primevères, tulipes) ou d’animaux (oiseaux, papillons, renards, ormeaux, martinets, fauvettes, cigogne, abeille, pie, merles).

63Certaines communes ont d’ailleurs délibérément choisi de donner des noms de végétaux ou d’animaux à plusieurs de leurs écoles : les fleurs, les oiseaux, les papillons à Neuilly-sur-Marne ; les capucines, les coquelicots, les marguerites, les tulipes à Fresnes.

64Certains noms évoquent l’évasion : arc-en-ciel, les cosmonautes, les planètes, les poètes ; d’autres évoquent l’enfance : la farandole, la marelle, les benjamins.

65Pour les écoles et les collèges, on trouve plus souvent des notions morales (l’espérance, la fraternité, l’initiative, la liberté – à Drancy notamment, clin d’œil à l’histoire) ou des noms religieux (l’Assomption, l’Immaculée Conception, le Sacré-Cœur, l’Alliance, Ave Maria, Ozar Hatorah). Des écoles République existent également.

66Certaines dénominations se réfèrent aux particularités pédagogiques de l’établissement. On trouve les lycées de la Légion d’Honneur, des métiers de l’horticulture et du paysage, des métiers de l’ameublement, du bâtiment et des travaux publics, hôtelier, l’École technique supérieure du laboratoire, l’École supérieure des techniques de biologie appliquée, l’Institut national des jeunes aveugles, l’Institut national des jeunes sourds, le Centre des formations industrielles.

67Dans les noms divers, on peut noter aussi : la Concorde, la Croix-Rouge, la Roue, la Providence, Nouvelle, Octobre, Votre École chez vous.

Changements de dénominations

68On peut relever un certain nombre de changements de dénominations. Un cas très particulier s’est produit dans le XVIe arrondissement de Paris : le collège Eugène Delacroix, victime d’une concurrence avec le collège Janson de Sailly, très réputé, devient le collège Janson de Sailly - Site Eugène Delacroix.

69Mais les changements les plus fréquents sont relatifs à des noms de personnes célèbres ayant émis des propos antisémites lors de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, le lycée Florent Schmitt à Saint-Cloud est devenu le lycée Alexandre Dumas. Le collège Vincent d’Indy à Paris, dans le XIIe arrondissement, est devenu le collège Germaine Tillion en 2013, peu avant que celle-ci n’entre au Panthéon.

70On peut citer aussi le collège Maurice Thorez à Stains, rebaptisé collège Barbara en 2014, à l’occasion de sa reconstruction.

Conclusion

71L’analyse des noms des établissements scolaires de la métropole de Paris permet de dégager les éléments suivants.

72On voit apparaître une distinction entre deux groupes d’établissements. Pour les écoles, malgré la grande liberté donnée aux communes, la diversité des appellations est paradoxalement relativement limitée, de nombreuses communes plébiscitant des célébrités comme Jean Jaurès, Jules Ferry et Louis Pasteur. Pour les collèges et les lycées, la diversité des dénominations est 20 % plus grande, permettant de faire émerger des personnalités moins connues.

73L’ensemble des établissements scolaires portent en majorité des noms de personnes (69 %), suivis par des noms de lieux (25 %) et des noms communs (6 %). Si l’on enlève le cas particulier des écoles publiques parisiennes qui ont en fait le nom de la rue dans laquelle elles sont situées, c’est plus de 80 % des établissements qui ont le nom d’une personne. Cela montre la volonté d’honorer des hommes et femmes célèbres et sans doute aussi de donner des exemples aux élèves.

74On constate que la typologie des dénominations des établissements scolaires est assez proche de celle des rues de Paris, les noms communs étant toutefois plus nombreux dans les odonymes parisiens. Les noms des bibliothèques publiques font davantage appel aux noms de lieux.

75Les hommes politiques et les écrivains sont les personnes les plus honorées pour les écoles et les collèges. Pour les lycées, ce sont les hommes politiques et les scientifiques. Parmi les personnes célébrées, 84 % sont des hommes. Les étrangers ne représentent que 3,2 % des célébrités. Il pourrait y avoir un phénomène de contagion géographique dans le choix des noms des écoles dans certaines communes de la banlieue parisienne. On constate que, dans chaque catégorie, la majorité des cinq personnes les plus célébrées ont vécu au xixe ou au xxe siècle. Les noms de lieux sont généralement des noms génériques ou des lieux-dits. Les noms communs sont généralement des noms de fleurs, d’animaux, des noms évoquant l’évasion, l’enfance et des notions morales ou des noms religieux. Certaines communes choisissent un ensemble de noms d’animaux ou de fleurs. Les quelques changements de noms qui sont intervenus montrent qu’au-delà de l’hommage rendu aux grands hommes, il est nécessaire que ceux-ci aient fait preuve d’exemplarité.

Bibliographie

Barats Christine, « La dénomination comme trace du passé et enjeu. L’exemple des universités parisiennes », Mots. Les langages du politique [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 05 septembre 2013, consulté le 19 décembre 2016. URL : http://mots.revues.org/20250.

Lejeune Albane, 2013, La dénomination des bibliothèques territoriales : analyse et perspectives, diplôme de conservateur des bibliothèques, ENSSIB/Université de Lyon.

Lelièvre Claude, 2010, « Du nom des écoles », http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-lelievre/271210/du-nom-des-ecoles.

Notes

1 http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-lelievre/271210/du-nom-des-ecoles

2 Barats 2011.

3 Lejeune 2013.

4 Lejeune 2013.

Auteur

Société française d’onomastique

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access