Version classiqueVersion mobile

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Sources écrites particulières

Noms de lieux, noms de personnes dans les chartes lombardes

Daniela Fruscione

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une charta venditionis lombarde de l’année 788, alors que Charlemagne était dejà rex Francorum et Langobardorum, on peut lire qu’un certain Aruchis, fils d’Auselmo, vendit curtem meam sundrialem, quam abeo in loco Ruchi1. À première vue, il s’agit de l’un des nombreux actes privés écrits en Italie entre le viie et le viiie siècle afin de documenter une transaction juridique2, mais si l’on regarde mieux, on voit que cette charte présente une caractéristique très rare : dans ce document tardif, le nom du lieu (Ruchi) et le nom de la personne (Aruchis) sont identiques, la voyelle a étant tombée par aphérèse3.

Dans un article de 1981 sur la méthodologie de la recherche des noms de lieux, Gianbattista Pellegrini s’interroge sur les mécanismes de formation des toponymes. Il paraît vraisemblable (mais en aucun cas assuré) que ces noms font référence au nom des premiers occupants, ou bien à un nom qui s’est transmis de génération en génération au sein d’une famille, comme cela était fr...

Auteur

Université de Francfort-sur-le-Main (Allemagne)

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search