Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Particularités océaniennes au regard des modèles de la connaissance

Chapitre 7. Les échanges en Océanie et l’anthropologie

Denis Monnerie

Pour Suzanne Dhermont

Texte intégral

  • 1 L’Australie ne sera pas traitée dans ces pages, pour des raisons qui tiennent d’une part aux compé (...)
  • 2 Merci à Sophie Chave-Dartoen et Jos Platenkamp pour leurs précieuses suggestions et critiques sur (...)

1Le thème des échanges est un des plus anciens de l’anthropologie de l’Océanie1 et cet accent mis d’emblée sur les échanges distingue les recherches océanistes de celles pratiquées pour d’autres parties de la planète. Des milliers de pages ont été écrites pour décrire et analyser ces échanges, leurs acteurs, leurs contextes et les objets — en particulier les « monnaies » — qui y circulent. Une raison de cet intérêt tient au fait que les Occidentaux, qui constituent la majorité des auteurs sur ces questions, ont compris qu’en Océanie, tout comme en Europe ou en Amérique du Nord, les échanges jouaient dans la vie sociale un rôle central. En même temps, entre des activités d’échanges qu’ils connaissent sous leurs formes marchandes — et qui ont été propagées en Océanie à partir du début du XIXe siècle dans le cadre des colonisations — et les activités d’échange des Océaniens si diverses et parfois radicalement différentes, l’écart, le plus souvent évident, était parfois considérable2.

2L’anthropologie sociale et culturelle a ainsi été aux premières lignes des recherches sur les échanges des Océaniens. L’économie est en effet largement conditionnée dans ses approches par l’étude du monde capitaliste, et malgré leur prétention à l’universalité, ses concepts ne se prêtent ni à l’observation, ni à la description, ni à l’étude fine des échanges océaniens. Cette anthropologie, par l’attention aux langues et concepts locaux et la pratique de l’observation participante, effectives en Océanie dès le début du XXe siècle, a la capacité de s’intéresser aux phénomènes sociaux les plus divers, à leurs formes les plus inattendues et sait les décrire avec finesse. Les échanges ne font pas exception.

  • 3 L’approche emic vise une compréhension au plus près des conceptions locales, la démarche etic a un (...)

3Toutefois, du fait de l’extrême diversité des pratiques d’échanges et des conceptualisations locales qui leur correspondent, le développement de la capacité à théoriser les échanges n’a pas toujours coïncidé avec la richesse des descriptions. Et les grandes apories épistémologiques de l’anthropologie qui interrogent l’étude des échanges concernent aussi des domaines comme la religion, la parenté ou « l’organisation sociale ». Ce sont d’abord les limitations des langues naturelles, occidentales pour la plupart, qui nous servent à décrire, analyser et théoriser les phénomènes sociaux des autres. Ensuite c’est la tension entre l’approche emic et les perspectives etic3. Ces limitations scientifiques s’accompagnent d’un aspect positif : les recherches d’anthropologie sont aussi une démarche rigoureuse d’intercompréhension des sociétés, accessible à un public motivé.

4D’autres difficultés valent particulièrement pour les échanges. Il existe des écarts considérables entre les différentes échelles sur lesquelles peuvent porter les réflexions qui vont de quelques dizaines de personnes vivant dans un rayon de quelques kilomètres pour les plus petites unités sociales jusqu’à atteindre des milliers de kilomètres et de personnes pour les grands réseaux d’échanges. Ainsi, comme toute l’histoire des recherches sur les échanges en Océanie, les pages qui suivent témoigneront des écarts entre, d’une part, des progrès incessants dans les connaissances ethnographiques, de nombreuses propositions de formalisations pour des sociétés et des régions particulières et d’autre part nos difficultés à conceptualiser solidement de façon large, transocéanienne, des questions qui se rapportent aux échanges. Ces tensions présagent des avancées futures de l’anthropologie.

5Enfin, il ne m’a pas paru souhaitable — serait-ce d’ailleurs possible ? — de traiter des recherches francophones sur les échanges sans évoquer nombre d’auteurs d’autres horizons y ayant pris une part décisive. Les travaux des anthropologues ne peuvent être compris indépendamment de leurs positionnements dans des débats internationaux, tendance qui se fait sentir dès les débuts, par exemple dans les écrits de Mauss.

Les périodes archéologiques

  • 4 « Austronésiens » et « Non-Austronésiens », en toute rigueur il s’agit de peuples parlant des lang (...)

6En Océanie, des réseaux maritimes très étendus ont été instaurés à une époque ancienne par ces grands navigateurs que furent les Austronésiens4, dont l’étendue des pratiques, des connaissances et des technologies de navigation fut sans doute sans équivalent au monde jusqu’au XVIe ou XVIIe siècles. Le plus étendu que nous connaissions, toutes époques confondues, est le Lapita qui, de -1500 à -300 avant JC environ, s’étendait sur près de 4 000 km d’est en ouest de l’archipel Bismarck à Samoa (Conte 1995, Kirch 1997, Galipaud et al. ce volume, Galipaud et Liley 2000, Noury et Galipaud 2011, Sand 2010, Sand et Bedford 2010). Pour certains archéologues il correspondrait à la trace de migrations austronésiennes vers l’est. Mais, de nombreux indices permettent de penser qu’il s’agissait aussi d’un réseau d’échanges, vraisemblablement d’un ensemble de réseaux interconnectés où les déplacements et relations pouvaient être plus ou moins denses et réguliers. À d’autres périodes archéologiques des relations d’échanges translocales sont attestées à courtes et moyennes distances. De très anciennes pratiques d’échanges (Lebot 2002) font que la distinction d’origine linguistique entre Non-Austronésiens et Austronésiens est difficile à tenir pour les phénomènes sociaux et culturels contemporains.

Premiers contacts, échanges, malentendus, acculturations réciproques

7Les « découvertes » des îles et peuples de l’Océanie par les Occidentaux ouvrent sur des échanges. Échanges de violence — avec l’armement supérieur des arrivants — d’objets, de nourritures, de comportements, d’informations — en particulier sur la navigation (Di Piazza et Pearthree 2008) —, de maladies nouvelles aussi, souvent dévastatrices (Rallu 1990). Tous vont avoir des conséquences durables (Coppet 1973, Dousset-Leenhardt 1970). Échanges protocolaires aussi dans les accueils des arrivants, pratique répandue en Océanie. En Nouvelle-Calédonie J. Cook décrit sa réception à Balade en 1774 dans des termes qui évoquent les accueils kanak contemporains. Mais ces réceptions sont parfois accompagnées de malentendus — et les pratiques d’accueil ne sont pas générales comme le montre le mauvais sort fait à certains équipages, occidentaux ou océaniens. Missionnaires, administrateurs, militaires vont suivre, précédés ou suivis de beachcombers, santaliers, baleiniers, marchands de bêche-de-mer, de tortues, d’armes, ainsi que des blackbirders, quasi-marchands d’esclaves. Les uns apportent leurs religions, leurs redécoupages autoritaires du monde et des existences, les procédures et les outils parfois létaux qui vont avec, les autres s’emparent à bas coût de ce qu’ils considèrent comme des marchandises. Ces mouvements de va-et-vient, d’échanges, sont rarement à sens unique. Leurs conséquences vont des affrontements sanglants à des acculturations réciproques, après avoir été ceux des romanciers (R. L. Stevenson, H. Melville, v. Segalen, A. Grimble, K. Hulme, A. Wendt) elles sont devenues un des thèmes d’études des anthropologues et sociologues (M. Mead 1956, Crocombe 1989, Thomas 1991, Baré 1985, Feinberg 1986).

Les découvertes ethnographiques

8C’est d’abord en Mélanésie, que les recherches de terrain de G.C. Wheeler, A. M. Hocart, R. Thurnwald (Îles Salomon), R. Thurnwald, B. Malinowski, F. E. Williams, R. Fortune et M. Mead (Nouvelle-Guinée) montrent l’importance des échanges ainsi que la diversité de leurs formes. La question se pose donc de savoir si les sociétés de cette partie occidentale de l’Océanie développent plus les échanges que les autres : la Micronésie au nord, ou la Polynésie à l’est. Au champ d’études il importe d’intégrer les sociétés d’indonésie pour lesquelles les recherches sur les échanges jettent une lumière bienvenue sur ceux d’Océanie. il faudra aussi nous déprendre de ces divisions, géographiques à l’origine, qui sont devenues des découpages académiques en anthropologie, peu pertinents pour certains auteurs (D’Arcy 2006, Monnerie 2011, Tcherkézoff 2009). Ce chapitre toutefois usera de ces catégories — Mélanésie, Micronésie, Polynésie, Indonésie — car il propose pour l’essentiel une synthèse de travaux qui se définissent dans ce cadre.

Des ethnographies à leur mise en forme théorique

  • 5 Mais pas dans toutes, ce qui complique grandement les approches théoriques comparatistes en Mélané (...)

9Dans un premier temps, les mêmes anthropologues décrivent les ethnographies et les mettent en forme théorique. Une part d’entre eux considère prioritairement les échanges matrimoniaux (W.H.R. Rivers, Fortune, Williams), en établissant un lien direct avec l’organisation sociale et la parenté, concepts centraux de l’anthropologie naissante. Une faiblesse constitutive de leurs théories réside dans la purification de l’ethnographie : comme plus tard chez Claude Lévi-Strauss (1949 ; infra) l’accent est surtout mis sur l’échange des épouses, au détriment de l’ensemble des prestations et des actes, souvent très importants, qui les accompagnent. En contraste, les spécialistes de l’Indonésie orientale étudient conjointement les mariages et leurs échanges de prestations, souvent asymétriques, avec des résultats scientifiques remarquables (infra). L’autre faiblesse, souvent concomitante, de ces premiers travaux concerne les définitions des groupes constituant la parenté et l’organisation sociale. Les précurseurs, tributaires de théories de l’organisation sociale inadéquates souvent dérivées d’études africanistes, n’ont guère compris que dans certaines sociétés d’Océanie5 les « groupes » sont constitués par/lors des échanges. Ce point théorique crucial sera suggéré par A. M. Hocart, fermement soulevé par J.A. Barnes pour les Hautes Terres de Nouvelle-Guinée (1962), théorisé par R. Wagner (1967, 1974), mais jusqu’à aujourd’hui n’a pas toujours été entendu au-delà de la Nouvelle-Guinée.

Les grandes directions de recherche sur les échanges : les penseurs des échanges

Richard Thurnwald et Bronislav Malinowski

  • 6 Ce point a été relevé par Mauss dans l’Essai sur le don, et jusque dans les années 1960 le plus so (...)

10Thurnwald et Malinowski sont des penseurs attentifs à l’omniprésence des échanges en Mélanésie qui dépassent la seule observation de la circulation des épouses et montrent les emprises très larges des échanges et d’un principe qu’ils nomment réciprocité. Thurnwald, qui avait à son actif deux terrains en Mélanésie (Buin à Bougainville et Banaro dans le Sépik) est le pionnier de cette réflexion théorique sur les échanges. Pour les Banaro il écrit « Nous donnons à la symétrie des actes le nom de principe de réciprocité » (1921 : 10, voir Juillerat 1993), une symétrie qu’il relie à celle, « dualiste », de l’organisation sociale et envisage d’un point de vue psychologique. À partir de son long terrain à Kiriwina (Îles Trobriand, Massim) Malinowski développe une perspective influencée par le juridique. Il considère la réciprocité comme une « obligation impérieuse », définie comme le principe du « donnant-donnant » évoquant la formule religieuse romaine do ut des et considérée comme la « base de la structure sociale ». En effet, elle implique « l’enchaînement même des obligations, qui forme un réseau de services mutuels… s’étendant sur une longue période et portant sur tous les genres d’intérêts et d’activités. À cela il faut ajouter la manière spectaculaire et cérémonielle6 dont on s’acquitte des obligations légales » (1968). Ces deux auteurs posent à un niveau d’abstraction élevé et dans une visée d’anthropologie comparatiste des questions qui restent au cœur des interrogations sur les échanges pour l’ensemble des sciences sociales. Mais les réponses et thématiques qu’ils développent et qui seront reprises par leurs successeurs — en premier lieu la réciprocité — présagent aussi certaines des difficultés épistémologiques des recherches modernes. Enfin, Malinowski donnera la première grande description précise des échanges interinsulaires de la kula (1922).

Marcel Mauss

  • 7 Mauss lui-même militait dans des mouvements coopératifs et avait des préoccupations politiques vis (...)

11Dans l’Essai sur le don Mauss montre comment les échanges non-occidentaux soulèvent des questionnements spécifiques à l’anthropologie et ouvrent sur une critique de l’économie occidentale qui continue de retenir les chercheurs7. Par exemple pour la définition de systèmes économiques qui relèveraient, ou non, du « don » qui a stimulé d’innombrables recherches, ou autour de la notion maorie de hau. Celle-ci, selon E. Best, serait liée au fait que certains dons portent en eux le retour. Pour Mauss elle amène à concevoir « qu’il y a avant tout mélange de liens spirituels entre les choses qui sont à quelque degré de l’âme et les individus et les groupes qui se traitent à quelque degré comme des choses » (Mauss [1923-1924] 1980 : 163). Les rapports complexes de cet « esprit du don » à la réciprocité, à la circulation des objets, aux objets eux-mêmes et à leurs relations aux personnes donnent lieu jusqu’à aujourd’hui à d’âpres discussions opposant différents courants intellectuels. C. Gregory a ainsi proposé de contraster l’économie marchande et l’économie du don qui coexistent fréquemment dans les sociétés d’Océanie (1982) en raison de la colonisation. Sur ces sujets, d’importants problèmes de traduction, de contexte et de théorie sont explorés (pour les francophones : A. Babadzan, C. Barraud, A. Caillé, D. Casajus, D. de Coppet, J. Godebout, M. Godelier, A. iteanu, C. Lévi-Strauss, L. Racine, A. Testart, v. Lécrivain). La question des attributs/relations parfois qualifiés de « magiques » ou « mystiques » attachées aux personnes, actes et/ou objets d’échange a été et reste un sujet de débats intenses. Sous une autre perspective, celle de l’art, et avec l’élégance de pensée qui caractérise ce grand anthropologue britannique, A. Gell (1998) a appliqué aux objets la notion d’agentivité (agency), et développé celle de personne détachable (M. Strathern 1988, infra), propositions qui pourraient contribuer à avancer la compréhension du hau et plus largement des phénomènes sociaux où notre stricte distinction entre sujet et objet se révèle encombrante. Enfin, pour certains, il se peut que le hau soit devenu une « sorte de mythe » maussien exprimant « quelque chose qu’il aurait été difficile d’exprimer autrement » (Graeber in Godbout 2004).

  • 8 Curieusement il ne fait pas le rapprochement avec l’Indonésie où ces distinctions sont souvent cen (...)

12Mauss pose aussi, pour Samoa, Tonga et Tahiti (Polynésie) la question des circulations, en de nombreuses occasions, de biens distingués en masculins et féminins8. Cherchant sans succès du « potlatch » en Polynésie, il trouve des distinctions et surtout des orientations dans les prestations, mais il ne développe pas ces caractéristiques fondamentales des échanges, en Océanie et ailleurs. Enfin il définit certains de ces biens comme « propriété-talisman », question qui sera reprise et développée par A. Weiner (1992) et M. Godelier (1996).

13Ce texte précurseur de Mauss a soulevé de nombreux problèmes théoriques et permis de nombreuses avancées. Sa traduction anglaise tardive a relancé certains débats depuis le milieu anglo-saxon. Mais à mon sens aujourd’hui, pour la compréhension des systèmes de circulation et de transferts d’artefacts, d’informations et de personnes en Océanie, les catégories principales de l’Essai — don, contre-don, réciprocité, esprit du don —, sont devenues comme autant d’obstacles à contrecarrer comme le montrent nombre de tentatives plus ou moins convaincantes de les adapter à des cadres ethnographiques qui de toute évidence manifestent d’autres dynamiques. Un autre niveau de parasitage théorique vient de non-ethnographes qui ont pris l’Essai comme point de départ à leurs réflexions, sans s’affranchir les cadres que Mauss entendait dépasser, ceux des économies modernes capitalistes.

Raymond Firth

  • 9 Firth a aussi étudié sous cet angle les Maoris de Nouvelle-Zélande et une société de pêcheurs mala (...)
  • 10 Tikopia « n’est pas une société primitive au bas de l’échelle, elle a un système social modérément (...)

14Un des meilleurs ethnographes et théoriciens de sa génération, Firth a eu soin, dans une série de textes classiques, d’aborder Tikopia, petite île de Polynésie occidentale qu’il a étudiée en 1928-1929 et 1952 sous des angles divers, dont celui de l’économie9. La question de l’application de la notion même d’économie et de ses outils à Tikopia est au centre des préoccupations de Primitive Polynesian Economy (1965), le plus abouti des textes sur cette question. La réponse est nuancée et comme l’indique le titre reste cantonnée dans l’optique évolutionniste qui a profondément marqué — et desservi — l’anthropologie du XXe siècle10. Des thèmes larges de la théorie économique, comme la rareté des ressources, les facteurs de production, les choix rationnels peuvent, selon Firth, être dans une certaine mesure appliqués à Tikopia. Les points les plus intéressants de ses conclusions concernent les inadéquations des outils de l’économie et de ses questionnements. il suggère une « reformulation élargie des théories, concepts, définitions et méthodologie existants qui ont été utilisés pour traiter de notre propre société hautement spécialisée » (p. 353-354). Ainsi, la question du « choix rationnel » se trouve reformulée dans la mesure « où il est largement dicté par les configurations (patterns) traditionnelles des institutions et des valeurs de la culture » de Tikopia (p. 358). Il souligne aussi qu’il n’est pas possible d’expliquer pourquoi, à un moment donné, se produit un changement du volume de production sans comprendre le poids des obligations de parenté ou d’obligations et d’interdits rituels (p. 181-186, 320-332, 357). Au final, pour Firth, les relations économiques sont aussi, explicitement, des relations sociales et culturelles. K. Polanyi, avec le concept d’enchâssement (embedding), formulera l’outil théorique de cette imbrication (1983). Une remarque importante de Firth concerne un plan du « processus des échanges [celui] qui résulte dans le transfert intensif de biens, avec des effets considérables sur le système de production, [et qui] exprime des satisfactions qui ne sont pas le produit de la nature des biens eux-mêmes, mais du fait même d’échanger » (p. 358, mes italiques). Cette satisfaction de l’échange par lui-même fut mise en avant par les premiers penseurs des échanges océaniens, mais souvent réduite à la notion de réciprocité et plus rarement rapportée aux « impressionnantes » cérémonies d’échanges.

Claude Lévi-Strauss

15Lévi-Strauss est, avec Mauss et Polanyi un des trois penseurs non-océanistes ayant eu une influence marquante pour notre propos. Dans Les structures élémentaires de la parenté (1949), sa recherche porte sur les formes des échanges de femmes. Les autres biens échangés ne sont pas, ou peu, envisagés (supra), pas plus que leurs modalités sociétales (cérémonies, etc.). Cette formalisation épurée des échanges matrimoniaux a une grande ambition théorique. Elle impliquerait deux universaux (i) au plan mental celui d’oppositions binaires de type digital, (ii) au plan social celui de la prohibition de l’inceste. Ces propositions auront un retentissement considérable, relançant les recherches sur les échanges de façon large. Chez les spécialistes de l’Océanie, elles combinent souvent un angle critique et des orientations diverses : marxiennes (M. Sahlins, M. Godelier, C. Gregory), marquées par l’analyse des conceptions emic (E. Schwimmer, D. de Coppet), par l’anthropologie des objets (P. Lemonnier), par un regard sur les marchés locaux (P. Maranda) et plus tard dans les études de genre qui critiqueront l’assignation aux femmes d’un statut d’objets mis en circulation (A. Weiner, M. Strathern).

Marshall Sahlins

  • 11 Publié en français en 1976 dans Âge de pierre, âge d’abondance avec une intéressante préface de P. (...)
  • 12 Ce débat qui concerne ici les échanges a en fait une amplitude beaucoup plus large et implique des (...)

16Important penseur de la seconde moitié du XXe siècle sur l’Océanie, Sahlins, donne d’abord des descriptions et des analyses pénétrantes des échanges à Fidji (1962). Puis il propose pour les « types politiques » contrastés de Mélanésie — le Big Man — et de Polynésie — l’aristocrate — une opposition partiellement fondée sur une analyse de modalités différentes d’échanges (1963). La popularité et la force heuristique de ce modèle simple n’ont d’égale que la facilité avec laquelle il peut être réfuté, en particulier grâce aux développements des ethnographies en Océanie à partir des années 1960. Sahlins poursuit ses études théoriques des échanges à travers une série de publications importantes dont le célèbre « Sociologie de l’échange primitif »11. Sahlins se range aux côtés de M. Herskovits et G. Dalton avec les « substantivistes » pour qui le comportement économique des sociétés étudiées par les anthropologues est fondamentalement différent de celui du monde occidental. Le texte porte la trace des débats avec la position des « formalistes » (Cook 1966) pour qui les principes économiques valent de façon universelle12. Sahlins propose un modèle d’échanges où les « groupes résidentiels de parenté s’inscrivent dans des sphères de relations réciproques qui vont constamment s’élargissant » (p. 252). Plusieurs types formels de pratiques de réciprocité — généralisée, équilibrée et négative — sont identifiés en fonction de l’écart généalogique, de la « distance sectorielle » entre ces sphères et des valeurs morales. Ce schéma a le mérite de poser ensemble la question des relations locales et translocales : « les propositions concernant les secteurs externes sont particulièrement vulnérables (le ‘secteur externe’ recouvre généralement le ‘secteur intertribal’, cette périphérie ethnique des sociétés primitives ; en pratique, on peut le situer au point où la moralité positive s’obscurcit et où l’attitude normale au sein du groupe est l’hostilité intergroupe). Dans cette sphère on traite les affaires soit par la force ou la ruse soit par le ‘commerce silencieux’«  (p. 255).

Daniel de Coppet et ERASME

  • 13 Pour l’Indonésie et l’Océanie : C. Barraud (1984), A. Iteanu (1983), S. Chave-Dartoen (2000, 2006) (...)

17Sous l’influence combinée des travaux de Coppet sur les ‘Aré‘aré (Îles Salomon ; 1968, 1970, 1981, 1998) et L. Dumont sur l’inde et les civilisations modernes (1966, 1977, 1983) et du développement d’une orientation théorique très affirmée mais toujours fondée sur des analyses d’ethnographies, l’équipe ERASME du CNRS a posé la question des échanges en termes de leur cohérence et de leur hiérarchisation emic dans chaque système social particulier13. Un des fondements théoriques de cette approche est le refus de considérer la réciprocité comme la norme des échanges. Très vite, cette équipe s’ouvre à une collaboration avec des représentants de l’école hollandaise de Leyde (Platenkamp 1988), dont les travaux font autorité pour l’Indonésie depuis les années 1930 et où la théorie des mariages circulants a vu le jour. Cette collaboration suivie va permettre à ces chercheurs d’approfondir l’autre pilier de leurs recherches, qui est comparatiste.

18« Des relations et des morts. Quatre sociétés vues sous l’angle des échanges », (Barraud et al. 1984, traduction anglaise 1994), texte emblématique de ce programme comparatiste vise à « comprendre l’ensemble des échanges d’une société donnée comme formant un système, lequel est à comparer avec ceux dégagés dans d’autres sociétés » (p. 424). « La méthode a consisté […] à prendre en compte l’ensemble des échanges en vue de dégager les idées-valeurs, c’est-à-dire les faits dominants de et pour chaque société. Il en est résulté des propositions qui font apparaître, dans chaque cas, une formule du ‘tout’ spécifique, au point que chaque société semble porter une définition particulière de l’universel. C’est en cela même que les sociétés sont comparables : dans leur effort pour gérer un universel qui leur est propre. Faute d’accéder à la compréhension de chacune de ces totalités, les faits observés et particulièrement les échanges formeraient une immense collection dont on ne pourrait proposer d’autre somme que celle déjà implicitement reconnue dans notre idéologie moderne. » (p. 501) Les propositions de ce texte sont particulièrement complexes pour deux sociétés de Mélanésie où des « processus particuliers […] dépendent de la forme du cycle des rituels » (p. 512). L’influence de la pensée de Coppet se fit sentir dans sa participation à une recherche sur La monnaie souveraine (Aglietta et Orléan 1998, infra) et sur une génération d’étudiants par ses enseignements à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Maurice Godelier

19Par ses cours dans le même établissement, ses innombrables publications et sa carrière scientifique et administrative, Godelier dont les recherches ont été récompensées par une médaille d’or du CNRS, a exercé une influence considérable sur les études océanistes et le public cultivé. À partir de ses recherches sur les Baruya (Nouvelle-Guinée) il a d’abord développé une approche structuraliste et marxiste originale où l’étude de la production, de l’exploitation et des échanges joue un rôle majeur. Appartiennent à cette première période ses travaux sur la monnaie de sel (1969) et les Grands Hommes (1991) — un « type politique » alternatif et complémentaire de celui du Big Man de Sahlins (supra). Le Grand Homme acquiert et renforce son statut à travers ses mariages multiples, par le travail de ses épouses et les relations d’affinité étendues qu’ils impliquent. Ce type de phénomène est sans doute pan océanien et a aussi été observé en Micronésie et en Polynésie — y compris par l’écrivain voyageur R. L. Stevenson (1912).

20Les analyses de Godelier se tournent ensuite vers d’autres perspectives. La philosophie, sa formation d’origine, et la psychanalyse sous-tendent une théorie de l’imaginaire et du symbolique, plus tard il proposera une remarquable synthèse des Métamorphoses de la parenté. Dans L’énigme du don (1996), les échanges sont au premier plan de sa réflexion dans une approche renouant avec celle de Mauss, mais largement informée par les ethnographies et recherches les plus récentes. Godelier met en rapport la disjonction des sphères d’échange avec la sacralisation de certains biens, conçue comme un rapport spécifique aux origines que les hommes détachent d’eux-mêmes et projettent sur les sacra.

Annette Weiner

21A. Weiner a d’abord travaillé aux îles Trobriand où elle a montré l’importance du rôle cérémoniel des femmes et de leurs biens d’échange faits de fibres végétales, trait social inaperçu de Malinowski un demi-siècle auparavant (1976, 1988). Puis, après un terrain à Samoa (Polynésie), elle publie un ouvrage synthétique sur les échanges (1992) qui sera l’objet de nombreux débats et dont une part des découvertes est aujourd’hui intégrée dans nombre de réflexions sur les échanges. Elle y insiste sur l’existence dans de nombreuses sociétés de biens considérés comme inaliénables, qui, par leur dimension de permanence, jouent un rôle clé dans les pratiques et représentations de la reproduction des groupes, les rapports aux ancêtres et aux dieux. Le paradoxe énoncé dans le titre du livre : « garder pour donner » (keeping while giving), procède d’un travail d’élargissement des notions d’échange et de réciprocité. On donnerait certains biens pour pouvoir conserver ceux qui sont inaliénables. Ce sont des objets — des étoffes, des terres, des objets sacrés, des restes humains, etc. — et/ou des biens non matériels — noms, titres, mythes, chants, danses, etc. La notion de bien inaliénable est au cœur d’une réflexion dense qui montre la place des paradoxes dans le social et outre les dynamiques des échanges, met en avant leurs relations privilégiées aux femmes, au politique et à la sacralité, ainsi qu’une convaincante épistémologie de la non-distinction entre cosmologie et processus de (re)production.

Nancy Munn

22Spécialiste des Walbiri et Pitjantjatjara (Australie) et de Gawa (Nouvelle-Guinée), l’anthropologue américaine Munn (voir aussi Lemonnier, ce volume) propose dans plusieurs textes novateurs et importants des études où les échanges sont restitués dans ce que Polanyi a nommé leurs enchâssements, elle porte une attention particulière à leurs significations. Dans un article classique, « The Spatiotemporal Transformations of Gawa Canoes » (1977) elle traite des pirogues construites à Gawa qui sont utilisées par plusieurs sociétés pour les échanges kula. Munn étudie leurs trois phases de « fabrication » qui s’étendent au-delà de la seule construction de l’embarcation (i) la production, (ii) les échanges internes (en particulier de mariages) et externes de Gawa, enfin (iii) les échanges kula interîles. Ces phases correspondent à des extensions spatiales et des plans de relations différents, tous articulés par des « structures de conversion » : des chaînes opératoires, des incantations magiques et des échanges. L’originalité de l’analyse réside en ce qu’elle traite des échanges comme d’une structure de conversion parmi d’autres. Ceci permet de relier ceux concernant les pirogues, les mariages et les échanges kula, et d’inclure dans l’analyse d’autres faits sociaux, culturels, techniques importants. Cette approche explicite l’articulation de plusieurs temporalités ainsi que celle des échanges internes et externes de Gawa et au-delà, de la kula, largement sous-tendus par des significations et des valeurs liées à la reproduction, à la vie — et à la renommée dans la kula.

Le contexte colonial français en Océanie

23La Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, la Polynésie Française ont généré des recherches qui, en anthropologie, sont restées quelque peu à l’écart des grands moments et mouvements de réflexion internationaux, ce qui n’est pas le cas en linguistique, discipline moins sensible aux frilosités ou animosités coloniales. Elles se sont souvent centrées sur des problématiques et outils théoriques faisant écho à ceux des églises (Maurice Leenhardt) ou de l’administration dans ses relations parfois très conflictuelles avec les peuples colonisés : en particulier le politique, la tradition/coutume et le développement. Les anthropologues qui se sont intéressés de façon suivie et approfondie aux échanges y sont peu nombreux et leurs analyses viennent tardivement. Toutefois les ethnographies qu’ils ont décrites sont remarquables et enrichissent considérablement nos connaissances dans le domaine des échanges océaniens. En Polynésie, à l’exception notable des travaux de S. Chave-Dartoen sur Wallis (2000, 2006) les échanges sont largement restés à l’écart des préoccupations. En Kanaky Nouvelle-Calédonie, les cérémonies du cycle de vie et celles des accueils et départs sont au cœur des civilisations kanak. Elles montrent, comme souvent en Océanie, l’imbrication exacerbée du verbal — les discours cérémoniels — avec le non verbal — les actes cérémoniels d’échanges —, trait observé ailleurs mais peu étudié et dont les implications théoriques, qui apparaissent considérables à l’auteur de ces lignes, n’ont pas toujours été mises en avant. Si l’importance des échanges cérémoniels est attestée dès les écrits de Cook, ils ont rarement été décrits de façon précise ou détaillée (sauf Guiart 1992 : 304-321). Toutefois il faut attendre les années 1990 pour avoir des analyses approfondies de ces institutions très complexes. Pour la Grande Terre, un article pionnier de P. Pillon (1995) ouvre ce chantier avec la vallée de la Kouaoua (centre). Les travaux de D. Bretteville (2002) et de l’auteur de ces lignes (2005, 2008, 2012, à paraître) concernent la région Hoot ma Whaap (nord, voir aussi Patrice Godin [1990]) ; ceux d’I. Leblic (2004, 2010) la région de Ponérihouen (centre). Aux Îles Loyauté, pour Maré les travaux d’E. Faugère (1998) et C. Illouz (2010) retiennent l’attention.

Les évolutions théoriques des dernières décennies

24Ethnographies renouvelées, de plus en plus détaillées et diversifiées, audaces théoriques, va-et-vient avec les préoccupations intellectuelles et sociétales du moment, l’anthropologie des échanges en Océanie a parcouru sa jeune histoire (un siècle) avec un dynamisme étonnant. Les novations et rebondissements théoriques y ont été et y restent innombrables. Pas plus que celles qui précèdent, les pages qui suivent ne peuvent être exhaustives mais pointent quelques aspects importants de ce chemin et ces débats qui se poursuivent.

25Une influence considérable, extra-océaniste, se fait sentir sur les auteurs traitant des échanges en Océanie, celle de Polanyi. Ce philosophe et économiste marxisant original a beaucoup travaillé à partir de données ethnographiques. En France son importance est reconnue par des chercheurs qui pourtant ne s’accordent pas sur grand chose d’autre : Godelier fut le premier à le publier en français et Dumont donna une préface à La grande transformation. La proposition la plus connue de Polanyi concerne l’enchâssement de l’économique dans le social pour les sociétés non capitalistes, et la progressive autonomisation de l’économie avec le développement du capitalisme (1936). Cette réflexion se déplace dans Dahomey and the Slave Trade où il souligne la disjonction intentionnelle des sphères d’échanges internes et externes (1944). À rebours de l’idéologie homogénéisante du marché, la question de la disjonction, ou non, des sphères (ou circuits) d’échanges et de l’existence, ou non, de différentes formes d’échanges (et de leurs combinaisons) reste certainement une des plus importantes pour la compréhension des systèmes d’échanges et économies réelles.

26Les années 1950-1960 ont été celles des débats entre substantivistes et formalistes, les décennies qui suivent verront croître encore la distance entre les approches et concepts proposés par les anthropologues pour rendre compte des échanges et des économies et ceux des économistes, en particulier néolibéraux, qui peu à peu do - minent les scènes politique et intellectuelle à partir des années Thatcher et Reagan en Grande-Bretagne et aux USA. La revue du MAUSS est emblématique de cet écart et d’une forme de résistance condensée en son sigle : Mouvement Anti Utilitariste en Sciences Sociales. Elle développe un espace de réflexions critiques des idées économiques dominantes où des anthropologues, océanistes ou non, — mais aussi des sociologues, des philosophes, des essayistes — dialoguent avec des théoriciens de formes alternatives de la pensée économique.

27Par ailleurs, dans les recherches pluridisciplinaires sur la monnaie dirigées par les économistes M. Aglietta et A. Orlean (1998, voir S. Breton 2000), où furent actifs plusieurs anthropologues, un rapprochement se manifeste, suggérant l’aspect spécifique de l’économie monétaire moderne dans le paysage économique, historique et anthropologique des systèmes de monnaies, proposant aussi la prévalence assez générale de leurs rapports à un au-delà, désigné comme celui de la souveraineté.

Personnes composites et échanges

28L’article de Sahlins de 1963 (supra) et le livre de M. Strathern The Gender of the Gift (1988) sont les deux textes de l’anthropologie de l’Océanie les plus débattus par les spécialistes. Tous deux impliquent, mais partiellement les échanges. M. Strathern est inspirée par son propre terrain à Hagen (Hautes Terres de PNG ; 1972) de célèbres schémas de M. Leenhardt sur la personne mélanésienne (1971 : 160-161, 249) et des ethnographies problématiques pour les approches classiques. Avec des propositions inspirées des théories de R. Wagner et malgré les ruses rhétoriques étourdissantes d’une machine textuelle de type postmoderne qui tour à tour affirme puis fait vaciller l’autorité de la chose affirmée, nombre d’anthropologues considèrent que ce livre fait des propositions novatrices et importantes pour la réflexion sur la Mélanésie. On qualifie leur travail et leur rhétorique de New Melanesian Ethnography (NME). Trois angles d’approche se recoupent constamment dans cet ouvrage : sur le féminisme, le relativisme et le don, qui est le sujet qui nous retiendra ici. Pour sa réflexion sur l’économie du don, M. Strathern centre son approche sur les personnes. La personne mélanésienne serait détachable et ce que le présent chapitre nomme les « échanges » relèverait in fine de l’agentivité des personnes détachant et déplaçant des composantes des personnes et/ou des biens. Ces agents sont pris dans un contexte culturel spécifique — non pas social, concept refusé par M. Strathern, sans doute pour rompre avec la vieille social anthropology britannique. La culture donne un cadre aux acteurs, ce qui, il faut le remarquer, a pour effet de limiter leur autonomie, point qui n’est guère développé par l’auteur. Cette focalisation sur les actes des personnes n’est pas sans affinité avec des démarches comme l’interactionnisme ou l’individualisme méthodologique.

29Pour souligner la spécificité de ces propositions et bien marquer les débats et le contraste épistémologique je prendrai le traitement par Coppet d’une ethnographie comportant clairement des personnes composites, celle des ‘Aré’aré (Îles Salomon). L’ensemble du travail de cet auteur (supra) affirme l’existence d’une totalité — ou si on préfère d’un système — social et culturel, qui en particulier dans les échanges constitue et déconstitue les personnes et leurs composantes (le corps, le souffle et l’image), canalise ces dernières à travers des biens d’échange (taros, porcs, monnaie) en des chaînes de transformation qui reconduisent la vie, la société et son cosmos. Les humains, monnaies, plantes, porcs, ancêtres, non-humains et les composantes elles-mêmes sont tous actifs à des degrés et dans des domaines divers. La mesure d’agentivité des personnes est puissamment limitée, subordonnée aux dynamiques du système qui les englobe, parfois de façon tragiquement implacable comme lors les cycles de meurtres. Non seulement la vue surplombante adoptée par Coppet souligne la force d’une société pensée simultanément à la culture mais celles-ci sont conceptualisées comme intégrées en un système socio-cosmique où les dynamiques humaines sont étroitement articulées à celles du monde qu’elles conceptualisent. L’analyse vaut pour cette société particulière, la comparaison sur les échanges devant porter dans un deuxième temps sur des systèmes.

  • 14 Ces deux auteurs ne sont pas les seuls à avoir travaillé sur les échanges et les personnes composi (...)

30À partir d’interrogations sur les personnes composites et les échanges, ces deux auteurs ont donc deux positions contrastées14. D’une part un personnalisme à l’agentivité détachable présenté comme un « universel » mélanésien (M. Strathern). D’autre part des propositions sur des composantes des personnes et du cosmos mais pour lesquelles l’universalisme est dans la comparaison de systèmes socio-cosmiques distincts (Coppet). Les débats sur l’Océanie ne sont certes pas réductibles à ces deux pôles remarquables, mais on trouve ici — avec les propositions de Godelier sur les Grands Hommes — un échantillon de la qualité et de l’originalité de réflexions épistémologiques et de débats où est impliquée l’anthropologie francophone. Ils confirment aussi une des tendances de l’anthropologie qui traverse les époques et renouvelle le débat avec d’autres sciences sociales, économie comprise, qui est d’analyser les échanges comme imbriqués à d’autres faits, qu’ils soient personnels ou sociaux, non verbaux ou verbaux.

Les biens d’échanges : usages, matérialités, significations et valeurs

31La diversité des biens échangés — matériels ou non — est aussi impressionnante que celle des formes et des contextes des échanges. Dans le cadre de recherches muséales la collecte des objets a été réalisée avec des fiches descriptives souvent imprécises, voire muettes, sur les échanges qui les mobilisaient. Le paradoxe général est que les nombreuses études — muséales ou autres — des objets d’échanges d’Océanie n’ont pas toujours été concomitantes d’analyse des échanges dans lesquelles ils circulaient et réciproquement, ce qui vaut aussi pour certaines « monnaies » océaniennes. Toutefois, comme l’atteste cette présentation, parfois sous la thématique de la médiation (Jeudy-Ballini et Juillerat 2002), les anthropologues se sont de plus en plus penchés sur la question des rapports entre les échanges et les objets échangés, avec leurs matérialités, leurs valeurs et significations.

  • 15 Autrefois, dans certaines sociétés d’Océanie, dans des contextes spécifiques, certains échanges mo (...)

32Dans les échanges, outre des éléments verbaux à l’importance cruciale — et peu étudiés — circulent des nourritures végétales et animales, crues et/ou cuites, le plus souvent associés à d’autres biens ; des personnes aussi, principalement aujourd’hui dans le cadre des mariages15. Dans le couple nourriture végétale/viande de porc, beaucoup d’auteurs s’accordent pour signaler la valeur supérieure accordée à cette dernière, souvent associée à la vie (Lemonnier 1999). Les échanges de cultivars et de porcs vivants peuvent être associés à l’horticulture ou à l’élevage, mais ils sont rarement complètement indépendants des échanges cérémoniels (Caillon et Lanouguère-Bruneau 2005). De nombreuses formes de circulation et d’alimentation de ces animaux visent à favoriser le bon déroulement de fêtes se caractérisant par l’abattage de nombreuses bêtes et la consommation en commun et/ou la redistribution de leur viande. Ces pratiques ont été remarquablement analysées, dans une perspective quantitative et écologique, pour les Maring des Hautes Terres de Nouvelle-Guinée (Rappaport 1968). Avec les études des circulations de toutes sortes de formes « artistiques » et de droits les concernant (Dark 1974, Derlon 1997), celles concernant les substances — végétales, animales et humaines (Herdt 1987, Bonnemère 1996, Douaire-Marsaudon 2001) — ont permis en élargissant le champ d’études, de mieux saisir encore l’importance de l’emprise des échanges et la diversité de leurs échos dans les sociétés d’Océanie.

33On suivra volontiers Sahlins qui indique qu’une théorie générale « primitive de la valeur d’échange est nécessaire ; et elle est, peut-être possible… mais de là à ce qu’elle existe ! » (1976 : 337). Son texte montre bien qu’une des grandes difficultés est, dans les grands réseaux régionaux comme celui de Vitiaz (Nouvelle-Guinée, Harding 1967), d’assigner une quantification à des valeurs d’échanges fluctuantes en divers lieux du réseau. Si, effectivement, une théorie générale semble lointaine, il reste possible d’étudier les différences de valeurs (pas seulement d’échange et pas nécessairement quantifiables) de significations et de formes dans les systèmes des réseaux locaux et translocaux (Lemonnier 1990 ; Monnerie 1996, 1997, 2000, 2002). Simultanément, comme l’a justement souligné Sahlins, il importe de suivre les transformations de valeurs et aussi, ayant repéré les espaces contrastés qu’elles dessinent dans les réseaux et les relations, en proposer des modèles — celui des sphères d’échanges suffit-il ? (Monnerie 2008).

Espaces et temporalité des échanges

Les contextes des échanges

  • 16 Cependant, cette distinction qui me semble souvent marquée, ne vaut pas pour tous les peuples, par (...)

34Pour comprendre les échanges, et bien d’autres aspects du social, il importe de distinguer vie courante et vie cérémonielle16. Cette dernière est une forme intensifiée du social dans laquelle se condensent les échanges, s’explicitent et souvent s’élaborent des relations importantes (Monnerie 2012, à paraître). La distinction heuristique ainsi établie aide à repérer ceux des échanges courants qui s’articulent systématiquement avec les échanges cérémoniels, indiquant des relations cruciales. Ceci est particulièrement vrai dans de nombreuses sociétés d’Océanie et d’Indonésie pour les échanges entre affins, qui parfois sur de nombreuses générations, tirent un fil entre échanges courants et cérémoniels.

L’imbrication des échanges et des cérémonies

35« il va sans dire qu’une entreprise [d’échanges] d’une telle ampleur et d’une telle complexité que le hiri [en Nouvelle-Guinée] s’accompagnait de fêtes, festins et cérémonies importants, surtout lors des arrivées » (Oliver 1989 : 543, mes italiques). L’imbrication des échanges et des cérémonies a souvent été décrite et les propositions les plus intéressantes combinent théories des rituels et des échanges (Malinowski, Hocart, G. Bateson, Coppet, Juillerat, M. Mosko, A. Weiner, A. Strathern, P. Stewart, Lemonnier, etc.). Dans de nombreuses régions, en particulier dans le Sépik (Nouvelle-Guinée), outre des formes « artistiques », les cérémonies elles-mêmes pouvaient être acquises des voisins, par échange. Le fait que leurs emprises, visées et significations puissent changer avec leur transfert dans un autre milieu social et culturel ne saurait être assez souligné (Gell et Juillerat in Juillerat 1992).

36Au cœur des débats sur les échanges cérémoniels, ou les cérémonies d’échanges, se trouve la question de la représentation, de l’actualisation et des transformations des relations sociales dans des contextes spécifiques, à travers des actes signifiants parfois spectaculaires constitués largement de circulations d’éléments verbaux et non verbaux, parmi lesquels des biens et/ou objets de valeur — dont les « monnaies ». Le plus souvent tous les participants à ces cérémonies en sont, peu ou prou, les acteurs. En toute hypothèse cette forme de cérémonies rattache Mélanésie, Polynésie (Chave-Dartoen 2000, 2006, 2010a et b), Micronésie (Parmentier 2002) et Indonésie. À propos de Java et de Bali, C. Geertz (1980) a parlé d’État-théâtre. Dans d’autres contextes, v. Turner (1987), grand théoricien des rituels, a développé le concept de performance. Ces propositions, parmi d’autres, rendent compte d’aspects saillants des cérémonies d’échanges, mais beaucoup reste à faire pour décrire et comprendre dans leur intégralité ces grands moments, tellement significatifs de la vie sociale des Océaniens. Mauss fut le héraut du fait social total, ses théoriciens restent à venir.

Les échanges de violence

  • 17 Là encore pas de généralisation possible et au sud de la Nouvelle-Guinée, les Asmat et sans doute (...)

37Presque partout en Océanie les pratiques guerrières étaient courantes, voire généralisées, avant une paix blanche violemment imposée par les colonisations. En Océanie, la guerre et les échanges sont souvent liés, au point qu’on a pu parler de relations ou d’échanges de violences prenant des formes variées, souvent contrastées selon qu’elles s’expriment localement ou sont dirigées vers d’autres sociétés17. Certaines relations de violence ont été associées à l’affinité, à des réseaux d’échanges régionaux (Lemonnier 1990) à des « cyclicités de substance » (Stewart et Strathern 2001) et à la circulation de principes de vie (Lemonnier 1999, Brunois 2007), à des impératifs sociocosmiques liés à l’ancestralité (Coppet 1981). Parmi les traits partagés entre échanges et violences, leur caractère symétrique, asymétrique ou orienté retient l’attention (Monnerie 1996, 1997). Des composantes cérémonielles ou cultuelles des violences sont presque toujours mentionnées. Cependant tous les auteurs ne s’accordent pas sur la notion d’échanges de violences. Des explications des guerres, réfractant celles des historiens ou des sciences politiques prévalent souvent en Polynésie où une partie des affrontements étaient liés aux fréquentes crises de successions chez les nobles (Sahlins 2004). On y observe aussi des révoltes contre les nobles se montrant trop prédateurs des fruits des activités productrices de peuples parfois réduits à la famine.

Échanges internes et externes.

38La belle synthèse de D. Oliver sur l’Océanie consacre un long chapitre aux échanges externes (1989 : 501-589). Pour interpréter les ethnographies, des facteurs comme les différences écosystémiques et les spécialisations techniques sont développés, ainsi que le génie des échanges de certains peuples. Oliver distingue les « échanges de dons » en trois types : égalitaires, compétitifs et obligatoires (588-589). il souligne les difficultés rencontrées pour proposer des généralisations, dans tous les domaines, à l’exception du fait que les échanges servent à des fins à la fois économiques et sociales, ce qu’il qualifie de « banal » mais ne l’est guère dans une optique polanyienne. Il évoque aussi l’imbrication des échanges internes et externes, comme l’a montré sa propre expérience de terrain chez les Siwai de Bougainville (Oliver 1968, 1989).

  • 18 Malgré le travail pionnier de L. Tueting en 1935 pour la Nouvelle Guinée.

39Aucun consensus ne se dégage pour l’étude des imbrications entre échanges internes et externes. Pour beaucoup, la métaphore des sphères d’échanges suffit à en rendre compte (Harding 1967, Sahlins 1972). Mais là où ces phénomènes ont été le mieux étudiés, comme pour la kula, les approches sont variées (Leach et Leach 1983, Malinowski 1922, Munn 1977, Weiner 1976, 1998). Pour l’auteur de ces lignes, la notion de réseau semble actuellement la plus pertinente à la description des systèmes de relations locales et/ou translocales (Monnerie 1996, 1997, 2000). Leur étude implique des ethnographies ou terrains multisitués, pratiqués de longue date en Océanie (avec d’autres visées par Rivers dès 1908-1909 [1914], Harding 1967). Elle pose des questions de méthode comme celle d’éventuelles différences de significations entre les langues locales et les ligua franca souvent attestées dans les réseaux régionaux. Les dynamiques des circulations qui parcourent les réseaux sont complexes, souvent associées à des différences de valorisation qui créent des effets frontières — permanents ou intermittents. Un thème de recherche important et peu développé18 concerne l’articulation de certains systèmes régionaux avec un ou plusieurs autres.

Les dynamiques des échanges

40Parmi les dynamiques centrales des échanges, la succession des générations et des étapes des cycles de vie, les accueils et les départs s’inscrivent en toile de fond des réflexions, mais on peut se demander si on a pris conscience de leurs potentiels théoriques.

  • 19 A contrario, Jeudy-Ballini remarque que pour les Sulka « l’art de situer ostensiblement le lien so (...)

41Une des questions centrales reste celle de la réciprocité. Des interrogations demeurent, au premier plan desquelles : est-elle bien posée ? Beaucoup d’observateurs de l’Océanie ont remarqué, autour de personnages de statut élevé — ou aspirant à s’élever —, la fréquence de processus d’accumulation et redistribution de biens, parfois considérés sous l’angle de la réciprocité. N’est-ce pas donner une extension trop large à ce concept19 ? Ailleurs, le fait que chaque prestation appelle un retour — dans des temporalités diverses — est aussi attaché à la réciprocité. Elle pourrait tout aussi bien l’être à la notion de dette, scrutée de longue date par les spécialistes du monde indien. Ces questions, qui ont des facettes sociologiques, économiques et logiques sont parfois aussi, nous l’avons vu, envisagées d’un point de vue psychologique ou mentaliste. Mais, un des problèmes des sciences sociales est la maladresse avec laquelle jusqu’à présent elles abordent l’articulation du domaine personnel, ou des logiques formelles occidentales, avec les faits sociaux.

Significations et valeurs

42Les échanges sont porteurs de signification. Pour Oliver, dans la plupart des cas « le message était contenu à la fois dans la forme de l’échange et dans la sorte de bien échangée » (1989 : 585). Un très large champ est ouvert à l’étude ethno-linguistique des circulations de paroles accompagnant les échanges. Bien souvent l’aspect iconique des objets porte des valeurs et des significations qui sont impliquées dans les échanges (Derlon 1997, Monnerie 2002). Le rôle des objets dans les processus de signification des échanges peut aussi être envisagé comme une forme de redondance non verbale, ou périssologie (Lemonnier 2005). L’étude et la description des significations et des valeurs des échanges peut être d’une redoutable complexité dans les grands réseaux translocaux (Harding 1967), et sembler moins difficile à maîtriser à des échelles plus réduites. L’approche des transformations spatio-temporelles de Munn (1977, supra) aide à comprendre ces différentes échelles.

Échanges modernes et traditionnels

  • 20 L’Océanie est un observatoire intéressant avec des formes modernes de colonialisme, parfois présen (...)

43La plupart des formes d’échanges océaniens, cérémoniels ou courants, ont été, peu ou prou, modifiées par les colonisations qui ont entraîné diverses sortes d’acculturations. Réciproquement les formes d’échanges apportées par les colonisations ont été soumises à des réinterprétations et des transformations de la part des Océaniens. Le point saillant de ce phénomène est la résilience d’échanges océaniens qui loin de s’effacer complètement au profit des formes coloniales20, ou postcoloniales, imposées ont conservé des formes et des places importantes à divers plans du social.

44Les articulations complexes entre « monnaies » traditionnelles et modernes sont un thème important (Akin et Robbins 1999). Les descriptions des monnaies traditionnelles d’Océanie sont nombreuses, avec des débats d’interprétations (Panoff 1980, Liep 2009, etc.) et ont été l’objet d’un numéro spécial de la revue l’Homme dirigé par S. Breton (2002). Quelques rares monnaies océaniennes traditionnelles sont convertibles dans des banques, comme celle des Tolai de Nouvelle-Bretagne. Dans toute la Kanaky Nouvelle-Calédonie il y avait des « monnaies » (Kasarhérou 1993). À l’extrême-nord, dans les échanges cérémoniels, les biens modernes qui circulent ont remplacé les anciens objets ; ainsi des billets remplacent des « monnaies » dont les noms cependant sont énoncés dans les discours accompagnant chaque transfert de prestation, car ce qui importe est avant tout que des objets témoignent de la vérité des relations exprimées par les cérémonies (Monnerie à paraître). À Maré, l’impact de la monnaie moderne est tout autre (Faugère 1998).

45Pour la vie courante en Polynésie (O’Meara 1990, van der Grijp 2003, 2006) et Micronésie, des entreprises modernes —agricoles ou petits commerces — intègrent des considérations de redistribution de biens liées au statut qui sont des dimensions classiques des échanges cérémoniels, mais actés avec des biens de consommation modernes. À Pohnpei, on « n’a pas seulement accepté certaines opportunités de changement social, mais a identifié comme indésirables d’autres tendances et a pris des mesures délibérées pour les contrer » (Petersen 1993 : 185). Ainsi les échecs d’un point de vue capitaliste (profitabilité, durabilité) menant à la faillite délibérée d’une petite entreprise peuvent être considérés comme des succès pour les acteurs sociaux concernés, car l’entreprise éphémère a contribué à la redistribution de biens. Le phénomène d’acculturation des échanges et par les échanges peut prendre un tour politique. À Hagen (Nouvelle-Guinée ; A. Strathern et P. Stewart 2002 : 61) les votes sont achetés à la manière dont on sollicite un don dans le système d’échange moka : de l’argent est donné contre un vote qui à son tour sera impliqué dans une série d’échanges valorisés.

46Des formes occidentales d’échanges alternatives au capitalisme ont trouvé une place en Océanie, en particulier les coopératives (Crocombe 1989 : 121-125) et, à l’échelle locale, un jeu d’argent comme le bingo peut être utilisé comme tontine (Monnerie 2005, 2008). Des mouvements politiques, des syndicats et des Églises ont joué un rôle dans l’adoption de ces formes d’échanges. Toutefois, comme partout dans le monde, dominent de plus en plus des projets de « développement » économiques, souvent imposés de l’extérieur aux populations océaniennes. Dans ce domaine la variété des échanges concernés répond à celle des situations, postcoloniales — Samoa (O’Meara 1990), Nouvelle-Guinée (Kirsch 2006) — et coloniales — Nouvelle-Calédonie (Leblic 1993). Une bonne familiarité avec les processus modernes capitalistes globalisés d’échanges est importante pour comprendre l’Océanie contemporaine — processus de développement, d’urbanisation, de transferts, d’exploitation des ressources minières… (Lockwood et al. 1993). Sans oublier les formes d’escroqueries plus ou moins sophistiquées dont furent victimes certains États (Marcus 1993 : 26-27, Murray 2007). Mais il est au moins aussi important de comprendre les formes d’échanges océaniennes classiques étudiées par les anthropologues, qui le plus souvent se combinent avec des éléments modernes.

Questions de méthode

Définition des échanges

47La question de la définition des échanges a été laissée en suspens pour insister au fil des pages sur la diversité de leurs formes et des approches anthropologiques. Chez la plupart des auteurs, les mouvements d’échanges décrits concernent des biens, matériels ou non, et des personnes, parfois des composantes des personnes. Dans de nombreux cas, des processus de communication, échanges de significations (Dunis 2008, 2009) et de paroles sont aussi concernés, mais le plus souvent les relations du verbal et du non verbal dans les échanges restent à thématiser et analyser. C’est cette définition à minima qui nous a retenus, sans que nous nous prononcions par exemple sur la question de savoir si la pratique des échanges est prescriptive, stratégique ou facultative, tant dans ce domaine les cas de figure et les interprétations sont variables : sous cet angle, les Sulka (Nouvelle-Bretagne) décrits par Jeudy-Ballini (2004) présentent une configuration diamétralement opposée à celle des ‘Aré’aré présentés par Coppet (supra).

L’évolutionnisme

48Au plan de la rigueur scientifique, l’héritage occidental peut être encombrant. De Malinowski avec le do ut des, à Sahlins dans l’article de 1963, en passant par Mauss et Firth (supra) nombre d’auteurs s’empêtrent dans une réflexion évolutionniste sur le social maladroitement fondée sur des textes historiques et philosophiques concernant l’évolution de la civilisation euro-américaine. Ce fardeau est souvent difficile à distinguer de la hâte à trouver des universaux.

Formaliser les échanges

  • 21 Ainsi, les schémas d’échanges de monnaies de Leenhardt ne s’accompagnant pas de descriptions ethno (...)

49« Le temps est venu d’une analyse mathématique large de la vie sociale conceptualisée en tant que système de relations » (Hage et Harary 1991 : 275). Alors que pour décrire les échanges, les limites des langues naturelles et de leurs vocabulaires ont été déjà suggérées, quels peuvent être les apports d’un métalangage de type mathématique ? Le rigoureux ouvrage de Hage et Harary qui met en avant la théorie des graphes et l’étude de la façon dont y est traitée l’ethnographie des échanges montre deux choses. D’une part des avancées et des ouvertures doivent être attendues de ce type d’approche (ex. pour la théorie de C. Gregory : 209-214). D’autre part ils impliquent un biais d’appauvrissement arbitraire des données traitées par rapport aux faits sociaux : il importe donc de problématiser clairement et d’expliciter ce que l’on modélise et ce qu’on laisse de côté21. La purification de l’ethnographie précédant la mise en théorie, mathématique ou autre, procède de choix qui ne permettent pas de certifier que les phénomènes les plus importants soient effectivement modélisés. Ou si on préfère, des échanges enchâssés doivent-ils être étudiés séparément de leurs imbrications avec d’autres faits sociaux ? Et jusqu’à quel point ? Largement tributaire des avancées et modes intellectuelles du moment, la question de savoir pourquoi certains aspects de l’ethnographie sont privilégiés aux dépens d’autres est centrale pour toute théorie anthropologique.

Vocabulaire et méthode

  • 22 Les positions épistémologiques qui traitent l’anthropologie comme une forme de littérature, oublie (...)

50Si, dans l’absolu les langues naturelles utilisées par les anthropologues peinent pour les descriptions et les analyses, une exigence de rigueur peut palier une part de ce défaut22. La charge implicite du vocabulaire scientifique peut être patente : ainsi la question théorique centrale de la réciprocité adhère-t-elle fortement au mot « échange ». On confond parfois réciprocité, équivalence et nécessité d’un retour, perdant de vue l’orientation ou l’asymétrie des circulations. Si la réciprocité n’est pas la norme, ce que montrent nombre d’ethnographies, quelles notions choisir ? Tout en utilisant « échange » pour garder le contact avec les débats scientifiques, mais à la recherche de vocables plus précis, on suggérera que nombre d’entre eux sont constitués de « transferts », actes de déplacement qui sont des séquences de « circulations » de biens, ou « prestations ». Souvent l’étude des orientations des circulations et du fait qu’elles sont composites se révèle fructueuse.

Échanges, relations et société

51En filigrane des échanges, ou circulations, des réseaux qu’ils tressent et/ou empruntent se tient la question, centrale dans le social, des relations, mise en avant par les études structuralistes, mais qui mérite d’être reprise et approfondie. Les échanges font, défont et reconfigurent les relations, leurs trajets et leurs interprétations donnent à percevoir et à comprendre ces relations, aussi bien aux acteurs sociaux qu’aux observateurs. Particulièrement spectaculaire dans les cérémonies, la monstration et l’effectuation du social par les échanges caractérisent aussi, avec une intensité moindre, les échanges courants. Les relations impliquées dans les deux formes sont centrales pour certaines sociétés. La labilité des phénomènes d’échanges ne facilite ni leur observation, ni leur description ni leur analyse. La formation des chercheurs à l’ethnographie est ici centrale. En Océanie au moins, il est vraisemblable qu’une partie significative des institutions (ex. organisation sociale, religion) que la littérature anthropologique présente sous forme fixiste résulte d’accrétions d’échanges.

L’Indonésie et l’Océanie

  • 23 Pour l’Indonésie, on comparera Renard-Clamagirand 1982, Niessen 1985, Lewis 1988, Geirnaert-Martin (...)

52À partir de l’étude de l’Indonésie, les chercheurs de l’école de Leyde ont mis en avant la distinction entre connubium symétrique et asymétrique, longtemps avant que Lévi-Strauss ne propose ses interprétations, très proches, en termes d’échanges de mariage, restreints ou généralisés, dont on a vu l’influence sur les recherches océanistes. Mais les travaux des structuralistes hollandais ne portent pas seulement sur les échanges d’épouses (Josselin de Jong 1977, 1984). Ils concernent aussi les échanges cérémoniels lors des mariages et des funérailles et même des domaines comme l’irrigation (Onvlee 1983). Nombre des échanges de mariage présentent une asymétrie des prestations et une orientation des circulations de biens et de personnes entre preneurs et donneurs d’épouses ; ces derniers ayant un statut supérieur, parfois même sont homologues au Dieu ou aux êtres surnaturels. Dans certaines sociétés ces relations impliquent, autant que les mariages, la constitution des ancêtres et des statuts simultanément à l’ordonnancement de la fertilité, de la vie et de la mort (Barraud 1984). La mise en regard de ces faits indonésiens avec des phénomènes océaniens permet de souligner au moins un fait large concernant les échanges. Si toutes les sociétés d’Océanie ne fabriquent pas du statut de la même façon, la plupart de celles qui en fabriquent le rapportent aux échanges. Pour Petersen « en dépit de variations dans les vies sociales et culturelles des peuples du Pacifique insulaire, un élément commun traverse nombre de leurs économies politiques : le statut social et la redistribution économique sont étroitement liés » (1993). Le cas le plus systématique est sans doute celui des grades du Vanuatu (vienne 1984, Lanouguère-Bruneau 2002). Mises ensembles, les recherches anthropologiques sur les sociétés d’Océanie et d’Indonésie montrent le rôle bien souvent crucial des échanges dans des considérations de statut social. Est-il possible de faire une synthèse des différences ? Peut-être, à grands traits, en proposant qu’en Indonésie, comme souvent en Asie, le statut soit directement lié aux relations de mariage, alors qu’en Océanie il tend à s’exprimer plus largement et à se construire dans des idiomes d’échanges partagés avec ceux du cycle de vie. Les océanistes gagneraient donc à considérer attentivement les travaux des indonésianistes, en particulier sur les échanges lors des mariages, des funérailles et autres moments du cycle de vie23, pour enrichir la compréhension de leurs propres ethnographies, mais aussi pour contribuer à cet universel scientifique anthropologique qu’est le comparatisme.

Conclusion

53Sous-estimée par beaucoup en Polynésie et en Micronésie, la place des échanges est apparue d’emblée aux anthropologues comme une donnée fondamentale des sociétés de Mélanésie et d’Indonésie. Pour l’auteur de ces lignes, il n’existe pas une économie du don qui s’opposerait à l’économie de marché. il y a, outre la grande tradition euro-américaine des économies de marché (dont l’idéologie omniprésente influe sur les concepts des sciences sociales), quantité d’autres formes « d’économies », d’échanges ou de circulation, qui restent largement à comprendre, voire à découvrir. Très tôt, des théoriciens comme Thurnwald et Mauss, positionnés aux lisières de l’économie et l’anthropologie ont eu un rôle clé dans ces recherches. Polanyi en a dégagé un trait commun à la fois essentiel et variable, l’enchâssement de l’économie dans le social. Il a aussi théorisé comment, à commencer par l’Angleterre, les économies de marché ont puissamment œuvré à se désengager de cette caractéristique.

54Ce texte a tenté de montrer comment les échanges agissent dans les sociétés et comment ils agissent dans la description et la formalisation des sociétés par les sciences sociales. Pour les anthropologues, en Océanie comme ailleurs dans le monde non occidental, une part considérable du travail théorique a consisté à se rendre compte de l’inadéquation à leurs recherches de nombre des perspectives et outils de la pensée économique occidentale. Puis à en proposer de nouveaux. En retour, leurs propositions, souvent qualifiées d’anthropologie des échanges, ont intéressé ou influencé à des titres divers des penseurs occidentaux y compris certains économistes. Ce chapitre a suggéré, d’une part la variété et la richesse ethnographiques des échanges, d’autre part la difficulté pour les anthropologues de s’accorder sur une définition univoque des concepts permettant de comprendre ceux-ci. Les deux points sont liés, il importe en effet de coller au mieux à des ethnographies qui se caractérisent par leur diversité. La géométrie variable des concepts, comme celui d’échanges, est un trait qui caractérise nombre de ceux de l’anthropologie. La définition précise de l’emploi que l’on en fait devient dès lors une exigence de méthode aidant à une approche rigoureuse. Une autre facette du sémantisme large des concepts est qu’il est le support de débats dont nous avons vu qu’ils mettent en œuvre des considérations scientifiques, mais aussi des appréciations sociétales, culturelles, économiques et politiques qui ouvrent les réflexions largement au-delà de l’Océanie. L’anthropologie est une science humaine explicitement et/ou implicitement comparatiste, son approche des échanges ne fait pas exception. Par leur regard éloigné et décalé — et comme dans bien d’autres domaines — les anthropologues montrent implicitement ou explicitement pour les échanges le caractère le plus souvent relatif des pratiques et des idées économiques de leur propre milieu d’origine. La recherche d’universaux s’en trouve déplacée.

Bibliographie

Bibliographie, filmographie

Aglietta, Michel et André Orléan (eds)
1988 La monnaie souveraine. Paris : Odile Jacob.

Baré, Jean-François
1985 Le malentendu pacifique. Des premières rencontres entre Polynésiens et Anglais et de ce qui s’en suivit avec les Français jusqu’à ce jour. Paris: Hachette.

Barnes, J.A.
1962 «African models in the New Guinea Highlands». Man, vol. 62.

Barraud, C., D. de Coppet, A. Iteanu et R. Jamous
1984 « Des relations et des morts. Quatre sociétés vues sous l’angle des échanges ». In J. C. Galey (éd.), Différences, valeurs, hiérarchies. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 421-520 (Trad. anglaise 1994 Of Relations and the Dead. Four Societies Viewed from the Angle of Their Exchanges. Oxford: Berg).

Barraud, Cécile
1984 « Comments on J.D.M. Platenkamp’s Paper ». In P.E de Josselin de Jong (ed.), Unity in Diversity. Indonesia as a Field of Anthropological Study. Dordrecht: Foris Publications, p. 190-197.

Bonnemère, Pascale
1996 Le pandanus rouge. Corps, différence des sexes et parenté chez les Ankave-Anga. Paris, CNRS Éditions et Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Breton, Stéphane
2000 « Le monde de la dette ». Annales HSS, 55 (6) : 1361-1366.
2002a « Présentation : monnaie et économie des personnes ». L’Homme, 162 : 13-26.
2002b « Tuer, manger, payer. L’alliance monétaire des Wodani de Papouasie occidentale ». L’Homme, 162 : 197-232.

Bretteville, Dominik
2002 « L’os et le souffle ». Le système social et cosmique d’une société kanak de Nouvelle-Calédonie. Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Brunois, Florence
2007 Le jardin du casoar, la forêt des kasua. Savoir-être et savoir-faire écologiques. Paris : CNRS Éditions et Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Caillon, Sophie et Virginie Lanouguère-Bruneau
2005 « Gestion de l’agrobiodiversité dans un village de Vanua Lava (Vanuatu) : stratégies de sélection et enjeux sociaux ». Journal de la Société des Océanistes, 120-121 : 129-148.

Chave-Dartoen, Sophie
2000 Uvea (Wallis). Une société de Polynésie occidentale étude et comparaison. Thèse de doctorat, EHESS, Paris.
2006 « Rites de passage à Wallis. Succession des générations et renouvellement de la vie ». Journal de la Société des Océanistes, 122-123 : 77-90.
2010a « La maison polynésienne : structure et circulations cérémonielles ». In F. Valentin et M. Hardy (eds), Hommes, milieux et traditions dans le Pacifique sud. Paris : Éditions de Boccard, « Travaux et Documents de la Maison René Ginouvès », p. 163-180.
2010b « Ignames et taros, enfants des hommes. Horticulture et reconduction du social à Wallis (Polynésie occidentale) ». Journal de la Société des Océanistes, 130-131 : 145-150.

Conte, Éric
1995 Tereraa : Voyages et peuplement des îles du Pacifique. Tahiti: Éditions Polymages-Scoop.

Cook, Scott
1966 « The Obsolete ‘Anti-Market’ Mentality: a critique of the Substantive Approach to Economic Anthropology ». American Anthropologist, 68 : 323-345.

Coppet, Daniel de
1968 « Pour une étude des échanges cérémoniels en Mélanésie ». L’Homme, VIII, (4) : 45-57.
1970 « Cycle de meurtres et cycles funéraires : esquisse de deux structures d’échange ». In Échanges et Communication. Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss. La Haye-Paris : Mouton, vol. II, p. 759-782.
1973 « Premier troc, double illusion ». L’Homme, 13 (1-2) : 10-22.
1981 « The life-giving death ». In S. Humphreys et H. King (eds.), Mortality and Immortality. London, Academic Press.
1998 « Une monnaie pour une communauté mélanésienne comparée à la nôtre pour l’individu des sociétés européennes ». In Michel Aglietta et André Orléan (eds), La monnaie souveraine. Paris, Éditions Odile Jacob.

Coppet, Daniel de et Hugo Zemp
1978 ‘Aré’aré. Un peuple mélanésien et sa musique. Paris: Seuil.

Crocombe, Ron
1989 The South Pacific. An Introduction. Suva: University of the South Pacific.

Damon, Frederick H. and Wagner, Roy (eds.)
1989 Death Rituals and Life in the Societies of the Kula Ring. DeKalb: Northern Illinois University Press.

D’Arcy, Paul
2006 The People of the Sea. Environment, Identity and History in Oceania. Honolulu: University of Hawai’i Press.

Dark, Philip
1974 Kilenge Art and Life. À look at a New Guinea people. Londres : Academy Press.

Derlon, Brigitte
1997 De mémoire et d’oubli. Anthropologie des objets malanggan de Nouvelle-Irlande. Paris : CNRS Éditions et Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Dinnen, Sinclair
2001 Law and Order in a Weak State. Crime and Politics In Papua New Guinea. Honolulu: University of Hawai’i Press.

Di Piazza, Anne and Erik Pearthree
2008 Canoes of the Grand Ocean. Oxford : BAR International Series 1802.

Douaire-Marsaudon, Françoise
2001 « D’un sexe à l’autre. Le rituel du kava et la reproduction de l’identité masculine en Polynésie ». L’Homme, 157/2001 : 7-34.

Dousset-Leenhardt, Roselène
1970 Colonialisme et contradictions. Nouvelle-Calédonie 1878-1978. Paris : l’Harmattan.

Dumont, Louis
1966 Homo Hierarchicus. Paris : Gallimard.
1977 Homo Æqualis I : genèse et épanouissement de l’idéologie économique. Paris : Gallimard.
1983 Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne. Paris : Seuil.

Dunis, Serge (ed.)
2008 Sexual snakes, winged maidens and sky gods. Nouméa et Papeete : Le Rocher-à-la voile et Haere Po.

Dunis, Serge
2009 Pacific Mythology, thy name is women. Papeete : Haere Po.

Faugère, Elsa
1998 L’argent et la coutume à Maré (Nouvelle-Calédonie). Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Feinberg, Richard
1986 «Market economy and changing sex-roles on a Polynesian atoll». Ethnology, 25 (4): 271-282.

Firth, Raymond
1959 (2e édition). Economics of the New Zealand Maoris. Wellington : Governement Printer.

Galipaud, Jean-Christophe et Ian Lilley (eds.)
2000 Le Pacifique de 5000 à 2000 avant le présent. Paris: ORSTOM, Collection Colloques et Séminaires.

Geertz, Clifford
1980 Negara. The theater state in nineteenth century Bali. Princeton: Princeton University Press.

Geirnaert-Martin, Danielle C.,
1992 The woven land of Laboya. Socio-cosmic ideas and values in West Sumba, Eastern Indonesia. Leiden: CNWS.

Gell, Alfred
1998 Art and Agency. An Anthropological theory. Oxford : Clarendon Press. (trad. 2009 L’Art et ses agents. Une théorie anthropologique. Les Presses du Réel.) Godbout, Jacques T.
2004 « L’actualité de l’Essai sur le don ». Sociologie et sociétés, 36 (2) : 177-188.

Godelier, Maurice and Marylin Strathern
1991 Big Men and Great Men. Cambridge, Paris : Cambridge University Press, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Godelier, Maurice
1969 « La monnaie de sel chez les Baruya de Nouvelle-Guinée ». L’Homme, XI (2) : 5-37.
1994 « Monnaies et richesses dans divers types de société et leur rencontre à la périphérie du capitalisme ». Actuel Marx.
1996 L’énigme du don. Paris : Fayard.

Godin, Patrice
1990 « Des objets destinés aux échanges » et « Monnaies de coquillages à Hienghène ». In Roger Boulay (éd.), De jade et de nacre, catalogue d’exposition. Paris : Réunion des musées nationaux, p. 84 et 89.

Gregory, Chris
1982 Gifts and Commodities. New York: Academic Press.

Guiart, Jean
1992 La chefferie en Mélanésie. Structure de la chefferie en Mélanésie du sud, seconde édition, Vol 1. Paris: Institut d’ethnologie, Musée de l’Homme.

Hage, Per and Frank Harary
1991 Exchange in Oceania. A Graph Theoretical Analysis. Oxford: Clarendon Press.

Harding, Thomas
1967 Voyagers of the Vitiaz Straits. À Study of a New Guinea Trade System. Seattle: University of Washington Press.

Herdt, Gilbert
1987 The Sambia. Ritual and Gender in New Guinea. New York: Holt, Rinehart and Winston.

Houseman, Michael et Carlo Severi
1994 Naven ou le donner à voir ; essai d’interprétation rituelle. Paris : CNRS Éditions, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Iteanu, André
1983 La ronde des échanges. De la circulation aux valeurs chez les Orokaiva. Cambridge, Paris : Cambridge University Press, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Jeudy-Ballini, Monique
2004 L’art des échanges. Penser le lien social chez les Sulka. Lausanne: Éditions Payot.

Jeudy-Ballini, Monique and Bernard Juillerat
2002 People and things: social mediations in Oceania. Carolina Academic Press.

Josselin de Jong, P.E. de (ed.)
1983 [1977]. Structural Anthropology in the Netherlands. A Reader. Dordrecht and Providence: Foris Publications.
1988 [1984]. Unity in diversity. Indonesia as a Field of Anthropological Studies. Dordrecht and Providence: Foris Publications.

Juillerat, Bernard
1992 Shooting the sun: ritual and meaning in West Sepik. Washington and London : Smithsonian Institution Press in cooperation with the Ministère des Affaires Étrangères, Paris.
1993 La révocation des Tambaran. Paris : CNRS Éditions.

Kasarhérou, Emmanuel
1993 Monnaie Kanak. Vidéo, 56 minutes. Nouméa : ADCK.

Kirch, Patrick V.
1997 The Lapita Peoples. Cambridge (Mass.): Blackwell Publishers.

Kirsch, Stuart
2006 Reverse Anthropology. Indigenous analysis of social and environmental relations in New Guinea. Stanford: Stanford University Press.

Lanouguère-Bruneau, Virginie
2002 Le corps de l’igname et le sang de la noix de coco. Le système ancien de Mota Lava (îles Banks — Vanuatu). Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Leach, Jerry W. and Edmund Leach
1983 The Kula. New Perspectives on Massim Exchange. Cambridge: Cambridge University Press.

Leblic, Isabelle
1993 Les Kanak face au développement. La voie étroite. Grenoble, Nouméa : Presses Universitaires de Grenoble, Agence de Développement de la Culture Kanak.
2004 « Circulation des enfants et parenté classificatoire paicî (Ponérihouen, Nouvelle-Calédonie) ». In I. Leblic (éd.), De l’adoption : des pratiques de filiation différentes. Clermont Ferrand : Presses Universitaires de Clermont Ferrand.
2010 Échanger sur la Route. Manuscrit présenté dans le cadre de l’HDR, École Pratique des Hautes Études, Paris

Lebot, Vincent
2003 « La domestication des plantes en Océanie et les contraintes de la voie asexuée ». Journal de la Société des Océanistes, 114-5 : 45-62.

Leenhardt, Maurice
1971 [1947]. Do Kamo. La personne et le mythe dans le monde mélanésien. Paris : Gallimard.
1980 [1930]. Notes d’ethnologie néo-calédonienne. Paris : Institut d’ethnologie, Musée de l’Homme.

Lemonnier, Pierre
1990 Guerres et festins. Paix, échanges et compétition dans les Highlands de Nouvelle-Guinée. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.
1999 « Le porc comme substitut de vie : formes de compensation et échanges en Nouvelle-Guinée ». Social Anthropology, Anthropologie Sociale, 1 : 33-55.
2005 « L’objet du rituel : rite, technique et mythe en Nouvelle-Guinée ». Hermès, 43.

Lévi-Strauss, Claude
1977 [1947]. Les structures élémentaires de la parenté. Paris: Mouton.

Lewis, E. Douglas
1988 People of the Source: The Social and Ceremonial Order of Tana Wai Brama on Flores. Verhandelingen van het Koninklijk Instituut voor Taal-, Land-en Volkenkunde, 135. Dordrecht and Providence: Foris Publications.

Liep, John
2009 A Papuan Plutocracy. Ranked Exchange on Rossel Island. Aarhus: Aarhus University Press.

Lockwood, V., T. Harding and B. Wallace (eds.)
1993 Contemporary Pacific Societies. Englewood Cliffs (NJ): Prentice Hall.

Malinowski, Bronislaw
1922 Argonauts of the Western Pacific. New York : Dutton.
1968 [1933]. Trois essais sur la vie sociale des primitifs. Paris: Payot.

Maranda, Pierre
1969 Lau Markets: A Sketch. Working Papers in Anthropology. Vancouver: University of British Columbia.

Marcus, George
1993 «Tonga’s Contemporary Globalizing Strategies: Trading on Sovereignty amidst International Migration». In V. Lockwood, T. Harding and B. Wallace (eds), Contemporary Pacific Societies. Englewood Cliffs (NJ) : Prentice Hall.

Mauss, Marcel
(1923-1924) 1980. « Essai sur le don ». In Sociologie et anthropologie. Paris : PUF.
1997 Écrits politiques. Textes réunis et présentés par M. Fournier. Paris : Fayard.

Mead, Margaret
1956 New Lives for Old. Cultural Transformation — Manus 1928-1953. New York: Dell.

McCarthy, F. D.
1938-1939. «‘Trade’ in Aboriginal Australia, and ‘Trade’ Relationships with Torres Strait, New Guinea, and Malaya». Oceania, 9 : 405-461 ; 10 : 81-104, 171-195.

Monnerie, Denis
1996 Nitu, les vivants, les morts et le cosmos selon la société de Mono-Alu (Îles Salomon). Leyde : Center for Non Western Studies.
1997 « Identités sociales et relations régionales en Océanie (Îles Salomon du Nord-Ouest) ». In J. Bonnemaison, L. Cambrézy et L. Quinty-Bourgeois (eds), Le territoire, lien ou frontière. ORSTOM Éditions, CD ROM, 15 p.
2000 Relations régionales et sociétés locales en Océanie. Document de synthèse pour l’Habilitation à diriger des recherches. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.
2002 « Monnaies de Mono-Alu (Îles Salomon). Valorisations, discontinuités et continuités dans les objets et les relations sociales en Mélanésie ». L’Homme, 162 : 59-85.
2005 La parole de notre Maison. Discours et cérémonies kanak aujourd’hui. Paris : CNRS Éditions et Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.
2008 «The Great House and the Marché. Two Kanak exchange complexes (New-Caledonia)». In P. Stewart and A. Strathern (eds), Exchange and Sacrifice. Durham, N.C. : Carolina Academic Press, p. 27-54.
2011 « Quels changements de paradigmes pour les études océanistes ? À propos du livre de Paul D’Arcy, The People of the Sea. Environment, Identity and History in Oceania ». Journal de la Société des Océanistes, 133 : 379-389.
2012 « Objets cérémoniels, chaînes opératoires et élaboration des relations sociales (Arama et Hoot ma Whaap, Kanaky Nouvelle-Calédonie, Mélanésie) ». Techniques & Culture, 58 : 122-141.
À paraître. « Relations et substances : l’anthropologie et les enseignements des cérémonies kanak. (Nord de la Grande Terre, Kanaky Nouvelle-Calédonie) ».

Munn, Nancy
1977 « The Spatiotemporal Transformations of Gawa Canoes ». Journal de la Société des Océanistes, 33 (54-55) : 39-53.

Murray, John
2007 The Minnows of Triton. Policing, Politics, Crime and Corruption in the South Pacific Islands. Revised edition. John Murray publisher.

Niessen, Sandra A.
1985 Motifs of Life in Toba Batak Texts and Textiles. Dordrecht and Providence: Foris Publications, Verhandelingen Series of the KITLV, No 110.

Noury, Arnaud et Jean-Christophe Galipaud
2011 Les Lapita. Nomades du Pacifique. Marseille : IRD Éditions.

O’Meara, Tim
1990 Samoan planters. Tradition and Economic Development in Polynesia. New York: Holt, Rinehart and Winston.

Oliver, Douglas
1955 A Solomon Island Society. Kinship and leadership among the Siuai of Bougainville. Cambridge: Harvard University Press.
1968 «Southern Bougainville». Anthropological Forum, 2 (2): 158-179.
1989 Oceania. The Native Cultures of Australia and the Pacific Islands. Honolulu: University of Hawai’i Press (2 vols).

Onvlee, L.
1983 [1949]. « The building of the Mangili Dam: notes on social organisation in the east of Sumba ». In P.E. de Josselin de Jong (éd.), Structural Anthropology in the Netherlands. À reader. Dordrecht and Providence : Foris Publications.

Panoff, Michel
1980 « Objets précieux et moyens de paiement chez les Maenge de Nouvelle-Bretagne ». L’Homme, 20 (2): 5-37.

Parmentier, Richard
2002 «Money Walks, People Talk. Systemic and Transactional Dimensions of Palauan Exchange». L’Homme, 162: 49-80.

Platenkamp, Jos D. M.
1988 Tobelo. Ideas and values of a North Moluccan Society. Leiden: Thèse de doctorat.
1992 « Transforming Tobelo ritual ». In D. de Coppet (ed.), Understanding rituals. London: Routledge, p. 74-96.

Polanyi, Karl
1966 Dahomey and the Slave Trade. An Analysis of an Archaic Economy. Washington: University of Washington Press, Monograph 42, American Ethnological Society.
1983 [1944]. La Grande transformation. Paris : Gallimard.

Rallu, Jean-Louis
1990 Les populations océaniennes aux XIXe et XXe siècles. Paris, Institut National d’Études Démographiques, Presses Universitaires de France.

Rappaport, Roy
1968 Pigs for the Ancestors. Ritual in the Ecology of a New Guinea People. New Haven and London: Yale University Press.

Rappoport, Dana
2004a Musiques rituelles des Toraja Sa’dan. Musiques du couchant, musiques du levant (Célèbes-sud, Indonésie). Lille : Atelier National de Reproduction des Thèses.
2004b « Musique et morphologie rituelle chez les Toraja ». L’Homme, 171-172 : 197-218.

Renard-Clamagirand, Brigitte
1982 Marobo, Une Société de Timor Central. Paris: SELAF.

Rivers, William
1914 The History of Melanesian Society. Cambridge: Cambridge University Press.

Sahlins, Marshall
1962 Moala: Culture and Nature on a Fijian Island. Ann Arbor: University of Michigan Press.
1963 «Poor Man, Rich Man, Big Man, Chief: Political Types in Melanesia and Polynesia». Comparative Studies in Society and History, 5: 285-303.
1976 [1972]. Âge de pierre, âge d’abondance. Paris: Gallimard.
2004 Apologies to Thucydides. Chicago: The University of Chicago Press.

Sand, Christophe
2010 Lapita calédonien. Archéologie d’un premier peuplement insulaire océanien. Paris : Société des Océanistes.

Sand, Christophe et S. Bedford (eds)
2010 Lapita. Ancêtres océaniens. Oceanic ancestors. Paris : Somogy, Musée du quai Branly.

Schneider, Almut
2011 La vie qui vient d’ailleurs. Mouvement, échanges et rituel dans les Hautes-Terres de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Stevenson, Robert Louis
1912 In the South Seas. London: Chatto and Windus.

Strathern, Andrew and Pamela Stewart
2001 Humors and Substances. Ideas of the body in New Guinea. Westport: Bergin and Garvey.

Strathern, Andrew, Pamela Stewart et al.
2002 Oceania. An introduction to the Cultures and Identities of Pacific Islanders. Durham: Carolina Academic Press.

Strathern, Marilyn
1972 Women in Between. Female Roles in a male World: Mount Hagen, New Guinea. London: Seminar Press.
1988 The Gender of the Gift. Problems with women and problems with society in Melanesia. Berkeley: University of California Press.

Sugishima, Takashi
1994 « Double descent, alliance, and botanical metaphors among the Lionese of Central Flores ». Bijdragen tot de Taal-, Land-en Volkenkunde, 150 (1) : 146-170.

Tcherkézoff, Serge
2009 Polynésie/Mélanésie. L’invention française des ‘races’ et des régions de l’Océanie (XVIe—XXe siècles). Papeete: Au Vent des Îles.

Thomas, Nicholas
1991 Entangled objects: exchange, material culture and colonialism in the Pacific. Harvard University Press.

Thurnwald, Richard
1921 Die Gemeinde der Banaro. Stuttgart: Verlag von Ferdinand Enke.

Tueting, Laura
1935 Native Trade in Southeast New Guinea. Honolulu, Hawaï: Bernice P. Bishop Museum.

Turner, Victor
1987 The anthropology of Performance. New York : PAJ Publications.

Van der Grijp, Paul
2006 « Entrepreneurs des îles : développement des petites et moyennes entreprises à Wallis (Polynésie occidentale) ». Journal de la Société des Océanistes, 122-123 : 91-108.
2003 « Between gifts and commodities : Commercial enterprise and the Trader’s Dilemma on Wallis (‘Uvea) ». The Contemporary Pacific, 15 (2) : 277-307.

Vienne, Bernard
1984 Gens de Motlav. Idéologie et pratique sociale en Mélanésie. Paris: Société des Océanistes.

Wagner, Roy
1967 The curse of Souw: Principles of Daribi Clan Definition and Alliance In New Guinea. Chicago: University of Chicago Press.
1974 «Are there social groups in the New Guinea Highlands?». In M. J. Leaf (ed.), Frontiers of Anthropology, An Introduction to Anthropological Thinking. New York: Van Nostrand Company, p. 95-122.

Weiner, Annette
1976 Women of Value, Men of Renown, New Perspectives on Trobriand Exchange. Austin: University of Texas Press.
1988 The Trobrianders of Papua New Guinea. New York: Holt, Rinehart and Winston.
1992 Inalienable possessions: the paradox of keeping while giving. Berkeley and Los Angeles: The University of California Press.

Wheeler, Gerald Camden
1910 The tribe and intertribal relations in Australia. London: John Murray (Rééd. 1968: New York, Johnson Reprint Corporation).

Wiessner, Polly
2004 «Of Human and Spirit Women: From Mother to Seductress to Second Wife». In P. Bonnemère (ed.), Women as Unseen Characters. Male Ritual in Papua New Guinea. Philadelphie : University of Pennsylvania Press.

Notes

1 L’Australie ne sera pas traitée dans ces pages, pour des raisons qui tiennent d’une part aux compétences de l’auteur, d’autre part au peu de travaux synthétiques majeurs. Toutefois je voudrais souligner l’existence de grands systèmes d’échanges entre les Aborigènes australiens, avec des Indonésiens et des Néo-Guinéens, en particulier par le biais du détroit de Torrès (Wheeler 1910, McCarthy 1938-1939, Oliver 1989 : 504-521).

2 Merci à Sophie Chave-Dartoen et Jos Platenkamp pour leurs précieuses suggestions et critiques sur ce chapitre et à Isabelle Berdah et Dominique Fasquel pour leurs relectures. Les prises de position et les éventuelles erreurs restent bien entendu de mon seul fait. Cette synthèse s’inscrit dans le cadre des recherches pour l’ANR LocNatPol ANR-09-BLAN-0320-01.

3 L’approche emic vise une compréhension au plus près des conceptions locales, la démarche etic a une visée universalisante.

4 « Austronésiens » et « Non-Austronésiens », en toute rigueur il s’agit de peuples parlant des langues aux origines austronésiennes ou non-austronésiennes. Les Non-Austronésiens sont les premières et très anciennes populations océaniennes arrivées depuis l’ancien continent Sunda au Sahul vers - 50 à - 40 000. Sans doute partis de Taïwan ou du sud de la Chine vers-3 000 av. JC, des Austronésiens et/ou leurs civilisations s’implanteront en Indonésie, puis en Océanie.

5 Mais pas dans toutes, ce qui complique grandement les approches théoriques comparatistes en Mélanésie – et de façon générale en Océanie.

6 Ce point a été relevé par Mauss dans l’Essai sur le don, et jusque dans les années 1960 le plus souvent étudié séparément des échanges. Nous verrons son importance et les questions épistémologiques qu’il soulève.

7 Mauss lui-même militait dans des mouvements coopératifs et avait des préoccupations politiques visant à échapper aussi bien au « communisme » soviétique qu’au capitalisme (Mauss 1997, Godelier 1996).

8 Curieusement il ne fait pas le rapprochement avec l’Indonésie où ces distinctions sont souvent centrales.

9 Firth a aussi étudié sous cet angle les Maoris de Nouvelle-Zélande et une société de pêcheurs malais.

10 Tikopia « n’est pas une société primitive au bas de l’échelle, elle a un système social modérément complexe avec une mesure de différenciation sociale » (p. 27).

11 Publié en français en 1976 dans Âge de pierre, âge d’abondance avec une intéressante préface de P. Clastres.

12 Ce débat qui concerne ici les échanges a en fait une amplitude beaucoup plus large et implique des positions méthodologiques d’une importance fondamentale sur la question du comparatisme, des niveaux sur lesquels il porte et des médiatisations qu’il met en œuvre.

13 Pour l’Indonésie et l’Océanie : C. Barraud (1984), A. Iteanu (1983), S. Chave-Dartoen (2000, 2006), D. Bretteville (2002), V. Lanouguère-Bruneau (2002), A. Schneider (2011), Monnerie.

14 Ces deux auteurs ne sont pas les seuls à avoir travaillé sur les échanges et les personnes composites, parmi les francophones : Bonnemère 1996, Breton 2002b, Bretteville 2002, Chave-Dartoen 2000, Iteanu 1983, Monnerie 1996.

15 Autrefois, dans certaines sociétés d’Océanie, dans des contextes spécifiques, certains échanges mobilisaient des cadavres humains, des composantes des personnes et des personnes vivantes prises dans diverses formes de dépendance, parfois extrêmes, pouvant impliquer des sacrifices et/ou des pratiques d’une grande violence.

16 Cependant, cette distinction qui me semble souvent marquée, ne vaut pas pour tous les peuples, par exemple les Orokaiva de Nouvelle-Guinée étudiés par A. Iteanu (Barraud et al. 1984).

17 Là encore pas de généralisation possible et au sud de la Nouvelle-Guinée, les Asmat et sans doute les Marind-Anim contredisent cette distinction.

18 Malgré le travail pionnier de L. Tueting en 1935 pour la Nouvelle Guinée.

19 A contrario, Jeudy-Ballini remarque que pour les Sulka « l’art de situer ostensiblement le lien social en dehors de la réciprocité [peut] s’entendre comme une marque de distinction statutaire. » (2004 : 126).

20 L’Océanie est un observatoire intéressant avec des formes modernes de colonialisme, parfois présentées comme exemplaires comme en Nouvelle-Calédonie après les Accords de Matignon (1988) et de Nouméa (1998). Ces formes diffèrent des néocolonialismes étudiés par les spécialistes des mondes postcoloniaux, c’est-à-dire des nations politiquement décolonisées.

21 Ainsi, les schémas d’échanges de monnaies de Leenhardt ne s’accompagnant pas de descriptions ethnographiques précises valent surtout par leur élégance (1980).

22 Les positions épistémologiques qui traitent l’anthropologie comme une forme de littérature, oublient que dans toutes les sociétés, tous les textes, récits ou énonciations n’ont pas le même statut ; la nôtre ne fait pas exception.

23 Pour l’Indonésie, on comparera Renard-Clamagirand 1982, Niessen 1985, Lewis 1988, Geirnaert-Martin 1992, Platenkamp 1988 et 1992, Sugishima 1994, Rappaport 2004a et b, avec, par exemple, Damon et Wagner 1989.

Auteur

Denis Monnerie, après des travaux sur les civilisations anglaise et américaine, a orienté ses recherches vers l’anthropologie sur le terrain, en Asie et en Océanie, et en ethnohistoire sur le nord-ouest des Îles Salomon. Depuis une vingtaine d’années, il s’intéresse à la région Hoot ma Whaap et à la société d’Arama, situées à l’extrême nord de la Grande Terre de Kanaky Nouvelle-Calédonie. Il pratique une approche monographique et multisituée en observation participante. L’imbrication des relations personnelles, locales, régionales et globales est le thème fédérateur de ses recherches. Son travail porte sur des thèmes diversifiés, principalement en rapport avec les dynamiques sociales (revendications kanak, colonialisme, innovations sociales et culturelles, rapports à la religion, relations et configurations sociales, rituels et cérémonies), les modes verbaux et non verbaux de signification, d’action et de valorisation (nominations, discours, tropes, parenté, monnaies et objets, ethnolinguistique), l’ethnoécologie, l’anthropologie de l’Océanie, la photographie — ainsi que la place et l’efficience des échanges et circulations dans les sociétés et cultures. Il a un intérêt tout particulier pour l’épistémologie des sciences sociales. Professeur d’ethnologie, il participe aux travaux du laboratoire Cultures et Sociétés en Europe de l’Université de Strasbourg/CNRS et à ceux de l’Institut d’Ethnologie, où il enseigne l’anthropologie sociale et culturelle.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter