Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Gérer la biodiversité

Chapitre 14. Préserver la biodiversité des récifs coralliens : l’évaluation économique comme outil d’une gouvernance multi-échelle

Nathalie Hilmi, Tamatoa Bambridge, Joachim Claudet, Gilbert David, Pierre Failler, François Feral, Marc Léopold, Nicolas Pascal et Alain Safa

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Hormis le premier auteur, la liste des co-auteurs a été établie selon un ordre alphabétique. Les af (...)

1Les écosystèmes coralliens constituent un thème d’étude particulièrement prisé des écologues en raison de leur exceptionnelle biodiversité et leur rôle de sentinelle face aux changements globaux. Chaque année, des centaines d’articles scientifiques viennent enrichir la littérature internationale en ce domaine. Il en va autrement des sciences humaines et sociales (SHS) qui, d’une manière générale, traitent moins d’environnement littoral, et en particulier d’écosystèmes aquatiques. Pourtant, les relations nature/sociétés sont remarquablement développées en Océanie insulaire qui, si on y inclut les îles Philippines et les îles orientales de l’archipel indonésien, abrite plus de la moitié des récifs coralliens de la planète. La gouvernance de ces écosystèmes, de leur biodiversité et de leurs usages devrait donc constituer une priorité à décliner à différents niveaux scalaires (du km à plusieurs milliers de km) : local, provincial, national, régional, et global eut égard aux effets spécifiques du changement climatique sur les processus biologiques et biochimiques dans les récifs coralliens.

2Dans ce cadre, l’une des problématiques récurrentes concerne l’évaluation économique des écosystèmes coralliens, et plus particulièrement l’opportunité d’utiliser cet outil économique aux différentes échelles des systèmes de gouvernance à des fins de préservation écologique. Tenter de donner une valeur monétaire à des milieux naturels qui, par essence, devraient échapper à l’économie marchande, ne va pas sans poser de nombreuses difficultés, tant méthodologiques qu’éthiques. Plus généralement, les raisons mêmes qui ont fait émerger l’évaluation économique des écosystèmes coralliens sur le devant de la scène scientifique et politique méritent d’être explicitées.

3Premier élément de réponse : qu’elles soient d’origines anthropiques ou naturelles, les multiples dégradations des écosystèmes coralliens affectent partout les populations humaines dont les activités professionnelles ou les modes de vie reposent sur l’exploitation des ressources et des services générés par ces milieux : diminution des emplois dans le secteur de la pêche, détérioration de la sécurité alimentaire des communautés du littoral occasionnée par la baisse des rendements de la pêche vivrière, baisse de l’attractivité touristique, perte du rôle de protection naturelle contre la houle et de la beauté paysagère, etc. Or ces perturbations, et donc la gestion de leurs impacts environnementaux, relèvent de la sphère économique et peuvent se mesurer sous une forme monétaire. De fait, les économistes investissent la sphère environnementale depuis une dizaine d’années, et de grandes organisations internationales non gouvernementales (ONG) dans le domaine de la conservation [e. g. Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et World Wildlife Fund (WWF)] font désormais appel à leurs services (Cesar et al. 2003). Cette tendance illustre l’émergence de l’économie comme une discipline pouvant avoir un discours sur l’environnement et sa gestion (David et al. 2007, Van Beukering et al. 2007).

4D’un point de vue économique, les menaces locales sur les écosystèmes coralliens (telles que la surpêche, la pollution ou la destruction des habitats) relèvent principalement de deux concepts :

  1. Celui de la « tragédie des biens en commun » (Hardin 1968) qui explique pourquoi il y a généralement peu d’intérêt individuel à utiliser de manière durable des biens en commun ou publics puisque le coût de l’action sera assumé par les individus tandis que les bénéfices profiteront au groupe ou aux générations futures ; la surpêche est un parfait exemple, motivée par l’idée que « tout poisson que je ne prends pas peut potentiellement être pris par mon voisin ».

    • 2 On parle d’externalité lorsque l’action d’un agent, à travers son impact positif ou négatif sur la (...)

    Celui des externalités2 pour lesquelles l’absence d’espace d’échange ou de « marché » des valeurs inhérentes aux services écosystémiques ne permet pas de réguler les bénéfices et pertes liées à la qualité de ces services. À titre d’illustration, les principales externalités locales et négatives concernent les effets de la surpêche, la pollution et l’érosion provenant des bassins-versants ainsi que la sur-fréquentation touristique. Les externalités positives proviendront d’une gestion côtière intégrée qui assurera durablement le niveau de la « biomasse » commerciale ou recherchée par le tourisme, qui maintiendra la protection côtière ou encore renforcera les valeurs de legs, c’est-à-dire la valeur que la génération actuelle attribue en héritage aux générations futures.

5Structuré en trois parties, ce chapitre propose d’étudier les différentes questions soulevées par la montée de l’enjeu économique dans la gouvernance des écosystèmes coralliens en Océanie. Dans un premier temps, nous présentons comment la multiplicité des acteurs contraint les initiatives de protection de la biodiversité des écosystèmes coralliens face aux objectifs de développement économique. Dans un deuxième temps, nous exposons les problématiques émergentes des SHS pour répondre aux enjeux de gouvernance de ces milieux, notamment via la mise en place d’aires marines protégées. Enfin, nous abordons, la question méthodologique de l’évaluation économique de ces milieux.

Multiplicité des acteurs face aux enjeux de conservation et de développement

6Depuis une vingtaine d’années, les médias internationaux se sont emparés du terme « biodiversité » qui a dépassé la sphère scientifique pour diffuser dans la société civile et la sphère des décideurs économiques et politiques. À côté des forêts primaires de la zone intertropicale, les récifs coralliens forment l’écosystème le plus riche de la planète. Ils abritent plus du quart des espèces de poisson connues (McAllister 1988, Sale 2002, Moberg et Rönnback 2003) et les expéditions scientifiques ont montré que le benthos récifal restait encore très mal connu et que tout nouvel effort de recherche conséquent se soldait par la découverte d’un grand nombre de nouvelles espèces. Dans ce contexte, la protection et la gestion de la biodiversité corallienne constitue une priorité pour les générations actuelles afin que ce patrimoine puisse être accessible aux générations futures qui auront la charge d’en poursuivre la description, voire son utilisation pour les espèces d’intérêt économique. En ce domaine, la valorisation pharmaceutique des invertébrés benthiques possédant des substances naturelles actives présente, par exemple, un grand potentiel.

7Si la nécessité de préserver la biodiversité récifale constitue une évidence pour la majorité des scientifiques, force est de constater que cette priorité n’est pas partagée par l’ensemble des acteurs ayant un impact sur les milieux coralliens. Le résultat est patent : la dégradation des récifs se poursuit comme le montrent les bilans de l’état de santé des récifs coralliens effectués tous les deux ans depuis 1998 à l’échelle internationale (Wilkinson 1998, 2000, 2002, 2004, 2006, 2008, 2010). Aux abords des villes, des platiers sont comblés pour le développement urbain, industriel ou commercial. Même sur les littoraux moins anthropisés, la pollution chimique des eaux côtières, la surpêche et la turbidité croissante (du fait de l’érosion accrue des bassins versants) entraînent une forte mortalité des espèces de scléractinaires les plus fragiles, remplacées par un nombre réduit d’espèces résistantes et par les algues qui deviennent prépondérantes dans certaines zones comme le grand récif de Tuléar à Madagascar. D’une manière générale, dans le Pacifique insulaire, l’érosion de la biodiversité récifale est moindre que dans l’océan Indien ou la Caraïbe. La conjugaison de facteurs géographiques et économiques moins défavorables (des distances plus grandes entre les îles, l’urbanisation moins développée et l’utilisation plus réduite d’intrants dans l’agriculture en particulier) et d’épisodes de blanchissement du corail moins sévères, pourrait expliquer ce constat. À terme, le Pacifique insulaire pourrait constituer le principal « réservoir » d’espèces coralliennes de la planète. Cela confère aux Océaniens une responsabilité accrue vis-à-vis des générations futures.

8Avec le développement économique des îles, la globalisation des échanges et la mise en place des États-Nations, le nombre de catégories d’acteurs pouvant impacter de manière directe ou indirecte les récifs s’est singulièrement accru. À l’époque précoloniale, seules les communautés locales du littoral avaient cette faculté. Aujourd’hui, six principales catégories d’acteurs peuvent être identifiées : les communautés locales du littoral, les élus politiques et les administrations subordonnées, les décideurs économiques, les scientifiques, et les organisations non gouvernementales d’envergure internationale impliquées localement dans la défense de l’environnement, et les bailleurs de fonds internationaux ou régionaux intervenant dans la conservation de la biodiversité (Fond Français pour l’Environnement Mondial, Programme Régional Océanien pour l’Environnement…).

9Cette multiplicité a des conséquences en termes de gouvernance des écosystèmes coralliens. Ces catégories d’acteurs interviennent en effet dans des réseaux séparés ou imbriqués, et à différentes échelles sociales et géographiques. Elles portent des enjeux différents. Toutes ont aussi des points de vue différents sur ce qu’est la biodiversité récifale, la nécessité d’en assurer la protection et la manière de procéder en ce domaine. Si les trois dernières catégories sont acquises à la préservation de la biodiversité corallienne, il en va autrement des trois premières. D’une manière générale, les communautés locales appréhendent parfaitement la relation aux éléments de l’environnement que l’on résume souvent sous la notion de « nature », car elle fait partie de leur vie quotidienne et structure leurs savoirs traditionnels (David 2008) ; en revanche, pour nombre d’entre elles, la biodiversité reste une notion d’origine exogène, importée dans leur quotidien par les médias et le discours des ONG locales de conservation supportées par les ONG internationales comme FSPI (Foundation of the people of the South Pacific International). Pour les élus locaux comme les décideurs économiques, la préservation de la biodiversité relève encore souvent du domaine des scientifiques et des ONG environnementalistes.

10Que ceux-ci n’aient guère réussi à enrayer la dégradation de la biodiversité récifale au cours des trente dernières années, malgré un argumentaire scientifique tout à fait pertinent, tient au fait que différentes conceptions de la relation homme-environnement sont en confrontation, tout comme leur message paraît mal adapté à l’objectif : c’est-à-dire convaincre les acteurs, susceptibles d’aménager et de dégrader ce milieu naturel, ou au contraire de le préserver.

11Confiné à la sphère internationale, le message des scientifiques et des ONG environnementalistes, transmis via la presse écrite, la télévision et/ou le réseau Internet, se traduit :

  1. par l’adhésion des pays à des conventions internationales ;

    • 3 Il s’agit d’une initiative prise en 2005 par cinq gouvernements de la Micronésie (États Fédérés de (...)

    par des engagements internationaux comme le Micronesian challenge qui relèvent du marketing politique à l’échelle mondiale3, la préservation de la biodiversité étant devenue depuis le congrès mondial des parcs nationaux de Durban en 2003 un élément central de la politique étrangère de certains pays ;

  2. au mieux par des politiques publiques qu’il est souvent difficile de mettre en œuvre au niveau local.

12Si le message n’est pas sans impact au niveau local, il touche d’abord les acteurs déjà sensibilisés à la protection des récifs comme les associations de protection de l’environnement ou des usagers dont, par le passé, l’activité économique ou la vie quotidienne a pâti des dégradations du récif et qu’ils considèrent désormais comme un patrimoine. En revanche, les autres usagers, comme certains décideurs locaux, ne sont pas assez sensibles aux arguments élaborés par les scientifiques et les ONG.

13Le message pèche par son contenu. Produit de recherches exclusivement axées sur la compréhension de l’écosystème récifal, il se focalise sur des arguments d’ordre biologique et écologique, ignorant la plupart du temps l’Homme. Ce dernier est d’ailleurs souvent présenté comme « l’ennemi du récif ». Ce message est également défaillant par sa forme, trop éloignée des normes et rationalités des décideurs (communautés locales et/ou autochtones, élus politiques, haute administration, opérateurs économiques), pour lesquels il est peu compréhensible.

14L’écologie a été longtemps perçue comme un frein à l’économie et si dans certains pays, la préférence économique prime sur la gestion durable des récifs coralliens, d’autres mettent en place des politiques de gestion et de préservation de cet écosystème, comme c’est le cas en Nouvelle-Calédonie ou en Australie. En revanche, si le maintien de la productivité d’un récif exige qu’une activité économique soit stoppée ou fortement réduite ou qu’un projet, source d’emplois et de revenus futurs, ne se concrétise pas, alors le choix des décideurs est vite arrêté : l’activité économique prime toujours sur les considérations écologiques, essentiellement perçues dans leur dimension scientifique ou morale. Pour mieux sensibiliser les décideurs à mener des politiques de protection et de gestion des récifs coralliens, il semble nécessaire de leur faire parvenir un message plus approprié qui réconcilie la préservation des espaces naturels, le développement économique et les intérêts des communautés locales et/ou autochtones. L’intégration de la multiplicité des acteurs et des intérêts divergents doit trouver sa traduction dans des politiques économiques.

L’émergence des recherches en SHS en matière de gouvernance des écosystèmes coralliens

15Le principe de la conservation de la biodiversité est plus ou moins accepté auprès des acteurs de la société civile et des responsables politiques. Mais il existe des incertitudes liées à la notion même de biodiversité, les ambiguïtés et contradictions des stratégies des acteurs constituent le contexte compliqué dans lequel la gestion de la « nature » se met en œuvre dans le Pacifique. La protection de la biodiversité accompagne les politiques de développement durable définies lors de la conférence de Rio en 1992. C’est également à cette occasion que la notion de « gouvernance » fait son apparition comme un nouveau modèle d’action publique. Mais la notion est d’autant plus délicate à étudier qu’elle est désormais utilisée dans plusieurs lexiques avec des contenus polysémiques.

16Au niveau politique, l’ensemble des États riverains s’est engagé dans des programmes de conservation et de coopération portant sur la biodiversité corallienne, avec un affichage propagandiste qui souligne la dimension géopolitique de ce dossier. Le concept de biodiversité a pu être récupéré par les acteurs politiques océaniens comme un nouvel outil de marketing politique sur la scène internationale et de légitimation territoriale au niveau national. Les aires marines protégées (AMP) se comptent ainsi par centaines et leurs surfaces ajoutées laissent entendre qu’une protection effective du Pacifique à hauteur du 1/10 de sa superficie est un objectif réaliste. Mais si d’incontestables efforts financiers sont réalisés par les États, la mise en œuvre concrète de ces politiques est beaucoup plus difficile à évaluer. Derrière les chiffres apparaissent les annonces de données contradictoires et de définitions hasardeuses, réalité qui souligne que la protection des récifs est d’abord un champ politique fait de représentations et de conflits sociaux. La gouvernance et la gestion des espaces coralliens protégés ou « gérés durablement » sont emblématiques de ces difficultés : elles soulèvent des questions d’évaluation, de légitimité, d’efficacité ou de comparabilité.

17De nombreux acteurs de la société civile, en particulier les ONG internationales et les organismes de recherche, investissent également ce champ d’action publique. Reflétant la diversité des enjeux de la gouvernance, les thématiques scientifiques associent les sciences de la vie et de la terre, œuvrant à une meilleure connaissance des processus environnementaux, et plus récemment les SHS, plaçant l’interaction « terre-mer » au centre des recherches. Les SHS se déclinent sous la forme de rapports milieu/société et interrogent sur les dynamiques propres ou co-évolutives du sociosystème et de l’écosystème composant le géosystème récifal. Les temporalités d’observation sont souvent en décalage avec les sciences de la vie : les processus trophiques par exemple ne sont pas nécessairement en phase avec les crises ou les transformations sociales. La gestion de la biodiversité et des AMP est ainsi confrontée à l’extension de la ville, à la globalisation, à l’instabilité des marchés… Toute étude SHS est désormais affectée par ces données contextuelles, mais la gestion de l’environnement reste fortement marquée par une gouvernance scientifique et un héritage conservationniste qui a des difficultés à intégrer ces aspects. Ainsi sous le couvert de la promotion d’une meilleure gestion environnementale, la montée en puissance depuis quelques années de l’approche écosystémique des ressources renouvelables conduit à réduire l’Homme à un rôle de prédateur supérieur. Dans cette perspective, la gestion environnementale est ramenée à une simple régulation des rapports prédateur-proie, bien loin de la définition donnée par J. Weber selon laquelle « la gestion environnementale n’est pas une question de rapport des hommes avec la nature mais une question de rapport entre les hommes à propos de la nature » (citée par Denis et al. 2001, p. 8).

18L’association des SHS avec les sciences de l’environnement se voit confrontée à la circonscription spatiale et temporelle des champs et des sujets de recherche des différentes disciplines, ce qui freine une interdisciplinarité pourtant nécessaire des programmes. De plus, l’unité thématique apparente des SHS est scindée en deux orientations majeures au niveau international, suivant que les recherches développées visent 1) à suivre quantitativement l’évolution des écosystèmes coralliens et des sociétés locales qui en dépendent, ou 2) à comprendre le fonctionnement du sociosystème et ses interrelations avec l’écosystème (via les usages, la gestion, etc.). Ces orientations correspondent à deux approches conceptuelles et méthodologiques divergentes. La première approche considère les relations d’usage entre le récif et les populations côtières suffisamment structurantes pour faire des usagers des récifs une communauté spécifique dont la dynamique économique et sociale est déterminée par les dynamiques de l’écosystème récifal. Ainsi, toute perturbation majeure de cet écosystème est censée perturber gravement le fonctionnement de la communauté d’usagers dont les réponses (adaptation et résilience) deviennent des sujets privilégiés de recherche. Dans le contexte actuel d’une demande croissante des bailleurs de fonds concernant les études en SHS relatives au changement climatique, cette orientation se développe et privilégie l’évaluation socio-économique. La méthode d’analyse se base sur des questionnaires administrés aux populations riveraines, comme l’illustre l’initiative SOCMON (Global Socioeconomic Monitoring Initiative for coastal management) qui couvre désormais l’ensemble de la zone intertropicale (Bunce et Pomeroy 2003, Wongbusarakum et al. 2008) La seconde approche met quant à elle en avant les études qualitatives, suivant une analyse spatiale globale de la société avec différents focus d’observation. Il est fait d’ailleurs plus volontiers références aux « lagons », aux « espaces marins », au « foncier marin » (Bambridge 2012), qu’aux récifs proprement dits.

19Sur le plan méthodologique, on ne peut ainsi dissimuler que les démarches adoptées oscillent entre phénoménologie, expérimentation et managérialisme. Cette hésitation est désormais fréquente en sciences sociales, souvent convoquées dans les programmes de développement comme les outils cliniques venus appuyer des politiques publiques sommairement conçues : perfectionnement des institutions de gestion d’AMP, coopération interinsulaire pour la mise en place d’AMP à grande échelle, identification des phénomènes de pluralisme culturel et juridique dans la gestion des territoires et de l’environnement (Bambridge 2008), mise en place de nouveaux modèles de gouvernance pour prendre en considération les résistances sociétales, pour ne citer que quelques exemples familiers aux collectivités françaises du Pacifique.

20Il convient toutefois de relativiser l’ampleur des recherches en SHS sur la gouvernance des littoraux dans cette région, où la complexité des sociétés océaniennes a été renforcée par l’histoire postcoloniale et la globalisation. Ce contexte spécifique sur le plan social, économique et culturel donne l’avantage aux démarches scientifiques phénoménologiques par rapport à des transpositions hasardeuses de modèles institutionnels ou de gestion. La gouvernance des écosystèmes coralliens, et le phénomène institutionnel des AMP en particulier, fait en effet émerger des problématiques originales pour la protection de la biodiversité dans le Pacifique. Hormis les dimensions écologiques habituellement associées au fonctionnement des AMP, l’étude de leur gouvernance y soulève par exemple des questions sur l’analyse des valeurs et des représentations sur lesquelles les populations océaniennes fondent leur acceptation ou leur refus de cet outil de conservation. Plus largement, les recherches en SHS pourraient cibler trois problématiques.

21La première problématique renvoie à la cohabitation de plusieurs ordres juridiques (droit autochtone et droit étatique) dans de nombreux pays du Pacifique, qui affecte directement l’architecture des systèmes de gouvernance et leurs capacités à concilier les différences socioculturelles. Le pluralisme juridique soulève de nombreuses questions sur la construction syncrétique des institutions postcoloniales, les ressources du droit comparé dans la catégorisation des droits autochtones, la fonction du droit international dans la construction du droit insulaire du Pacifique, l’intégration de la coutume dans l’ordre juridique étatique, les droits autochtones et la discrimination positive, les principes républicains à l’épreuve de l’autochtonie…

22La seconde problématique concerne l’inventaire, la valorisation et la protection des savoirs traditionnels océaniens, qui apparaît comme une condition du succès ou de l’échec des systèmes de gouvernance. Le champ des questions de recherche apparaît encore peu étudié : origine, histoire et connectivité des savoirs traditionnels, sens du concept de biodiversité pour les populations du littoral, fonctionnalités (sociétale et technoscientifique) des savoirs traditionnels dans le cadre de la globalisation, savoirs traditionnels et accès juridiques et économiques des peuples d’Océanie aux ressources de la biodiversité… Enfin, la troisième problématique s’intéresse aux transformations des sociétés insulaires océaniennes face aux évolutions démographiques et socioéconomiques au cours de l’Histoire et dans le contexte postcolonial. Ces changements impliquent notamment de concevoir la gouvernance comme un processus sociopolitique dynamique, et d’analyser par exemple les stratégies des acteurs du Pacifique, les politiques publiques, les transformations des économies insulaires et la marginalisation des économies de subsistance en relation avec la biodiversité…

Approches méthodologiques pour l’évaluation économique des services écosystèmiques coralliens

23Les précurseurs en matière d’évaluation monétaire de la biodiversité sont les membres de l’équipe de Costanza, de l’Université de Maryland, qui en 1997 ont estimé que les « services écosystémiques » de la Terre valaient deux fois le produit brut mondial du moment. Depuis lors on essaie de chiffrer l’action mais aussi l’inaction pour savoir ce qu’il convient de faire en matière de politique socio-économique.

24L’évaluation économique de la biodiversité des récifs coralliens est primordiale dans un processus de conservation et de gestion récifale dans un contexte de « tragédie des biens communs ». Le contenu du message doit être clair : appartenant à l’État ou à une collectivité territoriale décentralisée, le récif fait l’objet d’usages collectifs et individuels qui se déclinent en production de type vivrier et en activités entrant dans le cadre de rapports marchants ou y échappant. En lui attribuant une valeur monétaire, on intègre l’écologie dans la sphère économique et on adresse aux décideurs un message dans un langage qu’ils comprennent, changeant ainsi la nature de leur décision.

25La valeur économique de la biodiversité des récifs coralliens est principalement liée aux services écosystémiques d’habitats pour les poissons commerciaux, de barrière naturelle pour les côtes, de fourniture de loisirs et de tourisme. Dans le contexte du développement durable, elle peut également être utilisée comme un indicateur du changement climatique et de la richesse de la biodiversité.

26Dans la pratique, l’évaluation économique d’un récif corallien se fait, tout d’abord, à partir de l’identification des « services rendus » par l’écosystème. Elle peut, pour cela, s’aider de la catégorisation des services écosystémiques réalisée lors de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire. Elle consiste ensuite à évaluer monétairement ces services. Si plusieurs méthodes existent (cf. Balmford et al. 2008, Beukering et al. 2007, TEEB 2010, Failler et al. 2010 pour une revue et une appréciation des différentes méthodes), la plus complète aujourd’hui est l’évaluation économique totale. Une première étape consiste à identifier les services écosystémiques rendus par les récifs.

A. L’identification des services écosystémiques

  • 4 À noter que les biens sont assimilés à des services d’approvisionnement dans la classification de l (...)
  • 5 Elle s’impose d’elle-même par sa robustesse, sa clarté, sa cohérence et son holisme. Elle a été par (...)

27La classification des services4 rendus par les récifs peut s’appuyer sur celle utilisée lors du « Millenium Ecosystem Assessment » (MEA)5. L’ensemble des services que procure l’existence des récifs peut ainsi être distribué dans une des quatre grandes catégories de services retenues : services de support, de régulation, d’approvisionnement et de la culture (cf. tableau 1). Cela permet non seulement la comparaison entre leurs valeurs monétaires respectives mais aussi le rapprochement avec les valeurs obtenues dans le cadre de l’évaluation MEA ou d’autres évaluations, à condition de prendre en compte le contexte économique de l’évaluation.

Tableau 1 : Classification des services rendus par les écosystèmes coralliens selon le MEA (Source : Adapté de MEA, 2007).

Tableau 1 : Classification des services rendus par les écosystèmes coralliens selon le MEA (Source : Adapté de MEA, 2007).

28Parmi tous les services, les services d’approvisionnement relèvent le plus facilement de l’économie de marché de par les activités marchandes qui leur sont associées (pêche, tourisme, de loisirs, activités ludiques, etc.). Ils sont donc facilement évaluables monétairement. Les autres services, de support notamment, en l’absence de prix de marché, sont estimés par des prix de remplacement : par exemple, combien cela coûterait-il de remplacer la fonction de protection côtière des récifs par une digue (implémentation et entretien) ? Les services culturels sont, pour leur part, évalués par des méthodes de prix révélés lors d’une enquête d’opinion et de consentement à payer. Ce dernier point constitue une limite importante de la méthode lorsqu’elle vise à monétariser la fonction culturelle d’un récif qui relève du sacré pour certaines populations du Pacifique.

29Nonobstant ce dernier point, les bénéfices engendrés par l’écosystème récifal sont globalement estimés à quelque 172 milliards de dollars annuels par Martinez et al. (2007). La forme pyramidale du graphique ci-dessous (figure 1), illustre bien la problématique de l’évaluation monétaire des services rendus par les récifs : elle n’est appliquée qu’à certains services ou à certaines de leurs composantes. Elle doit donc être comprise comme une dimension partielle de l’évaluation des services rendus par les récifs.

Source : P. ten Brink, Workshop on the Economics of the Global Loss of Biological Diversity, 5-6 March 2008, Brussels
Figure 1

30La difficulté de l’évaluation économique réside alors dans la capacité à rendre la forme triangulaire la plus rectangulaire possible en conférant une valeur à tous les services inventoriés. Inventaire qui doit se faire de manière collégiale en impliquant tous les acteurs ayant une connaissance fine du fonctionnement des écosystèmes marins et côtiers. En d’autres termes, la monétarisation doit apparaître le plus possible comme un indicateur à même de représenter la variété, qualitative et quantitative des services procurés par les écosystèmes.

B. L’évaluation économique totale

31La valeur monétaire d’un service écologique est mesurée par la disposition d’une personne à l’acquérir diminuée de son coût de production (Noël 2006). En d’autres termes, la valeur monétaire des récifs coralliens et écosystèmes associés (RCEA) peut être évaluée par l’estimation de leur contribution aux activités marchandes et non marchandes. Si l’estimation de la valeur monétaire des services donnant lieu à des activités marchandes se fait en déduisant les coûts des revenus afin de définir la valeur ajoutée, celle des services liés à des activités non marchandes requiert une méthode d’estimation sophistiquée afin d’obtenir le consentement à payer du bénéficiaire potentiel.

32Le concept de valeur économique totale (VET) offre un cadre conceptuel à même de prendre en compte toutes les valeurs énumérées précédemment et qui peuvent être attribuées aux RCEA (Charrier et Failler 2009). L’avantage d’un tel cadre est tout d’abord qu’il permet une évaluation monétaire de la majorité des services rendus par les RCEA, qu’ils aient une valeur écologique ou patrimoniale non marchande ou qu’ils revêtent une valeur économique marchande. Du fait de son utilisation abondante depuis la fin des années 1980, il se prête de plus aux comparaisons. La revue des évaluations des biens et services rendus par les écosystèmes coralliens, réalisée par P. Blanquet (2008), montre bien la profusion des études dans ce domaine. L’hétérogénéité des valeurs par unité de surface pose cependant la question de la robustesse des méthodes employées et/ou de la sensibilité de ces valeurs au produit intérieur brut des pays dans lesquels les études ont été réalisées. De même, cette même revue met en évidence la difficulté d’évaluer la totalité des services et qu’un nombre important de ces services souffre de lacunes de connaissances sur les processus écologiques sous-jacents ainsi que d’un manque de données fiables pour leur évaluation monétaire. Le schéma suivant (figure 2) présente les différentes composantes de la VET.

33Selon la nomenclature admise, au sein des valeurs d’usage, peuvent être distinguées les valeurs d’usage actif direct, induit et indirect. Dans le cas des valeurs d’usage actif direct, il s’agit des usages les plus habituels de la biodiversité marine et côtière à savoir la pêche, le tourisme, la plongée, etc. qui constituent des activités marchandes et non marchandes. Les valeurs d’usage actif induit représentent les services fournis par les RCEA en tant que facteur de production pour des services marchands pour l’essentiel tels que l’aquaculture ou la perliculture. Dans ce cas, c’est le milieu en tant que facteur de production pour une activité de production marchande qui est examiné. De leur côté, les valeurs d’usage actif indirect sont constituées en premier lieu par les fonctions écologiques régulatrices des RCEA (Barbier et al., 2008). Elles peuvent aussi provenir de l’appui ou de la protection qu’elles assurent à des activités économiques ayant une valeur directement mesurable comme le tourisme balnéaire. La valeur d’usage indirect d’une fonction écologique est liée au changement de la valeur de production ou de consommation de l’activité ou de la propriété qu’elle protège ou soutient. Toutefois, cette contribution n’étant ni commercialisée, ni financièrement rétribuée et n’étant qu’indirectement liée aux activités économiques, de telles valeurs d’usage indirect doivent faire l’objet d’estimation par des méthodes comme celles des coûts de remplacement. Les usages actifs indirects concernent aussi les services fournis par les RCEA permettant indirectement la production et la consommation courante comme les cartes postales, les films, documentaires et autres qui utilisent les RCEA comme support principal (Mirault 2007).

Figure 2 : Décomposition de la Valeur économique totale d’après Point (1998) et adapté par Failler et Pan (2007).

34Les valeurs de non-usage, d’usage passif et de préservation comprennent diverses valeurs non liées à l’usage actif direct ou indirect des RCEA. Sous cette rubrique, plusieurs types de valeurs peuvent être identifiés. Tout d’abord la valeur d’option qui représente une valeur qui intervient en présence d’incertitude sur la disponibilité future des RCEA. Définie comme la prime d’assurance que l’on est prêt à payer en situation d’incertitude pour s’assurer de la disponibilité future des RCEA, cette valeur potentielle future peut être de divers types allant de l’usage direct ou indirect, à tous les autres usages passifs (ou non-usage). En présence de forte incertitude quant à la valeur future des RCEA mais d’une estimation potentiellement élevée des usages possibles, une valeur de quasi-option peut être estimée. Cette valeur est relative à la conservation de certaines composantes des RCEA en vue d’un usage futur dont l’intérêt n’est pas encore démontré (par exemple, la préservation de plantes des herbiers pour des usages encore inconnus ou des gorgones et autres populations récifales pouvant contenir des principes actifs encore non identifiés pour des usages médicaux ou autres). Dans de telles circonstances, le principe de précaution s’applique et préconise de disposer de plus d’informations pour entreprendre une action ayant des impacts potentiellement irréversibles. Ainsi, par extension, la valeur de quasi-option est la valeur escomptée de l’information qu’on obtiendra du fait de surseoir aujourd’hui à l’exploitation et à la transformation des RCEA. Elle repose sur l’intuition que le temps permettra d’accroître l’information disponible comme, par exemple, les connaissances scientifiques sur les écosystèmes marins. Faute de connaître précisément cette valeur potentielle, on peut être amené à choisir la conservation des RCEA.

35Un sous-groupe des valeurs de non-usage est la valeur de legs, par laquelle on attribue par exemple une valeur à la conservation de la biodiversité marine pour les générations futures. C’est la valeur que la génération actuelle attribue au legs qu’elle fait aux générations futures. Les valeurs de legs semblent dans le Pacifique présenter une importance particulière pour les communautés de pêcheurs utilisant les RCEA et souhaitant voir le mode de vie transmis à leurs héritiers et aux générations futures. Enfin, la valeur intrinsèque définit l’aptitude des RCEA à avoir une valeur propre supérieure à ce qu’ils peuvent apporter pour satisfaire les besoins anthropiques (lors d’une évaluation économique, les divers avantages environnementaux sont mesurés du point de vue de leur aptitude à fournir des biens et services à l’Homme). Selon ce point de vue, la protection ou le maintien de la biodiversité marine devient ainsi plus une question de morale que d’affectation optimale ou même équitable des ressources.

36La distinction entre valeur d’usage et non-usage est particulièrement difficile à opérer en matière de biodiversité marine et côtière car, comme le rappellent Barbier et al. (1997), « On ne sait pas encore avec certitude dans quelle mesure la diversité biologique est importante pour l’homme mais on accepte généralement que plus la diversité est élevée plus l’écosystème est stable. Nombreux sont ceux qui apprécient l’existence pure et simple de la diversité biologique et qui lui accordent une valeur élevée ».

37S’il est donc aujourd’hui possible de mesurer la valeur monétaire de certains des services produits par les RCEA du Pacifique (Beukering et al. 2006, Cesar et al. 2003, Pascal 2010), il est en revanche moins aisé, pour ne pas dire encore impossible, de mesurer la valeur de la biodiversité marine et côtière. Les méthodes d’évaluation comme la VET s’attachent en effet à mesurer les services produits par la biodiversité des RCEA mais pas la valeur de cette biodiversité en tant que telle. En d’autres termes, elles mesurent ce qui peut d’une part se traduire par un bien et service utilisable par l’homme et d’autre part être attribué à une entité physique (un km2 de récif ou de mangrove) sans pour autant estimer ce qui concourt à la qualité de l’écosystème et à son fonctionnement. On observe ainsi le contresens suivant : une perte de biodiversité marine (appauvrissement de la structure trophique et de ses composantes comme le remplacement de familles de poissons par des céphalopodes ou des crevettes) peut très bien s’accompagner d’une VET plus élevée dès lors que la valeur de capture des quelques espèces qui demeurent est supérieure à celle de capture d’une multitude de poissons. On observe le même phénomène avec l’implantation de nouvelles structures touristiques : la VET des espaces/ressources ou des RCEA s’envole alors même que la biodiversité du site se trouve dégradée (David et al. 2007). Il convient dès lors de travailler à l’élaboration de méthodes permettant de rendre compte de la durabilité des usages de la biodiversité.

38L’analyse des retombées politiques d’une sélection d’études économiques des RCEA dans le Pacifique a mis en évidence des nuances importantes (Laurans et al. 2013a, Seidl et al. 2011). La majorité des études sont restées au stade du rapport technique avec une diffusion limitée aux décideurs et il n’est pas certain que les messages aient atteint leur objectif initial d’« informer et convaincre ». Cependant, ces études sont encore trop récentes pour une évaluation ex-post robuste de leurs impacts sur les politiques de conservation des RCEA (Laurans et al. 2013b, Pascal et al. 2012).

39L’évaluation des récifs coralliens en termes économiques doit assister également la prise de décision relevant d’une analyse coûts-bénéfices entre la préservation, support d’une économie, et la transformation ou la destruction du récif, support d’une autre économie. Elle permet d’identifier clairement les bénéficiaires et les perdants de la mise en place de mesures de gestion comme les aires marines protégées (Pascal 2011 et 2012). L’évaluation économique fondée sur la comparaison des coûts et bénéfices peut être appliquée aux utilisations alternatives des écosystèmes. Il faut d’abord comprendre les changements biophysiques des écosystèmes et mesurer les préférences des différents individus sur différentes échelles géographiques et temporelles. Là aussi, notre analyse peut être faussée par un manque d’information. Il est très difficile d’évaluer tous les bénéfices, encore plus en termes monétaires. Il existe certes des « fonctions de production écologiques », mais elles sont peu disponibles pour les services écosystémiques des récifs. Ainsi les approches d’évaluation « a minima » sont souvent recommandées par différents groupes de travail institutionnels (Chevassus-au-Louis et al. 2009).

40D’un autre côté, la monétarisation de certains services écosystémiques met en évidence des flux biophysiques et financiers qui doivent permettre le calibrage d’instruments financiers (Pesche et al. 2011). Ces instruments, très peu testés sur les RCEA, répondent à des stratégies d’internalisation des dommages (« pollueurs payeurs »), des bénéfices (« bénéficiaires payeurs ») ou de création de marché basé sur des droits de propriétés (Meignien et Lemaître-Curri 2010).

41Finalement, l’évaluation économique doit être pleinement intégrée à la gestion des récifs coralliens. Les activités managériales doivent incorporer les valeurs sociales, économiques et culturelles.

Conclusion

42Les écosystèmes coralliens, de part les usages dont ils font l’objet (pêche et tourisme, notamment), procurent des revenus conséquents aux pays du Pacifique et constituent bien souvent un support de revenus important à des communautés littorales vivant au seuil de la pauvreté. Les récifs apportent, de plus, une contribution significative à la protection des côtes, au maintien de la biodiversité marine et plus généralement à la régulation des écosystèmes marins et côtiers des îles. En outre, les récifs et les lagons ont une valeur culturelle et sociale forte pour les Océaniens qui y associent des récits mythologiques et historiques, qui intègrent ces espaces dans leur territorialité. Certains récifs, passes, trous à poissons, font l’objet de maîtrises prioritaires ou spécialisées analogues à des composantes du droit de propriété en Occident.

43Dans ces perspectives, la préservation des récifs doit constituer un objectif prioritaire, notamment afin de lutter contre la pauvreté et la vulnérabilité des populations côtières.

44Certaines des menaces et pressions pesant sur les écosystèmes coralliens sont d’ordre économique (tragédie des communs, externalités de marché) et peuvent être traitées par des outils du même régime. L’évaluation économique prend alors son sens en faisant sortir de l’ombre certains des services rendus par les écosystèmes et en identifiant des flux de bénéfices et pertes pour les acteurs impliqués. Il s’agit cependant encore de pratiques complexes reposant sur de nombreuses lacunes de connaissances et des méthodes peu standardisées. Les activités de recherche sur cette thématique sont donc primordiales. Elles sont généralement lancées de façon indépendante par des chercheurs ou des groupes de chercheurs avec peu de coordination générale, formant ainsi un « patchwork » de projets. Une coopération des scientifiques à l’échelle nationale et internationale ainsi qu’avec les communautés des récifs à travers le monde, permettrait d’améliorer les impacts des résultats.

45Il y a aussi un réel besoin de recherche pluridisciplinaire, qui relie la biologie marine (au sens large) et l’économie environnementale avec au centre des débats les questions posées par la gouvernance. Des recherches complémentaires pourraient étendre le champ d’analyses au-delà des récifs coralliens à d’autres écosystèmes qui pourraient être concernés avec des menaces et des enjeux similaires.

46Élaborer une communication accessible à toutes les audiences (décideurs, formeurs d’opinion, grand public) mettant en avant les intérêts de mieux gérer les récifs coralliens semble être devenue nécessaire, de même que développer le plus possible des programmes pluridisciplinaires qui articulent les sciences de la vie à celles de l’Homme en proposant des décloisonnements et offrant des plateformes de travail communes. L’évaluation économique de la biodiversité des récifs et écosystèmes associés se prête particulièrement à ce rassemblement pluridisciplinaire.

Remerciements

47Ce chapitre a été rédigé par des scientifiques participants au Groupement de recherche international « Biodiversité des récifs coralliens », créé en 2009 et fédérant les principales institutions de recherche françaises intéressées par les écosystèmes coralliens. Plus particulièrement, ce texte participe de l’axe 5 de ce GDRI, portant sur l’évaluation économique, la valeur patrimoniale et la gouvernance des écosystèmes coralliens.

Bibliographie

Bibliographie

Allsopp, M., R. Page, P. Johnston and D. Santillo
2009
State of the World’s Oceans. Dordrecht : Springer.

Association des Juristes de Polynésie Française Papeete
2008 « Droit foncier en Polynésie Française ». Octobre 2008.

Balmford, A., A. Rodrigues, M. Walpole, P. ten Brink, M. Kettunen, L. Braat and R. de Groot
2008
Review on the economics of biodiversity loss: scoping the science. Report produced for the European Commision under contract ENV/070307/2007/486089/ETU/B2 — 60 pages.

Bambridge, Tamatoa et Jacques Vernaudon
2013 « Espace, histoire et territoire en Polynésie : une appropriation foncière de l’espace terrestre et marin ». In É. Le Roy (éd.), L’homme et la terre. Paris : Éditions Khartala.

Barbier, E.B., M.C. Acreman et D. Knowler
1997 Évaluation économique des zones humides : Guide à l’usage des décideurs et planificateurs. Bureau de la Convention de Ramsar.

Barbier, E.B., E.W. Koch, B.R. Silliman, S.D. Hacker, E. Wolanski, J. Primavera, E.F. Granek,
S. Polasky, S. Aswani, L.A. Cramer, D.M. Stoms, C.J. Kennedy, D. Bael, C.V. Kappel, G.M.E. Perillo and D.J. Reed
2008 «Coastal ecosystems based management with non linear ecological functions and values».
Science, 319: 321-323.

Beukering, P.J.H.v., Brander, L., Tompkins, E., E. McKenzie
2007 Valuing the Environment in Small Islands, in: Joint Nature Conservation Committee, P. P.J.U.T.r., 128 pages. Juin 2007, disponible sur http://www.jncc.gov.uk/page-4065.

Beukering, P.V., W. Haider, W., E. Wolfs, E., Y. Liu, Y., K.V.D. Leeuw, K.v.d., M. Longland,
J. Sablan, B. Beardmore, S.D. Prima, E. Massey, H. Cesar and Z. Hausfather
2006
The Economic Value of the Coral Reefs of Saipan. Commonwealth of the Northern Mariana Islands.

Blanquet P.
2008 « Revue bibliographique : évaluation des biens et services rendus par les écosystèmes coralliens ». Note (éd. Direction des Études Économiques et de l’Évaluation Environnementales : Paris), 4 p. (Ministère de l’écologie et du développement et de l’aménagement durable).

Boyd J. and S. Banzhaf
2007 «What are ecosystem services? The Need for Standardized Environmental Accounting Units».
Ecological Economics, 63(2-3): 616-626.

Brander, L.M., P. Van Beukering and H.S.J. Cesar
2007 «The recreational value of coral reefs: a meta-analysis».
Ecological Economics, 63(1): 209-218.

Bunce, L. and B. Pomeroy
2003
Socioeconomic monitoring guidelines for coastal managers in the Caribbean: Socmon Caribbean. World Commission on Protected Areas and Australian Institute of Marine Science.

Cesar, H., L. Burke and L. Poet-Soede
2003
The economics of world wide coral reef degradation. Cesar Environmental Consulting, ICRAN/WWF, 23 pages.

Cesar, H., P.V. Beukering, S. Pintz and J. Dierking
2003
Economic valuation of the coral reefs of Hawaii. National Oceanic and Atmospheric Administration, Coastal Ocean Program.

Charrier F. et P. Failler
2009 Revue des méthodes d’évaluation de la valeur des récifs coralliens et des écosystèmes associées. Rapport IFRECOR no 2, Fort de France, Martinique, 23 pages.

Chevassus-au-Louis, B., J.-M. Salles, S. Bielsa, D. Richard, G. Martin et J.-L. Pujol
2009 Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes, Contribution à la décision publique. Rapport technique du Centre d’analyse stratégique, Premier Ministre. Rapport du groupe de travail Centre d’analyse strateǵique, Premier Ministre http://www.strategie.gouv.fr.

David, G.
2008 « La pêche côtière océanienne et son environnement, la dialectique instabilité stabilité au fil de l’eau ». Journal de la Société des Océanistes, 126-127 : 59-81.

David, G., J.-B. Herrenschmidt, E. Mirault et A. Thomassin
2007 Valeur sociale et économique des récifs coralliens du Pacifique Insulaire – Éléments méthodologiques. Nouméa : CRISP/IRD, 47 pages. http://www.crisponline.net/Portals/1/PDF/C1A4_Manuel_socio_FR.pdf

Denis, J., Y. Hénocque, M. Antona, J. Barbière, P. Barusseau, L. Brigand, G. David,
C. Grignon-Logerot, B. Kalaora et M. Lointier
2001 Des outils et des hommes, pour une gestion intégrée des zones côtières : Guide méthodologique. Paris : Unesco, COI Guides et manuels no 42.

Failler, P.
2009 Détermination de la valeur socio-économique des récifs coralliens et écosystèmes associés (mangroves, herbiers de phanérogames, zones littorales envasées) de Martinique. Rapport No 1 Méthode, Dans le cadre du Plan d’actions national IFRECOR 2006-2010, Thème d’Intérêt Transversal « Socio-économie », Fort de France, 41 pages.

Failler, P. and Pan Hoaran
2007 « Global value, full value and societal costs; capturing the true cost of destroying marine ecosystems ».
Social Information Journal, 46(1): 109-134.

Failler, P., S. Collet and A. Sall
2008 « From destroying marine ecosystem to reconnecting people and the sea; The need of modelling human nature interactions and of putting values to the centre ». In P. F. L. MacCord and A. Begossi (eds.),
New Trends in Human Ecology. Cambridge : Cambridge Scholars Publishing, p. 222-245.

Féral, F.
2009a « Analyse institutionnelle de la gouvernance des aires marines protégées : l’exemple du PGEM de Moorea en Polynésie française ». Actes du PSI (Pacific Science Inter-Congress), Papeete 2-5 Mars 2009 publié également in « Journal of US-China Public
Administration » :
« 海 洋 保 护 区 治 理 的 制 度 分 析 : 以 法 属 波 利 尼 西 亚 莫 雷 阿 的 海 洋 区 管 理 计 划 (PGEM) 为 例 » (trad. Bai Fan) vol. 6 no 6 p. 6-18, novembre 2009 (ISSN1548-6591USA 2010).
2009b « Propriété et domanialité publique lagonaire à Moorea » et « Synthèse générale ». Univers polynésiens/AJPF, 2009 : 69-78 et 167-178.
2010 « Access and benefit sharing of Genetic Resources in the Pacific ». PSI 2009 Side-Event organisé par IRD, CRISP et CBOL Papeete 5 mars 2009: F. Féral « The public-private dynamic for the sustainable development in the Pacific. »
Synthèse des travaux « Access and benefit… ».

Frogier et al.
2007 « Regards croisés sur les aires protégées marines et terrestres ». In F. Féral (éd.), L’administration des aires marines protégées en Afrique de l’Ouest. Monde en développement vol. 35, No 138 juin 2007.

Gaspar C. et T. Bambridge
2008 « Territorialités et aires marines protégées à Moorea ». Journal de la Société des Océanistes, 126-127 (1/2) : 232-245.

Gueorguieva, A. and K. Bolt
2003 « A Critical Review of the Literature on Structural Adjustment and the Environment, World Bank Environmental Economics ».
Series Paper No 90. Disponible en ligne :
http://wwwds.worldbank.org/servlet/WDSContentServer/WDSP/IB/2003/07/23/000090341_20030723141839/Rendered/PDF/263750PAPER0EN110900Critical0review.pdf
(dernier accès le 18 mai 2008).

Hoegh-Guldberg, O. et al.
2007 « Coral reefs under rapid climate change and ocean acidification ».
Science, 318 (5857): 1737-42.

Kleypas, J.A. and C. Langdon
2006 « Coral reefs and changing seawater chemistry ». In J. Phinney
et al. (eds), Coral Reefs and Climate Change: Science and Management AGU Monograph Series, Coastal and Estuarine Studies. Washington DC: Geophys. Union, p. 73-110.

Laurans, Y., N. Pascal, T. Binet, L. Brander, E. Clua, G. David, D. Rojat and A. Seidl
(in review) «Economic valuation of ecosystem services from coral reefs in the South Pacific: taking stock of recent experience».
Journal of Environmental Management.
2013a «Economic valuation of ecosystem services from coral reefs in the South Pacific: taking stock of recent experience».
Journal of Environmental Management, 116 (2013): 135-144.

Laurans, Y., A. Rankovic, R. Bille, R. Pirard and L. Mermet
2013b « Use of ecosystem services economic valuation for decision making: Questioning a literature blindspot ».
Journal of Environmental Management, 119: 208-219.

Léopold, M., J.-B. Herrenschimdt and R. Thaman
(sous presse) The relevance of traditional ecological knowledge for modern management of coral reef fisheries in Melanesia. Miami: Proceedings of the 11
th ICRS, Juillet 2008

Martinez, M.L., A. Intralawana, G. Vázquez, O. Pérez-Maqueo, P. Sutton P. and R. Landgrave
2007 «The Coasts of our World: ecological, economic and social importance».
Ecological Economics, 63: 254-272.

McAllister, D. E.
1988 «Environmental, economic and social costs of coral reef destruction in the Philippines».
Galaxea, 7 : 161-178.

Meignien, P. et E. Lemaître-Curri
2010 « Conservation et utilisation durable de la biodiversité et des services ećosysteḿiques : analyse des outils ećonomiques ». Réfeŕences du Service de l’Ećonomie, de l’Évaluation et de l’Inteǵration du Développement Durable (SEEIDD) du Commissariat Geńeŕal au Développement Durable (CGDD). Rapport de la commission des comptes et de l’ećonomie de l’environnement.

Méral, P.
2010 « Les services environnementaux en économie : revue de la littérature ». Programme SERENA, Document de travail no 2010-05, 50 pages.

Mirault, E.
2007 Les fonctions et enjeux socio-économiques des écosystèmes récifaux : une approche géographique des valeurs de l’environnement appliquée à l’île de la Réunion. Thèse de doctorat, Université de Paris X, Nanterre.

Moberg F. and P. Rönnbäck
2003 « Ecosystem services of the tropical seascape : Interactions, substitutions and restoration ». Ocean, 2003.

Noël, J.-F.
2006 « Valeur économique des services écologiques rendus par la biodiversité marine à l’homme », Université Versailles, 12 pages.

Pascal, N.
2010 « Ecosystèmes coralliens de Nouvelle-Calédonie, valeur économique des services écosystémiques Partie I : Valeur financière ». Nouméa: IFRECOR, Avril 2010, 155 pages + 12 planches.
2011 « Cost-Benefit analysis of community-based marine protected areas: 5 case studies in Vanuatu, South Pacific ». Research report, CRISP-CRIOBE (EPHE/CNRS), Moorea, French Polynesia, 107 pages.
2012 « Reserve Naturelle de Saint Martin : Valeur Economique ». Rapport technique — IFRECOR Guadeloupe (MEEDTL-MOM) APNSP/MOM 2010, Novembre 2011, 139 pages.

Pascal, N., L. Brander, E. Clua, G. David, Y. Laurans and A. Seidl
2012 «What impacts to expect from economic valuation of coral reefs?» Proceedings of the 12
th International Coral Reef Symposium. Cairns, Australia, 9-13 July 2012 22D Economic valuation and market-based conservation.

Pesche, D., P. Meŕal, M. Hrabanski et M. Bonnin
2011 « Services ećosysteḿiques et Paiements pour services environnementaux : les deux faces d’une même logique ? ». Document de travail no 2011-01, SERENA, programme SYSTERRA, ANR-08-STRA-13.

Point, P.
1998 « La place de l’évaluation des biens environnementaux dans la décision publique ». Économie publique, 1 : 13-46.

Sale, P.F.
2002
Coral reef fishes. Elsevier Science.

Seidl, A., N. Pascal and E. Clua
2011 «Economics of Coral reef management in the South Pacific ». Workshop proceedings ‘Investing in Coral Reef: is it worth it?’. CRISP/3B/3B3 — Workshop report, 35 pages http://www.crisp-online.com.

Stern, N.
2008 « The economics of Climate Change – Richard T. Ely Lecture ».
American Economic Review: Papers & Proceedings, 2: 1-37.

Teeb
2010 The Economics of Ecosystems and Biodiversity: Mainstreaming the Economics of Nature: A synthesis of the approach, conclusions and recommendations of TEEB. http://www.teebweb.org/teeb-study-and-reports/main-reports/synthesis-report/.

Ten Brink, P. et I.Bräuer
2008 « Compte-rendu du séminaire intitulé ‘ Economics of the Global Loss of Biological Diversity’, avec la participation de Kuik, O., Markandya, A., Nunes, P. et Rayment, M., Kettunen M., Neuville, A., Vakrou, A. et Schröter-Schlaack, C. 5-6 mars 2008 ». Bruxelles : Belgique.

Université de Nouvelle-Calédonie Colloque
2009 « L’intégration de la coutume dans l’élaboration de la norme environnementale ». F. Féral (éd.), Forme, contenu et mode de production de la norme juridique : l’intégration des règles traditionnelles en droit positif. LARJE/UNC Documentation française.

Van Beukering, P., L. Brender, E. Tomkins and E. McKenzie
2007
Valuing the environment in small islands, an environmental economics tool kit. London: JNCC/Gov. UK.

Wallace, K.J. 2007 « Classification of ecosystem services: problems and solutions ». Biological Conservation, 139(3-4): 235-246.

Whittingham, G., J. Campbell and P. Townsley
2003
Poverty and reefs – a global overview. Exeter: DFiD-imm. imm Ltd. Innovation Center, Exeter University.

Wilkinson, C. (ed.)
1998
Status of coral reefs of the world: 1998. Townsville: Australian Institute for Marine Sciences.
2000
Status of coral reefs of the world: 2000. Townsville: Australian Institute for Marine Sciences.
2002
Status of coral reefs of the world: 2002. Townsville: Australian Institute for Marine Sciences.
2004
Status of the coral reefs of the world — 2004. Volumes 1 et 2. Townsville: Australian Institute for Marine Sciences.
2008
Status of the coral reefs of the world — 2008. Townsville: Global Coral Reef Monitoring Network and Reef and Rainforest Research Center.

Wongbusarakum, S., B. Pomeroy, C. Loper, C. Vieux, C. Guilbeaux, A. Levine A. and C. Bartlett
2008
SEM-Pasifika: socio-economic monitoring guidelines for coastal managers in Pacific Island Countries. Apia (W. Samoa): Secretariat of the Pacific Regional Environment Programme.

Notes

1 Hormis le premier auteur, la liste des co-auteurs a été établie selon un ordre alphabétique. Les affiliations sont, par ordre d’apparition : (1) Centre Scientifique de Monaco et IAEA Environment Laboratories, (2) Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE), USR 3278 CNRS-EPHE, (3) Laboratoire d’Excellence CORAIL, (4) UMR Espace-Dev (IRD), (5) Centre for the Economics and Management of Aquatic Resources (CEMARE), (6) CERTAP (Université de Perpignan) et EPHE, (7) UR Coreus 2 (IRD), (8) Laboratoire IDRAC Research et MSHSE Université de Nice-Sophia Antipolis.

2 On parle d’externalité lorsque l’action d’un agent, à travers son impact positif ou négatif sur la biodiversité, modifie la quantité ou la qualité des services ećosysteḿiques rendus à un autre agent, affectant ainsi son bien-être, sans que cette variation ne donne lieu à un ećhange sur un marché.

3 Il s’agit d’une initiative prise en 2005 par cinq gouvernements de la Micronésie (États Fédérés de Micronésie, Guam, îles Marshall, Mariannes du nord, Palau) pour promouvoir une meilleure gestion et conservation de leurs ressources forestières et marines. Ainsi ce défi projette de mettre en aires protégées 30 % des zones côtières et 20 % des forêts des territoires signataires.

4 À noter que les biens sont assimilés à des services d’approvisionnement dans la classification de l’évaluation MEA.

5 Elle s’impose d’elle-même par sa robustesse, sa clarté, sa cohérence et son holisme. Elle a été par ailleurs utilisée dans la récente étude relative à l’évaluation des récifs coralliens à St Lucie et à Tobago. (Burke et al. 2008). Plusieurs nomenclatures de classifications des biens et services fournis par les écosystèmes marins ont été utilisées lors des évaluations monétaires de leur valeur. Cela étant, la robustesse du MEA n’est pas partagée par tout le monde ; voir les critiques de Wallace (2007), Boyd et Banzhaf (2007) et Meral (2010) concernant la revue de littérature sur les services environnementaux (www.serena-anr.org/spip.php?article176).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Classification des services rendus par les écosystèmes coralliens selon le MEA (Source : Adapté de MEA, 2007).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Source : P. ten Brink, Workshop on the Economics of the Global Loss of Biological Diversity, 5-6 March 2008, BrusselsFigure 1
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 2 : Décomposition de la Valeur économique totale d’après Point (1998) et adapté par Failler et Pan (2007).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/497/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteurs

Docteur en sciences économiques, habilitée à diriger des recherches. Elle est spécialiste en macroéconomie, en finance internationale et développement durable. En 2006, elle a travaillé à l’International University of Monaco en tant que professeur de macroéconomie et finance et chercheur au Hedge Fund Research Institute. Récemment, elle a rejoint le Centre Scientifique de Monaco et l’AIEA Environment Laboratories pour développer les liens entre les sciences de l’environnement et l’économie, afin de mieux évaluer l’ampleur socio-économique des impacts du changement climatique et de l’acidification des océans. Elle a coordonné les deux workshops sur l’économie de l’acidification des océans qui se sont tenus à Monaco en 2010 et 2012. Dans le cadre du GDRI-CNRS sur la biodiversité des récifs coralliens, elle co-coordonne l’axe 5 « sciences humaines et sociales ».

Chargé de recherche au CNRS, basé au CRIOBE, à Perpignan. Joachim est spécialiste de l’écologie de la conservation, du fonctionnement des systèmes côtiers et du développement d’outils d’aide à la décision. Il dirige actuellement deux projets de recherche sur la résilience socio-écologique des systèmes côtiers. Joachim participe également, entre autres, à un projet européen sur l’évaluation monétaire des services écosytémiques dans les récifs coralliens. Expert en aires marines protégées pour le WWF, il est aussi impliqué dans de nombreux conseils scientifiques et est le président de celui de MedPAN. Joachim Claudet a récemment dirigé la rédaction d’un ouvrage pluridisciplinaire sur les aires marines protégées chez Cambridge University Press.

Directeur de recherche à l’IRD (UMR Espace pour le Développement). Il est géographe de la mer et des îles. Il a travaillé 12 ans dans le Pacifique (Vanuatu puis Nouvelle-Calédonie) entre 1983 et 1996 sur le thème du développement insulaire. Depuis, il s’est spécialisé sur la gestion intégrée des territoires insulaires et la gouvernance des littoraux récifaux, notamment dans le cadre des aires marines protégées de l’océan Indien. Durant la décennie 2000, il a coordonné le programme Valeur socio-économique des récifs de la Réunion puis le projet GERSA (Gestion Intégrée bassin-versant/littoral, du Satellite à l’acteur) du programme CRISP (Coral Reef Initiative for the South Pacific).

Directeur de recherche au centre de recherche CEMARE du département d’économie de l’université de Portsmouth en Angleterre. Dans le domaine de la gestion des récifs coralliens, il coordonne le programme de recherche européen CARIPES relatif à l’implémentation de paiements pour les services environnementaux dans la Caraïbe. Il contribue également, dans le cadre de l’IFRECOR, à l’évaluation socio-économique des récifs et écosystèmes associés dans les collectivités françaises d’outre-mer. Plus globalement, il a assuré la coordination de plus de 20 programmes de recherche (financés principalement par la UE-DG Recherche, FAO, UNEP, etc.) dans les domaines de la gestion des océans et des zones côtières en Afrique, Océan Indien, Asie, Europe et Caraïbe. Il est par ailleurs l’auteur et coauteur de plus de 300 articles scientifiques, chapitres de livres, rapports de recherche, articles de vulgarisations, etc.

Professeur de droit public à l’UFR de Sciences Juridiques et Économique de l’Université de Perpignan Via Domitia et Directeur d’Études à l’École Pratique des Hautes Études au Centre de Recherche Insulaire Observatoire de l’Environnement (CRIOBE EPHE/CNRS) et Directeur du Centre d’Études et de Recherche sur les Transformations de l’Action Publique (CERTAP UPVD EA 4216). En plus de ses publications, il a participé à de nombreux programmes de recherche dont certains sont interdisciplinaires (INCO UE, AMP en Afrique de l’Ouest, GAIUS ANR, GRAMP LITEA, MACROES ANR, POLYPECHE F, COCONET UE, BEST UE). De plus, il dirige des recherches dans le cadre de différents DEA, DESS et dans le cadre de la maîtrise de droit public, des thèses et des HDR. Il dirige des contrats de recherche et d’étude INCO et ECOS de l’Union Européenne et plusieurs contrats d’études et de recherche engagés avec IFREMER sur le thème des institutions et du droit des pêches. Il coordonne des programmes de recherche ANR GAIUS (2007/10), ANR MACROES (2010/13), LITEAU GRAMP (2009/11) et assure la direction scientifique de conventions de recherche.

Ingénieur halieute de formation (AgroParisTech et Agrocampus Ouest). Il est ingénieur de recherche à l’IRD depuis 2004. Ses activités sont localisées dans le Pacifique sud (Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Fidji). Elles consistent à mettre en place des projets appliqués portant sur l’évaluation et la gestion des pêches, des ressources et de l’environnement coralliens, basés sur des collaborations pluridisciplinaires alliant sciences de la nature (biologie, écologie, génétique) et de la société (socio-économie, géographie, anthropologie, droit). Les approches privilégient la collaboration opérationnelle avec les populations locales, pêcheurs en particulier, et les administrations gestionnaires. Les travaux de M. Léopold analysent notamment le fonctionnement des systèmes halieutiques et les impacts anthropiques sur les écosystèmes coralliens, en étudiant les dynamiques spatio-temporelles. Ces recherches trouvent par exemple des applications dans la définition de méthodes de suivi des ressources (poissons et invertébrés) et des activités de pêches à l’aide d’indicateurs, et dans la mise en œuvre de régulations des pratiques de pêche.

Économiste de l’environnement spécialisé sur les écosystèmes coralliens. Il est le coordinateur du projet « économie des récifs coralliens » du programme IFRECOR (Initiative FRançaise pour les REcifs CORalliens) couvrant l’évaluation monétaire des services écosystémiques des récifs de toutes les collectivités françaises d’outre-Mer. Il fut aussi le responsable de la cellule économique du CRISP (Coral Reef InitiativeS for the Pacific), qui à conduit une dizaine d’études économiques sur les écosystèmes coralliens et leur gestion, couvrant une palette de questionnements des décideurs. Il participe à la coordination d’un projet sur l’« Analyse des couts-bénéfices des AMPs (Aires Marines Protégées) gérées par les communautés » au Vanuatu et aux Fidji. Ses champs de recherche touchent les évaluations monétaires des récifs coralliens et les outils économiques pour la gestion des ressources récifo-lagonaire. Pour approfondir ces thématiques, il participe à différents projets de recherche (BEST CORAIL, GRAMP). Sa formation universitaire est basée à la fois sur des études en écologie et en finance. Il est affilié au Laboratoire d’Excellence « CORAIL » USR 3278 CNRS-EPHE, Centre de Recherche Insulaire et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE).

Alain Safa est spécialisé dans la macroéconomie et la finance internationale. Il est chercheur associé à l’Université de Nice Sophia, professeur dans des établissements d’enseignement supérieur privés, formateur au sein du « CFPB » et professeur vacataire auprès de « Sciences Po Paris ». Ses publications analysent les contraintes macro-économiques, notamment dans la région méditerranéenne. Il a travaillé sur l’adaptation des sociétés aux politiques d’ouverture économique et financière, notamment sur leurs aspects économiques et sociaux dans le cadre de projets de recherche européens et internationaux. Récemment, Alain Safa a intégré la dimension environnementale à ses études. Il explore les impacts socio-économiques du changement climatique. Ainsi, l’exploration de l’acidification des océans et de l’analyse des impacts économiques et sociaux sont une préoccupation centrale de sa recherche aujourd’hui. À ce titre, il a participé aux deux workshops sur l’économie de l’acidification des océans qui se sont tenus à Monaco en 2010 et 2012.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter