Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Sources écrites particulières

Les inscriptions funéraires

Source ou observatoire des pratiques anthroponymiques médiévales ?

Cécile Treffort

Texte intégral

  • 1 Voir en dernier lieu la place que lui accorde Lassère 2011, dont le premier chapitre intitulé « L’o (...)
  • 2 Dès 1997, Bernadette Mora insistait sur la richesse du matériau épigraphique pour de telles recherc (...)

1Il est heureux que le colloque dont les actes sont ici réunis ait offert l’occasion d’attirer l’attention des lecteurs sur un domaine singulièrement délaissé de la recherche française en matière d’anthroponymie du Moyen Âge, à savoir le matériau épigraphique. Le point d’interrogation qui clôt le titre du présent article est d’ailleurs significatif de l’avancée de la réflexion en la matière, qui rend presque impossible l’établissement d’une synthèse. D’une part, si les inscriptions représentent un matériau de choix pour les antiquisants, qui y puisent une grande partie de leurs informations en matière anthroponymique et prosopographique1, il n’existe que de très rares travaux de ce genre pour le Moyen Âge, souvent limités à des articles ponctuels consacrés surtout aux périodes les plus hautes (antérieures à l’époque carolingienne). Bien sûr, quand un historien dispose de quelque belle inscription lui apportant – essentiellement pour les derniers siècles du Moyen Âge – des éléments biographiques, il n’hésite pas à s’en servir, et c’est heureux. Cependant, on ne dispose d’aucune étude systématique consacrée, non à un individu ou un lignage, mais aux systèmes ou aux pratiques anthroponymiques en tant que tels d’après les inscriptions2.

  • 3 Ce qui s’accompagne de l’absence d’un véritable manuel en la matière, même si on peut, pour un gran (...)

2Ce constat révèle deux états de fait. Le premier réside dans la difficulté d’établir, du moins pour la France, un corpus de travail fiable, bien daté, permettant une analyse systématique et une esquisse d’évolution des pratiques3. Pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, le Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule [RICG] ne compte que trois volumes, et l’entreprise attend pour l’instant une nouvelle impulsion. Pour la période comprise entre la « Renaissance carolingienne » et le xiiie siècle, le Corpus des inscriptions de la France médiévale [CIFM], produit à Poitiers, est en cours, et il reste environ un tiers encore du territoire national à couvrir. Enfin, pour les xive-xve siècles, bien que le travail d’inventaire bibliographique (estimé à 25 000 fiches) soit également réalisé par l’équipe poitevine depuis plus de quarante ans, aucune entreprise éditoriale générale n’est pour l’instant envisageable faute de moyens. Le deuxième état de fait est la quasi-absence de données biographiques dans les inscriptions antérieures aux xiiie-xive siècles, qui peuvent donc difficilement rivaliser sur ce plan avec les sources manuscrites contemporaines.

  • 4 Voir à ce propos Debiais 2009.

3Cependant, tous ceux qui se sont penchés sur un type particulier de sources (polyptyques, gesta ou nécrologes par exemple) savent bien que le croisement des sources est utile, voire parfois indispensable pour appréhender de manière satisfaisante une question donnée ; en l’occurrence, la fonction ou l’usage de chaque document contraint fortement le mode d’énonciation des noms de personne, de leur parenté, de leur fonction, de leur statut social. Intégrer la source épigraphique dans la liste de celles disponibles pour une telle étude, ne serait-ce qu’à titre comparatif, paraît d’autant plus légitime que l’inscription, par sa nature particulière, joue un rôle fondamental dans le domaine de la communication4. Inscrire son nom sur le mur d’un édifice ou sur un objet relève ainsi de l’exposition « publique » de son identité, dont les enjeux, différents d’une énonciation orale ou d’une écriture dans un registre, peuvent être multiples quand les inscriptions portées sur de petits objets, notamment de parure, relèvent d’autres registres par leur nature presque intime.

4Admettre, par principe, la légitimité de l’usage du matériau épigraphique dans les études anthroponymiques n’est d’ailleurs que le premier pas dans une réflexion plus globale sur les apports, mais également les dangers et les limites d’une telle approche, dont le champ d’application s’avère immense. En effet, outre les inscriptions funéraires (tumulaires ou obituaires) auxquelles on pense naturellement, bien d’autres documents épigraphiques intègrent des noms de personne : signatures d’artistes ou de commanditaires, chartes lapidaires, commémorations d’événements en tout genre, etc. Si on ajoute à cela l’amplitude chronologique du Moyen Âge et son évolution continue, dans tous les domaines, sur un millénaire, un immense travail reste à faire. La présentation qui suit se limitera donc volontairement à la documentation funéraire, intégrant en premier lieu un tour d’horizon général du genre biographique puis une approche un peu plus précise de la période centrale (ixe-xiiie siècles) pour aborder tour à tour les évolutions culturelles et sociales de la période, puis les contraintes inhérentes au genre épigraphique pouvant peser sur les usages anthroponymiques.

Petite histoire de la biographie épigraphique

  • 5 Favreau 2010.

5Du ve siècle (en transition avec l’Antiquité) au xve siècle (qui ouvre vers la Renaissance et l’époque moderne), l’inscription funéraire, qu’elle soit « épitaphe » placée sur la tombe ou plaque obituaire dédiée à la mémoire du défunt, peut – ou non – décliner la biographie de l’individu. Observer ses évolutions historiques permet de mesurer sa place dans l’écriture de l’histoire, sous ses aspects les plus variés. L’article de Robert Favreau intitulé « Épitaphes et biographie : de l’éloge religieux à la glorification de l’état social », publié à León en 20105, résume parfaitement la tendance générale du genre, qui passe de notices assez brèves et/ou stéréotypées à de véritables curriculum vitae à la fin du Moyen Âge. Les principales étapes peuvent en être dessinées à l’aide de quelques exemples significatifs.

  • 6 Morlet 1968-1985.
  • 7 Haubrichs 2002.
  • 8 Éd. et trad. Uberti 2014, vol. 2, n° IX.62, p. 161-163.

6En ce qui concerne les inscriptions « chrétiennes » (tardo-antiques et alto-médiévales), le texte est souvent bref, portant le nom du défunt, parfois son âge, rarement une indication de parenté ou de statut social (sans doute plus systématique pour les clercs que pour les laïcs), parfois un court éloge. La pratique anthroponymique suit bien évidemment l’évolution générale de la période, marquée par l’abandon du système des tria nomina et la généralisation du nom unique, ainsi que par la diffusion d’une onomastique germanique qui concurrence puis tend à remplacer, dans des proportions variables selon les régions, les traditions gallo-romaines. Pour cette période, nous disposons heureusement du précieux recueil de Marie-Thérèse Morlet6 qui, s’il n’intègre pas de données épigraphiques, fournit toutefois un cadre précieux d’analyse. On ne peut que souhaiter que se multiplient les études du type que proposent, région par région, les introductions du RICG, ou l’article de W. Haubrichs sur les inscriptions poitevines7. En effet, si les inscriptions antérieures à la réforme graphique et linguistique carolingienne présentent de nombreuses difficultés d’appréhension, elles fournissent également des informations originales, particulièrement intéressantes ; en premier lieu, elles offrent des noms « inconnus », c’est-à-dire non révélés par d’autres sources. C’est le cas, par exemple, de la petite épitaphe mérovingienne provenant de Doué-la-Fontaine (Fig. 1), aujourd’hui conservée à Angers, dont le texte comprend deux noms féminins absents du recueil de M.-Th. Morlet : Hic requiescent bonememorii Ismaimalla in an[nis] XII et Siggifledis in an(n)is XV8.

Fig. 1

Fig. 1

Angers, musée des Beaux-Arts (provenance Doué-la-Fontaine).

Cliché CIFM/J.-P. Brouard.

  • 9 Ibid., n° IX.34, p. 90-93.
  • 10 Haubrichs 2002, n° 16 et 20, p. 270.
  • 11 Lelong 1956.

7Lorsque, par un rare bonheur, elles mentionnent un lien de parenté, elles peuvent mettre en relief des usages onomastiques mixtes au sein d’une même famille. Ainsi, un couvercle de sarcophage d’enfant trouvé à Antigny, aujourd’hui conservé à Poitiers, porte le texte suivant, Ferrocinctus filius Launone9, dont le premier, Ferrocinctus, est d’origine latine, le second, Launo, vraisemblablement d’origine germanique10. Une petite inscription funéraire découverte à Mistrais, sur la commune de Langeais en Touraine (Fig. 2), mentionne quant à elle un jeune défunt nommé Aigulfus, dont les parents, Agecius et Mellita, portent (peut-être) des noms d’origine grecque : [+ Hi]c requiescit bo/ne memorius inux / Aigulfus idus k(a)l(en)das / septembris. Sic dignit orare pro parentis su/us Agecio et Mellito et / ut in Xp(ist)o dignit orare11.

Fig. 2

Fig. 2

Tours, Société archéologique de Touraine (provenance Langeais, l.d. Mistrais).

Cliché C. Treffort.

  • 12 La sixième déclinaison latine (dont le paradigme est Dhuoda, Dhuodane) est étudiée dans Stotz 1996, (...)
  • 13 Éd. et trad. Uberti 2014, vol. 2, n° IX.36, p. 96-98.
  • 14 Éd. et trad. CIFM 24, resp. n° 97, p. 113 (Ermenberga : Ephitaphion. Hic quiescit corpus Ermenberga (...)
  • 15 CIFM 26, n° 71 : Sub hunc tumulum requiescunt membra Unbergane bone memoriae. Dum juvenis fuit migr (...)

8On remarquera enfin l’usage du génitif féminin en -ane (à la place de -ae), issue d’une sixième déclinaison propre au haut Moyen Âge12 : c’est le cas, par exemple, de Rumula, à Poitiers, dont l’inscription gravée sur le couvercle d’un sarcophage porte seulement deux mots : Rumulane petra (“la pierre de Rumula”)13. Il semblerait que certains noms masculins terminés en -o soient concernés, avec un génitif en -one, comme sur l’inscription d’Antigny citée précédemment. Cet usage est également assez répandu dans les inscriptions des ixe-xe siècles, comme le montrent par exemple les épitaphes d’Ermenberga et de Flavia à Angers14 ou encore d’Unberga à Bourges15.

  • 16 Treffort 2008.
  • 17 Éd. et trad. CIFM, 20, 1999, n° 10, p. 15-16 et fig. 7.
  • 18 À propos de ce tombeau, voir Sapin 1982.

9De nombreux changements marquent l’époque dite carolingienne, à partir du début du ixe siècle : retour à une écriture capitale inspirée de la monumentale romaine, réforme linguistique qui remet à l’honneur les règles des grammairiens de l’Antiquité classique ou tardive (ce qui, paradoxalement, accélère l’évolution de la langue vernaculaire vers le proto-roman), systématisation de la demande de prière pour le défunt, dont l’éloge pieux se développe également16. D’un point de vue anthroponymique, la pratique du nom unique reste générale, sans surnom, avec une indication de statut ou de fonction réservée aux ecclésiastiques (sacerdos, presbyter, monacus, episcopus...) ou aux plus hautes sphères de la société laïque (nobilis). L’absence quasi totale de mention d’âge ou de filiation interdit bien souvent de rattacher le défunt à une famille connue par ailleurs. On peut heureusement compter quelques exceptions, comme par exemple la plaque de marbre provenant de l’abbaye de Pothières, conservée au musée de Châtillon-sur-Seine (Fig. 3a), qui permet, par des circonstances extraordinaires, de rejoindre non seulement la grande Histoire mais même le monde de la littérature. Il s’agit en effet du quart restant d’une grande inscription (Fig. 3b) dédiée à un enfant mort en bas âge, Theodoricus, dont on sait seulement qu’il était “de brillante origine, issu d’une souche illustre” (germine praeclaro claris natalibus ortus)17. D’autres sources permettent de l’identifier au fils du fondateur du lieu, Girard de Vienne, dit de Roussillon, vénéré localement en même temps que son épouse, et surtout devenu au xiie siècle héros de diverses légendes épiques18.

Fig. 3a

Fig. 3a

Châtillon-sur-Seine, musée du Châtillonais (provenance Pothières).

Cliché CIFM/J. Michaud.

Fig. 3b : Reconstitution de l’épitaphe de Thierry

Fig. 3b : Reconstitution de l’épitaphe de Thierry

Dessin P. Marioton, in Sapin 1982, p. 894.

  • 19 L’ensemble des inscriptions de Saint-Outrille de Bourges a été bien étudié par Jenn et al., 1986. S (...)
  • 20 Treffort 2010.

10Par ailleurs, le caractère très stéréotypé des éloges, versifiés ou non, qui n’hésitent pas à puiser dans un formulaire extrêmement codifié19, rend très difficile l’identification des personnages concernés. Certaines pierres, pourtant de très grande qualité, gardent ainsi tout leur mystère quant à l’identité précise de l’individu concerné : c’est le cas par exemple pour Ato, mort en 835 à Angers (Fig. 4), dont on sait seulement qu’il était abbé, son éloge funéraire étant composé presque exclusivement de vers empruntés au poème sur l’Église d’York rédigé par Alcuin20.

Fig. 4

Fig. 4

Angers, musée des Beaux-Arts (provenance Angers, fouilles de la place du Ralliement).

Cliché CIFM/J.-P. Brouard.

11Ce qui pourrait passer, dans une appréhension « positiviste », pour un grave problème se révèle être d’un intérêt majeur pour une histoire culturelle ou religieuse : manifestement, comme dans les libri vitae ou sur les tables d’autels de même époque qui juxtaposent des centaines de noms simples, parfois très courants, sans qualificatifs ni éléments de distinction, l’individuation, dans les épitaphes carolingiennes, s’exprime moins selon une logique sociale que dans une perspective eschatologique.

12La tendance « spiritualiste » se poursuit aux xie-xiie siècles où, même si les éléments d’identification sociale (fonction, statut, rang) deviennent un peu plus courants, l’éloge topique moral ou religieux prévaut encore souvent sur la description d’un parcours individuel. C’est le cas, par exemple, de l’éloge funéraire versifié, très conventionnel, d’un jeune clerc de Sens nommé Ragulfus, aujourd’hui disparu mais relevé au xviiie siècle par le marquis de Castellane, attribué au xie siècle et dont voici la traduction :

  • 21 Morte soporatus juvenum pulcherrimus unus / nomine Ragulfus hic recubat positus / qui patiens humil (...)

“Assoupi dans la mort, un des plus beaux parmi les jeunes gens, nommé Ragulfus, repose ici, déposé. Patient, humble, doux et chaste, agréable, il fut aussi un clerc émérite. Vous tous priez instamment pour son âme. Ô Dieu, pardonne à ton serviteur qui gît en ce tombeau”21.

  • 22 C’est-à-dire entre vingt-cinq et trente inscriptions funéraires attribuées à la période xie-xiiie s (...)
  • 23 Éd. et trad. respectivement dans CIFM 5, n° 19, p. 31-34 (Hugo de Jarnac) et fig. 15 ; CIFM 15, n°  (...)

13Le nom continue à se présenter majoritairement, au xie siècle, sous forme unique avec, dans le troisième quart du siècle, l’apparition timide d’un deuxième nom, qui ne se généralise toutefois qu’au xiie siècle. À Vienne et Toulouse, villes pour lesquelles on dispose de séries « continues22 », on peut dater cette généralisation du troisième quart du xiie siècle. Le nom de famille, que l’on peine parfois à distinguer d’un simple qualificatif de fonction, peut apparaître en langue vernaculaire dans un texte en latin comme Constantinus de Jarnac à Périgueux en 1169, Hugo de Voiron en 1194 à Vienne ou encore Bertrandus de Bigot (Fig. 5) dans la seconde moitié du xiie siècle à Toulouse23.

Fig. 5

Fig. 5

Toulouse, musée des Augustins (provenance Toulouse, cathédrale).

Cliché Musée.

14Parallèlement, quelques éléments biographiques remarquables apparaissent également, tant dans le milieu laïc qu’ecclésiastique. On retiendra, parmi d’autres, l’étrange destin d’un jeune italien devenu moine clunisien, mort à Poitiers en 1097, dont l’épitaphe, provenant de Saint-Jean de Montierneuf (Fig. 6), a condensé quelques étapes seulement de son parcours :

  • 24 Éd. et trad. CIFM 1, n° 89, p. 112-113 et fig. 58 : Anno d(omi)nicae incarnationis MXCVII obiit Vit (...)

“L’an de l’Incarnation du Seigneur 1097 mourut Vitalis, moine de bonne mémoire, sacristain de ce monastère. Il fut des premiers moines envoyés par le très saint Hugues, abbé de Cluny. Il était vénitien de nation”24.

Fig. 6

Fig. 6

Poitiers, musée Sainte-Croix (provenance Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf).

Cliché CIFM/J.-P. Brouard.

  • 25 Aux chapitres 32 et 36 : éd. Villard 1973, p. 424-441 ; trad. et commentée par Carpentier et al., 2 (...)
  • 26 Éd. Villard 1973, n° 6, p. 15.

15Ce Vitalis fait apparemment partie du petit groupe de moines envoyés par l’abbé de Cluny à la demande du comte de Poitiers Guy Geoffroy Guillaume pour sa nouvelle fondation, que mentionne le moine Martin dans la chronique du lieu25. Il est en tout cas également présent, associé au seul qualificatif de monachus, parmi les signataires de l’acte d’immunité accordé par le comte le 28 janvier 107726, confirmant son importance au regard de la communauté. Dans les siècles suivants, les éléments biographiques vont se multiplier et devenir plus éloquents.

16L’évolution graphique sensible à partir du xiiie siècle (fermeture de l’onciale monumentale puis apparition de la minuscule gothique), accompagnée de modifications dans la typologie des monuments funéraires (généralisation des plates-tombes, gisants puis transis, développement des fondations d’anniversaires par exemple), marquent de notables changements dans l’exposition graphique de l’identité du défunt. Parmi de très nombreux exemples, on peut citer la spendide pierre tombale de Jacques Germain, conservée au musée des Beaux-Arts de Dijon, dont le texte, assorti de la représentation du défunt dans son linceul, rappelle son rôle de fondateur de l’église des Carmes au début du xive siècle :

  • 27 Sur cette inscription et le rôle de Jacques Germain, voir Gras et al., 1959-1962, et Salet 1965.

« Cy gist honorable hom[me Jac]ques Germain, bourgoys de Clugny, jadis père de révérend père en Dieu Jehan Germain, evesque de Chalon, fondateur de la nef de ceste église qui trespassa / l’an mil CCCCXXIIII, le XXIII jour de septembre. Dieu en ait l’âme. Amen27 ».

17Au fil des décennies, la personnalité et le parcours individuel du défunt sont davantage mis en valeur : son nom, la plupart du temps double, son origine sociale et/ou géographique, ses titres et fonctions. Aux xive-xve siècles, les épitaphes insistent ainsi volontiers sur le service du prince, la durée et l’éventuel cumul des chartes, à l’instar du rochelais André Marchant, mort en 1439, dont l’épitaphe est conservée au musée Sainte-Croix de Poitiers :

  • 28 Publié pour la première fois dans Favreau 1997, p. 307-308 et fig. 64, reprise et commentée dans Fa (...)

« Cy devant gist noble homme et sage Andry / Marchant lequel en son vivant fut conseiller / de feu roy Charles VI et du roy Charles / VII, qui est a present en leur cours de parlement / et depuis fut conseiller et chambellan / desdiz roys et en son temps successivement / bailli de Sens et d’Auxerre, bailly d’Evreux, / prevost de Paris, gouverneur du duchié / et capitaine de la ville d’Orleans pour monseigneur / le duc d’Orleans lequel tresspassa en / ceste ville le jour sainte Anne l’an mil / quatre cens trente neuf28 ».

18À côté de l’énumération des biens possédés et, surtout, légués, les indications familiales ou lignagères se multiplient également jusqu’à former de véritables curriculum vitae dont les éléments sont soigneusement choisis.

Les évolutions du contexte social et culturel, ixe-xiiie siècle

  • 29 Éd. et trad. CIFM 7, respectivement n° 50, p. 90-91 et fig. 56 (Petrus Bernardi) ; n° 51, p. 92 et (...)
  • 30 Éd. et trad. CIFM 15, respectivement n° 10, p. 12 (Willelma de Cuveria) ; n° 11, p. 13-14 et fig. 9 (...)

19Au sein de cette vaste évolution, la période centrale, qui court du ixe au xiiisiècle, présente des particularités faisant d’elle un observatoire privilégié de l’évolution des pratiques onomastiques. Tout d’abord, elle encadre parfaitement la « révolution anthroponymique » des années 1070-1130 que révèlent les sources manuscrites. Or, comme on l’a évoqué précédemment, les premiers sondages effectués dans une documentation épigraphique continue tendent à montrer un décalage chronologique dans la généralisation de la double nomination. Ainsi, dans la série conservée à Toulouse, le premier à en bénéficier semble être un certain Petrus Bernardi en 1173, suivi d’un G. de Sancto Ilario en 1173, d’un Guilhelmus Petri en 1180 (Fig. 7), puis de bien d’autres ensuite29. À Vienne, la première est une certaine Willelma de Cuveria, en 1193, suivie d’un Hugo de Voiron en 119430, avant que l’usage se généralise dans le courant du xiiie siècle. Il conviendrait de reprendre de manière précise et systématique, en s’assurant de datations parfois fluctuantes quand les pierres ne portent pas leur millésime, pour confirmer ou nuancer cette chronologie, qui pourrait de fait révéler une pratique particulière au genre épigraphique.

Fig. 7

Fig. 7

Toulouse, musée des Augustins (provenance Narbonne, Saint-Paul).

Cliché Musée.

  • 31 Pour une étude linguistique des inscriptions médiévales, voir Brun 2005, et surtout Ingrand-Varenne(...)
  • 32 Voir note 23.

20Par ailleurs, il s’agit d’une période d’importantes transitions linguistiques, avec l’émergence d’une langue vernaculaire littéraire qui change fondamentalement son statut. Or, si son usage dans les inscriptions est assez tardif (dans le courant du xiiie siècle, avec des variations régionales31), les noms de personne peuvent être exprimés soit totalement, soit partiellement en langue vernaculaire dès la seconde moitié du xiie siècle, comme cela a déjà été évoqué précédemment32. Là encore, une enquête approfondie s’imposerait.

  • 33 Éd. et trad. CIFM 7, n° 59, p. 99-100 et fig. 64.
  • 34 Éd. et trad. CIFM 7, n° 85, p. 125-126 et fig. 90.
  • 35 Éd. et trad. CIFM 7, n° 107, p. 146 et fig. 112.
  • 36 Éd. et trad. CIFM 7, n° 109, p. 147-148 et fig. 114.
  • 37 Éd. et trad. CIFM 7, n° 112, p. 149-150 et fig. 117.

21Enfin, la période voit un très net élargissement de la société concernée par ces inscriptions, comme sujet et/ou commanditaire, lié à une évolution de l’accès à la culture écrite et à sa maîtrise. Au xiiie siècle, on voit ainsi apparaître diverses épitaphes de bourgeois et de marchands, dont on ne s’étonnera point qu’elles s’expriment volontiers en langue vernaculaire. À Toulouse, la plus ancienne pierre tombale d’un marchand semble dater de l’extrême fin du xiie ou du début du xiiie siècle (Fig. 8) : il s’agit d’un certain A. W. [peut-être Arnaldus Willelmus] mercator et de sa femme Juliana33. Il faut attendre ensuite 1260 pour trouver un autre marchand, Isarnus Serra34. Dans la seconde moitié du xiiie siècle, on trouve également un P(etrus) mercator textor35, marchand tisserand (Fig. 9), un Bernat de Gadoh flessadier36, apparemment fabricant de couverture, ou encore l’épouse d’un certain Iohan Azemar, identifié comme maréchal-ferrand (menescalc)37.

Fig. 8

Fig. 8

Toulouse, musée des Augustins (provenance indéterminée).

Cliché Musée.

Fig. 9

Fig. 9

Toulouse, musée des Augustins (provenance Toulouse, cathédrale).

Cliché Musée.

22Cette nouvelle « sociologie épigraphique » trahit l’émergence d’une conscience identitaire dont l’expression anthroponymique est liée à l’affirmation d’un statut nouveau au sein de la cité et à la valorisation d’éléments caractéristiques de l’activité professionnelle ou de la vie civique.

Les contraintes du genre épigraphique

23Les éventuelles variations chronologiques des pratiques anthroponymiques entre les sources épigraphiques et manuscrites que nous venons de signaler, ou simplement certaines spécificités d’énonciation, peuvent être liées à diverses contraintes du genre épigraphique qu’il est indispensable de prendre en compte.

  • 38 Ingrand-Varenne 2013.
  • 39 Treffort 2015a.

24Une des plus importantes est sans doute la brièveté, voire une économie de mots cultivée comme une forme d’esthétique38, qui influe sur le lexique, la syntaxe, la forme, la disposition du texte, et rejoint parfois la concision des légendes sigillaires. La recherche de brièveté s’exprime à la fois par le choix (donc l’exclusion des éléments jugés inutiles ou superflus) et par la condensation (textuelle ou graphique) qui ne donnent que plus de poids aux éléments effectivement présents dans l’inscription. Dans ces conditions, il faut s’interroger sur le rôle des formules d’introduction nominale, par exemple lorsque le nom de l’individu est accolé à nomine. Citons pour unique exemple la stèle funéraire découverte, et conservée, dans l’abbatiale de Saint-Philbert de Grandlieu (Fig. 10) : Hic requiescit in tumulo mon[a]chus et [s]ace[rdos] Guntarius nomine qui V Idus junii obi[i]t in Domino39.

Fig. 10

Fig. 10

Saint-Philbert-de-Grandlieu, ancienne abbatiale (provenance fouilles archéologiques du site).

Cliché CIFM/J.-P. Brouard.

  • 40 Cf. note 14.
  • 41 Éd. et trad. CIFM 24, n° 82, p. 103.
  • 42 Hypothèse proposée à partir d’exemples épigraphiques et diplomatiques poitevins dans Treffort 2015b

25Très courante au Moyen Âge central, cette formule d’introduction nominale semble insister sur le statut anthroponymique du nom accolé, sans qu’on en comprenne pour l’instant la raison. La question se pose de manière identique lorsqu’on observe, sur des inscriptions très courtes, le nom de certaines défuntes accolées au mot femina. C’est le cas de l’inscription d’Ermenberga, à Angers, déjà citée précédemment40, où le seul qualificatif associé au nom est, précisément, ce terme. Dans une autre inscription angevine, malheureusement tronquée et donc anonyme aujourd’hui41, femina a été ajouté en interligne (Fig. 11), preuve s’il en est de l’importance accordée à ce mot, qui devait sans doute moins désigner le sexe ou le statut marital de la femme concernée que son haut statut social42.

Fig. 11

Fig. 11

Angers, collégiale Saint-Martin (provenance fouilles archéologiques du site).

Cliché CIFM/J.-P. Brouard.

  • 43 Traube 1907.
  • 44 Voir note 33.
  • 45 Éd. et trad. CIFM 7, n° 62, p. 102 et fig. 67.

26On peut s’interroger encore sur l’usage des procédés abréviatifs (suspension, conjonction, inclusion, entrelacement) dont on sait, par l’exemple des nomina sacra, qu’ils ne relèvent pas forcément du seul et pragmatique gain de place43. Exprimer son nom par une simple initiale peut relever d’une habitude d’écriture, surtout dans le cas de formes courantes (W pour Willelmus, P pour Petrus par exemple). Cependant, dans un certain nombre de cas, ce procédé fait que l’identité individuelle du défunt peut nous échapper complètement, alors que sa fonction sociale ou son activité professionnelle sont clairement mises en exergue, comme c’est le cas pour le A. W. mercator, déjà cité précédemment44. Certaines formulations confinent à la cryptographie, ou du moins à des jeux graphiques complexes comme on peut le voir sur l’inscription de Aldemarus de Argelers, attribuée à la fin xiie ou au début du xiiie siècle45. Cette petite plaque de 18 x 33 cm (Fig. 12) porte un texte simple (Pridie idus januarii obiit Aldemarus de Argelers, familiarius huj(us) ecclesie), mais l’enchevêtrement des lettres, qui sont pratiquement toutes présentes, oblige le lecteur à un certain effort pour déchiffrer l’ensemble.

Fig. 12

Fig. 12

Toulouse, musée des Augustins (provenance Toulouse, cathédrale).

Cliché Musée.

  • 46 Treffort 2010.

27Enfin, il apparaît clairement que certaines contraintes littéraires pèsent sur les usages épigraphiques en matière anthroponymique. C’est le cas des textes versifiés qui peinent parfois à intégrer un nom de personne dans le système métrique et peuvent choisir pour cette raison une forme particulière de l’expression nominale. On peut prendre pour exemple, dans la seconde moitié du ixe siècle, l’épitaphe de la comtesse de Poitiers Adeltrudis, dont le poème funéraire utilise l’hypocoristique Adda. Sans la mention de son époux Ramnulfus et le jour de sa mort (aux calendes de juillet) qu’on peut retrouver dans un document nécrologique contemporain, l’identification précise de la défunte serait restée impossible à déterminer46.

28Au terme de ce rapide parcours, il apparaît que les inscriptions médiévales, par leurs spécificités formelles et fonctionnelles, se font autant source d’information pour l’histoire des noms de personne qu’observatoire d’usages spécifiques, propres à un contexte donné. Les documents disponibles sont nombreux et les données anthroponymiques puisées dans les différents supports épigraphiques peuvent facilement être mises en regard des pratiques contemporaines révélées par d’autres types de textes, archivistiques, sigillaires, numismatiques ou autres. Il s’agit donc d’un champ de recherche immense, et passionnant, qui est aujourd’hui ouvert...

Bibliographie

Beck Patrice, Bourin Monique et Chareille Pascal, 2001, « Nommer au Moyen Âge : du surnom au nom », in : Brunet Guy, Darlu Pierre et Zei Gianna (dir.), Le patronyme. Histoire, anthropologie, société, Paris, CNRS, p. 13-37.

Bourin Monique, 1998, « L’écriture du nom propre et l’apparition d’une anthroponymie à deux éléments en Europe occidentale (xie-xiie siècle) », in : Christin Anne-Marie (dir.), L’écriture du nom propre, Paris, L’Harmattan, p. 193-213.

Brun Laurent, 2005, « L’étude des dialectes d’oïl à travers les épitaphes des xiiie et xive siècles », in : Doudet Estelle (éd.), La mort écrite. Rites et rhétoriques du trépas au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, p. 119-136 (Cultures et civilisations médiévales, 30).

Carpentier Élisabeth et Pon Georges, 2008, « Le récit de la fondation de l’abbaye de Montierneuf de Poitiers par Guillaume VIII : la chronique clunisienne du moine Martin », Cahiers de civilisation médiévale, vol. 51, p. 21-55.

CIFM : Corpus des inscriptions de la France médiévale (viiie-xiiie siècle), Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (vol. 1 à 5) puis Paris, CNRS, 1974-, 26 vol. parus.

Debiais Vincent, 2009, Messages de pierre. La lecture des inscriptions dans la communication médiévale (xiiie-xive siècle), Turnhout, Brepols (Culture et société médiévales, 17).

Favreau Robert, 1997, Épigraphie médiévale, Turnhout, Brepols (L’atelier du médiéviste, 5).

, 2009, « L’épitaphe du rochelais André Marchant au musée de Poitiers (1439) », Revue historique du Centre-Ouest, t. VIII/1, p. 123-126.

, 2010, « Épitaphes et biographie : de l’éloge religieux à la glorification de l’état social », in : Martín López María Encarnación et García Lobo Vicente (dir.), Las inscriptiones gótica. II Coloquio internacional de epigrafía medieval, León del 11 al 15 de septiembre 2006, León, Corpus Inscriptionum Hispaniae Mediaevalium, p. 367-404.

Gras Pierre et Quarré Pierre, 1959-1962, « Églises des Carmes », Mémoires de la Commission archéologique de la Côte-d’Or, t. XXV, p. 64-66.

Haubrichs Wolfgang, 2002, « Aspekte des philologischen Nachweises der Gruppenspezifität von Personennamen. Methodische Beobachtungen an einem Inschriftencorpus aus dem Poitou », in : Geuenich Dieter, Haubrichs Wolfgang et Jarnut Jörg (éd.), Person und Name. Methodische Probleme bei der Erstellung eines Personennamenbuches des Frühmittelalters, Berlin/New York, De Gruyter, p. 265-279.

Ingrand-Varenne Estelle, 2013, « La brièveté des inscriptions médiévales : d’une contrainte à une esthétique », Medievalia, t. 16, p. 213-234.

, [à paraître], Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français (ouest de la France, xiie-xive siècles), Paris, Garnier [publication de la thèse soutenue à Poitiers en 2013].

Jenn Françoise et Ruffier Olivier, 1986, « Les plates-tombes inscrites de Saint-Oustrille-du-Château à Bourges (Cher) », Cahiers archéologiques, t. 34, p. 33-74

Lassère Jean-Marie, 2011, Manuel d’épigraphie romaine, Paris, Picard, 3e éd. revue et mise à jour, 2 vol. (Antiquités/Synthèses, n° 8).

Lelong Charles, 1956, « La stèle de Mistrais : étude iconographique », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXXI, p. 465-468

Mora Bernadette, 1991, « Le portrait du défunt dans les épitaphes (750-1300). Formulaires et stéréotypes », Le Moyen Âge. Revue d’histoire et de philologie, t. XCVII (5e s., t. 5), n° 3-4, p. 339-353.

, 1997, « Jeux de mots et de noms dans les inscriptions de la France médiévale », in : Beck Patrick (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. IV : Discours sur le nom. Normes, usages, imaginaire (vie-xvie siècle), Tours, Université, p. 49-73 (Études d’anthroponymie médiévale, VIIe Rencontres, Azay-le-Ferron, 1995).

, 1997, « Propositions de recherche en épigraphie médiévale : l’exemple français », Médiévales, vol. 16/3, p. 153-160.

Morlet Marie-Thérèse, 1968-1985, Les noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule du vie au xiie siècle, Paris, CNRS, 3 vol.

RICG : Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, Paris, CNRS, 1975-, 3 vol. parus (vol. I, VIII et XV-1).

Salet Francis, 1965, « Le monument funéraire de Jacques Germain », Bulletin monumental, vol. 123/1, p. 66.

Sapin Christian, 1982, « Les tombeaux de Pothières », in : La chanson de geste et le mythe carolingien. Mélanges René Louis, publiés… à l’occasion de son 75e anniversaire, Saint-Père-sous-Vézelay, Musée archéologique régional, vol. 2, p. 889-902

Stotz Peter, 1996, Handbuch zur lateinischen Sprache des Mittelalters, t. 4 : Formenlehre, Syntax und Stilistik, Munich, Beck (Handbuch der Altertumswissenschaft).

Traube Ludwig, 1907, Nomina sacra. Versuch einer Geschichte der christlichen Kürzung, Munich, Becker (Quellen und Untersuchungen zur lateinischen Philologie des Mittelalters, 2).

Treffort Cécile, 2008, Mémoires carolingiennes. L’épitaphe entre genre littéraire, célébration mémorielle et manifeste politique (milieu viiie-xie siècle), Rennes, Presses universitaires (Histoire).

, 2010, « Un témoin de la vie politique et culturelle carolingienne à Angers : l’épitaphe sur ardoise de l’abbé Ato († 835) », in : Prigent Daniel et Tonnerre Noël-Yves (dir.), Le haut Moyen Âge en Anjou, Rennes, Presses universitaires, p. 217-228 (Archéologie et culture).

, 2015a, « L’abbatiale carolingienne de Saint-Philbert-de-Grandlieu. Découvertes épigraphiques anciennes et récentes », Bulletin monumental, t. 173/2, p. 151-156.

, 2015b, « Adda, Goda et les autres. Réflexions autour de quelques grandes dames du Poitou (début ixe-début xiiie siècle) », in Joye Sylvie, Jégou Laurent, Lienhard Thomas et al. (dir.), Splendor Reginae. Passions, genre et famille. Mélanges en l’honneur de Régine Le Jan, Turnhout, Brepols, p. 245-252 (Haut Moyen Âge).

Uberti Morgane, 2014, Regards sur les inscriptions funéraires : pratiques, mémoires, identités entre Loire et Pyrénées (ive-viiie siècle). Contribution à l’étude du phénomène épigraphique en Aquitaine Seconde et Novempopulanie, thèse, université Paris IV-Sorbonne, 2 vol.

Villard François (éd.), 1973, Recueil des documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf de Poitiers (1076-1319), Poitiers, Société des archives historiques du Poitou (Archives historiques du Poitou, LIX).

Notes

1 Voir en dernier lieu la place que lui accorde Lassère 2011, dont le premier chapitre intitulé « L’onomastique, citoyens et dépendants », compte une centaine de pages.

2 Dès 1997, Bernadette Mora insistait sur la richesse du matériau épigraphique pour de telles recherches (Mora 1997, p. 155).

3 Ce qui s’accompagne de l’absence d’un véritable manuel en la matière, même si on peut, pour un grand nombre de questions, se référer à Favreau 1997.

4 Voir à ce propos Debiais 2009.

5 Favreau 2010.

6 Morlet 1968-1985.

7 Haubrichs 2002.

8 Éd. et trad. Uberti 2014, vol. 2, n° IX.62, p. 161-163.

9 Ibid., n° IX.34, p. 90-93.

10 Haubrichs 2002, n° 16 et 20, p. 270.

11 Lelong 1956.

12 La sixième déclinaison latine (dont le paradigme est Dhuoda, Dhuodane) est étudiée dans Stotz 1996, p. 105-106.

13 Éd. et trad. Uberti 2014, vol. 2, n° IX.36, p. 96-98.

14 Éd. et trad. CIFM 24, resp. n° 97, p. 113 (Ermenberga : Ephitaphion. Hic quiescit corpus Ermenbergane femina) et n° 106, p. 117-118 (Flavia : Hic r[e]quiiescit co[r]pus Flaviane bo[n]e memoriae. S[i]c obiit id(us) nove(m)b(ri)s [i]n D(omi)no).

15 CIFM 26, n° 71 : Sub hunc tumulum requiescunt membra Unbergane bone memoriae. Dum juvenis fuit migravit a se<culo>. Obiit XV k(a)l(endas) marcii.

16 Treffort 2008.

17 Éd. et trad. CIFM, 20, 1999, n° 10, p. 15-16 et fig. 7.

18 À propos de ce tombeau, voir Sapin 1982.

19 L’ensemble des inscriptions de Saint-Outrille de Bourges a été bien étudié par Jenn et al., 1986. Sur leur mode de composition, voir Treffort 2008, p. 193-195.

20 Treffort 2010.

21 Morte soporatus juvenum pulcherrimus unus / nomine Ragulfus hic recubat positus / qui patiens humilis mitis castusque suavis / praefulgens meritis clericus atque fuit / ob animam cujus cuncti rogitate praecantes / parce Deus famulo qui jacet hoc tumulo. Éd. et trad. CIFM 21, n° 134, p. 149.

22 C’est-à-dire entre vingt-cinq et trente inscriptions funéraires attribuées à la période xie-xiiie siècle. La ville de Toulouse fait l’objet du vol. 7 du CIFM (1982), celle de Vienne du vol. 15 (1990).

23 Éd. et trad. respectivement dans CIFM 5, n° 19, p. 31-34 (Hugo de Jarnac) et fig. 15 ; CIFM 15, n° 11, p. 13-14 et fig. 9 (Hugo de Voiron) ; CIFM 7, n° 58, p. 98 et fig. 63 (Bertrandus de Bigot).

24 Éd. et trad. CIFM 1, n° 89, p. 112-113 et fig. 58 : Anno d(omi)nicae incarnationis MXCVII obiit Vitalis m(onachus) bone memorie hujus cenobii sacrista, de primis monachis directis a sanctissimo Hugone cluniacensium abbate ; extitit nacione venetus.

25 Aux chapitres 32 et 36 : éd. Villard 1973, p. 424-441 ; trad. et commentée par Carpentier et al., 2008.

26 Éd. Villard 1973, n° 6, p. 15.

27 Sur cette inscription et le rôle de Jacques Germain, voir Gras et al., 1959-1962, et Salet 1965.

28 Publié pour la première fois dans Favreau 1997, p. 307-308 et fig. 64, reprise et commentée dans Favreau 2009.

29 Éd. et trad. CIFM 7, respectivement n° 50, p. 90-91 et fig. 56 (Petrus Bernardi) ; n° 51, p. 92 et fig. 57 (Guillelmus de sancto Ilario) ; n° 52, p. 92-93 et fig. 58 (Guilhelmus Petri).

30 Éd. et trad. CIFM 15, respectivement n° 10, p. 12 (Willelma de Cuveria) ; n° 11, p. 13-14 et fig. 9 (Hugo de Voiron).

31 Pour une étude linguistique des inscriptions médiévales, voir Brun 2005, et surtout Ingrand-Varenne, à paraître.

32 Voir note 23.

33 Éd. et trad. CIFM 7, n° 59, p. 99-100 et fig. 64.

34 Éd. et trad. CIFM 7, n° 85, p. 125-126 et fig. 90.

35 Éd. et trad. CIFM 7, n° 107, p. 146 et fig. 112.

36 Éd. et trad. CIFM 7, n° 109, p. 147-148 et fig. 114.

37 Éd. et trad. CIFM 7, n° 112, p. 149-150 et fig. 117.

38 Ingrand-Varenne 2013.

39 Treffort 2015a.

40 Cf. note 14.

41 Éd. et trad. CIFM 24, n° 82, p. 103.

42 Hypothèse proposée à partir d’exemples épigraphiques et diplomatiques poitevins dans Treffort 2015b.

43 Traube 1907.

44 Voir note 33.

45 Éd. et trad. CIFM 7, n° 62, p. 102 et fig. 67.

46 Treffort 2010.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Angers, musée des Beaux-Arts (provenance Doué-la-Fontaine).
Crédits Cliché CIFM/J.-P. Brouard.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2
Légende Tours, Société archéologique de Touraine (provenance Langeais, l.d. Mistrais).
Crédits Cliché C. Treffort.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3a
Légende Châtillon-sur-Seine, musée du Châtillonais (provenance Pothières).
Crédits Cliché CIFM/J. Michaud.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-3.png
Fichier image/png, 712k
Titre Fig. 3b : Reconstitution de l’épitaphe de Thierry
Crédits Dessin P. Marioton, in Sapin 1982, p. 894.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 4
Légende Angers, musée des Beaux-Arts (provenance Angers, fouilles de la place du Ralliement).
Crédits Cliché CIFM/J.-P. Brouard.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 5
Légende Toulouse, musée des Augustins (provenance Toulouse, cathédrale).
Crédits Cliché Musée.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-6.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 6
Légende Poitiers, musée Sainte-Croix (provenance Poitiers, Saint-Jean de Montierneuf).
Crédits Cliché CIFM/J.-P. Brouard.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-7.png
Fichier image/png, 602k
Titre Fig. 7
Légende Toulouse, musée des Augustins (provenance Narbonne, Saint-Paul).
Crédits Cliché Musée.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-8.png
Fichier image/png, 1017k
Titre Fig. 8
Légende Toulouse, musée des Augustins (provenance indéterminée).
Crédits Cliché Musée.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-9.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 9
Légende Toulouse, musée des Augustins (provenance Toulouse, cathédrale).
Crédits Cliché Musée.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 10
Légende Saint-Philbert-de-Grandlieu, ancienne abbatiale (provenance fouilles archéologiques du site).
Crédits Cliché CIFM/J.-P. Brouard.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 11
Légende Angers, collégiale Saint-Martin (provenance fouilles archéologiques du site).
Crédits Cliché CIFM/J.-P. Brouard.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 12
Légende Toulouse, musée des Augustins (provenance Toulouse, cathédrale).
Crédits Cliché Musée.
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1014/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 379k

Auteur

Université de Poitiers – Centre d’études supérieures de civilisation médiévale

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access