Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Déplacement des frontières

Chapitre 3. La linguistique océanienne en France : état des lieux et exemple de recherche contextualisée

Claire Moyse-Faurie

Texte intégral

Introduction

1Les langues, l’histoire du peuplement et des contacts, les vestiges archéologiques et les spécificités culturelles des peuples océaniens sont les objets d’étude de plusieurs disciplines bien distinctes comme la linguistique, l’histoire, l’anthropologie ou l’archéologie, auxquelles se mêle depuis peu la génétique des populations. Les rapports entre ces disciplines sont complexes et leurs résultats sont souvent complémentaires, même s’ils peuvent aussi parfois être contradictoires, mais les interroger est toujours source d’intérêt.

2La première partie de ce chapitre s’attachera à présenter ce que la linguistique nous enseigne du monde océanien, à la fois sous l’angle synchronique : quelles sont les langues parlées actuellement en Océanie ? Et sous l’angle diachronique : grâce à l’étude comparée des langues océaniennes, que sait-on du pays d’origine, des déplacements, des contacts et du mode de vie des premiers occupants de l’Océanie ? Nous ferons ensuite un bref état des lieux des récentes recherches linguistiques françaises en Océanie effectuées par les chercheurs du laboratoire de Langues et Civilisations à Tradition orale (Lacito) du CNRS, montrant leur intégration dans l’ensemble des recherches océanistes actuelles.

3Dans la seconde partie de cet article, à titre d’exemple, nous présenterons l’expression linguistique des situations réfléchies et réciproques, en mettant en évidence d’une part, ce qui relève de l’universel et du spécifiquement océanien et, d’autre part, l’insertion de ce type d’étude dans une problématique culturelle plus large.

1. État des lieux : langues en présence et recherches linguistiques

4Les grandes familles de langues présentes en Océanie correspondent à des vagues de peuplement différentes (Ozanne-Rivierre 1998). Deux familles proviennent des premières migrations, liées au peuplement initial de l’Australie et de la Nouvelle-Guinée : les langues australiennes et les langues papoues/non austronésiennes. Deux autres familles de langues proviennent de migrations maritimes beaucoup moins anciennes :

  • La famille austronésienne, qui, après s’être diffusée à travers l’Insulinde, atteignit les côtes de la Nouvelle-Guinée et les îles voisines il y a environ 4 000 ans avant de poursuivre son expansion vers les îles lointaines d’Océanie jusqu’alors inhabitées. Cette famille comporte, selon les estimations, de 1 000 à 1 200 langues. La carte des langues austronésiennes permet de mesurer l’immensité de cette aire linguistique qui s’étend depuis Taïwan/Formose au nord, jusqu’à Madagascar à l’ouest, la Nouvelle-Zélande au sud, Hawaii au nord-est et l’île de Pâques à l’est.

  • La famille indo-européenne, d’implantation beaucoup plus récente, représentée essentiellement par l’anglais et le français et, dans une moindre mesure, l’espagnol et le portugais, ainsi que l’hindi (à Fidji). Le français et l’anglais se sont répandus en Océanie à partir du XIXe siècle avec l’expansion européenne dans cette partie du monde. Outre leur utilisation comme langues premières ou secondaires par des habitants océaniens, l’anglais et le français, tout comme le portugais et l’espagnol, ont aussi fortement influencé certaines langues austronésiennes, essentiellement sous forme d’emprunts lexicaux.

5Aux langues indo-européennes, il faut ajouter différents créoles et pidgins, à base lexicale anglaise comme le tok pisin de Papouasie Nouvelle-Guinée, le pijin des îles Salomon, le bislama du Vanuatu et le créole hawaiien, ou à base lexicale française : le tayo de Saint Louis en Nouvelle-Calédonie. La genèse et la spécificité de ces langues, nées du contact forcé entre des Européens et des autochtones parlant diverses langues austronésiennes, ont fait l’objet d’études approfondies qui s’attachent aussi bien à l’aspect synchronique que diachronique de ces langues (cf. interalia Corne 1999 et Ehrhart 1993 sur le tayo, Crowley 2003 et 2004 sur le bislama).

6Les recherches linguistiques françaises menées actuellement en Océanie par les chercheurs du laboratoire du Lacito peuvent être schématiquement réparties selon trois axes principaux : (i) description des langues à partir d’enquêtes de terrain approfondies (cf. § 1.1) et prise en compte de leur nécessaire sauvegarde et revitalisation (cf. § 1.2) ; (ii) comparatisme et linguistique historique ; (iii) typologie. Le premier axe de recherche est commun à la plupart des autres linguistes océanistes, tant du point de vue des approches théoriques que des méthodes d’enquête. Le second a été l’un des points forts du Lacito mais est devenu marginal, la majorité des études historiques restant l’œuvre de linguistes relevant du monde anglo-saxon (cf. § 1.3). Le troisième axe est une spécificité plus européenne qui est, concernant l’Océanie, particulièrement bien représentée au Lacito (cf. § 1.4).

1.1. Description : dictionnaires et grammaires

7Une description complète d’une langue comporte plusieurs approches, parmi lesquelles l’étude des sons (phonétique, phonologie), des formes (morphologie), des structures grammaticales (syntaxe), du sens (sémantique) et de la pratique de la langue (pragmatique).

8Les langues océaniennes offrent une grande diversité de structures grammaticales et de systèmes phonologiques. Ainsi, à côté de systèmes de sons très simples comme ceux des langues polynésiennes, on trouve des langues à plus de 60 consonnes ou à plus de 30 voyelles ; certaines langues de Nouvelle-Calédonie sont à registre tonal. Sur le plan grammatical, les langues océaniennes présentent des constructions possessives complexes et variées avec, outre une opposition entre possession aliénable et possession inaliénable, des classificateurs différents selon la nature de la relation de possession. Les constructions verbales sont parfois très déroutantes pour des locuteurs de langues indo-européennes, comme la construction dite « ergative », présente dans plusieurs langues polynésiennes comme le wallisien, le samoan, le tongien ou le futunien, et aussi dans quelques langues kanak, comme le nêlêmwa (Bril 2010b), dans laquelle l’actant référant au patient d’un verbe transitif est marqué de la même façon que l’unique actant d’un verbe intransitif. L’ordre des mots place fréquemment en tête de la phrase le verbe, suivi des différents actants et circonstants. Cependant, certaines langues océaniennes, en contact avec des langues papoues, ont à présent un ordre à verbe final, tandis que d’autres ont évolué vers un ordre Sujet Verbe Objet, semblable à celui du français. Les langues océaniennes ont toutes un système de marques personnelles très riche, présentant différents degrés de nombre (singulier, duel, pluriel, parfois même triel) et une opposition entre inclusif (incluant l’interlocuteur) ou exclusif (excluant l’interlocuteur) pour les premières personnes.

9Même si à peine un quart des langues océaniennes ont été décrites en profondeur ces dernières cinquante années, nous ne pouvons faire l’inventaire de toutes les grammaires et dictionnaires les concernant ; nous signalerons simplement dans ce chapitre quelques publications récentes et significatives. Les linguistes océanistes appartiennent pour la plupart à des universités du monde anglophone situées dans ou en bordure du Pacifique. Leurs ouvrages — dictionnaires et grammaires — sont basés sur des enquêtes de terrain menées pour l’essentiel aux îles Salomon, en Papouasie Nouvelle-Guinée, en Micronésie, à Vanuatu et, plus marginalement, en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie. Citons à titre d’exemples N. Thieberger (2006), Å. Naess (2011), B. Palmer (2009) en Australie ; F. Lichtenberk (2008), W. Bauer (2010) en Nouvelle-Zélande, ainsi que des ouvrages plus généraux aussi basés sur des descriptions (Lynch et al. 2011 ; Ross et al. 1998-2011).

10Les linguistes appartenant à des universités ou des centres de recherche européens, outre les chercheurs français impliqués dans les actuels pays d’outre-mer (Polynésie française, Wallis et Futuna, et Nouvelle-Calédonie) ou à Vanuatu, sont peu nombreux et se sont principalement intéressés à des langues polynésiennes, tandis que les langues kanak continuent à attirer aussi des linguistes japonais, comme Midori Osumi qui enquête actuellement sur la langue neku parlée au sud de la Grande Terre. À titre indicatif, voici un aperçu des descriptions en cours ou très récentes réalisées par les linguistes océanistes du Lacito, présentées par pays d’enquêtes :

  • Vanuatu : Alexandre François, outre ses recherches sur plusieurs langues du Nord Vanuatu, décrit actuellement trois langues de Vanikoro (teanu, lovono, tanema). Le des îles Santa Cruz possède une douzaine de langues particulièrement diverses, et mal connues. Or, des recherches récentes en linguistique et en archéologie suggèrent qu’il s’agit d’un point crucial dans l’histoire du peuplement du Pacifique. Agnès Henri (2011) a décrit le sungwadia et poursuit des enquêtes de terrain sur les langues voisines, parlées sur l’île de Maewo. Benjamin Touati rédige une description du sakao, langue océanienne du Nord Santo, dans le cadre de sa thèse.

    • 1 Le Lacito a une longue tradition de recherches linguistiques en Nouvelle-Calédonie : l’approche sci (...)

    Nouvelle-Calédonie1 : Parmi les doctorants rattachés au Lacito, deux ont travaillé sur leurs langues maternelles : Suzie Bearune (2012) sur l’expression linguistique de l’espace en nengone (Maré, îles Loyauté) ; Alexandre Djoupa (2013), sur une description morpho-syntaxique du fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté). Fabrice Wacalie, de langue maternelle drehu, a achevé une description phonologique et morphosyntaxique du numèè, langue kanak de l’extrême-sud de la Grande Terre (thèse soutenue en novembre 2013) ; Aurélie Cauchard prépare un doctorat sur l’expression linguistique de l’espace en caac (extrême-nord de la Grande Terre) et Anne-Laure Dotte a étudié la langue iaai (Ouvéa, îles Loyauté) dans une approche sociolinguistique, prenant en compte l’évolution de cette langue du point de vue lexicologique et dans l’expression de la possession (thèse soutenue en décembre 2013). Isabelle Bril et moi-même travaillons actuellement à la description de plusieurs langues kanak en danger (cf. § 1.2.).

  • Wallis et Futuna : je termine actuellement une grammaire du wallisien.

  • Polynésie française : Jean-Michel Charpentier et Alexandre François (sous presse) ont réalisé un Atlas linguistique de la Polynésie française (Projet conjoint Lacito et Université de la Polynésie Française), qui offrira un panorama dialectologique de l’ensemble des archipels, incluant 20 dialectes, avec 2200 entrées-cartes réunies dans deux volumes thématiques. Il s’agira d’une édition trilingue français-tahitien-anglais.

1.2. Sauvegarde de langues en danger et revitalisation

  • 2 Sorosoro (http://www.sorosoro.org) signifie « esprit » en araki, langue du Vanuatu quasiment éteint (...)

11Les linguistes participent, d’une part, à l’élaboration de documents pédagogiques, d’abécédaires et de textes de littérature enfantine plurilingues, en partenariat avec l’Académie des Langues Kanak et la Direction de l’Enseignement pour ce qui concerne la Nouvelle-Calédonie et, d’autre part, à des programmes de documentation audiovisuels sous forme de vidéos dans le cadre de l’association Sorosoro pour la sauvegarde des langues en danger. En 2010, j’ai participé à un ensemble de tournages mettant en valeur les langues kanak xârâcùù, xârâgurè et haméa, et l’urgence d’œuvrer à leur sauvegarde2.

12Bien trop souvent, malgré l’ensemble des travaux accomplis et malgré une reconnaissance politique formelle au niveau national ou international, beaucoup de langues océaniennes sont menacées de disparition, par manque de transmission intergénérationnelle, par un nombre trop faible de locuteurs, à cause de l’urbanisation, des médias majoritairement francophones ou anglophones, etc.

13Rares sont les langues océaniennes ayant un statut de langue officielle. C’est cependant le cas, par exemple, du māori de Nouvelle-Zélande, du samoan, du fidjien, du gilbertais, aux côtés de l’anglais. Par contre, aucune langue océanienne de Vanuatu n’a le statut de langue officielle, statut seulement octroyé au bislama, à l’anglais et au français.

14Le statut de « langues régionales de France » appartenant au patrimoine national (loi constitutionnelle du 23 juillet 2008) devrait en principe garantir la sauvegarde et la revitalisation des langues parlées dans les trois pays d’outre-mer français de l’Océanie (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna), statut renforcé pour les langues kanak par l’Accord de Nouméa (1998) les garantissant « langues d’enseignement et de culture ». Cependant, la Charte européenne des langues régionales n’a toujours pas été ratifiée par le gouvernement français.

15Le programme de sauvegarde initié par la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie, en partenariat avec le Lacito, consiste dans l’élaboration de dictionnaires comparatifs et thématiques de langues en danger. Il concerne une langue de l’extrême-nord, le yuanga/zuanga (I. Bril), les langues de la région de Voh-Koné (J.-C. Rivierre) et, pour ma part, le haméa, parlé dans la haute vallée de la Kouaoua. Dans leurs démarches, ces travaux s’apparentent, à une moindre échelle, à ceux financés par de grands programmes européens tel celui sur la documentation de langues en danger (DoBes) qui finance plusieurs projets en Océanie (http://www.mpi.nl/​DOBES/​projects/​).

1.3. Reconstruction et comparatisme historique

16La linguistique historique s’intéresse à l’origine et à la diversification des langues austronésiennes. L’approche historique de ces langues offre un témoignage important, tant sur le plan de la linguistique générale (mécanismes d’évolution) que par l’éclairage apporté sur la culture ancienne des peuples de cette région du monde, grâce aux termes anciens qu’il est possible de reconstruire à partir des langues parlées actuellement.

17L’île de Taïwan, où les langues austronésiennes sont très différenciées mais aussi conservatrices de certains traits archaïques phonologiques et syntaxiques, est aujourd’hui considérée comme le centre de diffusion le plus probable des langues austronésiennes. En utilisant essentiellement la méthode dite « comparative », les linguistes sont parvenus à une classification des langues de cette famille qui reflète à la fois les apparentements des divers sous-groupes et le rattachement de cet ensemble de langues à une langue-mère, le proto-austronésien. Cette méthode repose sur la comparaison des langues non pas d’après leurs formes, mais d’après les correspondances régulières que l’on peut établir entre elles. Du fait de la régularité des changements dans une langue donnée, il s’ensuit que les correspondances entre les langues seront régulières dans le stock de mots qui sont génétiquement apparentés. La famille austronésienne présente un arbre généalogique fortement stratifié et, depuis les travaux de Blust (2009 pour les plus récents), Lynch et al (2002), parmi bien d’autres publications, les sous-groupements majeurs font l’objet d’un fort consensus parmi les linguistes. Parmi ces grands sous-groupes, l’océanien commun, ou « proto-océanien », est un groupe important puisqu’il est l’ancêtre d’environ cinq cents langues, soit la moitié des langues austronésiennes. Il regroupe à la fois des langues parlées sur les côtes de la Nouvelle-Guinée et dans les îles mélanésiennes proches et lointaines (archipel des Bismarck et Bougainville, Salomon, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Fidji), les langues micronésiennes (à l’exception du chamorro et du palau, rattachés aux langues des Philippines) et les langues polynésiennes.

18Dans la continuation des travaux initiés par André-Georges Haudricourt, Françoise Ozanne-Rivierre et Jean-Claude Rivierre ont contribué à une meilleure connaissance de l’histoire des langues austronésiennes et, en particulier, ils ont prouvé l’appartenance des langues kanak à cette grande famille, expliquant les évolutions qui ont conduit à leur diversification. Voir, dans la même démarche intégratrice, l’article de Andrew Pawley (2006).

  • 3 G. W. Grace (1986) a été confronté dans les années 1970 à des difficultés similaires pour rendre co (...)

19Tout récemment, Alexandre François a mis en évidence les limites du modèle arborescent en Océanie, montrant que les phénomènes de divergence sont constamment contrebalancés par des processus de convergence, par le biais de contacts de langues (François 2011). Afin de représenter ces contacts, il propose un modèle visant à quantifier et représenter les apparentements généalogiques entre langues dans les contextes de réseaux sociaux multilingues (Kalyan & François, sous presse)3.

20Ce bref tour d’horizon est loin d’être exhaustif, d’autres recherches en cours impliquant les linguistes océanistes du Lacito s’insèrent dans des programmes européens ou nationaux, essentiellement dans le domaine de la typologie.

1.4. Typologie syntaxique

21L’approche typologique est une démarche relativement nouvelle dans le cadre des études linguistiques océaniennes, et est principalement le fait de linguistes européens. La typologie linguistique repose sur la comparaison des langues, sans tenir compte de la parenté génétique. Elle consiste à comparer les langues du monde à partir de notions choisies arbitrairement, afin de rechercher de façon empirique les traits communs et les limites de la variation à travers les langues (Lazard 2006). Parmi les thématiques abordées récemment par les linguistes océanistes du Lacito, citons l’expression linguistique de l’espace (Bearune 2012, Bril 2004, François 2004, Moyse-Faurie 2010), celle des prédicats complexes, de la coordination et de la subordination (Bril 2010, Bril & Ozanne-Rivierre (eds) 2004, Bril & Rebuschi (eds) 2006), ou encore, le domaine du réfléchi et du réciproque (Bril 2005, 2007, Moyse-Faurie 2007, 2008, König & Moyse-Faurie 2009).

2. Un exemple : l’expression linguistique du réfléchi et du réciproque

22Pour illustrer la richesse des langues océaniennes, j’ai choisi l’exemple de l’expression linguistique du réfléchi et du réciproque, domaines qui offrent un pont entre les approches linguistique et anthropologique, parce qu’ils sont au cœur de nombre d’actions individuelles et collectives. Dans cette section, je tenterai de décrire le plus simplement possible les principales stratégies grammaticales utilisées dans les langues océaniennes pour exprimer ce type d’action, au regard des stratégies en œuvre dans d’autres langues comme le français ou l’anglais.

23Ainsi, contrairement au français qui utilise la même marque (le « pronom réfléchi ») pour exprimer des actions aussi diverses que :

  1. celles que l’on exerce le plus souvent sur soi (Jean se rase) qui relèvent du domaine du moyen,

  2. celles que l’on exerce exceptionnellement sur soi (Jean se mord), l’action réfléchie proprement dite,

  3. et celles dans lesquelles deux ou plusieurs personnes interagissent en étant tour à tour ou simultanément patient et agent (Pierre et Jean se tapent dessus), l’action typiquement réciproque,

24la plupart des langues océaniennes présentent des stratégies différentes pour exprimer ces diverses situations. Par conséquent, il est nécessaire de différencier ces trois domaines conceptuels — moyen, réfléchi et réciproque — dont l’expression grammaticale est souvent différente, même si, en français, les stratégies utilisées pour ces trois domaines se recoupent.

25Par ailleurs, il peut exister plusieurs stratégies par langue pour chacun des domaines. Ainsi, en français, le moyen peut aussi être exprimé par un simple verbe intransitif (l’eau bout) ou par l’emploi du pronom réfléchi (le jour se lève) ; le réfléchi peut être exprimé par l’emploi du pronom objet/réfléchi (je me pince/ il se pince), du pronom indépendant suivi de même (appelé « intensifieur ») dans il est fier de lui-même, ou par la combinaison des deux stratégies pour éviter une confusion possible avec le réciproque (ils se pincent eux-mêmes versus ils se pincent les uns les autres). Le réciproque peut lui-même n’être exprimé que par cette locution dite « quantificationnelle », par exemple dans Ils combattent les uns pour les autres.

26Reprenons dans un premier temps les différents domaines énumérés précédemment, en examinant leurs champs sémantiques respectifs et leurs expressions grammaticales dans quelques langues océaniennes, les exemples ou traductions en langues indo-européennes permettant la comparaison.

2.1. Le domaine du moyen

27Le domaine du moyen couvre les situations suivantes, exemplifiées tout d’abord en français, en allemand et en anglais :

  • actions sur son propre corps
    Il se rase/lave ; Er rasiert/wäscht sich ; He shaves/washes.

  • mouvements et positions du corps
    Le garçon s’est levé ; Der Junge erhob sich ; The boy stood up.

  • procès spontanés (ou anticausatifs)
    La porte s’ouvre ; Die Tür öffnet sich ; The door opens.

  • facilitative
    Le vin blanc se boit frais; Der Weißwein trinkt sich frisch; The white wine is drunk fresh.

  • actions naturellement réciproques, actions conjointes
    Ils se sont rencontrés et ils se sont embrassés ; Sie sind sich begegnet und sie haben sich umarmt ; They met and they kissed.

28En français ou en allemand, presque tous les différents types de situation relevant du domaine du moyen sont exprimés à l’aide du pronom dit « réfléchi », qui n’offre une forme spécifique que pour la 3e personne. Dans les exemples ci-dessus, le pronom réfléchi n’a pas d’emploi référentiel, de sorte que le dénominateur commun de ces constructions est leur caractère intransitif. Cette intransitivité suffit à l’expression du moyen en anglais (John stands up, is shaving, goes to sleep, etc.). Dans les langues océaniennes, ce type de situation peut aussi être exprimé par une simple construction intransitive (stratégie dite lexicale), comme dans les exemples (1) et (2), ou à l’aide d’un préfixe verbal, reflet du préfixe proto-océanien *paRi- (stratégie affixale) en (3) et (4) :

Futunien (Futuna, Wallis-et-Futuna)

1.

Kua

ma’anu

a

ia

perf

se baigner

abs

3sg

« Il s'est baigné. »

Xârâcùù (Nouvelle-Calédonie, sud de la Grande Terre)

2a.

xii.

2b.

Ri

ôôbùtù.

1sg

raser

3pl

réunir

« Je me rase. »

« Ils se réunissent. »

Futunien

3.

E

ke

fe-vaku

i

le

kai

e

namu.

impf

2sg

pref-gratter

obl

art

manger

erg

moustique

« Tu te grattes à cause des piqûres de moustiques. »

Drehu (Lifou, îles Loyauté)

4.

Kola

i-xatua

la

lue

trefën

dur

pref-aider

art

deux

époux

« Les époux s'entraident. »

2.2. Le domaine du réfléchi

29Dans les langues océaniennes, les situations réfléchies sont généralement exprimées à l’aide de constructions transitives comportant une marque spécifique (le plus souvent, un « intensifieur ») indiquant la coréférence entre l’agent/sujet et le patient/objet, construction assez semblable à celle utilisée en anglais (He pinches him vs he pinches himself – Il le pince vs Il se pince).

30Cette marque a souvent pour origine des notions spatiales (« vers le bas », « retourner »), des termes exprimant la véracité (« vrai, exact »), ou encore la singularité (« seul »), tandis que seules quelques langues océaniennes utilisent une marque ayant pour origine une partie du corps, stratégie pourtant la plus répandue dans les langues du monde.

  • notions spatiales :

Xârâgùrè (Nouvelle-Calédonie, sud de la Grande Terre)

5.

Nyärä

sa

nyärä

mûgé.

3pl

frapper

3pl

retourner

« Ils se frappent eux-mêmes. »

Ajië (Nouvelle-Calédonie, centre de la Grande Terre)

6.

Na

rhau-è

yâî

na

öyari.

3sg

frapper-3sg

Vers l’arrière

ms

enfant

« L’enfant se frappe (se blesse) accidentellement. »

Tahitien (Polynésie française)

7.

hohoni

‘ona

na

iho.

dur

pincer

3sg

obl

3sg

vers le bas

« Il se pince. » (tē hohoni ‘ona iā na « Il le pince. »)

  • notion de véracité :

Wallisien (Wallis, Wallis-et-Futuna)

8.

‘E

ilo’i

e

Petelo

ia

totonu.

impf

connaître

erg

Petelo

abs

3sg

redup.vrai

« Petelo se connaît bien. »

  • notions restrictives :

Futunien

9.

E

‘ita

a

Petelo

kiate

ia

fa’i.

impf

être en colère

abs

Petelo

obl

3sg

seulement

« Petelo est en colère après lui-même. »

Fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté)

10.

E

hage

fuatiaina

ie

ia

a

Pol.

impf

seul

haïr.tr

abs

3sg

pers

Pol

« Pol se déteste. »

2.3. Le domaine du réciproque

31Alors que le français utilise à nouveau la stratégie pronominale, éventuellement combinée à la stratégie quantificationnelle (Ils se pincent les uns les autres) qui est celle de l’anglais (They are pinching each other), les situations de réciprocité sont souvent exprimées en Océanie par des stratégies affixales, avec le même préfixe que celui utilisé pour le domaine du moyen, mais associé soit à un suffixe comme dans les exemples (13) et (14), soit à un pronom objet comme en (11 et 12).

Xârâgurè (Nouvelle-Calédonie, sud de la Grande Terre)

11.

Nyärä

naa

pu-xwi

nyärä.

3pl

impf.passé

pref-manger

impf

3pl

« Ils avaient l’habitude de se manger. »

Caac (Nouvelle-Calédonie, extrême-nord de la Grande Terre)

12.

Ra

pe-wi

ra

tale

cawek.

3pl

pref-mordre

3pl

art.pl

chien

« Les chiens s’entre-mordent. »

Drehu (Lifou, îles Loyauté)

13.

Itre

lapa

a

i-xatua-keu

kowe

la

ifaipoipo.

art.pl

clan

impf

pref-aider-suf

vers

art

mariage

« Les clans s’entraident pour (préparer) le mariage. »

Futunien

14.

Ofolele

kua

fe-tio-’aki

le

tagata

o

fe-iloa-’aki.

soudain

perf

pref-voir-suf

art

clas

homme

et

3du

pref-savoir-suf

« Soudain les deux hommes se regardèrent et se reconnurent. »

32Cette stratégie affixale, reconstruite en proto-océanien, a été abandonnée dans les langues polynésiennes orientales et dans quelques langues kanak, remplacée parfois par la même stratégie que celle utilisée pour exprimer le réfléchi (15), parfois par l’absence de toute marque (16), donnant alors lieu à une double interprétation possible :

Tahitien

15.

E

aroha

tātou

tätou

iho.

impf

aimer

1pl.incl

obl

1pl.incl

vers le bas

« Aimons-nous les uns les autres. » (Coppenrath & Prevost 1975 : 168)

Numèè (Nouvelle-Calédonie, extrême-sud de la Grande Terre)

16.

Treâ

trooke

kwè

.

art.pl

chien

3pl

mordre

3pl

« Les chiens les mordent./ Les chiens s’entre-mordent. »

33À l’inverse, ce sont parfois les marques de réciproque qui se sont étendues au domaine du réfléchi, comme c’est le cas dans quelques langues kanak du nord ou du centre-nord de la Grande Terre, donnant lieu ici à une double interprétation possible entre situation réfléchie ou réciproque :

Fwâi (Nouvelle-Calédonie, nord de la Grande Terre)

17.

Yele

pe-cebi

yele.

3pl

pref-pincer

3pl

« Ils se pincent (les uns les autres/eux-mêmes). »

Hmwaveke (Nouvelle-Calédonie, centre-nord de la Grande Terre)

18.

Le

ve-caina

le.

3pl

pref-pincer

3pl

« Ils se pincent (les uns les autres/eux-mêmes). »

2.4. Réflexivité et réciprocité au-delà de leur expression linguistique

34Après cet aperçu mettant en valeur la richesse et la complexité linguistique dans le domaine du réfléchi et du réciproque, deux questions peuvent être soulevées : l’importance de la réciprocité, pilier de l’organisation sociale en Océanie, est-elle reflétée dans la syntaxe ou dans le lexique des langues océaniennes ? Les marques de réfléchi ou de réciproque ayant pour origine des notions spatiales sont-elles plus spécifiques à l’Océanie ?

35La fréquence d’emploi de marques provenant de notions spatiales, qu’elles aient pour origine des (ad) verbes (« retourner », « de nouveau », « descendre ») ou des directionnels (« vers l’arrière ») est notable, même si cette origine est attestée dans d’autres langues du monde (par exemple, « donner en retour » en français traduit aussi la notion de réciprocité).

36Le concept de réciprocité est à la base de toute organisation sociale. On distingue différents types de réciprocité (König 2011) :

  • la réciprocité directe (échange, un prêté pour un rendu ; achat/vente ; corruption…)

  • la réciprocité généralisée (solidarité, coopération, réciprocité intergénérationnelle) : le donneur ne connaît pas le récipiendaire, ce dernier devenant à son tour donneur.

  • la réciprocité des rôles (artiste/public, docteur/patient ; enseignant/apprenant)

  • la réciprocité des perspectives (se mettre à la place de quelqu’un)

37Ainsi, il n’est pas étonnant que chaque langue élabore tout un ensemble de stratégies grammaticales pour exprimer tous ces concepts de réciprocité.

38Les phrases en français ci-dessous illustrent en partie ces différents types de réciprocité :

39Pierre et Jean se détestent. (réciprocité forte)
Les habitants de ce village s’entraident. (réciprocité faible : tous les habitants ne sont pas nécessairement impliqués)
Les invités mangent face à face. (réciprocité par paires)
Pierre et Jean ont le même âge. Pierre est le frère de Jean. Pierre est aussi grand que Jean. (réciprocité de relation)
Les journaux sont empilés les uns sur les autres. (chaîne de réciprocité)

40Ces différentes situations de réciprocité sont souvent exprimées en Océanie par des reflets du préfixe proto-océanien *paRi-.

41Par ailleurs, tout comme dans beaucoup d’autres langues, les constructions réciproques des langues océaniennes ont souvent des valeurs connexes : collective, dispersive, successive, distributive, itérative, etc. (Lichtenberk 2000, Nedjalkov 2007), illustrées ci-dessous par quelques exemples futuniens montrant le rôle des affixes dans l’expression de situations de réciprocité bien particulières :

  • sociatif
    fe-’uluga-’aki « partager le même oreiller » (’uluga « oreiller »)

  • successif
    fe-to’o-’aki « passer de main en main » (to’o « prendre »)

  • itératif
    fe-tapa-’aki « zébrer le ciel (éclairs) » (tapa « briller (éclair) »)
    fe-ligi-’aki « verser à plusieurs reprises » (ligi « verser »)

  • dispersif
    fe-pū-’aki « être troué de part en part » ( « trou », « être troué »)
    fe-lele-’aki « s’envoler dans tous les sens » (lele « voler »)

42D’autre part, on assiste fréquemment à la lexicalisation des formes dérivées utilisées pour exprimer le réciproque. C’est par exemple le cas en drehu ou en wallisien ; le préfixe de ces deux langues reflète bien le préfixe proto-océanien *paRi-, mais les suffixes ont une origine différente. Le suffixe -keu du drehu est vraisemblablement apparenté à la forme ayant donné la préposition spatiale kowe « vers », tandis que le suffixe wallisien -’aki est un reflet du suffixe applicatif proto-océanien.

43Les exemples ci-dessous donnent une idée de la formation lexicale à l’aide de ces affixes dans le domaine de l’échange :

Drehu (Lifou, îles Loyauté) (Lenormand 1999)
i-öle-keu « offrande à l’aîné, au chef, des prémices de la récolte d’ignames, comportant la cuisson réciproque des ignames nouvelles et leur offrande réciproque » (öl « cuisiner »)
i-hotre-keu « s’offrir réciproquement des présents traditionnels ; présentation d’une offrande collective de produits de la terre » (hotr « don d’allégeance au moyen des prémices de la récolte d’ignames, pratiqué de frères cadets directs ou classificatoires au frère aîné (haetra), de frère aîné au chef de lignée (tixe), et de ce dernier au chef (joxu) et plus haut au grand chef (angajoxu) »)
i-sisinyi-keu « alliance, promesse ; être lié par serment, se conjurer » (sisiny « prêter serment »)
i-caasi-keu « se réunir, se rassembler » (caas « un »)

Wallisien
fe-to’o-’aki « échanger » (to’o « prendre »)
fe-tuku-’aki « échanger, troquer, brocanter, vendre » (tuku « laisser »)
fe’ilo « parenté éloignée » ; fe-’ilo’aki « se rendre visite, se fréquenter » (’ilo’i « connaître »)

44Outre ces affixes, il existe des stratégies grammaticales telles le figement de l’article duel, ou l’emploi de classificateurs, qui donnent lieu à la formation de termes servant à désigner des couples ou des groupes de parenté, réunis dans une relation de réciprocité.

45Ainsi, en xârâcùù (Nouvelle-Calédonie), l’article duel du est constitutif des composés désignant les couples de parenté, le deuxième élément du composé n’existant pas à l’état libre :

46dumîî couple de parenté pouvant désigner « deux frères », « deux sœurs », « frère et sœur », « arrière-grand-père et son arrière-petit-fils »
dunyè « les parents géniteurs (père et mère) »
duduè « deux frères ou deux sœurs cadets »
dufä « jumeaux ».

47En futunien, le classificateur tau, reconstruit sous la même forme (*tau) en proto-polynésien, comme « prefix indicating reciprocal kin relation » (Greenhill & Clark 2011), sert à former des couples de parenté :

48tau tamana « père et fils/fille » (tamana « père »)
tau tinana « mère et fils/fille » (tinana « mère »)
tau māsaki « tante et neveu/nièce » (māsaki « tante »)
tau tu’atinana « oncle et neveu/nièce » (tu’atinana « oncle »)
tau tupuna « grand-père/grand-mère et petit-fils/petite-fille » (tupuna « grand-parent »)
tau mātu’a ou tau āvaga « mari et femme (couple d’époux) »
tau tuaga’ane « un frère et une sœur »
tau ma’ā « deux belles-sœurs » ou « deux beaux-frères »
tau puluga « deux parents des mariés (les deux pères, les deux mères, un père et une mère de chaque famille) »

49En xârâcùù, deux classificateurs, döte « couple de parenté » et pââde « groupe de parenté », permettent d’associer de la même façon différentes relations de parenté :

50döte chää « tante et neveu/nièce » (chää « tante », « nièce/neveu d’une femme ») pââde chää « tante et neveux/ nièces »
döte xèrè « petit-fils et grand-père », « oncle et neveu/nièce » (xèrè « petit-fils/petite-fille », « nièce/neveu » pour un homme)
paâde xèrè « grand-père et petits-enfants »
döte cii « deux cousins croisés », « deux beaux-frères », « deux belles-sœurs »
pââde cii « plusieurs cousins croisés », etc.

51Des études récentes (Evans et al. 2011) ont mis en avant l’importance du concept de réciprocité dans l’organisation sociale, non seulement parmi les êtres humains, mais aussi dans le monde animal (toilettage, partage de nourriture, soutien dans les conflits, etc. chez les primates). Ce concept intéresse ainsi tout un ensemble de disciplines (anthropologie, philosophie, économie, biologie, etc.), et il n’est pas étonnant que son expression linguistique, particulièrement riche et diversifiée, ait donné lieu à toute une série de recherches.

3. Conclusion

52L’approche typologique ne se limite pas à une famille de langues mais doit au contraire rechercher, à partir d’une notion sémantique, comment celle-ci est exprimée grammaticalement dans les langues de monde, et quelles sont les limites dans la variation de cette expression. Concernant l’expression linguistique des situations réfléchies et réciproques, j’ai tenté de montrer comment les langues océaniennes s’insèrent dans des stratégies communes à d’autres familles de langues avec, en particulier, l’emploi d’intensifieurs pour marquer le réfléchi. Cette démarche à vision universalisante n’empêche pas la mise en évidence de tendances, de spécificités remarquables, comme l’origine souvent spatiale en Océanie des marques de réfléchi. Si la grande majorité des descriptions de langues océaniennes sont d’inspiration structuraliste ou fonctionnaliste quels que soient les centres de rattachement des linguistes océanistes, force est de constater que l’approche typologique reste jusqu’à présent un champ de recherche essentiellement européen. Nécessitant des données fiables sur des langues les plus variées possibles, la typologie rejoint l’approche descriptive, préalable à toute avancée théorique en linguistique. Enfin, outre l’aspect purement scientifique lié à une meilleure connaissance de la structure et du fonctionnement des langues, les données obtenues lors des enquêtes de terrain permettent aussi la reconnaissance, la sauvegarde et la revitalisation de ces langues bien souvent en danger : les applications, comme la contribution à l’élaboration d’outils pédagogiques permettant l’enseignement des langues océaniennes dans un cadre scolaire, ne doivent plus être négligées par les linguistes.

53Typologie, description, sauvegarde des langues sont les trois démarches parallèlement prises en compte par les linguistes océanistes du Lacito, et c’est peut-être cette combinaison qui fait leur spécificité au sein de la communauté linguistique des Océanistes, même si l’aspect historique n’est pas négligé, grâce aux récents travaux d’Alexandre François.

Abréviations

ABS absolutif ;

ART article ;

CLAS classificateur ;

DU duel ;

DUR duratif ;

ERG ergatif ;

IMPF imperfectif ;

INCL inclusif ;

MS marque sujet ;

OBL marque oblique ;

PERF perfectif ;

PERS article personnel ;

PL pluriel ;

PREF préfixe ;

REDUP reduplication ;

SG singulier ;

SUF suffixe ;

TR suffixe transitif.

Bibliographie

Bauer, Winifred
2010
Maori, Routledge, Descriptive Grammars. (Réédition).

Bearune, Suzie
2012 L’expression linguistique de l’espace en nengone (Maré, Nouvelle-Calédonie), thèse soutenue à l’Inalco le 27 janvier 2012.

Blust, Robert
2009
The Austronesian languages. Canberra: Pacific Linguistics. Australian National University.

Bril, Isabelle
2004 «Deixis in Nêlêmwa (New Caledonia)». In G. Senft (ed.),
Deixis and demonstratives in Oceanic languages. Canberra: Pacific Linguistics 562, p. 99-127.
2005 «Semantic and functional diversification of reciprocal and middle prefixes in New Caledonian and other Austronesian languages».
Linguistic Typology, 9(1): 25-75.
2007 «Reciprocal constructions in Nêlêmwa (New Caledonia)». In V. Nedjalkov (ed.),
Reciprocal Constructions. John Benjamins, Typological Studies in Language 71, p. 1479-1509.
2010 « Structure actancielle et diathèse : du nêlêmwa aux langues néo-calédoniennes et austronésiennes ». In I. Choi-Jonin, M. Duval, O. et Soutet (eds), Typologie et comparatisme. Hommages offerts à Alain Lemaréchal. Leuven-Paris-Walpole MA : Peeters, p. 37-59.

Bril, Isabelle (ed.)
2010
Clause Linking and Clause Hierarchy: Syntax and pragmatics. Amsterdam/Philadelphia: Benjamins (Studies in Language Companion Series, 121), VIII.

Bril, Isabelle et Georges Rebuschi (eds)
2006 Coordination et subordination : typologie et modélisation. Faits de Langues 28. Paris : Ophrys.

Bril, Isabelle and Françoise Ozanne-Rivierre (eds)
2004
Complex predicates in Oceanic languages : Studies in the dynamics of binding and boundness. Berlin : Mouton de Gruyter, Collection EALT 29.

Cablitz, Gabriele
2006
Marquesan : A Grammar of Space. Berlin et New York : Mouton de Gruyter. Trends in Linguistics. Studies and Monographs 169.

Charpentier, Jean-Michel et Alexandre François
(sous presse). Atlas Linguistique de Polynésie Française – Linguistic Atlas of French Polynesia. Berlin : Mouton de Gruyter, 2 vols.

Coppenrath, Hubert et Paul Prevost
1975 Grammaire approfondie de la langue tahitienne. Papeete : Librairie Pureora.

Corne, Chris
1999
From French to Creole. The development of new vernaculars in the French colonial world. London: University of Westminster Press.

Crowley, Terry
2003
A New Bislama Dictionary. Port Vila: University of the South Pacific. Institute of Pacific Studies, 2e édition
2004
Bislama Reference Grammar. Honolulu: University of Hawaii Press.

Djoupa, Alexandre
2013 Analyse syntaxique et sémantique du fagauvea (Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie). Thèse soutenue à l’Inalco le 30 janvier 2013.

Ehrhart, Sabine
1993 Le créole français de St-Louis (le tayo) en Nouvelle-Calédonie. Humburg: Buske.

Evans, Nicholas, Alice Gaby, Stephen C. Levinson and Asifa Majid
2011
Reciprocals and Semantic Typology. John Benjamins Publishing Company.

François, Alexandre
2002
Araki: A disappearing language of Vanuatu. Canberra: Australian National University, Pacific Linguistics, 522.
2004 «Reconstructing the geocentric system of Proto Oceanic».
Oceanic Linguistics, 43(1): 1-32.
2011 «Social ecology and language history in the northern Vanuatu linkage: A tale of divergence and convergence».
Journal of Historical Linguistics, 1(2): 175-246.

Greenhill S.J. and R. Clark
1986 «Hypotheses about the phonological history of the language of Canala, New Caledonia».
Te Reo, 29: 55-67.
2011 «POLLEX-Online: The Polynesian Lexicon Project Online».
Oceanic Linguistics, 50(2): 551-559.

Henri, Agnès
2011 Le suñwadia. Éléments de description d’une langue du Vanuatu. Louvain : Peeters, Collection linguistique de la Société de Linguistique de Paris, 97.

Kalyan, Siva and Alexandre François
(sous presse). «Freeing the Comparative Method from the tree model: A framework for Historical Glottometry». In R. Kikusawa and L. Reid (eds), Let's talk about trees: Tackling Problems in Representing Phylogenic Relationships among Language. Osaka: National Museum of Ethnology. (Senri Ethnological Studies).

König, Ekkehard
2011 «Reciprocals and semantic typology. Some concluding remarks». In N. Evans, A. Gaby, S. C. Levinson and A. Majid (eds),
Reciprocals and Semantic Typology. John Benjamins Publishing Company, p. 329-339.

König, Ekkehard and Claire Moyse-Faurie
2009 «Spatial reciprocity: Between grammar and lexis». In J. Helmbrecht
et al. (eds), Form and Function in Language Research. Papers in Honour of Christian Lehmann. Berlin: Mouton de Gruyter, p. 57-69.

Lazard, Gilbert
2006 La quête des invariants interlangues. La linguistique est-elle une science ? Paris : Honoré Champion.

Lenormand, Maurice-Henry
1999 Dictionnaire de la langue de Lifou. Le Qene Drehu. Nouméa : Le Rocher-à-la-Voile.

Lichtenberk, Frantisek
2000 «Reciprocals without reflexives». In Z. Frajzyngier and T. S. Curl (eds),
Reciprocals. Forms and Functions. John Benjamins Publishing Company, Typological Studies in Language 41, p. 31-62.
2008a
A dictionary of Toqabaqita (Solomon Islands). Canberra: Pacific Linguistics.
2008b
A grammar of Toqabaqita (2 vols). Berlin and New York: Mouton de Gruyter.

Lynch, John, Malcolm Ross and Terry Crowley,
2011 [2002]
The Oceanic Languages. Routledge.

Margetts, Anna and Andrew Margetts
2012 «Audio and video recording techniques for linguistic research». In N. Thieberger (ed.),
The Oxford Handbook of Linguistic Fieldwork. Oxford: Oxford University Press, p. 13-53.

Moyse-Faurie, Claire
2007 «Reciprocal, sociative, middle and iterative constructions in East Futunan (Polynesian group)». In V. Nedjalkov (ed.),
Reciprocal Constructions. John Benjamins, Typological Studies in Language 71, p. 1511-1543.
2008 «Constructions expressing middle, reflexive and reciprocal situations in some Oceanic languages». In E. König and V. Gast (eds),
Reciprocals and reflexives. Theoretical and Typological explorations. Berlin: Mouton de Gruyter, Trends in Linguistics, p. 105-168.
2010 « (Dé) Grammaticalisation d’expressions spatiales dans des langues océaniennes ». In I. Choi-Jonin, M. Duval et O. Soutet (Textes réunis par), Typologie et Comparatisme. Hommages offerts à Alain Lemaréchal. Leuven : Peeters, Orbis/Supplementa, t. 28, p. 295-314.
2012 «The concept ‘return’ as a source of different developments in Oceanic languages». Oceanic Linguistics, 51-1: 234-260.

Naess, Åshild and Even Hovdhaugen
2011
A Grammar of Vaeakau-Taumako. Berlin : Mouton de Gruyter.

Nedjalkov, Vladimir (éd.)
2007 Reciprocal Constructions. John Benjamins, Typological Studies in Language 71.

Ozanne-Rivierre, Françoise
1998 « Langues d’Océanie et histoire ». In A. Bensa et J.-C. Rivierre (eds), Le Pacifique : un monde épars. Paris: L’Harmattan.

Palmer, William Dennis
2009
Kokota Grammar. Honolulu: University of Hawai’i Press.

Pawley, Andrew
2006 «Explaining the aberrant Austronesian languages of Southeast Melanesia: 150 years of debate».
Journal of the Polynesian Society, 115(3): 215-258.

Ross, Malcolm, Andrew Pawley and Meredith Osmond (eds)
1998
The lexicon of Proto Oceanic. The culture and environment of ancestral Oceanic society, 1. Material Culture. Canberra: ANU, Pacific Linguistics C-15.
2003
The lexicon of Proto Oceanic. The culture and environment of ancestral Oceanic society, 2. The Physical environment. Canberra: ANU, Pacific Linguistics 545.
2008
The Lexicon of Proto Oceanic: The culture and environment of ancestral Oceanic society, 3. Plants. Canberra: ANU, Pacific Linguistics 599.
2011
The Lexicon of Proto Oceanic: The culture and environment of ancestral Oceanic society, 4. Animals. Canberra: ANU, Pacific Linguistics 621.

Thieberger, Nicholas
2006
A Grammar of South Efate: An Oceanic Language of Vanuatu. Honolulu: University of Hawai’i Press. Oceanic Linguistics Special Publication, No 33.

Notes

1 Le Lacito a une longue tradition de recherches linguistiques en Nouvelle-Calédonie : l’approche scientifique des langues kanak a été initiée dans les années 1960 par A.-G. Haudricourt, s’est poursuivie sans relâche jusqu’à nos jours (I. Bril, F. Ozanne-Rivierre, J.-C. Rivierre et moi-même) et, grâce aux nouveaux doctorants, la relève semble assurée.

2 Sorosoro (http://www.sorosoro.org) signifie « esprit » en araki, langue du Vanuatu quasiment éteinte, décrite par François (2002). Les enregistrements vidéos sont devenus d’importants supports pour la documentation des langues, comme le montrent Margetts et Margetts (2012).

3 G. W. Grace (1986) a été confronté dans les années 1970 à des difficultés similaires pour rendre compte sous forme d’arbre généalogique de la parenté entre diverses langues kanak du sud de la Grande Terre et le proto-océanien. Ayant moi-même travaillé dans cette région (Canala-La Foa-Kouaoua), il semble évident que des contacts récurrents et multidirectionnels entre locuteurs de langues voisines ont grandement contribué à multiplier dans ces langues le nombre de reflets pour chaque proto-phonème océanien, complexité mieux expliquée par des vagues successives de contacts que par une diversification in situ.

Auteur

Linguiste, directrice de recherche au CNRS, rattachée à l’UMR 7107, « Langues et Civilisations à Tradition Orale » (LACITO). L’ensemble de ses recherches s’appuie en grande partie sur des données recueillies au cours d’une quinzaine de missions de terrain menées depuis 1976 en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna. Ces recherches ont donné lieu à des ouvrages sur des langues kanak et polynésiennes : dictionnaires, analyses syntaxiques des langues drehu, xârâcùù, xârâgurè, haméa (Nouvelle-Calédonie), futunien et wallisien, ainsi qu’à un certain nombre d’articles à visée comparative ou typologique dans des domaines syntaxiques divers : catégorisation lexicale, nominalisation, structures actancielles et valence verbale ; constructions réfléchies et réciproques ; phénomènes de grammaticalisation. C. Moyse-Faurie est aussi très investie dans la documentation et la revitalisation des langues kanak, contribue à plusieurs bases de données (Pangloss, Paradisec, Corpus de la Parole) par ses enregistrements de textes de tradition orale transcrits et traduits. Elle enseigne actuellement à l’Université de la Nouvelle-Calédonie (2013-2014) dans la filière Langues et Cultures Océaniennes, et dirige ou codirige plusieurs doctorants.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter