Version classiqueVersion mobile

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Déplacement des frontières

Chapitre I. Un monde sans frontières : la diaspora austronésienne en Asie du Sud-Est et en Océanie

Jean-Christophe Galipaud, I-Lin Wu et Anne Di Piazza

Texte intégral

1L’expansion austronésienne pendant le néolithique moyen va en quelques siècles radicalement transformer l’univers insulaire sud asiatique et océanien. Par son ampleur géographique et ses effets, ce grand mouvement d’idées et de personnes interroge sur les dynamiques culturelles anciennes en Asie du Sud-Est insulaire et oblige à repenser les processus d’adaptation et de transformation des sociétés humaines. Dans ce chapitre, nous présentons les hypothèses récentes pour expliquer l’avancée austronésienne en Asie du Sud-Est et en Océanie. Nous discutons également les modèles proposés et leurs implications pour comprendre les processus de diffusion des langues et cultures austronésiennes sur un territoire aussi étendu.

Un monde austronésien

2La famille des langues austronésiennes comprend 1 200 langues et au moins 300 millions de locuteurs, de Madagascar à l’ouest jusqu’à l’île de Pâques à l’est. Il existe un consensus entre chercheurs pour situer l’origine de ces langues à Taiwan. En effet parmi les quatre sous-groupes de premier ordre reconnus dans la famille des langues austronésiennes, trois ne sont représentés qu’à Taiwan (Atayalic, Tsouic et Paiwanic). Le quatrième, le groupe des langues Malayo-Polynésiennes, inclut toutes les langues austronésiennes parlées en dehors de Taiwan (Blust 1977, Tryon 2006).

3L’origine de la famille des langues austronésiennes serait corrélée à l’expansion néolithique de populations à partir des grandes vallées de la Chine du Sud et à leur passage vers Taiwan, un fait confirmé par les recherches archéologiques. Durant la période récente de la séquence du néolithique taiwanais appelée culture de Tapenkeng, il y a environ 4 000 ans et peut-être plus tôt, on observe ainsi l’émergence d’une économie néolithique basée sur la culture du riz, du millet et du vulpin ainsi que sur l’élevage du porc (Tsang 2007). Les sociétés néolithiques de l’est de Taiwan ont quant à elles, des relations d’échanges avec le nord des îles Philippines à une période et dans un contexte que les archéologues associent au processus qui aboutira à la colonisation de l’Océanie insulaire (Hung et al. 2011).

4La culture qui illustre la diffusion rapide de locuteurs austronésiens issus de ce ferment culturel néolithique asiatique dans, autour et au-delà des îles déjà peuplées de l’Océanie proche s’appelle la culture Lapita. Elle est caractérisée par une production céramique abondante et richement décorée de motifs complexes, qui apparaît dans les îles vierges du Pacifique il y a environ 3 000 ans. Les gens du Lapita sont les ancêtres directs des Océaniens d’aujourd’hui et sont, compte tenu de leurs origines asiatiques, perçus comme les témoins du monde austronésien ancien de l’Asie du Sud-Est. On comprend donc les enjeux qui entourent la question de l’origine de la culture Lapita. Il ne s’agit pas seulement d’identifier les hommes qui ont peuplé l’Océanie lointaine et leur origine, mais aussi à travers eux de saisir la nature de l’incroyable ferment culturel qui agite l’Asie du Sud-Est insulaire (ASEI) à l’aube du troisième millénaire avant notre ère (figure 1). La question de l’origine ultime du Lapita implique à la fois la connaissance du monde néolithique asiatique et de sa genèse, et la compréhension des mécanismes sociaux et des conditions environnementales qui vont déclencher le processus de diffusion rapide des langues et de la culture austronésienne.

Figure 1 : Localisation des principaux sites archéologiques associés à l’expansion des cultures austronésiennes en Asie du Sud-Est Insulaire (d’après Noury et Galipaud 2011 : 25).

5L’expansion des langues austronésiennes et de leurs locuteurs telle qu’elle peut être perçue par l’étude archéologique suggère une diffusion de Taiwan vers les Philippines il y a 4 500-4 000 ans, puis à travers l’archipel Indo-Malais vers 4 000-3 500. De Bornéo et Halmahera, les Austronésiens auraient alors navigué vers l’est, en direction du Pacifique, en longeant, la côte nord de la Nouvelle-Guinée pour atteindre l’archipel de Bismarck il y a 3 400 ans. Après une pause, pendant laquelle les caractères marquants du Lapita se développent, ils auraient, essaimé à travers les îles Salomon puis le Vanuatu, il y a 3 100 ans, la Nouvelle-Calédonie et l’archipel des îles Fiji à peine un siècle plus tard et enfin, les îles Tonga puis Samoa, ultime étape de leur odyssée, vers 2900 BP (figure 2). On a longtemps cherché en Asie du Sud-Est insulaire (ASEI) des traces de ces potiers Lapita arguant que leurs traditions céramiques devaient être asiatiques. Aujourd’hui, la spécificité de la céramique Lapita et en particulier ses décors très élaborés réalisés au peigne sur de grands pots composites, dans la mesure où on ne la trouve que dans le Pacifique, montre qu’il y a eu une transformation culturelle significative au contact du monde océanien. Le lieu de cette alchimie semble être l’archipel Bismarck, car on y trouve les plus anciennes formes de ce style céramique.

6L’élément commun de cette expansion est en Asie du Sud-Est la poterie à engobe rouge, puis, plus tard dans les îles du Pacifique, la poterie Lapita. Un certain nombre d’autres éléments de la culture matérielle font également partie de ce « néolithique package » : herminettes en pierre ou coquillage, objets de parure, hameçons et objets de prestige en coquillage.

Figure 2 : Expansion néolithique de populations à partir de la Chine (1), diffusion des cultures austronésiennes (2,3) et peuplement de l’Océanie par les Lapita (4) (d’après Noury et Galipaud 2011 : 41).

Archéologie et diffusion

7La recherche archéologique sur cette période en ASEI est encore fragmentaire et souvent orientée vers la compréhension du peuplement des îles du Pacifique. L’analyse des sites connus et datés fournit néanmoins un cadre chronologique assez cohérent et permet d’entrevoir l’ampleur et la rapidité de cette dynamique.

8L’origine ultime du néolithique asiatique est la Chine du sud et en particulier les vallées de grands fleuves comme le Fleuve Jaune ou le Yangtze où se développent, au début de l’Holocène, des sociétés agricoles adaptées au milieu aquatique des grands fleuves et organisées autour de la culture du millet et du riz. Le cochon domestique apparaît vers 6600 BC dans la région du fleuve Jaune (Cucchi et al. 2011). Ces sociétés migrent rapidement à travers les petites îles séparant le continent chinois de l’île de Taiwan et s’installent dans cette grande île où ils développent une culture néolithique originale car insulaire, associant sur la côte est de l’île cultures et exploitation des ressources marines. C’est dans cet environnement que vont se développer les langues austronésiennes.

9Le long de la côte orientale de Taiwan, plusieurs grands sites archéologiques témoignent de l’essor d’un monde basé sur la riziculture et l’élevage dans un contexte côtier d’exploitation des ressources marines qui va favoriser les premières traversées vers le sud (Lanyu ou Boteltobago, îles Batanes et Luzon) et l’est (îles Yaeyama et Micronésie occidentale). Des éléments du néolithique de Taiwan apparaissent dans les sites archéologiques du nord des îles Philippines vers 4500 BP, et dans les îles orientales du Japon et de Micronésie occidentale entre 4000 et 3500 BP.

10Les avis divergent sur les étapes des premières traversées de Taiwan vers le nord de Luzon, à travers les îles Batanes (Hung et al. 2011) ou directement vers Luzon (Anderson 2005 : 35). Pour Anderson, les îles Batanes ont été découvertes un millénaire plus tard, de Luzon ou directement de Taiwan. Cet exemple illustre les limites et les incertitudes de l’étude archéologique aujourd’hui et met l’accent sur un point fondamental de cette dynamique : l’origine des langues austronésiennes est assurément Taiwan et leur genèse est bien corrélée au développement des cultures néolithiques, cependant les dynamiques de diffusion de ces cultures prennent naissance dans une région plus étendue, de l’est de Taiwan au nord des îles Philippines, dans un contexte lié à la maîtrise du monde marin et à l’exploitation de ses ressources. Cette évidence contredit partiellement les modèles qui associent expansion et développement de l’agriculture. Nous en reparlerons plus loin.

11Deux autres exemples illustrent la complexité et la diversité des premiers échanges à partir de Taiwan mais aussi des îles Philippines. Entre 4500 et 3900 BP, des Austronésiens quittent Taiwan et colonisent les îles inhabitées de l’archipel japonais de Yaeyama à 250 km à l’est (Summerhayes et al. 2009). La nature de ce mouvement de colonisation ne peut être comparée aux contacts avec les Philippines : « less comprehensive in cultural content, much less expansive, and not just short-lived but quite possibly a colonisation which became extinct » (Summerhayes et al. 2009 : 88). Pourtant, ce départ sans retour éclaire peut-être sur la nature résolument exploratoire de ces premiers mouvements et semble préfigurer la reconnaissance quelques siècles plus tard de l’Océanie insulaire.

12Le deuxième grand voyage attesté par l’archéologie a lieu en direction de la Micronésie occidentale. Des marins abordent à Guam, Tinian et Saipan, dans les îles Mariannes autour de 3400-3200 BP. À Palau, pourtant plus proche de la côte orientale des Philippines, les sites les plus anciens sont pour l’instant datés de 3100-3000 BP dans les îles de Babeldaob et Ulong (Fitzpatrick 2002, Clarck et al. 2006, 2010). Des modifications importantes de l’environnement végétal dès 4000 BP dans ces îles pourraient indiquer une présence humaine plus ancienne (Athens et al. 2004). À Guam, la poterie la plus ancienne, caractérisée par des décors pointillés et des cercles estampés, souvent rehaussés d’un remplissage de chaux, est identique à la poterie des sites de la vallée de Cagayan au nord de Luzon et annonce par ses décors la poterie Lapita. Il se pourrait que Guam et Palau aient été découvertes par des groupes aux origines distinctes, venus du nord des îles Philippines pour Guam et du sud de ce même archipel ou des îles indonésiennes pour Palau (Callaghan & Fitzpatrick 2008).

13Dans cette région, tous les ingrédients sont en place pour un peuplement de l’Océanie vierge, et les données assez précises dont nous disposons aujourd’hui permettent d’entrevoir les modalités probables de cette expansion austronésienne ancienne : une dynamique de peuplement stratifiée, caractérisée à la fois par un diffusionnisme local et régional à partir de Taiwan associé à des explorations de territoires lointains sporadiques (Clarck et al. 2010).

14Le néolithique de l’ASEI est assez difficilement identifié par la poterie, et en particulier la poterie à engobe rouge, mais comprend une grande variété de formes et de motifs interdisant d’associer de façon évidente la culture matérielle des différentes régions. L’originalité du style de la poterie Lapita, au contraire, induit un lien évident entre les sites, de l’archipel de Bismarck jusqu’à Tonga. Enfin, une grande partie de l’expansion des Austronésiens du Lapita se fait à travers les îles vierges de l’Océanie lointaine, augmentant la visibilité de ce phénomène culturel. Le Lapita est donc souvent perçu comme l’expression idéale de la dynamique austronésienne en Océanie insulaire.

15Le déclencheur de ces voyages rapides et lointains dans des mers inconnues pourrait avoir été le climat (Oppenheimer 1998, Bird 2004, Anderson 2005 : 40). Entre 4500 et 3700 BP des fluctuations climatiques majeures ont entraîné des sécheresses importantes dans le Nord et des inondations catastrophiques dans le Sud de cette partie du monde. Ces perturbations pourraient être à l’origine d’une reconfiguration du paysage social dans des milieux particulièrement vulnérables.

Dynamiques et modèles

16L’archéologue australien Peter Bellwood (2002, 2006, 2011) a tenté de synthétiser les apports de l’archéologie, de la linguistique et de la génétique pour modéliser l’expansion austronésienne. Son modèle « Out of Taiwan », plus connu aujourd’hui sous la dénomination de « Farming and Language Dispersal Hypothesis » (FLDH) stipule que des migrants de langue austronésienne naviguent à travers l’Asie du Sud-Est et le Pacifique avec une langue et une culture héritée de leurs ancêtres de Taiwan. Ils cultivent riz et millet, élèvent des porcs et des chiens, fabriquent des poteries à engobe rouge parfois décorées d’incisions ou d’impressions, des haches de pierres et des objets de parure en coquillage. Enfin, ils maîtrisent la construction navale et la navigation hauturière. Dans son modèle, le moteur de l’expansion est celui proposé par Renfrew (1996) pour expliquer le processus de néolithisation de l’Europe et par Cavalli-Sforza (1988). Pour ces derniers, il y a un lien de cause à effet entre l’apparition des sociétés agricoles et les dernières grandes migrations humaines. Bellwood défend qu’une augmentation rapide de la démographie à Taiwan résultant de l’opulence de l’économie néolithique provoque une diaspora, à travers l’Asie du Sud-Est insulaire, des populations de langue austronésienne au détriment des populations de chasseurs-cueilleurs déjà installées dans les îles. La situation est un peu différente dans le Pacifique quand les migrants atteignent les archipels vierges de l’Océanie lointaine, à partir du sud de l’archipel des îles Salomon.

17Certains chercheurs ont opposé à ce modèle phylogénique un modèle de diffusion réticulée impliquant que les Austronésiens d’aujourd’hui sont le résultat d’une dynamique complexe d’échanges, d’emprunts et de mouvements au sein de réseaux culturels ou économiques plus ou moins développés dans les îles d’ASE dès le début de la période néolithique (Monnerie, ce volume). Bulbeck (2008) et Sather (2006) suggèrent, par exemple, que les Austronésiens anciens alliaient, comme certains nomades marins de l’ASEI contemporaine, une maîtrise du monde aquatique et une économie diversifiée, basée à la fois sur la cueillette, la chasse, l’horticulture et l’agriculture, qui auraient favorisé, au cours du temps, des adaptations locales originales. Ils rejoignent en cela l’hypothèse formulée par Cavalli-Sforza et al. (1988 : 6006) à propos des nomades des steppes:

Pastoral nomadism, coupled with new social structures and with new techniques of transportation and warfare, mostly using the horse, supported the expansions in which the steppe nomads have been major actors until very recently and for several millennia. A rapid expansion can be viewed as a punctuationist episode in evolution, and such events are likely to occur repeatedly in general and not only in human evolution.

18Les avancées récentes de la recherche archéologique et les résultats des études génétiques et linguistiques conduisent aujourd’hui à revoir ces modèles ; l’objectif étant de comprendre, à la fois, les modalités de ces mouvements migratoires et les raisons qui ont pu conduire au remplacement linguistique sur un territoire aussi étendu. De nombreuses voix se sont élevées récemment pour signaler la difficulté à placer les découvertes tant en archéologie qu’en génétique mais aussi en linguistique dans le cadre du modèle FLDH (voir par exemple Szabo et al. 2004, Donohue et al. 2011, Blench 2011). Beaucoup de ces propositions intéressent la phase initiale de l’expansion austronésienne en Asie du Sud-Est plutôt que son extension mélanésienne représentée par la colonisation Lapita. Ces auteurs (Blench 2011, Spriggs 2011) notent que la situation pendant le néolithique en ASEI paraît plus complexe, les cultures plus diverses, et ne semble de ce fait pas correspondre au modèle de remplacement des chasseurs-cueilleurs par les fermiers néolithiques taiwanais. La faiblesse la plus apparente du modèle FLDH porte sur la difficulté à identifier les traces d’une diffusion de nouvelles techniques agricoles ou de cultivars. Le riz, qui forme avec le millet la base de l’agriculture néolithique à Taiwan, est, à ce jour, quasi absent dans les sites néolithiques des Philippines et de l’archipel indo-malais. Il en est de même pour l’outillage associé à ces cultures, en particulier la houe présente à Taiwan et en Chine du Sud mais pas plus au sud. Enfin, les traces d’une faune domestique sont également trop limitées et quand elles sont disponibles suggèrent plutôt une introduction plus ancienne, directement du continent asiatique. C’est le cas en particulier pour le cochon dont l’origine est probablement le Vietnam (Larson et al. 2007). Un cochon domestique existe bien à Taiwan et dans le nord des îles Philippines (Piper et al. 2009), mais il n’a jamais été trouvé plus au sud. D’une façon générale, le cochon est absent des sites austronésiens les plus anciens, une situation que l’on observe également pendant la première phase de la colonisation Lapita.

19La linguistique enfin, que nous n’évoquons ici que pour mémoire car elle nécessiterait un article à part entière (pour une discussion des données récentes en Asie du Sud-Est, voir par exemple Blench 2011 ou Donohue & Denham 2010) ne permet pas aujourd’hui d’éclairer le débat sur les voies migratoires austronésiennes dans ces îles. Il est en particulier difficile d’expliquer les raisons du remplacement quasi total dans cette région des langues locales par des langues austronésiennes. Blench (2011) note par exemple que dans la mesure où les Austronésiens adoptent le mode de subsistance des populations qu’ils rencontrent, il semble illogique que leur langage ait remplacé la plupart des autres langues locales. La substitution des anciennes populations, suggérée par Bellwood, ou la diffusion d’un nouveau système social élitiste dont la langue aurait été le vecteur, comme le propose Donohue, n’apportent pas de réponse satisfaisante à cette question.

20Il y a en ASEI au début de la période néolithique des interactions entre les îles et le continent asiatique, en particulier le Vietnam, qui précèdent l’expansion des Austronésiens au départ de Taiwan. Oppenheimer en 1998 proposait dans son modèle de peuplement « Eden in the East » que l’origine des Austronésiens se trouvait dans l’ASEI plutôt qu’à Taiwan et que les migrations et interactions à l’intérieur de l’Asie insulaire débutèrent avant l’arrivée supposée des Austronésiens de Taiwan. Il associait cette reconfiguration du paysage culturel aux dérèglements climatiques du milieu de l’holocène, vers 6000 BP. Anderson (2005) défend l’idée de multiples vagues de peuplement durant le néolithique à travers l’ASEI, une première vague migratoire ancienne ayant pu préparer le chemin utilisé plus tard par les agriculteurs austronésiens. Il suggère également que la poterie aurait pu être introduite en Nouvelle-Guinée au milieu de l’holocène par des migrants qui auraient en retour introduit en ASE l’usage de la culture des tubercules (Anderson 2005 : 39). Cette dernière hypothèse est attrayante pour rendre compte de la diversité des céramiques dans le néolithique de l’ASEI.

21Avec la multiplication des recherches archéologiques sur la période néolithique dans la région asiatique émerge l’idée d’une dynamique d’expansion complexe et à plusieurs niveaux. Plusieurs alternatives sont évoquées qui ramènent toutes à une dynamique réticulée, un monde culturellement hétérogène traversé de grands mouvements expansionnistes et de réseaux commerciaux. Le peuplement de la Micronésie occidentale, les tentatives de peuplement des îles japonaises de Yaeyama, au départ de Taiwan ou des îles Philippines, illustrent la maîtrise de la mer de certains groupes austronésiens, mais interrogent aussi sur les raisons de ces grandes traversées. Les mouvements austronésiens à travers l’ASE insulaire et la diffusion de la poterie à engobe rouge signalent la mise en place de réseaux étendus dans un monde insulaire en transformation. Anderson (2005 : 37) identifie deux grandes étapes, dont la plus ancienne ne serait pas austronésienne :

  1. Chine du Sud-Thaïlande-Vietnam-Malaisie puis Bornéo avec céramique imprimée (battoir et tressage), peu d’engobe rouge et peut-être pas agricole. Expansion des langues austroasiatiques.
  2. Diffusion de la poterie à engobe rouge, des langues austronésiennes et de l’agriculture à partir de Taiwan vers les Philippines et ailleurs en ASE, puis plus tard en Malaisie et Vietnam.

22Spriggs (2011) souligne avec justesse que notre connaissance du néolithique asiatique ne permet pas aujourd’hui d’avoir une vision claire des processus en cours entre 4500 et 2000 BP. De même, la rareté de sites de plein air bien datés oblitère notre compréhension de l’évolution des cultures au niveau régional.

23Il apparaît aujourd’hui que l’expansion austronésienne en ASE et en Océanie au cours de l’holocène n’est pas un phénomène linéaire et que l’origine et les étapes de cette diffusion sont multiples. Parmi les nombreuses pistes évoquées dans notre chapitre, il nous semble que l’on peut aujourd’hui accepter l’idée que les modalités et peut-être les acteurs du peuplement des îles vierges de l’Océanie lointaine, les Lapita, ne peuvent être directement comparés à leurs ancêtres en ASEI dont ils ne représentent qu’une branche atypique maîtrisant la navigation hauturière, qui a essaimé dans les environnements vierges de l’Océanie insulaire, ouvrant la voie, dans un second temps, aux colons de l’ASEI.

24Il y a donc eu plusieurs modes d’expansion des sociétés austronésiennes, l’un rapide et étendu vers l’est et sans doute aussi l’ouest et l’autre, plus lent et plus diffus, à l’intérieur du monde de l’ASEI. Le premier est représenté en Océanie par les cultures anciennes de Micronésie occidentale et par la période initiale du Lapita et est caractérisé par des voyages rapides et lointains vers des îles dont les ressources n’ont pas encore été exploitées. Les acteurs sont d’origines multiples, le nord des îles Philippines ou les îles à l’ouest de la Nouvelle Guinée (Noury et Galipaud 2011) et ils introduisent dans le Bismarck les ressources animales et végétales qu’ils ont adoptées dans les îles asiatiques (Clarck 2005, Spriggs 2011). Le second mode d’expansion, en ASEI, est caractérisé par l’interaction de migrants austronésiens et de groupes indigènes austroasiatiques ou papous et produit une riche mosaïque culturelle, « a palimpsest on which a whole range of mobile populations imprinted and then partly erased their legacy over time » (Blench 2011).

25En s’affranchissant de la terre à leur départ de Chine, les Austronésiens en devenir ont inventé un nouvel espace culturel, celui des îles, qui repousse les frontières loin en deçà de l’horizon. La liberté durement acquise au cours de l’apprentissage des voyages hauturiers a forgé cette culture et révolutionné le monde insulaire asiatique et océanien.

Bibliographie

Bibliographie

Anderson, A.
2005 «Crossing the Luzon Strait: archaeological chronology in the Batanes Islands, Philippines and the regional sequence of Neolithic dispersal». Journal of Austronesian Studies, 1(2): 25-44.

Athens, J. S., M. F. Dega and J. V. Ward.
2004 «Austronesian colonisation of the Mariana Islands: The palaeoenvironmental evidence». Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, 24: 21-30.

Bellwood, P.
1997 Prehistory of the Indo-Malaysian Archipelago, revised ed. Honolulu: University of Hawai’i Press.
2002 «Farmers, foragers, languages, genes: the genesis of agricultural societies». In P. Bellwood and C. Renfrew (eds), Examining the Farming/Language Dispersal Hypothesis. Cambridge: McDonald Institute for Archaeological Research, p. 17-28.
2011 «Holocene Population History in the Pacific Region as a Model for Worldwide Food Producer Dispersals». Current Anthropology, 52(S4): 363-378.

Bellwood, P., J.-J. Fox and D. Tyron
2006 «The Austronesians: Historical and Comparative Perspectives». The Journal of Asian Studies, 56: 543.

Bird, M.
2004 «Populating PEP II: the dispersal of humans and agriculture through Austral-Asia and Oceania». Quaternary International, 118-119: 145-163.

Blench, R.
2011 «Austronesians or Austronesianisation or why we should take the sociolinguistics of the past seriously». In M.-L. Bonatz (ed.), Proceedings of EurASEAA 13, Berlin 2010. Singapore: National University of Singapore Press, p. 1-20.

Blust, R.A.
1977 «The Proto-Austronesian pronouns and Austronesian subgrouping». Working Papers in Linguistics, University of Hawaii, 9(2): 1-15.

Bulbek, D.
2008 «An Integrated Perspective on the Austronesian Diaspora: The Switch from Cereal Agriculture to Maritime Foraging in the Colonisation of Island Southeast Asia». Australian Archaeology, 67: 31-52.

Callaghan, R. and S.M. Fitzpatrick
2008 «Examining Prehistoric Migration Patterns in the Palauan Archipelago: A Computer Simulated Analysis of Drift Voyaging». Asian Perspectives, 47(1): 28-44.

Cavalli-Sforza, L. L., A. Piazza, P. Menozzi and J. Mountain
1988 «Reconstruction of human evolution: Bringing together genetic, archaeological, and linguistic data». Proceedings of the National Academy of Sciences, 85(16): 6002-6006.

Clark, G., A. Anderson and D. Wright
2006 «Human Colonization of the Palau Islands, Western Micronesia». The Journal of Island and Coastal Archaeology, 1(2): 215-232.

Clark, G., F. Petchey, O. Winter, M. Carson and P. O’Day
2010 «New Radiocarbon Dates from the Bapot-1 Site in Saipan and Neolithic Dispersal by Stratified Diffusion». Journal of Pacific Archaeology, 1(1): 21-35.

Cucchi, T., A. Hulme-Beaman, J. Yuan and K. Dobney
2011 «Early Neolithic pig domestication at Jiahu, Henan Province, China: clues from molar shape analyses using geometric morphometric approaches». Journal of Archaeological Science, 38(1): 11-22.

Donohue, M. and T. Denham
2010 «Farming and Language in Island Southeast Asia». Current Anthropology, 51(2): 223-256.

Fitzpatrick, S. M.
2002 «AMS dating of human bones from Palau: new evidence for a pre-2000 BP settlement». RADIOCARBON, 44(1): 217-221.

Hung, H.-chun, M.T. Carson, P. Bellwood, F.Z. Campos, P.J. Piper, E. Dizon, M.J.L.A. Bolunia et al.
2011 «The first settlement of Remote Oceania: the Philippines to the Marianas: supplementary information on radiocarbon dating of the Nagsabaran site». Antiquity, 85(329): 1-9.

Hurles, M. E., E. Matisoo-Smith, R.D. Gray and D. Penny
2003 «Untangling Oceanic settlement: the edge of the knowable». Trends in Ecology & Evolution, 18(10): 531-540.

Larson, G., T. Cucchi, M. Fujita, E. Matisoo-Smith, J. Robins, A. Anderson, B. Rolett et al.
2007 «Phylogeny and ancient DNA of Sus provides insights into neolithic expansion in Island Southeast Asia and Oceania». Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 104(12): 4834-4839.

Noury A. et J.-C. Galipaud
2011 Les Lapita, Nomades du Pacifique. Montpellier: IRD Éditions.

Oppenheimer, S.
1998 Eden in the East: the drowned continent of Southeast Asia. London: Weidenfeld and Nicholson.

Piper, P. J., H.-C. Hung, F.Z. Campos, P. Bellwood and R. Santiago
2009 «A 4000 year-old introduction of domestic pigs into the Philippine Archipelago: implications for understanding routes of human migration through Island Southeast Asia and Wallacea». Antiquity, 83(321): 687-695.

Renfrew, C.
1996 «Language families and the spread of farming». In D.R. Harris (éd.), The Origins and Spread of Agriculture and Pastoralism in Eurasia. London: University College London Press, p. 70-92.

Sather, C.
2006 «Sea Nomads and Rainforest Hunter-Gatherers: Foraging Adaptations in the Indo-Malaysian Archipelago». In P. Bellwood, J.J. Fox and D. Tyron (eds.), The Austronesians: Historical and Comparative Perspectives. Canberra: ANU E Press, chapter 13.

Spriggs, M.
2011 «Archaeology and the Austronesian expansion: where are we now?». Antiquity, 85(328): 510-528.

Summerhayes, G. R. and A. Anderson
2009 «An Austronesian Presence In Southern Japan: Early Occupation In The Yaeyama Islands». Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, 29: 76-91.

Szabo, K. and S. O’Connor
2004 «Migration and complexity in Holocene Island Southeast Asia». World Archaeology, 36(4): 621-628.

Tryon, D.
2006 «Proto-Austronesian and the Major Austronesian Subgroups». In P. Bellwood, J.J. Fox and D. Tyron (eds), The Austronesians: Historical and Comparative Perspectives. Canberra: ANU E Press, chapter 2.

Tsang, C.H.
2007 «Recent archaeological discoveries in Taiwan and Northern Luzon. Implications for Austronesian Expansion». In S. Chiu and C. Sand (eds), From Southeast Asia to the Pacific. Archaeological perspectives on the Austronesian Expansion and the Lapita Cultural Complex. Taipei : Centre for Archaeological Studies, p. 47-74.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation des principaux sites archéologiques associés à l’expansion des cultures austronésiennes en Asie du Sud-Est Insulaire (d’après Noury et Galipaud 2011 : 25).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 2 : Expansion néolithique de populations à partir de la Chine (1), diffusion des cultures austronésiennes (2,3) et peuplement de l’Océanie par les Lapita (4) (d’après Noury et Galipaud 2011 : 41).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteurs

Archéologue, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement, s’est spécialisé en préhistoire océanienne. Il a mené ses recherches dans de nombreuses îles du Pacifique, où il s’est intéressé aux modalités du peuplement initial, et en particulier à la période Lapita. Il est également connu du grand public pour avoir participé aux recherches sur les rescapés du naufrage de l’expédition Lapérouse à Vanikoro. Depuis 2008, il travaille en Indonésie et à Timor sur l’émergence des sociétés austronésiennes.

Chercheur au Musée National de Préhistoire de Taïwan où elle est responsable du dépôt archéologique du musée. Elle étudie la chronologie néolithique de la côte est de Taiwan à travers la typologie, l’évolution des céramiques et l’analyse spatiale des sites. Depuis 2009 elle s’intéresse plus particulièrement au peuplement néolithique de la baie de Doulan, entre 2400 et 1800 av. J.-C., dans la région de Taitung au sud-est de l’île. Cette étude participe à la problématique plus large des migrations austronésiennes néolithiques entre les îles de l’Asie du sud-est.

Archéologue CNRS depuis 1994 et membre titulaire du CREDO depuis 1998. Ses recherches portent sur l’archéologie navale et les savoirs maritimes en Océanie. Il y a 6 000 ans en effet, des marins austronésiens quittent l’Asie à bord de pirogues à voile. Au cours des millénaires, ils développent les techniques d’une navigation hauturière qui leur permettent de traverser le Pacifique. Pour étudier ces embarcations, Anne Di Piazza analyse les sources écrites anciennes, modélise et simule des trajectoires de pirogues répliquant les routes migratoires des premiers hommes, coordonne des essais en soufflerie de maquettes de pirogues afin de décrire leurs qualités aérodynamiques.

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search