Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Les auteurs

Texte intégral

1 Tamatoa Bambridge est anthropologue an CNRS-CRIOBE. Il travaille sur les relations des sociétés insulaires polynésiennes à leur environnement foncier maritime. Ses travaux portent sur les dynamiques culturelles liées aux savoirs et aux usages traditionnels dans un contexte de pluralisme juridique et sur les services écosystémiques liés aux récifs coralliens.

2 Pascale Bonnemère est anthropologue, directrice de recherche au CNRS, membre du Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie (CREDO) et directrice de la Maison Asie-Pacifique (MAP), à Marseille. Elle mène des enquêtes de terrain chez les Ankave de Papouasie-Nouvelle-Guinée depuis 1987. Favorisant une approche monographique, elle a d’abord publié plusieurs articles sur les représentations de la procréation et de la croissance des êtres humains, l’ethnobotanique et les initiations masculines. Dans Le pandanus rouge (1996), elle a montré que des liens de correspondance existaient dans cette société entre parenté et genre. Ayant observé les comportements requis des mères et des sœurs des novices en ces occasions (Bonnemère, éd., Women as Unseen Characters, 1994), elle a proposé, dans un manuscrit à paraître, que les étapes des rituels masculins constituaient autant de transformations relationnelles nécessaires à l’accession au statut d’oncle maternel, localement très valorisé. Outre les ouvrages déjà cités et une trentaine d’articles, elle a notamment publié Les tambours de l’oubli (avec P. Lemonnier), 2007, et Ce que le genre fait aux personnes (éd. avec I. Théry), 2008.

3 Céline Castets-Renard est professeur de droit privé à l’Université de Toulouse Capitole. Elle a passé deux années en Nouvelle-Calédonie, en délégation auprès de l’Université de Nouvelle-Calédonie, au cours desquelles elle a approfondi l’un de ces thèmes de recherche touchant à la protection juridique de la biodiversité et des ressources génétiques, ainsi que des savoirs traditionnels et expressions de la culture. Elle a également co-organisé un colloque sur « Le patrimoine naturel et culturel de la Nouvelle-Calédonie » en septembre 2012. Elle est spécialiste de droit de la propriété intellectuelle, droit du patrimoine, droit des savoirs traditionnels et protection de la biodiversité dans le Pacifique, et droit du numérique. Elle a publié plusieurs articles, ouvrages et contributions d’ouvrages dans ces domaines. Elle co-dirige le Master 2 « Droit et Informatique » à l’Université de Toulouse Capitole.

4 Estelle Castro est postdoctoral research associate (chargée de recherche) au sein du projet international et interdisciplinaire « Indigeneity in the Contemporary World : Performance, Politics, Belonging », financé par le Conseil Européen de la Recherche à Royal Holloway, University of London. Elle détient une thèse de doctorat réalisée en cotutelle entre La Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et The University of Queensland sur la littérature aborigène australienne contemporaine (2007). Elle a enseigné l’histoire et la civilisation australienne à l’Université Paris XII, ainsi que les littératures autochtones du Pacifique à King’s College London.

5 Joachim Claudet est chargé de recherche au CNRS, basé au CRIOBE, à Perpignan. Joachim est spécialiste de l’écologie de la conservation, du fonctionnement des systèmes côtiers et du développement d’outils d’aide à la décision. Il dirige actuellement deux projets de recherche sur la résilience socio-écologique des systèmes côtiers. Joachim participe également, entre autres, à un projet européen sur l’évaluation monétaire des services écosytémiques dans les récifs coralliens. Expert en aires marines protégées pour le WWF, il est aussi impliqué dans de nombreux conseils scientifiques et est le président de celui de MedPAN. Joachim Claudet a récemment dirigé la rédaction d’un ouvrage pluridisciplinaire sur les aires marines protégées chez Cambridge University Press.

6 Gilbert David est directeur de recherche à l’IRD (UMR Espace pour le Développement). Il est géographe de la mer et des îles. Il a travaillé 12 ans dans le Pacifique (Vanuatu puis Nouvelle-Calédonie) entre 1983 et 1996 sur le thème du développement insulaire. Depuis, il s’est spécialisé sur la gestion intégrée des territoires insulaires et la gouvernance des littoraux récifaux, notamment dans le cadre des aires marines protégées de l’océan Indien. Durant la décennie 2000, il a coordonné le programme Valeur socio-économique des récifs de la Réunion puis le projet GERSA (Gestion Intégrée bassin-versant/littoral, du Satellite à l’acteur) du programme CRISP (Coral Reef Initiative for the South Pacific).

7 Brigitte Derlon, ethnologue, enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Elle est directrice du laboratoire d’anthropologie sociale (UMR 7130 – Collège de France, CNRS, EHESS). Elle a réalisé ses premières enquêtes de terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée (Nouvelle-Irlande), où elle a notamment travaillé sur l’art rituel funéraire, avant de mener des investigations en France, en collaboration avec Monique Jeudy-Ballini, sur l’imaginaire des collectionneurs d’art. Elle est l’auteur de De mémoire et d’oubli. Anthropologie des objets malanggan de Nouvelle-Irlande (CNRS Éditions/Éditions de la MSH, 1997). Elle a codirigé Les Cultures à l’œuvre (Biro Éditeur/Éditions de la MSH, 2005) et coécrit La Passion de l’art primitif (Gallimard, 2008) avec M. Jeudy-Ballini.

8 Anne Di Piazza est archéologue CNRS depuis 1994 et membre titulaire du CREDO depuis 1998. Ses recherches portent sur l’archéologie navale et les savoirs maritimes en Océanie. Il y a 6 000 ans en effet, des marins austronésiens quittent l’Asie à bord de pirogues à voile. Au cours des millénaires, ils développent les techniques d’une navigation hauturière qui leur permettent de traverser le Pacifique. Pour étudier ces embarcations, Anne Di Piazza analyse les sources écrites anciennes, modélise et simule des trajectoires de pirogues répliquant les routes migratoires des premiers hommes, coordonne des essais en soufflerie de maquettes de pirogues afin de décrire leurs qualités aérodynamiques.

9 Laurent Dousset est maître de conférences à l’EHESS et actuellement directeur du CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie), hébergé par Aix-Marseille Université. Il travaille depuis 1994 en Australie, tout particulièrement avec les groupes dialectaux de Désert de l’Ouest, où il s’intéresse à l’organisation sociale et territoriale, à l’histoire des premiers contacts, aux transformations sociales et aux aspects ontologiques et juridiques de la confrontation avec l’appareillage étatique. Depuis 2008 il effectue également des terrains au Vanuatu sur des questions foncières et politiques, en particulier dans le sud de l’île de Malekula. Il a publié de nombreux articles et chapitres, et rédigé ou co-édite des ouvrages, dont Assimilating Identities (2005, Oceania Monographs), Mythes, Missiles et Cannibales (2011, Société des Océanistes), Australian Aboriginal Kinship (2011, pacific-credo Publications) ou The Scope of Anthropology (avec S. Tcherkézoff, 2012, Berghahn).

10 Pierre Failler est directeur de recherche au centre de recherche CEMARE du département d’économie de l’université de Portsmouth en Angleterre. Dans le domaine de la gestion des récifs coralliens, il coordonne le programme de recherche européen CARIPES relatif à l’implémentation de paiements pour les services environnementaux dans la Caraïbe. Il contribue également, dans le cadre de l’IFRECOR, à l’évaluation socio-économique des récifs et écosystèmes associés dans les collectivités françaises d’outre-mer. Plus globalement, il a assuré la coordination de plus de 20 programmes de recherche (financés principalement par la UE-DG Recherche, FAO, UNEP, etc.) dans les domaines de la gestion des océans et des zones côtières en Afrique, Océan Indien, Asie, Europe et Caraïbe. Il est par ailleurs l’auteur et coauteur de plus de 300 articles scientifiques, chapitres de livres, rapports de recherche, articles de vulgarisations, etc.

11 Elsa Faugère est anthropologue à l’Inra dans l’unité Ecodéveloppement d’Avignon (UR 767). Elle a travaillé sur les usages et la signification de l’argent et de la coutume en Nouvelle-Calédonie. En 2010, elle a dirigé, avec Isabelle Merle, historienne, un ouvrage paru chez Karthala « La Nouvelle-Calédonie vers un destin commun ? ». Elle vient de publier, chez le même éditeur, un ouvrage intitulé « Mariages et deuils en Nouvelle-Calédonie. Les économies de l’échange à Maré ». Depuis 2005, elle étudie les grandes expéditions naturalistes contemporaines et l’exercice du métier de taxonomiste-systématicien, dans le cadre d’un projet de recherche qu’elle coordonne, financé par l’ANR (2010-2013). S’inscrivant désormais dans le champ des Social Studies of Science, elle vient de diriger deux numéros thématiques, l’un avec Ingrid Sénépart, archéologue, pour la revue Techniques et Culture, intitulé « Itinéraires de Coquillages » et l’autre, avec Isabelle Mauz, sociologue, pour la Revue d’Anthropologie des Connaissances, intitulé « Le renouveau de la taxonomie : modalités, effets et enjeux pratiques ».

12 François Féral est professeur de droit public à l’UFR de Sciences Juridiques et Économique de l’Université de Perpignan Via Domitia et Directeur d’Études à l’École Pratique des Hautes Études au Centre de Recherche Insulaire Observatoire de l’Environnement (CRIOBE EPHE/CNRS) et Directeur du Centre d’Études et de Recherche sur les Transformations de l’Action Publique (CERTAP UPVD EA 4216). En plus de ses publications, il a participé à de nombreux programmes de recherche dont certains sont interdisciplinaires (INCO UE, AMP en Afrique de l’Ouest, GAIUS ANR, GRAMP LITEA, MACROES ANR, POLYPECHE F, COCONET UE, BEST UE). De plus, il dirige des recherches dans le cadre de différents DEA, DESS et dans le cadre de la maîtrise de droit public, des thèses et des HDR. Il dirige des contrats de recherche et d’étude INCO et ECOS de l’Union Européenne et plusieurs contrats d’études et de recherche engagés avec IFREMER sur le thème des institutions et du droit des pêches. Il coordonne des programmes de recherche ANR GAIUS (2007/10), ANR MACROES (2010/13), LITEAU GRAMP (2009/11) et assure la direction scientifique de conventions de recherche.

13 Natacha Gagné est professeur agrégée au Département d’anthropologie de l’Université Laval. Elle est chercheuse associée à l’IRIS (EHESS, CNRS, Inserm et Université Paris 13). Elle s’intéresse aux questions autochtones, aux processus de décolonisation et à la citoyenneté chez les Māori de Nouvelle-Zélande et les Tahitiens de Polynésie française. Elle a dirigé, avec Thibault Martin et Marie Salaün, Autochtonies : vues de France et du Québec (2009, Presses de l’Université Laval) ; avec Laurent Jérôme, Jeunesses autochtones : affirmation, innovation et résistance dans les mondes contemporains (2009, Presses universitaires de Rennes) ; et avec Marie Salaün, Visages de la souveraineté en Océanie (2010, L’Harmattan). Elle est également l’auteur de Being Māori in the City : Indigenous Everyday Life in Auckland (2013, University of Toronto Press).

14 Jean-Christophe Galipaud, archéologue, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement, s’est spécialisé en préhistoire océanienne. Il a mené ses recherches dans de nombreuses îles du Pacifique, où il s’est intéressé aux modalités du peuplement initial, et en particulier à la période Lapita. Il est également connu du grand public pour avoir participé aux recherches sur les rescapés du naufrage de l’expédition Lapérouse à Vanikoro. Depuis 2008, il travaille en Indonésie et à Timor sur l’émergence des sociétés austronésiennes.

15 Barbara Glowczewski est anthropologue, directrice de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’Anthropologie sociale (Collège de France), et Adjunct Professor à James Cook University (Australie). Elle enseigne et dirige des étudiants à l’EHESS (Paris). Elle travaille avec les Aborigènes (Désert central, Kimberley, Palm island) depuis 33 ans sur les rites et les formes de créativité artistiques et sociales, notamment dans les revendications pour la justice. Auteur de nombreuses publications et productions numériques, elle a monté en 2012 le LIA (CNRS/JCU) « TransOceanik — Interactive research, mapping, and creative agency in the Pacific, the Indian Ocean and the Atlantic ». En 2013, elle a été Professeur invitée à UFSC (Brésil).

16 Nathalie Hilmi est docteur en sciences économiques, habilitée à diriger des recherches. Elle est spécialiste en macroéconomie, en finance internationale et développement durable. En 2006, elle a travaillé à l’International University of Monaco en tant que professeur de macroéconomie et finance et chercheur au Hedge Fund Research Institute. Récemment, elle a rejoint le Centre Scientifique de Monaco et l’AIEA Environment Laboratories pour développer les liens entre les sciences de l’environnement et l’économie, afin de mieux évaluer l’ampleur socio-économique des impacts du changement climatique et de l’acidification des océans. Elle a coordonné les deux workshops sur l’économie de l’acidification des océans qui se sont tenus à Monaco en 2010 et 2012. Dans le cadre du GDRI-CNRS sur la biodiversité des récifs coralliens, elle co-coordonne l’axe 5 « sciences humaines et sociales ».

17 Monique Jeudy-Ballini est chercheur au CNRS et membre du Laboratoire d’anthropologie sociale. Initialement spécialisée dans l’ethnologie des sociétés océaniennes, elle a effectué plusieurs séjours en Papouasie Nouvelle-Guinée, chez les Sulka de Nouvelle-Bretagne. En France, elle s’est intéressée à l’ethnologie d’entreprise après avoir effectué une étude de terrain dans l’industrie française du luxe. Elle a mené ensuite des enquêtes dans le milieu parisien des collectionneurs d’art primitif. Ses recherches actuelles portent sur l’anthropologie de l’art dans le contexte occidental contemporain. Ses principales publications sont L’Art des échanges. Penser le lien social chez les Sulka (2004) et, en co-direction, People and Things. Social Mediations in Oceania (2002), Les Cultures à l’œuvre. Rencontres en art (2005) et La Passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs (Gallimard 2008).

18 Jessica de Largy Healy est ethnologue, chargée de la recherche au département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly et affiliée au CREDO et au College of Arts and Social Sciences de l’Australian National University. Ses travaux récents portent sur les transformations des modes de figuration et de transmission des savoirs aborigènes dans le nord de l’Australie, ainsi que sur les pratiques créatives de restitution de ces savoirs avec les nouveaux médias.

19 Pierre Lemonnier est anthropologue, directeur de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie à Marseille (Aix-Marseille Université-CNRS-EHESS). Il poursuit depuis 1978 des enquêtes de terrain chez les Anga de Papouasie Nouvelle-Guinée, dont il a étudié les rites mortuaires et les initiations masculines. Ses travaux actuels portent sur la place des objets dans l’action rituelle. Il a récemment publié Mundane Objects. Materiality and Non-Verbal Communication (Left Coast Press, 2012), Le sabbat des lucioles. Sorcellerie, chamanisme et imaginaire cannibale en Nouvelle-Guinée (Stock, 2006) et, avec Pascale Bonnemère, Les tambours de l’oubli. Drumming to Forget. La vie ordinaire et cérémonielle d’un peuple forestier de Papouasie (Au Vent des Îles, Musée du quai Branly, 2007).

20 Marc Léopold est ingénieur halieute de formation (AgroParisTech et Agrocampus Ouest). Il est ingénieur de recherche à l’IRD depuis 2004. Ses activités sont localisées dans le Pacifique sud (Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Fidji). Elles consistent à mettre en place des projets appliqués portant sur l’évaluation et la gestion des pêches, des ressources et de l’environnement coralliens, basés sur des collaborations pluridisciplinaires alliant sciences de la nature (biologie, écologie, génétique) et de la société (socio-économie, géographie, anthropologie, droit). Les approches privilégient la collaboration opérationnelle avec les populations locales, pêcheurs en particulier, et les administrations gestionnaires. Les travaux de M. Léopold analysent notamment le fonctionnement des systèmes halieutiques et les impacts anthropiques sur les écosystèmes coralliens, en étudiant les dynamiques spatio-temporelles. Ces recherches trouvent par exemple des applications dans la définition de méthodes de suivi des ressources (poissons et invertébrés) et des activités de pêches à l’aide d’indicateurs, et dans la mise en œuvre de régulations des pratiques de pêche.

21 Denis Monnerie, après des travaux sur les civilisations anglaise et américaine, a orienté ses recherches vers l’anthropologie sur le terrain, en Asie et en Océanie, et en ethnohistoire sur le nord-ouest des Îles Salomon. Depuis une vingtaine d’années, il s’intéresse à la région Hoot ma Whaap et à la société d’Arama, situées à l’extrême nord de la Grande Terre de Kanaky Nouvelle-Calédonie. Il pratique une approche monographique et multisituée en observation participante. L’imbrication des relations personnelles, locales, régionales et globales est le thème fédérateur de ses recherches. Son travail porte sur des thèmes diversifiés, principalement en rapport avec les dynamiques sociales (revendications kanak, colonialisme, innovations sociales et culturelles, rapports à la religion, relations et configurations sociales, rituels et cérémonies), les modes verbaux et non verbaux de signification, d’action et de valorisation (nominations, discours, tropes, parenté, monnaies et objets, ethnolinguistique), l’ethnoécologie, l’anthropologie de l’Océanie, la photographie — ainsi que la place et l’efficience des échanges et circulations dans les sociétés et cultures. Il a un intérêt tout particulier pour l’épistémologie des sciences sociales. Professeur d’ethnologie, il participe aux travaux du laboratoire Cultures et Sociétés en Europe de l’Université de Strasbourg/CNRS et à ceux de l’Institut d’Ethnologie, où il enseigne l’anthropologie sociale et culturelle.

22 Claire Moyse-Faurie est linguiste, directrice de recherche au CNRS, rattachée à l’UMR 7107, « Langues et Civilisations à Tradition Orale » (LACITO). L’ensemble de ses recherches s’appuie en grande partie sur des données recueillies au cours d’une quinzaine de missions de terrain menées depuis 1976 en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna. Ces recherches ont donné lieu à des ouvrages sur des langues kanak et polynésiennes : dictionnaires, analyses syntaxiques des langues drehu, xârâcùù, xârâgurè, haméa (Nouvelle-Calédonie), futunien et wallisien, ainsi qu’à un certain nombre d’articles à visée comparative ou typologique dans des domaines syntaxiques divers : catégorisation lexicale, nominalisation, structures actancielles et valence verbale ; constructions réfléchies et réciproques ; phénomènes de grammaticalisation. C. Moyse-Faurie est aussi très investie dans la documentation et la revitalisation des langues kanak, contribue à plusieurs bases de données (Pangloss, Paradisec, Corpus de la Parole) par ses enregistrements de textes de tradition orale transcrits et traduits. Elle enseigne actuellement à l’Université de la Nouvelle-Calédonie (2013-2014) dans la filière Langues et Cultures Océaniennes, et dirige ou codirige plusieurs doctorants.

23 Nicolas Pascal est économiste de l’environnement spécialisé sur les écosystèmes coralliens. Il est le coordinateur du projet « économie des récifs coralliens » du programme IFRECOR (Initiative FRançaise pour les REcifs CORalliens) couvrant l’évaluation monétaire des services écosystémiques des récifs de toutes les collectivités françaises d’outre-Mer. Il fut aussi le responsable de la cellule économique du CRISP (Coral Reef InitiativeS for the Pacific), qui à conduit une dizaine d’études économiques sur les écosystèmes coralliens et leur gestion, couvrant une palette de questionnements des décideurs. Il participe à la coordination d’un projet sur l’« Analyse des couts-bénéfices des AMPs (Aires Marines Protégées) gérées par les communautés » au Vanuatu et aux Fidji. Ses champs de recherche touchent les évaluations monétaires des récifs coralliens et les outils économiques pour la gestion des ressources récifo-lagonaire. Pour approfondir ces thématiques, il participe à différents projets de recherche (BEST CORAIL, GRAMP). Sa formation universitaire est basée à la fois sur des études en écologie et en finance. Il est affilié au Laboratoire d’Excellence « CORAIL » USR 3278 CNRS-EPHE, Centre de Recherche Insulaire et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE).

24 Martin Préaud est un chercheur postdoctoral dont les travaux portent sur l’Australie aborigène et les dynamiques culturelles, juridiques et politiques de l’autochtonie. Sa thèse explorait, à travers l’ethnographie d’une organisation régionale aborigène, la reproduction d’une frontière culturelle et radicalisée entre Aborigène et non-Aborigènes en s’appuyant sur les concepts autochtones de « pays » et « loi et culture » et en interrogeant le dispositif des meetings. Dans le cadre du programme SOGIP (ERC 249 236), projet comparatif global sur l’autodétermination autochtone, il a développé une recherche sur l’articulation juridique et pratique entre les négociations internationales sur les droits des peuples autochtones aux Nations Unies et leur mise en œuvre ou appropriation militante dans le contexte national australien et régional du Kimberley, que ce soit dans le cadre de revendications foncières, de projets miniers, de programmes aborigènes de gestion de l’environnement ou dans celui de la réforme des services publics locaux pour les communautés isolées. Il est également chercheur associé au Laboratoire International Associé TransOceanik pour lequel il interroge les rapports entre situations créoles et autochtones à partir du terrain australien et notamment des expériences de rapatriement des restes ancestraux et artefacts culturels.

25 Alain Safa est spécialisé dans la macroéconomie et la finance internationale. Il est chercheur associé à l’Université de Nice Sophia, professeur dans des établissements d’enseignement supérieur privés, formateur au sein du « CFPB » et professeur vacataire auprès de « Sciences Po Paris ». Ses publications analysent les contraintes macro-économiques, notamment dans la région méditerranéenne. Il a travaillé sur l’adaptation des sociétés aux politiques d’ouverture économique et financière, notamment sur leurs aspects économiques et sociaux dans le cadre de projets de recherche européens et internationaux. Récemment, Alain Safa a intégré la dimension environnementale à ses études. Il explore les impacts socio-économiques du changement climatique. Ainsi, l’exploration de l’acidification des océans et de l’analyse des impacts économiques et sociaux sont une préoccupation centrale de sa recherche aujourd’hui. À ce titre, il a participé aux deux workshops sur l’économie de l’acidification des océans qui se sont tenus à Monaco en 2010 et 2012.

26 Marie Salaün est professeur à l’Université de Nantes, chercheuse au Centre de Recherche en Éducation de Nantes (EA 2661). Ses travaux portent sur l’histoire coloniale et postcoloniale des systèmes éducatifs dans le Pacifique, plus particulièrement sur les terrains de décolonisation inachevée que sont la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Hawai’i. Elle a publié, aux Presses Universitaires de Rennes, L’école indigène. Nouvelle-Calédonie. 1885-1945 (2005) et Décoloniser l’école ? Hawai’i, Nouvelle-Calédonie. Expériences contemporaines (2013).

27 Benoît Trépied est anthropologue, chargé de recherche au CNRS. Membre de l’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux), il participe également au programme européen Scales of Governance and Indigenous Peoples (ERC-SOGIP, EHESS, Paris). Il mène depuis plus de dix ans une anthropologie politique et historique de la Nouvelle-Calédonie à partir de plusieurs entrées complémentaires : l’histoire coloniale de l’archipel et son inscription dans des dynamiques régionales et impériales plus larges, les configurations historiques des relations interraciales, les transformations de la revendication kanak et les enjeux du processus actuel de décolonisation. Il a notamment publié l’ouvrage Une mairie dans la France coloniale. Koné, Nouvelle-Calédonie (Karthala, collection Recherches Internationales, Paris, 2010, 391 p., postface de Frederick Cooper).

28 Luc Vacher est maître de conférences en géographie à l’Université de La Rochelle. Ses travaux, commencés par une thèse sur les logiques de l’implantation touristique dans la région de la Grande Barrière de Corail, portent sur les pratiques touristiques et la diffusion du tourisme dans le monde. Il s’intéresse particulièrement au rôle des pratiques recréatives dans le processus de mise en tourisme des périphéries. Il a ainsi travaillé sur les espaces touristiques océaniens et en particulier sur ceux de l’Australie tropicale. En 2011, il a publié avec Sarah Mohamed-Gaillard et Fabrice Argounes un « Atlas de l’Océanie, continent d’îles, laboratoire du futur » aux éditions Autrement. Il est aujourd’hui responsable du Centre de Traitement de l’Information géoréférencée de l’Université de La Rochelle et ses recherches au sein de l’UMR 7266 LIENSs (LIttoral ENvironnement et Sociétés), CNRS-Université de La Rochelle, traitent des formes et des variations spatio-temporelles de la fréquentation dans les lieux touristiques littoraux.

29 Éric Wittersheim, maître de conférences à l’EHESS (membre du laboratoire IRIS), mène des enquêtes sur la politique en Mélanésie depuis une vingtaine d’années. Docteur de l’EHESS, il a enseigné précédemment à l’INALCO et été chercheur au East-West Center (Honolulu, USA). Il est notamment l’auteur de Après l’indépendance. Le Vanuatu, une démocratie dans le Pacifique ; de La Présence kanak de Jean-Marie Tjibaou (avec A. Bensa), et de La Tradition et l’État (avec C. Hamelin). Documentariste, il a réalisé plusieurs films primés dont Grassroots, ceux qui votent et Le Salaire du Poète. Ses recherches actuelles portent sur la question urbaine en Mélanésie.

30 I-Lin Wu est chercheur au Musée National de Préhistoire de Taïwan où elle est responsable du dépôt archéologique du musée. Elle étudie la chronologie néolithique de la côte est de Taiwan à travers la typologie, l’évolution des céramiques et l’analyse spatiale des sites. Depuis 2009 elle s’intéresse plus particulièrement au peuplement néolithique de la baie de Doulan, entre 2400 et 1800 av. J.-C., dans la région de Taitung au sud-est de l’île. Cette étude participe à la problématique plus large des migrations austronésiennes néolithiques entre les îles de l’Asie du sud-est.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540