Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Souveraineté et citoyenneté

Chapitre 18. Noir c’est noir : l’« Africanisation » du Pacifique en question

Éric Wittersheim

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été présenté à l’EHESS, au séminaire de la FRAO (Formation à la recherche dans l’aire (...)

1Jusqu’à la fin des années 1990, le Pacifique insulaire semblait une région épargnée par les conflits et la violence politique. Certes, un coup d’État était survenu aux îles Fidji en 1987, et la Nouvelle-Calédonie avait connu une longue période de violences politiques durant les « événements » (1984-1988) ; mais les États souverains de la région avaient presque tous acquis leur indépendance sans heurts, et si des contestations sociales d’envergure avaient notamment secoué la Polynésie française dans les années 1990, celles-ci ne font-elles pas partie de la vie de toute démocratie, océanienne ou non ?1

  • 2 Voir également Tryon (2004, 2005), Angleviel (éd. 2004), Ragnault (2005), Agniel (2008), Huetz de (...)

2En l’espace de deux ans (1998-2000), un nouveau coup d’État à Fidji, une guerre civile aux Îles Salomon et de préoccupants troubles politiques en Papouasie Nouvelle-Guinée et au Vanuatu vont mettre à mal l’image d’un continent sans problème. Retenant habituellement peu l’attention des médias, la vie politique de cette région devient alors l’objet de commentaires quasi unanimes sur l’incapacité des sociétés océaniennes à former de véritables États. Dans la presse comme dans les revues scientifiques, notamment australiennes et françaises, des spécialistes du Pacifique tentent d’apporter des explications à cette situation nouvelle et inquiétante, que les événements du 11 septembre 2001, puis l’attentat de Bali en septembre 2002, ne feront qu’aggraver. Dans ces commentaires, on incrimine volontiers les sociétés mélanésiennes, considérées comme « plus primitives » et « moins structurées » que celles de Polynésie. Les descriptions de ce nouveau désordre régional s’appuient en outre sur des métaphores et des analogies : on commence ainsi à parler d’une « africanisation » ou d’une « balkanisation » du Pacifique, et de l’arrivée au pouvoir de « Big Men » qui chercheraient à renforcer leur « mana »2. On y explique ces conflits par des interprétations culturalistes et ethniques, en soulignant par exemple l’« atavisme guerrier » océanien ou mélanésien, plutôt qu’en faisant référence à des contextes historiques précis, et notamment à l’héritage colonial contrasté de ces différents pays.

  • 3 Aucune lecture critique de ces points de vue n’a jusqu’ici été publiée en français, en dehors d’un (...)

3Cet chapitre vise à exposer et critiquer les arguments avancés par ces différents points de vue, ainsi que les critiques qui leur ont été formulées par d’autres spécialistes de la région, chercheurs et intellectuels australiens, américains ou océaniens3. Il reviendra précisément sur certaines des erreurs et des approximations commises à propos des partis et de la politique régionale, ainsi que sur un problème qui n’est jamais abordé dans ces travaux : la très forte centralisation administrative et économique de ces États, qui malgré des tentatives de décentralisation par la création d’institutions régionales intermédiaires, concentrent toutes les richesses, la bureaucratie et le pouvoir dans la capitale. L’article insistera donc sur le poids du legs colonial dans les conflits océaniens actuels, en opposant à ces raisonnements analogiques et racialisants une sociologie historique détaillée de l’évolution des rapports sociaux dans ces ex-colonies : structuration des rapports économiques, formes de l’État, modes de gouvernement et reconfigurations du lien social. Je pense, à la suite de J.-F. Bayart et Romain Bertrand que « le ‘legs colonial’, dans la ‘gouvernance’ contemporaine, va bien au-delà du simple enjeu de la ‘mémoire’ auquel il est volontiers ramené. Il structure dans leur intimité les sociétés politiques, celles du ‘Nord’ comme celles du ‘ Sud’. […] Penser le ‘ gouvernement du monde’, c’est penser, situation par situation, le rapport complexe et contingent qu’il entretient avec ses racines impériales » (2006 : 160).

4Dans un premier temps, je décrypterai l’argumentation de l’article fondateur de la théorie de « l’africanisation du Pacifique » (Reilly 2000), que je confronterai ensuite aux diverses critiques qui lui ont été formulées. Puis j’évoquerai la manière dont s’est propagé ce débat parmi les océanistes francophones depuis Doumenge (2002), avant de revenir sur la théorie majeure sur laquelle tous ces auteurs se sont appuyés : le concept d’« État faible » (« weak state », ou « failed state ») et l’idée qu’il existerait en Mélanésie un « arc d’instabilité » menaçant la paix de la région tout entière. Des théories qui justifient une véritable reprise en main par l’Australie, parfois qualifiée de « néocoloniale ». Enfin, en conclusion, je reviendrai sur les problèmes que pose l’emploi d’analogies et de métaphores en sciences sociales. Mon expertise de terrain est fondée sur deux territoires mélanésiens, la Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu, où j’ai mené des enquêtes respectivement depuis 1991 et 1997. Mais les chercheurs que je prétends critiquer dans cet article s’étant sentis légitimement fondés à généraliser leur propos à toute la région, je me permettrai donc, moi aussi, d’évoquer des territoires que je connais moins, en m’appuyant cependant à chaque fois sur des enquêtes menées par d’autres chercheurs.

Africanisation du Pacifique : l’invention d’une théorie

  • 4 Cf. Bensa et Wittersheim 1998b.
  • 5 C’est paradoxalement à l’ANU, la grande université australienne installée à Canberra, que sont bas (...)

5Le terme d’« africanisation » du Pacifique demeure largement inconnu du grand public français ; tout comme, d’ailleurs, la plupart des crises politiques qui sont sur venues dans cette région au cours des dernières décennies, à l’exception des « événements » de Nouvelle-Calédonie (depuis 1984-1988 jusqu’à l’accord de Nouméa en 19984). En revanche, de nombreux débats ont traversé le monde académique anglo-saxon (notamment en Australie), au sujet des conflits ou des guerres civiles qui ont agité plusieurs États insulaires de cette région depuis le début des années 2000. C’est le politologue Benjamin (appelé familièrement « Ben ») Reilly, directeur du CDI (Center for Democratic Institutions) à l’Australian National University (ANU), qui en a popularisé l’usage dans un article devenu célèbre5. Parmi les océanistes francophones, cette expression a été popularisée, on le verra, par le géographe François Doumenge dans un article intitulé « La Mélanésie, trou noir du Pacifique » (2002).

  • 6 À l’exception de deux États polynésiens : les Samoa occidentales et le royaume de Tonga.

6En 2000 paraît donc le fameux article de Reilly intitulé « The Africanisation of the South Pacific » dans l’Australian Journal of International Affairs. Pour Ben Reilly, le Pacifique a connu, depuis l’ère des indépendances, une période de relative stabilité et de démocratie, comme en témoigne par exemple la longue stabilité politique du Vanuatu depuis son indépendance en 1980. Dans la plupart des territoires océaniens, des élections sont organisées régulièrement ; elles sont très disputées et se déroulent généralement sans heurts. Indice important de leur « bonne santé démocratique », le fait de perdre le pouvoir n’y entraîne pas de risques pour les dirigeants qui se retrouvent dans l’opposition, et tout le monde semble se satisfaire de ce respect fondamental des droits civils et politiques. Selon Reilly, le Pacifique était même alors perçu sur la scène internationale comme une « oasis de démocratie », et la seule région du monde avec l’Europe à être quasiment dépourvue de régimes autocratiques6.

  • 7 Cf. Rapport de la fondation privée états-unienne « Freedom House », 1998-1999.

7Par opposition, l’Afrique, l’Asie, le Moyen-Orient, l’ex-Union soviétique et l’Amérique latine arrivaient loin derrière7. Sur 93 pays devenus indépendants entre 1945 et 1979, seulement 15 étaient encore démocratiques dans les années 1945-1979, et parmi eux un tiers se situait dans le Pacifique (Stepan and Skach, 1993). Des études comparatives ont montré qu’au cours des années 1980-1990, les pays du Pacifique étaient mêmes les seuls à avoir vu leurs structures démocratiques se consolider ; ils constituaient alors une proportion majeure des « démocraties bien établies » dans le monde en développement. Cette remarque sur le Pacifique perçu comme une « oasis de démocratie » est d’autant plus intéressante qu’elle invalide certaines autres explications au nouveau désordre régional, comme celle de Doumenge pour qui « une fois levées les contraintes coloniales, les antagonismes d’antan resurgissent » : ces régimes auraient donc fonctionné paisiblement durant 20 à 30 ans après leur indépendance avant de connaître des problèmes politiques majeurs. Malheureusement, la prise en compte de la profondeur historique de ces États ne sert qu’à mieux appuyer l’idée, centrale pour Ben Reilly, qu’un retournement brusque se serait produit aux alentours de l’an 2000. Teresa Teaiwa, une chercheuse océanienne enseignant à l’Université de Victoria à Wellington, critiquera d’ailleurs le « sens historique limité » de Reilly en rappelant que plusieurs crises politiques étaient déjà survenues par le passé, notamment au cours des années 1980 : en Nouvelle-Calédonie, à Fidji, ou au Timor Leste par exemple.

8Pour appuyer sa théorie d’une prétendue « africanisation » du Pacifique, Reilly avance 4 arguments principaux :

  • Les rapports de plus en plus tendus entre régimes politiques civils et forces armées
  • Le lien entre résurgence d’une ethnicité enracinée dans la société mélanésienne et accaparement des ressources (notamment les ressources naturelles) par le truchement de l’appareil d’État
  • La faiblesse structurelle des institutions gouvernementales : premiers ministres, parlements et surtout partis politiques.
  • Enfin, l’importance croissante de l’État, perçu comme moyen d’acquisition de richesses et d’accession et d’exploitation des ressources.
  • 8 Voir aussi Chappell (2005) pour une critique détaillée. Le titre de Fraenkel reprend ironiquement (...)

9C’est Jon Fraenkel, un politologue australien lui aussi basé à l’ANU à Canberra, qui a sans doute le mieux synthétisé les différentes critiques que l’on peut porter au propos de Reilly, dans son article : « The Coming Anarchy in Oceania ? A Critique of the ‘Africanisation’ of the South Pacific Thesis »8 :

La thèse de l’africanisation est analytiquement faible, elle n’a aucune logique interne et elle est empiriquement fausse. Certains États mélanésiens connaissent de sérieuses tensions actuellement, mais les crises politiques sont localisées, épisodiques et obéissent à des facteurs historiques bien précis, que n’expliquent guère une analogie vague et factuellement erronée avec l’Afrique. Quelques endroits seulement en Mélanésie connaissent une pauvreté et une désintégration urbaine avancées, et des guerres civiles comme en République Démocratique du Congo, ou des guerres entre États comme entre Sierra Léone et Liberia n’apparaissent en aucun cas dans la région […] L’afro-catastrophisme ne nous aide en rien à comprendre les causes des crises récentes dans le Pacifique, et ne risque donc guère de générer des réponses politiques efficaces.

10Dans la deuxième partie de son article, Fraenkel épluche méthodiquement les données statistiques (PIB, alphabétisation, éducation et espérance de vie) mais n’y trouve guère la preuve des similarités socio-économiques entre les deux régions avancées par Reilly. Fraenkel reproche à Ben Reilly de justifier son propos par des comparaisons rapides, et guère fondées, de la situation sociale des États africains et océaniens : contrairement à ce que dit Reilly, les indicateurs de pauvreté, d’alphabétisation, de soins médicaux et autres ne sont pas du tout les mêmes dans le Pacifique et en Afrique. Reilly s’appuie en particulier sur le fameux « rapport sur le développement humain » publié par les Nations Unies. Ce bilan publié chaque année cherche à évaluer le « bien-être humain » d’une manière plus élaborée que le « GDP » (gross domestic product, ou PIB — produit intérieur brut — en français) ; il comprend des indicateurs mesurant le degré d’éducation, de santé et de qualité de vie. Tout en reconnaissant leur importance, Jon Fraenkel souligne la fragilité et l’imprécision de ces indicateurs : ainsi, mesurer le degré d’éducation en nombre d’années passées à l’école ou par le taux d’échec aux examens néglige la qualité de l’éducation effectivement fournie. Les données concernant le Pacifique seraient en outre, particulièrement faibles et sujettes à caution, comme le montre Fraenkel avec l’exemple du taux d’alphabétisation des adultes : aux Îles Salomon, il serait passé subitement de 24 % en 1992 à 76,6 % en 2000, tandis qu’au Vanuatu, ce même taux serait étrangement tombé d’un seul coup de 64 % à 34 % entre 1999 et 2000.

  • 9 Sur l’inadaptation des critères des indicateurs socio-économiques à propos de la Mélanésie et du V (...)

11De même, le PPP (purchasing power parity ou « pouvoir d’achat comparable » en français) qui est censé nuancer la rigidité du calcul du PIB, s’avère peu adapté à des pays au sein desquels une large majorité de la population vit d’une agriculture d’autosubsistance. C’est particulièrement le cas dans plusieurs pays de Mélanésie, où l’on n’a jamais observé de problèmes alimentaires, ni a fortiori de famines comme c’est le cas dans un certain nombre de pays du continent africain9. De manière plus concrète, Fraenkel souligne aussi que la comparaison très rapide qu’établit Reilly entre les indicateurs concernant l’Afrique et le Pacifique est même démentie par le rapport sur le développement humain, aussi inadaptés que soient ses critères de classement : Samoa et Fidji figurent bien au-dessus des 48 États d’Afrique subsaharienne et devant leurs voisins mélanésiens. Quand à ceux-ci (PNG, Vanuatu et les Îles Salomon), leur PIB et l’espérance de vie dépassent de loin ceux des pays d’Afrique sub-saharienne. En conclusion, Fraenkel évoque la particularité des conflits survenus à Fidji et aux Salomon et quelles leçons on peut tirer de la littérature sur l’Afrique. Il démonte ainsi un à un les 4 arguments centraux avancés par Reilly :

  • L’amalgame entre coups d’État, mouvements sécessionnistes et insubordinations militaires, tout d’abord, sur lequel je reviendrai plus loin : Reilly met ainsi le même plan le coup d’État fidjien, des révoltes sociales populaires au Vanuatu et en Nouvelle-Calédonie, et le problème posé aux Îles Salomon par une longue histoire de migrations vers la capitale d’un État très centralisé.
  • L’idée que les identités ethniques seraient rigoureusement identiques en Afrique et dans le Pacifique. Reilly avance ainsi que les mouvements sécessionnistes s’appuient sur des critères ethniques facilement manipulables, mais sans expliquer pourquoi aux îles Salomon, où il existe près d’une centaine de langues vernaculaires, ce sont uniquement deux groupes « ethniques » qui agitent ce type de mobilisations.
  • Les prédictions de la Banque mondiale annonçant que dans le monde entier, et le Pacifique en particulier, les guerres civiles seront de plus en plus causées par des conflits autour du contrôle des ressources. Pour Ben Reilly, les conflits qui agitent la Mélanésie n’ont d’ethnique ou de politique que le nom ; ils seraient en réalité motivés par l’accès et la distribution des ressources naturelles. Mais on observe cependant que des problèmes politiques ou une dictature militaire n’empêchent pas le business de prospérer : en témoignent ainsi l’exploitation de bois tropical précieux ou l’exploitation des mines (d’or notamment) en Papouasie Nouvelle-Guinée (PNG), ou l’ouverture récente d’une mine de bauxite à Fidji, la première de l’archipel.
  • Et enfin, il revient sur le rôle des partis politiques, des systèmes électoraux et de l’État dans les deux régions (Pacifique et Afrique).
  • 10 Sur la corruption en Afrique, cf. Blundo et de Sardan (2007) ; ou Bayart (1996).
  • 11 Sur ce phénomène appelé aussi la « privatisation de l’État », cf. Hibou (1996).
  • 12 Le Vanuatu a depuis intégré l’OMC (organisation mondiale du commerce), malgré une forte opposition (...)

12Reilly répondra à ces différentes critiques en 2002, en s’appuyant sur le rapport des Nations Unies disant que Fidji et PNG sont derrière « certains » pays africains, et s’appuie surtout sur la PNG où on retrouve le même style de corruption qu’en Afrique10 Le politologue australien Stewart Firth (2001), qui fut l’un des tout premiers à adresser de vives critiques à l’égard de la « théorie de l’africanisation » défendue par Reilly, souligne l’importance de réfléchir au rôle, indirect mais majeur, joué par la Banque mondiale dans la restructuration et la « privatisation » de l’État et de l’économie dans les pays en développement11. Si elle a été menée à propos de l’Afrique (notamment au sein des groupes de réflexion du GEMDEV et du CODESRIA), une réflexion plus large sur la globalisation, la perte de souveraineté et l’interdépendance croissantes des États fait encore défaut à notre compréhension de l’État en Océanie. À titre d’exemple, le bilan globalement négatif que dresse Daniel Gay (2004) de la mise en place de la « CRP » (Comprehensive reform program, ou programme de réforme globale) au Vanuatu, qui a entraîné ce pays dans la spirale de la dette extérieure, devrait inviter à réfléchir aux possibles conséquences de l’imposition d’une forme de développement exogène et inadapté12.

« L’africanisation du Pacifique » vue de France

13Compte tenu du très faible intérêt des médias et du monde académique francophones vis-à-vis de l’actualité politique en Océanie, c’est finalement assez peu de temps après la sortie du texte de Ben Reilly qu’est paru le premier article en français reprenant cette idée d’une africanisation du Pacifique. Il est l’œuvre de François Doumenge (1926-2008) qui fut un professeur renommé de géographie humaine à l’Université de Montpellier et dirigea notamment l’ORSTOM (devenu depuis l’IRD) durant la première cohabitation en France (1987-1988). Il me semble nécessaire de lui donner ici une place conséquente étant donné le destin de cet article, qui inspirera par la suite un certain nombre d’auteurs francophones sur le sujet. Doumenge parle donc à son tour d’« africanisation » dans un article paru en 2002 dans Tahiti-Pacifique Magazine, mais assez curieusement, il ne cite ni l’article célèbre de Ben Reilly, ni personne d’autre d’ailleurs : son texte est pratiquement vierge de toute référence bibliographique. Voici la définition qu’il donne du concept d’« africanisation » : « terme exprimant, à l’échelle subcontinentale, l’anarchie non maîtrisable à base ethno-culturelle, induite par les décolonisations à l’instar de ce que l’Afrique noire révèle depuis 1960 ». Le texte de Doumenge s’avère dans son ensemble assez peu en rapport avec les exigences académiques, qui imposent de citer ses sources et de s’appuyer sur des données concrètes notamment :

Une fois levées les contraintes coloniales, les antagonismes d’antan resurgissent. Les nouveaux États s’avèrent incapables de les maîtriser, quand ils ne les favorisent pas. L’ordre basé sur le droit positif est une notion étrangère aux sociétés mélanésiennes. Crimes et châtiments sont purement mercantiles, on les rachète sans passer en justice et encourir de peine. L’équilibre des violences conduit à lui seul à la résolution des conflits. […] L’égalitarisme coutumier, traditionnellement distributeur des richesses et des hiérarchies, bloque toute tentative d’accaparement du pouvoir ou d’enrichissement personnel. C’est un frein aux structures dérivant du droit européen. Pour l’ensemble des nouveaux États mélanésiens, le pouvoir est avant tout un accès à l’argent facile sans que, d’ailleurs, il n’y ait aucune échelle de référence puisque l’économie et la gestion monétaire sont totalement étrangères aux concepts éthiques fondamentaux des insulaires océaniens.

14François Doumenge évoque ensuite pêle-mêle les différents États mélanésiens, les Îles Salomon, le Vanuatu, Fidji et la Papouasie-Nouvelle-Guinée :

Contaminé par le conflit de Bougainville et les mœurs de Port-Moresby [la capitale de la PNG toute proche], l’État salomonais est en proie à des dérives sécessionnistes permanentes, en particulier dans l’archipel de le Nouvelle-Géorgie où la dernière génération des « chasseurs de têtes » était ni plus ni moins celle des grands-parents des leaders actuels.

  • 13 À propos des conflits et du rapport à l’État aux Îles Salomon, cf. notamment Kabutaulaka (2001) et (...)

15En quoi une région particulière des Îles Salomon, que lui-même semble considérer comme encore peuplée de sauvages, peut-elle être « contaminée » par ce qui se passe dans d’autres pays ? Peut-être est-il nécessaire ici de rappeler que Twitter et Facebook n’existaient pas à l’époque, et que l’accès à l’internet demeurait alors — et demeure toujours — très limité aux Îles Salomon. On peut encore souligner le parallèle douteux qu’établit Doumenge entre Francis Ona, leader charismatique de la contestation contre le géant minier Rio Tinto qui exploitait la mine de Bougainville (dont il avait lui-même été employé) et Harold Kéké, l’un des leaders de la GRA (Guadalcanal Revolutionary Army), qui devint par la suite un violent homme de main coupable de dizaines de meurtres, dont celui d’un ministre et de six missionnaires catholiques mélanésiens : tous deux sont qualifiés de « big men à la tête de bandes » sans autre précision, dans une analogie douteuse13.

  • 14 Cf. mon film sur la campagne électorale de 2002 au Vanuatu : Grassroots, Ceux Qui Votent.

16Au sujet du Vanuatu, Doumenge (dans une section titrée : « farces et attrapes » pour souligner l’aspect tragicomique selon lui de la politique mélanésienne) évoque la figure controversée de Barak Sope, un ancien Premier ministre, mais sans souligner l’importance qu’a représentée, en termes d’indépendance de la justice et de lutte contre la corruption, sa condamnation à trois ans de prison en 2002 ; puis il mentionne des « émeutes populaires » dangereuses sans plus de précision : il s’agit des émeutes, fin 1997, qui ont suivi le scandale du VNPF, (le Vanuatu National provident Fund, caisse de retraite locale), des émeutes fondées sur une exigence de justice sociale et anti-corruption (Wittersheim 2006a) ; et enfin un « durcissement de forces armées de plus en plus adeptes du coup d’État pour assurer leur solde ». L’expression « de plus en plus adeptes du coup d’État » suggérerait qu’elles en ont déjà commis plusieurs, alors que le Vanuatu n’a jamais connu de coup d’État militaire. Lorsque la VMF (Vanuatu Mobile Force) a menacé d’arrêter le Président de la république, c’était pour faire pression sur le gouvernement afin d’être payés, et non pour prendre le pouvoir ; ensuite, ce risque n’a jamais été plus loin qu’un avertissement donné aux gouvernements, et le Vanuatu connaît depuis son indépendance, il y a plus de trente ans, une démocratie qui n’a pas connu d’interruption : chaque élection y est très disputée et se déroule dans des conditions correctes, sans violences14, et sans que des menaces pèsent sur les dirigeants qui perdent le pouvoir, ou ceux qui cherchent à l’acquérir. Le Vanuatu, comme d’autres pays de la région, connaît certes des problèmes politiques et sociaux mais ils n’ont rien à voir avec la situation du Sierra Léone : point n’est besoin de les exagérer pour en prendre la juste mesure.

17À propos de Fidji, Doumenge évoque le « rôle trouble » des militaires, formés au sein de la FINUL comme casques Bleus de l’ONU. Il parle des Indiens intimidés qui quittent Fidji, ce qui fait plonger l’économie ; de la ville de Suva, devenue « un foyer de criminalité majeur », une remarque qui n’est pas corroborée par les faits ni d’autres commentateurs sur Suva, et n’explique pas pourquoi les touristes continuent d’affluer dans cet archipel qui représente un peu, dans l’imaginaire des classes populaires et moyennes d’Australie, ce que les Baléares sont à la France. Fait remarquable, si quatre coups d’État ont agité Fidji depuis 1987 pour remettre en cause la domination indienne de l’économie (Lal et Pretes 2001, Cretton 2007), jamais cette communauté n’a souffert de persécutions physiques telles qu’on peut en voir justement en Afrique lorsque sont chassées des communautés de migrants de venues indésirables. L’analogie avec l’apartheid sud-africain que propose Doumenge est donc sujette à caution. Autre fait notable aussi, les jeunes fidjiens et indo-fidjiens, en ville du moins, se mélangent allègrement, notamment à l’USP, l’Université du Pacifique Sud à Suva.

  • 15 Suite au premier coup d’État de 1987, les autochtones Fidjiens voient leur représentation au Parle (...)

18Doumenge n’évoque absolument pas le problème majeur qui sous-tend ces troubles politiques à Fidji : la communauté indienne, « importée » par les Anglais pour les besoins de la colonisation (l’industrie de la canne à sucre en particulier), est devenue presque majoritaire sur le plan démographique, ce qui fait que les Fidjiens de souche se sentent menacés de perdre le pouvoir politique15. La domination économique des Indo-fidjiens n’est pas due à une quelconque « supériorité intellectuelle » comme le suggère Doumenge : elle provient en large partie du fait que les indigènes fidjiens sont régis par un « Grand conseil des chefs » et une définition de la « coutume » introduits par les Anglais au XIXe siècle, et également du fait d’une législation sur les terres qui rend très complexe pour eux le fait d’exploiter celles-ci commercialement, car elles sont terres coutumières et collectives. Cet état de fait, censé protéger la culture fidjienne (que les Anglais considéraient comme noble et admirable) des effets destructeurs de la modernité, a aujourd’hui pour conséquence de les empêcher pour partie de développer eux-mêmes leurs terres.

19On retrouve un problème un peu comparable aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie, où se posent des questions analogues et directement héritées des modalités concrètes de la colonisation dans ces archipels. La population autochtone s’y trouve mise en minorité par l’importation massive de populations exogènes (Français de métropole, Wallisiens et Futuniens principalement). Les situations calédonienne et fidjienne apparaissent ainsi comparables à l’aune des enjeux du développement économique. Le projet d’usine de nickel en Province nord, qui entraîne un rapide développement urbain autour de la commune de Koné : le statut des terres coutumières et des réserves kanak rend complexe et difficile l’installation de projets de développement sur ces terres (logements, bâtiments publics, etc.) ; en revanche les Européens qui possèdent des terres de droit privé (et notamment les anciens « colons ») peuvent beaucoup plus aisément profiter de l’élan économique actuel, notamment sur le plan foncier. La Nouvelle-Calédonie constituerait pourtant, selon François Doumenge, un modèle complètement différent, et même un contre-modèle de l’africanisation du Pacifique :

Aujourd’hui, avec sa politique économique et son intégration à l’économie mondiale notamment par le biais du nickel, la Nouvelle-Calédonie n’est ni plus ni moins que le contre-modèle de l’africanisation du reste de la Mélanésie.

  • 16 La Pacific Way est une idéologie consensuelle qui s’est développée au cours des années 1970 et 198 (...)

20Nouvelle forme, selon lui, de « Pacific Way »16,

la substitution de la négociation aux violences se réalise par la promotion d’un haut niveau de vie partagé par le plus grand nombre : c’est le fondement même de la ‘conciliation durable’ des communautés ethno-culturelles, et à terme, de l’unification de la société par métissage généralisé des hommes et des valeurs de convivialité qui est fort avancée en Polynésie Française et qui doit être le but à atteindre en Nouvelle-Calédonie.

21La vision extrêmement positive et réconciliatrice que propose ici Doumenge de la Nouvelle-Calédonie repose néanmoins sur un mythe, sinon sur un terrible mensonge :

La colonisation française ayant été conduite selon les normes républicaines, « l’assimilation » des autochtones mélanésiens a toujours été le but assigné, même en termes lointains.

22Les Kanak accéderont certes à la citoyenneté en 1946, mais aucun effort substantiel ne sera fait pour améliorer les conditions sociales et sanitaires, et surtout permettre une quelconque « assimilation » : le premier Kanak a décrocher le baccalauréat est Boniface Ounu en 1962, et on peut relire les pages que Tjibaou consacre à son éducation et son interminable parcours scolaire pour se rappeler la discrimination dont ont souffert, et souffrent toujours les Kanak au sein du système scolaire (Tjibaou 1996, Salaün 2005, 2013).

  • 17 Le terme balkanisation, employé récemment à propos de l’Espagne et du Royaume-Uni, est mobilisé en (...)

23Contrairement au texte nettement plus élaboré de Ben Reilly, voire aux critiques nombreuses et argumentées qui lui ont été adressées, le texte de Doumenge a rencontré un succès certain dans le Pacifique francophone, où il a même fait de nombreux émules. Sans s’attarder ici sur ces textes qui n’apportent guère d’idées ou de révélations supplémentaires (sinon parfois des nuances bienvenues, bien qu’aucun, précisons-le, ne porte à la connaissance du public français les travaux nettement plus précis des politologues australiens), citons néanmoins le politologue Jean-Marc Regnault (2005) qui emploie une autre analogie en parlant de « balkanisation » du Pacifique17 ; le linguiste australien Darrell Tryon qui résume la guerre civile aux Îles Salomon par un lapidaire : « le pouvoir aux Big Men », ou le géographe Xavier Huetz de Lemps qui évoque : « un atavisme guerrier (qui) reste sous-jacent (et) resurgit dans les conflits qui sont réapparus ces dernières décennies dans les hautes terres de Nouvelle-Guinée du fait de la faiblesse de l’État ». Le juriste Guy Agniel (2008) et l’historien calédonien Frédéric Angleviel (2004) ont également développé des points de vue proches, où la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie Française constitueraient les seuls contre-exemples positifs à l’anarchie rampante et au retour d’une violence enracinée au plus profond de la culture océanienne, et en particulier mélanésienne. En résumé, heureusement que la France est là !

  • 18 Cf. Jean-Michel Demetz, « Le naufrage de la Mélanésie », L’Express, 31 juillet, 2003, pour qui « L (...)
  • 19 La rédaction de Tahiti-Pacifique Magazine accepta de publier ce texte du Palika, tout en prenant l (...)
  • 20 Sur l’opposition éculée entre le cannibale et la vahiné, voir l’ouvrage de Boulay (2000) et sur la (...)

24Ces différents travaux n’ont guère suscité de critiques en Français. Abondamment repris par la vulgate journalistique18, cet article de Doumenge aura au moins suscité des réactions en Nouvelle-Calédonie : la rédaction du journal Kanak, organe du Palika (Parti de Libération Kanak, une des composantes du FLNKS) publia ainsi un commentaire en réaction au texte de Doumenge dans un numéro ultérieur de Tahiti-Pacifique Magazine19 réagissant à ce qu’il qualifie de « tissu d’inepties », de clichés et de poncifs, l’auteur y critique certains des présupposés évidents sur lesquels s’appuie Doumenge : l’idée d’un « égalitarisme coutumier » ou le développement vu comme seul horizon possible, tout comme l’opposition prétendument savante entre le bon sauvage polynésien (incarné par « la vahiné suave et accueillante ») et « l’inquiétant Mélanésien, sanguinaire et cannibale », que le géographe souhaiterait voir dépasser grâce à un « métissage généralisé », idée assez répandue parmi les universitaires français du Pacifique. Rappelons que cet argument du métissage a régulièrement servi d’argument aux anti-indépendentatistes en Nouvelle-Calédonie, et avait été avancé par Bernard Pons lorsqu’il était Ministre des DOM-TOM durant la première cohabitation (1986-1988)20.

25Sans développer ici les différentes critiques que l’on peut formuler au texte de Doumenge (notamment sur le plan méthodologique), rappelons néanmoins que, pour les observateurs des crises politiques dans le Pacifique, les « troubles » évoqués très (trop) rapidement çà et là dans son article sont souvent, d’abord, des mouvements sociaux. Les troubles politiques de la fin des années 1990 en Papouasie Nouvelle-Guinée étaient liés à des manifestations contre la privatisation d’entreprises gouvernementales, d’où le soutien apporté à l’armée qui s’est opposée à l’emploi de mercenaires par le gouvernement (« Sandline Affair », sous le gouvernement de Bill Skate en 1997). Il en est de même pour les émeutes du VNPF au Vanuatu fin 1997-début 1998, déjà évoquées plus haut : qualifiées par Doumenge de « troubles ethniques », ces émeutes étaient motivées par un scandale politico-financier, de nombreux politiciens ayant bénéficié de prêts à des taux très avantageux, des prêts qu’ils n’avaient d’ailleurs jamais remboursés (voir Wittersheim 2006a). Doumenge n’évoque qu’assez peu, ou alors de manière positive, les territoires francophones du Pacifique. Ainsi, il ne fait guère mention de l’instabilité chronique de la politique en Polynésie française, qui a connu plus d’une dizaine de gouvernements différents depuis 2004 et dont la « stabilité » était due essentiellement à la domination autarcique de Gaston Flosse sur les institutions locales. Les grandes émeutes survenues en 1995 à Faa’a (la ville dont le leader indépendantiste, Gaston Temaru, est maire) ne sont quant à elles pas du tout évoquées dans l’article de Doumenge, pour qui le « trou noir » du Pacifique, c’est avant tout la Mélanésie.

Weak state, failed state et « arc d’instabilité » : désordre régional et reprise en main

  • 21 On assiste aussi à des débats de ce type à l’intérieur même de la fédération australienne, avec la (...)

26Si j’ai volontairement renvoyé dos à dos ici les points de vue pourtant très inégalement argumentés de Doumenge et Reilly, c’est parce qu’ils reposent à mes yeux sur les mêmes fondements idéologiques et qu’ils révèlent la même volonté d’avancer, en sous-main, des « solutions » nécessaires pour dépasser le désordre : reprendre le contrôle des États indépendants et renforcer la mainmise métropolitaine sur les territoires non autonomes. Ces débats sur l’africanisation et la balkanisation du Pacifique s’inscrivent en effet dans une volonté de reprise en main par les deux grandes puissances de la région, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Deux « grandes puissances » à l’échelle régionale, mais dont la relative petite taille à l’échelle mondiale pose problème, dans un contexte de plus en plus grand d’interdépendance entre les États et de montée en puissance de l’Asie, et d’éloignement des États-Unis et de l’Europe. D’où aussi la question, aucunement évoquée par les différents auteurs cités plus haut, d’un projet de marché commun (« PACER PLUS » : Pacific Agreement on Closer Economic Relations) qui s’accommode assez bien de l’idée d’un contrôle accru et d’une inféodation politique et commerciale de ces États insulaires21.

  • 22 En 1997, la découverte par un journaliste d’un rapport secret marqué « AUSTEO » (« Australian Eyes (...)
  • 23 Pour des analyses critiques de cette théorie, cf. May (2004) et Robert Ayson (2007) « Australia’s (...)

27Pour ces différentes raisons, l’opposition travailliste australienne a développé, pour contrer la politique du conservateur John Howard (élu pour la première fois en 1996), l’idée que l’incurie du pays en matière de relations internationales, caractérisée par un « laisser-faire » néolibéral et un mépris puissant pour les voisins océaniens qui l’entourent22, était en train de laisser se constituer un « arc d’instabilité » au nord et à l’Est de l’Australie. Un « arc » qui, du Vanuatu à l’Irian Jaya en passant par Timor et les Îles Salomon, risquait d’entraîner une contagion progressive de toutes les zones fragiles de la région, et faire basculer celle-ci dans le chaos. La théorie de l’« arc d’instabilité »23 vient ainsi corroborer et en quelque sorte « localiser » les analyses en termes de weak state ou failed state, des analyses qui ne sont pas propres à l’Océanie.

  • 24 En PNG ou à Fidji, l’État connaît des problèmes, donc l’État est faible, donc ce sont des « États (...)

28Il est nécessaire ici de revenir sur la genèse de ce concept d’« État faible » ou de « failed state » (« État en faillite »). Alex Gourevitch (2005), un politologue de Harvard, a clairement synthétisé les différents aspects de ce nouveau paradigme. Il s’est popularisé dans le monde académique et le cercle des décideurs politiques depuis la fin de la Guerre froide, en particulier depuis le 11 septembre. Mais en tant que concept analytique, il demeure, dit Gourevitch, étonnamment vague et même « fondamentalement fallacieux ». Il associe pêle-mêle différents types de conflits politiques (la Somalie, le Liberia, Haïti, la République Démocratique du Congo, l’ex-Yougoslavie, l’Afghanistan ou l’Irak ont tour à tour été qualifiés d’États « faillis ») et tend vers des explications d’ordre tautologiques ou téléologiques24. Gourevitch détermine trois grands types de problèmes autour de l’emploi du concept de « failed state » : tout d’abord, le concept s’avère difficile à définir et demeure vague. En second lieu, il y a une confusion fréquente entre les causes et les conséquences de ce que serait un État faible ou « en faillite » ; enfin, comme on l’a déjà vu, il rassemble des situations extrêmement diverses de conflits tous censés converger vers l’anarchie et le chaos. En outre, ajoute Gourevitch, un flou théorique entoure chacun de ces points problématiques : l’absence de distinction claire entre l’État, le gouvernement ou les institutions.

Non qu’il n’y ait, dit Gourevitch, une certaine vérité dans ce concept d’État faible. Mais si les caractéristiques de la doctrine de l’État faible ou « failli » révèlent une vérité, c’est une vérité sur la pensée occidentale et non sur les réalités politiques du tiers-monde. Les États faibles en tant que tels n’existent pas. Ils manifestent plutôt l’incapacité de l’Occident à donner un sens aux conflits dans le tiers-monde, du fait d’un désenchantement de ses propres institutions étatiques. Les préoccupations dictant la doctrine de l’« État faible » sont avant tout révélatrices d’une perte de confiance en l’État et en la souveraineté en Occident (Gourevitch 2005).

29Il est en effet bien difficile aux Occidentaux d’imaginer des formes de souveraineté autres que westphaliennes, et c’est d’autant plus vrai à propos des sociétés océaniennes (Gagné et Salaün 2010). Un point de vue qui rejoint les réflexions de Jonathan Friedman sur le déclin hégémonique de l’Occident (1994, 2004), l’affaiblissement des structures étatiques entraînant presque mécaniquement un renforcement des identités locales. Ces théories du weak state et du failed state, en vogue dans les discours institutionnels internationaux depuis une dizaine d’années, s’accordent quant à elles tout à fait avec la perception anarchique de la région que nous livrent Reilly et Doumenge. Elles justifient que, par extension, il soit logique d’expliquer ainsi la nouvelle politique régionale australienne après le 11 septembre et l’attentat de Bali en septembre 2002, qui avait fait de nombreuses victimes australiennes :

Voilà maintenant Canberra engagé dans diverses actions destinées à éviter la désintégration des petits pays océaniens, qui pourrait constituer une menace pour la sécurité directe de la région, en en faisant une cible idéale pour les individus ou groupes criminels ou terroristes internationaux. La brillante réélection de M. Howard, le 9 octobre 2004, a renforcé la coopération avec les États-unis de M. George W. Bush et le partage des responsabilités dans la conduite des affaires du monde (Regnault 2005).

  • 25 Ce soutien presque indéfectible à la politique américaine, symbolisé par la signature du traité mi (...)

30Les liens militaires entre l’Australie et les États-Unis n’ont cependant rien de nouveau, et l’on peut même dire qu’en dehors d’une parenthèse où ils s’étaient un peu relâchés, lors de la grande période d’ouverture de l’Australie à l’Asie (années 1980-1990), elles sont une caractéristique majeure de la diplomatie australienne depuis la Seconde guerre mondiale. Des soldats d’élite australiens du « SAS » (Special Air Service Regiment) figurèrent ainsi parmi les toutes premières troupes qui envahirent l’Irak en 200325.

31La théorie de l’africanisation se développe donc à un moment précis de l’histoire du Pacifique, en Australie, quelques années après la première élection du conservateur John Howard (1996) et le retour au pouvoir des Libéraux après treize années de domination travailliste. Howard, partisan d’un renforcement économique et politique de l’Australie dans la zone Asie-Pacifique, est aussi un pro-américain convaincu depuis toujours (il avait soutenu, à l’époque, la Guerre du Vietnam). Chaud partisan de la lutte contre le communisme durant la guerre froide, Howard a fait de la lutte contre le terrorisme l’un de ses chevaux de bataille. Après le 11 septembre, « the war against terror » devient une obsession à propos de tout conflit survenant dans la région : qui dit conflit civil dit désordre étatique, dit risque de reprise en main par des terroristes et donc danger pour l’Australie et le monde libre (raisonnement téléologique). Ce lien d’« évidence » entre « failed state » et lutte anti-terroriste n’a d’ailleurs pas échappé à l’un des meilleurs connaisseurs du conflit salomonais, Tarcisius Tara Kabutaulaka (2004).

  • 26 John Howard perdit le pouvoir en 2007, après onze ans à la tête du gouvernement australien, au pro (...)

32C’est durant la législature de John Howard que sera établie la RAMSI, force australienne d’intervention aux Îles Salomon, et que des propos très durs seront tenus à l’égard des régimes indépendants (notamment le Vanuatu, autrefois très hostile à l’Australie), accusés de favoriser le blanchiment d’argent et la circulation de personnes liées au terrorisme26. Cette obsession du terrorisme, dans une région qui n’a jamais connu d’actes terroristes, ni au cours des luttes d’indépendance ni après celles-ci, trouve écho chez certains chercheurs préoccupés d’apparaître comme utiles au pouvoir politique des grandes puissances régionales. Taxer de terrorisme un mouvement indépendantiste comme le FLNKS en Nouvelle-Calédonie durant les « événements » ou un État dont la politique extérieure déplaît n’est cependant pas nouveau, ni propre au Pacifique.

État, gouvernement et institutions parlementaires : décrire et observer la politique

  • 27 Cf. Wittersheim (1999 et 2006b) pour un bilan critique de ces débats.

33L’un des aspects les plus dommageables des théories de l’« africanisation » et la « balkanisation » du Pacifique, est qu’au lieu de proposer une nouvelle approche du politique en Océanie, fondée sur des enquêtes sociohistoriques fines et non sur des préjugés, elles imposent une explication d’ordre général à un éventail de situations très variées. Ces débats rappellent en cela ceux qui ont agité le microcosme intellectuel et politique océanien quelques années auparavant, lorsque les transformations sociales, économiques et politiques étaient systématiquement perçues à travers la grille de lecture rigide et manichéenne de l’« invention des traditions ». En faisant l’économie des contextes sociaux entourant les mouvements culturels et politiques océaniens pour se focaliser sur les symboles les plus visibles (drapeau, hymne, discours), de nombreux anthropologues ont ainsi opposé le traditionnel au moderne, l’authentique à l’inauthentique, le peuple aux élites, le rural à l’urbain ou le païen au christianisé27. Un discours séduisant, aux effets rhétoriques efficaces, et transposable à tous les types de contexte, cachant également en sous-main un profond mépris pour les reformulations contemporaines de la culture au sein des sociétés océaniennes, ce qui fit dire à Marshall Sahlins que :

Quand les Européens inventent leurs traditions, on appelle cela un authentique renouveau culturel, les prémisses d’un avenir en construction. Quand d’autres peuples le font, c’est un signe de décadence culturelle, une récupération factice, qui n’est qu’un simulacre du passé (Sahlins 1993 : 8).

  • 28 Comme en témoignent, par exemple, la faiblesse bibliographique et l’absence de toute ethnographie (...)

34Il est nécessaire de resituer ces discours, qui ont suscité de vives polémiques dans plusieurs pays océaniens et au sein des milieux académiques, dans la perspective plus générale du déclin de l’autorité ethnographique et plus généralement de la polarisation de plus en plus vive des affirmations identitaires et de la contestation de l’hégémonie occidentale, soulignées par Jonathan Friedman (1994, 2004). Ceci permet d’inscrire la réflexion sur la politique en Océanie dans une dynamique plus vaste et dans un temps long qui échappe souvent à l’analyse de chercheurs qui n’ont, en outre, souvent pas travaillé directement sur ces situations politiques qu’ils commentent plus en tant que « citoyens concernés » qu’en véritables spécialistes28. L’approche que j’ai choisie dans mes travaux sur la politique en Mélanésie, en cherchant à privilégier les pratiques et les institutions plus que les seuls symboles ou discours, me conduit à m’intéresser à l’articulation entre les institutions étatiques (découpages territoriaux, élections, définition du statut des chefs par l’administration ou les missions) et les recompositions des affiliations identitaires et politiques (émergence de revendications régionalistes, revendications « ethniques » lors des campagnes électorales). Il s’agit ainsi de pratiquer une anthropologie des institutions étatiques qui tienne à la fois compte de leur histoire spécifique et du rapport que les individus entretiennent avec elles. Une entreprise qui, dans le contexte de la recherche francophone sur le Pacifique, demeure rare.

  • 29 Pour ne citer que quelques travaux allant dans ce sens : un numéro spécial de Politix intitulé « L (...)
  • 30 Sur la complexité et la variabilité de la « greffe de l’État » à propos de l’Afrique, voir Bayart (...)

35Au contraire de l’Afrique sub-saharienne, le Pacifique Sud n’a pas connu de Georges Balandier proposant, dès le début des années 1950 et dans le sillage des anthropologues anglo-saxons de l’École de Manchester, d’étudier la ville, la situation coloniale, la formation de l’État moderne et des partis, ainsi que les transformations complexes qu’entraîne l’imbrication étroite de ces nouveaux phénomènes avec les systèmes sociaux et les croyances locales (Balandier 1955). Une recherche qui tienne compte, en somme, de la « situation coloniale ». L’anthropologie a-t-elle quelque chose à dire dans ce débat, où doit-elle laisser la place aux seuls politologues ? N’est-elle pas au contraire en mesure d’apporter, en associant enquêtes de terrain fines de longue durée et perspective nationale, des éclairages nouveaux à la compréhension de ce phénomène tout aussi nouveau qu’est la démocratie dans le Pacifique ? De récents travaux menés par des anthropologues, des socio-historiens et des politistes montrent tout l’intérêt d’aborder le legs colonial en articulant les ex-colonies à leurs anciennes métropoles, au mépris parfois des frontières disciplinaires étanches qui empêchent de restituer la complexité de la formation de l’État en situation post-coloniale29. C’est en proposant des réflexions sur une ethnographie fine de la politique en Océanie que l’on pourra dépasser et invalider des analyses trop rapides et ne reposant que sur de fausses analogies avec d’autres situations qui n’ont positivement rien à voir avec le Pacifique, sinon la couleur de peau de leurs habitants. Comme l’a souligné Fraenkel, les conflits qui permettent à Reilly ou Doumenge de parler d’une « africanisation » du Pacifique sont très localisés et ne peuvent donc être qu’abusivement interprétés comme le signe d’une incapacité générale de ces sociétés à vivre dans la paix ou même à intégrer la démocratie30.

  • 31 Cf. Michalon, « Pour la suppression de l’élection présidentielle en Afrique », Le Monde diplomatiq (...)

36Des enquêtes détaillées sur le rapport des Mélanésiens à la politique, par exemple, et leur familiarisation progressive à la pratique démocratique, montrent même le contraire (Van Trease 1995, Demmer 2002, Morgan 2003, 2006, Soriano 2000, Wittersheim 2006a, Trépied 2010). Quant aux problèmes d’instabilité parlementaire, il conviendrait avant tout de les penser en rapport aux types d’institutions et de gouvernementalité qui ont été mis en place au moment des indépendances, et non en relation à une supposée « mentalité tribale » dérivée de préjugés racistes et ethnocentristes. C’est d’ailleurs là un oubli important parmi les zélateurs de la théorie de l’« africanisation » (sauf peut-être chez Reilly). Les modèles de gouvernement choisis, et notamment l’adoption d’une démocratie parlementaire de type « Westminster » (Kabutaulaka 2008), sont propices à des changements de gouvernements aisés et préjudiciables à la stabilité ; on peut opposer à cela, cependant, la dérive autoritaire qu’a entraînée en Afrique sub-saharienne l’adoption d’un régime présidentiel calqué sur celui de la Ve République française31. De même devrait-on prendre plus systématiquement en compte, à propos du Vanuatu et de l’inévitable référence à son « instabilité parlementaire chronique », la particularité du système de vote en vigueur (le SNTV ou « Single Non Transferable Vote », cf. Van Trease 2005). De manière plus générale, et dans une perspective intégrant le temps long, il est important de rappeler qu’il n’y avait pas, dans la plupart des pays océaniens, de citoyenneté pour les populations indigènes durant la période coloniale. D’autres éléments d’ordre économique entrent en jeu, comme la question des ressources naturelles, dont l’importance varie considérablement selon les îles et les États, ainsi qu’à l’intérieur de ceux-ci.

User (et abuser) des analogies en sciences sociales

  • 32 Voir l’article que Delphine Naudier et Éric Soriano (2010) consacrent à Colette Guillaumin, qui ch (...)

37Jusqu’à une période récente, les recherches menées dans la région océanienne avaient été dominées par des problématiques anthropologiques classiques (l’échange, la parenté, les figures du pouvoir traditionnel), et faisaient très peu de place à la politique contemporaine et à la question de l’État (Wittersheim 2006b). Sauf à en parler sur le mode de l’« inauthenticité » et de l’« invention de la tradition », un concept tout aussi flou et transposable que celui de « weak state », par exemple. Mais, malgré cette soudaine abondance de publications sur l’actualité récente, connaissons-nous mieux, pour autant, la politique contemporaine au sein de ces jeunes nations d’Océanie ? La plupart de ces analyses ne reposent pas sur une connaissance fine de ces situations, acquise par des enquêtes de terrain. C’est, on l’a vu, particulièrement le cas des études publiées en français, qui peuvent d’autant plus prendre des libertés avec la réalité du terrain que l’actualité politique des territoires et États océaniens est rarement évoquée par les médias francophones. En outre, l’usage de l’analogie et de la métaphore à des fins de comparaison, bien qu’ayant une efficacité rhétorique certaine, aide-t-il à mieux comprendre ces situations, ou bien ne fait-il que brouiller un peu plus l’écoute nécessaire des enjeux, des motivations, des raisons pour lesquelles ces désordres ont surgi ? Bien que ces théories se soient développées de manière beaucoup plus convaincante parmi les chercheurs anglo-saxons qu’en France, elles possèdent cependant toutes un arrière-fond idéologique qui repose sur le sens commun et un certain nombre de préjugés culturalistes et racialisantes, sinon implicitement racistes32.

38Ces critiques concernent toutes la Mélanésie, les « îles noires », qui ne possédaient pas de royaumes et sont divisées en multitudes de groupes ethnolinguistiques ; déjà, les premiers explorateurs — comme, plus tard, la plupart des fonctionnaires coloniaux — les considéraient comme plus primitives que les populations polynésiennes. Cependant, et cela ne figure ni chez Reilly, ni chez Doumenge ou Agniel voire Regnault, il faut souligner que c’est en Polynésie que la démocratie est la moins bien consolidée : Samoa et Tonga ne sont pas des régimes démocratiques — tant s’en faut — Tonga étant de surcroît l’une des dernières, sinon la dernière monarchie absolue au monde. Ce qui est d’autant plus surprenant que Tonga possède le plus fort ratio de docteurs par habitant, ce qui tendrait à infirmer l’idée que l’éducation, à tout le moins le développement des classes moyennes, serait un gage absolu de démocratie.

  • 33 Cf. Bosa et Wittersheim, « Chronologie du Pacifique » et entrée « Polynésie française » dans L’Éta (...)

39En Polynésie Française, l’instabilité politique a atteint des records inégalés dans le Pacifique, avec 13 gouvernements différents depuis 200433 ; on pourrait aussi parler de la récente crise politique qui a agité la Nouvelle-Calédonie en 2012, où le congrès du territoire fut incapable durant des mois de se choisir un nouveau gouvernement, comme le stipule désormais la constitution.

40Les théories de l’africanisation et de l’État faible, dans le contexte académique australien, s’appuient sur une argumentation fondée et chiffrée, et inscrite dans une temporalité courte. Dans le contexte français, elles sont d’autant plus aisément reprises et généralisées que le public ignore presque tout des réalités politiques contemporaines d’un continent qui demeure connu et évoqué surtout pour ses cultures indigènes traditionnelles, ses volcans, ses lagons, ou ses grands sportifs. Parler d’« africanisation du Pacifique », aussi évidente et frappante que puisse sembler cette formule forte au premier abord, ne procure aucune aide pour penser ces nouvelles situations. Cette formule m’évoque surtout la défense exercée par le philosophe Jacques Bouveresse pour venir en aide à Sokal et Bricmont qui dénonçaient l’usage vague et intempestif, par les littéraires et essayistes, de notions et théorèmes scientifiques mal digérées, où l’on voit : « L’exploitation confuse d’une analogie superficielle et trompeuse […] prendre la forme d’une entreprise théorique et systématique qui ne peut pas ne pas impressionner fortement le lecteur non informé par sa scientificité apparente ».

Conclusion : étudier la politique océanienne contemporaine

  • 34 Sur la cécité des anthropologues vis-à-vis du phénomène urbain en Océanie, voir Dussy et Wittershe (...)

41« Les sociologues du sport, disait Bourdieu, sont en quelque sorte doublement dominés, et dans l’univers des sociologues, et dans l’univers du sport ». Bourdieu expliquait cela par le fait que la sociologie du sport est dédaignée par les sociologues et méprisée par les sportifs. J’ajouterai ceci : étudier le sport, c’est s’exposer à parler d’un objet sur lequel tout le monde à un avis, et peut se permettre d’en avoir un. Étudier, en anthropologue, la politique contemporaine dans le Pacifique, c’est un peu la même chose. Je travaille dans une aire culturelle où le terrain qu’on a choisi fait de nous un spécialiste généralement reconnu et identifié par le nom même de la « tribu » ou de « l’ethnie » qu’il étudie. Mais, comme je travaillais en ville et en cherchant à ne pas me focaliser sur un groupe ethnolinguistique particulier, j’ai plus d’une fois été confronté à cette réflexion, que Port-Vila (la capitale) « ce n’est pas le vrai Vanuatu »34. Et lorsque je présente mes enquêtes sur la politique et les quelques conclusions que je peux en tirer, je suis régulièrement confronté à des critiques ou à des remarques fondées principalement sur le sens commun ; celui-là même qui autorise tout un chacun à laisser entendre ses opinions, surtout en période électorale, et en démocratie.

42Une certaine surprise, voire un certain découragement peuvent vous saisir lorsque les longs mois passés sur le terrain à essayer de donner un sens à la participation politique des habitants d’une nation océanienne indépendante sont balayés d’un « mais ils votent tous comme le chef leur a dit ». Quid des entretiens menés avec des hommes politiques, députés, ministres, ou simples militants, pour comprendre leurs trajectoires, leurs choix, leurs idées ? Peut-on purement et simplement les qualifier d’affabulations, sans rapport aucun avec la réalité des pratiques politiques locales et la logique — s’il en existe une — de ces partis et de leurs militants ? Affirmer, comme on me l’a parfois fait remarquer que « ces politiciens sont tous corrompus » n’empêche d’ailleurs pas de chercher à comprendre comment fonctionne cette supposée « corruption généralisée ». Il n’est pourtant pas acquis, en France particulièrement, qu’une approche anthropologique de ces réalités politiques contemporaines soit, sinon digne d’intérêt, du moins même pertinente. Et il est encore possible d’entendre des spécialistes reconnus de l’Océanie mettre en doute, sur un mode ironique, le bien-fondé et le sérieux même de recherches étudiant l’interaction entre les chefs coutumiers et la démocratie.

Bibliographie

Bibliographie

Agniel, Guy
2008 « Démocratie et colonialisme dans le Pacifique ». Pouvoirs, 127 : 135-149.

Angleviel, Frédéric (éd.)
2004 Violences océaniennes. Paris : L’Harmattan.

Ayson, Robert
2007 «Australia’s Arc of Instability». Canberra: Strategic and Defence Studies Centre, Australian National University.

Balandier, Georges
1955 Sociologie actuelle de l’Afrique noire. Paris : PUF.

Bayart, Jean-François (éd.)
1994 La Greffe de l’État. Paris : Karthala.

Bayart, Jean-François
1996 L’État en Afrique. La politique du ventre. Paris : Fayard.

Bayart, Jean-François et Bertrand Romain
2006 « De quel ‘legs colonial’ parle-t-on ? ». Esprit, no 330, déc., 134-160.

Bensa, Alban et Éric Wittersheim
1998a «Jean Guiart and New Caledonia: a Drama of Ambiguity». Journal of Pacific History, 33 (2) : 221-224.
1998b « À la recherche d’un destin commun en Nouvelle-Calédonie ». Le Monde Diplomatique, Juillet : 16-17.

Blundo, Giorgio et Jean-Pierre Olivier de Sardan (eds)
2007 État et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal). Paris : Karthala.

Bosa, Bastien et Éric Wittersheim
2011-2012. « Chronologie du Pacifique ». In L’État du Monde. Paris : Éditions La Découverte.

Boulay, Roger
2000 Kannibals et Vahinés. Imagerie des Mers du Sud. La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Bouveresse, Jacques
1998 « Qu’appellent-ils ‘penser’ ? Quelques remarques à propos de ‘l’affaire Sokal’ et de ses suites » 17 juin, Université de Genève, Société romande de philosophie. http://www.larevuedesressources.org/qu-appellent-ils-penser,1482.html

Chappell, David
2005 «‘Africanization’ in the Pacific: Blaming Others for Disorder in the Periphery?». Comparative Studies in Society and History, 47(2) : 286-317.

Cretton, Viviane
2007 Négocier le conflit à Fidji : Cérémonie du pardon et enjeux du coup d’État de 2000. Paris: L’Harmattan (« Mondes océaniens »).

Crocombe, R. G., Claire Slatter and Sione Tupouniua (eds)
1975 The Pacific Way. Suva: South Pacific Social Sciences Association, Institute of Pacific Studies.

Demmer, Christine
2002 « Les héritiers d’Éloi Machoro (1941-1985) : une génération nationaliste au pouvoir à Amââ et Kûöö, villages de Xârâcùù (Canala), Nouvelle-Calédonie », Thèse de doctorat, EHESS.

Denoon, Donald
1999 « Black Mischief: the Trouble with African Analogies ». Journal of Pacific History, 34 (3) : 281-89.

Doumenge, François
2002 « La Mélanésie, trou noir du Pacifique ». Tahiti-Pacifique Magazine.

Dussy, Dorothée et Éric Wittersheim (eds)
2013 Villes invisibles. Anthropologie urbaine en Océanie. Paris: L’Harmattan.

Firth, Stewart
2001 «A Reflection on South Pacific Regional Security: a Rejoinder». Journal of Pacific History, 36(3): 277-83.

Fraenkel, Jon
2004 «The Coming Anarchy in Oceania? A Critique of the ‘Africanisation’ of the South Pacific Thesis», Commonwealth & Comparative Politics, 42(1): 1-34.

Friedman, Jonathan
1994 Cultural Identity and Global Process. London: Sage.
2004 « Culture et politique de la culture. Une dynamique durkheimienne ». Anthropologie et Sociétés, 28(1) : 23-43.

Gagné, Natacha et Marie Salaün (eds)
2010 Visages de la souveraineté dans le Pacifique. Paris: L’Harmattan.

Gay, Daniel
2004 «The Emperor’s Tailor: an Assessment of Vanuatu’s Comprehensive Reform Program». Pacific Economic Bulletin, 19(3): 22.

Gourevitch, Alex
2005 «The Myth of the Failed State: Intervention and Third World Sovereignty», Paper presented at the annual meeting of the International Studies Association, Honolulu, Hawaii, March 05, http://www.allacademic.com/meta/p71075_index.html.

Guiart, Jean
1997 «A drama of ambiguity: Ouvea 1988-89». Journal of Pacific History, 32: 85-102.

Guyon, Stéphanie
2011 « Politisation et hiérarchies coloniales : Amérindiens et Noirs-marrons à St-Paul (Guyane française, 1946-2000) ». Critique Internationale, 50 : 21-37.

Hibou, Béatrice (éd.)
1999 La Privatisation des États. Paris : Karthala.

Huetz de Lemps, Christian
2008 « Quelques réflexions sur les sociétés insulaires du Pacifique ». EchoGéo, 5. http://echogeo.revues.org/3753.

Kabutaulaka, Tarcisius Tara
2001 «Beyond Ethnicity: The Political Economy of The Guadalcanal Crisis in Solomon Islands». State, Society and Governance in Melanesia Project, Working Paper 01/1.
2004 «‘Failed State’ and the War on Terror: Intervention in Solomon Islands». Asia Pacific Issues, 72: 1-8.
2008 «Westminster Meets Solomons in the Honiara Riots». In S. Dinnen and S. Firth (eds), Politics and State-building in Solomon Islands. Canberra: ANU Press, p. 96-118.

Kaplan, Robert D.
1994 «The Coming Anarchy; How Scarcity, Crime, Overpopulation, Tribalism and Disease Are Rapidly Destroying the Social Fabric of Our Planet». The Atlantic Monthly, February.

Lal, Brij V. and Michael Pretes (eds)
2001 Coup: Reflections on the Political Crisis in Fiji: Reflection on the Political Crisis in Fiji. Canberra: Pandanus Books.

Laurens, Sylvain
2009 Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France (1962-1981). Belin, coll. Socio-histoire.

May, Ron (ed.)
2005 Melanesia in the 2000’s. An Arc of Instability? Canberra: Australian National University.

Morgan, Michael, G.
2003 «Politik is Poison: the Politics of Memory Among the Churches of Christ in Northern Vanuatu», PhD Thesis, Research School of Pacific and Asian Studies, Australian National University, Canberra.
2006 «The Origins and Effects of Party Fragmentation in Vanuatu, 1980-2004». In R. Rich, L. Hambly and M. G. Morgan (eds), Political Parties in the Asia Pacific. Canberra: Pandanus Books: 117-143.

Moore, Clive
2004 Happy Isles in Crisis: The Historical Causes for a Failing State in Solomon Islands, 1988-2004. Canberra: Asia Pacific Press.

Muckle, Adrian et Benoît Trépied
(sous presse). « Les transformations de la ‘question métisse’ en Nouvelle-Calédonie (1853-2009) ». Anthropologie et Sociétés, 38(2).

Naudier, Delphine et Éric Soriano
2010 « Colette Guillaumin. La race, le sexe et les vertus de l’analogie ». Les Cahiers du Genre, 48 : 193-214.

Regnault, Jean-Marc
2005 « Une zone d’instabilité méconnue : le Pacifique insulaire » et « Conflits et balkanisation ». Le Monde diplomatique, juin.

Reilly, Ben
2000 «The Africanisation of the South Pacific». Australian Journal of International Affairs, 54(3).
2002 «A Reflection on South Pacific Regional Security: a Rejoinder». Journal of Pacific History, 37(3): 323-24.
2011 «Centripetalism». In K. Cordell and S. Wolff (eds), Routledge Handbook of Ethnic Conflict, Routledge, Oxon, UK and New York, USA, p. 288-299.

Sahlins, Marshall
1993 «Good Bye to ‘Tristes Tropes’, Ethnography in the Context of Modern World History». Journal of Modern History, 65: 1-25.

Salaün, Marie
2005 L’École indigène. Nouvelle-Calédonie, 1885-1945. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
2013 Décoloniser l’école ? Nouvelle-Calédonie, Hawai’i : expériences contemporaines. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Soriano, Éric
2000 « Une trajectoire du politique en Mélanésie. Construction identitaire et formation d’un personnel politique, l’exemple kanak de Nouvelle-Calédonie (1946-1999) ». Thèse de doctorat de l’Université Montpellier I.

Stepan, Alfred and Cindy Skach
1993 «Constitutional Frameworks and Democratic Consolidation: Parliamentarianism versus Presidentialism ». World politics, 46(1): 1-22.

Teaiwa, Teresia
2002 « Caribbeanization, Balkanization, Africanization, Indigenization, Et caetera: Rethinking the Pacific in Global Context ». Keynote lecture, European Society of Oceanists meeting, Vienne (Autriche), 4-6 July.

Trépied, Benoît
2010 Une Mairie dans la France coloniale. Koné, Nouvelle-Calédonie. Paris : Karthala (coll. « recherches internationales »).

Tryon, Darrell
2000 « Guerre civile aux îles Salomon ». Limes (revue française de géopolitique) 5, no spécial : « L’Australie, l’Occident des antipodes » Éditions Golias : 136-139.
2004 « Violence et coutume en Mélanésie insulaire ». In F. Angleviel (éd.), Violences océaniennes. Paris: L’Harmattan, p. 47-60.

Van Trease, Howard (éd.)
1995 Melanesian Politics. Stael Blong Vanuatu. Christchurch: Macmillan Brown Centre for Pacific Studies, University of Canterbury; and Suva: University of the South Pacific.

Van Trease, Howard
2005 «The Operation of the single non-transferable vote system in Vanuatu». In Commonwealth & Comparative Politics, 43(3), Special Issue: «Political Culture, Representation and Electoral Systems in the Pacific Islands»: 296-332.

Wittersheim, Éric
1999 « Les chemins de l’authenticité. Les anthropologues et la renaissance mélanésienne ». L’Homme, 151 : 181-206.
2003 Grassroots, ceux qui votent, film documentaire (85 mn). Production : Films du Possible/EHESS (en DVD : www.philux.org2007).
2006a Après l’indépendance. Le Vanuatu, une démocratie dans le Pacifique. Montreuil : Éditions 2006b Aux Lieux d’Être.
Des Sociétés dans l’État. Anthropologie et situations postcoloniales en Mélanésie. Éditions Aux Lieux d’Être.
2011 « Paradise For Sale : the Sweet Illusions of Economic Growth in Vanuatu ». Journal de la société des océanistes : 323-332.

Notes

1 Ce travail a été présenté à l’EHESS, au séminaire de la FRAO (Formation à la recherche dans l’aire océanienne) en avril 2011. Je remercie les participants présents ce jour-là pour leurs nombreux commentaires.

2 Voir également Tryon (2004, 2005), Angleviel (éd. 2004), Ragnault (2005), Agniel (2008), Huetz de Lemps (2008), et avant eux déjà Guiart (1997) et une réponse à ce dernier (Bensa et Wittersheim 1998a).

3 Aucune lecture critique de ces points de vue n’a jusqu’ici été publiée en français, en dehors d’une tribune signée par le Parti de libération Kanak, en réponse à Doumenge.

4 Cf. Bensa et Wittersheim 1998b.

5 C’est paradoxalement à l’ANU, la grande université australienne installée à Canberra, que sont basés certains des plus virulents critiques de Reilly, notamment à la Research School of Pacific and Asian Studies (devenue depuis la School of Culture, History and Language).

6 À l’exception de deux États polynésiens : les Samoa occidentales et le royaume de Tonga.

7 Cf. Rapport de la fondation privée états-unienne « Freedom House », 1998-1999.

8 Voir aussi Chappell (2005) pour une critique détaillée. Le titre de Fraenkel reprend ironiquement une formule utilisée par R. D. Kaplan (1994), qui annonçait que notre monde allait suivre le même chemin que le Sierra Léone : « The Coming Anarchy ; How scarcity, crime, overpopulation, tribalism and disease are rapidly destroying the social fabric of our planet ».

9 Sur l’inadaptation des critères des indicateurs socio-économiques à propos de la Mélanésie et du Vanuatu en particulier, voir Wittersheim (2011).

10 Sur la corruption en Afrique, cf. Blundo et de Sardan (2007) ; ou Bayart (1996).

11 Sur ce phénomène appelé aussi la « privatisation de l’État », cf. Hibou (1996).

12 Le Vanuatu a depuis intégré l’OMC (organisation mondiale du commerce), malgré une forte opposition populaire locale.

13 À propos des conflits et du rapport à l’État aux Îles Salomon, cf. notamment Kabutaulaka (2001) et Moore (2004).

14 Cf. mon film sur la campagne électorale de 2002 au Vanuatu : Grassroots, Ceux Qui Votent.

15 Suite au premier coup d’État de 1987, les autochtones Fidjiens voient leur représentation au Parlement protégée, puisqu’ils bénéficiaient de 37 sièges sur 70 ; une mesure révisée par un changement constitutionnel en 1997. Le Parlement est désormais constitué de 71 membres : 25 élus au suffrage universel ; 23 élus uniquement par les électeurs indigènes ; 19 par les électeurs indo-fidjiens ; 1 par les indigènes de l’île de Rotuma ; et enfin 3 par l’ensemble des électeurs appartenant aux autres catégories ethniques (Européens, Chinois, etc.).

16 La Pacific Way est une idéologie consensuelle qui s’est développée au cours des années 1970 et 1980 parmi les intellectuels et politiciens océaniens. Elle a joué un rôle important dans la mobilisation en faveur des indépendances à travers toute la région (Crocombe, Slatter et Tupouniua 1976).

17 Le terme balkanisation, employé récemment à propos de l’Espagne et du Royaume-Uni, est mobilisé en termes positifs dans certains cas, comme l’expression d’un nécessaire besoin de décentralisation.

18 Cf. Jean-Michel Demetz, « Le naufrage de la Mélanésie », L’Express, 31 juillet, 2003, pour qui « Le poids de la coutume, la corruption des élites attachées au maintien d’une structure féodale, les désordres ethniques et politiques empêchent le développement économique » http://www.lexpress.fr/actualite/monde/oceanie/le-naufrage-de-la-melanesie_495677.html.

19 La rédaction de Tahiti-Pacifique Magazine accepta de publier ce texte du Palika, tout en prenant la défense de Doumenge, « un vrai homme de terrain, intimement familier avec les conditions réelles des États insulaires de la région, et non pas un quelconque professeur pontifiant depuis une tour d’ivoire », qui font qu’il est devenu « une véritable légende dans les milieux où il œuvre ».

20 Sur l’opposition éculée entre le cannibale et la vahiné, voir l’ouvrage de Boulay (2000) et sur la question du métissage en Nouvelle-Calédonie, Muckle et Trépied (2014).

21 On assiste aussi à des débats de ce type à l’intérieur même de la fédération australienne, avec la reprise en main du Territoire du Nord par le gouvernement central depuis quelques années (communication personnelle de Martin Préaud), voir Préaud et Dousset, ce volume.

22 En 1997, la découverte par un journaliste d’un rapport secret marqué « AUSTEO » (« Australian Eyes Only ») fera scandale lorsqu’on découvrira le mépris avec lequel les États et les politiciens de la région sont traités, par des termes dévalorisants et parfois racistes.

23 Pour des analyses critiques de cette théorie, cf. May (2004) et Robert Ayson (2007) « Australia’s Arc of Instability », Strategic and Defence Studies Centre, Australian National University.

24 En PNG ou à Fidji, l’État connaît des problèmes, donc l’État est faible, donc ce sont des « États faibles » : une catégorie à part entière.

25 Ce soutien presque indéfectible à la politique américaine, symbolisé par la signature du traité militaire de l’ANZUS en 1951, avait notamment conduit l’Australie à envoyer un grand nombre d’appelés au Vietnam dans les années 1970.

26 John Howard perdit le pouvoir en 2007, après onze ans à la tête du gouvernement australien, au profit du travailliste Kevin Rudd, qui infléchit la politique à l’égard des voisins océaniens, sans la transformer radicalement cependant.

27 Cf. Wittersheim (1999 et 2006b) pour un bilan critique de ces débats.

28 Comme en témoignent, par exemple, la faiblesse bibliographique et l’absence de toute ethnographie dans beaucoup de textes sur la politique contemporaine océanienne critiqués dans ce chapitre.

29 Pour ne citer que quelques travaux allant dans ce sens : un numéro spécial de Politix intitulé « La colonie rapatriée » (2006), ainsi que Laurens (2009) et Guyon sur la Guyane française (2011).

30 Sur la complexité et la variabilité de la « greffe de l’État » à propos de l’Afrique, voir Bayart (1994).

31 Cf. Michalon, « Pour la suppression de l’élection présidentielle en Afrique », Le Monde diplomatique (1998) et sur l’opposition régime présidentiel/régime parlementaire : Stepan et Skach (1993).

32 Voir l’article que Delphine Naudier et Éric Soriano (2010) consacrent à Colette Guillaumin, qui cherchait à identifier l’« implicite » dans le racisme et la notion de race, et qui, si elle utilisait l’analogie, le faisait pour montrer que le même type de catégorisation apparemment anodine avait servi à essentialiser la différence entre hommes et femmes ou entre les supposées « races ».

33 Cf. Bosa et Wittersheim, « Chronologie du Pacifique » et entrée « Polynésie française » dans L’État du Monde, 2011 et 2012.

34 Sur la cécité des anthropologues vis-à-vis du phénomène urbain en Océanie, voir Dussy et Wittersheim (2013).

Auteur

Maître de conférences à l’EHESS (membre du laboratoire IRIS), mène des enquêtes sur la politique en Mélanésie depuis une vingtaine d’années. Docteur de l’EHESS, il a enseigné précédemment à l’INALCO et été chercheur au East-West Center (Honolulu, USA). Il est notamment l’auteur de Après l’indépendance. Le Vanuatu, une démocratie dans le Pacifique ; de La Présence kanak de Jean-Marie Tjibaou (avec A. Bensa), et de La Tradition et l’État (avec C. Hamelin). Documentariste, il a réalisé plusieurs films primés dont Grassroots, ceux qui votent et Le Salaire du Poète. Ses recherches actuelles portent sur la question urbaine en Mélanésie.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter