Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Déplacement des frontières

Chapitre 4. La représentation de la frontière maritime dans les cartes régionales et la construction d’une vision de l’Océanie

Luc Vacher

Texte intégral

1La problématique des frontières et plus particulièrement de leurs tracés a toujours été importante en géographie. D’abord parce qu’elles fondent bien souvent le travail du géographe qui est, dans un premier temps, de positionner et de tracer des limites permettant de définir des objets géographiques. Mais aussi parce que l’invention du monde moderne à travers l’histoire des découvreurs occidentaux est, au-delà du dessin des côtes et des fleuves, une histoire du découpage du monde. Le maillage obtenu qui doit déterminer des entités « cohérentes » correspondant à une vision du monde qui s’invente au rythme des expéditions.

2Un découpage qui détermine une « vérité », mais qui évolue pourtant de manière permanente. Ainsi, après la découverte du monde par les Occidentaux, l’appropriation des espaces conforte cette importance de la ligne qui sépare, même si le maillage qui se définit alors a ses propres logiques. C’est souvent la ligne qui sépare le bien des uns de celui des autres ou celle qui permet de définir ou de redéfinir les droits de certains sur l’espace. Le tracé des frontières qui partagent, le monde à l’époque coloniale est central dans ce processus et le rôle des cartographes, qui sont souvent attachés au service des armées des puissances coloniales, est essentiel dans l’accompagnement de l’appropriation du monde par l’Occident.

3Avec la décolonisation, même inachevée, des empires, ces frontières ont parfois été déplacées, la trame a pu s’affiner. Elle dessine parfois des remparts pour des nations en construction, parfois des interfaces apaisées de l’échange économique et de la coopération régionale. Mais quel que soit son rôle effectif, la frontière à travers la représentation qu’elle permet de l’extension et de la forme du territoire est souvent un des premiers identifiants de la « réalité » nationale. L’image de la forme du pays défini par ces limites devient un enjeu matérialisé par la création d’Atlas nationaux et le développement d’une géographie enseignée dans les écoles. Bien souvent, comme pour d’autres emblèmes nationaux, sa diffusion est relayée par des formes moins académiques (motif sur des vêtements, décoration d’objets, cartes postales, etc.).

4Comme le dessin du territoire national, la réalité régionale se pense souvent à travers la démonstration de la cohérence d’une continuité (et donc par défaut, de la mise en évidence de discontinuités) s’appuyant sur la représentation cartographique. L’espace régional sera envisageable à partir du moment où il pourra être visualisé comme un tout.

5La représentation des limites qui déterminent notre vision hiérarchisée du monde est donc une vraie question. Pourtant, si le positionnement d’une frontière ou la revendication d’une appartenance peuvent amener à s’interroger sur le bien-fondé de la représentation d’un territoire dans un ensemble (la Turquie fait-elle partie de l’Europe ? Le Sahara occidental doit-il être représenté sur les cartes du Maroc ?) la question du mode de représentation graphique de ces appartenances fait moins débat (comment représenter la limite territoriale entre l’Indonésie et les Philippines ? Comment distinguer les îles grecques de la mer Égée des côtes de Turquie ?). Il est vrai que les territoires ambigus sont, en général, périphériques et insulaires et qu’ils représentent rarement un enjeu central de la représentation cartographique ou de l’incarnation identitaire.

6Quand on s’intéresse à l’Océanie, les choses ne sont pas aussi simples, et cela pour plusieurs raisons. L’essentiel de l’espace océanien est marin. Aussi notre problématique de la représentation de la limite va rencontrer deux écueils : d’abord comment représenter la continuité de territoires dont la souveraineté repose essentiellement sur un émiettement insulaire et sur de minces franges d’eaux territoriales ? Ensuite comment représenter le « continu » de l’espace régional océanien en conservant l’idée d’un espace marin dont l’appropriation incomplète (rarement exposée) est une des clés de la compréhension des enjeux économiques et géopolitiques de la région ?

7Afin d’apporter des réponses à ces questions, ce chapitre présentera dans un premier temps les représentations habituellement en cours pour le maillage territorial du Pacifique sud, Il fera ensuite l’analyse et la critique des représentations les plus courantes, que cela soit la prudence des acteurs ayant un rôle dans le jeu géopolitique régional ou global, ou dans la fantaisie des représentations trouvées dans l’édition et la presse. Nous traiterons ensuite des espaces interstitiels rarement représentés dans le maillage territorial, mais qui sont l’objet de convoitises qui les placent au cœur des analyses sur l’avenir de la région.

8Nous terminerons cette étude par la proposition d’un fond de carte issue des questions et des réflexions amorcées avec la réalisation d’un nouvel atlas thématique de l’Océanie (Argounes, Mohamed-Gaillard, Vacher, 2011).

1. Des institutions et organisations régionales qui évitent la représentation des limites territoriales de l’Océanie

De quelle réalité régionale parle-t-on ?

9C’est une interrogation ancienne, puisque l’Océanie dès sa naissance posa problème. Elle fut la dernière partie du monde habitée à être découverte et les géographes devront lui trouver une place dans un monde déjà largement dessiné. Nous n’aborderons pas en détail, comme ont pu le faire d’autres, la gestation de l’idée continentale (Lewis & Wigen 1997 ; Grataloup 2009, 2011) avec l’émergence de cette cinquième partie du monde quand « il fallait se décider, ou à ne voir… dans la Nouvelle-Hollande (Australie) et la Nouvelle-Zélande qu’un appendice de l’Asie, ou… créer une nouvelle division qui renfermât ces vastes terres. » (Malte-Brun 1837) et de décider que la cinquième partie du monde qui « se trouve située tout entière dans le grand Océan… s’appellera Océanie ; ses habitants seront nommés Océaniens. » (Domeny de Rienzi 1836). Nous n’aborderons pas plus la modification des limites de cet ensemble comme Serge Tcherkézoff (2008) l’a si bien fait expliquant comment l’espace océanien qui incluait dans un premier temps l’Insulinde perdra cette « Malaisie » puis les îles inhabitées de la périphérie japonaise pour se stabiliser autour de la définition des trois sous-ensembles Micronésie, Polynésie et Mélanésie avec Dumont d’Urville (1832). Mélanésie qui verra l’Australie s’autonomiser quand il devint évident que celle-ci était devenue « blanche ».

10Aujourd’hui l’Océanie est une réalité nommée et reconnue dans ces contours par toutes les cultures du système monde. La liste des pays la composant ne varie que rarement, même si certaines approches régionales oublient Hawaii considérée comme une partie des États-Unis ou d’autres ne souhaitent pas associer l’Australie dont la taille leur paraît indécente face aux petites îles du Pacifique ; enfin le Timor oriental pour des raisons géopolitiques sera parfois rapproché des États océaniens. Ailleurs, le terme Océanie sera perçu comme coloré d’histoire coloniale et on lui préférera des qualificatifs moins précis comme îles du Pacifique (Quanchi 2003) ou d’îles et États du Pacifique sud (Antheaume et Bonnemaison 1988) mais sans remettre en cause la délimitation des contours de l’ensemble. On peut alors se demander pourquoi les cartes présentant l’Océanie sont si rares dans la production cartographique institutionnelle.

Des cartes très discrètes dans la production institutionnelle

11La Division Géographique de la direction des Archives du Ministère des Affaires Étrangères qui produit la communication officielle de la France en matière de représentation cartographique des espaces nationaux ne présente pas de carte régionale du Pacifique sur le site internet du Ministère. Ce même site qui définit pourtant l’Océanie comme une des six grandes zones géographiques mondiales et qui offre une page de présentation pour chacun des pays de la zone. Des présentations des États systématiquement accompagnés d’une petite carte du pays dessiné à une échelle qui évite d’avoir à définir celui-ci par rapport à ses voisins.

12L’Union européenne qui est le deuxième bailleur de fonds de l’Océanie après l’Australie dans le cadre du dixième Fonds européen de Développement 2008-2013 avec les aides octroyées aux pays ACP (Pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique) et aux PTOM (pays et territoires d’outre-mer) ne propose, elle, non plus aucune carte satisfaisante de cet espace. Les documents officiels, quand ils incluent une représentation cartographique, offrent une très curieuse image ou seule la frontière terrestre entre la Papouasie Nouvelle-Guinée et l’Indonésie est figurée. Pour le reste, les noms des pays indépendants de la zone flottent au milieu du semis d’îles du Pacifique et rien ne permet vraiment de les rattacher à tel ou tel nom.

13Le gouvernement américain qui inonde le monde de ces productions cartographiques via la Central Intelligence Agency offre dans son World Factbook, comme le Ministère des affaires étrangères français, des cartes nationales évitant de représenter les voisinages. Néanmoins, il offre aussi des documents qui se définissent comme des cartes de l’Océanie. L’ensemble régional est défini par le cadre choisi car aucune limite n’est tracée sur les documents. Sur les deux versions les plus courantes, des choix originaux ont été faits pour distinguer les différentes nations. Les deux rappellent par la forme une époque où l’on ne s’embarrassait pas du droit international pour distinguer les territoires. Les formes patatoïdes de la première représentation (figure 1) sont agréables à regarder et permettent de distinguer facilement les différents ensembles. Les confettis de la deuxième version (figure 2) ne sont lisibles que grâce au code couleur qui permet de les rattacher à l’un ou à l’autre et sont beaucoup moins satisfaisants. L’un comme l’autre oublient des territoires et tiennent un discours ambigu. Dans le cas présenté sur les figures 1 et 2 les îles Matthew et Hunter sont représentées comme appartenant à la Nouvelle-Calédonie sur une carte, au Vanuatu sur l’autre.

Figure 1. Détail de la carte de l’Océanie en « patates » de la Central Intelligence Agency

Figure 2. Détail de la carte de l’Océanie en « confettis » de la Central Intelligence Agency

14Si on s’intéresse à la production des Océaniens eux-mêmes, la situation n’est pas plus florissante. La consultation des sites internet et des rapports produits par les onze organisations régionales membres du Council of Regional Organisations in the Pacific (CROP) laisse un étrange sentiment. L’évidence d’une grande frilosité cartographique apparaît avec une propension à choisir des cartes revendiquant une dimension minimaliste voire décorative comme avec le secrétariat général du Forum des îles du Pacifique, la South Pacific Tourism Organisation (SPTO) ou la Pacific Power Association (PPA). D’autres évitent tout simplement de proposer une carte de la région, comme l’University of South Pacific à qui cela pourrait simplifier la présentation de la répartition internationale de ses campus. Le Secrétariat pour la Communauté du Pacifique (CPS) est lui prudent et les cartes qu’il diffuse soulignent essentiellement un périmètre d’action de la structure au contour géométrique aujourd’hui familier (figure 5). Depuis qu’il a intégré en 2011 la SOPAC (Applied Geoscience and Technology Division), le secrétariat propose aussi sur un serveur cartographique Geonetwork une vision des « frontières maritimes » qui correspond aux limites de la Zone Économique Exclusive.

15Si les institutions sont aussi mal à l’aise pour représenter les limites des États, c’est que la chose est loin d’être évidente quand on traite de l’espace océanique.

Petit rappel de la réalité des frontières en domaine maritime

16Sur terre, la limite de la souveraineté d’un état se définit clairement par rapport à une autre souveraineté et peut prendre la forme très concrète d’un mur ou d’une ligne tracée sur le sol avec un garde armé de chaque côté. Sur la carte, la frontière se dessine d’un trait net ce qui ne veut pas dire que son positionnement ne soit parfois contesté. En mer, les choses sont plus complexes. D’abord parce que les lignes n’aiment pas l’eau ; être sous-marines les rend invisibles, portées par des bouées en surface elles ne tiennent pas en place avec les vents et les courants. Mais si les frontières marines sont rarement matérialisées s’est aussi parce que leur statut est moins clair que sur terre. Suivant la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer en vigueur depuis novembre 1994, de multiples lignes peuvent être évoquées pour déterminer la limite des droits d’un état au large de ses côtes (figure 3).

17On peut d’abord rappeler que c’est la notion de « mer territoriale » qui définit la souveraineté stricto sensu d’un État Côtier sur une zone de mer adjacente, comprenant ses fonds marins et leur sous-sol et l’espace aérien surjacent. La limite de cette mer se situe au maximum à 12 milles marins des côtes soit environ 22 km en mer. Ce mince surlignage côtier n’est jamais discuté en Océanie sauf autour de la Papouasie Nouvelle-Guinée à cause de la proximité des îles australiennes du détroit de Torres et au sud de Bougainville avec les îles Shorland qui appartiennent aux Salomon. La Papouasie Nouvelle-Guinée est aussi le seul pays océanien à présenter une frontière terrestre en Océanie.

18Cette mer territoriale se définit donc à partir de la ligne de côte, première limite et interface majeure des peuplements insulaires, ou plutôt à partir de la « ligne de base normale » qui correspond à la limite des (plus fortes) marées basses indiquées sur les cartes marines. Quand des baies profondes ou des chapelets d’îles côtières existent on peut tracer une « ligne de base droite » simplifiant le tracé. Cette ligne de base peut aussi s’appuyer pour des atolls ou des îles bordées de récifs frangeants sur la laisse de basse mer côté large. Pour des territoires possédant une barrière de corail comme la Nouvelle-Calédonie, cela peut étendre la notion « d’eaux intérieures » de manière très importante. Cela donne aussi à certains récifs ou microscopiques îlots une grande importance. Dans le cas d’un « État archipel », c’est-à-dire entièrement constitué par un ou plusieurs archipels, une « ligne de base archipélagique » est possible. Cette ligne, qui relie alors les points extrêmes des îles les plus éloignées, définit une vaste zone marine d’« eaux archipélagiques » dont le statut est très proche de celui de mer territoriale. Pourtant de nombreux États océaniens n’ont pas entrepris le coûteux investissement de la définition de cette « ligne de base archipélagique ». En effet, la Convention sur le droit de la mer précise que la zone d’eaux archipélagiques ne peut représenter plus de 9 fois la superficie émergée du pays. Aussi, si pour les pays mélanésiens riches en terres (Papouasie Nouvelle-Guinée, Salomon, Vanuatu, Fidji) cette « ligne de base archipélagique » est apparue comme intéressante à tracer, pour des pays pauvres en superficie émergée comme les Marshall (181 km2) ou le Kiribati (136 km2) l’opération est apparue comme inutile. D’autres raisons, comme le fait de ne pas être un État, peuvent expliquer l’absence de définition de ces eaux archipélagiques pour des collectivités d’outre-mer comme la Nouvelle Calédonie ou la Polynésie française que ce statut pourrait intéresser.

19Au-delà de la mer territoriale commence la zone contiguë où les droits de l’État sont prolongés sur des questions de sécurité. Jusqu’à 24 milles nautiques, le pays a la possibilité de contrôler et réprimer les infractions à ces lois et règlements dans les domaines douaniers, fiscaux, sanitaires et en matière d’immigration.

20Puis commence la Zone Économique Exclusive (ZEE) qui se termine, dans le cas où aucun voisin n’oblige à tracer une ligne à égale distance des deux côtes, à 200 milles marins au large (411 km). Dans cette ZEE, l’État riverain possède des droits souverains « économiques » pour l’exploitation et la conservation de toutes les ressources des eaux, du fond de la mer et de son sous-sol. C’est cette ZEE qui fait souvent l’objet de revendications « territoriales », comme entre le Timor oriental et l’Australie pour l’exploitation du pétrole, ou de négociations pour des accords de pêche. Quand une limite continue est utilisée pour représenter les frontières d’un état marin, c’est en général cette limite « économique » qui est utilisée alors qu’elle ne l’est que très rarement quand les états présentent d’importantes frontières terrestres plus « politiques » (figure 4).

21Une dernière limite existe, qui illustre bien les appétits pour le contrôle des espaces se situant au-delà de la ZEE. Il s’agit de la limite du plateau continental, qui, quand il existe, peut porter à 350 milles marins les limites du rayonnement d’un État en mer. Les droits économiques se limitent alors à l’exploitation des richesses du sol et du sous-sol, excluant la plupart des activités de pêche. Ces extensions sont en général demandées pour le contrôle d’éventuelles ressources en hydrocarbures. Au-delà commencent les eaux internationales, la « Haute mer » du droit de la mer sur laquelle aucun État ne peut réclamer de droit particulier.

Figure 3. Les différents types de limites et d’espaces maritimes autour de la Nouvelle-Calédonie

Figure 4. Frontières et limites de souveraineté des États dans le domaine maritime en Océanie

22Comme sur terre ces limites peuvent être sujettes à des contestations. C’est le cas par exemple entre la Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu qui revendiquent tous deux la souveraineté des deux îlots déserts de Hunter et Matthew qui conditionnent la souveraineté économique sur presque 200 000 km2 d’océan (figure 3).

2. Les représentations très libres du maillage territorial océanien dans les Atlas

La grande diversité des fonds de cartes

23La complexité de la frontière maritime rend sa définition difficile au point que les institutions semblent préférer éviter de la représenter. Pourtant, les atlas qui construisent notre vision du monde ne s’embarrassent pas de ces subtilités. Si dans certains recueils particulièrement pointilleux sur les questions de légitimité on opte pour la précision des formes molles de la Zone Économique Exclusive, celles-ci ne font en général pas recette. Dans la plupart de ces ouvrages, les éditeurs considèrent que la représentation précise de la frontière maritime est impossible et qu’il s’agit donc d’opter pour le compromis le plus avantageux. Les deux choix qu’ils font en général sont la création d’un maillage simple offrant des formes faciles à identifier et la représentation d’une continuité continentale. Il s’en suit une multiplication des maillages plus ou moins heureux gardant pour ligne directrice le maillage complet d’un espace s’étendant d’un seul tenant de l’Australie à Pitcairn. L’île de Pâques comme Hawaii faisant l’objet d’un traitement différencié. La grande liberté qu’autorise le fait de travailler en découpant les océans permet d’ahurissantes variations de positionnement des limites d’un territoire. Entre deux cartes, certaines limites peuvent être déplacées sans problème sur des centaines de kilomètres.

Les trois « majors » du fond de carte océanien

24Malgré la multiplication des maillages proposés, un petit nombre de canevas connaissent un succès plus grand que les autres. À l’heure de la diffusion massive des images par Internet, trois maillages différents présentant les territoires océaniens émergent très nettement du flot des documents cartographiques en circulation. Trois fonds de carte qui se distinguent pour des raisons variées. Le premier (figure 6), qui bénéficie du formidable rayonnement de la plus active des sociétés de géographie dans le monde, est celui de la National Geographic Society. On le croise partout, aussi bien sur des documents des Nations Unies qu’en fond de carte « officiel » pour représenter les pays océaniens sur Wikipedia. Facile à obtenir via le site de la société, il est allègrement réutilisé par tous ceux qui cherchent un fond simple et facilement accessible. Le second maillage « star » (figure 7) a été établi par l’ORSTOM (actuel IRD) dans les années 1980 pour la réalisation de l’Atlas de la Nouvelle-Calédonie (ORSTOM, 1981) puis de celui de la Polynésie Française. Repris par le monde universitaire et scientifique, par exemple dans l’Atlas des îles et États du Pacifique Sud de Antheaume et Bonnemaison (1988), puis dans la Géographie universelle dirigé par Roger Brunet (1995), il est devenu le fond de carte « officiel » des géographes français. Le dernier fond de carte que l’on croise de manière récurrente et le fond GeoAtlas (figure 8) de la société de Graphi-ogre. Cette société française qui commercialise des fonds de cartes vectoriels libres de droits depuis plus de 20 ans diffuse un maillage inspiré de ceux produits dans le monde anglo-saxon dans les années 1950-1960 (Cumberland 1956, Robinson 1960) et que l’on trouve encore dans les Atlas comme le Jacaranda ou le Heinemann produits en Australie (Quanchi 2003, Pask 2001). Les fonds GéoAtlas qui sont proposés en anglais pour l’Océanie ont connu une très bonne diffusion chez ceux qui, dans le monde entier, souhaitaient pouvoir retoucher leur carte avec des outils de dessin assisté par ordinateur. La plupart ont pu ainsi ajouter leur propre information, d’autres, à l’image de l’Union Européenne, l’ont trouvé pratique pour pouvoir effacer toutes les frontières… En fait ces trois fonds de cartes ne véhiculent pas d’images radicalement différentes. À la lumière des fonds de carte du temps des « patates territoriales » qui font le charme des ouvrages d’histoire (et que la CIA continue d’utiliser) ou des fonds oubliés comme celui de la géographie de l’Océanie de Guilcher (1969), il apparaît que les trois grands fonds actuels se ressemblent beaucoup, dans leur qualité de lisibilité comme dans leurs défauts.

Figure 5. Zone desservie par le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS)

Figure 6. Maillage du fond de carte National Geographic

Figure 7. Maillage du fond de carte ORSTOM-IRD

Figure 8. Maillage du fond de carte Geoatlas

3. Pourquoi ces représentations sont-elles problématiques ?

Les incohérences de ces fonds de cartes

25On peut noter deux familles d’incohérences dans ces fonds de carte. D’abord les voisinages sont très largement malmenés, ensuite la volonté de représenter l’Océanie comme un espace continu pousse à gommer les zones de haute mer entre les pays qui sont pourtant porteuses de problématiques importantes pour la région. Qu’en est-il tout d’abord de la représentation des proximités ? Une analyse des frontières communes représentées sur les fonds de cartes comparés à la disposition des limites de ZEE montre que des « mitoyennetés » sont oubliées alors que d’autres n’ayant jamais existé, se trouvent institutionnalisées par la répétition. L’approche systématique de ces cartes montre que 12 erreurs répétées sur les différents fonds de cartes faussent la vision que nous avons de cet espace régional (figure 9). Le meilleur exemple est celui de la contiguïté entre les Salomon et la Nouvelle-Calédonie (figure 10). Cette « frontière maritime » n’est représentée par aucun des fonds de cartes traditionnels alors qu’elle a fait l’objet d’une Convention de délimitation maritime entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement des îles Salomon le 12 novembre 1990. Par contre les mêmes fonds de cartes présentent un contact entre les ZEE de l’Australie et du Vanuatu qui n’a jamais existé. Ces représentations, qui orientent les territoires d’ouest en est et qui permettent d’équilibrer car to graphiquement les superficies maritimes de la Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu (alors que la ZEE de la France est deux fois plus grande que celle du Vanuatu) sont-elles un moyen de justifier l’appropriation de Hunter et Matthew par la France ? De la même manière (figure 10) pourquoi la contiguïté des ZEE des îles Marshall et de Nauru n’est-elle jamais représentée, alors que celle, imaginaire, des États Fédérés de Micronésie et du Kiribati apparaît systématiquement ?

Figure 9. Les incohérences des fonds de cartes de l’Océanie les plus diffusés

Figure 10. Deux exemples de voisinages imaginaires sur les fonds de cartes

26La deuxième incohérence de ces fonds de cartes est que, dans une logique continentale, ils représentent tous l’Océanie sous la forme d’un bloc qui montre des États accolés les uns aux autres s’étalant en plage ininterrompue vers l’est. L’ensemble s’arrête, comme sur les bords d’un monde, avec la figure de Pitcairn. Cette représentation continue entraîne des raccourcis qui, là encore, influencent notre lecture du monde océanien. Ainsi, par la magie du tracé cartographique, les trois archipels du Kiribati (les Gilbert, les Phoenix et les îles de la Ligne) se fondent en un ensemble continu de 5 000 km de large. Pourtant leurs ZEE sont loin d’être attachées. Plus de 700 kilomètres séparent celle des Phoenix de celle des îles de la Ligne. L’image offerte ne permet pas d’imaginer qu’une des questions les plus importantes pour cet État et la gestion de son fractionnement. L’autre aspect est que l’étendue de la souveraineté des territoires devient très souvent fantaisiste et largement surestimé. Ainsi, sur les 3 fonds de cartes étudiés, l’étendue des eaux contrôlées par le Kiribati est surévaluée de 1,4 à 2,8 millions de kilomètres carrés (pour une ZEE réelle de 3,4 millions de km2). Celle des îles Mariannes est en général doublée. Il peut aussi y avoir des inversions sur l’importance des zones contrôlées. Ainsi sur ces cartes, les eaux du Vanuatu s’étalent toujours en une plage légèrement plus importante que celles de la Nouvelle-Calédonie, pourtant la superficie kilométrique de la ZEE du Vanuatu est deux fois moins importante que celle de sa voisine calédonienne (dans la réalité revendiquée par la France, c’est-à-dire avec Hunter et Matthew, et validée par les 3 fonds de cartes). Enfin, représenter l’Océanie comme un espace continu pousse à gommer les zones de haute mer entre les pays alors que celles-ci sont porteuses de problématiques particulièrement importantes dans la région.

Quelques enjeux montrant l’importance de la représentation de la discontinuité

27Le contrôle des océans est une problématique majeure pour les petits pays insulaires. 83 % des 50 millions de kilomètres carrés constituant le domaine de souveraineté des États ou territoires océaniens sont maritimes (Australie et Nouvelle-Zélande comprise). La question des communications dans ces immenses espaces marins est un véritable casse-tête et reste complexe malgré le développement du transport aérien et des télécommunications. Le handicap de l’isolement par rapport aux grandes voies de circulations mondiales est doublé par la complexité de la gestion de territoires éclatés en îles multiples, voire en plusieurs archipels au peuplement souvent très faible. Cet univers marin qui caractérise, autant qu’il complique, l’existence des Océaniens est aussi une formidable source de richesses pour des micro-États et des territoires qui ont en général peu de ressources. La question de la pêche, en particulier, est un enjeu majeur. Les petits États n’ont en général pas les moyens d’affréter les flottes permettant de répondre aux fortes demandes et de retirer des profits importants. La vente de droits de pêche à des flottes de thoniers senneurs opérant depuis les États-Unis, les Philippines, Taiwan, le Japon, la Corée du Sud est le modèle généralisé. La question du contrôle des opérations de ces flottes mais aussi des bateaux opérant sans autorisation est alors posée. Les zones de haute mer entre la Micronésie et la Nouvelle-Guinée, ou celle entre les Salomon et le Kiribati sont régulièrement dénoncées comme des zones de transbordement sans contrôle des pêches vers des bateaux usines permettant de dépasser les quotas de pêche. Les pays, de plus en plus préoccupés par la gestion durable de la ressource, se sont organisés à travers la Forum Fisheries Agency pour mutualiser leurs demandes (South Pacific Tuna Treaty, Parties to The Nauru Agreement) afin de mieux contrôler les opérations. Ils ont aussi négocié avec les gouvernements de France, Australie, Nouvelle-Zélande et États-Unis pour qu’un programme de surveillance régionale du domaine maritime soit mis en place.

28L’importance de ces trous dans le maillage océanien est aussi soulignée par le nombre de dépôt de revendications pour l’extension de droits sur le plateau continental (voir figure 4). Ces revendications, si elles aboutissent toutes, devraient conduire à l’appropriation d’une partie importante des zones de « haute mer » actuellement présentes entre les petits pays du Pacifique. Pourtant, les droits d’exploitation obtenus sur ces plateaux se limitent à l’exploitation du sol et du sous-sol et ne peuvent donc concerner une extension des droits d’exclusivité sur les activités de pêche. Ces démarches sont entreprises en pensant à l’exploitation d’hydrocarbure, même si, pour le moment, seules l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont concernées par l’exploitation du gaz et du pétrole offshore. Les nodules polymétalliques qui se situent à de très grandes profondeurs et dont l’exploitation était encore très récemment techniquement peu rentable ne sont pas a priori concernés par ces extensions. Pourtant, début 2011, la société canadienne Nautilus a obtenu du gouvernement de la Papouasie Nouvelle-Guinée un permis d’exploitation pour des minerais d’or et de cuivre se trouvant dans la mer de Bismarck, à une profondeur de 1 600 m. Les opérations d’extractions commerciales devaient commencer en 2013.

29Enfin, les eaux internationales présentes au cœur de l’Océanie apparaissent importantes en matière de préservation de l’environnement. La création récente de vastes aires marines protégées (Papahanaumokuakea Marine National Monument en 2006, Phoenix Islands Protected Area en 2008, Pacific Remote Islands Marine National Monument en 2009) souligne le fait qu’aujourd’hui les eaux du Pacifique apparaissent comme une sorte de réserve à l’échelle planétaire, un espace préservé qu’il faut absolument protéger même au-delà du contrôle des États. C’était déjà dans cet esprit de sanctuarisation que l’ensemble de la zone avait été déclaré zone dénucléarisée avec le traité de Rarotonga en 1985. C’est peut-être dans un esprit voisin qu’une organisation de protection de l’environnement comme Greenpeace propose à l’occasion de la journée mondiale des océans en 2009 de classer en réserves marines les vastes périmètres de « haute mer » qui restent, entre les espaces appropriés par les ZEE des pays Océaniens (Vacher et Argounes, 2011). Bien d’autres usages ou enjeux géostratégiques, militaires, ou liés à des activités illégales pourraient être développés pour expliquer que les appétits pour ces trous du maillage ne sont pas innocents et qu’il convient donc de faire figurer ces espaces comme des parties importantes du maillage océanien.

La proposition d’une carte à « trous »

30La proposition d’un fond de carte à « trous » (figure 11) résulte de l’ensemble de ces réflexions. En effet, lors de la réalisation de l’Atlas de l’Océanie édité chez Autrement (2011), la question du choix du bon fond de carte s’est posée dès le lancement du projet. Très rapidement, il est apparu qu’aucun des fonds disponibles ne permettait d’être un support adéquat pour traiter des problématiques relatives aux contrôles des océans. Certains d’entre eux véhiculaient des discours que nous n’avions pas envie de reprendre. Ces éléments nous amènent à penser une nouvelle trame. Celle-ci se doit d’être mieux adaptée à notre propos et plus lisible que le canevas des ZEE dont les formes molles permettent un piètre repérage et une mauvaise identification des entités territoriales. Le choix de reprendre un maillage s’appuyant sur des formes simples et pensées à l’échelle des zones économiques exclusives n’a pourtant pas été écarté. L’essentiel du travail étant de garder une trame facile à lire tout en étant plus respectueuse des voisinages et des superficies maritimes contrôlées.

Figure 11. Le fond de carte de l’Atlas d’Océanie des éditions Autrement en 2011

Pour conclure

31Si tracer des frontières et autres limites est un enjeu important de la géographie, la manière de représenter cartographiquement ces démarcations génère ordinairement une certaine indifférence. Cela ne veut pas dire qu’à des échelles fines, le positionnement précis de la ligne sur le papier ne soit pas problématique et qu’il ne fasse pas l’objet de contentieux, voir de conflits tout à fait réels pouvant avoir des conséquences sanglantes sur le terrain. Cependant, à l’échelle de la représentation du monde, la manière de tracer des limites entre États pose en général peu de problème. Le fait que les frontières maritimes soient plus complexes à penser concerne principalement des espaces périphériques au système monde et ne mobilise donc pas de grands débats. Néanmoins, si à l’échelle planétaire l’enjeu de la représentation du maillage d’une quarantaine d’entités territoriales regroupant à peine 30 millions d’habitants peut paraître secondaire, pour la région océanienne l’enjeu est de taille, car il conditionne en grande partie notre lecture de cet espace. Il est donc souhaitable que la réflexion sur la représentation des territoires océaniens continue afin que l’image qui en est donnée ne soit pas condamnée à être issue d’une absence de considération.

Bibliographie

Bibliographie

Antheaume, Benoît et Joël Bonnemaison
1988 Atlas des îles et États du Pacifique Sud. Paris : Reclus/ Publisud.
1995 « L’Océanie ». In R. Brunet (dir.), Géographie Universelle, L’Asie du Sud-est, Océanie. Paris : Belin-Reclus, p. 348-462.

Argounes, Fabrice, Sarah Mohamed-Gaillard et Luc Vacher
2011 Atlas de l’Océanie. Paris: Éditions Autrement.

Cumberland, Kenneth B.
1956 Southwest Pacific, a geography of Australia, New Zealand and their Pacific Island neighbourhoods. London : Methuen & Co.

Domeny de Rienzi, Grégoire Louis
1836 L’Univers. Océanie ou Cinquième partie du monde : revue géographique et ethnographique de la Malaisie, de la Micronésie, de la Polynésie et de la Mélanésie… (Tome I). Paris : Firmin Didot Frères Éditeurs.

Grataloup, Christian
2009 L’invention des continents. Paris : Larousse.
2011 Représenter le monde. Paris : La documentation française.

Guilcher, André
1969 L’Océanie. Paris : PUF.

Lewis, Martin W. and Karën E. Wigen
1997 The myth. Of continents, a critique of metageography. Berkeley (Californie) : University of California Press.

Malte-Brun, Conrad
1837 Précis de la géographie universelle (première GU), Tome xii Océanie et table générale (4e édition). Paris : Aimé Andrieu-Le Normant.

ORSTOM
1981 Atlas de La Nouvelle Calédonie et Dépendances, Sautter Gilles (coord.) et al. Paris-Nouméa : ORSTOM.
1993 Atlas de la Polynésie française, Bonvallot Jacques, Dupon Jean-françois, Vigneron Emmanuel (dir.) Paris : ORSTOM.

Ortolland, Didier et Jean-Pierre Pirat
2010 Atlas géopolitique des espaces maritimes. Paris : Éditions Technip.

Pask, Raymond (ed.)
2001 Heinemann Atlas (3rd edition). Melbourne (Australie) : Harcourt.

Quanchi, Max
2003 Jacaranda Atlas of the Pacific Islands. Milton (Australie): John Wiley & Sons Australia Ltd.

Robinson Kenneth W.
1960 Australia, New Zealand and the Southwest Pacific. Londres : University of London Press.

Tcherkézoff, Serge
2008 Polynésie/Mélanésie. L’invention française des races et des régions de l’Océanie (XVIe-XIXe siècles). Pirae : Éditions Au vent des îles.

Vacher, Luc et Fabrice Argounes
2011 « L’Océanie, un continent marin menacé ? ». Carto, le monde en cartes, no 6 : 10-21.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Détail de la carte de l’Océanie en « patates » de la Central Intelligence Agency
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 2. Détail de la carte de l’Océanie en « confettis » de la Central Intelligence Agency
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 3. Les différents types de limites et d’espaces maritimes autour de la Nouvelle-Calédonie
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 4. Frontières et limites de souveraineté des États dans le domaine maritime en Océanie
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Figure 5. Zone desservie par le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS)
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 6. Maillage du fond de carte National Geographic
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Figure 7. Maillage du fond de carte ORSTOM-IRD
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Figure 8. Maillage du fond de carte Geoatlas
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 9. Les incohérences des fonds de cartes de l’Océanie les plus diffusés
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Figure 10. Deux exemples de voisinages imaginaires sur les fonds de cartes
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Figure 11. Le fond de carte de l’Atlas d’Océanie des éditions Autrement en 2011
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/475/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteur

Maître de conférences en géographie à l’Université de La Rochelle. Ses travaux, commencés par une thèse sur les logiques de l’implantation touristique dans la région de la Grande Barrière de Corail, portent sur les pratiques touristiques et la diffusion du tourisme dans le monde. Il s’intéresse particulièrement au rôle des pratiques recréatives dans le processus de mise en tourisme des périphéries. Il a ainsi travaillé sur les espaces touristiques océaniens et en particulier sur ceux de l’Australie tropicale. En 2011, il a publié avec Sarah Mohamed-Gaillard et Fabrice Argounes un « Atlas de l’Océanie, continent d’îles, laboratoire du futur » aux éditions Autrement. Il est aujourd’hui responsable du Centre de Traitement de l’Information géoréférencée de l’Université de La Rochelle et ses recherches au sein de l’UMR 7266 LIENSs (LIttoral ENvironnement et Sociétés), CNRS-Université de La Rochelle, traitent des formes et des variations spatio-temporelles de la fréquentation dans les lieux touristiques littoraux.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540