Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noms de lieux, noms de personnes

 | 
Sébastien Nadiras

Problèmes généraux et multiplicité des sources

De la toponymie amérindienne québécoise

Étude de quelques exemples

Marcienne Martin

Texte intégral

  • 1 Michaud et al., 1987.

1Le patrimoine des Premières Nations est un élément particulièrement riche participant du substrat culturel du Canada. Des ethnies comme les Abénaquis, les Algonquins, les Attikameks, les Hurons-Wendats ou encore les Naskapis ont enrichi la toponymie québécoise. La présence des Amérindiens sur le territoire de la Belle-Province remonte à environ 8 000 ans. À ces peuples nomades, la toponymie transmise oralement servait de carte géographique à travers la désignation de lieux spécifiques et reconnaissables. Il en est ainsi de l’hydronyme attikamek Kaniko Sakiwok, groupe lexical dont les morphèmes ont les significations suivantes : ka “qui a”, nico “deux”, saki “décharge”, wok “terminaison”, ce qui, traduit en langue québécoise, a pour sens “lac à deux affluents”1. Dans cette petite étude, nous présenterons des toponymes de différentes origines ethniques que nous mettrons en relation avec la carte géographique concernée pour montrer que la nomination des lieux avec, en aval, leur transmission orale, fut une manière de repérage que nous retrouvons à travers les cartes routières et le système de géolocalisation actuel appelé GPS [Global Positioning System].

L’unité du vivant ou un être de repère

  • 2 Pelt 1996, p. 126.
  • 3 Darwin 1896, p. 34.

2L’unité du vivant, quelle qu’elle soit, si elle veut survivre et s’inscrire comme telle dans le temps à travers sa reproduction génétique, a la nécessité de se repérer grâce à la mise en place de différents systèmes informationnels tels que l’odorat, la vue, l’ouïe, etc. Nombre d’études ont été conduites à ce sujet, que ce soit en biologie, en éthologie ou encore en anthropologie. Ainsi, Pelt note que « l’instinct apparaît désormais comme le fruit de stricts déterminismes chimiques inféodant individus et espèces à des partenaires obligés et entraînant des comportements automatisés et rigoureux du type “stimulus/réponse”2 ». L’évolution des différentes espèces formant le monde du vivant a été repérée, puis décryptée par Darwin, qui montre comment chaque espèce s’adapte à son environnement par le biais de la modification de certaines structures biologiques. Ce dernier stipule ainsi : « Chez les animaux, l’usage ou le non-usage des parties a une influence plus considérable encore. […] Ainsi, proportionnellement au reste du squelette, les os de l’aile pèsent moins et les os de la cuisse pèsent plus chez le canard domestique que chez le canard sauvage3 ».

  • 4 Pelt 1996, p. 126.
  • 5 Dessalles 2000, p. 30.
  • 6 Ibid.
  • 7 Boulanger 2003, p. 51-52.

3S’adapter renvoie à nouveau au repérage des objets formant l’environnement de l’unité appartenant à telle espèce concernée. Comme le mentionne Pelt : « Si ce que nous appelons instinct règle souverainement les mécanismes fondamentaux du monde des insectes, il n’en va plus tout à fait de même dans l’autre grande lignée évolutive qui, à travers les vertébrés, monte jusqu’aux singes et à l’homme4 ». Qu’en est-il de ce dernier ? Le langage articulé est le système communicationnel qui différencie l’homo sapiens de ses congénères appartenant au monde du vivant. Ainsi que le stipule Dessalles, « s’il existe une différence de nature entre la communication animale et la communication humaine, il faut la rechercher ailleurs que dans un prétendu détachement par rapport à l’environnement, aux émotions ou aux réflexes5 » ; ce chercheur précise ainsi : « Grâce à ses aspects combinatoires, le langage est un système ouvert. [...] En cela, notre système de communication est réellement unique dans le règne vivant6 ». Boulanger fait pour sa part la présentation suivante du langage : « Au moyen de sons en nombre limité et des gestes possibles, l’homme a forgé la parole organisée et pourvue de sens. La parole prend sa source à l’intérieur du corps, elle se forme dans le cerveau et se matérialise grâce à l’action d’un ensemble d’organes. […] Elle va du dedans vers le dehors […]7 ».

4Cependant, la communication, quelle qu’en soit la source, est un type d’action qui permet le transfert d’une information X à un récepteur Y. Dans cette dernière, afin d’être crédible, est prise en compte la notion dite « de fait saillant ». Dessalles présente comme suit cette procédure cognitive, inscrite dans le fait communicationnel :

  • 8 Dessalles 2000, p. 261.

5« Par exemple, certaines anecdotes peuvent être rapportées, d’autres non. Je ne peux pas raconter simplement que je me suis levé ce matin, que j’ai déjeuné, que j’ai écouté la radio, que j’ai fait ma toilette, que je me suis habillé et que je suis sorti de chez moi. Celui qui écoute une telle narration sait qu’il manque quelque chose. Ce quelque chose d’essentiel, commun à toutes les narrations de ce genre, est la mention d’un fait saillant. […] Si un locuteur parvient à faire partager par ses vis-à-vis le sentiment que le fait rapporté présente un intérêt, par exemple parce qu’il sort de l’ordinaire, ce locuteur est pertinent. La pertinence, dans ce cas, se mesure au caractère saillant du fait rapporté8 ».

6Ainsi, dans le repérage, sont associées la connaissance, puis la reconnaissance d’un environnement donné, et à partir de ce dernier, un objet, événement, ou autre, faisant fonction de fait saillant. Cette procédure est particulièrement prégnante dans la création de type toponymique que nous aborderons à travers différents exemples extraits de la compilation des noms de lieux créés par les populations autochtones de la province du Québec (Canada).

Figure 1 – Toponymes autochtones du Québec (source : Paré et al., 1985, p. 13).

Figure 1 – Toponymes autochtones du Québec (source : Paré et al., 1985, p. 13).

7Pour revenir à la construction toponymique à l’œuvre au sein de ces ethnies, les noms de lieux sont en résonance directe avec le phénomène de survie, puisque trouver sa subsistance implique, pour ces groupes nomadisés, repérage et gestion des ressources ; ce qui renvoie à la Pyramide de Maslow, modèle créé par Abraham Maslow (1908-1970), à partir duquel sont évalués hiérarchiquement les besoins humains.

Figure 2 – La pyramide de Maslow

Figure 2 – La pyramide de Maslow

La toponymie chez les Abénaquis

8Afin de situer le groupe des Abénaquis dans le cadre des populations autochtones de la province du Québec, il est mentionné dans l’ouvrage dédié à cette étude :

  • 9 Paré et al., 1985, p. 33.

9« Les Abénaquis se composaient d’une mosaïque de tribus différentes, mais dont la culture et la langue se ressemblaient beaucoup. Il n’est cependant pas facile de connaître exactement l’appartenance à une tribu particulière pour les individus vivant au Québec de nos jours. Il n’en reste pas moins certain que ces tribus (Malécite, Penobscot, Passamaquoddy, Wawenock, Sokoki, pour n’en nommer que quelques-unes) se regroupaient sous le même générique : Abénaquis9 ».

  • 10 Ibid., p. 35.

10La réserve indienne d’Odanak, près de Pierreville, a fait l’objet d’un relevé systématique et détaillé par la linguiste Janet Warne dans le cadre du recueil des données colligées, soit 161 toponymes recueillis, dont 155 sont des noms de lieux non officiels et 11 n’ont pas de localisation géographique connue10.

Tableau 1 – Exemples de toponymes abénaquis (source : Paré et al., 1985).

Toponyme

Morphèmes

Sens

Carte

Nom officiel

Azawanigan

azawa “incliné”
-nigan “portage”

“le portage en pente”

31I/10W

Shawinigan

Azobakhiban

azopak “jeter de l’eau en arrière avec une pagaie”
higan “il est fait”

“où on pagaie rapidement”

31P/10W

Rivière Vermillon

Kaziya (lac)

kaziya “matière des ongles”

“la matière des ongles”

Non localisé

-

Kokemesna (ville)

okemes “grand-mère”
na “nous”

“notre grand-mère”

31I/10E

Grand-Mère

Mkwôkwsek (rapides)

mkwa “rouge”
-akw “arbre”
sek “où c’est”

“là où il y a des bois rouges”

31H/16W

-

Namagok (lac)

namagw “truite saumonée”
-ek, terme locatif

“à la truite saumonée”

31H/08E

Lac Magog

11Ces différents noms de lieux ont été construits à partir de l’observation des lieux de passage, avec la mise en exergue d’un objet particulier : “le portage en pente”, “là où il y a des bois rouges”, d’une expérience vécue, puis retransmise oralement aux générations descendantes : “où on pagaie plus rapidement”. Tout en renvoyant à une histoire liée à une expérience particulière, certaines de ces locutions font écho au niveau 1 de la pyramide de Maslow, soit la survie, avec “à la truite saumonée”. Nous trouvons également la référence à un objet connu, mis en relation avec l’objet observé, tel que “la matière des ongles”, soit “le calcaire”, ou encore à un toponyme référant à une histoire familiale construite autour de “notre grand-mère”, sans pour autant que le contenu en soit révélé.

La toponymie chez les Algonquins

Figure 3 – Réserves et établissements algonquins (source : Fortin et al. 1999, p. 24).

Figure 3 – Réserves et établissements algonquins (source : Fortin et al. 1999, p. 24).
  • 11 Fortin et al., 1999, p. 3.

12Les nouveaux toponymes qui vont être présentés réfèrent au groupe ethnique des Algonquins. Comme le mentionne Assiniwi, « au plus loin de la préhistoire, les paléo-Indiens qui occupaient l’Abitibi-Témiscamingue et la Haute-Gatineau étaient constitués de plusieurs petits groupes de chasseurs-cueilleurs nomades, répartis sur un vaste territoire qui incluait à cette époque une partie de l’actuelle province de l’Ontario11 ». Toujours à propos de cette étude, il est précisé que leur toponymie est en relation avec le nomadisme

  • 12 Ibid., p. 27.

« parce qu’elle inclut à la fois les données de l’ethnoscience, c’est-à-dire l’ensemble des connaissances acquises sur le milieu naturel (zoologie, botanique, astronomie, climatologie, hydrologie, etc.), les activités traditionnelles (chasse, trappe, cueillette), les objets de la culture matérielle (canot, toboggan, raquettes, vêtements, broderie, vannerie, etc.), et même les êtres et les esprits qui peuplent leur univers spirituel12 ».

13Quant à ces êtres mythiques, ils forment le soubassement de leur mythologie, de leur cosmologie, de leurs contes ainsi que de leurs légendes. 

14Dans le tableau 2, il est présenté quelques exemples de toponymes référant, notamment, à la structure nomadisée du groupe, ce qui, implicitement, fait écho au niveau 1 de la pyramide de Maslow.

Tableau 2 – Exemples de toponymes algonquins (source : Bernard Assiniwi, in Fortin et al., p. 91, 104, 105 et 110).

Toponyme

Signification

Feuillet

Coordonnées

Toponyme officiel ou autre renvoi

Mako

“île aux ours”

32C/11

48°44’ 77°00’

-

Makominan Sagahigan (lac)

“lac aux cornes”

32C/01

48°07’ 76°24’

Lac Léonce

Naomoswani Sagahigan (lac)

“lac de la poursuite de l’orignal”

32E/07

49°18’ 78°36’

Lac Naomoswani

Nedawaka (rivière)

“aller chercher de quoi pour vivre”

32F/13

49°54’ 77°46’

Rivière Gouault

Nedawaka Sagahigan (lac)

“lac pour aller chercher de quoi pour vivre”

32F/13

49°48’ 77°56’

Lac MacIvor

Obajidjicimojici (rapide)

“rapide où il faut danser pour le traverser”

32D/11

48°33’ 79°18’

Rapide Danseur

15Ainsi que l’illustre Assiniwi :

  • 13 Ibid.

« Par exemple, l’histoire d’ici nous révèle qu’à l’arrivée des Européens, les bandes algonquines occupaient un vaste territoire qui allait de l’Ouest québécois jusqu’à Tadoussac en passant par Montréal. Par conséquent, ils ont dénommé les lieux de noms évocateurs dont plusieurs illustrent encore aujourd’hui de grands ensembles (Abitibi, Baskatong, Témiscamingue, Cabonga). Autre fait significatif, la traite des fourrures a incité les Algonquins à chasser et à trapper plus intensément les animaux convoités. Ce fait historique, qui s’est déroulé pendant plusieurs dizaines d’années, pourrait expliquer l’importance relative des toponymes algonquins rappelant ces animaux13 ».

16La référence à la faune est corrélée aux toponymes suivants : “île aux ours”, “lac aux cornes” – cette dénomination renvoyant certainement aux orignaux, appartenant à la famille des grands cervidés et très prolifiques dans cette zone géographique –, “lac de la poursuite de l’orignal” ; dans cette dernière désignation toponymique, est également mise en valeur l’histoire d’une chasse à l’orignal dans un contexte particulier, sans pour autant que les acteurs y ayant participé, pas plus que la période historique, ne soient mentionnés. Le toponyme Obajidjicimojici évoque un mode de déplacement inscrit dans un cadre particulier à travers la signification “rapide où il faut danser pour le traverser”, soit un rapide avec des courants divers, certains plus aptes à être empruntés. Référant aux structures sociales liées au nomadisme, le niveau 1 de la pyramide de Maslow est fortement activé avec les toponymes “aller chercher de quoi pour vivre” et “lac pour aller chercher de quoi pour vivre”. Dans ce cas de figure, nous avons la désignation du lieu de destination où trouver sa subsistance, ce qui fait écho, indirectement, à l’indication des centres d’achats de nos sociétés modernes.

La toponymie chez les Attikameks

  • 14 Michaud et al., 1987, p. 24.

17Là encore, les différents groupes composant l’ethnie des Attikameks ont pratiqué le nomadisme, ce qui renvoie au niveau 1 de la pyramide de Maslow et que l’anthropologue Michaud stipule comme suit : « Les activités traditionnelles de subsistance des Attikameks reposaient principalement sur la chasse, la pêche, le piégeage et la cueillette des petits fruits14 ». Quelque 1 406 toponymes ont été relevés.

18Dans cette approche des toponymes attikameks, nous aborderons les noms de lieux de manière différente, en prenant en compte le lexique général des entités géographiques déterminé par ce groupe ethnique. Nous trouvons ainsi :

Tableau 3 – Lexique des entités géographiques à l’origine de la détermination toponymique (source : Michaud et al., 1987, p. 168 et suiv.).

Hyperonyme

Forme nominative

Forme locative

“anse”

Waskatawkaw

Waskatawkak

“baie”

Waca
Wacikama
Wacawka
“baie de sable”

Wacak
Wacikamak
Wacawkak

“barrage (de castor)”

Amiskopi

Amiskopik

“bras de rivière”

Matawa “affluent”

Matawak “affluent”

“îlot”

Minictcikocic “petite île”

Minictcikocik “petite île”

“lac”

Sakihikan

Sakihikanik

“petit lac”

Sakihikanicic

Sakihikanicik

“roche à surface lisse”

Cockwanapiskaw

Cockwanapiskak

19La formation du lexique toponymique prend sa source dans des termes généralistes appelés « hyperonymes », soit une structure linguistique qui recouvre un mot-clé généraliste introduisant un champ sémantique donné. Prenons comme exemple celui de “roche” ; cette unité lexicale recouvre le sens de “masse de pierre qui affleure, ou qui est isolée au-dessus de la surface du sol en blocs importants”15. Ce terme généraliste recouvre nombre de déclinaisons de ce mot en fonction de sa structure, de sa forme, de sa couleur, de son origine (endogène ou exogène), etc. L’hyponyme renvoie au terme généraliste possédant une particularité qui le distingue du terme généraliste rassemblant l’ensemble des structures possédées par chacun des objets appartenant à son champ sémantique. Ainsi, dans les toponymes attikameks, nous trouvons les déclinaisons suivantes du terme “lac” (tableau 4).

Tableau 4 – Le terme “lac” et ses dérivés locatifs (source : Michaud et al., 1987, p. 50-51).

Toponyme attikamek

Morphèmes

Sens

Kakinwaskokamak

ka “qui est”
kinwasko “long”
kamak “lac”

“lac long”

Kakiripinihikatek
Sakihikan

ka “là où”
kiripini “carabine”
hikatek “faire”

“lac où l’on fait du feu à l’aide de la carabine”

Kakinomitciteak

ka “qui est”
kino “long”
mitciteak “pointe”

“lac à la longue pointe”

20Dans cette construction toponymique, plusieurs phénomènes peuvent être observés. Tout d’abord, comme nous l’avons noté précédemment, le fait dit « saillant » va mettre en exergue une particularité qui différenciera l’objet observé du terme générique qui le subsume. L’hyperonyme “lac” prendra sa spécificité dans le cadre de sa géolocalisation avec sa longueur, quelle qu’elle soit (“lac long”, “lac à la longue pointe”), ou d’une expérience singulière (“lac où l’on fait du feu à l’aide de la carabine”). Par ailleurs, dans la langue attikamek, le suffixe k semble correspondre à la fonction locative comme nous l’avons vu dans le tableau 3 avec : Waskatawkak, Wacak, Matawak “affluent”, etc., ce qui fait écho, dans la langue française, au pronom ou adverbe relatif désignant le lieu au propre ou au figuré, soit “où”.

Figure 4 – Carte de localisation des réserves attikameks dont la langue est toujours en usage (source : Michaud et al., 1987, p. 18).

Figure 4 – Carte de localisation des réserves attikameks dont la langue est toujours en usage (source : Michaud et al., 1987, p. 18).

La toponymie chez les Hurons-Wendats

  • 16 Poirier 2001, p. 3.
  • 17 Ibid., 2001, p. 9.

21Dans l’étude toponymique relative aux Hurons-Wendats, il est mentionné que « le territoire huron, appelé la Huronie, était situé à l’extrême sud-est de la baie Georgienne du lac Huron, en Ontario16 ». Par ailleurs, il est précisé que « la recherche toponymique de terrain s’est effectuée à Wendake en 1989. Les toponymes étudiés par Régent G. Sioui ont fait l’objet d’un rapport détaillé intitulé Projet d’inventaire toponymique huron-wendat17 ». Dans le tableau 5, il est présenté quelques toponymes spécifiques à ce groupe ethnique, qui reflètent la manière dont leurs membres géraient leur environnement à travers expériences et observations.

Tableau 5 – Exemples de toponymes hurons-wendats (source : Poirier 2001). N.B. : le caractère 8 se prononce comme le chiffre (/huit/).

Toponyme huron-wendat

Morphèmes

Sens

Andahkondeeske (lac)

La véritable racine serait gadakont-esti

“grosse mouche qui pique” (p. 17).

Castor (Tioutai), rue du

L’un des douze clans de la tribu Ouendat porte le nom de Castor.

Tioutai signifie “castor” en langue huronne (p. 20).

Eka’nda Otrah8i (village)

De okan’da “sault” (terme d’ancien français encore en usage au Québec avec le sens de “rapide”) et otrah8i “être suspendu”.

Les Hurons-Wendats identifiaient probablement du même nom la chute Montmorency et le village situé à ses pieds. Ce dernier était d’ailleurs désigné de façon populaire en français Le Sault (p. 23).

Karontatehlahnon (rivière)

De arhonta “pierre” et k8-aton “entourée”.

“entourée de pierres” (p. 27).

Showaska (lac)

Le terme sho8aska signifie “pie ou aigle” chez les Hurons. La vraie racine serait shondak8a “aigle”.

Un lac long et étroit appelé par les Showaska “un pic” (J. Adams). Pour Sagard, l’aigle se dit sondaqua (p. 34).

  • 18 Ibid., 2001, p. VIII.

22La toponymie autochtone est à l’origine de certains régionymes désignant des espaces géographiques du Canada : Québec, Saguenay, Abitibi, Chicoutimi, Kamouraska, « qui datent des xvie et xviie siècles, [et qui] montrent la place qu’occupe la toponymie autochtone dans la nomenclature du Québec18 ». La référence à l’environnement se traduit également dans les noms donnés aux tribus composant ce groupe : 

  • 19 Ibid., 2001, p. 3.

« Les Hurons-Wendats formaient une confédération de cinq nations qui partageaient la même langue, mais conservaient chacune leurs propres traditions. Elles ont pour noms : les Attignawantans qui signifie “la nation de l’Ours” ; les Attignéénongnahacs “la nation de la Corde” ; les Arendahronons “la nation du Rocher” ; les Tahontaenrats “la nation du Chevreuil” et les Ataronchronons “la nation de l’autre côté des marais”19 ».

La toponymie chez les Naskapis

  • 20 Paré et al., 1990, p. IX.

23Concernant ce groupe ethnique, le géographe Paré mentionne que « les Naskapis de Schefferville habitant maintenant Kawawachikamach et ceux résidant à Davis Inlet constituent les principaux descendants de la nation naskapie qui, jadis, occupait tout le territoire “intérieur” du bassin de la rivière George jusqu’à la côte du Labrador20 ».

Figure 5 – Carte de localisation des réserves naskapies (source : Paré et al., 1990, p. 17).

Figure 5 – Carte de localisation des réserves naskapies (source : Paré et al., 1990, p. 17).
  • 21 Paré et al., 1990, p. 22.

24Deux inventaires de toponymes ont été réalisés. Ceux de Schefferville ont été relevés par Marguerite MacKenzie, linguiste spécialiste en langues amérindiennes ; ils sont au nombre de 345. Le second inventaire a été conduit par Michaud, anthropologue, et est corrélé aux noms de lieux de la région de la rivière George et de la Hutte Sauvage (Mushuau Nipi) ; 40 toponymes ont été collationnés. Dans cette enquête, les principaux informateurs sont des hommes d’une soixantaine d’années. Comme il est mentionné dans l’ouvrage dédié à cette recherche onomastique, « la Commission de toponymie a officialisé, jusqu’ici, 239 toponymes naskapis sur un total de quelque 409 noms de lieux reconnus de cette appartenance linguistique21 ».

25Dans le tableau suivant, nous présentons différents toponymes mettant en valeur un fait saillant : événement particulier, pêche, paysage spécifique et reconnaissable.

Tableau 6 – Quelques toponymes naskapis (source : Paré et al., 1990, respectivement p. 30, 32 et 35).

En relation avec un évènement particulier

Toponyme

Prononciation

Morphème

Sens

Achikasikuskap, lac

/atchikashikoushkap/

achikas “vison”
kuskan “hameçon”

“un vison est attrapé par un hameçon”

Akatask Kakuskatakaniuch, lac

/akatashk kakoushkatakanioutch/

akatask “hache”
kakuskatakaniuch “hameçon”

“une hache était fixée à la ligne”

En relation avec la subsistance

Atikamak Sakayikan, lac

/atikamak sakayikan/

atikamakw “poisson blanc”
sakayikan “lac”

“lac du poisson blanc”

Atikumas, lac

/atikoumash/

atikamakw “poisson blanc”

“lac du poisson blanc”

En relation avec une spécificité du paysage

Kachikawachitich

/katchikaouatchititch/

chikawachi “abrupt”

“montagne escarpée”

Kachimapiskau

/katchimapishkau/

-apiskw “rocher, roche”

“rochers tranchés”

Conclusion

26Cette petite étude ouvre sur différents champs de réflexion. Tout d’abord, la mise en relation d’une structure sociétale donnée – ici, le nomadisme – avec la nomination des noms de lieux montre qu’il y a corrélation entre les besoins liés à la survie et les faits saillants indicateurs de spécificités en relation avec un lieu et servant de repérage. Par ailleurs, certains moments, en corrélation avec l’histoire du groupe, sont mis en relation avec tel objet physique, soit un lieu où tel événement s’est déroulé.

27Entre la géolocalisation sous forme orale, transmise par voie transgénérationnelle et les différentes cartes en usage dans nos sociétés (cartes à grande échelle, cartes topographiques, cartes de tourisme, cartes administratives et routières, cartes à petite échelle), ou encore le système de géolocalisation actuel appelé GPS [Global Positioning System], la différence réside dans la redistribution des données collationnées et dans leur nature même. Dans le cadre de groupes nomades, dont la structure sociétale est essentiellement articulée autour de la survie, la mise en valeur d’un lieu particulier prendra en compte l’environnement avec une spécificité reconnaissable (“rochers rouges”), des lieux où trouver sa subsistance (“lac au poisson blanc”), l’inscription d’un événement particulier ayant marqué l’histoire du groupe (“un vison est attrapé par un hameçon”). Ces informations vont intégrer la mémoire collective de l’ethnie concernée et seront transmises aux générations futures. Ce type de nomination va donc permettre la création d’une carte mémorisée représentative des circuits migratoires du nomadisme.

Bibliographie

Boulanger Jean-Claude, 2003, Les inventeurs de dictionnaires, Ottawa, Presses de l’Université.

Darwin Charles, 1896, De l’origine des espèces, d’après l’édition de Paris, Schleicher, 1907, trad. E. Barbier.

Dessalles Jean-Louis, 2000, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, Paris, Hermès Science.

Fortin Jean-Claude et Paré Pierre, 1999, La toponymie des Algonquins, Québec, Commission de toponymie (Dossiers toponymiques, 26).

Michaud Martyne et al., 1987, La toponymie des Attikameks, Québec, Commission de toponymie (Dossiers toponymiques, 21).

Paré Pierre et al., 1985, La toponymie des Abénaquis, Québec, Ministère des communications (Dossiers toponymiques, 20).

, 1990, La toponymie des Naskapis, Québec, Ministère des communications (Dossiers toponymiques, 22).

Pelt Jean-Marie, 1996, Les langages secrets de la nature, Paris, Fayard.

Poirier Jean, 2001, La toponymie des Hurons-Wendats, Québec, Commission de toponymie (Dossiers toponymiques, 28).

Notes

1 Michaud et al., 1987.

2 Pelt 1996, p. 126.

3 Darwin 1896, p. 34.

4 Pelt 1996, p. 126.

5 Dessalles 2000, p. 30.

6 Ibid.

7 Boulanger 2003, p. 51-52.

8 Dessalles 2000, p. 261.

9 Paré et al., 1985, p. 33.

10 Ibid., p. 35.

11 Fortin et al., 1999, p. 3.

12 Ibid., p. 27.

13 Ibid.

14 Michaud et al., 1987, p. 24.

15 http://www.cnrtl.fr/definition/roche - Page consultée le 30 novembre 2015.

16 Poirier 2001, p. 3.

17 Ibid., 2001, p. 9.

18 Ibid., 2001, p. VIII.

19 Ibid., 2001, p. 3.

20 Paré et al., 1990, p. IX.

21 Paré et al., 1990, p. 22.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Toponymes autochtones du Québec (source : Paré et al., 1985, p. 13).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1006/img-1.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 2 – La pyramide de Maslow
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 – Réserves et établissements algonquins (source : Fortin et al. 1999, p. 24).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1006/img-3.png
Fichier image/png, 623k
Titre Figure 4 – Carte de localisation des réserves attikameks dont la langue est toujours en usage (source : Michaud et al., 1987, p. 18).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1006/img-4.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 5 – Carte de localisation des réserves naskapies (source : Paré et al., 1990, p. 17).
URL http://books.openedition.org/pan/docannexe/image/1006/img-5.png
Fichier image/png, 265k

© Publications des Archives nationales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access