Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Toponymie urbaine de Paris et de sa banlieue

Mise en place du réseau viaire et des noms de rues sur la rive droite de Paris au cours du xiiie siècle

À travers les livres d’archives de Saint-Magloire, Saint-Martin-des-Champs, Saint-Antoine-des-Champs, Saint-Éloi et du Temple

Marlène Hélias-Baron

Texte intégral

Comme les travaux de recherche se font rarement en solitaire, je tiens à remercier chaleureusement Sébastien Barret et Caroline Bourlet de leurs conseils et de leur attention toujours soutenue lors de la rédaction de cet article.

  • 1 Mercier 2006 ; Franklin 1984.
  • 2 Roux 1989, citation issue du prologue du t. I, p. I.
  • 3 Étienne 1974 ; Guerber 2001 ; Escher 2009.
  • 4 Weiss 2009.

1Paris, ses rues et son urbanisation dans la Cité ainsi que sur les rives droite et gauche ont été les objets de nombreuses études depuis le xviiie siècle, plus ou moins pittoresques comme le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier ou la présentation par Alfred Franklin des rues et des cris de Paris au xiiie siècle1, ou plus scientifiques comme les travaux de Simone Roux sur l’essor urbain de la rive gauche avec, en arrière-plan, « l’insertion réussie du grand établissement religieux qu’est l’abbaye Sainte-Geneviève dans la grande ville [et] la greffe efficace de l’institution universitaire sur l’organisme urbain2 », ainsi que ceux de nombreux étudiants de l’École nationale des chartes comme Geneviève Étienne sur le Temple, Estelle Guerber sur le quartier de l’hôtel Saint-Paul aux xive et xve siècles ou encore Noémie Escher sur Sainte-Geneviève3, sans oublier la magistrale étude de Valentine Weiss sur les cens et les rentes à Paris qui a permis de mieux cerner les contours des différentes censives de la capitale4.

  • 5 Bourlet et al. 2016.
  • 6 BnF, ms. fr. 24432, fol. 257va-261vb ; Mareuse 1875 ; Nicolas 2012.
  • 7 Guillot écrit 194 à la fin de son poème, mais il semblerait que ce soit une erreur de calcul de sa (...)
  • 8 Pour Saint-Antoine-des-Champs : Arch. nat., LL 1595 ; pour Saint-Martin-des-Champs : BnF, ms. lat.  (...)

2Dans cette chaîne de travaux, mon étude se consacrera à la mise en place des rues et de leurs noms sur la rive droite de la fin du xiie au début du xive siècle, mais elle restera partielle, faute d’avoir abordé les rôles de la taille5 ou encore les registres d’ensaisinement. Elle a néanmoins été menée à travers l’exploitation d’actes originaux, de cartulaires et de censiers. Son objectif est de mettre en évidence, si cela est possible, la structuration de l’espace parisien en rues, ainsi que les interactions entre les religieux et la société parisienne, dans un contexte d’expansion démographique et urbaine, principalement dans la partie de la ville que les sources parisiennes appellent « Outre Grand Pont ». Selon le Dit des rues de Paris composé par le poète Guillot au début du xive siècle, Paris intra muros compte 310 rues6, dont 184 pour la rive droite7. Ainsi, à la recherche d’informations toponymiques et topographiques, j’ai d’abord exploité les cartulaires de Saint-Magloire, de Saint-Martin-des-Champs et de Saint-Antoine-des-Champs, puis les censiers de ces institutions, ainsi que ceux de Saint-Éloi et du Temple8, pour savoir dans quelle mesure leur organisation a été commandée par celle de l’espace parisien et quel a été le rôle de ces écrits dans la stabilisation des noms de rues à la fin du xiiie siècle. Ainsi, ces documents, par leur structuration interne, seraient le reflet d’un état de l’espace urbain, dont une partie est déjà organisée en rues et une autre est encore rurale ou, à tout le moins, en cours de transformation.

  • 9 Descimon et al. 2012, p. 39 : « Les maisons des notables […] formaient des points de repère qui str (...)

3Dans cette étude, ce sont les rues qui importent ; le bâti en revanche n’a pas été pris en compte, sauf pour servir de point de repère9. Par ailleurs, le choix des établissements religieux présentés ci-dessus a été fait en fonction de leur complémentarité institutionnelle et territoriale, dans un espace compris à l’intérieur et à l’extérieur de l’enceinte de Philippe Auguste avant la construction de celle de Charles V, c’est-à-dire dans un territoire où la ville s’est étendue au cours du xiiie siècle.

  • 10 Quand le mot vicus se trouve écrit dans les documents étudiés ici, faut-il le traduire systématique (...)
  • 11 Pour la géolocalisation et la cartographie des voies, je me suis appuyée sur les données disponible (...)

4Avant de commencer, il est nécessaire de préciser que l’étude se fonde sur une documentation encore dominée par le latin, puis par le bilinguisme, ce qui pose le problème de l’interprétation et de la traduction de certains termes utilisés en latin, notamment le mot vicus10, et celui de la fluctuation des dénominations des rues entre les différents documents, notamment en français11.

La prise en compte du réseau viaire par les religieux dans leurs livres d’archives

  • 12 Sur l’utilisation du concept de « livres d’archives » afin de désigner cartulaires, censiers, livre (...)

5Dans les livres d’archives étudiés ici12, on remarque que les religieux, lors de leur travail de composition, ont pris en compte les réalités urbaines et organisé les informations dont ils avaient besoin en fonction des rues. Ainsi, ces manuscrits apparaissent comme des reflets du réseau viaire intra muros et de sa mise en place extra muros.

  • 13 Terroine et al. 1966-1998, t. I, p. 14 et 518 ; Hamon 2012, p. 50.
  • 14 Noizet 2013, p. 104.
  • 15 Noizet et al. 2013, p. 112.
  • 16 Terroine et al. 1966-1998, t. I, p. 25-26.
  • 17 Ce censier occupe les quinze premiers feuillets du Petit cartulaire de Saint-Magloire.
  • 18 Petit cartulaire (Arch. nat., LL 39) et Grand cartulaire (BnF, ms. lat. 5413) ; Terroine et al. 196 (...)
  • 19 Arch. nat., LL 39, fol. 23 : Cum secundum tempora moderna brevitate moderni gaudeant, idcirco tedio (...)

6Saint-Magloire, abbaye bénédictine d’abord installée dans la Cité, a été déplacée entre 1138 et 1159 sur la rive droite13, à proximité du marché aux Champeaux implanté en 1137, en dehors de l’enceinte du xe siècle14. Ce déplacement s’accompagne du regroupement de la censive de l’abbaye en un bloc (à savoir le Bourg-l’Abbé), séparé ensuite par la construction de l’enceinte de Philippe Auguste, même si la circulation est rendue possible par l’existence d’une poterne (poterne du Bourg-l’Abbé)15. Dans cet espace structuré par la présence du monastère mais déjà urbanisé au xiiie siècle, après une campagne très peu documentée de lotissement dans le bourg dans la seconde moitié du xiie siècle16, l’accroissement de la population et l’intensification de l’urbanisation qui en découle sont perceptibles à travers le censier de 127417. Ce document est inséré dans le Petit cartulaire, projet de cartularisation entrepris en 1294 à l’initiative de l’abbé Louis II de Montfort (1273-1299). Resté à l’état d’embryon sans raison explicite, il a, semble-t-il, été remplacé lors de la rédaction à nouveau frais du Grand cartulaire, en 1331, par Jean de Rozay, prévôt du monastère avant d’en devenir l’abbé (1332-1349)18. Outre ce censier, le Petit cartulaire contient un deuxième censier daté de 1294 d’après son incipit19.

  • 20 Weiss 2009, t. II p. 973 ; Arch. nat., LL 39, fol. 1 (« a Petit Pont pour la meson maistre Richart (...)
  • 21 Sur l’apparition des pieds-de-mouche ou paraphes dans les textes, voir Bertrand 2015, p. 184.

7À travers le premier censier écrit en latin avec quelques ajouts en français20, apparaissent les noms d’une quinzaine de rues situées au niveau de la Montagne Sainte-Geneviève, sur l’île de la Cité, puis, sur la rive droite, autour de Saint-Magloire et dans le Bourg-l’Abbé en dehors des remparts, dans un espace compris entre la grand’rue Saint-Denis et la rue Saint-Martin, avec la rue Aubry le Boucher, la rue aux Ours, la rue du Bourg-l’Abbé (axe central du Bourg-l’Abbé), le Huleu, la rue Darnestat et la rue Palée. Pour faciliter la consultation des informations, les noms des rues sont précédés d’un pied de mouche souvent rehaussé de rouge, signe utilisé fréquemment dans les livres d’archives à cet usage21, alors que les maisons de ceux qui doivent acquitter les cens sont introduites par un Item abrégé. Écrit à longues lignes d’une façon soignée, dans une écriture cursive régulière, le censier est structuré par termes (octave de saint Denis, Noël, Pâques, Nativité de saint Jean-Baptiste) et, à l’intérieur de ces parties, selon les rues dans lesquelles se trouvent les censitaires, avec l’amorce d’une sorte d’itinéraire.

Fig. 1 : Censier de Saint-Magloire, utilisation de pieds de mouche pour signaler la rue Saint-Martin, le Huleu et le Bourg-l’Abbé

Fig. 1 : Censier de Saint-Magloire, utilisation de pieds de mouche pour signaler la rue Saint-Martin, le Huleu et le Bourg-l’Abbé

Arch. nat., LL 39, fol. 3v.

  • 22 Mercier 2012.
  • 23 Oberste 2012.
  • 24 Terroine et al. 1966-1998, t. I, p. 25.
  • 25 Liber testamentorum, BnF, ms. lat. 10977, et Cartulaire A, Arch. nat., LL 1351.
  • 26 Arch. nat., LL 1378 : censiers de 1263, 1274, 1293 et 1300. BnF, ms. lat. 10978 : censier de 1300. (...)
  • 27 Weiss 1993, t. I, p. 2-15.
  • 28 Oberste 2012.

8Ce constat vaut également pour les censiers de Saint-Martin-des-Champs rédigés dans la seconde moitié du xiiie siècle. Autour de cet établissement22, collégiale extra-parisienne devenue prieuré clunisien en 1079, situé au nord du rempart de Philippe Auguste, un bourg extra-urbain s’est mis en place dès le xie siècle23. Le tracé des voies y est régulier, signe d’une intervention volontaire24. Ce prieuré dispose d’abord de deux cartulaires rédigés dans la première moitié du xiie et au début du xiiie siècle, ce qui correspond pour lui à un siècle de prospérité économique25. Ils ne sont toutefois d’aucune aide pour l’étude de la toponymie parisienne puisqu’ils concernent avant tout les possessions rurales de l’établissement. Ils semblent en fait ignorer la réalité urbaine, même si, dans le cartulaire le plus tardif, quelques mentions de maisons parisiennes apparaissent pour les années 1200-1209. En revanche, les censiers des années 1263-1300 sont plus intéressants pour notre propos26. Valentine Weiss, dans sa thèse d’École des chartes, en a repéré et édité deux pour le xiiie siècle27. Le premier est « la réunion de quatre censiers [de 1263, 1274, 1293 et 1300], probablement indépendants les uns des autres à l’origine, et reliés par la suite ». À chaque fois, les cens sont répartis entre les quatre termes habituels à Paris (saint Rémi, Noël, Pâques, saint Jean-Baptiste) et, à l’intérieur de ces parties, ils suivent un classement topographique par rues. Le deuxième recueil daté de 1300 adopte le même type de classement (par terme et par rue). Grâce à ces documents, se comprend la manière dont la censive de Saint-Martin-des-Champs est structurée à la fin du xiiie siècle. Elle se compose en effet de deux espaces, un premier autour du prieuré et de son enclos, dans son bourg (burgus Sancti Martini), alors en plein essor, situé à l’extérieur des remparts, entre la grand’rue Saint-Martin (magnus vicus Sancti Martini) et la rue du Temple, dans lequel « se développa un réseau dense et régulier de rues28 » ; un second dans Paris intra muros à l’est des Halles jusqu’à la grand’rue Saint-Denis. Dans les deux cas, les cens énumérés portent sur des maisons situées le long des rues. Ces indications montrent bien que les possessions martiniennes se trouvent dans un espace fortement urbanisé ou en cours d’urbanisation. Néanmoins, au-delà du couvent des Filles-Dieu, vers Montmartre, apparaissent d’autres types de toponymes davantage liés aux activités rurales ou maraîchères, introduits notamment par l’emploi du terme maresia.

  • 29 Delaforge-Marchand 1994, t. I, p. 1.
  • 30 Arch. nat., L 1015, n° 3. L’acte d’incorporation de Saint-Antoine-des-Champs pose un problème de da (...)
  • 31 Arch. nat., LL 1595. Le cartulaire contient la copie de 137 actes concernant Paris et de nombreuses (...)
  • 32 BnF, ms. fr. 24432, fol. 257va-261vb ; Mareuse 1875 ; Nicolas 2012.

9Cette prise en compte des réalités topographiques préexistantes est nécessaire pour les religieux, à la fois pour faciliter la consultation des écrits qu’ils ont produits et pour éviter les conflits avec leurs censitaires en cas d’ambiguïtés sur les toponymes. Pour le monastère de Saint-Antoine-des-Champs, cette adaptation aux réalités parisiennes semble être encore plus poussée. Fondé en dehors de Paris en 1204 à partir d’un établissement pour prostituées repenties créé à la fin du xiie siècle par le prédicateur Foulques de Neuilly29, il aurait été incorporé à l’ordre cistercien en 120830. Il se situe à l’est du quartier Saint-Paul, sur la route de Meaux, donc dans un espace essentiellement rural au début du xiiie siècle. Malgré cette localisation marginale, les moniales ont acquis au cours du xiiie siècle de nombreuses maisons dans Paris, ainsi que les rentes qui pesaient sur elles. L’importance de leurs possessions parisiennes est perceptible dans leur cartulaire31, exactement contemporain du Dit des rues de Paris du poète Guillot32.

  • 33 Bove 2004, p. 459, 463, 569 et 627.
  • 34 La notion d’espace cistercien n’est pas nouvelle. Elle a été développée notamment lors d’un colloqu (...)
  • 35 Pour la rive droite sont mentionnées les rues suivantes : vicus Sancti Pauli (rue Saint-Paul, en de (...)
  • 36 Nicolas 2012, p. 92.
  • 37 L’ordre dans lequel sont transcrits les actes de la première partie du cartulaire de Saint-Antoine- (...)

10Le manuscrit montre que les moniales, en partie issues des grandes familles bourgeoises parisiennes33, connaissent parfaitement la topographie et la toponymie de Paris, même s’il est probable que son rédacteur ne soit pas l’une d’entre elles. Sa structure repose en effet sur la topographie parisienne et non sur une conception cistercienne de l’espace34. On y trouve les noms d’une vingtaine de rues35, localisées autour de certains points bien identifiés du paysage parisien, comme la porte Baudoyer (porta Bauderi), la place de Grève (Gravia), l’église Saint-Jacques-la-Boucherie, la porte Saint-Honoré, les planches Mibray (planche Mibrarii), la maison du Château Fêtu (« Chatel Fetu »), le marché des Champeaux (Campellis), le Châtelet (Castelletum) ou l’église Saint-Leufroy (ecclesia sancti Leufredi). Outre des mentions évoquant la manière dont ces rues sont appelées par les habitants (ce qui est le cas, par exemple, de la rue de la Tissanderie appelée vicus qui dicitur la Texanderie), une de ces rues reste sans nom et est simplement désignée comme : vicus qui tendit a cuneo vici Sancti Boniti versus Graviam. Il pourrait s’agir de la « rue Jehan Pain-Molet » évoquée par le Dit des rues de Paris36. D’une manière générale, l’ordre de progression du cartulaire suit une logique de proximité géographique qui pourrait refléter l’organisation du chartrier37.

  • 38 Les rues et quartiers cités dans le rentier sont les suivants : « au pont Perrin » ; « en la rue de (...)

11Outre ces informations, un « rentier », daté de 1344 et ajouté à la suite du cartulaire (fol. 87-90), se focalise sur les droits perçus dans seize rues de la rive droite, en suivant un classement par infrastructure (ponts ou portes) ou par rue, ce qui donne une esquisse d’itinéraire, mais avec de nombreuses ruptures liées à l’éparpillement des possessions des moniales. L’énumération commence par le pont Perrin et par la rue de Jouy, la porte Baudoyer, la rue des Nonnains d’Yerres et la rue des Jardins, c’est-à-dire par l’espace parisien en relation directe avec le monastère de Saint-Antoine par la grand’rue Saint-Antoine (qui n’y est pas mentionnée). Elle se poursuit avec la Vieille Tissanderie, la place de Grève, la Tannerie, les Commanderesses, la rue des Arcis, les deux Marivaux, pour passer par la grand’rue Saint-Denis dans les quartiers des Halles (la Truanderie, la porte Montmartre, la rue de la Croix du Tiroir, la Ferronnerie) et du Châtelet (la rue aux Lavandières, la Saulnerie, l’Écorcherie), avant de gagner l’île de la Cité et la rive gauche « oultre Petit Pont38 ».

  • 39 Weiss 2009, t. I, p. 234. Les moniales ont en revanche une censive à l’extérieur de l’enceinte de C (...)
  • 40 Arch. nat., LL 1595, fol. 6, n° 3 : Nota alia littera de viginti quinque solidis qui debent recipi (...)
  • 41 Arch. nat., LL 1595, fol. 5v-6, n° 2.

12Dans le cartulaire des années 1300, comme dans le « rentier » de 1344, on remarque que les cisterciennes ont une implantation en pointillé, tout simplement parce que, contrairement aux monastères de Saint-Magloire ou de Saint-Martin, elles n’ont pas de véritable censive à cette époque dans Paris39 ; elles possèdent en effet quelques maisons seulement par rue et des rentes. Des précisions apparaissent parfois sur la censive dans laquelle ces demeures se trouvent. Par exemple, pour le troisième acte copié dans le cartulaire et daté de juillet 1232, une courte analyse précise que la maison concernée se trouve dans le vicus Saint-Paul, dans la censive de Saint-Éloi40, dont le prieur apparaît comme le donateur d’une rente en 128141. D’une manière générale, on doit souligner la forte capacité d’adaptation des cisterciennes aux réalités de la ville. Néanmoins, ce cartulaire, comme les censiers qui lui sont associés, montre qu’elles ne participent pas directement à l’urbanisation de la rive droite de Paris. Elles ne font qu’accepter des maisons et les cens qui pèsent sur elles et ne construisent pas un espace qui leur serait propre.

13Saint-Magloire et Saint-Martin-des-Champs sont deux établissements anciens, bien implantés à Paris et dans ses environs au xiiie siècle, qui ont mené pendant la période précédente une politique de lotissement dans leur censive respective. Saint-Antoine-des-Champs est un monastère nouveau installé en marge de l’espace parisien, dont l’influence sur le réseau viaire a été des plus réduites. Néanmoins, leurs livres d’archives reflètent des pratiques communes, à savoir l’adoption d’une organisation s’appuyant sur les rues de Paris. En revanche, ils ne montrent que d’une manière marginale la structuration progressive des espaces ruraux situés à l’extérieur de l’enceinte de Philippe Auguste.

Des livres d’archives comme reflet de la structuration progressive en rues des espaces marginaux à la fin du xiiie siècle

14Les livres d’archives de Saint-Éloi et du Temple permettent de mettre en lumière la conquête progressive de la ville sur les espaces encore ruraux. Elle se fait à travers le percement de nouvelles rues qui reprennent parfois le tracé d’anciens chemins vicinaux ou sont créées ex nihilo.

  • 42 Sumpf 1998-1999, p. 9.
  • 43 Arch. nat., LL 75, fol. 7-9. Le titre du diplôme royal, écrit en textualis libraria, est des plus s (...)
  • 44 Arch. nat., LL 75, fol. 6-7.

15Pour Saint-Éloi, prieuré dépendant de Saint-Maur des Fossés et situé dans l’île de la Cité, nous avons un document exceptionnel de précision sur la censive du monastère, qui s’étend à l’intérieur des murailles sur le Bourg-Thibourg et, extra muros, dans le quartier Saint-Paul. Le censier daté de 1391 transmet en fait un état des lieux de la fin du xiiie siècle42. Au début de ce livre d’archives, avant le censier à proprement parler, se trouvent deux textes utiles pour mener une étude topographique de l’est parisien : une longue charte en latin de Philippe III le Hardi (1270-1285) datée d’août 128043, précédée par un texte en français qui pourrait être sa traduction ou un document préparatoire44. Le titre de ce dernier est explicite et permet de comprendre les enjeux de leur copie à la tête du censier : « C’est l’ordenance au prieur de S. Eloy de Paris comment la terre de Saint Pol et d’ailleurs de Paris doit etre ebournee ». Comme le mot ebourner veut dire “borner”, il est aisé de saisir que ces deux textes sont les témoins de la délimitation de la censive, à la suite d’un conflit entre les agents royaux et le prieur.

  • 45 Sumpf 1998-1999, p. 124.
  • 46 Guerber 2001.
  • 47 Arch. nat., S 1182-1186B.
  • 48 Sumpf 1998-1999, p. 104 et suiv. ; p. 108 et suiv.

16La censive du prieuré est en fait un espace en expansion démographique et économique, principalement à l’extérieur de la muraille de Philippe Auguste, dans la paroisse Saint-Paul, objet de toutes les convoitises à cause de son dynamisme et de ses potentialités. Outre le rempart du xiiie siècle dès lors débordé par cet essor, y est également inclus l’ancien mur du xie siècle qui ne sert plus que d’élément de repère : la charte en latin évoque en effet les muri veteres Parisienses, l’ordonnance en français, les « viez murs de Paris ». Grâce à ces deux documents, sont repérables dix-sept rues ou parties de rues réparties autour de l’axe de la rue Saint-Antoine (grand’rue de la Porte Baudoyer et rue du Pont-Perrin). Les deux documents étudiés permettent bien de cerner les deux pôles de la censive et de supposer leur complémentarité entre un espace déjà urbain (le Bourg-Thibourg) et un espace encore pionnier autour de Saint-Paul45, qui attira au xive siècle une résidence royale46. Dans le quartier Saint-Paul néanmoins, d’après la documentation disponible, à savoir le chartrier47 et le censier, il n’y a pas de traces d’intervention directe de Saint-Éloi dans le tracé des rues ou dans sa mise en lots, qui aurait plutôt été le fait de particuliers : Alexandre Sumpf souligne en effet la présence de grandes propriétés avoisinant de simples camere, c’est-à-dire des “chambres” ou des pièces localisées principalement dans la rue des Jardins, avec la persistance d’exploitations agricoles48. Il semblerait en outre que des chemins aient existé préalablement au percement des rues, ne serait-ce que pour aller à l’église (rue Saint-Paul) ou pour circuler le long du fossé au pied du rempart (rue des Jardins).

  • 49 Étienne 1974, p. 5-17.
  • 50 Thomas et al. 2007.
  • 51 Arch. nat., R3 10.
  • 52 Arch. nat., MM 128.
  • 53 Arch. nat., K 34, n° 24.
  • 54 Arch. nat., S 5594.

17Si les moines de Saint-Éloi ont eu, somme toute, une politique peu interventionniste sur le réseau viaire de leur censive, les Templiers en revanche ont été bien plus actifs à la fin du xiiie siècle. D’après les travaux de Geneviève Étienne, trois ensembles de bâtiments localisés à des emplacements différents ont été édifiés par les Templiers dans Paris : un premier ensemble localisé au chevet de l’église Saint-Jean en Grève, considéré comme le « Vieux Temple », un deuxième dans la couture, appelé Novum Templum en 1274, et un dernier qui serait situé au chevet de l’église Saint-Gervais49. À partir de ces trois espaces, les Templiers ont participé à l’urbanisation parisienne en pratiquant une politique de lotissement dans l’actuel quartier du Marais, particulièrement visible dans la Villeneuve du Temple extra muros50. Cet interventionnisme peut être étudié à travers la copie moderne du premier censier élaboré entre 1227 et 123551, un censier de 1252-125352, un acte du roi Philippe le Hardi daté d’août 127953, et enfin un registre d’ensaisinement couvrant la période 1287-130754.

18L’acte royal de 1279 est la notification d’un compromis conclu entre le prévôt de Paris et les Templiers pour mettre fin à une querelle à propos des droits de justice que les religieux prétendaient avoir sur toutes leurs possessions à l’intérieur et à l’extérieur de la muraille et que le prévôt leur contestait. Pour ce faire, il donne les limites des droits et des possessions du Temple. Pour la terre du Temple extra muros notamment, le processus de délimitation se fait avec une grande précision à cause de l’importance de l’enjeu pour les deux parties en présence :

  • 55 Dans cet acte, il semblerait que l’expression vicus Templi puisse être traduite ici par “bourg du T (...)

19…a porta seu posterna que vulgariter dicitur posterna Barbete secundum quod dicti muri se protendunt ab illa posterna usque ad portam vici quid dicitur vicus Templi55 ; item ab eadem porta vici Templi sicut vicus seu strata protenditur usque ad fossatum dictum vulgariter le fossé La Boucelle, quod fossatum ab ipsa strata inter saliceta domus Templi et terram Unfredi Nufle intermedium consistit ; item ab illo loco et eadem strata ac dicta terra Unfredi Nufle veluti fossatum se comportat usque ad cuneum cortillie Barbete a parte camporum et ab inde et chemino scilicet quod communiter vocatur cheminum Menilii Mantens, sicut idem cheminum ducit de loco predicto Parisius ad posternam Barbete supradictam.

  • 56 Étienne 1978, p. 88. Voir également Étienne 1974, p. 203.
  • 57 La mention des hôtes (hospites) dans le diplôme royal est un indice de l’expansion démographique da (...)
  • 58 Étienne 1974, p. 206.
  • 59 Étienne 1975, p. 87.
  • 60 Ibid., p. 91-92 ; Hamon 2012, p. 50 et 52.

20Ainsi, dans cet espace situé entre, « au nord-est, l’actuelle rue de la Folie-Méricourt, à l’est les actuelles rues Oberkampf, des Filles-du-Calvaire et Vieille-du-Temple, au sud l’enceinte, à l’ouest et au nord-ouest, les actuelles rues du Temple et du Faubourg-du-Temple et l’ancien fossé La Boucelle56 », les Templiers obtiennent la confirmation du droit de haute et de basse justice qu’ils perdent, par le même acte, dans l’espace intra muros au profit du roi et du prévôt de Paris. En outre, pour attirer des habitants (appelés hospites) dans la couture57, des privilèges confirmés par le roi (exemption de taille, d’ost, de chevauchée, de guet, de tonlieu et de coutume) leur sont offerts, même si l’exemption de la taille n’a pas été ultérieurement vraiment respectée par les agents royaux58. Néanmoins, grâce à ces privilèges, la Villeneuve du Temple s’est rapidement urbanisée entre 1279 et 130759. Dans ce secteur en effet, se met en place un véritable lotissement dont témoigne la régularité du tracé de la voirie avec des rues parallèles ou perpendiculaires. À partir de 1282, les Templiers créent, entre l’enceinte de Paris au sud et leur enclos au nord, neuf nouvelles rues60.

  • 61 Thomas et al. 2007, p. 66.

21En 1288, pour faciliter leur entreprise, ils obtiennent du roi le droit d’ouvrir une nouvelle porte dans la muraille : il s’agit de la porte du Chaume. À partir de là, la couture du Temple se structure autour d’un axe médian existant dès 1288 et partant de la porte du Chaume vers le Temple : il a d’abord été appelé rue Neuve du Temple, puis rue de la Nouvelle Poterne, rue de la Porte Neuve et enfin rue du Chaume (l’actuelle rue des Archives). De part et d’autre de cet axe, on trouve les rues du Temple et la rue Barbette dans la prolongation de la rue Vieille du Temple, sachant que la rue Barbette ne prend ce nom qu’au xive siècle. Selon Caroline Bourlet et Nicolas Thomas, deux phases de construction sont repérables à partir des documents étudiés61. Ainsi, depuis la rue du Chaume, ont été ouvertes trois rues : la rue de Paradis (1288), la rue du Chantier (1293), la rue des Quatre Fils Hémon (l’actuelle rue des Quatre-Fils), citée à partir de 1305. De la rue du Temple, partent cinq autres rues : la rue des Étuves, citée dès 1296 et devenue la rue des Bouchers après 1303, la rue Jean l’Huillier, citée depuis 1287, la rue des Noyers ou du Noyer (depuis 1297), la rue Jean de Saint-Quentin (1296), devenue rue Grognet en 1296-1297, puis rue Pastourelle en 1299, la rue Richard des Poulies (1296). Ces rues peuvent être classées en trois ensembles : les premières portent des noms liés au Temple lui-même, comme la rue Vieille-du-Temple ou la rue Neuve-du-Temple avant son changement de nom ; les deuxièmes ont des dénominations liées à des bâtiments spécifiques, à des activités économiques ou agricoles, comme la rue des Étuves ou la rue du Chantier ; enfin, les dernières sont appelées d’après des personnes qui y sont possessionnées, comme la rue Jean L’Huillier ou la rue Jean de Saint-Quentin.

22Si, à la fin du xiiie siècle, les actes comme les livres d’archives des établissements sélectionnés montrent de la part des religieux une attitude parfois différente face au réseau viaire parisien et à sa structuration progressive dans les espaces encore ruraux, en revanche, ils permettent de mettre en évidence une stabilisation des noms de rues par le passage à l’écrit entre les années 1260 et 1310.

La stabilisation des noms de rues par le passage à l’écrit

23Si les écrits, par leur organisation, sont un reflet du réseau viaire parisien et de sa structuration extra muros, ils ont également un rôle important dans la stabilisation des noms de rues à la fin du xiiie siècle. Le passage à l’écrit permet en effet de figer pour un temps la toponymie et de transmettre un état des lieux à un moment donné.

24Une première remarque doit être faite avant d’étudier cette fixation par l’écrit des toponymes. Il s’agit de la différenciation dans la documentation de trois types d’espaces selon leur dénomination :

  • des rues appelées vicus principalement intra muros ; ce terme semble faire référence à des rues déjà structurées, parfois depuis longtemps ;

    • 62 Caroline Bourlet a proposé cette hypothèse dans son étude des itinéraires des percepteurs dans les (...)

    des rues non précédées du terme vicus, principalement dans le Bourg-l’Abbé pour Saint-Magloire (le Huleu, Darnestat), ce qui ferait référence à un état intermédiaire, mais des rues déjà bien structurées et situées dans Paris (comme la Mortellerie, la Tannerie, la Vieille Tissanderie, etc.) ne sont pas précédées par ce terme et cette absence laisse supposer qu’il s’agit plutôt d’espaces « fonctionnels » désignés par les activités anciennes ou récentes qui s’y sont implantées62 ;

  • un espace enfin qui ne contient pas de mention de vicus ou même de nom pouvant laisser croire en l’existence d’une rue et qui correspond à un espace encore agricole.

25À partir de cette rapide mise au point conceptuelle, pour étudier ce qui nous importe ici, à savoir la stabilisation des toponymes par l’écrit, trois exemples peuvent être utilisés, à savoir les censiers du Temple, de Saint-Martin-des-Champs et de Saint-Éloi. Dans le premier cas, les rues tracées à l’initiative des Templiers, nous l’avons vu précédemment, changent de noms entre 1280 et 1300. Ces derniers semblent ensuite se stabiliser entre 1300 et 1307, date de l’interruption du lotissement liée à l’arrestation des Templiers. D’une manière générale, ils ne semblent pas avoir été donnés par les religieux eux-mêmes, mais plus probablement par leurs habitants-usagers. L’action templière aurait donc seulement porté sur le percement des voies nouvelles, mais pas sur la fixation des toponymes. Ainsi, leurs documents livrent l’état de la toponymie au nord-est de Paris avant 1307.

26Plus intéressant pour notre propos est l’exemple de Saint-Martin-des-Champs. En comparant les quatre censiers des années 1263-1300, on repère une vingtaine de noms de rues qui ne sont pas agencés de la même façon à chaque terme. En 1263, par exemple, l’énumération commence pour les quatre termes par les vicus Majoris et vicus de Fripelon, mais change par la suite en fonction des censitaires taxés à ces quatre moments de l’année. La même constatation vaut pour l’année 1274, qui débute toutefois par les cens perçus in magno vico Sancti Martini per extra muros, tout comme en 1293 et en 1300. Cette insistance sur la grand’rue, qui se retrouve également dans les manuscrits de Saint-Magloire (pour la rue Saint-Denis notamment), montre l’importance que peut avoir une rue plus large que les autres à la fois dans la topographie, dans la structuration du réseau viaire et dans les conceptions spatiales des habitants.

Tableau 1 : La stabilisation des noms de rues à travers les censiers de Saint-Martin-des-Champs entre 1263 et 1300

Censier de 1263

Censier de 1274

Censier de 1293

Censier de 1300

In vico Majoris et in vico qui dicitur Fripelon

Vicus Majoris Sancti Martini de Campis

Vicus Majoris Sancti Martini

Vicus Majoris Sancti Martini

Vicus Templi qui ducit a puteo de Fripelon usque ad calceyam Templi et de super calceaym usque ad muros Parisienses

Vicus qui ducit a puteo de Ferpellione usque ad muros Parisienses in vico Templi

Vicus Ferpilonis

Vicus Ferpilonis et vicus Templi

Vicus Roberti Begonis

Vicus Roberti Beguonis

Vicus Roberti Begonis

Vicus Roberti Begonis

Vicus Guerini Boucel

Vicus Guerini Boucel

Vicus Guerini Boucelli

Vicus Guerini Boucelli

Vicus Geleberti Gravelarii

Vicus Gravelarii sive vicus Pavatus

Vicus Gravalarii

Vicus Gravelarii

Vicus Cimiterii Sancti Nicholai

Vicus Cimiterii Sancti Nicholai de Campis Parisiensis

Vicus Cymiterii Sancti Nicholai

Vicus Cymiterii Sancti Nicholai

Vicus Garneri de Sancto Lazaro et juxta posternam Nicholai Hydolon

Vicus Garneri de Sancto Lazaro

Vicus Guerneri de Sancto Lazaro

Vicus Garnerii de Sancto Lazaro

Vicus Sancti Martini per extra muros Parisienses

In magno vico Sancti Martini de Campis per extra muros

In magno vico Sancti Martini per extra muros

Magnus vicus Sancti Martini de Campis per extra muros

Vicus Joculatorum

Vicus Joculatorum

Vicus Joculatroum

Vicus Joculatorum

Vicus Plastrarie

Vicus Plastrarie

Vicus Plastrarie

Vicus Plastrarie

Vicus Godefridi de Balneolis

Vicus Godefridi de Balnelois sive Stuparum

Vicus Godefridi de Balneolis

Vicus Gaufridi de Balneolis sive Stupharum

Vicus Belli Burgi / qui dicitur Pulcher Burgus

Vicus Belli Burgi

Vicus Belli Burgi

Vicus Belli Burgi

Vicus Symonis Franque

Vicus Symonis Franque

Vicus Symonis Franque

Vicus de Cu de Sac

Vicus de Cul de Sac

Vicus de Cul de Sac

Vicus de Cul de Sac

Vicus Sine Capite

Vicus Sine Capite utra crucem Regine

Vicus Sine Capite ultra crucem Regine

Vicus Sine Capite ultra crucem Regine

Vicus de Quiquenpoist

Magnus vicus Sancti Martini infra muros Parisienses

Magnus vicus Sancti Martini per infra muros

Magnus vicus per infra muros

Vicus Sancti Martini de Campis per infra muros

In Gravia

In Gravia

Magnus vicus sancti Dyonisii

Magnus vicus Sancti Dyonisii Parisiensis

Vicus Sancti Dyonisii per infra muros

Vicus Sancti Dyonisii per infra muros

Vicus ubi coquuntur anseres juxta vicum de Quiquenpoit

Vicus ubi coquuntur anseres

Vicus Michaelis dicti Comitis

Vicus Michaelis Comitis

Vicus Michaelis Comitis

In Carnificeria Parisiensis

In Carneficeria Parisiensis

In Carnificeria Parisiensis

In Vaneria/In Aveneria

In Avenaria

Vicus Mali Consilii

Vicus Alberici Carnificis

Vicus Alberici Carnificis

Vicus de Correaria

Vicus de Correaria

Vicus de Trousse Vache

Vicus de Troussevache

Ruella Amaurici de Royssi

Vicus Emarii de Royssi

  • 63 C’est la rue des Gravilliers. 
  • 64 Hillairet 1963-1972, t. II, p. 207.

27Ces quatre censiers reprennent l’un après l’autre les mêmes toponymes, mises à part des variantes graphiques comme pour le nom de la rue Frépillon (actuelle rue Volta), écrit Fripelon, Frepelion ou encore Ferpellion. Ainsi, la toponymie semble stable dans la censive de Saint-Martin dans la seconde moitié du xiiie siècle. Si ces toponymes subissent peu de modifications, des précisions peuvent néanmoins être ajoutées, notamment pour le vicus Gileberti/Geleberti Gravelarii de 1263 qui est dit vicus Gravelarii sive vicus Pavatus en 1274, puis de nouveau vicus Gravalarii en 1293 et vicus Gravelarii en 130063 ; le vicus Godefridi de Balneolis de 1263 est mentionné comme vicus Godefridi de Balneolis sive Stuparum en 1274, pour mettre en évidence les activités qui y sont localisées, vicus Godefrede de Balneolis en 1293 et vicus Gaufridi de Balneolis sive Stupharum en 1300. Ce nom de rue des Étuves est finalement resté au détriment de la première dénomination. Dans le censier de 1274, l’actuelle rue aux Ours, appelée aux Oes ou aux Oues dans d’autres documents depuis le début du xiiie siècle64, est identifiée par une périphrase qui met en évidence sa fonction première : vicus ubi coquuntur anseres. Dans ce cas néanmoins, le copiste indique en plus qu’elle se trouve à côté de la rue Quincampoix, précision qui disparaît dès le quatrième terme du censier de 1274 et qui est absente des deux suivants, ce qui peut vouloir dire qu’il s’agissait de nouveaux cens à percevoir et qu’il était alors nécessaire de les localiser précisément à partir d’une rue déjà citée en 1263, démarche qui ne semble plus utile au scribe par la suite.

28Pour Saint-Éloi enfin, la comparaison entre les termes latins et français de l’acte royal et de l’ordonnance montre soit l’utilisation de termes vernaculaires dans le texte latin, comme pour le pont Perrun par exemple, soit leur latinisation pure et simple. Le terme vicus utilisé pour désigner les rues dans le diplôme de Philippe III est traduit par “rue” dans le texte français. Ce phénomène est plus visible encore dans le cas de la rue Pierciee qui est désignée ainsi, aussi bien dans le document en français que dans celui en latin.

Tableau 2 : Comparaison des termes utilisés dans l’ordonnance en français et dans le diplôme en latin du censier de Saint-Éloi (Arch. nat., LL 75)

  • 65 La ruelle a la Guespine est appelée ainsi d’après la meson a la Guespine qui est mentionnée aussi b (...)
  • 66 La rue de Jouy tire son nom de la maison des moines cisterciens de Jouy-en-Brie (Seine-et-Marne, co (...)
  • 67 Les Carmes (ou Barrés) sont installés dans le quartier Saint-Paul depuis 1256.

Ordonnance en français (fol. 6-7)

Diplôme en latin (fol. 7-9)

porte Baudoier

porta Bauderii

meson a la Guespine65

domus a la Guespine

meson de Joi66

domus de Joiaco

rue Saint Anthoine

magnus vicus Sancti Anthonii

rue Pierciee

rue Pierciee

rue de la Posterne Saint Pol

vicus posterne Sancti Pauli

Saint Pol

Sanctus Paulus

Les Barrés67

Domus fratrum Beate Marie de Carmello

porte de Barbeel

porta murorum de Barbeel

jusques a Saine

vicus per quem itur inferius versus Secanam

Pont Perrun

Pons Perrun

rue Moitoiene

vicus Medietaneus

chauciée de la rue Saint Anthoine

Calceia vici Sancti Anthonii

chauciée du Pont Perrin

Calceya de ponte Perrini

ruele au roy de Sezile

vicus regis Sicilie

rue Anquetin le Faucheur

vicus Anquetini Falcatoris

viez rue du Temple

vicus Veteris Templi

La Bretonnerie

La Bretonneria

Bourg Thibot

Burgus Thiboudi

place du Viez Semetire Saint Jean

platea Veteris Cimiterii Sancti Johannis

rue du Franc Murier

ruella dou Franc Mourier

  • 68 La dénomination de vicus False Posterne apparaît dans le censier au fol. 23v.
  • 69 Nicolas 2012, p. 104-105.
  • 70 Sumpf 1998-1999, p. 32.
  • 71 Ibid., p. 26. Arch. nat., LL 75, fol. 11 : Tunc sequntur census vici de Jardinis qui solebat vocari (...)

29À travers ces deux documents, apparaît en fait un état des rues et de leurs noms vers 1280. Dans le Bourg-Thibourg, les noms comme le tracé des rues semblent déjà stabilisés à cette époque. En revanche, dans le quartier Saint-Paul, des modifications toponymiques sont intervenues rapidement, comme pour la rue de la [Fausse] Poterne Saint-Paul68, prolongation de la rue de Jouy. Dans le rôle de la taille de 1300, elle est dénommée rue des Poulies, et dans le Dit des rues de Paris, rue des Poulies Saint Pou69. Par la suite, elle devient rue des Prêtres Saint-Paul ou rue de l’Archet Saint-Paul70. La rue Moitoiene est appelée rue des Jardins dans le censier71, nom qu’elle conserve dans le rôle de taille de 1300. La grande rue qui prolonge la rue de la porte Baudoyer est nommée, à la fois dans l’ordonnance et dans le diplôme, grand’rue Saint-Antoine d’après le nom du monastère de moniales cisterciennes, preuve de la prise en compte de leur présence par les Parisiens et par l’autorité royale, alors que cette dénomination est absente de leur cartulaire. Enfin, certaines rues en cours de structuration sont encore sans nom fixe à la fin du xiiie siècle comme le vicus per quem itur inferius versus Secanam.

30À travers les livres d’archives, se dessine l’urbanisation progressive des espaces convoités à l’intérieur et à l’extérieur des remparts, à partir de véritables fronts pionniers. Au fur et à mesure que la ville s’étend, des noms de rues apparaissent dans les différents recueils. Il pourrait en fait s’agir des noms utilisés couramment par les habitants et non des toponymes imposés par les religieux. En les écrivant dans leurs livres d’archives, ces derniers ont la volonté de se conformer aux usages parisiens pour éviter les contestations, mais, ce faisant, ils participent de leur stabilisation et livrent les contours de leur carte mentale de la capitale et de ses faubourgs.

Conclusion

  • 72 Leguay 1984.

31La structuration de l’espace parisien en rues au cours du xiiie siècle est perceptible à travers les documents d’archives qui permettent de distinguer deux espaces : d’abord un espace fortement bâti et densément peuplé, majoritairement situé à l’intérieur de la muraille de Philippe Auguste dont les rues sont souvent appelées vicus ; ensuite un espace en cours d’urbanisation, dans lequel plusieurs usages sont en concurrence (notamment les usages agricoles ou récréatifs), à cheval sur la muraille. À travers la documentation, se devine ainsi la progression de la ville, qui s’accompagne d’une apparition plus ou moins rapide des noms de rues72. Ces derniers se fixent dans les années 1270-1310 et leur mise par écrit, dans les livres d’archives comme dans les textes narratifs, participe de leur stabilisation au début du xive siècle.

Bibliographie

Bertrand Paul, 2015, Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne.

Bourlet Caroline et Poisson Jean-François, 2016, « Itinéraire des percepteurs et marquage de l’espace urbain (1299-1300) », dans Séminaire d’histoire de Paris [6] du 18 mars 2016, voir : https://irht.hypotheses.org/1691.

Bove Boris, 2004, Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, CTHS.

Delaforge-Marchand Sandrine, 1994, Édition du chartrier de l’abbaye de Saint-Antoine- des-Champs (1191-1256), 3 vol., thèse de l’École nationale des chartes.

Descimon Robert et Weiss Valentine, 2012, « La demeure parisienne et le travail des limites au Moyen Âge et au début des temps modernes », in : Hamon Étienne et Weiss Valentine (dir.), La demeure médiévale à Paris, Paris, Somogy/Archives nationales, 2012, p. 38-45.

Escher Noémie, 2009, Recueil des chartes de l’abbaye Sainte-Geneviève de Paris ([996- 1016]-1200), thèse de l’École nationale des chartes.

Étienne Geneviève, 1974, Étude topographique sur les possessions de la maison du Temple à Paris (xiie-xive siècles), thèse de l’École nationale des chartes.

, 1978, « La Villeneuve du Temple à Paris aux xiiie et xive siècles », in : Actes du 100e congrès des sociétés savantes (Paris, 1975). Section de philologie et d’histoire, t. II : Études sur l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, Paris, Bibliothèque nationale, p. 87-99.

Franklin Alfred, 1984 [1874], Les rues et les cris de Paris au xiiie siècle, Paris, Éditions de Paris.

Guérard Benjamin, 1850, Cartulaire de l’église Notre-Dame de Paris, Paris, Crapelet, 4 vol. (Collection de documents inédits sur l’histoire de France).

Guerber Estelle, 2001, Le quartier de l’hôtel Saint-Paul à Paris (1360-1550). Étude topographique, économique et sociale, thèse de l’École nationale des chartes.

Hamon Étienne, 2012, « Opérations urbaines, lotissements et habitat sur les ponts à la fin du Moyen Âge », in : Hamon Étienne et Weiss Valentine (dir.), La demeure médiévale à Paris, Paris, Somogy/Archives nationales, 2012, p. 50-55.

Hamon Étienne et Weiss Valentine (dir.), 2012, La demeure médiévale à Paris, Paris, Somogy/Archives nationales.

Hillairet Jacques, 1963-1972, Dictionnaire historique des rues de Paris, 2 vol., Paris, Minuit.

Leguay Jean-Pierre, 1984, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France.

Mareuse Edgar (éd.), 1875, Le Dit des rues de Paris par Guillot (de Paris) ; avec préface, notes et glossaire, suivi d’un plan de Paris sous Philippe le Bel, Paris, Librairie générale.

Mercier Alain, 2012, La deuxième fille de Cluny. Grandeurs et misères de Saint-Martin-des- Champs, Grenoble/Paris, Glénat/CNAM.

Mercier Louis-Sébastien, 2006 [1781-1788], Le tableau de Paris, Paris, La Découverte.

Neiniger Falko, 1994, Konrad von Urach († 1227), Zähringer, Zisterzienser, Kardinallegat, Paderborn, Schöning.

Nicolas Catherine (éd.), 2012, Le Dit des rues de Paris : texte revu à partir du manuscrit BN fr. 24432, Paris, Éditions de Paris.

Noizet Hélène, 2013, « L’enceinte du xe siècle et les rythmes de la croissance urbaine à Paris », in : Noizet Hélène, Bove Boris et Costa Laurent (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Paris, Presses universitaires de Vincennes/Comité d’histoire de la ville de Paris, p. 95-107.

et Lallau Étienne, 2013, « L’enceinte de Philippe-Auguste : croiser la pierre et le papier grâce au SIG », in : Noizet Hélène, Bove Boris et Costa Laurent (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Paris, Presses universitaires de Vincennes/Comité d’histoire de la ville de Paris, p. 109-120.

Oberste Jörg, 2012, « Les clunisiens et l’espace urbain en France. Les bourgs de Montierneuf à Poitiers et de Saint-Martin-des-Champs à Paris (xie-xive siècles) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, t. 124/1, p. 69-89.

Poulle Emmanuel, 1996, « Classement et cotation des chartriers au Moyen Âge », Scriptorium, t. 50/2, p. 344-355 [La conservation des manuscrits et des archives au Moyen Âge : Actes du XIe colloque du Comité international de paléographie latine (Bruxelles, 19-21 octobre 1995)].

Pressouyre Léon (dir.), 1994, L’espace cistercien, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques.

Roux Simone, 1989, Le quartier de l’université à Paris du xiiie au xve siècle : étude urbaine, 4 vol., thèse, université de Paris X-Nanterre.

Sumpf Alexandre, 1998-1999, Le quartier Saint-Paul à la fin du xiiie siècle. La censive Saint- Éloi dans la paroisse Saint-Paul, 1280-1302, mémoire de maîtrise, université de Paris I.

Terroine Anne et Fossier Lucie, 1966-1998, Chartes et documents de l’abbaye de Saint-Magloire, 3 t., Turnhout/Paris, Brepols/CNRS.

, 1998, « Le chartrier de l’abbaye Saint-Magloire de Paris », Revue Mabillon, n. s., t. 9, p. 181-208.

Thomas Nicolas, Bourlet Caroline et Roms Cédric, 2007, « La Villeneuve du Temple », Histoire et images médiévales, n° 9, p. 60-67.

Weiss Valentine, 1993, Étude de topographie parisienne : la censive de Saint-Martin-des- Champs à Paris du xiiie siècle au début du xvsiècle, 6 vol., thèse de l’École nationale des chartes.

, 2009, Cens et rentes à Paris au Moyen Âge. Documents et méthodes de gestion domaniale, 2 vol., Paris, Champion (Histoire et archives).

Notes

1 Mercier 2006 ; Franklin 1984.

2 Roux 1989, citation issue du prologue du t. I, p. I.

3 Étienne 1974 ; Guerber 2001 ; Escher 2009.

4 Weiss 2009.

5 Bourlet et al. 2016.

6 BnF, ms. fr. 24432, fol. 257va-261vb ; Mareuse 1875 ; Nicolas 2012.

7 Guillot écrit 194 à la fin de son poème, mais il semblerait que ce soit une erreur de calcul de sa part. Voir Nicolas 2012, p. 110 : « Guillot si fait a tous savoir que, par deça Grand Pont, pour voir, n’a que .ii.c. rues mains sis ».

8 Pour Saint-Antoine-des-Champs : Arch. nat., LL 1595 ; pour Saint-Martin-des-Champs : BnF, ms. lat. 10977 et Arch. nat., LL 1351 ; pour Saint-Magloire : Arch. nat., LL 39 et BnF, ms. lat. 5413 ; pour Saint-Éloi : Arch. nat., LL 75.

9 Descimon et al. 2012, p. 39 : « Les maisons des notables […] formaient des points de repère qui structuraient la perception du paysage urbain ».

10 Quand le mot vicus se trouve écrit dans les documents étudiés ici, faut-il le traduire systématiquement par “rue”, sachant qu’il désigne d’abord le bourg ou le village ? Par ailleurs, dans les documents, la petite rue est désignée par le terme ruella (notamment dans les censiers de Saint-Martin-des-Champs ou dans le cartulaire de Saint- Antoine-des-Champs). On trouve également, mais plus rarement, calceya/calceia (ou « chaucié »), pour désigner la chaussée d’une grande voie située en dehors des murailles (notamment la chaussée de la grand’rue Saint-Martin ou celle de la grand’rue Saint-Antoine dans les censiers de Saint-Martin-des-Champs, de Saint-Magloire ou de Saint-Éloi). Le terme strata enfin est utilisé en 1279 pour désigner une rue dans le diplôme de Philippe III le Hardi adressé au Temple (Arch. nat., K 34, n° 24).

11 Pour la géolocalisation et la cartographie des voies, je me suis appuyée sur les données disponibles sur la plate-forme Alpage qui est une plate-forme d’information géo-historique sur Paris (AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien : approche Géomatique) : http://alpage.huma-num.fr/fr/.

12 Sur l’utilisation du concept de « livres d’archives » afin de désigner cartulaires, censiers, livres de comptes, etc., voir Bertrand 2015, p. 155.

13 Terroine et al. 1966-1998, t. I, p. 14 et 518 ; Hamon 2012, p. 50.

14 Noizet 2013, p. 104.

15 Noizet et al. 2013, p. 112.

16 Terroine et al. 1966-1998, t. I, p. 25-26.

17 Ce censier occupe les quinze premiers feuillets du Petit cartulaire de Saint-Magloire.

18 Petit cartulaire (Arch. nat., LL 39) et Grand cartulaire (BnF, ms. lat. 5413) ; Terroine et al. 1966-1998, t. III, p. VIII-IX ; Terroine et al., 1998 ; Weiss 2009, t. I, p. 538 et 629.

19 Arch. nat., LL 39, fol. 23 : Cum secundum tempora moderna brevitate moderni gaudeant, idcirco tedio dispendii superflui primitus relegato ad comodum nostre ecclesie Sancti Maglorii Parisiensis et rerum ad eam pertinencium hunc librum fieri fecimus sub anno Domini M° CC° nonagesimo quarto, in modum qui sequitur.

20 Weiss 2009, t. II p. 973 ; Arch. nat., LL 39, fol. 1 (« a Petit Pont pour la meson maistre Richart l’espicier 2 s. ») et fol. 8. Le français s’impose à la fin du censier aux fol. 14-15.

21 Sur l’apparition des pieds-de-mouche ou paraphes dans les textes, voir Bertrand 2015, p. 184.

22 Mercier 2012.

23 Oberste 2012.

24 Terroine et al. 1966-1998, t. I, p. 25.

25 Liber testamentorum, BnF, ms. lat. 10977, et Cartulaire A, Arch. nat., LL 1351.

26 Arch. nat., LL 1378 : censiers de 1263, 1274, 1293 et 1300. BnF, ms. lat. 10978 : censier de 1300. Voir Weiss 1993, t. IV.

27 Weiss 1993, t. I, p. 2-15.

28 Oberste 2012.

29 Delaforge-Marchand 1994, t. I, p. 1.

30 Arch. nat., L 1015, n° 3. L’acte d’incorporation de Saint-Antoine-des-Champs pose un problème de datation. Catherine Marchal, en l’étudiant, a relevé des incohérences au niveau des initiales des cinq abbés aux noms desquels il a été dressé. Ces initiales ne correspondent pas aux abbés en charge en 1208 dans les monastères de Cîteaux, La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond. À la suite de Falko Neininger (Neininger 1994, p. 97 et 310), elle propose de dater cet acte de 1218, année qui coïnciderait davantage avec les abbés alors en fonction dans ces cinq monastères. En revanche, Sandrine Delaforge-Marchand le date de 1208-1209 (Delaforge-Marchand 1994, t. I, p. 64-65, n° 16).

31 Arch. nat., LL 1595. Le cartulaire contient la copie de 137 actes concernant Paris et de nombreuses mentions d’autres actes (en tout, on peut recenser 280 documents).

32 BnF, ms. fr. 24432, fol. 257va-261vb ; Mareuse 1875 ; Nicolas 2012.

33 Bove 2004, p. 459, 463, 569 et 627.

34 La notion d’espace cistercien n’est pas nouvelle. Elle a été développée notamment lors d’un colloque réuni à Fontfroide en mars 1993 (Pressouyre 1994). Dans les pancartes et les cartulaires du xiie siècle de Clairvaux, de Morimond, de Vauluisant ou de Pontigny, l’organisation repose sur les granges cisterciennes et non sur les villages qui existaient de manière préalable, ce qui laisse supposer que les cisterciens organisaient alors leur documentation selon leur conception de l’espace. Pour les moniales de Saint-Antoine, il a été impossible de procéder de la sorte puisque Paris et ses habitants se sont imposés à elles.

35 Pour la rive droite sont mentionnées les rues suivantes : vicus Sancti Pauli (rue Saint-Paul, en dehors de la muraille) ; Avenaria (la Vannerie) ; Mortelaria (la Mortellerie) ; vicus des Barres (rue de la Barre) ; vicus Sancti Mederici (rue Saint-Merry) ; vicus qui dicitur la Texanderie (la Tissanderie) ; magnus vicus Parisiensis (grand’rue Saint-Denis) ; vicus de Charoneria (rue de la Charonnerie) ; vicus de Tanneria (rue de la Tannerie) ; ruella Agnetis Bucherie (ruelle Agnès-la-Buchière) ; vicus Andrui Malet (rue André-Mallet) ; vicus Sancti Boniti (rue Saint-Bon) ; vicus Athacherie versus Sanctum Bonitum (rue de la Tacherie) ; vicus Cuffariarum (rue des Écouffes) ; vicus de Marivaz (rue de Marivaux) ; vicus Sancti Jacobi (rue Saint-Jacques-la-Boucherie) ; vicus qui dicitur Vetus Moneta (rue de la Vieille-Monnaie) ; Sanneria (la Saulnerie) ; vicus Jardinorum (rue des Jardins) ; Corrigiaria (la Courroierie) ; Faroneria (la Ferronerie) ; Tonnelaria (la Tonnellerie) ; vicus Coconnerie (rue de la Cossonerie) ; Canaberia (la Chanvrerie) ; Truenderia (la Truanderie).

36 Nicolas 2012, p. 92.

37 L’ordre dans lequel sont transcrits les actes de la première partie du cartulaire de Saint-Antoine-des-Champs (Arch. nat., LL 1595, fol. 5-58) correspond sans doute à l’ordre dans lequel sont conservées les chartes originales. L’organisation du chartrier est en effet visible dans ce recueil à travers des indications comme : posite in primo, secundo, tercio, quarto ergastulo primi raustri (loci superioris a parte ecclesie), puis in primo, secundo, tertio, quarto ergastulo secundi raustri (loci superioris) et enfin in primo ergastulo tercii raustri. Cf. Poulle 1996, p. 347.

38 Les rues et quartiers cités dans le rentier sont les suivants : « au pont Perrin » ; « en la rue de Joy » ; « a la porte Baudoer » ; « en la rue aus Nonains d’Yerre » ; « au viel cimetiere Saint Jehan » ; « en la rue des Jardins » ; « en la Vielz Tisseranderie » ; « en Greve » ; « en la Tennerie » ; « aus Commanderesses » ; « en la rue des Arssis » ; « en Mariva[u]x » ; « en Petit Marivaux » ; « en la grant rue Saint Denis » ; « aus halles de Paris » ; « en la Truanderie » ; « a la porte de Montmartre » ; « en la rue de la Crois du Tiroer » ; « en la Ferronnerie » ; « pres du Chastelet » ; « en la rue des Lavandieres » ; « en la Saunerie » ; « devant Saint-Lieuffroy » ; « en l’Eschorcerie » ; « en la Cité » ; « outre Petit Pont ».

39 Weiss 2009, t. I, p. 234. Les moniales ont en revanche une censive à l’extérieur de l’enceinte de Charles V, comme le montre Valentine Weiss dans ses cartes hors-texte.

40 Arch. nat., LL 1595, fol. 6, n° 3 : Nota alia littera de viginti quinque solidis qui debent recipi in domo Roberti le Tort in vico Sancti Pauli et in censiva Sancti Eligii qui sic incipit : Omnibus presentes litteras inspecturis, officialis curie Parisiensis salutem in Domino. Et sic terminatur : Actum anno Domini millesimo ducentesimo trecentesimo secundo, mense julio.

41 Arch. nat., LL 1595, fol. 5v-6, n° 2.

42 Sumpf 1998-1999, p. 9.

43 Arch. nat., LL 75, fol. 7-9. Le titre du diplôme royal, écrit en textualis libraria, est des plus simples : Sequitur carta super ordinacione predicta, et semble indiquer que cet acte serait considéré comme un soutien ou une preuve du texte écrit en français. Voir Sumpf 1988-1999, Annexes, Pièce n° 2, p. 4-8 ; Guérard 1850, t. III, p. 277-281, n° 8. L’original en est conservé : Arch. nat., S 1182, n° 20.

44 Arch. nat., LL 75, fol. 6-7.

45 Sumpf 1998-1999, p. 124.

46 Guerber 2001.

47 Arch. nat., S 1182-1186B.

48 Sumpf 1998-1999, p. 104 et suiv. ; p. 108 et suiv.

49 Étienne 1974, p. 5-17.

50 Thomas et al. 2007.

51 Arch. nat., R3 10.

52 Arch. nat., MM 128.

53 Arch. nat., K 34, n° 24.

54 Arch. nat., S 5594.

55 Dans cet acte, il semblerait que l’expression vicus Templi puisse être traduite ici par “bourg du Temple” et non “rue du Temple” (même si l’on trouve par ailleurs des mentions pouvant être traduites par “rue du Temple” dès le milieu du xiiie siècle).

56 Étienne 1978, p. 88. Voir également Étienne 1974, p. 203.

57 La mention des hôtes (hospites) dans le diplôme royal est un indice de l’expansion démographique dans la partie rurale de la censive.

58 Étienne 1974, p. 206.

59 Étienne 1975, p. 87.

60 Ibid., p. 91-92 ; Hamon 2012, p. 50 et 52.

61 Thomas et al. 2007, p. 66.

62 Caroline Bourlet a proposé cette hypothèse dans son étude des itinéraires des percepteurs dans les rôles de taille (https://irht.hypotheses.org/1691). Ainsi, elle remarque qu’« en 1296-1300, certains espaces ne sont jamais appelés rues. Ils se trouvent essentiellement sur la rive droite ou sur la Cité, et portent le nom d’une activité, comme par exemple la Pelleterie (Cité), la Tannerie, la Heaumerie, etc. À l’exception, peut-être, de deux d’entre eux dont le nom se rapporte à autre chose qu’une activité (les fossés Saint-Germain, qui sont d’anciens fossés, et la Bretonnerie, qui est le quartier où sont implantés les Bretons dès le début du xiiie siècle), ces espaces peuvent être qualifiés de « fonctionnels », pourvus, au moins dans l’imaginaire bourgeois, d’une forte personnalité et perçus comme des espaces, peu assimilables à une voie ou une partie de voie parce qu’ils en déborderaient les limites. Ils portent souvent le témoignage d’espaces fonctionnels antérieurs qui ont plus ou moins perduré. Ces espaces sont si fortement identifiés et connus pour conserver leur dénomination jusqu’au début du xive siècle au moins et pour servir fréquemment de repère lors de la description des itinéraires des rues proches ».

63 C’est la rue des Gravilliers. 

64 Hillairet 1963-1972, t. II, p. 207.

65 La ruelle a la Guespine est appelée ainsi d’après la meson a la Guespine qui est mentionnée aussi bien dans l’ordonnance en français que dans le diplôme en latin.

66 La rue de Jouy tire son nom de la maison des moines cisterciens de Jouy-en-Brie (Seine-et-Marne, comm. Chenoise).

67 Les Carmes (ou Barrés) sont installés dans le quartier Saint-Paul depuis 1256.

68 La dénomination de vicus False Posterne apparaît dans le censier au fol. 23v.

69 Nicolas 2012, p. 104-105.

70 Sumpf 1998-1999, p. 32.

71 Ibid., p. 26. Arch. nat., LL 75, fol. 11 : Tunc sequntur census vici de Jardinis qui solebat vocari vicus Medietaneus ; fol. 54 : Et eundum est ad vicum de Jardinis que solebat dici Medietaneus.

72 Leguay 1984.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Censier de Saint-Magloire, utilisation de pieds de mouche pour signaler la rue Saint-Martin, le Huleu et le Bourg-l’Abbé
Crédits Arch. nat., LL 39, fol. 3v.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

CNRS – Institut de recherche et d’histoire des textes

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access