Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Gérer la biodiversité

Chapitre 15. Le mécénat dans l’exploration contemporaine de la biodiversité : approche anthropologique

Elsa Faugère

Texte intégral

Je tiens à remercier ici chaleureusement les organisateurs des expéditions naturalistes Philippe Bouchet, Olivier Pascal et Hervé Le Guyader, ainsi que Laure Fournier de la Fondation Total, pour leur confiance et leur disponibilité. Je remercie aussi vivement l’ensemble des participants à ces expéditions qui ont toujours accepté mes questionnements avec patience et bienveillance.
Depuis janvier 2010, cette recherche est menée dans le cadre du projet « Expébiodiv. Étude pluridisciplinaire des grandes expéditions naturalistes contemporaines », financé par le programme « Sciences, technologies et savoirs en société. Enjeux actuels, questions historiques » de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR-09-SSOC-052).

Introduction

  • 1 « La datation des fossiles nous permet de connaître la durée de vie des espèces passées. Nous savon (...)

1En trente ans, des années 1980 aux années 2010, la gestion de la biodiversité est devenue un enjeu majeur — au moins en matière de discours et de textes — dans les politiques internationales environnementales. Impulsée dans les années 1980 par la communauté scientifique des biologistes, la protection de la biodiversité est rapidement devenue le sujet d’une grande convention internationale, la Convention sur la Diversité Biologique, signée en 1992. Moins médiatisée que le changement climatique, la protection de la biodiversité apparaît cependant comme une nécessité pour la survie de l’humanité face à ce que les scientifiques qualifient de 6e crise d’extinction des espèces1.

  • 2 Pour une analyse détaillée du renouveau de la taxonomie et de la systématique, voir le dossier thém (...)

2Pour relever ce défi, les scientifiques chargés d’étudier et d’inventorier cette biodiversité — les taxonomistes et systématiciens — ont mis au point différents outils, institutionnels, techniques, et logistiques pour surmonter ce qu’ils appellent « le handicap taxonomique ». L’un de ces outils consiste à organiser des expéditions scientifiques naturalistes d’une ampleur sans précédent dans l’histoire, afin de procéder à des collectes et des inventaires massifs et urgents des espèces avant qu’elles ne disparaissent définitivement de la surface de la Terre2.

3C’est grâce à l’implication financière de fondations d’entreprises comme la Fondation Total, et de fondations familiales comme la fondation Niarchos, la fondation Prince Albert II de Monaco, la fondation Sloan, la fondation Richard Lounsberry, etc. que ces grandes expéditions naturalistes — dont le budget dépasse un million d’euros hors salaires des chercheurs — ont pu se dérouler. Selon les organisateurs de ces expéditions, l’argent public n’aurait pas permis la tenue de telles opérations.

4La présence de ces fondations qui investissent, sous forme de mécénat, d’importantes sommes d’argent (des centaines de milliers d’euros) dans des inventaires scientifiques sans but lucratif peut sembler inattendu, de même que l’existence de fonds d’investissement privés en matière de conservation de la biodiversité. Ces derniers — particulièrement bien structurés et largement développés en Amérique du Nord — constituent en effet aujourd’hui l’une des grandes modalités de financements privés de la conservation. Le langage utilisé dans les brochures de présentation de ces fonds d’investissement pour convaincre les investisseurs potentiels qu’il est rentable, financièrement, d’investir dans la conservation de la biodiversité est particulièrement instructif. Il s’agit d’un nouveau langage économico-écologique qui applique les expressions empruntées à la finance internationale dans le domaine de la conservation de la biodiversité. Un extrait d’une brochure de la Fondation de la Faune du Québec en fournit une illustration saisissante :

  • 3 Extrait tiré de la brochure de la Fondation de la Faune du Québec, http://www.cbin.ec.gc.ca/documen (...)

Une perte de biodiversité est comparable à une perte de diversité dans un portefeuille d’investissement : elle brise l’équilibre, augmente le risque et limite le potentiel de rendement. […] Contrairement à un portefeuille d’investissement que l’on peut rééquilibrer régulièrement, la perte de biodiversité déséquilibre les écosystèmes de façon permanente. Le niveau de risque associé à notre portefeuille naturel planétaire augmente donc continuellement, mettant ainsi en péril les multiples services que nous tirons de nos écosystèmes, tels l’eau pure et les nouveaux remèdes provenant d’espèces sauvages3.

  • 4 Voir Deverre et de Sainte Marie 2008.

5La biodiversité constitue donc, dans ce nouveau langage écolo-nomique (voir aussi le chapitre Hilmi et al., ce volume), un portefeuille d’investissement. On peut faire l’hypothèse que c’est précisément dans ces alliances surprenantes qui peuvent sembler contre-nature, que s’élabore peut-être en ce moment, les bases d’un développement durable et d’une « écologisation » de la société4. Au-delà des jugements moraux parfois hâtifs qui tendent à condamner les alliances financières entre entreprises, scientifiques et protecteurs de la nature, il semble particulièrement intéressant d’étudier de plus près de telles configurations. Existerait-il un business de la biodiversité ?

6Dans le cadre de cet article, je vais m’intéresser aux fondations (familiales et d’entreprises) qui mécènent des opérations en matière d’exploration scientifique de la biodiversité. Ces grandes expéditions naturalistes contemporaines — organisées par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, l’ONG ProNatura International et l’Institut de Recherche pour le Développement — visent à inventorier la biodiversité des pays du sud pour la collecter et l’archiver dans les grands muséums d’histoire naturelle avant qu’elle ne disparaisse, pour servir de support aux politiques nationales de protection de la biodiversité dans les pays explorés, et pour alerter les médias, les politiques et l’opinion publique de l’existence de la 6e crise d’extinction de la biodiversité.

7Les fondations familiales et d’entreprises qui acceptent de mécéner ces grandes expéditions naturalistes considèrent que les inventaires de la biodiversité ont du sens, et qu’inventorier, collecter, archiver et étudier la biodiversité avant qu’elle ne disparaisse constitue un enjeu suffisamment crucial et important pour qu’elles acceptent de donner des sommes d’argent non négligeables pour réaliser un tel projet. Elles considèrent donc que faire ces inventaires de la biodiversité constitue une cause d’intérêt général et participe du bien commun.

  • 5 Pour une histoire de la conservation de la nature dans les pays occidentaux, voir notamment : Rodar (...)

8Il peut pourtant paraître incongru qu’une entreprise comme Total dont le cœur d’activité est l’exploitation commerciale des ressources naturelles puisse considérer qu’il est important de collecter, d’archiver et d’étudier des micro-mollusques marins du Vanuatu. Pour comprendre ces paradoxes, on peut émettre plusieurs hypothèses. La première est que le mécénat participe uniquement d’une stratégie de communication de l’entreprise qui cherche à donner du sens en interne à ses salariés et à améliorer son image de marque en externe. La seconde hypothèse est qu’il n’y a aucune contradiction entre l’exploitation des ressources naturelles d’un côté, et leur protection de l’autre. Ces deux activités participent d’un même rapport à la nature, situé historiquement et culturellement dans les sociétés occidentales post-industrielles. On constate en effet que le développement de l’exploitation industrielle des ressources naturelles s’est historiquement accompagné d’un rapport préservationniste à la nature qui consiste en la mise sous cloche de pans entiers de territoires, interdits à toute activité humaine et devenus des aires protégées5.

9Après avoir présenté le contexte politique et scientifique qualifié de 6e crise d’extinction des espèces, on interrogera ces liens surprenants entre une petite communauté de scientifiques académiques constitués de taxonomistes et de systématiciens qui, dans la grande tradition de l’histoire naturelle, œuvrent à la classification du vivant en constituant des inventaires de la biodiversité, et des fondations d’entreprise qui, comme la Fondation Total, investissent des sommes importantes sous forme de mécénat pour soutenir de telles recherches.

10Comment se tisse et se construit une relation de mécénat ? Quelles en sont les conséquences pour les instituts de recherche et pour les scientifiques notamment en termes de liberté d’action ? Est-ce que cela modifie l’exercice de leurs métiers de biologistes ? Est-ce que le développement du mécénat depuis le début des années 2000 signifie de nouveaux liens entre entreprises, sciences et sociétés et le désengagement de l’État ? Quelle est la signification anthropologique du développement du mécénat en France, pays jusqu’alors peu habitué à ces rôles nouveaux joués par des acteurs privés ?

La 6e crise d’extinction des espèces

  • 6 Voir note no 1.

11Alors que les sociétés humaines ont de tout temps entretenu des relations multiples et étroites avec leurs environnements naturels, sans lesquels, faut-il le rappeler, elles ne pourraient survivre, on assiste, depuis la fin du XXe siècle, à une crise sans précédent de la diversité du vivant, c’est-à-dire de la nature. Selon la communauté internationale des biologistes, nous serions en train de vivre la 6e extinction des espèces vivantes due, contrairement aux cinq crises précédentes, à l’action de l’espèce humaine sur son environnement6.

  • 7 Edward O. Wilson, editor, Frances M. Peter, associate editor, Biodiversity, National Academy Press, (...)

12C’est dans les années 1980, et plus précisément en 1985 que le néologisme « biodiversity » est créé par un biologiste américain, Walter G. Rosen, lors de la préparation du National Forum on Biological Diversity qui se tiendra l’année suivante à Washington D. C. (Le Guyader 2008). Et c’est lors de ce forum organisé par le National Research Council américain que les biologistes lancent un premier grand cri d’alarme concernant l’érosion de la biodiversité et la 6e crise d’extinction des espèces. Ils contribuèrent ainsi à populariser le terme même de biodiversité qui sera repris par la suite dans les actes du colloque devenu un célèbre ouvrage coordonné par Edward O. Wilson (1988)7.

13Dans sa thèse de philosophie, Virginie Marris (2006) relate en détail cet événement scientifique qui, de par sa couverture médiatique sans précédent, allait marquer le point de départ d’une véritable prise de conscience en matière d’érosion de la biodiversité et de nécessité de la gérer pour la protéger :

Dans une conférence de presse, ce collectif d’éminents biologistes regroupés sous le nom de Club of Earth annonce que la diversité biologique est dans un état de véritable crise, et que cela représente un grand danger pour l’humanité : « The species extinction crisis is a threat to civilisation second only to the threat of thermonuclear war ». L’ampleur de la couverture médiatique et le relais assuré par les associations environnementales permirent à l’évènement, auquel assistaient plus de 14 000 personnes, de résonner massivement et durablement dans l’espace public. Dès lors, la perception collective de la valeur de la diversité biologique et du danger que représente son érosion ne fera qu’augmenter (Marris 2006).

  • 8 En pulvérisant un insecticide puissant (expérience de fogging) sur une espèce d’arbre au Panama, il (...)

14Quelques années auparavant, en 1982, Terry Erwin, un entomologiste américain, démontre, par une expérience décisive8, que l’ordre de grandeur de la biodiversité spécifique est beaucoup plus important que ce que les biologistes soupçonnaient jusque-là. Ce constat, inattendu, est édifiant. Pour Hervé Le Guyader (2008) :

Le rêve des naturalistes — décrire exhaustivement l’ensemble des espèces, les répertorier et les classer, s’éloigne. Ensuite, le désaccord sur l’ordre de grandeur (de 10 à 100 millions d’espèces) indique que l’on est incapable de quantifier le nombre d’espèces. Et enfin, étudier la « biodiversité spécifique » nécessite une toute autre force de frappe que celle de quelques naturalistes isolés réalisant, sans trop de moyens, des missions de courte durée dans des environnements riches.

15C’est donc dans les années 1980 que les biologistes découvrent à la fois l’étendue de leur ignorance sur la biodiversité spécifique et les menaces qui pèsent sur elle. Selon Le Guyader (2008), de ces constats découle l’idée qu’il faut dorénavant organiser des expéditions scientifiques de grande taille. Cette conviction va être déterminante pour impulser une série d’initiatives qui, dans les années 1990 et 2000, vont tenter d’apporter des réponses au manque de connaissances scientifiques sur la biodiversité.

  • 9 Sur cette question de la crise de la discipline taxonomique, des travaux récents nuancent fortement (...)

16Or, la discipline qui permet de collecter, identifier et classer des espèces nouvelles pour la science, est la taxonomie. Mais cette discipline est, aux dires de tous9, en crise depuis un certain nombre d’années (Tillier 2000), et c’est là le deuxième obstacle à la constitution des collections naturalistes. Dès le début des années 1990, les biologistes mentionnent l’existence de ce qu’ils appellent un « handicap taxonomique » qui limite considérablement l’émergence pourtant urgente de nouvelles connaissances sur la biodiversité :

The taxonomic impediment is a term that describes the gaps of knowledge in our taxonomic system (including knowledge gaps associated with genetic systems), the shortage of trained taxonomists and curators, and the impact these deficiencies have on our ability to manage and use our biological diversity. (Darwin Declaration, 1998, unep/cdb/cop//4/Inf. 28, 2 may 1998).

  • 10 Ce n’est pas la première convention internationale à s’intéresser à la diversité du vivant. Dans le (...)

17Dans les années 1990 et 2000, différentes initiatives internationales, gouvernementales et non gouvernementales, ont tenté de surmonter ce handicap taxonomique et, au-delà, d’apporter des réponses politiques et scientifiques à la crise affectant la biodiversité. Parmi les plus importantes d’entre elles, la signature, en 1992, d’une grande convention internationale sur la diversité biologique va jouer un rôle déterminant10. La Convention sur la Diversité Biologique (CDB, signée à ce jour par 193 pays, les États-Unis ne l’ont toujours pas ratifiée, voir Castets-Renard, ce volume), va, en effet, modifier les règles du jeu en « nationalisant » la biodiversité qui, de patrimoine commun de l’humanité, devient la propriété d’États souverains. Dès lors, pour avoir accès à la diversité des espèces vivantes, que ce soit pour l’étudier scientifiquement ou pour la prospecter dans le but de découvrir de nouvelles substances naturelles commercialisables (pour la pharmacopée, l’agroalimentaire, la cosmétique), de nouvelles procédures sont nécessaires, comme l’obtention d’un « Consentement Informé Préalable » (CIP) de la part des populations locales concernées et la signature d’une convention avec le pays hôte. De plus, la CDB va introduire la notion de partage des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques (article 15).

18Mais finalement, ces nouvelles réglementations et règles d’accès à la biodiversité initiées par la CDB constituent, aux dires des taxonomistes et systématiciens, un sérieux obstacle à la constitution des collections naturalistes et donc à l’exercice de leur métier, comme le formule ci-dessous Philippe Bouchet, malacologue, professeur au MNHN et co-organisateur des grandes expéditions naturalistes étudiées ici :

Le serpent se mord la queue. Au départ, ce sont les préoccupations des scientifiques sur l’érosion de la biodiversité qui ont amené à une convention internationale qui devait mieux cadrer et mieux gérer la conservation de la biodiversité. Cette convention a entraîné des réglementations nationales qui font, qu’aujourd’hui, on ne peut plus accéder à la biodiversité ! (Philippe Bouchet, mai 2010).

19La Convention sur la Diversité Biologique introduit des changements importants qui ont des répercussions sur les rapports entre les pays du nord et ceux du sud en matière d’accès à la biodiversité. En effet, la nature (vivante) change dès lors de statut : de patrimoine commun de l’humanité qu’elle était auparavant, elle devient dès lors propriété des États souverains.

20Cette crise de la diversité du vivant dont les conséquences, à terme, pourraient être la disparition de l’espèce humaine, contribue à modifier le rapport à la nature dans les sociétés occidentales. On assiste, en effet, depuis la seconde moitié du XXe siècle à une progressive prise de conscience de la finitude et de la fragilité de la nature et de ses ressources, qui se répand progressivement dans toutes les sphères de la société.

21Le réchauffement climatique, la pollution des eaux, de l’air et des sols, l’érosion de la biodiversité, le souci d’une alimentation saine, autant de problématiques environnementales (et/ou sanitaires) qui occupent une place croissante non seulement dans l’espace public — tant médiatique que politique — que dans les espaces privés (tri des déchets, choix d’une nourriture bio, etc.).

22Mais, plus surprenant encore, les acteurs qui sont incriminés comme participant de manière massive à ces dégradations environnementales (Total, Lafarge, EDF, Suez, etc.) deviennent aussi des protecteurs de la diversité du vivant, des défenseurs d’une nature propre et saine. Un discours écologiquement correct, assorti parfois de « bonnes pratiques » de production, de commercialisation, d’investissement, de consommation etc., se développe au sein du monde des entreprises qui sont de plus en plus nombreuses à s’impliquer dans des actions de mécénat environnemental.

Le mécénat dans les grandes expéditions naturalistes

  • 11 Pour une description et une analyse des stratégies médiatiques et de communication mises en place p (...)
  • 12 Pour une description détaillée de l’expédition Santo voir Bouchet et al. (2008, 2011), Faugère (200 (...)

23C’est au Vanuatu qu’eut lieu en 2006 l’expédition Santo considérée comme « la plus ambitieuse mission naturaliste de tous les temps ». Plus de 150 scientifiques de 25 pays différents participèrent à un grand inventaire de tous les compartiments de la biodiversité de l’île de Santo d’août à décembre 2006. Financée majoritairement par des fondations privées (principalement la fondation Total et la fondation Niarchos), l’expédition Santo 2006 a bel et bien inauguré un nouveau type de grandes expéditions — nouveau par ses modalités de financement sous forme de mécénat, par sa taille, le nombre de participants, le montant du budget, l’ampleur de la couverture médiatique11, le respect de l’esprit de la CDB, etc.12 Elle s’inscrivait néanmoins dans un double héritage : dans l’histoire des campagnes MUSORSTOM d’exploration marine du Pacifique Sud et l’histoire du Radeau des Cimes.

  • 13 Pour les lecteurs intéressés, lire Bouchet et al. (2009), Francis Hallé (2000).

24Sans entrer ici dans le détail de ces histoires uniques au monde13, il faut souligner que les deux principaux organisateurs de l’expédition Santo 2006, Philippe Bouchet, malacologue, professeur au MNHN, et Olivier Pascal, botaniste, salarié de l’ONG Pro-Natura International et l’un des responsables de l’équipe du Radeau des Cimes dans les années 1990, avaient chacun, dans leur domaine respectif, marin pour le premier et terrestre pour le second, tissé des liens auprès de fondations d’entreprises qui, dans le passé, avaient déjà mécéné des opérations de plus petite envergure.

25Pour Philippe Bouchet, il était clair qu’une expédition de l’ampleur et de la nature de l’expédition Santo 2006 ne pouvait être entièrement financée par de l’argent public. Elle devait donc nécessairement trouver des soutiens privés. Dans un entretien effectué en mai 2005, il raconte que l’idée de prospecter auprès des fondations privées lui était venue au début des années 1980 à la suite d’un séjour aux États-Unis où il avait pu constater, dans des laboratoires de recherche, la diversité des sources de financement émanant, notamment, de fondations d’entreprises. À son retour en France dans les années 1980, il contacte les rares fondations d’entreprises existant alors. Mais ses demandes furent rejetées au motif que ces fondations ne finançaient que de la recherche dite fondamentale, ce qui signifiait alors pour elles, la recherche biomédicale.

  • 14 Expression qui désigne une opération d’inventaire de la biodiversité marine du littoral. Le terme « (...)

26En juillet 1999, alors qu’il était en train de préparer un « atelier marin »14 à Lifou (en Nouvelle-Calédonie), il prit contact avec la Fondation Total pour la Biodiversité et la Mer, sur les conseils d’un de ses collègues du British Museum. Il leur présenta alors le projet Lifou. Lorsqu’il reçut une réponse de leur part début 2000, il s’était passé entre-temps deux événements majeurs : la fusion Total-Fina et l’affaire de l’Erika. Ces deux événements avaient conduit Total à augmenter le budget de sa Fondation, tout en conservant le même nombre de projets soutenus. Philippe Bouchet s’est donc involontairement rapproché de la Fondation à un moment favorable. La Fondation accepta alors de financer l’expédition marine de Lifou. Philippe Bouchet raconte :

L’expédition à Lifou a été super vis-à-vis de Total en termes de retour d’images. On a eu une bonne couverture médias. Ils étaient très contents de Lifou parce que, malgré tout, le Muséum est encore un endroit prestigieux (entretien avec Philippe Bouchet, 4 mai 2005, enregistrement et transcription par Elsa Faugère).

27Depuis lors, toutes les expéditions montées par Philippe Bouchet (à Rapa en Polynésie en 2002, à Panglao aux Philippines en 2004, à Santo en 2006 et à Madagascar en 2010) ont reçu un soutien financier de la fondation Total sous forme de mécénat. La Fondation Total attend un retour d’image, c’est-à-dire une bonne couverture médiatique. Dans un entretien effectué en mai 2010 avec la responsable de la fondation Total, Laure Fournier, elle compare les « résultats » des différentes expéditions mécénées :

Une expédition sur laquelle on a mis peut-être moins de moyens mais sur laquelle on a été le plus visible c’est Panglao aux Philippines, parce que les instituts philippins et l’accueil local ont été très importants. Ils ont mis à disposition des moyens locaux qui ont permis d’avoir des coûts logistiques moins élevés et énormément de retombées en publications, en conférences de presse locales, en appropriation par le pays de ces résultats formidables qui ont été trouvés sur leur territoire. Donc je pense qu’en retombées c’est celle qui nous a le plus apporté. Les résultats sont étalés dans le temps et avec surprise, on voit encore des publications sortir et des noms d’espèces nouvelles qui ont été découvertes, ça, c’est intéressant. Santo ça a été la première expédition avec des moyens logistiques sous-traités et ils ont voulu faire beaucoup de com’. Mais les mécènes n’ont probablement pas été traités de façon tout à fait égale, c’est-à-dire que les contrats passés avec une société de production audiovisuelle, avec un éditeur et avec un magazine ont été des très bonnes choses et ont fait connaître ce type d’expédition, en revanche au détriment total des mécènes qui ont financé l’expédition et ça, c’est dommage. Donc ils ont été plus vigilants là sur l’expédition Madagascar d’impliquer un peu plus le nom des mécènes (entretien avec Laure Fournier, 10 mai 2010, enregistrement et transcription par Elsa Faugère).

28En guise de contrepartie au mécénat de la fondation Total, Philippe Bouchet est régulièrement sollicité par cette fondation pour faire des conférences sur la biodiversité auprès du Club d’actionnaires de Total, auprès d’un groupe « biodiversité » existant au sein du groupe Total et auprès du World Environment Center, club de multinationales (de l’automobile, de l’agroalimentaire, la chimie, du pétrole, des mines, des communications) qui affichent des préoccupations pour l’environnement et le développement durable. Il raconte :

Avec la fondation Total, on a un peu une relation, je dirai, d’obligations réciproques. Je trouve ça intéressant de faire ces conférences. Je n’ai absolument pas l’impression, j’allais dire, de me faire acheter. La société dans laquelle on vit n’est pas faite que d’organismes de recherche et de crédits de recherche publique. Et ça me sert, je pense, à être plus convaincant quand je vends mes projets scientifiques à un ministre du Vanuatu ou à un directeur d’organismes aux Philippines. Je ne parle pas qu’un langage académico-scientifique. Avec ce genre de contacts, je comprends mieux quel regard les autres peuvent porter sur mon activité professionnelle et sur la biodiversité (entretien avec Philippe Bouchet, 4 mai 2005, enregistrement et transcription par Elsa Faugère).

29La privatisation du financement de l’expédition Santo n’a attiré ni polémique ni critique sur la qualité scientifique et l’indépendance des recherches menées. L’ensemble des participants à cette expédition, ethnologues inclus, a accepté d’être financé par des fondations privées. Avoir ses recherches financées par du mécénat n’a posé aucun problème aux scientifiques, biologistes comme chercheurs en sciences sociales. Les connaissances ainsi produites, qu’elles soient ethnologiques ou taxonomiques, n’ont rien perdu ni en valeur ni en légitimité. L’un des participants à ces expéditions se souvient, par contraste, que dans les années 1980, les enseignants et les chercheurs allaient facilement dans la rue manifester en disant « pas d’argent privé ! L’argent pour la science doit être de l’argent public » !

  • 15 Pour un récit détaillé des tensions apparues dans le cadre du montage de l’expédition Santo liées a (...)

30En septembre 2005, alors même que le budget de l’expédition était loin d’être bouclé, puisque seulement 10 % avaient alors été trouvés, les organisateurs ont refusé une importante proposition financière émanant d’une entreprise fabriquant des parfums et des arômes alimentaires. Pour fabriquer ces produits, l’entreprise travaille sur des substances naturelles et fait donc de la bioprospection. Pour les organisateurs, le dilemme fut alors le suivant : peut-on accepter de l’argent d’une entreprise qui fait de la bioprospection, même si leur aide, dans le cadre de l’expédition Santo, n’est que du mécénat ? Il était d’emblée clair pour ces organisateurs que si cette entreprise voulait participer financièrement à l’expédition Santo dans le but de faire de la bioprospection, la réponse devait être négative en raison du contexte international actuel sur ces questions hautement sensibles15. Mais s’il ne s’agissait que de mécénat, pourquoi refuser une aide dont ils avaient alors cruellement besoin ? Aux yeux des organisateurs, il était préférable de refuser cette subvention même s’il ne s’agissait que de mécénat, afin de ne pas risquer de porter préjudice, en termes d’images, à l’ensemble de l’expédition.

31La logique du mécénat est celle du don. C’est une transaction monétaire mais non marchande. Sans développer ici une analyse anthropologique du don, on voit, par cet exemple, que certains dons sont refusés car ils sont considérés risqués, comme si le don portait avec lui quelque chose de l’identité de son donateur, comme s’il allait « coller à la peau » des donataires, ainsi que l’exprime l’un des organisateurs :

Est-ce que l’on a envie de se coller avec cette entreprise ? On peut se demander si à long terme c’est très profitable d’avoir ce genre d’étiquette qui te colle à la peau (extrait d’une réunion préparatoire de l’expédition Santo, 15 septembre 2005, enregistrement et transcription par Elsa Faugère).

32Finalement, le salut viendra d’une fondation familiale d’un armateur grec, la fondation Niarchos. Lors du congrès mondial sur la nature organisé en 2005 par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) à Bangkok, Olivier Pascal, l’un des organisateurs et membre de l’ONG Pro-Natura International, rencontre « par hasard » l’un des directeurs de la fondation Niarchos avec lequel il sympathise. La qualité des liens tissés auprès des mécènes est essentielle. Dans un premier temps, tout est affaire de carnet d’adresses. Il faut activer son réseau de relations pour trouver la bonne personne, sorte de clé ou de porte d’entrée, qui permet, par des chemins coutumiers, de pénétrer dans la fondation visée. Tout un jeu relationnel subtil existe dans cet univers feutré où se croisent des directeurs d’instituts de recherche, des directeurs de fondations, des scientifiques de renom, des directeurs d’ONG, des directeurs de presse, etc., autant d’individus souvent issus des plus prestigieuses formations de la République, et parfois décorés des ordres de la République (Légion d’Honneur, Ordre du Mérite, etc.).

33Au sens strict du terme, le mécénat n’implique aucune contrepartie, pas de retour d’image ni de communication réalisée à partir de son action de mécénat. Or, certaines fondations, comme la Fondation Total, attendent cependant un retour d’image de l’argent qu’elles donnent dans les expéditions, ce qui n’est pas le cas d’autres fondations comme la fondation familiale Niarchos qui n’attend aucun retour.

  • 16 Pour une histoire détaillée, voir Hallé (2000).

34Olivier Pascal, de Pro-Natura International et Francis Hallé, directeur du Radeau des Cimes, préfèrent d’ailleurs parler de sponsors pour tout ce qui concerne l’histoire du Radeau des Cimes et des différents engins volants qu’ils ont inventés pour explorer la canopée des forêts tropicales16. Ils parlent même de clients : leur nom sera écrit en gros sur les engins, selon la somme d’argent investi dans la construction des engins volants. Tout est très précisément codifié, dans des conventions signées avec les sponsors et/ou mécènes. Pour Francis Hallé, c’est d’ailleurs bien le sponsoring et la médiatisation qui en résulte, qui caractérise et spécifie les expéditions naturalistes contemporaines :

Ce qui est bien de notre époque, dans l’aventure du Radeau des Cimes, c’est le rôle que jouent les sponsors et les médias : c’est aussi le fait que les explorations, qui étaient prises en charge, par l’État au temps de Lapérouse, sont maintenant de plus en plus dépendantes de financements privés. L’ancêtre direct du sponsor, le mécène, est une espèce qui a complètement disparu. Elle ne demandait rien en contrepartie de ses bienfaits. Avec le sponsor voilà comment les choses se passent : qu’il s’occupe de pétrole ou de produits de beauté, de médicaments ou de parfums, un sponsor n’accepte de nous aider que si cela se sait. Son ‘Département de Communication’ s’assure donc que nous fixons sur le Radeau des Cimes des logos plus visibles qu’esthétiques ; en outre, la ‘com’ fait venir les médias : des journalistes, des photographes, des équipes de télé ou de cinéma afin que les images des « logos en situation » soient diffusées dans le monde entier, seule échelle valable pour une « com » qui se respecte. Espérons que ces actions médiatiques contribueront à stimuler les ventes, à faire rêver les actionnaires ou à « verdir » l’image des sociétés qui nous financent. (Francis Hallé 2010 : 262-263, le Radeau des Cimes, J.-C. Lattès).

35Médiatiser ces expéditions et ces explorations naturalistes consiste à les faire connaître auprès d’un public plus large que la seule communauté des scientifiques qui y participent. Si le public s’y intéresse, achète les magazines, journaux, films, livres qui retracent ces expéditions, alors cela légitime, in fine, l’existence même de ces expéditions et les pérennise puisqu’une bonne couverture médias rendra un mécène/sponsor satisfait et du coup enclin à investir à nouveau de l’argent dans les prochaines expéditions.

36On voit donc se mettre en place un mécanisme singulier d’évaluation et de validation du travail scientifique : c’est le téléspectateur, le lecteur, le consommateur de produits médiatiques qui, in fine, va permettre ou non de pérenniser ces expéditions naturalistes. Si personne ne regarde le documentaire de Thalassa, n’achète le Figaro Magazine consacré à l’expédition, ni n’écoute les émissions de radio, alors les mécènes/sponsors considéreront qu’il vaut mieux financer d’autres opérations. S’il n’y a pas de public, les journalistes ne s’intéresseront pas aux prochaines expéditions. Et sans couverture média, les organisateurs des expéditions ne trouveront pas de mécènes.

L’essor du mécénat depuis le début des années 2000 en France

37L’existence et le développement du mécénat en France, depuis le début des années 2000, est en grande partie liée à la loi dite Aillagon d’août 2003. Cette loi, no 709-2003, donne de nouveaux avantages fiscaux significatifs aux fondations et autres mécènes désireux de soutenir des actions que ce soit dans le domaine de l’environnement, de la science, de la santé, de l’éducation, de la culture etc. Elle aurait favorisé le développement de fondations d’entreprises en France.

38Selon Anne Bory (2008) et Dominique Legrain (2007), le régime fiscal prévu par la loi met la France à un niveau d’excellence comparable à celui des pays européens les plus avancés : « Ouvrent droit à une réduction d’impôt égale à 60 % de leur montant les versements, pris dans la limite de cinq pour mille du chiffre d’affaires, effectués par les entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés au profit… de la défense de l’environnement ». Pour un versement d’un millon d’euros, la réduction fiscale dont bénéficie l’entreprise est de 600 000 euros.

39D’après une enquête réalisée sur le mécénat d’entreprises par l’Association pour le Développement du Mécénat Industriel et Commercial (ADMICAL), le budget global du mécénat d’entreprises en 2010 en France était de 2 milliards d’euros (ADMICAL 2010). « Il y a trente ans le mécénat était synonyme de culture. Dans les années 1980 et 1990, le domaine de la solidarité au sens large est apparu comme le 2e pilier de l’engagement des entreprises. Puis l’environnement, le sport et la recherche les ont rejoints » (enquête ADMICAL 2010).

40D’après l’enquête de l’ADMICAL, en 2010, 12 % des entreprises mécènes interviennent dans le domaine de l’environnement alors qu’elles étaient 14 % en 2008. On observe donc une légère diminution. Et ce sont surtout les grosses entreprises, de plus de 200 salariés, qui interviennent dans le domaine de l’environnement. 11 % du budget du mécénat d’entreprise a été consacré, en 2010, au domaine de l’environnement soit 220 millions d’euros.

41Dominique Legrain (2007) souligne que le mécénat est désormais intégré à la stratégie globale des firmes, notamment chez les grands groupes où il dépend fréquemment des directions de la communication ou du développement durable. Laure Fournier, responsable de la Fondation Total, l’explique bien :

Chaque fois que Total annonce ses bénéfices c’est une catastrophe ! Plus ils sont bons et plus on est critiqué ! Alors que, à côté de ça, Total a créé cette fondation qui fait des choses formidables. Total est une entreprise que je trouve responsable. C’est peut-être quelque chose qui se développe davantage en France, c’est la responsabilité sociétale, c’est d’accompagner tout ce qui est autour des activités de l’entreprise, éducation, santé, accès à l’énergie. C’est plus que de la philanthropie, c’est de la responsabilité au-delà de ses activités propres vis-à-vis des communautés qui entourent ses sites de production. Ça, je trouve que c’est bien, que ces activités de responsabilité sociétale se structurent aussi, mais ça vient du monde anglo-saxon (entretien avec Laure Fournier, 10 mai 2010, enregistrement et transcription par Elsa Faugère).

42Si la part du mécénat consacré à l’environnement reste donc modeste (Legrain 2007), c’est en partie lié à l’essor des politiques de développement durable au sein des entreprises qui englobent une partie des budgets auparavant consacrés au seul mécénat environnemental.

43Au-delà du seul mécénat environnemental, ce qui interpelle c’est donc la signification du développement du mécénat, d’entreprises notamment, dans un pays comme la France où il est d’usage de considérer que seul l’État et les pouvoirs publics sont garants et responsables de l’intérêt général. Or, le développement du mécénat modifie la donne. Car il s’agit d’acteurs privés qui choisissent d’investir de l’argent dans des actions environnementales, sociales, sanitaires, culturelles, sportives, etc.

44L’expansion du mécénat au cours de ces dix dernières années révèle des changements dans les rapports entre sphères publiques et privées en France, ainsi que des transformations dans le rôle et la place des entreprises dans la société française. Elle révèle aussi et peut-être d’abord un changement du rapport de l’État au monde de l’entreprise et à la sphère du privé en général. En effet, comme on l’a vu, c’est la loi Aillagon d’août 2003 qui a donné un véritable coup de fouet à l’essor du mécénat en France en faisant bénéficier les mécènes de réductions importantes d’impôts. On peut considérer d’une part, qu’en accordant de fortes réductions d’impôts, l’État, indirectement, continue de financer ces opérations (scientifiques, sociales, culturelles, etc.), mais que, d’autre part, il délègue le choix des opérations à financer — dont les recherches scientifiques — à des acteurs privés (fondations d’entreprises ou autres types de mécènes).

En guise de conclusion

45Que des fondations d’entreprise aient accepté de financer, sous forme de mécénat, une expédition comme Santo 2006, révèle plusieurs tendances de fond de l’économie capitaliste contemporaine : d’une part, un renouveau de la philanthropie et du mécénat depuis le début des années 1980, processus que certains sociologues, comme Nicolas Guilhot (2004), lient à la financiarisation de l’économie capitaliste depuis cette période ; d’autre part, l’apparition et le développement d’entreprises qui se disent socialement et écologiquement responsables.

  • 17 Voir notamment l’ouvrage de Gérard Jorland (2010).

46Que des entreprises comme Total, Suez, GDF, EDF, Veolia, etc. aient toutes créées des fondations d’entreprises dont une partie non négligeable est consacrée à des opérations de mécénat dans le domaine environnemental révèle également l’existence de logiques d’écologisation qui investissent progressivement tous les secteurs de la vie sociale, dont celui des entreprises. À ce jour, cette écologisation ne remet pas en question l’exploitation massive des ressources naturelles. Elle ne fait finalement que l’accompagner. On peut cependant s’interroger sur son devenir et ses conséquences à long terme et se demander : dans quelle mesure ces processus d’écologisation de la société seront-ils au XXIe siècle ce que l’hygiénisme a été aux XIXe et début XXe siècles ? Le mouvement engagé depuis une trentaine d’années et qualifié de développement durable conduira-t-il, à terme, à un monde dans lequel la protection de l’environnement (de la biodiversité, de l’air, de l’eau, des ressources naturelles, etc.), aura été totalement intégrée dans les pratiques de production et de consommation, comme, au bout de deux siècles, l’hygiène est devenue une pratique banale et courante de nos sociétés et modes de vie d’Occidentaux ? Est-ce que ce mouvement constitue un nouveau et véritable projet politique ainsi qu’une nouvelle vision de la société, comme cela fut le cas pour l’hygiène publique aux siècles précédents17 ?

Bibliographie

Bibliographie

ADMICAL
2010 Enquête sur le mécénat d’entreprise en France, (Association pour le Développement du Mécénat Industriel et Commercial).

Agnarsson, Ingi and MatjazKuntner
2007 «Taxonomy in a Changing World: Seeking Solutions for a Science in Crisis».
Syst. Biol., 56(3) : 531-539.

Aufray, Renan et Manuelle Rovillé
2011 « Les grandes crises d’extinction ». http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/index.php?pid=decouv_chapA_p2_f1&zoom_id=zoom_a2_1, page consultée le 8 décembre 2011

Bory, Anne
2008 De la générosité en entreprise. Mécénat et bénévolat des salariés dans les grandes entreprises en France et aux États-Unis, Thèse de doctorat de sciences sociales, Paris 1.

Bouchet, Philippe, Hervé Le Guyader et Olivier Pascal
2008 « Des voyages de Cook à l’expédition Santo 2006 : un renouveau des explorations naturalistes ». Journal de la Société des Océanistes, 126-127 : 167-185.

Bouchet, Philippe, Virginie Héros, Pierre Lozouet et Philippe Maestrati
2009 « Un quart de siècle d’exploration des faunes malacologiques de profondeur dans le pacifique Sud et Ouest : où en sommes-nous ? Où allons-nous ? ». Xenophora, 126 : 18-53.

Bouchet, Philippe, Hervé Le Guyader et Olivier Pascal (eds)
2011 The Natural History of Santo. Paris : Éditions Patrimoines Naturels, Muséum National d’Histoire Naturelle.

Bouchet, Philippe, Hervé Le Guyader et Olivier Pascal
2011 « Santo 2006 : The Making Of ». In P. Bouchet, H. Le Guyader et O. Pascal (eds), The Natural History of Santo. Paris : Éditions Patrimoines Naturels, Muséum National d’Histoire Naturelle, p. 529-548.

Darwin Declaration
1998 UNEP/CDB/COP//4/Inf. 28, 2 may 1998.

Deverre, Christian et Christine de Sainte Marie
2008 « L’écologisation de la politique agricole européenne. Verdissement ou refondation des systèmes agro-alimentaires ». Revue d’Études en Agriculture et Environnement, 89 : 83-104.

Faugère, Elsa
2008 « L’exploration contemporaine de la biodiversité. Approche anthropologique de l’expédition Santo 2006 ». Journal de la Société des Océanistes, 126-127 : 195-206 Faugère, Elsa et Sélim Louafi
2011 « Le nouveau climat des expéditions naturalistes au sud. L’exemple de Santo 2006 au Vanuatu ». Revue Tiers Monde, 207 : 79-96.

Faugère, Elsa et Olivier Pascal
2011 « La fabrique de l’information : le cas des grandes expéditions naturalistes contemporaines ». Quaderni, 76 : 39-51.

Faugère, Elsa et Isabelle Mauz (eds)
2013 Le renouveau de la taxonomie : modalités, effets et enjeux pratiques. Revue d’Anthropologie des Connaissances, vol. 7(2).

Fondation de la Faune du Québec
2011 http://www.cbin.ec.gc.ca/documents/other_documents/Brochurefinale.pdf, page no 2, lue le 16 décembre 2011.

Guilhot, Nicolas
2004 Financiers, philanthropes. Vocations éthiques et reproduction du capital à Wall Street depuis 1970. Paris : Éditions Raison d’Agir.

Hallé, Francis avec Dany Cleyet-Marrel et Gilles Ebersolt
2000 Le Radeau des Cimes. L’exploration des canopées forestières. Paris : J.C. Lattès.

Hine, Christine
2008 Systematics as Cyberscience. Computers, Change, and Continuity in Science, Cambridge and London: MIT Press.

Jorland, Gérard
2010 Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au XIXe siècle. Paris : Gallimard.

Le Guyader, Hervé
2008 « La biodiversité : un concept flou ou une réalité scientifique ? ». Le Courrier de l’environnement de l’INRA, 55 : 7-26.

Legrain, Dominique
2007 « L’environnement, nouvel enjeu pour le mécénat d’entreprise ». Rapport de l’Inspection Générale pour l’Environnement, Ministère de l’Écologie, de l’Environnement et du Développement Durable.

Maris, Virginie
2006 La protection de la biodiversité : entre science, éthique et politique. Thèse de doctorat de philosophie, Université de Montréal.

O. Wilson, Edward, editor, Frances M. Peter, associate editor
1988 Biodiversity. Washington, D.C. : National Academy Press, online edition.

Rodary, Estienne et C. Castellanet
2003 « Les trois temps de la conservation ». In E. Rodary, C. Castellanet et G. Rossi (eds), Conservation de la nature et développement : l’intégration impossible ? Paris : GRET, Karthala, p. 4-64.

Tancoigne, Élise
2011 Évaluer la santé de la taxonomie zoologique : histoire, méthodes et enjeux contemporains, Thèse de doctorat du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Tillier, Simon (éd.)
2000 Systématique. Ordonner la diversité du vivant, « livre blanc ». Éditions Tec & Doc.

Tzerikiantz, Fabienne
2008 « Sevrapek City ou la courte histoire du module « forêts-montagnes-rivières » (expédition Santo 2006) ». Journal de la Société des Océanistes, 126-127 : 207-220.

Wheeler, Quentin. D. (ed.)
2008 The New Taxonomy. Tempe : CRC Press.

Notes

1 « La datation des fossiles nous permet de connaître la durée de vie des espèces passées. Nous savons désormais que depuis l’apparition de la vie il y a 3,8 milliards d’années, la Terre a connu cinq grandes crises d’extinction d’espèces, suivies de phases d’expansion. La plus grave de ces crises fut sans conteste celle de la fin de l’ère primaire, il y a 245 millions d’années : elle vit disparaître la quasi-totalité des espèces marines dont les fameux trilobites et les foraminifères des fonds marins ainsi que les deux tiers des familles d’insectes et de vertébrés. La plus connue de ces crises est survenue à la fin du Crétacé, marquant le début de l’ère tertiaire (il y a 65 millions d’années) avec l’extinction des dinosaures, des ammonites et de beaucoup d’autres espèces marines et terrestres ainsi que la grande élimination des mammifères sur Terre » (Renan Aufray, Manuelle Rovillé, http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/index.php?pid=decouv_chapA_p2_f1&zoom_id=zoom_a2_1, page consultée le 8 décembre 2011).

2 Pour une analyse détaillée du renouveau de la taxonomie et de la systématique, voir le dossier thématique coordonné par Elsa Faugère et Isabelle Mauz (2013) dans la Revue d’Anthropologie des Connaissances.

3 Extrait tiré de la brochure de la Fondation de la Faune du Québec, http://www.cbin.ec.gc.ca/documents/other_documents/Brochurefinale.pdf, page no 2, lue le 16 décembre 2011.

4 Voir Deverre et de Sainte Marie 2008.

5 Pour une histoire de la conservation de la nature dans les pays occidentaux, voir notamment : Rodary et Castellanet 2003.

6 Voir note no 1.

7 Edward O. Wilson, editor, Frances M. Peter, associate editor, Biodiversity, National Academy Press, March 1988, online edition.

8 En pulvérisant un insecticide puissant (expérience de fogging) sur une espèce d’arbre au Panama, il collecte une très grande quantité d’espèces différentes d’insectes, ce qui montre que la biodiversité est bien supérieure à ce que les biologistes envisageaient jusque-là.

9 Sur cette question de la crise de la discipline taxonomique, des travaux récents nuancent fortement une telle vision, en apportant des éléments qui permettent de mieux appréhender les changements techniques, organisationnels, épistémologiques, etc., que connaît cette vieille discipline scientifique : Tancoigne (2011), Wheeler (2008), Hine (2008), Agnarsson et Kuntner (2007), Faugère et Mauz (dir.) (2013), etc.

10 Ce n’est pas la première convention internationale à s’intéresser à la diversité du vivant. Dans les années 1970, quatre conventions internationales avaient pris comme thématique la protection des zones humides en 1971 (Convention de Ramsar), la protection du patrimoine naturel mondial en 1972 (Convention du Patrimoine Mondial), la protection des espèces sauvages commercialisées en 1975 (Convention sur le commerce international des espèces menacées de flore et de faune sauvages, CITES), et la protection des espèces migratrices d’animaux sauvages en 1979 (Convention sur la conservation des espèces migratrices d’animaux sauvages ou Convention de Bonn).

11 Pour une description et une analyse des stratégies médiatiques et de communication mises en place par les organisateurs de ces grandes expéditions naturalistes voir Faugère et Pascal (2011).

12 Pour une description détaillée de l’expédition Santo voir Bouchet et al. (2008, 2011), Faugère (2008), Tzerikiantz (2008), Bouchet, Le Guyader et Pascal (2011), Faugère et Louafi (2011).

13 Pour les lecteurs intéressés, lire Bouchet et al. (2009), Francis Hallé (2000).

14 Expression qui désigne une opération d’inventaire de la biodiversité marine du littoral. Le terme « campagne » est réservé aux opérations menées en pleine mer.

15 Pour un récit détaillé des tensions apparues dans le cadre du montage de l’expédition Santo liées aux questions de bioprospection, voir Faugère et Louafi (2011).

16 Pour une histoire détaillée, voir Hallé (2000).

17 Voir notamment l’ouvrage de Gérard Jorland (2010).

Auteur

Anthropologue à l’Inra dans l’unité Ecodéveloppement d’Avignon (UR 767). Elle a travaillé sur les usages et la signification de l’argent et de la coutume en Nouvelle-Calédonie. En 2010, elle a dirigé, avec Isabelle Merle, historienne, un ouvrage paru chez Karthala « La Nouvelle-Calédonie vers un destin commun ? ». Elle vient de publier, chez le même éditeur, un ouvrage intitulé « Mariages et deuils en Nouvelle-Calédonie. Les économies de l’échange à Maré ». Depuis 2005, elle étudie les grandes expéditions naturalistes contemporaines et l’exercice du métier de taxonomiste-systématicien, dans le cadre d’un projet de recherche qu’elle coordonne, financé par l’ANR (2010-2013). S’inscrivant désormais dans le champ des Social Studies of Science, elle vient de diriger deux numéros thématiques, l’un avec Ingrid Sénépart, archéologue, pour la revue Techniques et Culture, intitulé « Itinéraires de Coquillages » et l’autre, avec Isabelle Mauz, sociologue, pour la Revue d’Anthropologie des Connaissances, intitulé « Le renouveau de la taxonomie : modalités, effets et enjeux pratiques ».

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540