Version classiqueVersion mobile

Royauté, chefferie et monde socio-cosmique à Wallis ('Uvea)

 | 
Sophie Chave-Dartoen

Glossaire

Texte intégral

  • 309 Le présent glossaire reprend celui établi pour la thèse (Chave-Dartoen 2000). Pour ceux des terme (...)

1Ce glossaire309 compile l’essentiel des termes vernaculaires employés dans ce livre. Il en donne plusieurs définitions  :
Celles de Monseigneur Bataillon (1932), rédigées avant 1851 et révisées en 1871 sont précédées d’un signe °  ;
Celles de Rensch (1984) si différentes. Travaillant à partir de Bataillon, il a réactualisé le lexique en concertation avec des experts locaux. Ces dernières sont également précédées du signe diacritique °  ;
Celles que j’ai pu établir à partir de lectures, de discussions et d’analyses personnelles. Certaines reprennent ce qui est développé dans le livre et présentent, ainsi, une définition synthétique de termes clés. Elles sont précédées du signe *.

a’ahi

2° Visiter (Bataillon 1932).
* Visite du chef de village, de ses « maîtres d’œuvre » lagiaki et des villageois disponibles pour l’inspection du travail dans le cadre de l’organisation communautaire du travail (faka’aoga). La fréquence de ces visites était autrefois mensuelle. Elles sont maintenant plus espacées et moins régulières.

’aga fakafenua

3* Littéralement « façon de faire du pays », pratiques propres au pays et à la société locale.
* Les usages, la réalisation empirique des « règles de la coutume », plus précisément, des « règles qui président à l’action » ’aga’i fenua. L’opposition serait en français entre la « coutume » ’aga’i fenua et ses « usages » ’aga fakafenua.

’aga’i fenua

4* Coutume, tradition.
* Ce qui fonde les pratiques ’aga fakafenua.
* « Règles du pays », lois et logiques qui, en accord avec les valeurs profondes, président à l’action et permettent la reconduction du monde social.

aho ma’anu

5* Cérémonie marquant la fin d’une réclusion à l’occasion d’un « passage sanglant » (premières règles et accouchement pour les femmes, incision inuvai pour les hommes, naissance pour tous). À cette occasion, le reclus fait sa toilette, puis il est présenté à toute sa parenté réunie pour un repas et/ou une petite « distribution de vivre » katoaga informelle (e tufa mai tu’a).

alopo’ou

6° Fils aîné (Bataillon 1932, qui le transcrit alopoou).
* Le premier-né, et la position prééminente qui lui revient dans la descendance. ’Ulu’aki (« premier [enfant] ») peut être un synonyme dans les contextes où le sens va de soi.

’aliki

7° Noble, chef, roi, seigneur, royauté (Bataillon 1932).
* Noble, aristocrate, personne s’élevant, par sa naissance, par son statut, au-dessus des « gens du commun » tu’a. Les ’aliki formaient autrefois un ordre social fermé (endogame) et supérieur.
* Chef suprême, roi (’aliki hau) et tout descendant de chef suprême ou de roi appartenant à la ligne régnante (tama’aliki pour un homme, fine’aliki pour une femme).
* Chef, autrefois chef de communauté (cf. pule  : organisant le travail et recevant des redevances).
* Seigneur, utilisé pour Dieu et le Christ.
* Ensemble des chefs, chefferie, le pluriel (kau’aliki) désignant le Conseil des chefs titrés de l’île. Ils se répartissent en deux ensembles  : te kau’aliki lalahi, la « grande chefferie » comprenant le Conseil du roi et Pulu’i’Uvea  ; te kau’aliki liliki, la « petite chefferie » comprenant l’ensemble des chefs de village. À leur tête se trouve celui qui est ’aliki par excellence, celui qui dirige tout, le roi ’aliki hau.
* Membre du Conseil royal (’aliki fau) ou « ministre ». Ils sont au nombre de six  : Kalae kivalu, Mahe (ou Fotua’ika), Fotuatamai, Mukoi fenua, Kulitea, Ulu’i Monua. Depuis l’accession de Wallis au statut de territoire d’outre-mer, chacun a des attributions spécifiques qui peuvent varier.
* Ce qui relève de l’ordre supérieur que se reconnaît la société wallisienne, ce qui relève du tout, de la complétude  : i.e. me’a faka’aliki, dépouille mortelle en ce qu’elle ne relève plus d’un ordre inférieur de la vie, mais d’un ordre considéré comme supérieur et englobant, du domaine de l’au-delà.

’alomotu

8* Le devant de l’îlot, sa partie faisant face au lagon et à l’île principale. S’oppose à tu’aliku.

’alu’aga

9° Passage, trace (Rensch 1984).
* La façon, la manière dont les choses sont organisées  : i.e. « te ’alu’aga o te temi nei », « la façon dont vont les choses à notre époque »  ; « te ’alu’aga o te kele », « la façon dont le foncier est organisé » (Rensch 1984).

amosipa

10* Porc dont les dents sont en train de pousser.

’aofi

11° Couvrir, embrasser, envelopper  : e ina aofi te me’a fuape  : « il embrasse toute chose, il maîtrise toute chose » (Bataillon 1932).
* Poser la toiture d’une maison (T. Heafala, 1989).
* Embrasser de son autorité tout le pays (T. Heafala, 1989).
* Couvrir de ses mains celui ou celle qu’on aime (T. Heafala, 1989).

’apa, ’apasia

12° Respect, révérence  ; respecter (Rensch 1984).

’apa’apa

13° Place la plus voisine du chef dans un kava, place d’honneur, celui qui l’occupe (Bataillon 1932).
° Respect, idem (Rensch 1984).
* Conduite de toute personne qui se trouve en position de subordination face à une autre.

’api

14° Maison, plantation avec ses dépendances, champ, terre (Bataillon 1932).
* Terre d’habitation généralement bâtie et habitée.
* Maison  : i.e. fo’i ’api « grande maison ».
* Par extension, l’unité familiale (famili) occupant une terre d’habitation.
* Maisonnée, unité sociale constituée des trois éléments précédents (terre, maison, occupants de la maison). La maisonnée ’api forme alors une unité autonome de production très inclusive (la famille famili qui l’occupe peut comprendre des affins éloignés et des non-parents) qui se présente comme un tout lors des occasions cérémonielles. Le village est constitué par l’association des maisonnées ’api dans les prestations que règle la succession hoholo.
* Terre à laquelle on se rattache et dans laquelle on trouve son origine. Terre natale, domicile, lieu de résidence, terre de référence (« chez soi »). Point d’attache identitaire et sentimental  : « maison » dans une acception très particulière, soulignant la relation entre un habitat et ses occupants (cf. ’api matu’a).
* Terre où vécurent des ancêtres et léguée par eux. On la prend en référence pour établir une généalogie. Point d’ancrage généalogique, terre à laquelle on « participe » (kau). « Terre-ancêtre » (cf. ’api matu’a).

’api matu’a

15* Maisonnée ancienne, terre habitée depuis plusieurs générations et dont l’occupation fut continue. Elle est, à ce titre, un point de référence pour toute la descendance de l’ancêtre apical.
* Terre natale à laquelle on se rattache.

’asitau

16* Aller en éclaireur, se porter à l’avant du combat.

’atamai

17° Raison, bon sens, jugement, esprit (Bataillon 1932).
° Intelligence, raison, jugement (Rensch, 1984).
* Conscience, capacité à distinguer le bien du mal  : i.e. « ko te Tagata ko te manu ’atamai », « l’homme est un être doté de conscience » (père S.L. Ikauno).
* Don, talent, capacité personnelle venant de Dieu.

’atulaulau (« tout ce que l’on peut énumérer »)

18° L’univers entier (Bataillon 1932)  ; cf. atufenua.
* Le monde tel qu’il existait avant l’apparition de l’homme et du monde socialisé  : la terre, la mer et le ciel avec leurs richesses respectives (Père S.L. Ikauno).

’avaga

19° Mariage, épouse, union, jonction (Bataillon 1932).
° Mariage, épouse, union, hystérie, convulsion hystériforme (Rensch, 1984).
* Possession par un temonio causant des troubles appelés avea.

avahi

20° Ouvrir (Rensch 1984).
* Autoriser, permettre, lever un « interdit » tapu.
* Sans restriction, sans « interdit » tapu (cf. ava).

avaifo (« ouverture vers le bas »)

21° Pour aveifo, porter en bas, descendre, enterrer, (seul mot pour exprimer  : enterrer un mort) (Bataillon 1932).
* Enterrement, cérémonie de mise en terre dont il existe deux formes. Celle réservée aux ’aliki et appelée avaifo’ali’aliki diffère de celle, plus simple (et appelée avaifo), réservée aux non ’aliki.

avea

22* Résultat de la possession par un temonio (spasmes, crises de démence, épilepsie).

avega

23* Possession par un temonio (spasmes, crises de démence, épilepsie).

fa’ahi tai

24* « Partie vers la mer », partie côtière ou littorale du village généralement délimitée par la route territoriale. Les maisonnées les plus anciennes y sont concentrées à proximité des sources du platier. Y sont regroupées l’église ou la chapelle, la maison de réunion (fale fono), la maison des garçons célibataires fale uo. La partie côtière est le cœur du village, son « intérieur » loto par rapport à des zones périphériques, et plus particulièrement par rapport à la partie intérieure fa’ahi ’uta. Les habitants de cette partie forment une unité sociale et cérémonielle qui s’oppose et vient en complément de l’unité formée par les habitants de la « partie intérieure » du village (fa’ahi’uta).

fa’ahi’uta

25* « Partie vers l’intérieur » ou « partie intérieure » du village qui commence à la route territoriale et s’enfonce dans l’intérieur de l’île. S’y trouvent surtout les plantations et les friches, ainsi que des habitations plus isolées. Les habitants de cette partie forment une unité sociale et cérémonielle qui s’oppose et vient en complément de l’unité formée par les habitants de la « partie côtière » du village (fa’ahi tai).

fagona

26° Voyage, caravane, gens en marche (Bataillon 1932).
° Voyager, partir, mourir (Rensch 1984).
* Délégation d’un groupe cérémoniel pour présenter une prestation (masculine et/ou féminine).

fai hū

27° fai  : se hâter de  ; hu  : entrer en se baissant. S’abaisser, s’humilier. Demander pardon, supplier, faire une amende honorable  ; adresser une supplique, une prière instante (Bataillon 1932).
* Présentation d’excuses formelles qui revient à « s’abaisser » devant le groupe de la (ou des) victime(s). Une « délégation » fagona apporte pour l’occasion une importante prestation (porc, biens de valeur féminins et « enveloppe » sila). Un fai hū est organisé pour les torts majeurs, principalement pour un meurtre, qu’il soit délibéré ou accidentel.

fai’ofa

28* Prestation (ignames et « couchage » moe’aga) présentée au « roi », au chef de village et aux prêtres en remerciement pour les bienfaits prodigués et dans l’attente d’une prospérité renouvelée. Le fai’ofa a généralement lieu pour la nouvelle année.

faka’alu’alu (« faire aller progressivement », « avancer pas à pas »)

29* Réciter la généalogie (syn. gafafakaha’u).

faka’apa’apa

30° Respecter, être réservé à l’égard de (Bataillon 1932).
° Respecter, avoir des égards pour, respectueux, poli, réservé (Rensch 1984).
* Règle de conduite appropriée envers une personne supérieure en âge, en rang et en statut (pudeur, effacement, modestie, empressement).
* Craindre, éviter, se mettre à distance  : i.e. « e tonu ke ke faka’apa’apa ki te vai », « tu dois craindre les effets de l’eau [tu dois en éviter le contact] » (lors des règles pour une femme, ou dans certaines cures).

faka’api

31° Comme chez soi, traiter un supérieur comme un familier, traiter familièrement (Bataillon 1932).
* Prendre chez soi une personne (généralement un enfant « donné en adoption » vahe) et de lui donner des droits sur les terres familiales.

faka’ata’ata

32* Littéralement ce qui fait apparaître, ce qui reflète, ce qui représente.
* Autel familial où sont disposées les images religieuses.
* Statue, sculpture religieuse.
* Groupe cérémoniel faisant face, lors de la présentation d’une prestation ou d’une cérémonie.
° Sous la forme faka ata ata  : chercher à voir dans les ténèbres (Bataillon 1932).

faka’aunofo

33* Vaincus et punis gardés en exil, sous un étroit contrôle.
° fakaau  : rassembler, réunir des choses éparses (Bataillon 1932)  ; nofo  : résider.

fakafale

34* Semences des ignames obtenues en tronçonnant le tubercule (à l’exclusion de sa « tête ») et en plaçant les morceaux quelques semaines dans un panier, sous un toit pour qu’ils y germent.
° Fakafale’i  : faire germer en terre des ignames taillées pour les planter ensuite (Bataillon 1932).

fakafenua (« faire, rendre pays »)

35° Qui est du pays, national (Rensch 1984).
* Mise en terre d’un défunt dans un caveau qui n’appartient pas à sa « famille », qui ne contient pas ses ancêtres ou encore dans un district où il n’a pas vécu.

fakahaoga

36* Organisation du travail pris en charge par la communauté villageoise sous la direction du chef de village et de ses quatre « maîtres d’œuvre » lagi’aki (plantations et récoltes, fabrication des biens de valeur féminins, soin des maisons et des jardins…). La participation à cette organisation fait partie des obligations fatogia que chaque villageois doit à la communauté et à son chef. Elle est de nos jours très limitée.
* Concours organisé à l’instigation de la chefferie et visant à l’évaluation des résultats du travail de chaque participant.
° Comparer, exposer des travaux pour les comparer, certains travaux communs d’émulation ‒ à des jours communs on se réunit pour les comparer, les mesurer et savoir qui a été le maître et qui en a fait le plus long (Bataillon 1932).

fakakaukau (« faire associer, regrouper »)

37° Réfléchir, délibérer, examiner, consulter, discuter, méditer (Bataillon 1932).
° Délibérer, réfléchir, examiner (Rensch 1984).
* Activité de la pensée qui élabore le jugement et la compréhension par la mise en relation des faits et/ou des idées.

fakalau’akau

38* Sorcellerie, magie noire.
° Empoisonner avec des plantes (Bataillon 1932).

fakalelei

39° Paix  ; pardonner, se réconcilier (Bataillon 1932).
* Demande de pardon plus ou moins formelle selon le statut de la personne lésée. Dans les cas grave (lotokovi, par exemple), une délégation se déplace avec une prestation.

fakamalohi

40° Fortifier, rendre fort, conforter, agir avec force (Rensch 1984).
° Faire violence, contraindre, prendre par force, maîtriser, forcer, obliger (Bataillon 1932).
* User de la force et de la contrainte.

fakamo’oni

41° Dire vrai, assurer, attester, certifier, garantir, prouver, approuver, applaudir, témoigner  ; sincèrement (Bataillon 1932).
° Témoigner, dire vrai, assurer, attester, approuver  ; Témoignage, preuve, témoin (Rensch 1984).
* Reconnaissance d’un enfant illégitime par une prestation en vivres (’umu) apportée à la mère après son accouchement.

faka’osilosalio (« fin du rosaire »)

42* Cérémonie marquant la fin de la semaine de deuil consacrée à la récitation du rosaire (losalio). Elle consiste dans un repas que les hommes proches du défunt offrent à tous ceux venus se recueillir et prier pour le salut du mort.

fakapelepele

43° Caresser, traiter avec égards particuliers (Bataillon 1932).
° Caresser, cajoler, traiter avec égards, avoir des préférences pour (Rensch 1984).
* Gâter, chérir, distinguer.

fakapopula

44* Vaincus et punis gardés en exil, sous un étroit contrôle.
° Rendre esclave (Bataillon, 1932).

fakatautagi

45* Requête faite en pleurant.

fakatoka

46° Faire tomber, faire échouer  ; apaiser, calmer  ; doucement, calmement, avec calme, avec réflexion (Bataillon 1932).
* Ranger, mettre de l’ordre.

fakatokatoka

47* Mettre de l’ordre, régler un problème à l’occasion d’une réunion plus ou moins formelle, restaurer l’harmonie des relations.

fakatotonu

48° Rendre droit, préciser, dire au juste  ; Dresser, redresser, prévenir  ; Faire le toast du kava, demander la permission de faire le toast du kava, porter un toast, toaster.
* Diriger, commander, décider.
* Redresser des torts, régler un litige par une décision à laquelle tous se plient.

fatogia

49° Tâche, corvée, devoir, taxe, impôt (Bataillon 1932).
* Prestations (ou obligations) dont chacun, au sein de sa communauté, doit s’acquitter auprès de son chef de village  : faka’aoga, hoholo, travaux communautaires et collectifs (gaue fakakolo), redevances en argent pour les salariés qui ne peuvent participer directement à la vie et aux obligations de la communauté. L’ensemble de ces prestations manifeste les relations des villageois à leur chef, constituant chaque communauté wallisienne comme une totalité distincte des autres. À une autre échelle, tout Wallisien doit des obligations fatogia au roi.

fale

50° Maison, case, cabane.
* Maison idéalement conçue comme un toit, fiché dans un tertre bas par quatre poteaux et ceinturée d’une enceinte végétale (parapet de tronc de cocotier ’apa’apa et volets de feuilles de cocotier nattées puipui) ou maçonnée. Ce type de maison « traditionnelle » est appelé fale lau ou fale lalago. À quelque distance sont aménagés de petits abris de tôle ou de simples points d’eau cachés par une haie, appelés « maisons de bain » (fale ma’anu). Les latrines (fale vao) se généralisent au centre du village tandis qu’ailleurs on se soulage dans les jardins « sous-bois » (lalo ‘akau) ou sur rivage. Les abris ouverts sont appelés fa’ahi tahi (« un seul côté [de toiture] ») tandis que les maisons temporaires (pola) établies sur les plages sont aussi appelée fale momoko.
Ce type de maison où les activités sont distribuées en plusieurs points tend à disparaître au profit de maisons maçonnées de plan occidental qui intègrent toutes les facilitées (fale sima).
* Maison comme entité à partir de laquelle l’espace social de la maisonnée s’organise. L’intérieur de la maison (loto fale) est un espace essentiellement féminin conçu comme frais et humide (un lieu propice au développement de la vie humaine et de gestation rituelle)  ; l’avant de la maison (mu’a fale) est ouvert aux passants et aux visiteurs  ; en retrait, généralement à l’arrière (tu’a fale), sont construites les dépendances (« cuisine » fale kuka, « salle de bains » fale ma’anu, « latrines » fale vao, « grenier à ignames » fale’ufi…) ainsi que les espaces où les hommes travaillent (« abri du four » paito, « parc à cochons » ’ā puaka, « jardin de proximité » lalo’akau, « abri sous un toit à une pente » servant d’entrepôt fa’ahi tahi).
* Bâtiment autrefois démontable et mobile, la maison définit le lopin où elle est bâtie comme une « terre d’habitation », ou « maisonnée » ‘api. Maison et maisonnée sont ainsi des réalités sociologiques indissociables, l’une n’existant pas sans l’autre. Bien que généralement ouverte et aérée, la maison wallisienne (fale) est conçue comme close sur elle-même et formant, pour ses occupants, un cosmos en réduction (Chave-Dartoen 2000b).
* Désigne, lors de l’investiture royale, l’ensemble de la société dont le roi figure le pilier principal.

fale maka

51* Caveau funéraire maçonné.

fale tautehina

52* Fratrie de germains utérins (cf. fale tama  : enfants de même mère mais de père différents, Bataillon 1932).

fale uo

53° Maison commune aux jeunes gens (B).
* Maison commune où vivent les garçons du village (tamaliki eva tagata) sous la direction de leur chef, pule uo. Ils forment une entité sociale indépendante, contribuant de ses propres prestations lors des cérémonies et pour les rites de passage concernant ses membres. Cette pratique tend à disparaître avec la scolarisation générale.

falega fanau (falega  : cf. fale  ; demeure, retraite des animaux  ; naturel, caractère)

54° Matrice (Bataillon 1932).
* Utérus.

fehaga’i (« se faire face »)

55* Rencontre formelle de deux groupes cérémoniels pour la présentation d’une prestation.

fenua

56° Terre, pays, nation, contée, région, gens (Bataillon 1932).
° Village (désuet, Bataillon 1932 : 391)  : ko te fenua tu’u ko Matautu, « Mata’utu est un village exempt », d’où l’appellation ancienne des chefs de village (dans le Code de Wallis par exemple), sous la forme de mātu’a fenua (« anciens du pays »).
* La terre par opposition au milieu marin.
* L’île principale par opposition aux îlots formant avec elle l’archipel de Wallis.
* Pays, nation, le pays auquel on se rattache, auquel on appartient, où l’on a des attaches. Wallis pour les Wallisiens, c’est-à-dire la société wallisienne.
* Terre, pays constitué de l’ensemble des terres particulières et de leurs ayants droit. Ce pays fenua est conçu par les Wallisiens comme un ensemble de relations étendues (dans le temps et dans l’espace) entre les hommes et les terres de Wallis. Le roi est le garant de son intégrité et de sa prospérité.
* Le substrat (la terre et les morts précédemment inhumés) qui, dans la tombe, reçoit la dépouille mortelle.
* Placenta.

fetogi ma’uli (« changement de vie »)

57* Retour de sort qui, dans un cas de mort par sorcellerie ou par lotokovi, entraîne la mort du responsable ou d’un de ses proches si la sanction initiale n’était pas justifiée.

fiafia

58° Joyeux, content, enjoué, gai (Bataillon 1932).
° Joie, allégresse, satisfaction (Rensch, 1989).
* Réjouissances, festivités accompagnant la cérémonie du kava.

fo’i toto (« masse de sang »)

59* Composante de la personne qui correspond au « siège de la vie » ma’uli’aga, point d’où la vie pulse et donne une existence spécifique aux vivants. Elle est située à l’« intérieur » (loto) du corps, là d’où vient également la « volonté » loto et les pensées les plus intimes et les plus profondes.

fono

60° Débat, délibération, conseil, assemblée pour discuter sur les affaires du pays et établir des lois et des décrets  ; Décret, édit, loi  ; vivres que l’on mange à un kava (Bataillon 1932).
° Réunion, délibération, assemblée, conseil (Rensch, 1989).
* Part de vivres réservée à chaque membre de la chefferie lors des grandes « distributions de vivres » katoaga.

fotufotu’a

61* S’emploie avec tagata « homme » ou fafine « femme »  : fotufotu’a tagata « homme d’âge mûr », en pleine possession de ses moyens et chargé de responsabilités (direction de la maisonnée et participation à la vie de la communauté)  ; fotufotu’a fafine « femme d’âge mûr », mère et grand-mère (ou sur le point de l’être), chargée également de responsabilités envers sa maisonnée et sa communauté.

fuahaumālie

62* Ignames qui conviennent pour une présentation au roi (des ignames de belle taille et de belle qualité).

gafafakaha’u (« chercher à mettre droit le gafa, à le mettre en ordre »)

63* Suite ordonnée d’événements.
* Généalogie.

gaue’aga (« lieu de travail »)

64° Travail, labeur, ouvrage, plantation, culture  ; travailler, cultiver  ; remuer, branler (Bataillon 1932).
* Plus spécifiquement  : le travail comme activité impliquant une forme d’agitation physiquement perceptible et apportant des résultats concrets, parmi lesquels, l’émergence de la vie (travail de plantation, mais aussi insémination par exemple). Dans ce sens, gaue désigne le propre des activités masculines. Il désigne aussi, le propre de l’activité des dépendants – ou subordonnés – par contraste avec l’action du supérieur qui, en contexte (père, chef, roi…), prend les décisions et assure le résultat positif des activités du fait de sa présence bénéfique.

ha vao

65* Battue, notamment pour déloger les vaincus cherchant protection dans les terres boisées de l’intérieur de l’île.

heki

66* Pas encore.

hoahoa

67* Tour de rôle, succession.

hoholo

68° S’écrouler, glisser d’en haut (Bataillon 1932).
° Se succéder, se suivre, s’écrouler, s’ébouler (Rensch 1984).
* Succession des maisonnées dans la présentation des prestations qui figurent au nom du village. Le hoholo crée la relation entre chaque villageois (et sa maisonnée ’api), l’ensemble de sa communauté, et le chef de village.
* Prestation dont la fourniture est réglée par l’ordre de la succession hoholo (son caractère prévisible la distingue du kainaki).

hunuki

69° Enfiler, embrocher, planter dans, piquer dans (en laissant dedans) ce qu’on enfile  : hunuki he fusi  : planter une baguette dans un bananier (pour le rendre tapu) (Bataillon 1932).
° Enfiler, embrocher, piquer, planter dans (Rensch 1984).
* Marquer pour réserver quelque chose, se réserver des fruits ou des tubercules dans un jardin en y plaçant une marque.
* Réserver une récolte (en la marquant éventuellement) pour une offrande ou des festivités.

inuvai

70* Rites accompagnant l’incision (longitudinale) de la peau du prépuce des garçons (l’incision elle-même se dit sipi) entre douze et dix-huit ans. Ces rites constituent pour les garçons un passage important marqué par une réclusion et une distribution de vivres ou un repas collectif (aho ma’anu).

’inasi

71° Part, portion, lot, ration (Bataillon 1932).
* Prestation reçue en part lors d’une cérémonie.

kaiga

72° Parent, ami, allié  ; parenté union, famille, habitation (Bataillon 1932).
° Parenté, famille, parent (Rensch 1984).
* Relation dite « de parenté » définie par l’ancestralité partagée, par la résidence commune, et surtout, par le partage des obligations cérémonielles (d’où la mention que fait Bataillon d’« ami » et d’« allié », inexacte si on entend ces termes dans leur sens commun).

kaigana

73° Repas  ; serviteur, servante  ; le bas peuple (voir kainaga) (Bataillon 1932).

kainaga

74° Serviteur, servante  ; le bas peuple (Bataillon 1932).

kainaki

75° Nourrir, fournir des vivres (Bataillon 1932).
° Apporter des vivres pour les travailleurs, fournir des vivres, nourrir (Rensch 1984).
* Panier de vivres comprenant un porc ( ?) que les Wallisiens présentaient quotidiennement et à tour de rôle au chef ’aliki de leur communauté avant la christianisation.
* Prestation en vivres que chaque village présentait au roi à tour de rôle pour ses repas quotidiens. Cette prestation est abolie depuis le début des années trente.
* Panier de vivres cuits (‘umu) qu’un homme est occasionnellement amené à fournir à la communauté (à l’occasion d’un travail collectif, de la participation du village à une « distribution de vivres » katoaga ou encore en règlement d’une « amende coutumière »).

kakā

76° Étouffé, étiolé (en parlant d’une plante qui est étouffée par d’autres plantes). Se dit d’une terre mauvaise où les plantes dépérissent. Racler le gosier, expectorer (Bataillon 1932).
° Sol pauvre en humus, où rien ne pousse (Rensch 1984).
* Jachère.

kalasi (néologisme formé par translitération de « classe »  ?)

77* Section de village. Généralement au nombre de deux (fa’ahi tai et fa’ahi’uta) les sections de village forment des unités sociales et cérémonielles juxtaposées à qui reviennent alternativement les tâches et les responsabilités au sein du village. Du fait de sa grande taille, le village de ’Utufua compte trois kalasi nommées Falani (France) Pilitania (Grande-Bretagne) et Salomone (Îles Salomon).

kato’aga

78° Réunion complète  ; fête publique, réunion nombreuse, Grande assemblée, grand festin wallisien (Bataillon 1932).
* Cérémonie comprenant une distribution de kava suivie par une distribution de vivres sous la forme de paniers de nourriture. La journée commence généralement par une messe ou une bénédiction et, lors des festivités présidées par le roi ou la chefferie, comprend des danses collectives. De telles cérémonies marquent les temps forts de l’année liturgique (fêtes patronales, Christ roi) et ceux de la vie du territoire (14 juillet, accueil de ministres, investitures de membre de la chefferie, du député, du sénateur, de membres du clergé). Elles marquent aussi les passages du cycle de vie (mariage, naissance, communions, investitures, funérailles), tout spécialement pour l’aîné des enfants (’uluaki).
* Ensemble des prestations disposées en plusieurs rangs sur l’aire cérémonielle, tel qu’il est présenté – et détaillé – lors des discours précédant la répartition finale.

kau

79° Signe du pluriel, a le sens de réunion, société (Bataillon 1932). S’applique à tout groupe social. Bataillon donne l’exemple des évêques (kau epikopo), des voyageurs (kau folau), d’un équipage de navire (kau vaka), des ouvriers d’un même chantier (kau gaue), d’une armée (kau tau), des chrétiens (kau lotu), d’une fratrie de cadet, Ego parlant (kau tehina)… L’idée est ici d’un collectif associé du point de vue des relations qui le constituent et le définissent.
* Cela s’applique aussi à des choses regroupées par nature  : régime de bananes hopa (kau hopa), dents molaires (kau gao)  ; doigts de la main (kau tuhi). Exemples de Bataillon (1932).
° Ce qui est attenant à une chose, ce par quoi on peut la saisir (Bataillon 1932)  : manche, poignée, queue, tige. Ce qui entre dans la composition d’une chose, les ramifications d’une chose ou sa partie principale (Bataillon 1932).
° Vingt, vingtaine  : kau’ufi, vingt ignames  ; lua ga kau, deux vingtaines.
° Concourir à, être de société avec, participer à, être d’une affaire, prendre part à, être du parti de, se mêler de (Bataillon 1932).
* Relever de, appartenir à, pour ce qui est des groupes sociaux, des groupes de descendance, mais aussi des terres  : « e au kau ki te kele aia »  : j’ai des droits sur cette terre… Dans ce sens, kau a une valeur sociologique forte  : son emploi permet de situer dans l’espace social les personnes et les relations qui les constituent, avec les droits et les devoirs que cela implique.
Toutes ces significations correspondent au concept abstrait d’un collectif ou d’une association qui, fondé sur des relations comparables ou identiques et soudé par la solidarité, est perçu comme ayant les mêmes caractéristiques, les mêmes fonctions, le même destin.

kaugana

80° Serviteur, servante (Bataillon 1932).
* Homme que les aristocrates gardaient auprès d’eux en guise de serviteurs.

kava

81° Sorte de plante (macropiper methysticum), dont la racine sert à faire une boisson aussi appelée kava. Sa consommation est astringente et peut apporter une légère modification de conscience. La racine de cette plante porte le même nom.
* Plante (pipéracée) dont les Wallisiens distinguent plusieurs cultivars  : kava hina (« kava blanc ») kava kula (« kava rouge », selon la couleur de l’écorce)  ; kava nounou (« kava court ») kava loloa (« kava long », selon la longueur des segments des branches entre deux nœuds)  ; kava kofe (« kava roseau »)… Cette plante fait partie des prestations masculines (ma’u kava) présentées en certaines occasions.
* Boisson préparée dans le plat à kava (tanoa) et servie dans la coupe (’ipu) lors de la distribution. Cette distribution suit la gradation en statut des participants selon un ordre qui peut être très complexe pour le kava royal. À cette occasion, la coupe et son contenu portent des noms différents selon leur destinataire  :
- taumafa  : la première coupe est destinée au président de la cérémonie, pour un kava royal il s’agit nécessairement du roi ou de la personne à qui il fait porter sa coupe  ;
- kava’aliki  : coupe impaire, annoncé par la formule « hā ku heka  ! ». Elle est destinée aux « anciens » dotés de charges tels les membres du conseil, les prêtres et les chefs de service  ;
- kava matāpule  : coupe paire, annoncée par la formule « Heka  ! », qui vient s’intercaler entre les coupes kava’aliki. Elle est destinée à un « cadet » qui boit après un « ancien », à commencer par les chefs de village puis les « anciens » des branches généalogiques contrôlant la transmission des nom-titres sans toutefois les porter.
- hu’a kava  : dernière coupe, la plus honorifique après la première (en présence du roi, elle est destinée à l’évêque ou au préfet).
* Cérémonie du kava, plus généralement, distribution de la boisson selon des procédures plus ou moins formelles et fonction des personnes présentes.
kava fakahau ou kava huni  : kava royal  ;
kava faka’aliki ou kava palutuitui  : kava des membres du Conseil  ;
kava fakahaga ou kava ka hui  : kava des chefs de village  ;
kava palalau  : « kava pour parler », très informel.
D’un point de vue formel, les distinctions principales entre ces distributions de kava résident dans le vocabulaire employé pour des ordres donnés à haute voix, la chorégraphie des mouvements du préparateur, la teneur des discours qui ponctuent la préparation et l’ordre des coupes distribuées dans l’assemblée.
kava taeao (voir teao).
kava tumoe (voir tumoe).

kele

82° Terre, sol, globe terrestre, argile  ; pays, nation  ; cervelle (Bataillon 1932).
* Terre en tant que matière (humus, argile…) qui forme le sol, où poussent les plantes.
* Foncier en général  : i.e. « te aluaga o te’u kele », « la façon dont vont les terres ».
* Toute parcelle, tout lopin de terre plus ou moins vaste dont chacun peut disposer en vertu de droits héréditaires. Ces terres sont détenues collectivement dans la descendance de l’ancêtre défricheur (kele fakafamili) et on ne bénéficie jamais que de droits d’usage. Ces terres ne sont pas à Wallis des lopins définis par une surface de sol et des limites intangibles (marquage par le défrichement ou la plantation de cocotiers). Elles sont donc essentiellement définies par les relations qui s’y nouent entre le sol, le sous-sol et les hommes, vivants et morts, qui les occupent et en prennent soin. Les terres kele comprennent les terres d’habitation (aussi appelées ’api), les terres de culture (gaue’aga) et les terres en friche (tu’u vao).
* Terres de culture (jardins gaue’aga et friches tu’u vao) par opposition à la maisonnée ’api.

kele fakafamili

83* Terre « familiale » (fakafamili). Toute terre est placée sous la juridiction suprême d’un conseil de famille que forme l’ensemble des « vieux », hommes et femmes (te kau matu’a te kau ulu’i matu’a), descendants de l’ancêtre d’où vient cette terre.

kele tapu

84* Bande de terre (littéralement « terre réservée » ou « terre interdite ») dite « ouverte » (ava) qui, séparant deux terres, doit être laissée sans aucune plantation (on y pratique gé­né­ra­lement le chemin d’accès).

kolo

85° Fort, forteresse, lieu fortifié, citadelle, rempart, place forte (Bataillon 1932) – rien pour « village » dans Bataillon, volet français-wallisien.
* Village, agglomération, ville.
* Anciennes résidences fortifiées en pierre (kolo maka) ou en terre (kolo tanu).
* Entités administratives dont l’organisation remonte à la fin du xixe siècle, sous l’influence des missionnaires qui regroupèrent la population autour de chapelles et d’églises.
* Communautés (correspondant à ces entités) sous la direction du « conseil de village » fono fakakolo et du « chef de village » pule kolo.

kona

86° Empoisonné, amer, qui a mauvais goût, ivre (Rensch 1984)/konakona chez Bataillon (1932).
* Salé.

kui

87° Aïeul, grand-père (Bataillon 1932).
* Tout ascendant, direct et indirect, à partir de la seconde génération  : grand-père, grand-mère, arrière-grands-parents, arrière-arrière-grands-parents etc. Cela comprend donc les grands-parents et leurs germains, leurs parents et autres ascendants  : kui tagata pour les ascendants masculins  ; kui fafine pour les ascendants féminins.
* Ancêtre – vivant ou mort – dont on descend et/ou avec lesquels existent des relations kaiga. Pour les ancêtres défunts, ils sont généralement conçus et perçus comme bienveillants et bienfaisants par opposition aux morts étrangers (mate et temonio).

kutuga

88° (Terme futunien) famille, parenté (Bataillon 1932).
° Famille, parenté, série, nombre de personnes, groupe (Rensch 1984).
* Tout ensemble de personnes définies par une caractéristique commune (origine, activité, idées partagées…).
* Groupe cérémoniel constitué autour des anciens de chaque Wallisien lors des cérémonies le concernant. Dans ces occasions, les participants sont organisés en « groupe cérémoniel de la mère » kutuga o te fa’e et « groupe cérémoniel du père » kutuga o te tamai.
* Ensemble des descendants d’un ancêtre commun.
* Groupe résidentiel, une terre et l’ensemble des résidents qui l’occupent (’Aliki Liufau).

kutumi (néologisme, translittération de « coutume »)

89* Règles de la vie communautaire garanties par la chefferie dites aussi ’aga fakafenua (« la façon de faire du pays »).
* Relation d’échange et d’entraide entre deux personnes, entre deux maisonnées pour lesquelles la relation de parenté initiale est soit ténue, soit inexistante. La participation aux cérémonies réciproques vient alors d’une décision délibérée.
* Système cérémoniel et organisation des relations qui règlent la circulation des prestations dans la société wallisienne.
* Prestation en biens féminins ou/et masculins présentée lors d’une cérémonie. Cela exclut les prestations en travail et les « redevances » fatogia que les villageois doivent fournir à la communauté villageoise.

lagiaki

90° Diriger un ouvrage, le prescrire, l’ordonner, y présider  ; coordonner, disposer (Bataillon 1932).
° Chef temporaire, celui qui exerce les fonctions du chef de village pendant son absence, commander, coordonner, ordonner, diriger, prescrire (Rensch 1984).
* Maître d’œuvre chargé d’organiser le travail sous la direction du chef de village (pule kolo) dans une des deux sections du village (kalasi) fa’ahi tai ou fa’ahi’uta. Chaque section (kalasi) élit deux lagiaki, un homme (lagiaki tagata) et une femme (lagiaki fafine) qui dirigent ses travaux et la représentent.

lanu

91° Être de couleur transparente, clair, luisant  ; être limpide, sans trouble, content, satisfait  ; rincer, laver à l’eau douce ce qui a été mouillé par l’eau salée (Bataillon 1932).
° Être transparent, clair, limpide  ; rincer, laver à l’eau douce ce qui a été mouillé par l’eau salée (Rensch 1984).
* Couleur  : i.e. lanu hina « couleur blanche ».
* Liquide amniotique (qui se dit aussi vai « eau ») et bouchon muqueux.

laumālie

92° (Terme de respect) Âme, esprit, vie  ; vivre (Bataillon 1932).
* Âme dans son acception chrétienne, composante immortelle de la personne qui procède de Dieu et qui est destinée à retourner vers lui au terme de la vie.
* Âme dans les conceptions locales (et chrétienne) de la personne humaine  : Ko ’Uvea aia e tolu e fakatahi ia tagata, ko te aga i fenua ko tona mahino aiako te tagata e tahi e iai tona laumālie mo tona sino pea mo tona toto kakano. « À ’Uvea, ce sont trois choses qui s’assemblent dans l’homme… c’est notre façon de voir, la compréhension que nous en avons… dans un seul homme, il y a son “âme” [laumālie] avec son corps [sino] et puis sa “matière sanglante” [toto kakano]. » (’Aliki Liufau).
* D’un point de vue analytique, principe « âme » constitutif de la personne humaine et constitué de la relation aux ancêtres paternels, masculins et prestigieux (Chave-Dartoen 2000a). Pour les deux autres principes, voir sino et toto kakano.

launiu

93* Palme de cocotier. On en fait des nattes grossières appelées takapau qui servent à l’investiture du roi et qui sont ensuite, semble-t-il, conservées dans la résidence royale.
* Bande de feuilles de cocotier dont on se ceint, faute d’une natte appropriée, pour s’adresser au roi.
* Titre, charge conférée au cours d’une investiture (Père S.L. Ikauno).

launiu vakatapu (« palme de cocotier pirogue-sacrée »)

94* Natte (takapau) servant à l’investiture du roi, et sur laquelle le prétendant au titre s’avance, en trois étapes, jusqu’au siège qui lui est réservé au milieu des membres de la chefferie.

loto

95° Intérieur, centre, le dedans  ; cœur, esprit, intérieur  ; désir, opinion, pensée, volonté, vouloir  ; le profond, le milieu  ; profond, moyen, entre deux (Bataillon 1932).
° Centre, milieu, intérieur, dedans, cœur, esprit, âme, désir, opinion, pensée, volonté (Rensch 1984).
* For intérieur, conviction, volonté considérée comme une émanation de l’intérieur d’une personne.
* Intérieur de la personne correspondant à l’abdomen. L’intérieur loto est constitué d’une masse de sang (fo’i toto), siège de la vie (ma’uli’aga), de la volonté et des sentiments.

lotokovi (« intérieur mauvais »)

96° Mauvais fond (Bataillon 1932).
* Punition, châtiment (maladie pouvant entraîner la mort, fausse couche ou malformation d’un bébé…) venant d’une parente aînée (généralement la tante paternelle) à la suite d’un manque de respect ou d’une contrariété motivant sa colère. Plus récemment, toute infortune dont ou soupçonne que l’origine est l’envie ou la jalousie d’un parent. Un moyen de résoudre ce type de situation est de faire une demande formelle de pardon (fakalelei).

loto malohi (« intérieur fort »)

97° Brave (Rensch 1984).
* Force intérieure, force de conviction, puissance de la volonté, constance, détermination, courage.

makafelafela

98* S’asseoir les jambes écartées (makafela  : entrouvert  ; Bataillon 1932).

malama (malama nei)

99° Monde, lumière  ; éclairer (Bataillon 1932).
* Malama nei  : « Ce monde-ci », ce « monde de lumière », de clarté (malama signifie « monde » et « lumière, clarté »)  ; domaine lumineux où évoluent les vivants par opposition aux domaines d’ombre où évoluent les morts et les temonio. La société humaine, vivante (malama nei), s’opposait ainsi autrefois au domaine englobant des ancêtres et des déités  : te Po, « la Nuit ». Elle s’oppose de nos jours, au Ciel chrétien (Selo) au Purgatoire (pulekatolio) et à l’Enfer (ifelo). Plus globalement, « ce monde-ci » (malama nei) s’oppose implicitement à l’Au-delà d’où Dieu préside sur toute chose et d’où les ancêtres et les entités non vivantes interagissent avec les vivants.

mana

100° Tonnerre, foudre  ; signe, pronostic, présage  ; extraordinaire  ; tonner [pour le tonnerre]  ; être étourdi de frayeur pour être monté trop haut, avoir des vertiges  ; avoir la tête qui tourne  ; réussir (Bataillon, 1932).
° Singulier, extraordinaire  ; réussir (Rensch 1984).
* Puissance, réussite, efficacité dont l’origine est extérieure au monde des vivants (Dieu), dont la réussite vient d’une relation privilégiée avec les ancêtres et avec Dieu.

manu’ia

101* Bonheur, prospérité, bénédiction  ; heureux (Bataillon 1932).
* Bonheur, bénédiction, prospérité, être plein de bonheur (Rensch 1984).
* État de bénédiction, de prospérité accordé par Dieu qui rejaillit sur tout l’entourage d’une personne  : i.e. « e manu’ia te pule kolo », « le chef de village est dans un état de bénédiction [qui profite à sa communauté, ainsi prospère et au sein de laquelle les relations sont harmonieuses] » (cf. tapuakina).

ma’oni’oni

102° Vrai, sincère, sans défaut, juste, saint (Bataillon 1932).
° Juste, vrai, sincère, sans défaut (Rensch 1984).
* Fidélité à la foi catholique, avoir une relation personnelle pleine avec Dieu, faire ce qu’il faut [conformément aux règles divines] (Père S.L. Ikauno)  : i.e. Laumālie Ma’oni’oni, « Esprit Saint ».

mata

103° Œil, yeux, visage, regard, figure, face des êtres en général (animés et inanimés), vue  ; aspect, apparence, paraître, avoir l’air  ; vigie, sentinelle  ; le devant, le bord, l’ouverture d’une chose  ; entrée, porte, ouverture  ; côté principal, pointe, tranchant d’une chose  ; sert à exprimer des unités (en parlant des poissons)  ; cru, vert, non mûr (Bataillon 1932).
° Face, visage, devant, œil, yeux, aspect, apparence, ouverture, orifice, pointe, tranchant d’un instrument (Rensch 1984).
* Le bord, la limite d’une surface, dans beaucoup d’usages  : le point de contact entre la terre et l’eau.
* Superficie, zone d’interface qui, pour chaque être où pour chaque chose, se trouve en prise directe sur le reste du monde, sur ce qui lui est extérieur. Point où ce qui est à l’intérieur apparaît à l’extérieur. Mata s’oppose alors à loto (intérieur)  ; i.e. mata fenua « le bord du pays, ses côtes » s’oppose à loto fenua « le cœur du pays, son centre, son intérieur »  ; le visage et ses expressions mata s’opposent à l’intérieur de l’être et à ses sentiments loto.
* Aspect, apparence  : i.e. matalelei « beau, agréable à regarder, satisfaisant », matakovi, « laid » aux sens propre et figuré. Ce sens découle du point précédent.
* Ouverture, orifice ouvrant le corps humain, la maison, ou l’île en différents points (le nez, les narines, l’urètre, l’anus ouvrent le corps sur l’extérieur  ; la porte et les fenêtres ouvrent la maison  ; la plage et les berges ouvrent le pays sur la mer, les sources ouvrant la surface de la terre de même que les crevasses et les ravins  : matamato « bord d’un ravin, d’un précipice », matavanu « bord [escarpé] d’une vallée », matavai « bord d’un lac », mata’one « plage » matafaga « platier », mata’olo « pente, descente sur le bord de la mer », matautauta « rivage, bord de mer », matafenua « côté, bord de mer » matapuna « source d’eau » (Rensch 1984), matātai « rivage, front de mer, la partie de la terre qui vient s’ouvrir sur la mer et du rivage sous des formes diverses »).
Toutes ces significations (aspect, surface, bord, ouverture…) correspondent à un concept abstrait qui désigne le point d’accès, le point de contact et d’échange, le lieu de l’interface où se situe l’action et d’où s’exerce son efficacité.

matakiloto

104* Blennorragie, syphilis, pertes malodorantes, brûlures vaginales ou pubiennes.

matāpule (« face de chef » « celui qui fait office de face à celui qui dirige »)

105° Chef, aîné de famille, supérieur  ; tout étranger qui a le droit au ’alofi du kava (Rensch 1984).
° Étranger, chef, aîné de famille (Rensch 1984).
* Assistant cérémoniel qui assis à la droite du chef, légèrement en avant, le représente et parle pour lui (syn. de mu’a, molofaha, matātagata).
* Position dans le statut alterné des coupes de kava lors de la cérémonie du kava  : les coupes impaires sont dites ’aliki et reviennent à des participants considérés comme « anciens »  ; les coupes paires sont dites matāpule et reviennent à des participants considérés comme « plus jeunes ». Cette alternance des coupes suit, dans la première séquence de la cérémonie, le statut des titres portés par les « chefs » présents  : les membres de la « grande chefferie » (’aliki lahi) reçoivent des coupes ’aliki, les membres de la « petite chefferie » (’aliki liliki) des coupes matāpule.
* Étranger, toute personne étrangère à Wallis (terme respectueux). On retrouve généralement les étrangers matāpule en position matāpule lors des cérémonies du kava auxquelles ils sont présents.

matātagata (« face de l’homme »)

106* Assistant cérémoniel (syn. de mu’a, molofaha et matāpule). Terme dit « de respect » car appliqué pour le seul assistant cérémoniel qui, assis devant le roi, prend la parole en son nom. Cet assistant dirige la cérémonie du kava pour le roi. La charge est transmise dans trois descendances et correspondent à trois noms-titre (Teleha’uli, Faikimu’a et Tu’iha’atala). Un nouveau nom a été créé (Molofaha) pour l’assistant du Roi Tomasi Kulimoetoke.
* L’assistant matātagata a une position dite matāpule dans la succession des coupes de kava distribuées lors de la cérémonie.

mate

107° Mort, décès, trépas  ; mourir, cesser d’exister  ; s’éteindre (Bataillon 1932).
* Défunts qui, avant, pendant et après les funérailles, se manifestant auprès des vivants. Ils leur apparaissent la nuit sous forme de spectres qui peuvent leur nuire ou encore délivrent des messages durant leur sommeil. Ce mot désigne, avec le défunt, ce qui reste de lui auprès des vivants, la relation du mort aux vivants et à leur monde, qui passe par le corps inhumé dans sa sépulture (sino mate) et par la terre. Les morts ne sont donc pas des personnes ayant cessé d’exister, ce sont des personnes qui, suite au trépas, existent autrement et interagissent avec les vivants en fonction des relations préexistantes. Dans tous les cas, la coprésence des morts implique précautions et respect (faka’apa’apa) de la part des vivants.
* Personnes étrangères qui, une fois décédés, deviennent des « morts » mate, généralement dangereux, voire malfaisants, par opposition à ceux – vivants et morts – dont on descend et/ou avec lesquels existent des relations kaiga. Ces derniers sont tous classés comme « grands-parents, aïeux, ancêtres » (kui). Ils sont généralement conçus et perçus comme bienveillants et bienfaisants.

matu’a, pluriel ’u mātu’a (indéfini), kau mātu’a (défini)

108° Parents, père et mère  ; vieux, vieillard, ancien  ; être vieux, ancien  ; être mûr, fait, fort, dur  ; être en quantité suffisante, suffisamment, en assez grande quantité (Bataillon 1932).
* adj. Adulte, mûr, qui est âgé, ancien en parlant d’une chose vivante (on utilise āfea pour les choses anciennes).
* adj. Ancien, auquel on se rattache et dont on dépend, doté de valeur sociologique :
- api matu’a  : « maisonnée ancienne ».
- vao matu’a  : « foret ancienne », foret primaire qui apporte humidité et fertilité au pays…
* syn. Ancien doté de responsabilités face à ses descendants et ses dépendants, ancien siégeant au conseil (fono ou tālaga) et à qui est dû le respect :
- Chef de famille, maître de maisonnée.
- Chef de branche généalogique.
- Mari, compagnon pour une femme.
* syn. Chef (notamment dans le Code de Wallis, Tohi fono) :
- Sous la forme de matu’a fenua  : chef de village (synonyme contemporain pule kolo).
- Sous la forme de matu’a pule  : chef de district (synonyme contemporain fai pule).
- Sous a forme de ’aliki matu’a  : Conseiller du hau (synonyme contemporain kau ’aliki fa’u, kau ’aliki lalahi).
* Parent de génération supérieure  : père, frère du père (synonyme de tamai) :
- au singulier  : père, chef de la maisonnée (synonyme de tamai selon le contexte pule).
- au pluriel  : coupe des parents, l’homme et la femme à la tête de la maisonnée.

mau’a

109° Dette, obligation (Rensch 1984).
* Obligations coutumières, participation active aux cérémonies et aux circulations qu’elles supposent.

ma’uli ’aga

110* Siège de la vie situé dans le bas de l’abdomen, là où se trouve la « masse de sang » fo’i toto.

ma’uli galo

111* Ingratitude, qui oublie les bienfaits d’autrui à son égard.

ma’u kava (« tenir-kava »)

112* Prestation en kava accompagnant les requêtes, les demandes de pardon, les visites à un supérieur ou son accueil, notamment les jours de festivités. Le sens de la prestation indique la dissymétrie du statut entre les interactants. Le ma’u kava peut prendre plusieurs formes  :
- ma’u kava kuku ou ma’u kava to’o  : morceaux de kava  ;
- ma’u kava fua  : demi-plant  ;
- ma’u kava ‘amo  : plant entier.

me’a faka’aliki (« chose relevant de la chefferie, ou d’un ordre supérieur »)

113* Ensemble que forment la dépouille funèbre et les rites funéraires qui accompagnent la mise en terre. Littéralement me’a faka’aliki signifie « ce qui relève de la chefferie » (car les rites funéraires sont réglés par la chefferie – ’Aliki Liufau) ou encore « ce qui est conforme à l’ordre supérieur de la société » (de par la condition même du mort qui, quels que soient son origine et son statut social, est toujours considéré comme relevant de l’ordre supérieur que la société reconnaît, ’aliki – Père S.L. Ikauno).

moetolo

114° Aller à la recherche des femmes endormies pour faire le mal, commettre de mauvaises actions sur les femmes pendant leur sommeil  ; dormir indécemment (Bataillon 1932).
* Tentative des hommes ou des garçons pour séduire les jeunes filles ou en abuser la nuit, lorsqu’elles sont couchées chez elles, sous la garde de leurs parents. Cette pratique est une forme de défi pour les hommes encore célibataires. Elle peut être très dangereuse s’ils sont pris sur le fait (mis à nu, rossés et moqués).

molofaha

115* Assistant cérémoniel du chef de village qui l’accompagne et prend pour lui la parole lors de ses déplacements à l’extérieur du village ou lors de visites formelles.
* Nom-titre (Molofaha) créé pour Nikola Vaitanoa, l’assistant cérémoniel du roi Tomasi Kulimoetoke. Il vient donc s’ajouter à Tu’iha’atala et Teleha’uli, nom-titres attachés à cette charge et transmis aux seuls détenteurs de la charge qui descendent des porteurs originels.

momoho

116° Mûrir (régime de bananes), mûr (Rensch 1984).
* Régime de bananes présenté lors d’une distribution de vivres katoaga.
* Ce qui se mange avec le ki (préparation de viande ou de poisson) (’Aliki Liufau).

momoko

117° Froid, frais (Rensch 1984).
* Fraîcheur, humidité.

mu’a

118° Premier ministre du roi, d’un chef (on appelle de ce nom ceux qui sont les bras droits du roi, d’un chef)  ; aîné, premier-né, antérieur  ; ancien vieux  ; avant, devant, d’abord (Bataillon 1932).
° Devant, l’avant, aîné d’une famille, aller de l’avant, précéder, marcher en tête, qui précède, qui est plus âgé, antérieur, d’abord, auparavant, en premier lieu (Rensch 1984).
* Tout ce que mu’a désigne ou qualifie est marqué par la valeur particulière reconnue à ce qui vient en avant, c’est-à-dire à ce qui se projette dans l’espace et dans le temps, par opposition à ce qui suit et reste en arrière. L’« aîné de la famille » (te mu’a) est valorisé face au « benjamin » (te muli)  : sa naissance fait de ses parents des « anciens » (mātu’a) et il se raccroche plus étroitement qu’eux à la lignée des ancêtres. De même le « devant » de l’île, de la maison et de la personne sont socialement plus signifiants et plus valorisés par rapport à ce qui est derrière, muli et tu’a.
* Assistant cérémoniel, porte-parole (cf. matātagata, matāpule, molofaha).

nofo

119° Demeurer, rester, habiter, être à, être dans  ; s’asseoir (Bataillon 1932).
° Demeurer, habiter, rester, cohabiter, s’asseoir (Rensch 1984).
* Habiter, vivre dans un endroit, vivre chez, vivre ensemble, vivre avec, vivre à ou vivre dans un endroit.

ofotau

120* Aller au-devant de l’ennemi lors d’un conflit armé pour impressionner l’adversaire et essuyer le premier choc de la rencontre (cf. asitau) (’Aliki Liufau).
* Rite funéraire consistant autrefois en la provocation au combat d’un mort de haut statut par des braves en armes faisant irruption lors de la veillée funéraire (’Aliki Liufau et voir Burrows, 1937).

olo’i

121* Les prestations (régimes de bananes, paquets de préparation () ou tout autre complément) qui accompagnent les prestations ’umu présentées et distribuées lors des « distributions de vivres » katoaga.

palo

122° Le plus petit d’une nichée, le culot (Bataillon 1932).
° Le plus petit animal d’une nichée, d’une couvée, d’une portée, le benjamin (Rensch 1984).
* Animal familier, tel un porc habitué à venir chercher sa nourriture dans la main.

pau’u

123° Méchant, malfaiteur, qui se plaît à faire le mal (Bataillon 1932).
° Méchant, malfaiteur (Rensch 1984).
* Mal élevé, sans éducation, rustre.

pogipogi

124° Matin, matinée (Bataillon 1932 et Rensch, 1984).
* Cérémonie funéraire (essentiellement constituée d’une cérémonie du kava et d’un repas collectif) qui avait lieu, au xixe siècle, juste après l’enterrement.
* Cérémonie funéraire (kava et distribution de vivres katoaga) qui se déroule plusieurs semaines après les funérailles et au cours de laquelle des parts de cochon sont distribuées par les proches du mort, à hauteur des prestations en argent (sila « enveloppe ») données pour le salut de l’âme. Cette cérémonie est généralement préparée pour les personnes de haut statut.

polopolo

125° Prémices d’une récolte  ; avoir les prémices d’une récolte (Bataillon 1932).
° Prémices d’une récolte (Rensch 1984).
* Prestation de prémices (taros ou ignames) offerte au chef, au prêtre, au roi, ou encore, sur un mode informel, à tout étranger avant de consommer les fruits d’une récolte.

polopolo’i

126* Présenter les premier fruits d’une plantation afin d’en permettre la récolte.

puhi

127° Rejeter de la bouche en soufflant, cracher  ; percer.
° Percer, trouer (Rensch 1984).
* Lever un interdit tapu sur une plantation (cf. avahi).

pule

128° Nom des coquillages du genre porcelaine  ; signe de croix, prière (mot importé de Sandwich [Hawai’i] dans ce sens et passé en usage)  ; gouverner, disposer de (Bataillon 1932).
° Poitrine, chef, directeur  ; Prier, faire le signe de croix (Rensch 1984).
* Signe distinctif, marque  : i.e. la peinture faciale du guerrier, pulepule « motif décoratif, tache colorée ».
* Coquillages (porcelaines blanches) portés comme parures valorisées.
* Exercice de l’autorité.
* Personne qui détient et exerce l’autorité, chef.
* Diriger la vie et le travail d’un groupe. Relation d’autorité dont la réciproque est fakalogo « écouter, obéir ». T. Heafala (1989) met en relation les différents sens de pule  : le « pouvoir » est selon lui la marque distinctive des « chefs » appelés pule.

putu

129° Réunion et repas de famille qui avait lieu (et qui a lieu encore) pendant un certain temps après la mort d’un chef, d’un parent (Bataillon 1932).
* Cérémonie funéraire qui avait lieu, autrefois avant la mise en terre. Elle consistait en une cérémonie du kava présidée par le mort. La coupe qui lui était attribuée était vidée à ses pieds.
* Réclusion des femmes proches du défunt (sa tante paternelle, sa mère, ses sœurs, son épouse si c’est un homme…) dans la maison durant la semaine qui suit l’enterrement.
* Deuil et marques personnelles de deuil (coupe des cheveux, port de vêtements sombres, retraite dans la maison…).
* Deuil et marques généralisées de deuil décidées par la chefferie et s’étendant sur une à plusieurs semaines après l’enterrement (interdiction des danses et des divertissements, interdiction de la fabrication du tapa et de la pêche de nuit…).
* Ensemble des rites qui ont lieu, lors d’un décès, alors que le mort (son esprit) est encore présent parmi les vivants.

sila

130° Enveloppe d’une lettre (Rensch 1984).
* Prestation en billets de banque (idéalement pliés dans une enveloppe) accompagnant, et parfois remplaçant, les prestations féminines (moe’aga, teu) et masculines (‘umu, repas). La prestation sila est désormais indispensable dans les échanges accompagnant les rites funéraires.

sino

131° Corps  ; matière, masse quelconque  ; unité (en comptant les ignames)  ; gros, gras (Bataillon 1932).
° Corps, masse, matière, dimension, unité (Rensch 1984).
* Avoir de la masse corporelle, prendre du poids  : i.e. kua sino littéralement  : « il a du corps » (un corps à la fois massif et harmonieux est très valorisé). L’expression est généralement traduite par « il est gros » ou « il a grossi », ce qui est un abus de langage et ne désigne en aucun cas l’obésité morbide.
* D’un point de vue analytique, principe « corps » constitutif de la personne humaine en tant que structure dressée et close. Il est constitué de façon distinctive par les parents  : nourrissement par le père, soin de l’enveloppe corporelle par la mère (Chave-Dartoen 2000a). Pour les deux autres principes, voir laumālie et toto kakano.

sino mate « corps mort »

132* Sépulture, corps du défunt dans sa sépulture (’Aliki Liufau).

siolalo (« qui regarde par-dessous »)

133* Voyeurisme, principalement voyeurisme des hommes qui viennent regarder les femmes dormir chez elles la nuit.

sinifu

134° Polygamie simultanée, femmes d’un polygame (Bataillon 1932).
* Concubines choisies par les aristocrates.

ta’ata’a

135° Sang (terme respectueux)  ; venir les mains vides  ; être sur le point de (Bataillon 1932).
° Sang, employé en parlant du roi, du Christ (Rensch 1984).
* Travail, activité, relativement au roi hau – le mot gaue (« travail ») est impropre en ce qui le concerne (T. Heafala, 1989).

ta’atai

136* Pleine lune.

taeao

137° Kava du roi qui se fait avant le jour et sans cérémonie (Bataillon 1932, Rensch, 1984).
* Cérémonie du kava préparée en l’honneur des mariés durant les nuits qui suivent la cérémonie du mariage (’Aliki Liufau).

tai

138° Mer, eau salée (Bataillon 1932, Rensch, 1984). S’oppose à l’eau douce vai.
* Désigne le lagon par opposition à la mer ouverte, à la haute mer, à l’océan moana lui-même inclus dans la catégorie tai.
* S’oppose avec moana aux îlots motu et à la « terre », au « pays » fenua qui en furent tirés.

ta’i la’a

139* Sécheresse.

ta’o fono (« mettre au four les vivres accompagnant un kava »)

140* Ancien nom (alternatif) du pogipogi pour les personnes d’ascendance royale (’aliki). Pour les « conseillers » et les chefs de district (ou de village) morts avec leur titre, la cérémonie s’appelait ta’o fono tapu (tapu, « interdit, sacré ») (’Aliki Liufau).

ta’o niu (« mettre les noix de coco à cuire dans le four de pierre »)

141* Cuisson au four de pierre des noix de coco mûres présentées lors du repas funéraire qui suivait autrefois (début du siècle) la cérémonie pogipogi (’Aliki Liufau).
* Ancien nom (alternatif) du pogipogi, est plus particulièrement de la distribution de vivres (et du repas) qui suivaient la cérémonie du kava (’Aliki Liufau).

tapuakina

142° Bénir, donner une bénédiction  ; attirer la bénédiction sur, prier pour (Bataillon 1932).
° Vêpres  ; bénir, donner une bénédiction (Rensch 1984).
* État de bénédiction du roi qui, en relation à Dieu, fait bénéficier tout le pays de ses bienfaits.

taulagi

143° Présenter quelqu’un à un chef, faire les frais de la visite (Bataillon 1932, Rensch, 1984).
* Assistant cérémoniel qui reçoit pour le roi et qui lui transmet (cf. mu’a).

temonio (néologisme par translittération de « démon ». On trouve dans les textes anciens – dont le manuscrit de Henquel – tevolo, translittération du mot anglais devil).

144* Êtres extraordinaires, non-humains qui font des choses inhabituelles, surnaturelles.
* Plus généralement, toutes les anciennes déités au sujet desquelles le christianisme a effacé quasiment toutes les connaissances.
* Morts anonymes et malfaisants que l’on rencontre dans la brousse, qu’ils émanent des sépultures qui y sont dispersées ou qu’ils errent sur les lieux où leur corps fut abandonné après leur assassinat (cf. mate).
* Morts avec qui on n’a aucun lien de parenté directe et dont il convient de craindre le caractère vindicatif et jaloux. Cette catégorie englobe la précédente et s’oppose à celle des « ancêtres » kui (cf. mate).

teu

145° Ornement, parure, toilette (Bataillon 1932, Rensch 1984).
* Vêtement, costume.
* Prestation féminine constituée d’un holo (autrefois utilisé comme pagne) – à défaut, d’un costume de tissu (pagne et chemise) – qui peut être accompagnée d’une parure complète (collier odoriférant, jupon sisi, cosmétiques et parfums).

to’a

146° Courageux, intrépide, guerrier, brave (Bataillon 1932).
° Courage (Rensch 1984).
* Brave, guerrier, homme courageux.

toka’ala

147* Dérèglement affectant la masse de sang qui, située au cœur de l’abdomen, est considérée comme le « lieu de vie » ma’uli’aga. Ce dérèglement, qui peut entraîner la mort, est responsable de la plupart des douleurs du ventre et du bas-ventre.
* Diagnostique local des hémorragies du ventre et du bas-ventre, des fibromes, du cancer de l’utérus et de toutes les pathologies présentant des symptômes approchants…

tokalelei

148° Calme plat (Rensch 1984).
* Paix, harmonie.

toto kakano « chaire sanglante »

149* Terme composé de kakano « chaire, viande » et toto « sang », « chaire sanglante » qui constitue la personne et dans laquelle pulse la vie et circule le souffle.
* D’un point de vue analytique, principe « chaire sanglante » constitutif de la personne humaine. Il est acquis dès avant la naissance, sous cet aspect, le placenta (fenua) en forme le double. Inhumé dès la naissance, il sera rejoint lors du décès, après que la personne ait gagné en maturité physique et sociale. Ce principe est donc conféré par la mère en relation aux ancêtres maternels, féminins et locaux (Chave-Dartoen 2000a). Pour les deux autres principes, voir sino et laumālie.

totogi kovi

150° Terme composé par totogi  : récompense ou punition (quelquefois on ajoute kovi quand il s’agit de punition), salaire, échange, vengeance (Bataillon 1932).
* Le premier sens de cette locution est désormais « qui coûte cher, onéreux ».
* Vengeance, réplique (surtout si leurs conséquences sont plus lourdes que le préjudice initial).

totonu

151° Droit  ; bien fait, bien dite  ; avoir raison, être dans son droit (Bataillon 1932).
° Droit, bien fait, bien dit, juste, équitable, précis, judicieux (Rensch 1984).
* Accolé à un terme de parenté, totonu distingue les parents avec qui les relations sont « de premier ordre »  : le père et la mère, les frères et sœurs avec qui on a au moins un parent en commun et les enfants propres.

tu’a

152° Dos, reins  ; dehors, derrière  ; du peuple, roturier (par opposition aux chefs)  ; encore, de nouveau (Bataillon 1932).
° Dos, reins, partie dorsale (Rensch 1984).
* Partie arrière des êtres et des choses en opposition avec le devant (mu’a) qu’il complète et avec lequel il forme un tout  : le corps humain, l’île, la maison (entre autres choses) ont un devant et un arrière (mu’a/tu’a) qui les définissent dans l’espace, mais aussi dans le temps. L’avant est tourné vers les vivants auxquels il se présente, l’arrière, déjà extérieur à l’être ou à la chose, est tourné vers les ancêtres  : i.e. tu’a fenua, le « dos » ou l’« extérieur du pays » qui désigne la partie occidentale de l’île. Quasiment inhabitée, elle s’oppose à la côte orientale, très peuplée. Dans cette région couverte de friches et d’une « forêt ancienne » (vao matu’a), errent les êtres malfaisants, morts sans sépulture et anciennes déités temonio.
* Distinguer « arrière » tu’a de « derrière » (muli) qui, tout en s’opposant à l’avant mu’a, ne forme pas système avec lui, mais désigne « ce qui est derrière ».
* Extérieur, en référence aux choses et aux êtres qu’il permet de définir, à un premier niveau, en opposition à l’avant mu’a.
* Ceux qui ne sont pas « d’ascendance royale » (’aliki), les « roturiers ». On les appelle aussi de façon dépréciatrice tu’a gogo, c’est-à-dire « dos noir » ou « dos brûlé » (Rensch 1984).

tu’i

153° Roi, dieu, souverain, chef suprême (Bataillon 1932).
° Roi, dieu, souverain (Rensch 1984).
* Diriger.
* Chef supérieur, chef qui dirige sans travailler (à la différence de pule). Son emploi est essentiellement réservé au roi et à Dieu  : i.e. « C’est seulement Dieu qui “dirige” (tu’i) en ce bas monde… ».

tuitui

154° Espèce d’arbre (Aleurites moluccana  ? triloba  ?) (Bataillon 1932).
° Petite noix odoriférante qu’on écrase pour se mettre dans les cheveux, noix de bancoule (Rensch 1984).
* Cosmétique odoriférant préparé à base de racines, de noix et de fleurs mélangées et broyées dans la bouche.

tumoe

155° Kava du soir (Bataillon 1932).
* Cérémonie du kava autrefois préparée toutes les nuits pour le roi (un ancien culte auprès du roi, selon le père S.L. Ikauno).
* Cérémonie du kava propitiatoire préparée durant la nuit pour le chef de village, le prêtre ou le roi  : i.e. à la veille d’une compétition de cricket, d’une bataille, pour la première utilisation d’un grand filet de pêche ou encore pour le premier lancement d’une pirogue communautaire (’Aliki Liufau).

tu’uga uho (« tas, amoncellement de substance »)

156° Racine mère du kava (Bataillon 1932).
* Racine principale du pied de kava. Cette racine, présentée au président de la cérémonie, est ensuite divisée pour être partagée  : une partie est consommée, le reste est distribué après la cérémonie.

tu’ulaga

157* Position, charge d’une personne dotée d’un titre ou d’une responsabilité particulière.

tu’uli putu

158° (tu’uli) Visite de condoléances avec des présents (Bataillon 1932).
* Prestation funéraire apportée par la famille d’une femme qui s’est jointe à la réclusion pour la retraite de prière losalio. Cette prestation comprend des vivres destinés à l’alimentation de la recluse durant la retraite et des biens féminins (natte, holo…) parmi lesquels des parures destinées à embellir la tombe du mort.

tu’u afiafi (« qui se dresse le soir »)

159* Nouvelle lune.

’ulu’i’ufi (« têtes d’ignames »)

160* Prémices des ignames obtenues à partir de la « tête » des ignames, c’est-à-dire, à partir du leur segment proximal. Ces prémices font l’objet d’un traitement spécial (germination dans du sable, champs et récolte distincts).

’umu

161° Vivres cuits au four  ; un panier de vivres (Bataillon 1932).
* Contenu du four de pierres où l’on procède à la cuisson des vivres à l’étouffée. Il est installé à l’écart de la maison, à la limite du jardin de l’arrière, sous une toiture (paito).
* Unité cérémonielle masculine dont la composante de base est un porc. Il est normalement cuit au four au petit matin et présenté dans un panier en feuille de cocotier tressée (kato), posé sur des féculents – idéalement des ignames et des taros ainsi que du fruit à pain et des kape (allocasia macrorhyza) – qui peuvent être accompagnés de préparations cuites à l’étouffée dans des paquets de feuilles (fai gaohi). À défaut de porc cuit, un panier de vivres crus est appelé « panier » kato et non « four » ’umu. Il existe différentes sortes de prestations ’umu, selon leur taille et leur composition, chacune d’elle formant une « part » ’inasi  :
- ’umu taki (« four porté »), le plus simple, peut être porté en glissant les doigts sous la nervure formant le bord du panier  ; il comprend, avec la viande, six morceaux de féculents (kape, taro, fruit de l’arbre à pain…), pour six convives  ;
- ’umu ’amo (« four porté à l’épaule sur une perche »), plus lourd est porté suspendus à un long bâton tenu par deux hommes. Il comprend, avec le porc, dix morceaux de tubercules cuits (pour dix convives), bien qu’il puisse ne contenir que des ignames crues  ;
- ’umu fetatagaki (porc, igname, kape)  ;
- ’umu fakalaumasi (grand panier à deux anses où sont disposés porc ou poulet, des ignames et trois ou quatre kape)  ;
- ’umu toho (« four tiré ») ne comprend que des vivres crus. Il était autrefois disposé sur un plancher que l’on faisait rouler sur des rondins jusqu’à la place cérémonielle. Ils sont de nos jours transportés en voiture. Ils se rapprochent du ’umu fakahuga  ;
- ’umu fakahuga, prestation de grand volume, composée d’une superposition de kape, de taros et d’ignames, disposée sur un plancher et entourée d’une balustrade. Un (ou plusieurs) porc(s) cuit(s) de grande taille et des nattes sont posés sur le dessus.

uo

162° Compagnon, camarade (Bataillon 1932).
* Groupe des jeunes gens (garçons) du village (tamaliki eva tagata) qui choisissent leur chef (pule uo) et mènent une vie sociale qui leur est propre (partage d’une maison commune fale uo), d’obligations fatogia et des loisirs.

vaevae

163° Diviser, partager (Bataillon 1932).
° Séparation, raie, trait, part, portion, diviser, partager séparer (Rensch 1984).
* Partage formel et équitable – à caractère quasi définitif – d’une terre ou d’un ensemble de terres entre différentes branches généalogiques de même ascendance (cf. vaevae fakafamili).

vahe

164° Diviser, séparer, partager (Bataillon 1932).
° Part, portion, partager, diviser, séparer (Rensch 1984).
* Répartir, séparer pour faire une part de façon ni exclusive, ni définitive. Le terme s’emploie pour désigner le fait d’attribuer de la terre à des proches.
* Confier l’éducation d’un enfant à un tiers.

vai

165° Eau douce  ; médecine, remède, médicament (Bataillon 1932).
* Tout liquide clair et limpide (non salé).
* Toute humeur claire et limpide, notamment le liquide amniotique et le bouchon muqueux.

vaka

166° Pirogue, barque, bateau, canot, navire  ; objet dans lequel un diable (un mauvais génie) était censé faire sa résidence (Bataillon 1932).

vakatapu

167* Voir launiu vakatapu.

Petite note sur la langue wallisienne

168Ce glossaire présente quelques cas de termes extrêmement polysémiques tels kau ou mata. Ce type de termes est très courant en wallisien. Il correspond en français à des concepts abstraits car s’appliquant à des choses du monde très différentes et selon des modalités que notre langue distingue nettement (ils peuvent prendre fonction de syntagmes nominaux, de verbes, parfois d’adjectifs par exemple). Ils montrent, avec d’autres aspects importants de la langue wallisienne – polysémie large, polyvalence catégorielle, fonctions classificatoires (fo’i, lau…) ou relationnelles (tau, kau…) de certains termes – qu’elle repose sur, et donne accès à, une perception et une compréhension spécifiques du monde et des actions qui s’y déroulent.

Notes

309 Le présent glossaire reprend celui établi pour la thèse (Chave-Dartoen 2000). Pour ceux des termes qui ne sont pas abordés dans le présent ouvrage, le lecteur est invité à la consulter – au moyen de l’index analytique – afin d’accéder à leur éventuelle analyse sémantique et, surtout, à l’étude des phénomènes auxquels ces termes renvoient.

© pacific-credo Publications, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search