Version classiqueVersion mobile

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Déplacement des frontières

Chapitre 2. La pirogue monodrome à voile à livarde : l’outil de peuplement de la Polynésie orientale

Anne Di Piazza

Texte intégral

1Dans l’introduction à son ouvrage « On the road of the winds », P.V. Kirch, interrogeant le bien fondé des catégories Mélanésie, Polynésie, Micronésie et de l’uniformité ou hétérogénéité des traits culturels rencontrés, écrit :

On close inspection of technological details one finds amazing diversity in the distribution patterns of lashing methods, sail types, and outrigger forms, yielding hypotheses concerning the historical development of sailing traditions (Haddon and Hornell 1936-1938; Horridge 1987). For example, the extremely wide distribution of the Oceanic lateen sail throughout the island Pacific strongly implies that this was the sail type used on the canoes of early Austronesian speakers when they rapidly dispersed across Remote Oceania beginning around 1200 B.C. On the other hand, the restriction of the Oceanic spritsail [notre voile à livarde océanienne] to Eastern Polynesia shows this to be a later, and independent, development (Kirch 2000: 9).

2Cette remarque, apparemment anodine dans la mesure où l’auteur n’y revient pas, mérite pourtant que l’on s’y arrête. En effet, aucun des chercheurs (Haddon et Hornell, Neyret, Dodd, Horridge) qui ont élaboré des typologies des pirogues océaniennes ne sont arrivés à ces conclusions. Pourquoi ? Une partie de la réponse tient au fait que tous ont voulu montrer une « évolution » générale, une transformation progressive de la pirogue, des formes « archaïques » aux formes plus « évoluées », mais point d’innovation ou de rupture.

3L’objectif de ce chapitre est d’une part de revenir sur ces typologies de pirogues et modèles diffusionnistes associés, et de proposer une nouvelle catégorisation des embarcations, qui reprend et précise celle-là même développée succinctement par Kirch. Nous considérerons enfin les pirogues comme un véhicule qui transgresse les aires mélanésiennes, micronésiennes et polynésiennes, mais qui pourrait bien participer à la construction de la Polynésie orientale.

I. Premières classifications et premières chronologies de pirogues

  • 1 Nous ne traitons ici ni des radeaux, ni des pirogues à pagaie.

4Il a fallu attendre la première moitié du XXe siècle et les travaux de Haddon et Hornell (1936-1938), pour qu’une première classification des pirogues océaniennes à voile1, censée éclairer les migrations océaniennes, soit établie. Dès le XIXe siècle cependant, l’amiral Pâris est affirmatif : les bateaux « sont susceptibles d’être des sujets d’histoire au même titre que d’autres expressions matérielles de ces sociétés extra-européennes, s’agissant d’édifices civils, militaires, et surtout religieux » (Rieth 2010 : 17-18).

  • 2 Contrairement à Haddon et Hornell (1975 [1936-1938]), nous traitons ici de l’Océanie au sens étroi (...)
  • 3 Pour Haddon et Hornell, les coques sont doubles et symétriques, doubles et asymétriques, ou à bala (...)

5Haddon et Hornell articulent leur typologie des pirogues pour « l’Océanie »2 selon trois axes principaux relatifs : aux coques, aux éléments de fixations des traverses du balancier et aux gréements3. Leur œuvre, en trois volumes, intitulée Canoes of Oceania, est monumentale et l’importante documentation réunie est exemplaire. Elle rassemble les plans et les descriptions des pirogues de l’amiral Pâris, véritable pionnier de l’ethnographie nautique, mais aussi les illustrations et textes plus partiels des officiers de marine, des missionnaires, des administrateurs coloniaux et des pionniers de l’ethnographie. Ces différentes sources sont des témoignages précis et irremplaçables des embarcations aujourd’hui en grande partie disparues.

  • 4 Ses études très documentées sur les pirogues du Pacifique sont publiées dès les années 1960 dans l (...)
  • 5 Neyret distingue deux types de voiles triangulaires océaniennes (la voile simple sans mât indépend (...)

6Quarante ans plus tard, une autre somme, parue sous le titre de « Pirogues océaniennes », est publiée par J. Neyret4. Ce Père mariste, qui résida aux îles Fiji, aux îles Salomon et en Nouvelle-Calédonie pendant trente ans, s’inspire très largement de l’ouvrage de Haddon et Hornell, tout en complétant leurs données par des connaissances maritimes acquises sur place. La classification ne diffère guère de celle de ses prédécesseurs, hormis pour le gréement5.

  • 6 Là encore, on retrouve la distinction pirogue à balancier, pirogue double, marche monodrome, march (...)

7La troisième et dernière véritable typologie des pirogues à voile a été réalisée par Edwin Doran dans les années 1980 (Doran 1981)6.

8Tous ces auteurs, mêlant répartition géographique, éléments linguistiques, migrations, performances des pirogues, parfois même aspect physique des populations, ont voulu étayer l’hypothèse de l’antériorité d’une forme sur une autre, arguant de la théorie de la forme primitive à l’extrémité d’une aire culturelle, ou d’une histoire généralement progressive. Chacune de ces classifications se termine donc par un essai de synthèse soutenant :

  • pour Haddon et Hornell l’antériorité de la voile à livarde (pièce de bois ou espar liée sur tout le long de la chute d’une voile) sur la voile latine7 ; de la marche monodrome (pirogue qui navigue dans un seul sens et reçoit le vent alternativement d’un bord ou de l’autre) sur la marche amphidrome (pirogue qui peut se déplacer dans les deux sens, qui prend le vent d’un seul côté et dont la proue et la poupe sont symétriques). Quant au type de coque, dans trois articles (1920a, 1920b et 1932 cité par Boulinier et Boulinier-Giraud 1976) traitant de l’Inde, de l’Indonésie et de la Polynésie, Hornell affirme l’antériorité « absolue » de la pirogue à simple balancier, idée à laquelle il semble renoncer ensuite dans Canoes of Oceania.
  • pour Neyret l’antériorité de la pirogue à balancier sur la pirogue double, de la marche amphidrome sur la marche monodrome, de la voile latine mélanésienne sur la voile latine polynésienne, la voile triangulaire simple et la voile latine micronésienne.
  • pour Doran l’antériorité de la pirogue double sur la pirogue à simple balancier, de la marche monodrome sur la marche amphidrome, de la voile à livarde océanienne sur la voile latine.

9Il n’est pas dans notre propos ici de revenir sur les arguments avancés pour défendre telle ou telle position, mais plutôt d’interroger la typologie elle-même et revoir les catégories énoncées. Notre approche est à la fois semblable, car elle repose sur des sources similaires, et bien différente. En effet, la conduite des pirogues à voile monodromes et amphidromes est fondamentalement différente lors des changements d’amure. Ces manœuvres n’ont pu correspondre à une modification progressive d’un type de pirogue à un autre, mais à un changement radical : une innovation.

II. La prééminence de la manœuvre

10Pour changer d’amure en marche amphidrome, les hommes tirent sur l’étai (corde qui maintient le mât vers l’avant) arrière pour soulever la vergue supérieure (pièce de bois ou espar qui supporte la partie supérieure d’une voile), la faire sortir de son emplanture et aider les hommes qui portent le point de jonction des vergues à l’autre bout de la pirogue, tandis que l’étai de l’avant est filé jusqu’à ce que la vergue supérieure soit à nouveau implantée, pendant que le gouvernail (ou grand aviron) est également transporté à l’autre extrémité de l’embarcation (voir figure 1). La voile est finalement bordée et l’on peut faire route sur un autre cap (Pâris 1841 : 105 & 125, Doran 1974). Pour chaque manœuvre, la proue devient la poupe et le balancier (ou dans le cas d’une pirogue double, la petite coque) est toujours au vent. En marche monodrome, l’embarcation est menée au près, la voile faseye (c’est-à-dire qu’elle dévente et bat dans le vent), l’écoute est filée puis tirée quand la proue passe le vent, la voile ventée, et l’embarcation suit son nouveau cap. La voile et le mât ne sont pas déplacés. Les principes fondamentaux de ces deux manœuvres sont bien différents et les réflexes acquis lors d’un changement d’amure amphidrome deviennent inutiles, voire incommodes, pour un virement de bord en marche monodrome (et inversement). La difficulté, nous semble-t-il, de passer d’une pratique de voile à une autre est bien réelle. Et la distribution géographique marquée de ces manœuvres vient corroborer cette idée, avec d’un côté les pirogues amphidromes présentes sur l’ensemble de la Micronésie et de la Mélanésie, ainsi que Wallis et Futuna, et de l’autre les pirogues monodromes en Polynésie orientale. Pirogues amphidromes et monodromes co-existent sur Samoa, peut-être Tonga. Les rares exceptions sont discutées plus loin dans le texte.

11Question gréement, nous différencierons la voile latine océanienne et la voile à livarde océanienne (voir figure 1). Le qualificatif « océanienne » est nécessaire pour souligner que si la voile latine et la voile à livarde, connues dès l’Antiquité en Méditerranée, présentent des similitudes avec les gréements du Grand Océan, ils ne sont pas identiques (Cadoret et al. 2009). La voile à livarde océanienne, triangulaire ou quadrangulaire, a deux espars (parfois nommés vergue, gui ou mât), dont l’un sert de mât, l’autre de livarde, permettant de tendre la voile (Haddon et Hornell 1975 vol. 1, Neyret 1974 vol. 2, Doran 1981). Seul le mât est implanté à l’avant de la pirogue. La voile latine océanienne, généralement triangulaire, est bordée de deux vergues : une vergue supérieure (ou antenne) et une vergue inférieure (gui ou bôme), liées entre elles à l’extrémité avant de la pirogue. La vergue supérieure, toujours inclinée, est soit suspendue à la tête du mât, soit repose sur une fourche en tête de mât. Ce dernier, fortement incliné vers l’avant, pivote au centre de la coque principale. L’une des contrainte de la manœuvre de la voile latine est que l’on ne peut naviguer qu’à la bonne main : l’antenne (et la voile) doivent toujours être sous le vent du mât.

12Là encore, la distribution géographique de ces deux gréements est relativement bien marquée et se superpose à celle des pirogues amphidromes et monodromes : la voile à livarde en Polynésie orientale, la voile latine en Micronésie et Mélanésie, la coexistence des deux sur un (Samoa), voire deux (Tonga ?) archipels de Polynésie occidentale.

13Si mathématiquement quatre combinaisons ou classes de pirogues s’offrent à nous (1 – pirogue amphidrome et voile à livarde ou bien 2 – voile latine, 3 – pirogue monodrome et voile à livarde ou bien 4 – voile latine), en réalité, seules deux sont largement répandues : amphidrome et voile latine, monodrome et voile à livarde. Quelques exceptions cependant sont à discuter. Nous aborderons ici la seule distribution des pirogues monodromes et voile à livarde et examinerons les îles de Polynésie orientale sur lesquelles ce type de pirogue est absent.

Figure 1 : Croquis de pirogues d’après Neyret 1974 (113, 166, 17)
1 et 2. Tongiaki de Tonga. Pirogue à double coques symétriques, voile latine océanienne et marche monodrome. Le mât (b) amovible, implanté à l’avant de l’embarcation est tenu par deux étais (d). Sa fourche soutient la vergue (a). La voile est maintenue par la vergue et la bôme (c).
3. Kotraol des îles Palau. Pirogue à balancier (e), voile latine océanienne et marche amphidrome. On retrouve les mêmes éléments que pour le tongiaki : la vergue (a), le mât (b) au centre de l’embarcation, la bôme (c) et l’étai (d).
4. Pirogue de voyage des îles Marquises. Pirogue double, voile à livarde océanienne et marche monodrome. Le mât (b) vertical et fixe est tenu par un étai (d). La voile est maintenue par le mât et la livarde (a).

III. La distribution géographique de la pirogue monodrome et voile à livarde en Polynésie orientale

14Dans la préface et l’introduction de son Essai sur la construction navale des peuples extra-européens…, l’amiral Pâris écrit :

[…] je remarquai dès le principe une lacune dans les relations des voyageurs : ils semblent, en effet, avoir dédaigné ce qui tient à notre art chez les peuples sauvages, où cependant il est souvent digne de remarque, et, au lieu de plans exacts de leurs pirogues, ils n’en donnent que des descriptions vagues » ou encore « ces particularités [balancier double, balancier simple…] ont dû frapper les marins capables de les bien apprécier ; cependant aucun n’a eu l’idée de rapporter en Europe des données exactes sur ces essais de la navigation : peut-être les ont-ils dédaignés, et ce n’est guère que dans Cook, Anson et Duperrey que l’on trouve des plans corrects. Quelques autres navigateurs se sont contentés de vues qui ne donnent ni dimensions ni détails, mais seulement le corps des navires […] (Pâris 1841 : 5, 10).

15Ces critiques des sources, somme toute classiques, ne signifie pas qu’il faille en rejeter l’usage, au contraire. Au-delà, il convient aussi de souligner la difficulté qu’il y a pour rendre compte d’une embarcation autre perçue à travers le prisme d’une vision occidentale comme d’une tradition maritime fort différente. Ces mises en garde énoncées, dressons l’inventaire des exceptions, examinons les sources utilisées et retenons ou non ces exceptions.

16Plusieurs types d’exceptions s’offrent à nous. Les exceptions « artificielles » pour lesquelles nous n’avons pas de données, soit que les îles aient été inhabitées au temps des premiers contacts, soit qu’aucune pirogue à voile n’ait été décrite par les Occidentaux ; les exceptions « discutables » pour lesquelles les sources sont contradictoires ou bien uniques ; enfin les exceptions « vraies », attestées par différents croquis et écrits.

  • 8 Les îles mystérieuses de Polynésie orientale comprennent les îles de l’archipel Pitcairn, de l’arc (...)

17Parmi les exceptions « artificielles », nous trouvons l’ensemble des îles mystérieuses8 de Polynésie orientale, mais aussi l’île de Pâques, les îles Chatham et Tongareva. Pour ces trois derniers exemples, seuls des pirogues à pagaie monodromes ou des radeaux ont été inventoriés. Aucune voile n’a été décrite.

18Parmi les exceptions « discutables », nous avons une pirogue monodrome à voile bermudienne décrite en 1933 par MacGregor sur l’île de Pukapuka (archipel des îles Cook). La voile bermudienne, nommée ainsi en raison de son origine géographique, apparaît au cours des XVIIe et XVIIIe siècles et se généralise sur les chaloupes des goélettes qui vont parcourir le Pacifique. Il s’agit donc vraisemblablement d’un emprunt européen sur Pukapuka. Nous avons aussi certaines des pirogues à balancier monodromes et voile à livarde des îles Manihiki et Rakahanga, qui pour les voyages épisodiques entre les deux îles (Buck 1988), se transforment en pirogues doubles à deux mâts, aux coques liées prou et poupe inversées, et fonctionnant donc vrai semblablement comme des embarcations amphidromes. Haddon et Hornell recensent au moins 13 maquettes pour ce type d’embarcation, mais estiment que :

The divergences are so striking as to arouse suspicion that the models have been manufactured specifically for sale to travelers and that their makers allowed themselves considerable latitude when rigging them.

19ou encore que

Possibly the fact that the hulls of these double canoes were taken apart and refitted as outriggers as soon as they had fulfilled their special purpose may have prevented the stereotyping of many of the equipment details. Such may have been left largely to individual fancy and convenience and these individual differences may afford a reason for some of the puzzling museum models (1975: vol. 1, 186-187, 189).

20Remarquons aussi qu’aucune illustration ne nous est parvenue et qu’aucun musée ne possède une telle pirogue grandeur nature.

  • 9 Les îles de Mangareva n’ont pas toujours été exemptes de pirogues. Le Père Laval (1938, cité par B (...)

21Parmi les « véritables » exceptions, nous trouvons les radeaux monodromes à voiles latines de Mangareva et certaines pirogues doubles amphidromes des îles Tuamotu. La plus ancienne description des radeaux sur Mangareva9 remonte à 1825. Beechey écrit:

Contrary to the general custom, no canoes are seen at Gambier islands, but rafts or katamarans are used instead. They are from forty to fifty feet in length, and will contain upwards of twenty persons. They consist of the trunks of trees fastened together by rope and cross-beams: upon this a triangular sail is hoisted, supported by two poles from each end; but it is only used when the wind is very favourable […] (Beechey : 1831, vol. 1 195).

  • 10 Cette illustration sera reprise pour illustrer le Voyage pittoresque autour du monde, un récit de (...)

22William Smyth, aspirant lieutenant et artiste à bord du même navire, le Blossom, est l’auteur de l’aquatinte10 intitulée « A raft of Gambier Island » reproduite dans maints ouvrages. Le radeau illustré est très clairement pourvu d’une voile latine, alors que la description de Beechey ne permet pas de l’affirmer. Pour Haddon et Hornell (1975 : vol. 1, 95), ce type d’embarcation résulterait d’une « dégénérescence » du tongiaki, un type de pirogue double monodrome à voile latine rencontrée par Schouten et Lemaire au large de Tafahi ou encore par Tasman au large de Tongatabu. L’argument avancé étant qu’il suffit pour passer de l’un à l’autre de remplacer les doubles coques par une plateforme de troncs assemblés. Pour Horridge (2008 : 86), les radeaux sont les plus anciennes formes d’embarcations. Le radeau de Mangareva serait donc une relique des temps anciens. Nous serons moins évolutionnistes et plus circonspects en insistant sur le fait que l’existence de la voile latine à Mangareva, et donc en Polynésie orientale, repose sur une seule illustration.

  • 11 Pâris ne spécifie pas sa localisation.

23La description la plus complète que nous ayons d’une pirogue double des îles Tuamotu11 est celle de Pâris. Il écrit :

Nous avons vu de loin une de ces pirogues avec deux mâts de la même longueur, mais double comme une chèvre, et paraissant reposer sur le milieu de chacune [des coques] ; ils étaient aussi retenus par des étais et par une corde joignant leurs sommets. Nous regrettons de n’avoir pu voir les voiles pour les mesurer exactement : il paraîtrait, d’après la description des naturels, qu’ils n’en ont qu’une, qu’on hisse sur l’un ou l’autre mât, suivant le bord que l’on veut courir ; elle est triangulaire, à deux vergues égales, d’une longueur un peu moindre que celle de la petite pirogue, sur l’avant de laquelle son angle inférieur vient se fixer ; elle est en nattes et en tout semblable à celle de Tonga-Tabou. Les naturels nous disaient aussi que lorsque le vent soufflait trop violemment, ou que le temps, obscurci par les nuages, leur ôtait tout moyen de se diriger, il fallait souvent attendre longtemps avec la voile descendue, et qu’il était bien pénible alors de vider l’eau qui embarquait ou entrait par les coutures (1841 : 142).

  • 12 Emory signale la maquette d’une pirogue à balancier à deux mâts et voile à livarde en provenance d (...)
  • 13 Pour la localisation du naufrage sur Amanu, Horridge se réfère aux ouvrages de Langdon (1975 et 19 (...)

24Cette description ainsi que le plan exécuté par le même auteur ne laisse aucun doute quant à la présence d’une pirogue double12 amphidrome — puisque la voile est hissée sur l’un ou l’autre mât selon l’amure — et voile à livarde en Polynésie orientale ; ce type de pirogue (bien qu’aux voiles abattues) est également attesté par les deux dessins illustrant le récit de voyage de Wilkes aux îles Tuamotu (1845 : vol. 1, 327 & 345) et quelques maquettes anciennes dont la plus connue provient de Fangatau et est conservée au Bernice P. Bishop Museum d’Hawaii (Emory 1975 : 173). Reste que ce type de pirogue est « atypique » au sens où il n’est pas nécessaire de transporter l’ensemble du gréement à l’autre extrémité de la pirogue pour changer d’amure, comme cela se fait plus à l’ouest avec la voile latine océanienne, mais de faire « glisser » la voile d’un mât à l’autre, à l’aide vraisemblablement du cordage tendu entre les deux mâts. Cette solution originale nous laisse à penser qu’il s’agit d’une innovation locale des îles Tuamotu. Horridge estime pour sa part que ce type de gréement a largement été influencé par le naufrage d’une caravelle espagnole (San Lesmes) sur l’île d’Amanu13 (Tuamotu) au XVIe siècle (Horridge 2008 : 98).

25Cette rapide analyse des sources, et le nombre peu élevé de véritables exceptions, vient souligner l’homogénéité maritime de la Polynésie orientale. La question qui se pose alors est relative à l’origine de ces embarcations. Existent-elles plus à l’ouest ?

IV. Les pirogues monodromes et voile à livarde de l’Ouest

  • 14 Des pirogues monodromes à voile à livarde sont mentionnées sur Malekula (Vanuatu) et amphidrome av (...)
  • 15 Haddon et Hornell (1975 : 259-260) ainsi que Neyret (1974 : vol. 2, 110-112) estiment que cette pi (...)
  • 16 La source la plus ancienne pour les descriptions de pirogues des îles Samoa provient du journal de (...)

26À Samoa, moins sûrement pour Tonga, pirogues monodromes à voile à livarde et pirogues monodromes à voile latine coexistent14. Un seul croquis et deux aquatintes (qui reprennent ce croquis) exécutés par James Webber, lors du troisième voyage de Cook, suggèrent la présence d’une pirogue monodrome à voile à livarde15 à Tonga (Haddon et Hornell 1975 : vol. 1, 270, Dodd 1972 : 21 & 134). Au sujet de Samoa16, les sources sont plus nombreuses. Haddon et Hornell (citant Turner 1861, Brown 1910, Krämer 1902-1903 et Buck 1930) différencient deux types de pirogues de pêche à balancier monodrome et voile à livarde, selon que leur coque est monoxyle ou faite de planches assemblées. Les monoxyles possèdent des noms (par exemple soatau, ‘iatolima, ‘iato-ono …) relatifs au nombre de traverses (jusqu’à neuf) qu’elles ont. Buck (1930 : 378) précise que le iatolima (cinq traverses) était aux temps anciens équipé de fargues, ponté aux extrémités et muni d’un contre-balancier. Autant d’éléments qui en font une pirogue de haute mer. Les embarcations dont les coques sont faites de planches assemblées nommées va’a alo sont utilisées pour la pêche à la bonite ou aux daurades coryphènes. Et à la question ces pirogues de pêche peuvent-elles être des pirogues de voyage, la réponse est affirmative dans la mesure où les bonites et les dorades coryphènes sont bien des poissons de haute mer.

27D’ailleurs, existe-t-il une distinction entre pirogue de pêche hauturière et pirogue de voyage en Océanie ? Rien n’est moins sûr. Seuls trois types d’embarcations ont pu être reconstruits linguistiquement par Pawley et Pawley (1994 : 336). Ces auteurs soulignent qu’en proto-Océanien (PO), le terme de *waga a deux usages. Il peut être un terme générique pour tout type d’embarcation (à l’exception du radeau) ou désigner une grande pirogue à voile. Celui de *paopao en proto-Polynésien (PPN) renvoie à une petite pirogue à balancier ou une pirogue monoxyle pour la navigation côtière. Enfin, le terme de *paqurua ou pirogue double pourrait remonter au proto-Océanien de l’Est, qui inclut les îles Fiji, Rotuma, Malaita, Kiribati, et de nombreuses îles polynésiennes.

  • 17 Le type amatasi demeure incertain. Il est possible que les pirogues samoanes aperçues par la Boude (...)
  • 18 Voici ce qu’écrit La Pérouse (1797 : tome 3, 233) « Leurs pirogues sont à balancier, très petites, (...)

28Pour en terminer avec les pirogues de Samoa, remarquons que si Haddon et Hornell, tout comme Neyret, font de la pirogue de voyage de type amatasi17, une pirogue à balancier à voile latine, la seule illustration ancienne que nous en ayons, celle de Croisy pour « Le Voyage autour du monde » de Bougainville (1771 : 238), figure bien une voile à livarde. D’ailleurs Bougainville, mais aussi Vivez (et Lapérouse18) emploient le terme de livarde pour caractériser cette voilure. Bougainville écrit à propos de Tau :

Leurs pirogues sont faites avec assez d’art. Elles n’ont point l’avant ni l’arrière relevés, mais pontés l’un et l’autre, et sur le milieu de ces ponts il y a une rangée de chevilles terminées en forme de gros clous, mais dont les têtes sont recouvertes de beaux limas [porcelaines] d’une blancheur éclatante. La voile de leurs pirogues est composée de plusieurs nattes et triangulaire ; deux de ses côtés sont envergués sur des bâtons dont l’un sert à assujettir le long du mât, et l’autre, établi sur la ralingue du dehors, fait l’effet d’une livarde. Ces pirogues nous ont suivis assez au large, lorsque nous avons éventés nos voiles ; il en est même venu quelques-unes des deux petites îles […].

29puis pour Tutuila :

Un grand nombre de pirogues à la voile, semblables à celles des dernières îles, vinrent autour des navires, mais sans vouloir s’approcher […] quoique nous fissions alors sept et huit milles par heure, ces pirogues à la voile tournaient autour de nous avec la même aisance que si nous eussions été à l’ancre. On en aperçu du haut des mâts plusieurs qui voguaient dans le sud.

30Vivez relate [dans le manuscrit de Rochefort (Taillemite 2006 : 251)] que :

[…] leur voile faitte en matière de nattes avec l’écorce d’arbre à pain, le mâts qui sert de vergue par le haut à une livarde en benbou, un étai qui prend à la moitié du mâts et vient joindre à une espèce de moque qu’ils ont devant le balancier, lequel est construit avec trois ou quatre bout dehors qui s’éloigne à 5 à 6 pied au large […].

31Il complète sa description des pirogues dans le manuscrit de Versailles (Taillemite 2006 : 250) par

[…] nous élongeasme une autre isle à laquelle nous donnasmes le nom des Navigateurs que lui méritèrent une douzaine de pirogues grandement voillée qui avoit un ballancier la traversant dont le haubant été frappé sur le haut du mâts. Un enfant placé sur ce ballancier ne donné à la pirogue que la pente nécessaire selon qu’il était plus ou moins éloigné du bout du ballancier […].

32Toujours pour Samoa, Caro (Taillemite 2006 : 333) dit :

Leurs pirogues m’ont parue mieux travaillée que celle de Cythère. Elles ont des petits manbres très bien ajustée, ces pirogues sont touttes soutenue par un balancier. Il y en avoit ausy à la voille mais leurs voille sont toute différentes qu’à Cythère, elles sont large par le haut et venant à rien en bas, elles sont faitte ausy de paille, il y en avoit qui avois quelques cocos, plusieurs des poissons volland.

33Quant à Commerson et Duclos-Guyot, ils s’attachent davantage à leur dimension (Taillemite 2006 : 475). « Les petites pyrogues sont de 16 à 20 pieds [5-6 m] sur 2 de large, les grandes de 30 à 40 pieds [9-12 m] sur près de 3 de diamètre ». En résumé, la voile à livarde est clairement attestée sur Samoa.

Conclusion

  • 19 Le NP du Nord regroupe (d’après Pawley 1996 : figure 5) l’archipel des îles Samoa, ‘Uvea, Futuna, (...)

34Il ressort de ces différentes considérations que certaines des pirogues de Samoa « présentent des ressemblances marquées avec celle de Polynésie orientale : construction en planches assemblées, étrave verticale, voile triangulaire verticale [notre voile à livarde], présence d’un contre-balancier, manœuvre monodrome » (Neyret 1974 : vol. 2, 87). Le bien-fondé de cette remarque nous permet d’aller plus loin et de poser l’hypothèse suivante : le véhicule utilisé par les insulaires pour découvrir et peupler la Polynésie orientale est vraisemblablement une pirogue monodrome à voile à livarde. Seul ce type d’embarcation est trouvé sur l’ensemble de la Polynésie orientale au temps des premiers contacts. Plus à l’ouest, sa présence est attestée à Samoa, moins sûrement à Tonga. Notons aussi que Pawley et Pawley (1994 : 351) écrivent que « the use of reflexes of *jila denote a fixed mast [qui renvoie à la voile à livarde et par opposition le mât amovible à la voile latine] is confined to certain parts of Polynesia and this sense probably represents a post-PPN innovation ». Cette proposition s’accorde plutôt bien avec le modèle archéologique de peuplement de la Polynésie orientale il y a quelque 900 ans d’après les travaux de synthèse les plus récents (Anderson 1991, Spriggs et Anderson 1993, Pearthree et Di Piazza 2003, Hunt et Lipo 2006, Rieth et al. 2011, Wilmshurst et al. 2011) qui suggèrent une pause de plus de 2000 ans à Fiji-Tonga-Samoa. Les traditions maritimes étant généralement considérées comme stables et pérennes, une longue pause a toutes les chances de rendre possible les innovations. Poursuivant notre hypothèse, il semble donc que la voile à livarde en association avec la marche monodrome sont des innovations qui sont probablement à mettre à l’actif d’un groupe de locuteurs du Polynésien nucléaire du Nord19 (Northern Nuclear Polynesian), voire même originaire de Samoa : la voile à livarde étant inconnue sur ‘Uvea, Futuna et les Niuas. C’est donc cette nouvelle génération de marins qui, ayant laissé de côté la voile latine et la marche amphidrome, aurait colonisé les dernières terres inhabitées du Pacifique : la vaste étendue que couvre la Polynésie orientale. De ce point de vue, le nom d’archipel des navigateurs donné à Samoa par Bougainville semble parfaitement approprié.

Bibliographie

Bibliographie

Anderson, Atholl
1991 «The chronology of colonization in New Zealand». Antiquity, 65: 767-795.

Beechey, Frederik W.
1831 Narrative of a Voyage to the Pacific and Beering’s Strait to co-operate with the polar expeditions: performed in his majesty’s ship Blossom, under the command of Captain F.W. Beechey. 2 vols. Londres : Henry Colburn and Richard Bentley.

Bougainville, Louis Antoine de
1771 Voyage autour du monde (1766-1769). Paris.

Boulinier, Georges et G. Boulinier-Giraud
1976 « Chronologie de la pirogue à balancier : le témoignage de l’océan indien occidental ». Journal de la Société des Océanistes, 50(32) : 89-98.

Brown, George
1910 Melanesians and Polynesians. London.

Buck, Peter (Te Rangi Hiroa)
1930 Samoan Material Culture. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum Bulletin, 75.
1942 «The disappearance of canoes in Polynesia». Journal of the Polynesian Society, 51(3): 191-199.
1988 [1932]. Ethnology of Manihiki and Rakahanga. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum Bulletin, 99.

Cadoret, Bernard, Cl. Maho et M. Cadoret
2009 Le grand livre des voiles et gréements. Grenoble: Chasse-marée, Glénat.

Dodd, Edward
1972 Polynesian seafaring. The ring of fire. vol. II. New York: Dodd, Mead and Company.

D’Urville, Dumont Jule Sébastien César
1834-1835. Voyage pittoresque autour du monde. 2 volumes. Paris.

Emory, Kenneth P.
1975 Material culture of the Tuamotu archipelago. Pacific Anthropological Records 22. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum.

Haddon, Alfred C. and J. Hornell
1975 [1936-1938]. Canoes of Oceania. 3 vols. Special Publications, 27-29. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum.

Hornell, James
1920a «The origins and ethnological significance of Indian boat designs». Memoirs of the Asiatic Society of Bengal, 7(3): 139-256.
1920b «The outrigger canoes of Indonesia». Madras Fisheries Bulletin, 12: 43-114.
1932 «Was the double outrigger known in Polynesia and Micronesia?». Journal of the Polynesian Society, 41(162): 131-143.

Horridge, Adrian
1987 Outrigger Canoes of Bali and Madura, Indonesia. Special Publication, 77. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum.
2008 «Origins and relationships of Pacific canoes and rigs». In A. Di Piazza and E. Pearthree (eds.), Canoes of the Grand Ocean. Oxford: Bar-Archaeopress, p. 85-105.

Hunt, Terry L. and C.P. Lipo
2006 «Late colonization of Easter Island». Science, 311: 1603-1606.

Kirch, Patrick V.
2000 On the road of the winds: an archaeological history of the Pacific Islands before European Contact. Berkeley and Los Angeles: University of California Press.

Krämer, Augustin
1995 [1902-1903]. The Samoa Islands. An outline of a Monograph with particular consideration of German Samoa (translated by T. Verhaaren). vol. 2. Honolulu : University of Hawai’i Press.

Laval, Honoré
1938 Mangareva : l’histoire ancienne d’un peuple polyneśien. Meḿoires ethnographiques conserveés aux archives de la Congreǵation des Sacreś-Coeurs de Picpus. Paris : Librairie Orientale Paul Geuthner.

Langdon, Robert
1975 The lost caravel. Sydney : Pacific Publications.
1988 The lost caravel re-explored. Canberra : Brolga Press.

La Perouse, Jean-François de Galaup de
1797 Voyage de La Pérouse autour du monde rédigé par M. L. A. Milet-Mureau. 4 tomes. Paris : Imprimerie de la République.

MacGregor, Gordon
1933 Notes on the ethnology of Pukapuka. Occasional Papers, 11(6). Honolulu: Bernice P. Bishop Museum.

Neyret, Jean
1974 Pirogues océaniennes. 2 tomes. Paris : Association des Amis des Musées de la Marine.

Pâris, Edmond
1841 Essai sur la construction navale des peuples extra-européens ou collection des navires et pirogues construits par les habitants de l’Asie, de la Malaisie, du Grand Océan et de l’Amérique… Paris: Arthus Bertrand.

Pawley, Andrew
1996 «On the Polynesian subgroup as a problem for Irwin’s continuous settlement hypothesis». In J.M. Davidson, G. Irwin, B.F. Leach, B.F. Pawley and D. Brown (eds), Oceanic culture History: Essays in Honour of Roger Green. Wellington: New Zealand Journal of Archaeology Special Publication, p. 387-410.

Pawley, Andrew and M. Pawley
1994 «Early Austronesian terms for canoe parts and seafaring». In A.K. Pawley and M.D. Ross (eds.), Austronesian terminologies: continuity and change. Pacific linguistics, C-127. Canberra: ANU, p. 329-361.

Pearthree, Erik et A. Di Piazza
2003 «An ‘archaic East Polynesian assemblage’ from the Phoenix and Line archipelagos». In C. Sand (ed.), Pacific Archaeology: assessments and prospects. Proceedings of the International Conference for the 50th anniversary of the first Lapita excavation (July 1952), Koné-Nouméa 2002. Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie, 15, p. 349-358.

Rieth, Éric
2010 « François-Edmond Pâris (1806-1893) : aux origines de l’ethnographie nautique ». In E. Rieth (éd.), Tous les bateaux du monde. Grenoble : Chasse-marée/Glénat, p. 10-23.

Rieth, Timothy M., T.L. Hunt, C. Lipo and J.M. Wilmshurst
2011 «The 13th century polynesian colonization of Hawai’i Island». Journal of Archaeological Science, 38: 2740-2749.

Sharp, Andrew (ed.)
1970 The Journal of Jacob Roggeveen. Oxford : Oxford University Press.

Taillemite, Étienne
2006 [1977]. Bougainville et ses compagnons autour du monde : 1766-1769. Journaux de navigation. Paris: Imprimerie Nationale.

Spriggs, Matthew and A. Anderson
1993 «Late colonization of East Polynesia». Antiquity, 67: 200-217.

Turner, George
1861 Nineteen years in Polynesia. London.

Wilmshurst, Janet M., T.L. Hunt, C.P. Lipo and A. Anderson
2011 «High-precision radiocarbon dating shows recent and rapid colonization of East Polynesia». Proceedings of the National Academy of Sciences, 108: 1815-1820.

Wilkes, Charles
1845 Narratives of the U.S. Exploring Expedition (1832-1842). Philadelphia.

Notes

1 Nous ne traitons ici ni des radeaux, ni des pirogues à pagaie.

2 Contrairement à Haddon et Hornell (1975 [1936-1938]), nous traitons ici de l’Océanie au sens étroit du terme ; nous nous restreignons aux locuteurs du sous-groupe océanien.

3 Pour Haddon et Hornell, les coques sont doubles et symétriques, doubles et asymétriques, ou à balancier ; les éléments de fixations des traverses du balancier sont directes ou indirectes, etc. ; les gréements sont constitués d’une voile latine primitive avec vergue soutenue par une fourche sans drisse et marche monodrome, d’une voile latine océanienne avec drisse et marche amphidrome, ou d’une voile à livarde.

4 Ses études très documentées sur les pirogues du Pacifique sont publiées dès les années 1960 dans la revue Triton, puis dans Neptunia. L’ensemble a été réédité en 2 volumes en 1974.

5 Neyret distingue deux types de voiles triangulaires océaniennes (la voile simple sans mât indépendant et la voile latine océanienne), qu’il subdivise respectivement en deux et trois : voile simple polynésienne marche monodrome, voile simple mélanésienne marche amphidrome, ainsi que voile latine mélanésienne avec vergue parallèle au mât et marche amphidrome, voile latine polynésienne avec vergue inclinée et marche généralement monodrome, voile latine micronésienne avec vergue inclinée et marche amphidrome.

6 Là encore, on retrouve la distinction pirogue à balancier, pirogue double, marche monodrome, marche amphidrome, voile à livarde et voile à livarde grue (ou « crane spritsail »), que les chercheurs précédents nomment voile latine.

7 Pour la voile à livarde, Haddon et Hornell estiment que la voile à deux vergues droites précède la voile à une vergue verticale et une livarde courbée, qui elle-même précède la voile munie d’une bôme et d’une livarde fixée à son extrémité.

8 Les îles mystérieuses de Polynésie orientale comprennent les îles de l’archipel Pitcairn, de l’archipel de la Ligne, de l’archipel Phoenix, deux îles des Cook (Palmerston, Suwarrow), une île des Tuamotu (Temoe), deux îles de Hawaii (Nihoa, Necker), ainsi que Norfolk, Raoul et les îles Snares.

9 Les îles de Mangareva n’ont pas toujours été exemptes de pirogues. Le Père Laval (1938, cité par Buck 1942 : 191) affirme que les pirogues doubles, alors principalement utilisées comme pirogues de guerre, ont cessé d’être construites d’après l’injonction d’un personnage de haut rang Te Ma-teo qui pour mettre un terme aux rivalités aurait interdit la construction de pirogues doubles et ordonné la destruction des pirogues doubles existantes.

10 Cette illustration sera reprise pour illustrer le Voyage pittoresque autour du monde, un récit de voyage fictif publié sous la direction de Dumont d’Urville « pour rendre aussi populaire que possible la connaissance des grandes expéditions » (Dumont D’Urville 1834, tome 1 : i).

11 Pâris ne spécifie pas sa localisation.

12 Emory signale la maquette d’une pirogue à balancier à deux mâts et voile à livarde en provenance de Tureia et conservée au Peabody Museum de Cambridge (Emory 1975 : fig. 143, 170).

13 Pour la localisation du naufrage sur Amanu, Horridge se réfère aux ouvrages de Langdon (1975 et 1988).

14 Des pirogues monodromes à voile à livarde sont mentionnées sur Malekula (Vanuatu) et amphidrome avec deux voiles à livarde en Nouvelle Calédonie (Haddon et Hornell, 1975 : vol. 2, 8-13 & 30, Neyret, 1974 : vol. 1, 21-26).

15 Haddon et Hornell (1975 : 259-260) ainsi que Neyret (1974 : vol. 2, 110-112) estiment que cette pirogue qu’ils nomment tafa-anga est similaire au va’a alo de Samoa. Le croquis de Webber ne nous semble cependant pas suffisamment explicite pour préciser s’il s’agit ou non d’une coque à planches assemblées ou d’une coque monoxyle avec bordés. Pâris (1841 : 122) décrit également les tafa-anga, mais précise « qu’elles sont uniquement destinées à marcher à la pagaie ».

16 La source la plus ancienne pour les descriptions de pirogues des îles Samoa provient du journal de Roggeveen. Voici ce qu’il écrit en mouillant sur Tau : « Meanwhile there came two to three canoes – which were not hollowed-out trees, but made of planks and inner timbers and very neatly joined together, so that we supposed that they must have some tools of iron… » (Sharp 1970 : 151).

17 Le type amatasi demeure incertain. Il est possible que les pirogues samoanes aperçues par la Boudeuse soient des va’a alo. Pour Kramer (1995 : 304), le amatasi est une pirogue de jeu, une pirogue miniature utilisée pour les courses de modèles réduits.

18 Voici ce qu’écrit La Pérouse (1797 : tome 3, 233) « Leurs pirogues sont à balancier, très petites, et ne contiennent assez ordinairement que cinq ou six personnes ; quelques-unes cependant peuvent en contenir jusqu’à quatorze, mais c’est le plus petit nombre : elles ne paraissent pas, au surplus, mériter l’éloge que les voyageurs ont fait de la célérité de leur marche ; je ne crois pas que leur vitesse excède sept nœuds à la voile ; et, à la pagaie, elles ne pouvaient nous suivre lorsque nous faisions quatre milles par heure. Ces Indiens sont si habiles nageurs, qu’ils semblent n’avoir de pirogues que pour se reposer : comme au moindre faux mouvement elles se remplissent, ils sont obligés, à chaque instant, de se jeter à la mer, pour soulever sur leurs épaules ces pirogues submergées, et en vider l’eau. Ils les accolent quelquefois deux à deux, au moyen d’une traverse en bois, dans laquelle ils pratiquent un étambrai pour placer leur mât ; de cette manière, elles chavirent moins, et ils peuvent conserver leurs provisions pour de longs voyages. Leurs voiles, de natte, ou de toile nattée, sont à livarde, et ne méritent pas une description particulière ».

19 Le NP du Nord regroupe (d’après Pawley 1996 : figure 5) l’archipel des îles Samoa, ‘Uvea, Futuna, et les Niuas.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Croquis de pirogues d’après Neyret 1974 (113, 166, 17) 1 et 2. Tongiaki de Tonga. Pirogue à double coques symétriques, voile latine océanienne et marche monodrome. Le mât (b) amovible, implanté à l’avant de l’embarcation est tenu par deux étais (d). Sa fourche soutient la vergue (a). La voile est maintenue par la vergue et la bôme (c).3. Kotraol des îles Palau. Pirogue à balancier (e), voile latine océanienne et marche amphidrome. On retrouve les mêmes éléments que pour le tongiaki : la vergue (a), le mât (b) au centre de l’embarcation, la bôme (c) et l’étai (d).4. Pirogue de voyage des îles Marquises. Pirogue double, voile à livarde océanienne et marche monodrome. Le mât (b) vertical et fixe est tenu par un étai (d). La voile est maintenue par le mât et la livarde (a).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

Archéologue CNRS depuis 1994 et membre titulaire du CREDO depuis 1998. Ses recherches portent sur l’archéologie navale et les savoirs maritimes en Océanie. Il y a 6 000 ans en effet, des marins austronésiens quittent l’Asie à bord de pirogues à voile. Au cours des millénaires, ils développent les techniques d’une navigation hauturière qui leur permettent de traverser le Pacifique. Pour étudier ces embarcations, Anne Di Piazza analyse les sources écrites anciennes, modélise et simule des trajectoires de pirogues répliquant les routes migratoires des premiers hommes, coordonne des essais en soufflerie de maquettes de pirogues afin de décrire leurs qualités aérodynamiques.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search