Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Sources écrites particulières

Les noms des juifs à Paris (xiie-xivsiècle)

Sonia Fellous

Article dédié à la mémoire de Gérard Nahon.

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier M. Gérard Nahon de m’avoir transmis ses informations inédites et Mme Caroline (...)

1Cette étude consacrée aux noms des juifs de Paris s’appuie sur, et complète, l’ouvrage de Gérard Nahon intitulé Inscriptions hébraïques et juives de France médiévale, publié à Paris en 1986. Elle constitue une synthèse à laquelle j’ai adjoint l’apport des manuscrits, les résultats de mes recherches épigraphiques et l’éclairage des sources documentaires contemporaines1.

  • 2 Nahon 1986 ; Schwab 1904, p. 142-402 ; Longpérier 1884, p. 103-131.

2L’épigraphie hébraïque de la France médiévale concerne principalement les inscriptions funéraires. Le corpus en comprend 327, dont certaines sont antérieures à 1280 et d’autres ont disparu depuis leur découverte. Toutefois, leur contenu a été relevé par Adrien de Longpérier, puis repris par Moïse Schwab puis par Gérard Nahon, qui en ont livré une lecture à laquelle je me référerai constamment2.

3Les pierres tombales, quand elles ne sont pas endommagées, portent toutes des dates. Leur localisation est sûre car, en cas de réutilisation, elles n’ont jamais été transportées très loin de leur lieu d’origine. Dans l’Antiquité, il pouvait arriver qu’un à trois mots fussent insérés en langue et en caractères hébreux à la fin de l’épitaphe dont le corps était en latin ou en grec, en fonction de l’usage local (fig. 1 et 2) ; après près de cinq siècles de silence épigraphique, l’hébreu réapparaît, seul, sur les stèles du xiie siècle en France. Ces inscriptions témoignent de l’usage de l’hébreu dans le rituel funéraire de l’époque médiévale et permettent de déterminer l’époque de sa réintroduction dans la vie quotidienne des juifs à partir du viiie siècle.

  • 3 Nahon 1986, p. 37-38.

4L’absence de tout élément décoratif ou symbolique rappelant la judéité du défunt, comme c’était le cas dans l’Antiquité, semble être palliée par l’usage de l’écriture hébraïque monumentale et la mise en forme du texte et des lettres gravées, qui imitent le plus souvent celle des manuscrits hébreux de luxe. En effet, en cette période où l’art du livre prévalait, l’écriture et sa mise en forme servaient d’ornement en soi. Ces épitaphes permettent aussi d’aborder la question de l’onomastique juive médiévale, qui diffère sensiblement de celle de l’Antiquité. La comparaison des noms gravés avec ceux relevés dans les rôles de la taille qui ont survécu (1292, 1296) fera apparaître sous quels patronymes les juifs de Paris vivaient au quotidien. Avaient-ils conservé des noms bibliques ou adopté des noms locaux et des surnoms ? L’onomastique permet-elle de déterminer les lieux d’origine des juifs parisiens ? Ces sources épigraphiques et documentaires – les registres de la taille en particulier – révèlent des informations sporadiques sur les métiers. Les us et les traditions locales relatifs au calendrier religieux et aux titres honorifiques ou prestigieux apparaissent dans les épitaphes ainsi que les tensions et les persécutions endurées par les juifs. Ainsi, la mention qadosh “saint”, ajoutée dans certaines d’entre elles, témoigne-t-elle peut-être de la mort violente d’une victime de persécution religieuse3 (fig. 5).

La permutation de langue de l’Antiquité au Moyen Âge

5L’onomastique antique juive révélée par l’épigraphie atteste la latinisation et l’hellénisation des noms des hommes et des femmes, même quand leurs ascendants portaient des noms hébreux. Il ne s’agissait donc pas toujours de païens convertis au judaïsme alors que celui-ci était encore une religion prosélyte. La plupart des inscriptions retrouvées dans l’hexagone se trouvent plutôt dans la partie méridionale : Avignon (ive siècle), Auch (viie-viiie siècle), Bordeaux (vie siècle ?) et Narbonne (viie siècle). Ces dernières, rédigées principalement en latin ou en grec, contiennent aussi des mots hébreux, tels shalom, שלום, “Paix”, à Auch, et shalom ‘al [y]srael,

שלום על [י]שראל

  • 4 J’ai choisi de transcrire le צ par ts, conformément à sa prononciation (habituellement ẓ selon les (...)
  • 5 Les sacra du judaïsme sont fixés depuis le iiie siècle. Faisant référence à des éléments du mobilie (...)
  • 6 Schwab 1904, p. 172-173.
  • 7 Talmud de Babylone, traité Sanhédrin 98b ; Talmud de Jérusalem, traité Berakhot 2,4.

6“Paix sur Israël” (Ps. 125,5), à Narbonne4. Parfois les sacra – le chandelier à sept branches, à Bordeaux et à Narbonne – signalent la judéité du défunt5. En leur absence, seul le nom peut donner cette indication. De fait, les juifs se conforment souvent à l’usage de noms locaux contemporains comme Justus, Asterius, Paregorius, Julia, Aurelia ou Dulciorella6. Seule la mention d’un nom à consonance hébraïque ou correspondant à la traduction d’un nom hébreu peut éventuellement indiquer l’appartenance religieuse. Ainsi, dans l’Antiquité, Justus pouvait-il correspondre à Tsadiq ou à Tsadoq, dont la signification est “juste” ou “sage”, et Paregorius à Menaḥem, qui signifie “le consolateur”, un nom qui devint populaire après la chute du second Temple, dans une période d’attente eschatologique7. Au Moyen Âge, on peut trouver Sarre pour Sarah, Mosse/Moussé pour Moshe ou encore Manessier pour Manasseh, Vivant pour Ḥayyim. Toutefois, les noms hébreux bibliques restent aussi fréquents dans l’onomastique juive antique que médiévale.

7Une épitaphe grecque aujourd’hui perdue, provenant d’Antibes et datant du iie siècle, mentionne « Justus fils de Silas, il a vécu 72 [ans] ». Une autre, provenant d’Auch et datant des ive-ve siècles, porte l’épitaphe latine suivante :

Fig. 1. Dédicace pour un pavage offert par Bennid, Auch, ive-ve siècle (Saint-Germain-en-Laye, musée des Antiquités nationales)

Fig. 1. Dédicace pour un pavage offert par Bennid, Auch, ive-ve siècle (Saint-Germain-en-Laye, musée des Antiquités nationales)
  • 8 In Dei nomine s[an]c[t?] / peleger qui ic Bennid / D(eu)s esto c[u]m ipso ; ocoli / invidiosi crepe (...)

« Au nom de Dieu,
le saint pavage qui est ici, Bennid –
Dieu soit avec lui, que des yeux envieux crèvent –
l’a offert en don, Jona l’a confectionné.
Paix8. »

© RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale)

8La citation biblique ainsi que le décor composé des sacra – chandelier, corne de bélier et branche de palme – attestent la religion du défunt. Le nom du donateur, Bennid, pourrait-il être une adaptation de l’hébreu Baroukh (“béni”) et une variante de Benedictus ?

  • 9 [Menorah] Ic requiescunt / in pace bene memori / tres fili d(omi)ni Paragori / de filio condam d(om (...)

9Enfin, la pierre funéraire de Narbonne, assez tardive puisqu’elle date de la fin du viie siècle, présente la menorah en tête d’épitaphe, en quasi incipit, suivie de l’énumération d’une liste de noms masculins et féminins qui témoignent à la fois de l’insertion des juifs dans la culture latine et de leur fidélité au judaïsme. En effet, le père, Paragorius – nom utilisé par les juifs mais aussi par les non-juifs contemporains –, lui-même fils de Sapaudus – nom qui n’a pas d’autre occurrence chez les juifs –, dresse cette stèle à la mémoire de son fils Justus – nom usité chez les juifs. Ses deux filles se nomment Matrona – nom sans équivalent hébreu et sans occurrence locale, plutôt porté par les juives d’Afrique du Nord – et Dulciorella – prénom latin courant dans la population féminine non juive contemporaine9. Le chandelier et la phrase hébraïque Shalom cal Ysra’el, שלום על [י]שראל, “Paix sur Israël” (ligne 9, Ps. 125,5) confirment à nouveau la judéité de cette famille ainsi que la coexistence des deux alphabets et des deux langues dans une inscription juive antique. Mais la date du décès est calculée en fonction du calendrier local, ici celui du règne du roi Egica, et non en fonction du calendrier juif comme au bas Moyen Âge (fig. 2).

Fig. 2. Stèle funéraire de Justus, Matrona et Dulciorella, 688-689 (Musée d’art et d’histoire de Narbonne, n° 196-4171)

Fig. 2. Stèle funéraire de Justus, Matrona et Dulciorella, 688-689 (Musée d’art et d’histoire de Narbonne, n° 196-4171)

« Ici reposent en paix les bienheureux trois enfants du seigneur Paragorius, fils de feu Sapaudus ; c’est-à-dire Justus, Matrona et Dulciorella, qui vécurent : Justus 30 ans, Matrona 20 ans, Dulciorella 9 ans. Paix sur Israël [Ps. 125,5 et 128,6]. Ils moururent la deuxième année du seigneur Egica roi [soit entre le 24 novembre 688 et le 23 novembre 689]. »

© Lisa Debande, musées de Narbonne, ville de Narbonne

  • 10 Katz 1937 ; Schwarzfuchs 1966, p. 122-42 ; Chazan 1973, p. 9-62.

10La présence juive attestée pendant l’Antiquité se poursuit à l’époque wisigothique, franque et mérovingienne, ainsi que sous les Carolingiens10. Le judaïsme se développa dans un environnement urbain qui conduisit à une certaine renaissance économique et culturelle. Pourtant, il faudra attendre le milieu du xiie siècle pour trouver une autre épitaphe assurément juive. Exclusivement gravées en hébreu comme le seront désormais toutes les autres inscriptions funéraires de la France médiévale, elles ne porteront plus aucun élément de décor évoquant le judaïsme.

Les inscriptions juives médiévales

  • 11 À Paris, toutes les stèles parisiennes ont été réunies au Musée d’art et d’histoire du judaïsme [MA (...)
  • 12 La plupart sont des stèles funéraires. Trois inscriptions synagogales proviennent de Béziers, Narbo (...)
  • 13 Nous réservons à une autre publication la notice de cette pierre inédite de Chartres. Sa destinatio (...)

11La France possède quatre collections d’épitaphes hébraïques11. Des stèles, mais aussi des dalles, voire des graffitis sur les murs de quelques bâtiments, subsistent dans quarante et une villes ou villages dispersés dans toute la France actuelle. Le corpus est constitué de 327 inscriptions, qui peuvent porter des textes détaillés avec noms, dates et lieux ou seulement quelques lettres. Seules 62 pierres sont datées, dont deux graffitis ; 218 ne sont pas ou pas précisément datées, parmi lesquelles 31 graffitis ; 47 inscriptions ont disparu depuis leur découverte12. Ont été ajoutés à l’inventaire de Gérard Nahon après leur découverte : un fragment de pierre fort lourd comportant des mots hébreux, découvert à Chartres en janvier 2006, une inscription trouvée très récemment au parc Monceau à Paris, et une autre à Bourges13. Ces inscriptions permettent d’aborder l’étude de l’onomastique médiévale ainsi que de quelques éléments de la vie sociale juive et confirment le retour de l’hébreu dans la vie communautaire. Elles attestent aussi la présence des juifs dans le cœur de Paris entre les xiie et xive siècles.

  • 14 Nahon 1986, p. 48-150.

12C’est Paris qui conserve le plus grand nombre d’inscriptions avec 24 épitaphes datées de 1139/1140 à 1364, 57 non datées, une inscription dont la date est partielle, ainsi que 27 inscriptions perdues dont il ne reste que la description14. Pour cette étude ne seront retenues que celles dont les noms se dégagent avec certitude. La plupart d’entre elles proviennent d’un seul des trois cimetières juifs de la rive gauche, découvert sous l’actuelle librairie Hachette, sise boulevard Saint-Michel. Elles témoignent d’un fort attachement à l’onomastique hébraïque biblique, en tout cas pour les hommes, et aux coutumes juives, en particulier au calendrier hébreu, seul mentionné pour la date de décès, contrairement à ce qui apparaît dans les épitaphes de l’Antiquité (fig. 2). L’étude des noms portés par les juifs à Paris s’est étendue aux noms trouvés dans les manuscrits hébreux parisiens du xive siècle ainsi qu’à ceux qui figurent dans les rôles de la taille de 1296-1298 et dans d’autres documents d’archives, qui apportent chacun un éclairage différent sur les juifs de Paris, leur provenance et leur profession.

Les juifs à Paris aux xiie-xive siècles

  • 15 L’original de la source documentant la donation est perdu ; il en reste une copie du xive siècle da (...)

13Jusqu’en 1182, les juifs résidaient dans l’île de la Cité, dans les rues de la Juiverie, de la Pelleterie et de la Vieille Draperie. Leur synagogue est devenue l’église Sainte-Madeleine en l’Île après la première expulsion15. En 1173, le voyageur Benjamin de Tudèle fait la description d’une communauté très dynamique. Il mentionne ses sages et leurs disciples d’une valeur exceptionnelle :

  • 16 Adler 1907, p. 81 ; Baratier 1734, p. 246-247.

« […] Elle renferme des disciples, des sages qui n’ont pas leurs pareils aujourd’hui sur toute la terre ; ils s’appliquent jour et nuit à l’étude de la loi […]16 »

14L’épitaphe de Salomon, fils du rabbin Judah, indique qu’il décéda en l’an 900 du comput, sans autre précision de jour ni de mois, ce qui correspond à l’année 1139 ou 1140. L’épigraphie montre que la gravure qui imite l’écriture manuscrite marque moins les pleins et les déliés que dans les inscriptions du xiiie siècle, où le style gothique de l’écriture franco-rhénane est caractérisé par une gravure plus contrastée dans le tracé des caractères (fig. 5, 7, 9, 10). Mais, face à l’absence d’inscriptions plus anciennes et contemporaines – deux seulement –, cette indication constitue un simple constat.

Fig. 3. Shelomoh (Salomon), fils du compagnon [d’études ?] rabbi Yehudah (Judah), en l’an 900 du comput [1139-1140 ?] (Paris, MAHJ, D.98.05.008.CL)

Fig. 3. Shelomoh (Salomon), fils du compagnon [d’études ?] rabbi Yehudah (Judah), en l’an 900 du comput [1139-1140 ?] (Paris, MAHJ, D.98.05.008.CL)
  • 17 Nahon 1978, p. 143-156.
  • 18 Information transmise par Gérard Nahon : Arch. nat., JJ 9A fol. 1v. Cf. Delisle 1852, p. 32, n° 207 (...)

15Les juifs quittent la France entre 1182 et 1198 à la suite de l’expulsion ordonnée par Philippe Auguste. Un cartulaire témoigne qu’à leur retour, trente-neuf juifs s’engagent à demeurer au Petit-Châtelet vers 1204, aux abords du Petit-Pont17. L’existence d’une juiverie est attestée rive gauche, dans le bas de la rue de la Harpe. En effet, la mention faite dans le cartulaire – Isti Judei remanebunt in Castelleto secundum pontem – semble indiquer qu’ils ne s’engagent pas tant à habiter au Petit-Pont qu’Outre-Petit-Pont, c’est-à-dire en dehors de la Cité et de la ville (rive droite), sur la rive gauche de la Seine, encore peu urbanisée à cette époque18. Mais se seraient-ils installés aussi autre part ?

16La liste des noms inscrits sous la rubrique De Normannia révèle l’arrivée à Paris de juifs normands, extérieurs au domaine.

  • 19 Paris, BnF, ms. hébreu 643, fol. 45v et 155. On retrouve son nom aux. fol. 14v, 20v et 87 (Sed-Rajn (...)

17Le colophon d’un manuscrit hébreu parisien du début du xive siècle met l’accent sur la question de la mobilité des juifs de Paris. En effet, dans le manuscrit hébreu 643 de la Bibliothèque nationale de France, le scribe dit s’appeler « Joseph surnommé Roi hors [de] Paris » (fol. 45v) et signe Yosef ha-melekh “Joseph le Roi” (fol. 155v), dessinant même une couronne au-dessus de son nom pour confirmer le sens de son surnom19 :

חזק יוסף המכונה מלך חוץ ייפריש / (מפריש ?)

Ḥazaq Yosef ha-mekhuneh melekh ḥuts (?) Paris

Fig. 4. Colophon de « Joseph le Roi » (Paris, vers 1300)

Fig. 4. Colophon de « Joseph le Roi » (Paris, vers 1300)

Le nom Joseph est surmonté d’une couronne.

  • 20 Chazan 1973, p. 154-190.

18La précision « hors de Paris » pourrait indiquer que « Joseph le Roi » travaillait à l’extérieur de Paris ou bien qu’il venait d’ailleurs. En tout cas, il s’était forgé une belle réputation dans son métier et il est vrai que le manuscrit hébreu 643 est d’une facture remarquable. En effet, de nombreux juifs expulsés des villages de France entre 1270 et 129120 puis d’Angleterre en 1290 sont bien venus s’installer à Paris, comme l’attestent certains noms couchés sur les registres de la taille comme ceux de Jorin l’Englois ou de Moussé de Dreues. Joseph portait donc un nom hébreu et un surnom qui le distinguait sans doute dans sa profession. La question reste de savoir si on l’appelait ha-melekh, en hébreu, ou le Roi, en français.

  • 21 Arch. nat., S 6227 ; Nahon 1978, p. 146.

19Entre 1210 et l’expulsion de 1252, plusieurs boucheries, synagogues, cimetières et écoles sont mentionnés dans diverses sources. Les épitaphes, dont aucune n’est datée de 1252, confirment bien l’existence des écoles et l’importance sociale de l’étude et de l’érudition rabbinique. Une seule école est localisée, au coin de la rue de la Harpe et de la Bouclerie ; elle est mentionnée dans un bail à rente établi par la Sorbonne en 1288 pour « une place sise à Paris outre le Petit-Pont devant l’école des juifs faisant coin de la rue Regnaut le Harpeur et celle de la Bouclerie21 ».

20En 1273, Philippe le Hardi décide de limiter les établissements juifs dans la capitale, notamment le nombre de cimetières ; un seul restera en fonction sur les trois connus.

Les cimetières juifs parisiens

  • 22 Sur les cimetières juifs parisiens, voir Caillet 1988, p. 129-134 ; Nahon 1986, p. 47-48 ; Nahon 19 (...)
  • 23 Chazan 1973, p. 64-71, 154-190.

21Les stèles funéraires de Paris sont toutes verticales, conformément à la tradition ashkénaze, c’est-à-dire franco-rhénane. Elles portent une épitaphe relativement brève de dix lignes au maximum, dont la provenance est connue et bien circonscrite dans le périmètre parisien22. La date de l’expulsion des juifs de Paris permet de les inscrire dans une échelle de temps relativement restreinte, courant des premières décennies du xiie siècle (fig. 3) au milieu du xive siècle (1364, fig. 5), et entrecoupée par les expulsions de 1182 et de 130623.

  • 24 Il s’agit sans doute, selon Jean-Patrice Boudet, d’une erreur de Simon de Pharès, qui confond ce pe (...)

22Selon Jean-Pierre Caillet, durant le haut Moyen Âge, le cimetière juif était situé au pied de la Montagne Sainte-Geneviève. Au retour du premier exil, en 1198, les juifs inhument dans un terrain bordé par la rue Galande et la rue du Plâtre (actuelle rue Domot, Ve arrondissement). En décembre 1258, le texte d’un accord établi entre les chanoines de Notre-Dame et la communauté juive de Paris stipule que celle-ci utilise ce cimetière depuis cinquante ans et plus, donc depuis au moins 1198. Un autre fonctionnait dans le même temps dans un quadrilatère délimité par les rues de la Harpe, des Deux-Portes (actuels boulevards Saint-Michel et Saint-Germain), Pierre-Sarrazin et Hautefeuille depuis au moins le début du xiie siècle. Deux épitaphes datées de 1139 et 1140 (fig. 3) nous sont parvenues. De plus, un « astrologue », Simon de Pharès, indique dans un recueil qu’il publia sur ses pairs célèbres que l’épitaphe du médecin-astrologue « Tsour », mort en 1122, était encore visible en 1492 « avec plusieurs autres choses bien enciennes24 ».

  • 25 Trois actes sont conservés : Arch. nat., JJ 60, fol. 71v-72v, n° 104 ; Nahon 1986, p. 47-48 ; Guéro (...)

23La décision de Philippe le Hardi de limiter le nombre d’établissements tenus par les juifs dans la capitale indique que ces derniers en possédaient plusieurs à Paris. Le clos de la rue Galande revint aux chanoines en 1273 ; il aurait été utilisé au moins soixante-quinze ans. Quant au quadrilatère qui s’ouvrait sans doute sur la rue de la Harpe, il fut confirmé dans son attribution aux juifs jusqu’en 1307. Un sergent chrétien commis à sa surveillance et à son entretien est inscrit au registre de la taille de 1292 : « Henri le serjant », logé rue de la Harpe entre la rue Serpente et l’église Saint-Côme. Mais il est possible qu’il ait été remis en fonction au retour de 1315. Le terrain cédé après l’expulsion de 1306 aux religieuses de Poissy étant resté non bâti jusqu’en 1321, les tombes restèrent in situ25. Simon de Pharès confirme avoir vu dans ce cimetière – devenu alors le jardin privatif de la demeure de Louis de Beaumont de la Forêt, archevêque de Paris (1446-1492) – la tombe de celui qu’il appelle « Tsour », médecin de son état. Or, aucune autre épitaphe signalant un médecin juif n’a été retrouvée, pas plus que celle qu’il a mentionnée. En tout état de cause, aucun autre Tsur, צור, ou Zur, זור, n’apparaît dans les 327 épitaphes françaises qui nous sont parvenues. N’y sont signalés que les rabbins ou les érudits, les maîtres et les compagnons d’étude et peut-être ceux qui ont péri pour leur foi. Au xvie siècle l’ensemble du terrain n’était toujours pas bâti, ce qui explique sans doute le nombre de pierres tombales retrouvées là au xixe siècle (48).

  • 26 Nahon 1986, p. 48, 90-91 ; Magne 1913, p. 83-86.

24Lors de leur rappel par Louis X le Hutin en 1315, les juifs habitaient rue des Rosiers « ou des Juifs » et rue de la Coquerée, dans laquelle se trouvait une synagogue. Ils semblent avoir alors récupéré un cimetière déjà en usage au xiiie siècle, dans l’ancien quartier juif situé entre les rues Entre-Deux-Portes et des Jardins. Une pierre tombale trouvée en 1904 rue de la Verrerie – l’ancienne rue de la Coquerée – et datée de 1364 indique qu’un autre cimetière juif a pu fonctionner à cette période. Il était localisé « à l’est de la rue des Juifs (aujourd’hui Ferdinand-Duval, IVe arrondissement), près du coin qui forme la rue avec l’impasse Coquerée (ou Coquerelle, aujourd’hui disparue)26 » ; cette stèle porte le nom de dame Floria, décédée en 1364. Alors que le nom Floriah apparaît deux fois au xiiie siècle sous la forme

פלוריאה

  • 27 Conservée d’abord au musée Carnavalet (A.I. 124bis) puis déposée en 1998 au MAHJ, stèle 12 dans l’e (...)

25il est inscrit dans cette épitaphe sans la finale ה. C’est פלוריא, Floria, qui est gravé ici, peut-être dans une forme remise au goût du jour. Elle était la fille du maître et rabbin Judah et la veuve du maître et saint rabbin Jacob, qui connut peut-être une mort violente (fig. 5)27.

Fig. 5. Épitaphe de dame Floria, 1364 (Paris, MAHJ, D.98.06.005.CAR)

Fig. 5. Épitaphe de dame Floria, 1364 (Paris, MAHJ, D.98.06.005.CAR)

« Le monument que voici,
je l’ai placé en
monument au chevet
de dame Floria,
fille de notre maître
le rabbin Juda,
veuve de mon [/ de notre] maître le saint
rabbi Jacob. Que le souvenir
du juste et du saint soit une bénédiction.
L’an 124 du petit comput [1364]. »

  • 28 Nahon 1986, p. 53, 73, 87, 103, 119, 142.
  • 29 Cf. note 13.

26La stèle, d’un style tout à fait différent de celles trouvées dans le cimetière de la rue de la Harpe, revêt un décor gothique formé d’une arcature trilobée. Aucune forme architecturale n’est à signaler sur les stèles parisiennes médiévales connues antérieurement. Seules les lettres sont-elles parfois enjolivées de hampes évoluant en colimaçons ou de perles enfilées, ou bien la réglure du texte tracée comme pour l’écriture manuscrite28. Cette stèle d’un décor et d’un style littéraire différents indique que le texte a été rédigé par un proche de la famille qui fut un disciple ou un élève du père et de l’époux de la disparue. C’est la seule stèle du xive siècle qui ait été retrouvée à ce jour à Paris tant que celle du parc Monceau n’aura pas été plus assurément datée29.

27Caroline Bourlet a restitué sur une carte l’habitat juif parisien entre les xiie et xive siècles. Les lieux de vie des juifs au xiie siècle sont indiqués en jaune ; le bleu délimite ceux qui furent occupés de la fin du xiie jusqu’à la seconde moitié du xiiie siècle. Ceux du milieu du xiiie siècle sont signalés en rose et ceux du début du xive siècle, en vert.

Fig. 6. Carte de l’habitat juif parisien, xiie-xive siècle

Fig. 6. Carte de l’habitat juif parisien, xiie-xive siècle

© Caroline Bourlet, IRHT-CNRS, déc. 2015

28Comme ce fut le cas pour la péninsule ibérique, on peut supposer que les juifs expulsés de France partaient avec l’idée de revenir. Des coreligionnaires venus d’autres régions vinrent grossir leurs rangs, notamment en 1290, quand eux-mêmes furent expulsés d’Angleterre. Mais on se plaît à imaginer qu’Abraham ben Jacob, le scribe de la bible hébraïque achevée à Paris en 1303 (Paris, BnF, ms. hébreu 44), pourrait être le fils de rabbi Jacob, fils du rabbin Haïm (1253) dont l’épitaphe est, elle aussi, restée à Paris (fig. 7 et 8).

Fig. 7. Épitaphe de Jacob, fils de Rabbi Haïm, Paris, 1253 (Paris, MAHJ, D.98.05.004.CL)

Fig. 7. Épitaphe de Jacob, fils de Rabbi Haïm, Paris, 1253 (Paris, MAHJ, D.98.05.004.CL)

« Ceci est la stèle de
Rabbi Jacob, fils du rabbin
Haïm qui s’en fut
de la péricope Emor [“Parle”, Lév. 23,2]
l’an treize du comput [5013 = 1253].
Que son âme soit liée au faisceau des vivants. »

Fig. 8. Colophon d’Abraham, fils de Jacob, Paris, 13 mars 1303 (Paris, BnF, ms. hébreu 44, fol. 166v)

Fig. 8. Colophon d’Abraham, fils de Jacob, Paris, 13 mars 1303 (Paris, BnF, ms. hébreu 44, fol. 166v)
  • 30 Extrait d’un texte des Prophètes lu le shabbat à l’issue de la lecture de la Torah.

« Je suis Abraham bar Jacob, que son âme repose en paix. J’ai terminé ce Pentateuque (ḥumash) contenant les cinq rouleaux (megillot) et les haftarot30 le mercredi 23 du mois d’Adar, en l’an 5063 [12 mars 1303] de la création du monde selon le comput que nous suivons ici dans la ville de Paris. Péricope wa-Yaqhel [Ex. 35,1 - 38,20] »

Les noms des juifs de Paris (xiie-xive siècle)

  • 31 Cf. supra note 18.
  • 32 M. Nahon m’a signalé que la provenance normande est plus marquée chez les juifs que chez les chréti (...)

29Parmi les trente-neuf juifs arrivés à Paris en 1204, dix-huit sont cités nommément dans un cartulaire31 : Brunus, filius Bonevite, Rothomagi ; Diex le Saut, [de] Arces ; Bonevie de Caudebec ; Abraham de Mostervillari ; Judas filius, de Longavilla, et Judas gener ; Deus le Croisse dortem, de Pontellomari ; Jacob de Bonavilla super [T]oquam ; Jacob [de] Lisies ; Morellus de Falesia ; Dex le Croisse, de Cadomo ; Joceus Doan, de Burgonn. ; Vauro Cortipel, de Briona ; Mopres de Eulleboef et Cressens de Bernalo32.

30Cinq noms bibliques, tous masculins, figurent dans cette liste : deux Judas, deux Jacob et un seul Abraham.

  • 33 Gross 1969, p. 519-524.
  • 34 Notice 75 de l’inventaire de Gérard Nahon (28 dans notre tableau infra). Selon les recherches récen (...)

31Dans ces listes comme sur les épitaphes, les juifs ne portent souvent qu’un patronyme. Sur les pierres tombales des hommes, seul celui en hébreu est suivi de la filiation du défunt. Dans les rôles de la taille, les deux peuvent apparaître, ou bien soit l’un soit l’autre, parfois suivis de la provenance du contribuable. Mais selon certains témoignages, le même homme est identifié par son nom hébreu ainsi que par son nom ou surnom en langue vernaculaire, résultant parfois d’une traduction du nom hébreu. Ainsi, « Priscus, familier de Chilpéric » est un nom latin, alors que « Manessier de Vesoul » garde son nom hébreu transcrit en caractères latins et adapté sans doute à la prononciation locale. Juda Sire Léon (1166-1224), le lointain descendant de Rachi, était aussi connu comme Judah ben Isaac Sire Leon (1166-1224)33. Rabbi Yehiel de Paris s’appelait en langue vernaculaire « Vives de Meaux » (Vivus Meldensis) (Meaux, xiie siècle - Acre, Haïfa ou Paris, 1268). Son nom, Vives, est traduit de l’hébreu Yehiel ; lui est associé celui de sa ville d’origine34.

Fig. 9. Stèle de […] notre maître […] [Ye]hiel, avant 1306 (Paris, MAHJ, D.2015.04.012.CL)

Fig. 9. Stèle de […] notre maître […] [Ye]hiel, avant 1306 (Paris, MAHJ, D.2015.04.012.CL)
  • 35 Kohn 1988, p. 218-221.

32Cette pratique se poursuit au xive siècle : le scribe d’un manuscrit médical de 1386 destiné au rabbin Jonathan de Trèves signe en effet à la fin du manuscrit « Moi, Isaac fils Ruben, appelé Macip Revel35… ».

Épitaphes parisiennes, 1139/1140-1364

33Très homogènes dans la forme comme dans le fond, les stèles funéraires portent des formulations générales quasiment identiques ; ces épitaphes sont dépourvues en général de citations bibliques.

34Les noms des défunts sont composés du prénom suivi de la filiation paternelle. Ceux des femmes sont parfois précédés du mot marat (מרת) “dame”, établissant le statut de femme mariée. Les noms des hommes sont parfois précédés, selon le rang du défunt, des mots rav ou rabbi “rabbin”, ḥakham “érudit” ou encore ḥaver “compagnon [d’étude]” ; ces précisions semblent plutôt insister sur des titres honorifiques. Il apparaît que, dans cette société, grande était la valeur de l’érudition en matière biblique ou rabbinique.

35Les prémices de cette étude ont déjà suscité de nombreuses réflexions. La première, récurrente, surgit à la lecture d’une pierre endommagée.

Fig. 10. Épitaphe de Dame Floriah, fille du rabbin Benyamin, 1319 (Paris, MAHJ, D.98.05.007.CL)

Fig. 10. Épitaphe de Dame Floriah, fille du rabbin Benyamin, 1319 (Paris, MAHJ, D.98.05.007.CL)
  • 36 Le tav (ת) est la première lettre de la ligne suivante gravée pour les besoins de la justification, (...)

Texte hébreu
זאת מ[צב]ת
קבורת מרת
פלוריאה בת הר
ר בנימן שנפטרה
לגן עדן יום ב
פרשת ברכה
שנֿ[ת] א [...]עט[?]
לפרטת36
תנבה:

Transcription
1. Z’ot matsevet
2.
qevurat marat
3. flory’ah bat ha-r[av]
4. r[abi] binyamin she-nifterah
5. legan
ceden yom bet
6. parashat Berakhah
7. shena[t] a[lef]
[…] c[ayin] t[et]

  • 37 Un doute subsiste sur la date de l’épitaphe, la pierre ayant été brisée et recollée au niveau de la (...)

8. y(od) g(uimel) li-frat t(tav)37
9. t(ehe) n(ishmatah) b-(tsror)
h(a-ḥayyim)


Traduction
1. Ceci est la stèle de
2. la tombe de dame
3. Floriah, fille du maître
4. le rabbin Binyamin, qui s’en fut
5. au jardin d’Éden le deuxième jour
6. de la péricope Berakah [“Bénédiction”, Deut. 33 et 34,1-12]
7. année 1 et 79
8. 13 du comput.
9. Que son âme soit liée au faisceau des vivants

  • 38 Ligne 3, ha-r (הר) au lieu de ha-rav (הרב) : le bet final et le signe indiquant habituellement la c (...)

36Les personnages cités dans cette épitaphe sont la défunte, au nom vernaculaire populaire chez les juifs, et son père Binyamin (Benjamin), qui porte un nom biblique. Il faut relever que ce dernier est signalé, aux lignes 3 et 4, par l’abréviation ha-r (הר), indiquant qu’il s’agissait d’un maître ; sa fille porte pourtant un nom vernaculaire38.

37Les noms des juifs apparaissant dans les épitaphes parisiennes ont été répertoriés et classés par genre et par date. Quand les pierres sont perdues (elles sont alors signalées par un astérisque dans la colonne de gauche), je me suis fiée au relevé de Gérard Nahon. Dans certains cas, j’ai fait une étude épigraphique approfondie des stèles exposées à Paris ; dans d’autres, j’ai dû reprendre les clichés et les inventaires d’Adrien de Longpérier et de Moïse Schwab et ceux conservés dans les archives de l’Institut de recherche et d’histoire des textes.

Les noms des hommes

  • 39 Copie dans Nahon 1986, p. 114.

N° de notice G. Nahon (ordre chronol.)

Nom

Filiation

Nom hébreu

Nom français

Date hébraïque / date chrétienne

1

1

Shelomo

fils du compagnon rabbi Yehudah

שלומה בן החבר ריהודה

Salomon, fils du compagnon (?) Judah

[4]900 du comput / 1139-1140

2

6

Rabi Shemu’el

fils du s[aint] r[abi] Yosef

רבי שמואל בן הקר יוסף

Samuel, fils du saint rabbin Joseph

5007
Péricope Balaq
(Nb. 22,2-25) / 1247

3

7

[Ye]hudah

fils du « compagnon » ḥaver r. Moshe ha Levi

[י] הודה בן החבר ר(בי) משה הלוי

[J]udah, fils du « compagnon [d’étude] » R(abbin) Moïse ha-Lévi

5009 / 1248-1249

4*

8

R. Me’ir

fils du saint rabbi Yeḥiel

רמאיר בן רבי הקדוש רבי יחיאל

Rabbi Meir fils du saint rabbin Yehiel

Année 9 (5009), jour 6 (vendredi), péricope wa-yishlah (Gen. 32,4-36) / 3 décembre 1248

5

12

r. Yacaqov

fils de rabbi Ḥayyim

ריעקב בהרחיים

R. Jacob fils de r. Haïm (Vivant ?)

An 13 (5013), jour 1, péricope Emor (Lév. 21-23), an 13 du comput / dimanche 17 avril 1253

6*

21

Morenu ha-yashish ha-r. Mordekhai Aharon

fils de R[abbi] Matitiah

מורינו הישיש הר' מרדכי אהרון ב' ר' מתתיה

Notre maître le Vénérable le rabbin Mardochée Aaron, fils du rabbin Mattahtias

An 27 (5027), premier jour de la péricope Reeh (Deut. 11, 26-16,17) / 1267

7*

24

r. Yehudah

-

ר' יהודה

R. Juda

An 36 (5036), 3e jour, péricope […] / 1275-1276

8*

25

Rabbi Shelomoh

fils de r. Ḥayyim

רבי שלמה בר חיים

Rabbi Salomon fils de r. Haïm (Vivant)

An 5038 du comput, jour 3, [péricope] ‘Emor (Lév. 21-23) / mardi 3 mai 1278

9

28

Morenu Rabbi Shelomoh

fils de notre maître le rabbin rabbi Yehudah

מורנו הרב רבי שלמה בן מורנו הרב רבי יהודה

Notre maître rabbi Salomon, fils de notre maître le rabbin rabbi Judah

An 5041 du comput, jour du shabbat, péricope Qoraḥ / 21 juin 1281

10

34

Yacaqov

fils de rabbi Yacaqov

יעקב ב[ן רבי] יעקב

Jacob, fils du rabbin Jacob

51
péricope Shelaḥ / 20-26 mai 1291

11

35

r. Yacaqov

fils de rabbi Abraham

בי יעקב ברבי אברהם

Rabbi Jacob, fils du rabbin Abraham

An 51, jour 2, péricope Qoraḥ (Nb. 16,18) / lundi 28 mai 1291

12*

37

[‘A]haron

fils de rabbi Shelomoh

[א]הרון בן הר(ב) שלמה

Aaron, fils du rabbin Salomon

-

13

38

Barukh

-

ברוך

Baruch

-

14*

46

‘Elḥanan

fils de rabbi [Yehudah]

אלחנן ב' ר' יהוד[ה]

Elhanan, fils du rabbin Jud[ah]

Jour 1

15*

49

Rabbi Ḥayyim

fils de rabbi Shimshon

ר' חיים ... הר שמשן

Rabbi Haïm (ou Vivant), fils du rabbin Samson

Jour 2, 44 (?) …

16

50

Ytsḥaq

R’[abbi] Ytsḥaq mq [?]

יצחק ר' יצחק

Isaac … r’ Isaac de Q (Caen ?) (NAHON 1986, p. 100-102)

Jour 6

17*

52

[Yacaqo]v

f[ils de] r[abbi] Shimshon

[יעק]ב בר שמ[שון]

Jacob ?, fils du rabbin Samson

Péricope Wa-Yiggash (Gen. 44,18-47)

18

61

M’eir

fils du saint

מא[יר] בן הקד[...]

Meir, fils du saint (martyr)

-

19*

62

-

fils de Yacaqov

[...] מרואן ב[ן י]קב

? de Rouen (?), fils de Jacob

-

20

63

[Ra]bbi Moshe

-

[ר]בי משה

Rabbi Moïse

Jour 1, péricope Mishp[atim] (Ex. 21,4)

21*39

64

Rabbi Moshe Ha-levi

(fils de) Hayyim Levi

התם רבי משה הלוי [...] חיים לוי

L’intègre rabbin Moïse Ha-lévi [… ] Haïm Lévi

-

22

66

Natrona[y]

-

נטרונא[י]

Natrona[y]

Péricope Wa-yets[e] (Gen. 28,10-32,3) / 1244-1254 ? (Nahon 1986, p. 116)

23*

67

[Na]tronay Ys

Natron’ay Shimsh[on]

[נט]רונאי יש[ראל] ou שמש[ו] יש[עיהו]

Natronay Israël ou Samson ou Isaïe

-

24

69

Shelomoh

fils de Yacaqov ys[…]

שלמה ב[...] יעקוב יש[ראל ?]

Salomon fils de Jacob Is(raël ?)

-

25

70

Shimshon

fils de Shimshon

שמשון בן [...] שמשון

Samson, fils de Samson

-

26

71

[Sh]emuel Ha-Cohen

Shemuel Ha-Cohen

שמואל הכהן

Samuel ha- Cohen

Péricope Wa-Yiggash (Gen. 44,18-47)

27

72

[Rabbi] Shemuel

Rabbi ‘Ely’a

[רי] שמאול [...]י אליא

Rabbin Samuel, (fils du ?) rabbin Elia (?)

Péricope Aḥare mot (Lév. 16)

28

75

Morenu [Ye]hiel (fig. 9)

-

מורנו [י]חיאל

Notre maître (Ye)hiel

-

29*

77

-

fils de r’ [Yeḥ]iel

ר' [יחי]אל

Fils du rabbin Yehiel

-

30

79

R’ Ḥayyim

-

ר' חיים

Rabbi Haïm (Vivant)

-

31

103

-

(fils de) Pinḥas

פנחס

Pinḥas (Phinéas)

-

Les noms des femmes

Notice G. Nahon

Nom

Filiation

Nom hébreu

Nom français

Date hébraïque / date chrétienne

1

2

[Dame] ‘Ester

fille de r’ Yosef

[...] אסתר ב[ת] ר' יוסף

Dame Esther, fille du rabbin Joseph

Péricope ? an [4]900 / 1140

2

3

Dame Yo’ay’ah

fille de rav Ytsḥaq

יואיאה בת רב יצחק

Dame Joayah (Joie), fille de maître Isaac

An (4)996 / 1235

3

4

Dame B’ey[le]

[fille de ?] David

מרת באי[...] דוד

Dame Belle, (fille de) David

Sixième millénaire, 6e jour de wa-Yera (péricope) / 1239

4

11

Dame Flori’ah

fille de r. Binyamin

מרת פלוריאה בת הר ר בנימן

Dame Floria, fille du rabbin Benjamin

Péricope Berakhah, année 11, 13 (?) du comput / 1250 (?)

5

13

Dame Sarah

fille de r. Yosef ha-Kohen

מרת שרה בת ר יוסף הכהן

Dame Sarah (Sarre), fille du rabbin Joseph le Cohen

Année 16 du comput, jour 5 de la péricope Hayye-Sa[rah] (Gen. 23-25,18) / jeudi 19 novembre 1255

6

15

Pretsuyyeuzah

fille de rabbi ‘Elecazar

פרצוייזא בת ר' אלעזר

Précieuse (?), fille du rabbin Eléazar (Schwab 1904, p. 248-249)

[Année] 21 du comput, péricope cEqev / juillet 1261

7*

16

Dame Le’ah

fille de Mordekhay

לאה בת מרדכי

Léa, fille de Mardochée

Année 82 du comput / 1262

8

22

Dame ‘Yw…

fille de maître … Ha-Kohen

איו[טא] בת רב הכהן

Dame Yve[ete ?], fille de maître […] Cohen

An 31 (?) / 1270-1271 (?)

9*

23

Dame Belaset

fille de

מרת בלשת בת

Dame Belaset (Bellassez), fille de

An 35 du comput, 3e jour de la péricope we-Yeshev (Gen. 37-40) / mardi 20 nov. 1274

10*

26

Dame Flory’ah (Nahon 1986, p. 78 ; erreur du lapicide dans la gravure du mot שנפרת au lieu de שנפתרה)

fille de rabbi Ytsḥaq

מרת פלוריאה בת רבי יצחק

Dame Floria, fille du rabbin Isaac

An 41 du comput, 7e jour de la péricope be-shalah (Ex. 13,17-17,16) / samedi 14 déc. 1280

11

27

Dame Yokheved

fille de rabbi Ytsḥaq femme de rabbi cEzrah

מרת יוכבד בת ר' יצחק אשת רבי עזרה

Dame Jocabed, fille de r. Isaac femme du rabbin Ezra

An 41 du comput (5041) / 1280-1281

12

33

[Ha]annah

fille de rabbi

[ח]נה בת רבי [...]

Hanna, fille du rabbin

Jour 1, péricope Tissa (Ex. 30, 11-34), an 5051 / 10 février 1291

13

36

Dame Floria

fille de notre maître le rabbi Yehudah veuve de notre maître le Saint rabbi Yacaqov

מרת פלוריא בת מו[רינו] ה[...] יהודה אלמנת מורי[...] הקדוש הרב ר' יעקב

Dame Floria, fille de notre maître le rabbi Judah veuve de notre maître le saint rabbin Jacob

An 124 / 1364

Sans date

14

39

Beyll’a

fille de rabbi ‘oshcy’a ha-levi

ביללא בת רבי אושעיא הלוי

Belle, fille du rabbin Oshaya ha-Lévi

Jour 5 de la péricope Behaalotekha (Nb. 8-12)

15

40

Belaset

[…] Rabbi Gabriel

בלשת [...] (בת/ אשת רבי (?) גבריאל

Bellassez […] (fille ou épouse de ou du rabbin ?) Gabriel

Péricope Berakah (Deut. 33,4)

16*

41

Dame Belnyah

fille de rabbi Yoseph

מרת בלניאה בת ר' יוסף

Dame Bellenyée ? (Bellenée ?), fille du rabbin Joseph

Jour 5

17

42

Belnyah

Rabbi Seni’

בלניאֿ[ה] ר' שניא[ר]

Bellenyée (Bellenée), fille du rabbin Seni[or ?]

-

18

44

Bonaf[…]

-

בונפ[?]

Bonef[oy, é ?]

-

19*

45

Bonafi[?] ou Bonefi[?]

[fille] de rabbi Itsḥaq

בונאפי [...] הר' יצחק [רל?]

Bonnefi[lle] ou bonafi[lle] [fille ?] de maître Isaac

-

[pour le prénom, la lecture est celle de G. Nahon (1986, p. 98) ; la pierre étant perdue, il a fallu se fonder sur le relevé des textes ; je suggère à la fin la lecture du rech et du lamed רל au lieu de tav et lamed תל]

20*

47

Dame Floryah

fille de rabbi

מרת פלוריאה בת הר'

Dame Floria, fille de maître

-

21

48

Dame Ḥan[ah]

[…] Yossef

מרת חנ[ה] ... יוסף

Dame Anne ou Anna … (fille ou femme de) Joseph

-

22*

53

Yehudit

fille compagnon rabbi Abraham

מרת יהו יהודית בת החבר ר' אברהם

Dame Judith, fille du compagnon le rabbin Abraham

-

23

54

Yehudit

fille de rabbi Shabbatai ha-Levi

מרת יהודית בת ר' שבתאי הלוי

Dame Judith, fille du rabbin Sabbatai Halévi

-

24*

55

Dame Y’ve’te’

fille de maître Shemu’el

מרת יאוטא בת הר' שמואל

Dame Yvette, fille de maître Samuel

-

25

56

-

épouse Levi

[...]אשת [...] לוי

[…] épouse […] Lévi

-

26*

57

Marat […]

fille du [Me’i]r (ou Elecaza) r Ha-levi

מרת [...] [ב]ת הנדיב [מ]איר הלוי

Dame […], fille du bienfaiteur [M]eir (ou Eléazar) (Nahon 1986, p. 107-108) Ha-Lévi

-

27

58

Dame Margalit

fille de rabbi Ḥizeqiyah

מרת מרגלית בת רביחזקיה

Dame Margalit, fille du rabbin Ezéchias

Jour 1, péricope be-Shalaḥ (Ex. 13,17)

28

59

R’e[yn ?]

fille de Mariram

רא [...]ו/ן (?) יז ? ין ? ינא (?) בת מרירם

Ren (Reine ?), fille de Mariram

-

29

60

-

Me’i[r ?]

מר[...] מאי[...]

Dame […] Mei[r ?]

-

30*

65

Marat Miryam

fille de rabbi Abraham

מרת מרים בת ר' אברהם

Dame Myriam, fille de R(abbi) Abraham

-

31*

68

Parygorph (?) (l’inscription perdue a fait l’objet de trois copies qui ne permettent guère, selon G. Nahon 1986, p 117, d’être sûr du nom de la défunte)

fille du compagnon (d’études)

פריגורפ בת החבר

Paregorf, fille du compagnon

-

32

73

Marat M[…]

Shemue[l]

מרת מ [...] שמוא[ל]

Dame M[…] Samue[l]

-

33

74

Simḥah

-

[ש]מחה

Simhah (Joie ?)

-

34

78

-

fille de notre maître Rabbi Yeḥiel

בת רבי[נו] [ה] ר' ר' יחיאל

[…] Fille de notre maître le rabbi Yeḥiel

Péricope uqat (Nb. 19,22)

35

86

Es[ter]

-

אס[תר]

Esther

Péricope ayye Sarah (Gen. 23-25,18)

36

91

Marat Ra[ḥel]

-

מרת ר[חל]

Dame Rachel (?)

-

37

102

[Be]ylass[e ou et]

[…] (fille ou femme) de maître

[ב]ילאס[ה ? ת] [...] הר'

Bellassez ou Bellasset […] de maître

-

38Certains noms restent difficiles à identifier avec certitude comme sur la stèle de 1270-1271 au nom de dame ’Y [w ?],

אי [וטא] בת רב הכהן

  • 40 Nahon 1986, p. 72-74.

39I […], fille du maître Ha-Cohen. Seule la première lettre est lisible et la seconde probable. La première syllabe est clairement Iy. Gérard Nahon propose Jivette ou Ivette, alors qu’Adrien de Longpérier et Moïse Schwab suggèrent respectivement Isabelle ou Estelle40. Cependant, la troisième lettre fragmentaire paraît plus proche d’un waw (ו, v ou u) ou d’un zaïn (ז, z). Toutefois, on ne peut totalement exclure la possibilité que cela ait pu être un shin (ש, s ou sh) brisé, ce qui rendrait envisageable la lecture des deux noms. Toutes les autres inscriptions qui posaient les mêmes problèmes ont été exclues en faveur de celles dans lesquelles les noms étaient parfaitement identifiables.

40L’inventaire de Gérard Nahon fait apparaître que certains noms sont plus usuels que d’autres sur les inscriptions de la France médiévale. Sur 79 noms masculins, les plus fréquents sont, dans l’ordre, Isaac (37), Joseph (30) et Jacob (27), suivis par Salomon et Samuel (19) avant Judah, Abraham et Haïm (17). Nombreux aussi sont les prénoms Moïse (13), Méir (12), Menahem (9), Mardochée (8), Yehiel (7), puis ceux d’Eliezer et David (6), Baruch, Elie et Samson (5). Plus rares sont Aaron, Israël, Josué, qui n’apparaissent que quatre fois ; Esdras, Ezéchias et Nathan, trois fois, ou encore Asher, Benjamin, Bonnefoy, Eléazar, Ezéchiel, Gershom, Makhir, Nathanael, Natronay, Oshayan, Rehavya, Sion et Yaqar, deux fois. Les autres noms ne se trouvent qu’une seule fois : Abdias, Amram, Azaria, Cresbia, Daniel, Ephraïm, Efron, Emmanuel, Elhanan et Hanan, Haviv, Gabriel, Gedalyah, Jonathan, Joram, Kalonyme, Nappaha, Néhémie, Perez, Pinḥas, Raphaël, Ruben, Sabbatai, Salavin, Saron, Senior, Shalom, Shoshan, Siméon, Tobias, Uresrago (?), Yedaya, Yekutiel, Yesha, Zaccharie et Zaqen.

41Il est notable que le nom Paregorf ne soit cité qu’une seule fois à Paris, tandis que deux occurrences de ce nom non biblique figurent dans des inscriptions funéraires juives grecque et latine de l’Antiquité.

  • 41 Nahon 1986, p. 28 ; Chazan 1973, p. 63-99, 145-147
  • 42 Nahon 1986, p. 202-203.
  • 43 Le mot attesté dans le Talmud de Jérusalem avec la signification de “patron” ou de “maître” (Talmud (...)

42La famille des Cohen est citée dix fois, celle des Lévi onze fois. La mention “saint” (qadosh) est inscrite à dix reprises41. Celles de “maître” et “rabbin” figurent vingt-trois fois, celle de “compagnon [d’étude]” treize fois. On trouve aussi huit mentions d’érudits reconnus par la communauté (ḥakham). Sarah, fille du rabbin Patrone ou Patrona Yehudah, décédée à Strasbourg en 1303, est qualifiée de ḥaverah, “compagne”. On peut se demander si cette jeune femme était réputée pour son instruction ou si elle était particulièrement pieuse. L’acception du mot ḥaver dans l’expression hébraïque talmid hakham, “érudit du judaïsme”, pouvait-elle avoir une autre signification dans le cas d’une femme42 ? Quant au mot Patrone (43פטרונא), qui précède le nom de Yehudah, il s’agit d’un mot d’origine latine qui a été adopté dans la littérature rabbinique mais reste unique dans les relevés épigraphiques. Peut-être rabbi Patrone Yehudah était-il une sorte de dignitaire juif si l’on se réfère encore au sens latin du mot ? Il faudrait alors lire “le patron Judah”. Ainsi, au total, plus d’un tiers des noms sont accompagnés d’un apposé qui signale l’érudition en matière de sciences rabbiniques et l’engouement pour l’étude ou pour l’enseignement.

  • 44 Nahon 1986, p. 394-403
  • 45 Ibid.

43L’onomastique féminine se fonde sur l’analyse de trente-deux noms. Les trois plus populaires sont Ester (8), Sarah (7) et Simḥah (6), que traduit le prénom Joie (2), ce qui lui donnerait six occurrences en France. Anne et Floria apparaissent cinq fois. Les déclinaisons de Belle (בילה, באי[לה], ביללה, בילה), sans doute Beylah (4), Bellasset (בלשת, בילא[סת]) (4) et Bellenée (בלניאה, Belnyah) (3) indiquent que ce nom reste le premier choix des juifs médiévaux pour leurs filles (11 occurrences), plus que les noms bibliques Esther et Sarah44. Yvette et ses variantes graphiques apparaissent quatre fois alors que les autres patronymes ne sont relevés qu’une seule fois dans les inscriptions qui ont été retrouvées. À l’exception de quelques noms postbibliques (Nappaḥa, Ḥalafta, Natronay, Cresbia, Qalonymos), on ne trouve que des noms bibliques dans les épitaphes des hommes, même quand ils avaient deux patronymes. Quant aux femmes, le recours aux noms vernaculaires apparaît même quand la filiation indique que le père ou l’époux de la défunte est un maître ou un érudit, comme pour Floria, fille du maître « le rabbin Judah » et veuve du saint rabbin Jacob (fig. 5). Les prénoms Anne, Belle, Bellassez, Bellenée, Esther, Floria, Sarah, Simḥah et Yvette45 sont ainsi prédominants dans les inscriptions funéraires, datées ou non, de la France médiévale, avec une proportion de trois noms bibliques pour sept noms locaux.

Qu’en est-il à Paris ?

44Les inscriptions parisiennes livrent 115 noms gravés en caractères hébreux, dont la plupart datent du xiiie siècle. La filiation se définissant toujours par le nom du père, et parfois celui de l’époux, y sont dénombrés plus de noms masculins que de noms féminins. Ainsi, les 31 inscriptions de défunts masculins et les 37 épitaphes de femmes livrent-elles aussi les 54 noms des pères et époux des défuntes. Le décompte s’élève à 84 noms masculins et 33 noms féminins.

45Les noms masculins sont tous bibliques à l’exception de Parigorf, seul nom à consonance non hébraïque sur une inscription funéraire masculine. Cinquante-trois hommes sont qualifiés de Rav ou rabbi, quatre noms sont accompagnés du mot qadosh : ont-ils péri en raison de leur foi comme le suggère Gérard Nahon ou bien sont-ils renommés pour leur très grande science rabbinique et pour leur piété ? Cinq sont des maîtres, cinq autres des compagnons d’études et le dernier est aussi nommé « bienfaiteur ».

  • 46 Nahon 2004, p. 31-50 ; Kohn 1988, p. 217-228 ; Sirat 1999, p. 121-139.

46Les épitaphes étant souvent endommagées, il se pourrait qu'un plus grand nombre de noms masculins ait été précédé du mot Rav ou rabbi, bien qu’aucun ḥakham (“érudit”) n’ait été repéré dans les épitaphes parisiennes, si l’on excepte en 1267 « notre maître le vénérable rabbin Mardochée Aaron » (’מורינו הישיש הר). Ces résultats viennent étayer le témoignage de Benjamin de Tudèle qui, en 1173, voyait une communauté tournée vers l’étude, ce qui semble encore se vérifier au xiiie siècle46.

47Trois noms sont suivis du patronyme Ha-Cohen et quatre de celui de Ha-Levi – un seul se nomme Lévi sans l’article ה –, signalant que ces hommes descendaient des familles qui jouaient un rôle particulier dans le service du Temple de Jérusalem et, de ce fait, dans la communauté contemporaine.

  • 47 Ce prénom témoignerait, selon certains historiens, des problèmes de mortalité infantile. Le nom Viv (...)

48Les noms les plus fréquents à Paris sont Jacob (huit occurrences), suivi de Judah, Samson et Isaac (6). Viennent ensuite Salomon, Samuel, Joseph, Haïm et Yehiel (5). On peut imaginer que Haïm avait eu son équivalent français dans le nom Vivant, assez fréquent chez les juifs cités dans les documents administratifs47. Méir et Abraham figurent trois fois, Aaron, Eléazar, Mardochée, Moïse et Pinhas, à deux reprises, les autres prénoms une seule fois.

49À Paris, le prénom Joseph était visiblement moins prisé que dans le reste de la France, tandis que Yehiel, Mardochée, Samson y étaient plus fréquents. Il en va de même pour Judah, dont plus de la moitié des occurrences sont parisiennes, ce qui peut surprendre, étant donné la connotation négative qui lui est accordée dans la tradition chrétienne.

50Sur trente-trois prénoms féminins, neuf sont à consonance locale mais peu usités par les contemporains non-juifs, si l’on se réfère aux rôles de la taille. Deux prénoms dérivent de Belle, Belaset et Bellenée ; on relève aussi trois Floriah et/ou Floria, une Joiaia (Joie), une Pretsuyyeuzah (Précieuse) et peut-être une Yvette. Six prénoms sont empruntés à la Bible : Jocabed, Sarah, Sarre, Léa, Hanna, Esther.

51Le nom Floriah est recensé quatre fois dans les épitaphes parisiennes sur cinq occurrences en France. Se pourrait-il que ce prénom soit plutôt parisien ou plus fréquent que dans les trente-neuf localités où des épitaphes ont été retrouvées ?

52Signalons néanmoins que les noms gravés sur les stèles ne sont pas forcément ceux qui étaient en usage dans la vie quotidienne, comme l’indiquent les noms des rabbins célèbres cités plus haut. Il en est ainsi du scribe Joseph, surnommé le Roi hors de Paris (fig. 4), ou, au xve siècle, de l’enlumineur rhénan Joël ben Shimon, qui signait aussi Feibush Ashkenazi, “Phébus l’Ashkénaze”. Les responsa rabbiniques sont une bonne source d’information sur la double identité des juifs médiévaux. Ainsi, rabbi Jacob Tam (c. 1100-1170), l’un des maîtres les plus éminents de son siècle, rapporte qu’Eliezer et sa femme Rachel s’appelaient en français Joslin (יושלין) et Belle-Jeune,

בילא שין

  • 48 Catane 1978, p. 158-159 ; Gross 1969, p. 512.

53(?) mais que, dans leur acte de divorce, n’ont été inscrits que leurs noms hébreux « et l’on omit les noms accessoires48 ». Il semble bien que la double identité ait été très utile pour que soit bien reconnue la personne mentionnée dans l’acte qui la concernait. Le registre de la taille associe pour les mêmes raisons nom et sobriquet ou qualificatif, distinguant ainsi deux personnes portant le même nom, taxées dans la même rue.

Les noms des juifs dans les documents administratifs

  • 49 Cette hypothèse est aujourd’hui acceptée par l’ensemble des historiens de Paris (Guérout 1958, n. 4 (...)
  • 50 Arch. nat., KK 283 fol. 36b et 96a ; Michaelson 1958, p. 264-267 ; Michaelson 1962.

54La taille de 1292 recense les contribuables assujettis au paiement de 100 000 livres parisis an. La liste dressée cette année-là serait le résultat de l’évaluation du nombre de contribuables parisiens aptes à payer cette somme ; elle devait constituer une sorte de matrice utile pour les années suivantes. Ce document n’a en effet jamais servi de pièce comptable puisqu’il ne contient pas de mentions de paiement et n’a jamais été déposé à la Chambre des comptes, ce qui est le cas des listes des années 1296-1300 et 1313. Jean Guérout suppose qu’elle aurait été établie dans le cadre d’une transaction entre le roi et la municipalité, qui souhaitait obtenir le rachat d’une maltôte levée ces années-là49. C’est effectivement ce qui fut fait entre 1293 et 1300. Cette liste rapporte dans sa dernière section (« Ce sunt les juifs de la ville de Paris ») l’identité, parfois le métier ou l’origine de cent vingt et une personnes, ainsi que le nom de la rue dans laquelle elles vivent. Les rôles de la taille de 1296 et 1297 permettent de suivre les mouvements de cette population et de constater que plus un juif n’est recensé sur la rive gauche en 129650.

  • 51 Blumenkranz 1958-1962, p. 78.
  • 52 Delisle 1852, p. 32, n° 207 (registre de Philippe Auguste, Arch. nat., JJ 7-8, anciennement BnF, ms (...)

55Dans ces documents administratifs, les juifs ne sont souvent identifiés comme tels que parce qu’ils sont prélevés les derniers et dans des rues où ils vivent en majorité. Aussi serait-il difficile d’identifier par leurs noms les juifs qui vivent hors de ces rues, notamment les riches dont certains historiens pensent qu’ils vivaient sans doute parmi les chrétiens51. Cela signifie-t-il que les juifs portaient des noms français ou à consonance vernaculaire dans la vie administrative ? La liste suivante comprend les noms de juifs qui se trouvaient à Paris entre 1204 et 1394. Elle a été dressée à partir des sources documentaires non juives, notamment des cartulaires et les rôles de la taille des années 1292 à 1297, afin de comparer les noms qu’elles mentionnent avec ceux qui sont gravés sur les pierres tombales52.

  • 53 Pour les quatre derniers, voir Nahon 1978, n. 18.

Date

Nom

Filiation

Rue

Métier / impôts

Provenance

1204

Brunus Rothomagi

filius Bonevite Rothomagi

Châtelet du Petit Pont

-

Rouen (Seine-Maritime)

-

1204

Diex Le Saut, [de] Arces

-

-

-

Arques (Seine-Maritime)

-

1204

Bonevie de Caudebec

-

-

-

Caudebec (Seine-Maritime)

-

1204

Abraham de Mostervillari

-

-

-

Montivilliers (Seine-Maritime)

O

1204

Judas filius, de Longavilla, et Judas, gener

-

-

-

Longueville (Seine-Maritime ou Calvados)

-

1204

Deus le Croisse dortem, de Pontellomari

-

-

-

Pont-Audemer (Eure)

-

1204

Jacob de Bonavilla super [T]oquam

-

-

-

Bonneville-sur-Touques (Calvados)

-

1204

Jacob de Lisies

-

-

-

Lisieux (Calvados)

N

1204

Morellus de Falesia

-

-

-

Falaise (Calvados)

-

1204

Dex le Croisse, de Cadomo

-

-

-

Caen (Calvados)

-

1204

Joceus Doan, de Burgonn.

-

-

-

Bourgoult, comm. Harquency (Eure)

-

1204

David Tortipel, de Briona

-

-

-

Brionne (Eure)

-

1204

Moyses de Eulleboef

-

-

-

Elbeuf (Seine-Maritime)

-

1204

Cressens de Bernaio

-

-

-

Bernay (Eure)

N

1231

Bonnevie de Paris (BnF, ms. lat. 16069 [cartulaire de la Sorbonne] ; Grabois 1970

-

-

Achète 4 arpents de terre et de vignes à Vanves (BnF, ms. lat. 16069, fol. 141-142 ; Nahon 1986, n. 9)

Paris

N

1236

Bona-Vita

-

-

Vend à l’église de Saint Victor ½ arpent de terre sis au Chardonnet

-

N

1236 ?

Benoît Morin

-

-

Propriétaire de deux maisons sises rue de la Huchette avec son frère

-

O

-

Cressant Morin

-

-

Acquises plus tard à Philippe le Convers qui les vend au roi Philippe III pour 120 livres en 1284 (Arch. nat., J 151 A n° 22. Cf. Nahon 1978, n. 11 : « … deux mesons … qui furent ladis Benooit Morin et Cressant Morin, Juis »)

-

N

1253

-

-

Maison sise ultra parvum pontem ante domum Cythare (Nahon 1978, n. 7 ; Arch. nat., L 596 n° 2)

-

-

-

1262

-

-

Maison vendue située coin rue des Juifs. Atteste de biens fonciers juifs rive gauche (Grabois 1970)

-

-

-

1292

Haguin Landenaise

-

(déménage à) Franc Mourier

- / 10 l.

-

N

1292

Lyon de Tillières

gendre Davi l’Aignelet

-

- / 58 s.

Tillières (Maine-et-Loire)

O
O

-

Samuel de Chambres

-

(déménage à) Franc Mourier

-

Chamvres (Yonne)

N

-

Samuel

gendre Haguin devant dit

(déménage à) Franc Mourier

- / 58 s.

-

N
N

1292

la fame Dieu-le-Croisse Cohen

-

-

- / 16 s.

-

N

-

la fame Moussé Sahor

et Jacob son fuiz

-

- / 36 s.

-

N
N

-

Lyon, fille-soie

-

-

- / 5 s.

-

O

-

Abraham Merot

-

-

- / 58 s.

-

O

-

Bernart le Borgne

-

-

- / 20 s.

-

O

-

Haguin de Véelli

-

-

- / 58 s.

Veilly (Côte-d’Or)

N

1292

Abraham le Lonc

-

-

- / 36 s.

-

O

1292

Belle-Assez la veuve

-

-

- / 48 s.

-

N

1292

Sarre la Bocacharde

Benoiet, son fuiz

-

- / 24 l. 10 s.

-

O
O

1292

Jacob de Jorrez

-

-

- / 10 l.

Lorrez-le-Bocage (Seine-et-Marne)

O

1292

Davi l’Aingnelet

-

-

- / 78 s.

-

O

-

Davy de Chaalons

-

-

- / 20 s.

Châlons-sur-Marne (Marne)

O

-

Samuel de Chambres

-

-

- / 30 s.

Chamvres (Yonne)

N

-

Jivete

fille Merot Courrat

-

- / 16 s.

-

N

-

Moussé Marc-d’Argent

-

-

- / 20 s.

-

N

-

Ysaac de Sézanne

-

-

- / 8 s.

Sézanne (Marne)

N

-

Murienne

la bruz Jacob Sahor

-

- / 5 s.

-

N

-

Hélie Doucet

-

-

- / 20 s.

-

O

-

Joçon la Hurte-Vin

-

-

- / 48 s.

-

N

-

Fillon la fille, de Corbueill

-

-

- / 0 s.

Corbeil (Essonne)

O
N

-

Moussé de Dreues

-

-

- / 20 s.

Dreux (Eure-et-Loir)

N

-

Moussé de Petit Pont, Marc-d’Argent

-

Petit Pont

- / 20 s.

-

N

-

Vivant, de Setmois

-

-

- / 6 l.

Samois-sur-Seine (Seine-et-Marne)

N
O

-

Bele Assez Bele, de Breban

-

-

- / 58 s.

Brabant

N

-

Reinne

la serorge Copin le mire

Franc Mourier

- / 12 s.

-

N
N

-

Moreau

fuiz de la dite Reinne et Bèle sa fame

Franc Mourier

- / 8 s.

-

O
N
O

-

Abraham

neveu d’icelle Royne, et Bèle-Assez sa fame

Franc Mourier

- / 8 s.

-

O
N
N

-

Beleite

la fille Pricion et Haquin son mari

Franc Mourier

- / 5 s.

-

N
N
N

-

Lyon d’Acre, mire

sa fame Bien-li-Viengne

Franc Mourier

- / 5 s.

Acre

O
N

-

Amendant

fuis Lion d’Acre

Franc Mourier

- / 8 s.

Acre

N
O

-

Salemon

fuiz Davi de Chaalons

Franc Mourier

- / 16 s.

Châlons-sur- Marne (Marne)

O
O

-

-

sa fame mise avec son père

Franc Mourier

- / 12 s.

-

-

-

Bonoque

fille Mahi Courrat, veuve

Franc Mourier

- / 10 s.

-

N
O

1292

Cressant Marc-d’Argent

-

Franc Mourier

- / 12 s.

-

N

-

Parise

la femme Mossé le Prestre

Franc Mourier

le Prestre / 12 s.

-

O
N

-

Bone-Foy L’Englois

et sa fame

Franc Mourier

- / 12 s.

Angleterre

O

-

Jorin l’Englois

-

Franc Mourier

- / 10 s.

Angleterre

N

-

Josse

fuiz Bon-Ami l’Englois et sa fame

Franc Mourier

- / 30 s.

Angleterre

O

1292

Bonne Bourbote de Compingne

veuve

la cour Robert de Paris

- / 10 s.

Compiègne (Oise)

O

-

Davi l’Agnelet

-

la cour Robert de Paris

- / 48 s.

-

O

-

Rose l’Englesche

-

la cour Robert de Paris

- / 16 s.

Angleterre

O

-

Josse Poulain le jeune

et sa femme

la cour Robert de Paris

- / 12 s.

-

O

-

Haquin Cohen

-

la cour Robert de Paris

- / 10 s.

-

N

-

Joie la fariniere

veuve

la cour Robert de Paris

fariniere / 8 s.

-

O

-

Josson Pate

et sa fame

la cour Robert de Paris

- / 5 s.

-

O
N

-

Amendant de Breban

et sa femme

la cour Robert de Paris

- / 5 s.

Brabant

N

-

Abraham l’Englois de Quant

Hermineite sa fame

la cour Robert de Paris

- / 4 s.

Angleterre
Kent ou Caen

O
O

-

Bien-Li-Viengne le prestre

et sa fame

la cour Robert de Paris

prestre / 5 s.

-

N

-

Bone-Vie de Chartres

et sa fame

la cour Robert de Paris

- / 10 s.

Chartres (Eure-et-Loir)

N

-

Salemon de Compingne

et sa fame Hava

la cour Robert de Paris

- / 12 s.

Compiègne (Oise)

O
N

-

Chière

la suer Hétouyn le bouchier

la cour Robert de Paris

- / 5 s.

-

O
O

-

Joie

fame Vivant Caro

la cour Robert de Paris

- / 12 s.

-

O
N

-

Mossé l’Englois

Rose sa fame

la cour Robert de Paris

- / 8 s.

Angleterre

N
O

-

Bèle de Provins

veuve

L’Atacherie

- / 12 s.

Provins (Seine-et-Marne)

O

-

Sarre

qui fut fame au Mestre

L’Atacherie

- / 5 s.

-

O

-

Bèle la Torte

veuve

L’Atacherie

- / 5 s.

-

O

-

Jococ

le mari Maronne et sa mère

L’Atacherie

- / 5 s.

-

O
O

-

Haquin de Bar

Bonne-Pille sa fame

L’Atacherie

- / 5 s.

Bar-sur-Aube (Aube)

N
N

-

Elye

gendre Lyon fille-soie

L’Atacherie

- / 5 s.

-

O
O

-

Vivant de Miauz

Sarre la mirgesse sa femme et sa mesnie, Florion sa fille veuve

L’Atacherie

- / 10 s.

Meaux (Seine-et-Marne)

N
O
O

-

Bien-li-Viengne de Coulommiers

et sa fame, Mique sa dame, veuve

L’Atacherie

- / 10 s.

Coulommiers (Seine-et-Marne)

N
N

-

Contesse

la fame Baru le Mestre

L’Atacherie

- / 12 s.

-

O
N

-

Perez

sa fame

L’Atacherie

- / 8 s.

-

N

-

Abraham le Mestre

Joie sa fille, veuve

L’Atacherie

mestre / 19 s.

-

O
O

-

Bèle-Assez de Gonesse, veuve

et sa fille et son gendre

L’Atacherie

- / 36 s.

Gonesse (Val-d’Oise)

N

-

Rauve de Miauz

veuve

L’Atacherie

- / 5 s.

Meaux (Seine-et-Marne)

N

-

Viau de Breban

et son fuiz et sa fille

L’Atacherie

- / 8 s.

Brabant

N

-

Bèle-Assez la Vielle

-

L’Atacherie

- / 5 s.

-

N

-

Cressin qui porte les chaperons

-

L’Atacherie

porte les chaperons

-

N

-

Elaisse

fame Jacob

L’Atacherie

- / 5 s.

-

N
N

-

Honot de Gonesse

-

L’Atacherie

- / 8 s.

Gonesse (Val-d’Oise)

O

-

Sonnet (Samson)

fuiz Benoiet le Borgne

L’Atacherie

-

-

O
O

-

Hanna

la fille Samuel Hubin, la fame Bon-Ami

L’Atacherie

- / 5 s.

-

N
O
O

-

Abraham

fuiz Mossé Marc-d’Argent et sa fame

Rue du Petit- Pont

- / 8 s.

-

O

-

Lyon

gendre Moussé et sa femme

Rue du Petit- Pont

- / 8 s.

-

N
N

-

Josse Agnelet

et sa fame

Rue du Petit- Pont

- / 3 s.

-

O

-

Vivant Agnelet

et sa fame

Rue du Petit- Pont

- / 3 s.

-

N

-

Haquin Marc-d’Argent

et sa fame

Rue du Petit- Pont

- / 12 s.

-

N

-

Senior du Pont

-

Rue du Petit- Pont

- / 8 s.

-

N

-

Cressant de Lille

et Léal sa fame

Rue du Petit- Pont

- / 78 s.

-

N
N

-

Souni

le fuiz Abraham le Lonc

Rue du Petit- Pont

- / 12 s.

-

N
O

-

Quabin

-

Rue du Petit- Pont

- / 10 s.

-

N

-

Mossé le Mire

et sa fame

Rue du Petit- Pont

- / 8 s.

-

N

-

Rauve de Miauz

veuve

Rue du Petit- Pont

-

Meaux (Seine-et-Marne)

N

1296

Hélie Doucet

-

Déménage en la cour Robert de Paris

-

-

O

-

Jocon de Hurte

-

Déménage en la cour Robert de Paris

-

-

N

-

Josse

fuiz Bonami l’Englais

En la cour Robert de Paris

-

Habitait au Franc Mourier

O
O

1296

Bernart le Borgne

-

Atacherie

-

Habitait la cour Robert de Paris

O

1296

Moussé Marc-d’Argent

-

Atacherie

-

Habitait la cour Robert de Paris

N

1296

Mossé l’Englais

-

Atacherie

-

Angleterre
Habitait la cour Robert de Paris

N

129653

Vivant d’Aucerre

Absent de la taille de 1292

Atacherie

-

Auxerre (Yonne)

N

1369

Manecier de Vesoul

et sa fame Rose

Rue des Rosiers

-

Vesoul (Haute-Saône)

N
O

1376

Haguin de Bourg
(deux actes de vente les 9 et 20 décembre 1394, l’un au nom de Reine de Bourg, l’autre à celui d’Haguin de Bourg : Kohn 1988, p. 264-265)

-

Impasse de la Coquerée

-

-

N

19
oct.
1394

Vivant de Montreal

-

Ouest rue des Juifs au nord de l’Escalle

-

-

N

56Quant à l’habitat des convertis, les trois noms mentionnés montrent qu’ils demeurent sur la rive gauche quand les juifs sont déjà passés sur la rive droite.

Date

Nom

Filiation

Rue

Métier / impôts

Provenance

1284

Philippe le Convers

-

Propriétaire de deux maisons sises rue de la Huchette appartenant à Benoît et Cressant Morin

les vend au roi Philippe III, pour 120 livres en 1284

-

O

1292 ou 1296 ?

Jeanne la Converte

-

« Du coing devant Saint André des arz en venant par l’abrevoër au comte de Macon le renc devers la rue de la Herpe et en allant tout le renc parmi la rue de laz Huchette jusques a Petit Pont » (note 17)

Usurière

« 6 sols parisis sous la rubrique » / 6 s. parisis

-

O

-

Richard le Convert

-

« dans la grant rue Saint Beneoit, à commencer au bout par devers Saint Jacques, en venant tout contreval jusques au coing devant Saint Matelin » (note 18)

- / 78 s.

-

-

57Certains noms sont partagés par les deux groupes comme Chiere, Joie, Rose, Lyon, Benoît, Bernard ou Moreau. Mais Bernard n’est pas si courant chez les chrétiens, puisqu’on n’en trouve que 99 occurrences sur 60 000 noms. Honot se trouve chez les non-juifs sous la forme de Bonan et Joçon sous celles de Joce, Josian, Jossé. Copin le médecin tient son nom d’un hypocoristique de Jacob. Fillon désigne une femme chez les juifs alors qu’il s’agit d’un nom masculin chez les chrétiens. D’autres sont partagés avec des variantes, comme Bonami qui figure sous la forme Bonan et Chière sous la forme Chieret. Hanna devient Anne, Mahi étant plutôt utilisé sous la forme de Mathieu. Ḥavah se transforme en Eve, Jorin (l’Englois) en Enjorrent (Georges), Maronne en Maron, Mique en Amiquet et Paris en Pariset ou Parisette. On peut aussi se demander si Pricieon ne serait pas un dérivé de Priscus relevé sur une épitaphe juive remontant à Chilpéric.

  • 54 M. Catane suggère pour ce sobriquet la transcription du mot hébreu shaḥor שחור qui signifie “brun”. (...)

58À la lecture de cette liste, on constatera que de nombreux juifs de Paris venaient de villages des alentours, du nord de la France et certains d’Angleterre et du Brabant. Les noms masculins à consonance vernaculaire – une très grande majorité dans ces documents – ne figurent jamais sur les inscriptions funéraires. Il faut donc en conclure que la tradition consistait à n’inscrire que le nom hébreu des hommes sur leurs épitaphes. Il faut remarquer aussi l’usage du surnom, parfois difficile à mettre en contexte comme Jacob et Moussé Sahor54. Les noms des juifs qui apparaissent le plus fréquemment dans les rôles de la taille sont chez les hommes : Moïse (11 occurrences), Haguin ou Haquin, Jocon et ses variantes (7), Abraham, Lyon (5), Cressant et Vivant (4) et enfin Benoît, Bonevie et ses variantes comme Bonnefoy, Bonami, Bienliviengne (3). Il faut aussi relever le nom Deus le Croisse et ses variantes qu’il faut sans doute relier à Cressant et à ses variantes pour traduire le nom biblique Gedalyah (גדליה).

59Pour les femmes, c’est Bellassez qui revient le plus (cinq occurrences), suivi de Belle, Joie, Reine et Sarre (3). Pour finir, il faut remarquer qu’une femme est médecin (Sarre la mirgesse) pour trois hommes (mire), dont l’un est originaire d’Acre (1292).

60Les noms bibliques qui restent en usage dans les documents administratifs sont Abraham (Abraham Merot) ; Jacob (Jacob surnommé Sahor). Moïse est tellement fréquent qu’il est souvent associé à une qualification ou une provenance (Mossé l’Englois / Mossé l’Englais, Mossé le Prestre, Moussé de Petit-Pont, Mossé / Moussé Marc-d’Argent, Moussé de Dreues, Moussé, Moussé Sahor, Mossé le Mire).

61En 1204, Aries, un juif normand, s’installe à Paris ; la consonance de son prénom rappelle celle du prénom hébreu Aryeh qui signifie “lion”, d’où sans doute le prénom Lyon en français attesté à cinq reprises dans les rôles de la taille. Vivant, qui ressemble à Vivien, usuel chez les chrétiens, traduit aussi l’hébreu Ḥayyim et semble avoir été assez populaire chez les juifs médiévaux bien qu’il n’y ait aucune proximité phonétique entre les deux noms. Comme pour Moïse, les deux patronymes sont si fréquents qu’ils figurent rarement seuls sur les registres (Lyon d’Acre, Lyon de Tillières, Lyon Fille-Soie ; Vivant de Miauz, Vivant Caro, Vivant Agnelet, Vivant de Setmois).

62De même que les juifs de l’Antiquité semblaient apprécier le nom Justus, les juifs médiévaux paraissent avoir favorisé l’usage des noms hébreux qu’ils francisent ou romanisent soit en les traduisant, soit en les adaptant à la prononciation locale. Mais ils se plient aussi aux tendances de leur époque et cela est particulièrement perceptible dans l’onomastique féminine.

63Les noms qui apparaissent dans les listes administratives se retrouvent parfois sur les épitaphes. Ainsi les formations sur Belle sont-elles très populaires dans la langue vernaculaire, mais aussi en hébreu. Dans la langue vernaculaire, on associe souvent le nom à son surnom ou à sa ville d’origine : Bèle, Bèle la Torte, Bèle de Provins, mais aussi à un qualificatif ou un complétif, comme dans Bèle-assez, Bèle-assez-Bèle, Belasset, Bèle-assez la Vielle pour la distinguer d’une autre plus jeune, ce qui montre que le prénom était très usité chez différentes générations de juives. Si le nom Belle est porté par les juives, il prend plutôt la forme d’Isabelle chez les non-juifs.

64Joie devient Joya ou Joiah dans sa transcription hébraïque. Le nom Sarre (Sarre la Bocacharde) est attesté sur les tombes sous la forme de Sarah. Quant à Reine (Reinne), il est décliné aussi sous la forme de Royne mais devient probablement Malkah dans les épitaphes puisque le mot signifie “reine” en hébreu.

  • 55 Catane 1978, p. 157-168.

65La plupart des noms juifs d’origine non hébraïque ne sont pas courants, voire inusités chez les chrétiens, exception faite des noms bibliques comme Abraham, Davi(d), Samuel, Salomon, Samson (Sonnet) et Hélie. Si Josse est fréquent chez les juifs comme chez les chrétiens, il est parfois attesté avec des variantes absentes chez les chrétiens (Josson, Jococ, Jocon) ; Haquin et ses variantes (Haguin, Hagin) sont des abréviations du prénom Isaac. Bonoque, Floria, Reinne, Mossé ou Moussé, Jacob, Hava, Hana, Vivant, dont on perçoit le sens ou la consonance hébraïque, ne semblent utilisés que par les juifs55.

  • 56 Nahon 1978, p. 150-151 ; Cazelles 1966, p. 539-550.
  • 57 Comparer notamment avec les noms portés par les juifs en Angleterre ou à Marseille (Olszowy-Schlang (...)
  • 58 Catane 1978, p. 158-159 ; Gross 1969, p. 512.

66À Paris, les noms « vernaculaires » portés par les juifs médiévaux, comme Cressens et ses variantes, Merot, Moreau, etc., ne sont, pour la plupart, pas partagés par les chrétiens. Mais Paris est un creuset où afflue une population venant du nord de la France. De 50 000 personnes à la fin du xiie siècle, la population passe à 250 000 en un siècle et les juifs ne sont pas plus de 1 00056. Peut-être faudrait-il comparer leurs noms avec ceux portés par les chrétiens du nord de la France à partir de la documentation administrative contemporaine, privée ou publique. On pourrait alors vérifier si ces derniers choisissaient des noms à consonance locale, bien que peu usités ou désuets chez les Parisiens contemporains, ou bien s’ils leur préféraient des noms populaires dans leurs villes d’origine57. Mais il n’en reste pas moins que, dans les documents intra-communautaires, les juifs se dénommaient plutôt par leurs noms hébreux et omettaient les « noms accessoires58 » alors que, pour les femmes, on semblait plus facilement céder au goût du temps.

Bibliographie

Sources manuscrites

Paris, Archives nationales

J 151 A n° 22.

JJ 9A fol. 1v.

JJ 60, fol. 71v-72v.

KK 283, fol. 36b et 96a.

L 432, dossier n° 23.

L 596 n° 2.

LL 7, fol. 1.

LL 8, fol. 27-30.

S 6227.

Vatican, Bibliothèque apostolique

Fonds Ottoboni, ms. 2796.

Paris, Bibliothèque nationale de France

Ms. hébreu 44.

Ms. hébreu 643.

Ms. latin 16069.

Talmud

Talmud de Babylone, New York, Shulsinger Bros, 1947-1948 (fac-similé de l’édition Romm, Vilnius, 1880-1886) : traité Sanhédrin 98b.

Talmud de Jérusalem, New York, Shulsinger Bros, 1947-1948 (fac-similé de l’édition Romm, Vilnius, 1880-1886) : traité Berakhot 2,4, traité Berakhot 13,1.

Le Talmud de Jérusalem, trad. Moïse Schwab, Paris, Maisonneuve et Larose, 1977, rééd. 2010.

Bibliographie

Adler Marcus Nathan, 1907, The Itinerary of Benjamin of Tudela: Critical Text, Translation and Commentary, New York, Feldheim.

Baratier Jean-Philippe, 1734, Voyages de Rabbi Benjamin, fils de Jona de Tudèle, en Europe, en Asie et en Afrique, depuis l’Espagne jusqu’à la Chine : où l’on trouve plusieurs choses remarquables concernant l’histoire et la géographie et particulièrement l’état des Juifs au douzième siècle, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, p. 246-247.

Blumenkranz Bernhard, 1958-1962, « Quartiers juifs en France (xiie, xiiie, xive siècles) », Mélanges de philosophie et de littérature juives, t. III-V, Paris, Presses universitaires de France, p. 77-86.

Boudet Jean-Patrice (éd.), 1997, Recueil des plus célèbres astrologues, Paris, Champion.

Caillet Jean-Pierre, 1988, « Les cimetières juifs médiévaux de Paris », in : Mentré Mireille (éd.), L’art juif au Moyen Âge, Paris, Berg, p. 129-134.

Catane Mochè, 1978, « Les noms des Juifs de Paris au Moyen Âge», in : Études sur l’histoire de Paris et de l’Île-de-France. Actes du 100e congrès national des sociétés savantes, Paris, 1975, Paris, Bibliothèque nationale, t. II, p. 157-168.

Cazelles Raymond, 1966, « La population de Paris avant la Peste noire », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 110/4, p. 539-550.

Chazan Robert, 1973, Medieval Jewry in Northern France. A Political and Social History, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press.

Delisle Léopold (éd.), 1852, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi, Caen, Hardel.

Emanuel Simha, 2008, « ר' יחיאל מפריס: תולדותיו וזיקתו לארץ-ישראל », שלם / Shalem, n° 8, p. 86-99.

Frey Jean-Baptiste, 1936, Corpus inscriptionum judaicarum, vol. I : Europe, Rome/Cité du Vatican, Pontificio istituto di archeologia cristiana.

Grabois Aryeh, 1970, « Du crédit juif à Paris au temps de saint Louis », Revue des études juives, t. CXXIX, p. 5-22.

Gross Henri, 1969, Gallia Judaica. Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbiniques, Amsterdam, Philo Press.

Guérout Jean, 1958, Registres du Trésor des chartes, t. I : Règne de Philippe le Bel, Paris, Imprimerie nationale.

Katz Salomon, 1937, The Jews in the Visigothic and Frankish Kingdoms of Spain and Gaul, Cambridge, Mediaeval Academy of America.

Kohn Roger, 1988, Les juifs de la France du Nord dans la seconde moitié du xive siècle, Louvain/Paris, Peeters.

Magne Charles, 1913, « Fouilles du bazar de l’Hôtel de Ville rue de la Verrerie. Stèle hébraïque du xiiie siècle. Les cimetières juifs », Procès-verbaux de la commission municipale du Vieux Paris (mars 1912), p. 83-86.

Michaelson Karl, 1958, Le livre de la taille de Paris l’an 1296, Göteborg, Elander (Romanica Gotheburgensia, 7).

, 1962, Le livre de la taille de Paris l’an 1297, Göteborg, Elander (Romanica Gotheburgensia, 9).

Nahon Gérard, 1978, « La communauté juive de Paris au xiiie siècle. Problèmes topographiques, démographiques et institutionnels », in : Études sur l’histoire de Paris et de l’Île-de-France. Actes du 100e congrès national des sociétés savantes, Paris, 1975, Paris, Bibliothèque nationale, t. II, p. 143-156.

, 1980, « L’épigraphie », in : Blumenkranz Bernhard (dir.), Art et archéologie des juifs en France médiévale, Toulouse, Privat, p. 95-132.

, 1986, Inscriptions hébraïques et juives de France médiévale, Paris, Belles Lettres.

, 1999, « Les Juifs de Paris à la veille de l’expulsion de 1306 », in : Kerhervé Jean et Rigaudière Albert (éd.), Finances, pouvoirs et mémoire. Mélanges offerts à Jean Favier, Paris, Fayard, p. 27-40.

, 2000, « La communauté juive médiévale », in : Mantes médiévale : la collégiale au cœur de la ville, Paris, Somogy, p. 80-87.

, 2004, « “Tam in Gallica quam in Occitana …”. Livres et savoirs des Juifs de France (1306-1394) », in : Dahan Gilbert (éd.), L’expulsion des Juifs de France 1394, Paris, Cerf, p. 31-50.

Noy David, 1993, Jewish Inscriptions of Western Europe, vol. I, Cambridge, University Press.

Longpérier Adrien de, 1884, « Inscriptions de la France du ve au xviiie s. », Journal des savants, p. 103-131.

, 1883-1887, Œuvres de A. de Longpérier, éd. Gustave Schlumberger, Paris, Leroux, 7 vol.

Olszowy-Schlanger Judith, 2016, Hebrew and Hebrew-Latin Documents from Medieval England: A Diplomatic and Palaeographical Study, Louvain, Brepols.

Roblin Michel, 1952, « Les cimetières juifs de Paris au Moyen Âge », Mémoires de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de l’Île-de-France, p. 7-19.

Schwab Moïse, 1904, « Rapport sur les instructions hébraïques de la France », in : Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires : choix de rapports et instructions, t. XII, Paris, Leroux, p. 142-402 (p. 237-241 pour Paris).

Schwarzfuchs Simon, 1966, « France and Germany under the Carolingians », in : Roth Cecil (éd.), The Dark Ages: Jews in Christian Europe 711-1096, Tel Aviv, p. 122-142.

Sed-Rajna Gabrielle et Fellous Sonia, 1994, Les manuscrits hébreux enluminés des Bibliothèques de France, Louvain/Paris, Peeters.

Seror Simon, 1989, Les noms des Juifs de France au Moyen Âge, Paris, CNRS.

, 1993, Supplément à « Les noms des Juifs de France au Moyen Âge », Herzlya, s. n.

, 1995, « Les noms des femmes juives en Angleterre au Moyen Âge », Revue des études juives, t. CLIV/3-4, p. 295-325.

Sibon Juliette, 2011, Les Juifs de Marseille au xive siècle, Paris, Cerf.

Sirat Colette, 1999, « Les manuscrits du Talmud en France du Nord au xiiie siècle », in : Dahan Gilbert (éd.), Le brûlement du Talmud à Paris 1242-1244, Paris, Cerf, p. 121-139.

Notes

1 Je tiens à remercier M. Gérard Nahon de m’avoir transmis ses informations inédites et Mme Caroline Bourlet (IRHT-CNRS), spécialiste de diplomatique et de l’histoire de Paris, qui m’a communiqué sa documentation sur les juifs et a dressé pour mon étude la carte de leur habitat, présentée dans le chapitre qui lui est consacré (fig. 6).

2 Nahon 1986 ; Schwab 1904, p. 142-402 ; Longpérier 1884, p. 103-131.

3 Nahon 1986, p. 37-38.

4 J’ai choisi de transcrire le צ par ts, conformément à sa prononciation (habituellement ẓ selon les normes phonétiques) ; ה par h (j’écrirai donc Judah et non Judas) ; ח par  ; י par y ; א par  et ע par c.

5 Les sacra du judaïsme sont fixés depuis le iiie siècle. Faisant référence à des éléments du mobilier du Temple de Jérusalem qui sont aussi des symboles d’attente eschatologique – chandelier à sept branches (menorah), branche de palme (lulav), cédrat (etrog), corne de bélier (shofar) –, ils figurent fréquemment sur les pierres tombales juives antiques (Frey 1936, fol. 666-672 ; Noy 1993, p. 263-272 ; Nahon 1986, p. 334-335, 350-353, 394-403).

6 Schwab 1904, p. 172-173.

7 Talmud de Babylone, traité Sanhédrin 98b ; Talmud de Jérusalem, traité Berakhot 2,4.

8 In Dei nomine s[an]c[t?] / peleger qui ic Bennid / D(eu)s esto c[u]m ipso ; ocoli / invidiosi crepen[t] [Ps. 112,10, Job 11,20 ou Prov. 30,17] ded[i]t / donum, Jona fecet / שלום (Nahon 1986, p. 334-335).

9 [Menorah] Ic requiescunt / in pace bene memori / tres fili d(omi)ni Paragori / de filio condam d(omi)ni Sa- / -paudi, id es[t] Ius[t]us, Ma- / -trona et Dulciorella, qui / uixserunt : Iustus annos / XXX, Matrona ann(o)s XX, Dulci- / -orela annos VIII. שלום על [י]שראל / obuerun[t] anno secundo d(o)m(in)i Egicani / regis. Ernest Renan avança l’idée selon laquelle le prénom Dulciorella et ses variantes dérivées du latin dulcis, que les juifs utilisaient pour les filles, pouvaient traduire le prénom biblique Naomi (“Douce”) ; mais peut-on en déduire qu’ils étaient choisis par les juifs pour cette seule raison ? (Nahon 1986, p. 352, p. 360-363, notice 291 ; Noy 1993, p. 263-266 ; Schwab 1904, p. 172-173).

10 Katz 1937 ; Schwarzfuchs 1966, p. 122-42 ; Chazan 1973, p. 9-62.

11 À Paris, toutes les stèles parisiennes ont été réunies au Musée d’art et d’histoire du judaïsme [MAHJ]. Quelques stèles se trouvent encore au musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg et aux musées archéologiques de Dijon et de Mantes – 16 stèles (Nahon 1986, p. 15-33 ; Nahon 2000, p. 80-87).

12 La plupart sont des stèles funéraires. Trois inscriptions synagogales proviennent de Béziers, Narbonne et Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans le Tricastin (Nahon 1986, p. 332, 336-342, 348-350).

13 Nous réservons à une autre publication la notice de cette pierre inédite de Chartres. Sa destination reste encore incertaine (épitaphe ou dédicace). Il s’agit de la première attestation matérielle de la présence de juifs à Chartres, qui y sont pourtant signalés dès 1179 et encore en 1394 dans la documentation manuscrite (Gross 1969, p. 602-605). Je remercie Paul Salmona de m’avoir transmis les informations concernant les inscriptions de Bourges et du parc Monceau à Paris.

14 Nahon 1986, p. 48-150.

15 L’original de la source documentant la donation est perdu ; il en reste une copie du xive siècle dans les grands et petits cartulaires de l’évêché de Paris (Arch. nat., LL 7, fol. 1, et LL 8, fol. 27-30).

16 Adler 1907, p. 81 ; Baratier 1734, p. 246-247.

17 Nahon 1978, p. 143-156.

18 Information transmise par Gérard Nahon : Arch. nat., JJ 9A fol. 1v. Cf. Delisle 1852, p. 32, n° 207 ; Vatican, Bibliothèque apostolique, fonds Ottoboni, ms. 2796 ; Nahon 1978, p. 144, n. 6.

19 Paris, BnF, ms. hébreu 643, fol. 45v et 155. On retrouve son nom aux. fol. 14v, 20v et 87 (Sed-Rajna et al. 1994, p. 168-171).

20 Chazan 1973, p. 154-190.

21 Arch. nat., S 6227 ; Nahon 1978, p. 146.

22 Sur les cimetières juifs parisiens, voir Caillet 1988, p. 129-134 ; Nahon 1986, p. 47-48 ; Nahon 1978, p. 143-156 ; Roblin 1952, p. 7-19, texte p. 11-13. Il n’y a aucune trace documentaire de cimetières juifs antérieurs au xiie siècle.

23 Chazan 1973, p. 64-71, 154-190.

24 Il s’agit sans doute, selon Jean-Patrice Boudet, d’une erreur de Simon de Pharès, qui confond ce personnage avec un médecin dont le nom était sans doute proche de celui d’Ibn Zuhr (Avenzoar), né et mort à Séville (v. 1091/1094 - v. 1161/1162). Le terrain se situait alors dans le jardin de Louis de Beaumont de la Forêt (Arch. nat., L 432, dossier n° 23). Remerciements à J.-P. Boudet pour ces informations (Boudet 1997, p. 392, § VIII, 17a et 17b – notice consacrée à Zour). La pierre tombale n’ayant pas été retrouvée, il est difficile d’en dire plus (Caillet 1988, p. 139).

25 Trois actes sont conservés : Arch. nat., JJ 60, fol. 71v-72v, n° 104 ; Nahon 1986, p. 47-48 ; Guérout 1958, p. 723.

26 Nahon 1986, p. 48, 90-91 ; Magne 1913, p. 83-86.

27 Conservée d’abord au musée Carnavalet (A.I. 124bis) puis déposée en 1998 au MAHJ, stèle 12 dans l’espace muséal (Nahon 1986, p. 90-91).

28 Nahon 1986, p. 53, 73, 87, 103, 119, 142.

29 Cf. note 13.

30 Extrait d’un texte des Prophètes lu le shabbat à l’issue de la lecture de la Torah.

31 Cf. supra note 18.

32 M. Nahon m’a signalé que la provenance normande est plus marquée chez les juifs que chez les chrétiens à Paris.

33 Gross 1969, p. 519-524.

34 Notice 75 de l’inventaire de Gérard Nahon (28 dans notre tableau infra). Selon les recherches récentes de Simha Emanuel, rabbi Yehiel serait mort à Paris (Emanuel 2008).

35 Kohn 1988, p. 218-221.

36 Le tav (ת) est la première lettre de la ligne suivante gravée pour les besoins de la justification, une technique qui reprend celle des scribes des manuscrits hébreux contemporains comme sur la fig. 8, ligne 2. Cf. Bibl. nat. de Fr., ms. hébreu 44, fol. 166 et ms. hébreu 66, fol. 87v, dans Sed-Rajna et al. 1994, notice 66, p. 168-171 ; notice 156, p. 346-345.

37 Un doute subsiste sur la date de l’épitaphe, la pierre ayant été brisée et recollée au niveau de la ligne 7 qui porte la date du décès, devenue en grande partie illisible. L’interprétation de la ligne 8 rend la problématique plus complexe encore. S’agit-il bien des deux parties de la même stèle, Schwab et Longpérier n’ayant décrit que la partie haute de la pierre avant qu’elle ne soit reconstituée ? (Nahon 1986, p. 60-62).

38 Ligne 3, ha-r (הר) au lieu de ha-rav (הרב) : le bet final et le signe indiquant habituellement la contraction, la numérotation ou l’abréviation (') sont omis. À la ligne 4, pas de signe d’abréviation accompagnant le resh (ר) signalant la contraction du mot rabbi (רבי) qui a la même fonction, c’est-à-dire insister sur la personnalité éminente du père de Floriah.

39 Copie dans Nahon 1986, p. 114.

40 Nahon 1986, p. 72-74.

41 Nahon 1986, p. 28 ; Chazan 1973, p. 63-99, 145-147

42 Nahon 1986, p. 202-203.

43 Le mot attesté dans le Talmud de Jérusalem avec la signification de “patron” ou de “maître” (Talmud de Jérusalem, Berakhot 13,1 פטרון).

44 Nahon 1986, p. 394-403

45 Ibid.

46 Nahon 2004, p. 31-50 ; Kohn 1988, p. 217-228 ; Sirat 1999, p. 121-139.

47 Ce prénom témoignerait, selon certains historiens, des problèmes de mortalité infantile. Le nom Vivant (Haïm) aurait été donné aux nouveau-nés pour conjurer le sort (Nahon 1986, p. 37).

48 Catane 1978, p. 158-159 ; Gross 1969, p. 512.

49 Cette hypothèse est aujourd’hui acceptée par l’ensemble des historiens de Paris (Guérout 1958, n. 41).

50 Arch. nat., KK 283 fol. 36b et 96a ; Michaelson 1958, p. 264-267 ; Michaelson 1962.

51 Blumenkranz 1958-1962, p. 78.

52 Delisle 1852, p. 32, n° 207 (registre de Philippe Auguste, Arch. nat., JJ 7-8, anciennement BnF, ms. lat. 9776, cité par Delisle sous la référence « cartulaire 172 ») ; Grabois 1970, p. 5-22. La dernière colonne du tableau signale l’existence (O), ou non (N), d’occurrences, chez les chrétiens, des noms portés par les juifs de la liste.

53 Pour les quatre derniers, voir Nahon 1978, n. 18.

54 M. Catane suggère pour ce sobriquet la transcription du mot hébreu shaḥor שחור qui signifie “brun”. Les documents ont aussi attesté le sobriquet ha-lavan הלבן pour “le blond” ce qui conforte bien la position de Mochè Catane (Catane 1978, p  167). Voir aussi Seror 1989 et 1993.

55 Catane 1978, p. 157-168.

56 Nahon 1978, p. 150-151 ; Cazelles 1966, p. 539-550.

57 Comparer notamment avec les noms portés par les juifs en Angleterre ou à Marseille (Olszowy-Schlanger 2016 ; Sibon 2011 ; Seror 1995).

58 Catane 1978, p. 158-159 ; Gross 1969, p. 512.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Dédicace pour un pavage offert par Bennid, Auch, ive-ve siècle (Saint-Germain-en-Laye, musée des Antiquités nationales)
Légende « Au nom de Dieu, le saint pavage qui est ici, Bennid – Dieu soit avec lui, que des yeux envieux crèvent – l’a offert en don, Jona l’a confectionné. Paix8. »
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2. Stèle funéraire de Justus, Matrona et Dulciorella, 688-689 (Musée d’art et d’histoire de Narbonne, n° 196-4171)
Légende « Ici reposent en paix les bienheureux trois enfants du seigneur Paragorius, fils de feu Sapaudus ; c’est-à-dire Justus, Matrona et Dulciorella, qui vécurent : Justus 30 ans, Matrona 20 ans, Dulciorella 9 ans. Paix sur Israël [Ps. 125,5 et 128,6]. Ils moururent la deuxième année du seigneur Egica roi [soit entre le 24 novembre 688 et le 23 novembre 689]. »
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 3. Shelomoh (Salomon), fils du compagnon [d’études ?] rabbi Yehudah (Judah), en l’an 900 du comput [1139-1140 ?] (Paris, MAHJ, D.98.05.008.CL)
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 4. Colophon de « Joseph le Roi » (Paris, vers 1300)
Légende Le nom Joseph est surmonté d’une couronne.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 5. Épitaphe de dame Floria, 1364 (Paris, MAHJ, D.98.06.005.CAR)
Légende « Le monument que voici, je l’ai placé en monument au chevet de dame Floria,fille de notre maître le rabbin Juda,veuve de mon [/ de notre] maître le saint rabbi Jacob. Que le souvenirdu juste et du saint soit une bénédiction.L’an 124 du petit comput [1364]. »
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 6. Carte de l’habitat juif parisien, xiie-xive siècle
Crédits © Caroline Bourlet, IRHT-CNRS, déc. 2015
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 7. Épitaphe de Jacob, fils de Rabbi Haïm, Paris, 1253 (Paris, MAHJ, D.98.05.004.CL)
Légende « Ceci est la stèle deRabbi Jacob, fils du rabbinHaïm qui s’en futde la péricope Emor [“Parle”, Lév. 23,2]l’an treize du comput [5013 = 1253].Que son âme soit liée au faisceau des vivants. »
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 8. Colophon d’Abraham, fils de Jacob, Paris, 13 mars 1303 (Paris, BnF, ms. hébreu 44, fol. 166v)
Légende « Je suis Abraham bar Jacob, que son âme repose en paix. J’ai terminé ce Pentateuque (ḥumash) contenant les cinq rouleaux (megillot) et les haftarot30 le mercredi 23 du mois d’Adar, en l’an 5063 [12 mars 1303] de la création du monde selon le comput que nous suivons ici dans la ville de Paris. Péricope wa-Yaqhel [Ex. 35,1 - 38,20] »
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 9. Stèle de […] notre maître […] [Ye]hiel, avant 1306 (Paris, MAHJ, D.2015.04.012.CL)
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 10. Épitaphe de Dame Floriah, fille du rabbin Benyamin, 1319 (Paris, MAHJ, D.98.05.007.CL)
Légende Texte hébreuזאת מ[צב]תקבורת מרתפלוריאה בת הרר בנימן שנפטרהלגן עדן יום בפרשת ברכהשנֿ[ת] א [...]עט[?] לפרטת36תנבה:
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1018/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

Auteur

CNRS - Institut de recherche et d’histoire des textes

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access