Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud

 | 
Marie Salaün
, 
Barbara Glowczewski
, 
Laurent Dousset

Introduction

Laurent Dousset, Barbara Glowczewski et Marie Salaün

Texte intégral

1Il est incontestable que l’Océanie, ce paradoxal 5e continent composé de milliers d’îles du Pacifique Sud, a constitué depuis le XIXe siècle un terrain fertile pour des théories et modèles fondateurs qui ont été extrapolés et appliqués à l’ensemble des disciplines constituant les sciences humaines et sociales actuelles. Malthus, Morgan, Frazer, Freud, Durkheim ou Lévi-Strauss ont abondamment commenté les ethnographies océaniennes enrichies par les analyses de terrain de Spencer & Gillen, Malinowski, Mead, et plus récemment Godelier, Sahlins, Bell, Weiner ou Strathern. Tous et bien d’autres ont considérablement influencé les débats de fonds des sciences humaines et sociales, en particulier en anthropologie. Les études océanistes françaises ont connu depuis 50 ans une expansion croissante — depuis les territoires français vers d’autres pays — notamment devenus indépendants. Témoigne de l’émergence historique de ces nouveaux terrains et approches le livre collectif, Le Pacifique-Sud aujourd’hui, codirigé par Serge Tcherkezoff et Françoise Douaire-Marsaudon en 1997, dont le titre de la traduction anglaise, The changing South Pacific (2005) insistait sur les transformations en cours de cette « aire culturelle » et géopolitique.

2Ce rôle central de l’Océanie dans la théorisation de l’humain et du social est à l’origine du regard attentif suscité par les travaux inspirés par les sociétés du Pacifique tant chez nos collègues travaillant sur d’autres aires géographiques que chez les jeunes chercheurs qui continuent à s’investir dans cette région du monde. Toutefois, la visibilité politique, diplomatique et militaire croissante des deux puissances régionales que sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ainsi que le déplacement des enjeux géopolitiques et économiques de l’Océanie vers l’Asie, semblent avoir contribué à faire diminuer ces dernières années, aux yeux des tutelles scientifiques en France, l’intérêt que pouvait présenter le Pacifique Sud dans l’analyse et la compréhension d’enjeux sociaux et politiques d’une actualité brûlante. Pourtant nulle part ailleurs qu’en Océanie ne se cristallisent de manière aussi ostensible des problématiques qui articulent diversité linguistique et culturelle au regard de la construction de l’état-Nation. Nulle part ailleurs les questions de propriété intellectuelle, culturelle, matérielle et immatérielle ne se posent-elles de manière aussi complexe et explicite que dans le Pacifique Sud. Le monde contemporain a beaucoup à apprendre des terrains mélanésiens, micronésiens, polynésiens ou australiens, dont les peuples sont souvent amenés à inventer des réponses multiples aux situations extrêmes qui les affectent sur divers plans (social, économique, environnemental). L’Océanie avec sa multitude de situations locales et hétérogènes constitue une sorte de laboratoire d’observation pour le reste de la planète.

3L’apport « historique » des terrains océaniens à la compréhension du monde et l’actualité croissante des recherches, des productions théoriques et heuristiques, ont incité le CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie) et le Réseau IMASIE à organiser une rencontre nationale en 2010 sous l’égide du CNRS et de l’EHESS, dont l’objectif était double. Il s’agissait d’une part de démontrer aux instances scientifiques et politiques françaises l’importance du champ des recherches océanistes dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. D’autre part, il était nécessaire d’établir un état des lieux des recherches francophones dans ce domaine, pour évaluer par nos discussions interdisciplinaires les perspectives intellectuelles, scientifiques et politiques qui devaient être saisies, notamment pour encourager auprès de nos tutelles un soutien aux travaux existants et en prospective.

  • 1 Disponible en ligne à l’adresse http://www.e-toilepacifique.fr/

4L’organisation de ce colloque national déboucha la même année sur la constitution d’un annuaire des chercheurs (statutaires ou non), de leurs champs thématiques et de leurs travaux, source d’un état des lieux représentatif des problématiques et des chercheurs investis en Océanie. Cet annuaire1, géré par le CREDO à Marseille, attira l’attention de la Commission Européenne surprise par la richesse de ce vivier de compétences européennes sur le Pacifique : deux représentants de la CE vinrent expliquer au colloque que n’ayant pas investi jusqu’alors dans la recherche en sciences humaines et sociales dans cette région, ils souhaitaient remédier à la situation. La Direction Générale pour le Développement et la Direction Générale pour la Recherche de la Commission ont effectivement mis en place depuis des mesures — en concertation avec plusieurs centres d’océanistes européens, dont le CREDO — pour identifier et localiser les compétences européennes sur lesquelles elles pouvaient asseoir leurs décisions, et ont ainsi publié en 2012 un appel à projet pour la constitution d’un tel réseau.

5Cet annuaire a permis de dessiner une image plus réaliste du paysage de la recherche francophone en sciences humaines et sociales sur le Pacifique, dont voici quelques éléments. Notons d’abord que 240 personnes se sont inscrites en tant que spécialistes du Pacifique, toutes disciplines des sciences humaines et sociales francophones confondues, et que 163 personnes ont effectivement pu se rendre au colloque organisé en mars 2010, qui comportait 105 interventions scientifiques. Les principales thématiques représentées à ce colloque étaient :

  • la culture et le politique
  • la documentation
  • la culture matérielle
  • l’économie locale et nationale
  • les relations politiques internationales, nationales et régionales
  • les aires culturelles
  • le colonialisme et les conversions religieuses
  • les représentations exogènes et endogènes des Océaniens
  • la littérature et les performances artistiques

6D’autres thématiques furent moins représentées mais sont tout aussi importantes, comme les langues, les savoirs locaux, la parenté et les cycles de vie, l’enseignement et l’éducation, la juridiction et la constitution des nations océaniennes, l’urbanisation et les migrations, la notion de personne, ainsi que les conflits sociaux (ethniques, religieux, politiques) et les violences tant au niveau domestique qu’au-delà. Parmi les problématiques émergentes, soulignées comme priorités, nous avons relevé divers enjeux posés par la relation homme-environnement, les droits et savoirs autochtones, et la construction des démocraties nationales dans des contextes pluriethniques et pluriculturels. Toutes ces questions soulignent la nécessité de dialogues et de collaborations entre les disciplines des sciences humaines et sociales d’une part, et entre les sciences humaines et sociales et d’autres domaines comme les sciences environnementales, la climatologie et la géographie physique (géophysique), d’autre part.

7Les disciplines ou sous-disciplines les plus représentées au Livre Blanc des SHS sur le Pacifique 2010 furent, par ordre décroissant, l’histoire, l’anthropologie, la sociologie, les sciences politiques, la géographie humaine, la littérature, l’archéologie, la linguistique, l’histoire de l’art, la philosophie et les sciences économiques. Bien que moins massivement représentées, d’autres disciplines — le droit, la psychologie sociale, la démographie, la muséologie, les sciences de l’éducation et les ethnosciences — furent aussi mobilisées dans les sessions thématiques.

  • 2 La deuxième édition du colloque « e-toile Pacifique » a eu lieu à Paris en octobre 2013, hébergée (...)

8L’annuaire et le colloque ont également permis de dresser un profil affiné des chercheurs océanistes. Plus de 22 % étaient des Doctorants, 14 % des Maîtres de Conférences, 13 % des Professeurs des Universités ou Directeurs d’études, 10 % des Chargés de Recherche, 8 % des Chercheurs Indépendants, 6 % des Post-doctorants, 4 % des Ingénieurs de Recherche, 4 % des Directeurs de Recherche, et les 19 % restants étaient des chercheurs sous contrats divers et majoritairement non-statutaires. Hormis le fait que plus de 50 % des spécialistes océaniens (doctorants compris) sont dans une situation instable, et pour certains précaires, il apparaît aussi que l’ensemble de cette population est vieillissant, avec un âge moyen des doctorants de 34 ans, des Maîtres de Conférences et Chargés de Recherche de 47 ans et des titulaires de rang A de 58 ans. Une autre caractéristique notable est que, hormis le CREDO à Marseille, centre de petite taille mais exclusivement centré sur des problématiques océaniennes, aucun autre centre de recherche français ne se spécialise spécifiquement sur cette région du monde. La majeure partie des chercheurs est distribuée dans des universités et laboratoires sur l’ensemble du territoire. Ainsi, le vivier des Océanistes, toutes disciplines confondues, est notable, mais difficile à repérer car dispersé dans diverses institutions et pour moitié dans une situation précaire, en contrats à durée déterminée ou à la recherche d’un poste2.

9Au-delà de ces constats généraux sur la recherche océanienne francophone, nous avons décidé de rassembler en un ouvrage qui présenterait, de manière pédagogique et accessible à un public informé, une première sélection des recherches des intervenants au colloque en veillant à restituer aux lecteurs — en particulier étudiants — à la fois l’aspect pluridisciplinaire et les perspectives scientifiques dévoilées par la recherche actuelle. L’objectif est de donner ici un aperçu non exhaustif des questions que le Pacifique pose aujourd’hui aux chercheurs, et de proposer des pistes de réflexion pour le futur. Si le résultat reflète, à l’image du colloque de 2010, prioritairement la recherche francophone, certains des chapitres n’excluent pas une mise en perspective situant cette recherche francophone dans l’ensemble des recherches océanistes au niveau international. Organisé en cinq parties, le livre rassemble les contributions de chercheurs provenant de divers horizons et disciplines, le parti pris étant de proposer une vision en « instantané » de cette décennie, vision qui associe jeunes et moins jeunes chercheurs, actualité des thématiques traditionnelles des recherches océanistes et des champs innovants.

10Les cinq parties de cet ouvrage se déclinent en autant de thématiques d’actualité dans le Pacifique Sud. La première, que nous avons appelée « Déplacement des Frontières », interroge divers fondements disciplinaires de la définition même de l’Océanie : par l’archéologie, la linguistique et la géographie. L’enjeu est de situer le contexte temporel et géographique du peuplement et de l’extension de l’espace océanien.

11Dans leur chapitre, Jean-Christophe Galipaud, I-Lin Wu et Anne Di Piazza présentent et discutent les hypothèses de peuplement pour expliquer l’avancée austronésienne en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique. Ils suggèrent qu’il y a eu plusieurs modes d’expansion des sociétés austronésiennes, l’un rapide et étendu vers l’est et sans doute aussi l’ouest et l’autre, plus lent et plus diffus à l’intérieur du monde de l’Asie du Sud-Est insulaire. Le premier est représenté en Océanie par les cultures anciennes de Micronésie occidentale (Yap, Guam, Palau, etc.) et par la période initiale du Lapita caractérisée par des voyages rapides et lointains vers des îles dont les ressources n’ont pas encore été exploitées. Anne Di Piazza poursuit dans le second chapitre l’enquête sur l’occupation du Pacifique et de ses parties (micronésiennes mais aussi mélanésiennes et polynésiennes) en analysant les divers types de pirogues conçues au cours du temps pour la navigation. Montrant d’abord comment il est possible de proposer des hypothèses historiques à partir d’éléments de la culture matérielle comparée, elle peut ainsi confirmer son hypothèse d’un peuplement tardif de la Polynésie orientale, il y a quelque 900 ans.

12L’archéologie et la linguistique, en particulier historique, sont des disciplines complémentaires, reconstruisant des histoires similaires par le biais de corpus de données et d’analyses distinctes. La linguistique de l’Océanie est, explique Claire Moyse-Faurie dans son chapitre, particulièrement riche et diversifiée, tout en incorporant des principes et des thématiques identiques entre différentes langues. Après une présentation des divers types de recherches entreprises par les linguistes océanistes français, l’auteure analyse de manière comparative, les expressions de la « réciprocité », concept fondamental pour de nombreuses sociétés d’Océanie, démontrant de quelle manière la linguistique peut également dialoguer avec d’autres sciences sociales, telle l’anthropologie.

13Le dernier chapitre de cette première partie interroge la notion même des frontières au sein et autour de l’Océanie du point de vue de la géographie avec Luc Vacher, dont la problématique est celle du découpage du monde et de ses hiérarchies. L’Océanie pose des problèmes particuliers sur ce plan, considérant que l’ensemble de ce cinquième continent n’est pas une masse continentale comme les autres, mais essentiellement une myriade d’îles dans un océan plus vaste que les terres. La conséquence de cet émiettement insulaire pose la question de la représentation de la continuité territoriale. Luc Vacher suggère en effet que si le traçage de frontières sur des cartes ne pose pas de problèmes au niveau mondial, l’opération a toutefois des conséquences importantes sur la perception même des identités et des différences intrarégionales, car elle conditionne la lecture de l’espace.

14La seconde partie, « Particularités océaniennes au regard des modèles de la connaissance », analyse des problématiques de l’ethnographie du Pacifique Sud qui, au-delà de leur ancrage empirique océanien, présentent un intérêt plus large pour les sciences humaines et sociales. Les auteurs interrogent ici les modèles de la connaissance, les typologies, les épistémologies, les ontologies, et leur validité dans d’autres contextes. Quatre problématiques générales sont analysées dans cette partie : la culture matérielle, l’art, les échanges économiques et les questions du genre.

15Processus de transformation de la matière ou comportements de consommation des objets déjà produits, l’étude de la culture matérielle apporte, comme le montre Pierre Lemonnier dans son chapitre, des éclaircissements sur les systèmes de pensées et les organisations sociales difficiles à identifier sans reconnaître le génie créateur du retraitement de la matière propre à chaque société. Ce domaine touche à l’ensemble des champs sociaux, des questions de genre jusqu’à celle du rituel, en passant par la communication non verbale. Dans ce contexte, les recherches océanistes se distinguent par la qualité et la quantité des travaux qui y ont été entrepris et par la diversité des situations économiques, politiques et historiques caractérisant les sociétés du Pacifique contemporaines.

16De même, expliquent Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini dans leur chapitre, aucune région du monde n’a contribué autant que l’Océanie à l’essor de l’anthropologie de l’art. Ici encore pour deux raisons majeures : d’une part la quantité et la qualité des travaux ethnographiques depuis le début de la discipline à aujourd’hui, et d’autre part les apports théoriques qu’à partir de cette région très hétérogène les chercheurs de tous pays ont produits pour le reste du monde. Les auteurs recensent de manière critique plusieurs approches qui ont marqué le champ d’investigation, dont la sémiologie, l’esthétisme ou encore les études qui conçoivent les productions artistiques comme des agents. Les auteurs montrent également que ce champ d’investigation éclaire les transformations sociales avec le rôle qu’occupe l’analyse de l’art dans l’étude des constructions d’identités ethniques ou des processus d’interaction culturelle.

17Un des plus anciens thèmes de recherche de l’anthropologie de l’Océanie, celui des échanges, fait l’objet du chapitre de Denis Monnerie. En synthétisant les différentes approches et travaux des chercheurs qui ont analysé les questions de l’échange en Océanie, l’auteur montre comment les ethnographies particulières donnent lieu à des théorisations diverses mais qui toutes intègrent le domaine économique dans d’autres considérations sociologiques, notamment celles qui ont trait à l’espace et à la temporalité, ou encore aux usages et aux valeurs sociales. Dans tous les cas, l’échange apparaît comme une donnée fondamentale, en particulier en Mélanésie, qui nécessite des définitions minutieuses des concepts appliqués afin de rendre compte de réalités socio-culturelles diverses, tout en considérant le caractère relatif et localisé des pratiques et représentations en fonction de leur milieu d’origine.

18Le dernier chapitre de cette partie est consacré aux questions de genre que Pascale Bonnemère présente d’abord comme les « formes sociales que revêtent les relations entre les hommes et les femmes », approche générale qui est affinée et complexifiée au long du chapitre en mettant en perspective l’objet d’étude avec les théorisations progressives qui ont été proposées à son sujet. S’intéressant d’abord aux divisions sexuelles des tâches et des domaines, les recherches, comme le montre l’auteure, se sont par la suite complexifiées en intégrant les questions de la domination pour enfin embrasser l’analyse des notions plus transversales comme la personne ou le corps. Tout comme la culture matérielle, l’art et les échanges traités dans cette partie de l’ouvrage, les questions du genre sont fondamentales car elles traversent tous les domaines du social qui, comme le souligne Pascale Bonnemère, ne peut être conçu comme une collection d’individus répartis en des sous-ensembles. La partition sexuelle des activités sociales, particulièrement en Mélanésie, et la porosité de cette opposition au niveau symbolique, mythique et rituel offrent une grande richesse de variétés pour la comparaison entre sociétés du Pacifique et au-delà.

19La troisième partie, intitulée « Décolonisation des regards » interroge les conditions historico-politiques des mutations sociales et culturelles qui dans les pays anglophones ou francophones du Pacifique ont forcé nos disciplines à critiquer le regard ethnocentrique ayant présidé à leur formation. L’un des objectifs des sciences humaines et sociales est de penser le paradigme qui a déplacé les valeurs (scientifiques ou autres) associées à la fondation et à la filiation des disciplines au regard des valeurs promues par les gens dont nous étudions les pratiques et les discours. L’une des questions posées est : comment les sociétés peuvent-elles gérer différents systèmes de valeur sans que cela ne conduise à la domination totale d’un système par un autre ? La mise en réserve des objets et des savoirs du passé — comme celle des populations — menace toujours d’un décret de mort ce qu’elle prétendait préserver. Jessica De Largy Healy et Barbara Glowczewski, à partir d’exemples australiens et polynésiens, abordent la question sous l’angle de la réappropriation par les populations concernées de leur patrimoine matériel et immatériel tel que collecté (depuis l’époque coloniale) et présenté aujourd’hui dans les musées ou d’autres espaces notamment sur Internet. Ces collections et d’autres archives sont réinterprétées par la mise en valeur engagée par les populations locales, individuellement par leurs pratiques artistiques ou éducatives, ou collectivement par la patrimonialisation nationale. Les formes sont multiples, allant des expositions et collaborations avec les institutions et les chercheurs, aux divers sites et banques de données sur Internet. L’Océanie propose une effervescence de production de valeurs qui renouvelle la définition des autochtonies locales comme processuelles — et non figées dans des traditions immuables — mais aussi comme stratégies transnationales d’affirmation des cultures et souvent de la souveraineté.

20L’histoire des sciences humaines et sociales est en constante réévaluation du marché du patrimoine en tension avec les valeurs singulières et subjectives — parfois conflictuelles — qui lui sont attachées selon les publics : population sur place ou en diaspora et réseaux transnationaux militants pour la préservation des cultures, tel le Festival des Arts du Pacifique Sud.

21L’enjeu politique de la relativité ou de la reconnaissance des valeurs culturelles s’applique aussi à d’autres disciplines, notamment l’analyse des médias et performance studies, la littérature et les postcolonial studies, et à la manière dont ces disciplines récentes et d’autres plus classiques sont amenées à prendre en compte la voix des populations que nous étudions. Pour cela, toutes sont conviées à analyser leur visibilité, quitte à utiliser elles-mêmes une méthode ethnographique pour rendre compte des réalités de terrains. Estelle Castro, spécialiste de littérature aborigène, propose ici une analyse des festivals autochtones qui se déroulent soit dans le Pacifique (par exemple le Festival du Dreaming en Australie), soit avec des représentants de ces populations dans d’autres régions du monde, qu’ils soient invités (comme les Aborigènes en France) ou en diaspora (les Māori au Royaume Uni). Elle développe le concept d’axio praxis pour analyser les performances festivalières autochtones et examiner comment les festivals permettent aux Océaniens autochtones d’injecter un message politique, leur intentionnalité et leur créativité dans la sphère publique.

22 Benoît Trépied passe en revue la production anthropologique relative aux sociétés de Nouvelle-Calédonie, qui a longtemps omis ou dénié les effets de la colonisation française — dont la résistance kanak — du fait d’un clivage idéologique et simpliste opposant les colons et les Kanaks confinés dans des réserves jusqu’en 1946. Il montre le changement impulsé par la prise de parole Kanak, qui a obligé les chercheurs à se positionner autrement dans leurs travaux, à prendre en compte leur histoire et organisation politique dans une approche ethnolinguistique, à analyser la frontière coloniale, comme une zone grise faite de circulations et de malentendus, un espace ambigu toujours en devenir dans des complexités nouvelles, ce dont l’auteur donne l’exemple à partir d’entretiens recueillis sur son propre terrain.

23 Natacha Gagné analyse l’investissement d’un espace particulier par les Polynésiens aujourd’hui : le marae. Si la comparaison qu’elle propose entre Tahiti et Aotearoa est a priori osée, tant l’investissement (physique, affectif, symbolique, etc.) est différent sur ces deux terrains, Natacha Gagné montre à travers différents exemples comment le marae sert de cadre pour (re)penser l’entre-soi et faire face au monde extérieur. Lieux cruciaux en ville pour la résistance aux effets de la colonisation et de l’urbanisation, les marae sont des lieux importants pour le maintien et l’actualisation des relations sociales entre les Māori vivant en ville, entre les Māori citadins et les Māori ruraux, entre ceux vivant en Nouvelle-Zélande et ceux vivant outre-mer, et finalement entre les Māori et leurs amis et alliés non māori. À Tahiti, les marae, un temps désertés puisque déclarés incompatibles avec les christianisations, sont désormais le lieu focal de la résurgence de pratiques et références culturelles anciennes ou « traditionnelles » — à côté de la danse et du tatouage — et de l’affirmation d’une identité qui prend ses distances avec les référents coloniaux, une identité enracinée dans la terre des îles, une identité mā’ohi.

24Les questions environnementales occupent une importance croissante dans la vie des habitants du Pacifique, et, partant, dans les projets et questionnements scientifiques. Réchauffement climatique et catastrophes naturelles (éruptions volcaniques, tremblements de terre, tsunamis etc.) ne relèvent pas seulement de la géophysique ou de la météorologie ; ils articulent aussi des systèmes ouverts et complexes dans lesquels les interactions humaines et sociales sont des facteurs centraux qui sollicitent les chercheurs en sciences humaines et sociales tant sur le long terme que dans les situations d’urgence. La quatrième partie de l’ouvrage aborde une problématique particulièrement complexe de ces champs d’investigations dits « environnementaux » : la biodiversité. Les enjeux sont soulignés dès le chapitre de Céline Castets-Renard qui recense de manière critique des modèles de protection et de valorisation de la biodiversité permettant d’articuler la tension systémique entre volonté de développement et volonté de protection ou de préservation. L’auteur discute les deux textes internationaux qui doivent assurer ce double objectif de valorisation et de protection de la biodiversité (la Convention sur la biodiversité et la Convention de Montego Bay), tout en démontrant les limites de ces dispositifs et les possibles pistes qui permettraient de mieux les adapter au contexte océanien.

25Si des dispositifs juridiques sont nécessaires, c’est que la biodiversité est source d’enrichissement économique pour les entreprises cosmétiques et pharmaceutiques, souvent internationales, mais également pour les habitants des pays concernés. Le chapitre de Nathalie Hilmi et ses co-auteurs — résultat d’une recherche collective en Océanie — recense ces problématiques en examinant plus particulièrement les conséquences économiques de la dégradation des récifs coralliens. Les auteurs questionnent la gestion des impacts environnementaux et aussi d’évaluation des conséquences des diverses dégradations sur les populations du Pacifique. Ils soulignent la multiplicité des acteurs qui, impliqués dans cette gestion, tentent d’articuler exploitation et développement des récifs d’une part, et leur protection d’autre part. Dans ce contexte, l’évaluation économique des « services écosystémiques coralliens » tient une place importante, pour laquelle les auteurs présentent différentes approches méthodologiques.

26 Elsa Faugère ouvre son chapitre sur l’émergence d’un « business de la biodiversité » dont témoigneraient les vastes expéditions naturalistes aujourd’hui menées dans le Pacifique et ailleurs grâce au mécénat d’entreprise. Que nous disent ces nouvelles relations entre « science » et « finance » sur les liens qui se tissent désormais entre entreprises, recherche et sociétés sur fond de désengagement de l’état ? Quelle est la signification anthropologique du développement du mécénat en France et de son nouveau langage écolo-nomique, où la biodiversité est vue comme un portefeuille d’investissement ? Le Pacifique Sud, frappé de plein fouet par ce que les spécialistes ont nommé « la 6e crise d’extinction des espèces » est un lieu privilégié pour comprendre comment ces alliances inédites jettent les bases d’un développement durable et d’une « écologisation » de la société. Elsa Faugère le démontre en exposant les résultats d’une enquête menée auprès des acteurs de l’expédition Santo au Vanuatu en 2006 considérée comme « la plus ambitieuse mission naturaliste de tous les temps », montrant comment ces alliances inédites jettent les bases d’un développement durable et d’une « écologisation » de la société.

27La cinquième et dernière partie, « Souveraineté et Citoyenneté », interroge le déploiement de nouvelles formes d’appartenance collective, de la problématique de la citoyenneté dans le cadre d’états émergents formellement indépendants (Vanuatu, Papouasie Nouvelle-Guinée, Fidji, les îles Salomon etc.), et le rapport entre minorités et majorités ethniques nationales et locales en Australie, Nouvelle-Calédonie ou Hawai’i, dont la présence autochtone (minoritaire ou majoritaire face aux anciens colons ou nouveaux arrivants) oblige les citoyens à une redéfinition du lien de concitoyenneté et les chercheurs à penser les conflits engagés dans ces processus.

28 Martin Préaud et Laurent Dousset soulignent le flou sémantique autour des politiques du gouvernement australien visant à reconnaître des droits aux Aborigènes depuis presque un demi-siècle : successivement baptisées politiques d’autodétermination, d’autogestion puis de réconciliation, ces politiques visant à articuler spécificité culturelle et universalité des droits du citoyen australien sont dites désormais « de reconnaissance », sans que la succession des dénominations ne préjuge de leur efficacité en termes de réduction des inégalités économiques et sociales. Cette reconfiguration du lien de concitoyenneté est contemporaine d’une redéfinition des conditions du travail de l’anthropologue, redéfinition qui concerne aussi bien ses objets (exit les « sociétés traditionnelles ») que ses méthodes (exit l’autorité de l’ethnographie coloniale), redéfinition qu’elle alimente, voire qu’elle impose. Martin Préaud et Laurent Dousset ont choisi de privilégier deux aspects clés de ces politiques de reconnaissance — les organisations autochtones et les procédures légales concernant le foncier — pour faire la lumière sur les implications pour la recherche des nouvelles exigences politiques d’une « expertise » anthropologique prise dans les contradictions de la participation à des processus politiques envers lesquels elle ne peut produire qu’un discours critique.

29C’est également par le recours à la comparaison, cette fois-ci entre Hawai’i et la Nouvelle-Calédonie, que Marie Salaün analyse le devenir d’une institution importée par la colonisation dans le Pacifique : l’école. Lieu de ségrégation avant de devenir l’instrument privilégié de l’assimilation au lendemain de la seconde guerre mondiale au nom de « l’égalité » citoyenne de l’idéal démocratique occidental, elle a été sévèrement mise en cause par les mouvements souverainistes autochtones sur ces deux terrains il y a une quarantaine d’années, accusée d’une part de faillir à sa mission de promotion de l’égalité des chances, et d’autre part de contribuer à la disparition des langues et des cultures locales. En réponse à cette contestation, les pouvoirs publics se sont engagés à soutenir, avec plus ou moins de conviction, un ensemble de réformes visant à transformer langues et cultures autochtones en véhicule et contenu d’enseignement. Marie Salaün interroge la portée de cette prise en compte des langues et cultures autochtones en contexte scolaire pour le mot d’ordre de « décolonisation » de l’école aujourd’hui.

30 Éric Wittersheim, pour sa part, discute de manière critique l’extension à l’Océanie de cadres conceptuels forgés pour d’autres contextes, à la faveur des graves problèmes politiques survenus simultanément à Fidji, aux Îles Salomon, et en Papouasie-Nouvelle-Guinée au tournant des années 2000. Analysant les termes de l’article fondateur de Patrick Reilly sur « l’africanisation du Pacifique » en 2000 et les critiques justifiées que ce texte a provoquées, l’auteur resitue le déploiement de raisonnements qui, de généralisations en analogies abusives, du recyclage de concepts en vogue dans les institutions internationales (weak et failed states) à la construction de paradigmes ad hoc (la Mélanésie comme « arc d’instabilité »), et sur fond de reprise en main des micro-états insulaires par les puissances régionales, ont masqué la résistance économique et la créativité sociale de ces états. Sa démonstration sur la sous-évaluation de certaines réussites de gouvernance dans les pays mélanésiens invoque l’impérieuse nécessité d’une production scientifique de qualité sur cette région du monde.

31Les enjeux de la biodiversité, les déplacements d’hier et d’aujourd’hui, les échanges et les conflits économiques, l’éducation, le genre, l’art ou encore l’affirmation des voix autochtones dans le contrôle de leurs systèmes de savoir, de leur patrimoine ou de leur destin politique, sont quelques exemples des problématiques abordées dans cet ouvrage. Elles démontrent — à partir de nombreuses recherches de terrain analysées en termes comparatifs — ce qui fut souligné dès les premières lignes de cette introduction : les recherches dans le Pacifique Sud, qui ont historiquement suscité des théories parmi les plus sophistiquées et déployées hors de cette aire, continuent à être en première ligne et même à l’avant-garde des sciences humaines et sociales en produisant des données et s’appuyant sur un vivier de jeunes et moins jeunes chercheurs de très grande qualité. Cet ouvrage démontre, selon nous, la nécessaire rupture avec une forme de science qui par la conceptualisation à outrance de modèles détachés des situations de terrain en oubliait l’objectif premier : celui de pouvoir comparer des situations de terrain, aussi diverses soient-elles. Les particularités locales ne sont pas en opposition avec la capacité comparative inhérente aux sciences sociales et humaines.

32Un des enjeux contemporains des sciences humaines et sociales est de comprendre la cohérence de ce qui, selon les habitants d’un lieu — ou ceux qui s’y réfèrent dans l’exil — fait « système », les distinguant d’autres. Système n’est pas entendu ici au sens d’une reproductibilité atemporelle, mais, de ce qui, tout en se référant à des savoirs hérités d’une « tradition » (y compris la tradition scientifique), résiste comme agencement dynamique permettant aux acteurs collectifs de « tenir » une singularité. Celle-ci peut souvent ne tenir qu’à se reconstruire régulièrement, ou selon les contextes, par-delà les contingences historiques et la violence des transformations sociales (économiques, politiques, environnementales, et aussi psychiques et religieuses) que les groupes concernés ont subis avec la colonisation jusqu’aux flux constants de la globalisation actuelle. Il n’est pas seulement question de « mémoire » ou de « résilience », mais bien de la structuration de l’intimité des collectivités, qui, quoique leur trajectoire ait été considérablement infléchie par des expériences coloniales particulières, ont également gardé une historicité propre dans leur tentative de traverser les moments difficiles au mieux de leurs intérêts matériels et spirituels. Face à cet impératif, les chercheurs sont eux-mêmes confrontés à un examen critique de leurs traditions disciplinaires — souvent teintées d’ethnocentrisme colonial voire d’un renouveau suprématiste. Ethnographier les réponses les plus singulières ne nous voue pas au relativisme culturel mais, au contraire, à tenter de comprendre des formes transversales à l’espace et au temps à l’œuvre dans ce qui non seulement maintient ces singularités culturelles mais encore en fait émerger de nouvelles.

33Les dix-huit chapitres rassemblés ici montrent que la plupart des champs disciplinaires se sont renouvelés au regard des contraintes de la globalisation. Bien des thématiques sont transversales à différents champs, l’interdisciplinarité s’est imposée en stimulant la naissance de nouvelles disciplines — études postcoloniales, subalternes, etc. — qui, plutôt que de remplacer les anciennes, semblent circonscrire un moment critique d’une crise épistémologique qui fait rebondir l’ensemble des Sciences Humaines et Sociales. L’anthropologie du genre par exemple ne peut ignorer les Queers ou LGBT Studies — et certains de nos jeunes doctorants se penchent sur ces questions en Australie ou ailleurs en Océanie. De même les études environnementales doivent tenir compte des Sciences Studies. Cet enchevêtrement des méthodes et des questions propres à chaque discipline reflète aussi à sa façon la complexification des échanges du monde globalisé et du regard multisitué que les chercheurs sont obligés de lui porter avec la circulation tant des informations (Internet) que des populations. Il n’existe plus de terrain « fermé », mais ces traversées du monde en chaque objet n’empêchent pas les études de terrain fines. Au contraire, toute réalité devient observable, mais d’une manière qui ne dichotomise plus le monde en « nous », producteurs occidentaux de discours, et les « autres », anciens colonisés, supposés « primitifs », etc. C’est une hétérogénéité multipliée qu’il s’agit de saisir derrière les processus d’uniformisation, à l’instar du projet écosophique de Félix Guattari qui, à la suite de l’écologie de l’esprit de Gregory Bateson, a appelé à nouer trois écologies — mentale, sociale et environnementale. Si comprendre l’humain ne repose plus sur les anciennes oppositions, ce n’est pas que les différences sont gommées, mais qu’elles se complexifient dans des agencements de subjectivation où chacun est traversé de flux à la fois biologiques, sociaux et technologiques. Le choix des textes ici présentés démontre à sa façon que l’Océanie, tant par son héritage ancestral de diversité sur ces trois plans, que dans ses réponses locales contemporaines, offre aux chercheurs diverses manières de penser cette complexité pour mieux appréhender le monde de demain.

Notes

1 Disponible en ligne à l’adresse http://www.e-toilepacifique.fr/

2 La deuxième édition du colloque « e-toile Pacifique » a eu lieu à Paris en octobre 2013, hébergée par l’EHESS et accueillie par son président Pierre-Cyrille Hautcœur. Avec plus de 150 interventions, cet événement a également été marqué par la présence de disciplines qui n’avaient pas participé au premier colloque, dont l’agronomie, les sciences de l’information, l’ethnomusicologie et la philosophie. Notable fut également la présence de chercheurs francophones provenant de pays non représentés en 2010 – à savoir l’Italie, la Nouvelle-Zélande, le Canada et l’Australie –, ainsi que la participation de nombreux collègues de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie Française. Suite au succès de ce colloque, l’assemblée générale a décidé d’engager des discussions sur la formalisation du réseau.

Auteurs

Maître de conférences à l’EHESS et actuellement directeur du CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie), hébergé par Aix-Marseille Université. Il travaille depuis 1994 en Australie, tout particulièrement avec les groupes dialectaux de Désert de l’Ouest, où il s’intéresse à l’organisation sociale et territoriale, à l’histoire des premiers contacts, aux transformations sociales et aux aspects ontologiques et juridiques de la confrontation avec l’appareillage étatique. Depuis 2008 il effectue également des terrains au Vanuatu sur des questions foncières et politiques, en particulier dans le sud de l’île de Malekula. Il a publié de nombreux articles et chapitres, et rédigé ou co-édite des ouvrages, dont Assimilating Identities (2005, Oceania Monographs), Mythes, Missiles et Cannibales (2011, Société des Océanistes), Australian Aboriginal Kinship (2011, pacific-credo Publications) ou The Scope of Anthropology (avec S. Tcherkézoff, 2012, Berghahn).

Anthropologue, directrice de recherche au CNRS, membre du Laboratoire d’Anthropologie sociale (Collège de France), et Adjunct Professor à James Cook University (Australie). Elle enseigne et dirige des étudiants à l’EHESS (Paris). Elle travaille avec les Aborigènes (Désert central, Kimberley, Palm island) depuis 33 ans sur les rites et les formes de créativité artistiques et sociales, notamment dans les revendications pour la justice. Auteur de nombreuses publications et productions numériques, elle a monté en 2012 le LIA (CNRS/JCU) « TransOceanik — Interactive research, mapping, and creative agency in the Pacific, the Indian Ocean and the Atlantic ». En 2013, elle a été Professeur invitée à UFSC (Brésil).

Professeur à l’Université de Nantes, chercheuse au Centre de Recherche en Éducation de Nantes (EA 2661). Ses travaux portent sur l’histoire coloniale et postcoloniale des systèmes éducatifs dans le Pacifique, plus particulièrement sur les terrains de décolonisation inachevée que sont la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Hawai’i. Elle a publié, aux Presses Universitaires de Rennes, L’école indigène. Nouvelle-Calédonie. 1885-1945 (2005) et Décoloniser l’école ? Hawai’i, Nouvelle-Calédonie. Expériences contemporaines (2013).

© pacific-credo Publications, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540