Version classiqueVersion mobile

Mauss à Samoa

 | 
Serge Tcherkézoff

I. 1. Le fait social total. La première étape de l'anthropologie holiste française

Chapitre 2. La prestation totale et la fondation de l’« anthropologie »

Première conclusion sur l’énigme du don (l’obligation)

Texte intégral

1Mauss développe surtout l’idée du fait social total en conclusion de son travail. Mais, pour annoncer le thème de l’Essai, il utilise la notion de « prestation totale » et il définit un « système des prestations totales ».

1. Prestation totale : prestation de groupe

1.1. Le groupe total

2L’idée de totalité désigne le niveau analytique où les faits observés laissent voir leur caractère « social ». Une fois ceci admis, il devient logique de trouver sous la plume de Mauss, dans l’Essai, l’expression de « prestation totale ». C’est une prestation qui n’est pas individuelle, mais le fait d’un groupe. Le mot devient simplement synonyme de : prestation faite par un « clan », une « famille », donnée collectivement ou par un individu qui représente à ce moment-là tout le groupe :

Il y a prestation totale en ce sens que c’est bien tout le clan qui contracte pour tous, pour tout ce qu’il possède et pour tout ce qu’il fait, par l’intermédiaire de son chef.

3Ou encore, à propos des échanges où l’on rivalise de générosité (« potlatch ») :

  • 27 À propos de ce passage, Maurice Godelier aussi s’est interrogé sur le sens donné par Mauss à l’exp (...)

ce principe de l’échange-don a dû être celui des sociétés qui ont dépassé la phase de la « prestation totale » (de clan à clan, et de famille à famille) et qui cependant ne sont pas encore parvenues au contrat individuel pur, au marché où roule l’argent, à la vente proprement dite […] (Essai : 152, 227)27.

4Dans Psychologie-sociologie, texte écrit en 1924, juste avant l’Essai, Mauss discute des représentations collectives ; il dit de ces sentiments qu’ils traduisent le groupe, c’est-à-dire un tout :

Car « participations » de M. Lévy-Bruhl, d’une part, contrastes et tabous de mélange, « oppositions » dirions-nous, d’autre part, – tout aussi importants que les participations et confusions – sont des manifestations de « totalité ». Les uns et les autres expriment ces agglomérations […] d’idées […] formées et renforcées précisément par la présence du groupe. […] Au fond ils traduisent le groupe, c’est-à-dire un tout […] (Psychologie-sociologie : 302).

5Le fait social total est d’abord le fait du groupe. Il s’oppose à l’acte dont la motivation n’est qu’individuelle (comme le « contrat individuel pur »). Cette opposition est une grille analytique que Mauss conserve dans toute son œuvre (ci-dessous chap. 3).

1.2. L’individu comme un « tout » et la fondation de l’« anthropologie »

6Mais pourquoi ce terme de « total », alors que celui de « groupe » aurait suffi ? C’est que Mauss y voit le moyen de dire un peu plus, comme il le précise dans le même passage :

[Les] phénomènes de totalité [sont ceux] où prend part non seulement le groupe mais encore, par lui, toutes les personnalités, tous les individus dans leur intégrité morale, sociale, mentale, et, surtout, corporelle ou matérielle.

7Tous les individus participent, et chacun le fait à la manière d’un tout, avec tous les aspects de sa personnalité :

[…] le groupe, c’est-à-dire un tout, un composé d’individus… mais ceux-ci sont eux-mêmes des « touts », et qui pensent et agissent comme tels (Psychologie-sociologie : 302-303).

  • 28 Les trois points sont de l’auteur qui aménage ainsi l’effet de surprise ; on voit aussi que Mauss (...)

8Nous retrouvons dans ce texte de 1924 l’idée qui sera exprimée l’année suivante dans l’Essai : l’« être total », celui dont l’esprit et le corps sont entièrement mus par la pression du groupe (voir ci-dessus chap. 1 § 2). Cette idée n’est donc pas due à une décision unique et sans lendemain visant à étendre un peu le thème de la « prestation totale ». Elle est fondamentale pour Mauss28. En somme, la prestation totale est le fait du groupe, mais un fait porté par chaque individu, sans exceptions, avec la contribution en chacun de tous les aspects de la personnalité.

9D’une part, il n’y a pas de rupture épistémologique derrière cette formule paradoxale où les individus sont des « touts ». Il s’agit des « instincts », « volitions », « idées », « agglomérations formées et renforcées précisément par la présence du groupe » (Psychologie-sociologie : 296, 302). L’individu est un « tout » quand il agit dans le contexte d’un fait social total : ses actes représentent le groupe. Nous sommes dans la continuité de la pensée maussienne.

10Un aspect est nouveau, cependant. La conférence de 1924 est l’occasion, pour Mauss, d’insister sur une plus grande généralité. Non seulement les idées mais toute la psychologie et même la physiologie de l’individu se ressentent de cette surdétermination par le groupe. Alors, l’idée de « totalité » retrouve aussi celle de la réunion, la réunion des aspects que l’on a tendance à analyser séparément. L’étude de « l’homme total », comme dit encore Mauss, c’est celle du « complexus psycho-physiologique total » (Psychologie-sociologie : 304-305).

11Mauss rappelle quelques lignes plus loin l’exemple des classifications droite/gauche, étudié par Hertz en 1909. Ce sont des circonstances, dit Mauss, où sont concernés à la fois « le corps, l’esprit et la société ». C’est là aussi que Mauss trouve approprié de parler d’« anthropologie ».

12Pour les raisons indiquées, il considère que « la distinction du droit et du gauche » est un :

problème psychologique et physiologique, — spécifiquement anthropologique cette fois — et spécifiquement social aussi, par conséquent (Psychologie-sociologie : 303, souligné par l’auteur).

13Ce sont « tous ces faits » qu’il propose « d’appeler des phénomènes de totalité » (ibid., souligné par l’auteur) ; des phénomènes où, à travers le groupe, l’individu participe intégralement.

14On connaît le sujet des classifications droite/gauche étudié par Robert Hertz au début du siècle. L’asymétrie des mains est naturelle chez l’homme, dit-on aujourd’hui dans les sociétés « modernes ». Mais ailleurs, qu’en est-il ? En fait, la société non-moderne s’empare de cette observation, la renforce et la charge de significations multiples. L’individu en ressort plus asymétrique qu’il ne l’était. Par exemple, la collectivité attribue des connotations néfastes à sa main gauche ; puis, elle étend cette notion et fait la même attribution au côté gauche du ciel ou au côté gauche du corps de la victime animale sacrifiée dans une séance de divination, etc. La gaucherie corporelle fait alors sens.

15Pour l’homme-en-société, l’attitude corporelle révèle des idées qui viennent en fait de la pression du groupe. Le corps, l’esprit et la société : voilà l’objet de la nouvelle « anthropologie ». Telle est la définition maussienne de la discipline à laquelle nous appartenons aujourd’hui, depuis ces années 1920.

2. Trois caractéristiques de la prestation totale : le groupe, le niveau du tout, l’obligation

16Nous pouvons mieux comprendre maintenant certains des sous-entendus dans la définition liminaire de la « prestation totale ». Mauss annonce, en introduction de l’Essai, que les prestations qui seront étudiées relèvent d’un « système des prestations totales ». Il donne cette formulation après avoir résumé les trois caractéristiques des prestations qui feront l’objet de l’Essai. Citons chacune de ces trois caractéristiques.

2.1. Le groupe

17D’abord ce ne sont pas des individus, ce sont des collectivités qui s’obligent mutuellement, échangent et contractent ; les personnes présentes au contrat sont des personnes morales : clans, tribus, familles, qui s’affrontent et s’opposent soit en groupes se faisant face sur le terrain même, soit par l’intermédiaire de leurs chefs, soit de ces deux façons à la fois (Essai : 150).

18La première caractéristique est annoncée clairement : ce ne sont pas des individus mais des collectivités.

2.2. Le niveau du tout

19La phrase suivante énonce la seconde caractéristique :

De plus, ce qu’ils échangent, ce n’est pas exclusivement des biens […] des choses utiles économiquement. Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites […] un contrat beaucoup plus général et beaucoup plus permanent.

  • 29 Voir la citation complète ci-dessus chap. 1 § 1 3e citation ; pour « le contrat individuel », voir (...)

20On peut croire qu’il s’agit seulement de l’aspect que nous avons appelé « réunion ». En vérité, Mauss oppose d’une part ce qui est au niveau des « choses utiles économiquement » — utiles pour l’individu (« le contrat individuel pur ») — et d’autre part ce qui est au niveau du tout. L’idée de « permanence » renvoie à celle de sacré : ce qui « qualifie » la société ou le groupe (Essai : 151)29.

2.3. L’obligation

21La phrase qui suit immédiatement formule la troisième caractéristique :

Enfin ces prestations et contre-prestations s’engagent sous une forme plutôt volontaire, par des présents, des cadeaux, bien qu’elles soient au fond rigoureusement obligatoires, à peine de guerre privée ou publique (Essai : 151).

22Mauss n’en dit pas plus. Sur cette troisième caractéristique encore plus que sur la seconde, le rapport avec l’idée de « totalité » n’est pas évident a priori. Mais il le devient dès qu’on fait le lien avec les deux premières caractéristiques. Un don « total » est un don de groupe, envisagé au niveau où les choses sont directement le résultat des représentations collectives. Or, cela fait longtemps que Mauss répète le postulat suivant : un acte défini à ce niveau est obligatoire par nature. Voyons cela de plus près.

3. L’obligation du don : un présupposé de l’Essai plutôt qu’une conclusion

23Évidemment, Mauss ne veut pas en dire davantage dans cette introduction de l’Essai. L’énigme de l’obligation du don doit accrocher l’attention du lecteur, et elle annonce tous les chapitres suivants, particulièrement le chapitre 1 dédié aux exemples polynésiens. Mais le fait que Mauss place cette phrase explicitement parmi les caractéristiques de ce qui compose un « système de prestations totales » dévoile déjà sa pensée — à condition d’avoir en mémoire ses écrits antérieurs comme l’étude sur la magie de 1904. En effet, évoquant dans cette étude le caractère collectif de la religion, il écrivait :

Nous continuons, en effet, à postuler que la religion est un phénomène essentiellement collectif dans toutes ses parties. Tout y est fait par le groupe ou sous la pression du groupe. Les croyances et les pratiques y sont par nature obligatoires (Magie : 83).

  • 30 Mauss parle à ce moment de l’obligation de rendre. Nous verrons au chapitre iv qu’elle constitue p (...)

24Et dans l’Essai, dans l’introduction, Mauss annonce à son lecteur que la raison de l’obligation du don est « la raison morale et religieuse » (Essai : 153)30.

25Autrement dit, la réponse à l’énigme du don, formulée comme l’une des questions centrales de l’Essai — pourquoi l’obligation ? — est donnée d’avance. Si le don est « total », donc fait par un groupe, il est obligatoire « par nature ». Ou plutôt, ceci est le présupposé général, déjà acquis. Car la question que l’Essai entend étudier, celle que Mauss indique dans le « Programme » annoncé au début de l’introduction de l’Essai et dont il souligne les mots, cette question-là est plus précise :

Quelle est la règle de droit et d’intérêt qui […] fait que le présent reçu est obligatoirement rendu ? Quelle force y a-t-il dans la chose qu’on donne qui fait que le propriétaire la rend ? (Essai : 148 ; souligné par l’auteur).

26Mauss entend étudier « la règle de droit et d’intérêt ». Il s’aventure sur le terrain des économistes et veut fournir une réponse en termes juridiques et économiques (droit et intérêt). Il annonce par la deuxième phrase qu’il obtiendra sa réponse dans un contexte encore plus particulier, celui des théories indigènes sur « la force dans les choses ». Mais ces théories seront, pour Mauss, l’expression locale d’une vérité sociologique qu’il connaît bien et qu’il conceptualise depuis vingt ans par le modèle du « mana ». Nous l’avons vu avec Durkheim (1912 : âme totale/ mana individualisé ; contagion du sacré) et avec Mauss (1908 : l’identité du sacré et du social).

  • 31 Pour cette partie de la conclusion, voir Essai : 274-276. La partie « morale » de cette troisième (...)

27C’est à ce niveau de généralité, dans ce modèle de la totalité telle que Durkheim en parle, que se situe l’idée qui sous-tend tout le reste : si une pratique est faite « par le groupe ou sous la pression du groupe », elle est « obligatoire par nature ». L’Essai ne fera qu’illustrer cette théorie et la confirmer sur le plan précis des échanges de dons : si la prestation est « totale », elle est obligatoire. Ainsi, l’explication de l’obligation de rendre qui repose sur les théories locales d’un « esprit » dans les choses (l’exemple maori) est plutôt une confirmation, pour Mauss, que ces prestations sont totales. L’obligation de donner et rendre révèle ou confirme que nous sommes dans une pratique faite « par le groupe ». C’est pourquoi la conclusion finale de l’Essai, la troisième et dernière partie, intitulée « conclusion de sociologie générale et de morale » ne porte pas sur l’esprit dans les choses, mais bien sur la notion de « fait social total » et d’« être total »31.

  • 32 Nous étudierons cette notion au chapitre 6.

28Cette théorie où l’idée d’obligation est une conséquence de la nature « totale » du fait observé est une généralisation préalable32. Elle nous renvoie aux postulats de base sur « l’identité du sacré et du social », sur le caractère a priori circulatoire du sacré (la « contagion »), etc. Elle n’est pas démontrée, mais simplement illustrée au fur et à mesure, quand l’étude de tel ou tel secteur de l’activité sociale révèle la présence de cette logique. Mauss et Hubert ont formulé cette théorie pour la magie en 1904 ; Mauss l’a suggérée encore en étudiant l’origine de la monnaie, en 1914 (voir Monnaie) et nous verrons que Mauss est alors déjà très proche du thème de l’Essai ; il veut le montrer maintenant, en 1925, pour les dons obligatoires.

29Dans l’expression de « prestation totale », nous avons retrouvé l’idée sociologique principale : c’est le fait d’un « groupe », la société entière ou, en l’occurrence, les sous-groupes que sont les clans ou familles. Nous avons vu ensuite que, dire cela, c’est déjà tenir la réponse à l’énigme de l’obligation du don, du moins dans la pensée maussienne. La réponse que l’ethnographie polynésienne nous fournira sera une autre discussion.

30Mais l’utilisation par Mauss de cette belle formule de la « prestation totale » nous entraîne aussi sur un autre terrain. Mauss utilise cette expression pour identifier des étapes historiques dans les formes d’échanges. Nous rencontrons alors le problème de l’évolutionnisme et du comparatisme dans la pensée de Mauss. Il faut clarifier ce problème avant de continuer la lecture de l’Essai.

31Cette discussion nous amènera également à clarifier la manière dont Mauss relie entre elles les différentes obligations qu’il observe : celle de donner, celle de recevoir, celle de rendre. En effet, par moments, celle de donner semble expliquée par le « potlatch », lequel est pour Mauss une étape ultérieure. Comment obtenir alors une cohérence avec l’obligation de rendre ?

Notes

27 À propos de ce passage, Maurice Godelier aussi s’est interrogé sur le sens donné par Mauss à l’expression « prestation totale ». Il note que Mauss emploie à la fois l’idée d’une combinaison d’aspects différents et le fait que les partenaires sont des groupes. Sur ce deuxième aspect, Godelier cite les mêmes mots de l’Essai et il trouve dans les notes de Mauss rassemblées par ses élèves et publiées (Le Manuel d’ethnographie 1947) des citations auxquelles on pourra se reporter (Godelier 1996 : 56-7) ; elles corroborent pleinement celles que nous tirons de l’Essai. Godelier note que le sens utile de la notion de totalité est de désigner le niveau des pratiques qui permet « à la société de se représenter et de se reproduire comme un tout », mais il ajoute que « Mauss utilise rarement le concept de "totalité" en ce sens » (ibid. : 58). Nous avons vu dans le chapitre précédent et nous voyons ici que c’est bien autour de cette idée que Mauss tournait, du moins pour ce qui est de la « représentation » comme un tout. En revanche – et c’est l’aspect principal que vise Godelier à travers tout son livre – il est vrai que Mauss a négligé de s’interroger sur le rôle de l’échange dans la reproduction des unités sociales.

28 Les trois points sont de l’auteur qui aménage ainsi l’effet de surprise ; on voit aussi que Mauss emploie des guillemets pour cette extension inattendue de l’idée de « tout ».

29 Voir la citation complète ci-dessus chap. 1 § 1 3e citation ; pour « le contrat individuel », voir ci-dessus § 1, 2e citation ; pour la « qualification », voir chap. 1 § 2.

30 Mauss parle à ce moment de l’obligation de rendre. Nous verrons au chapitre iv qu’elle constitue pour Mauss la clé de toutes les obligations du don (donner, recevoir, rendre).

31 Pour cette partie de la conclusion, voir Essai : 274-276. La partie « morale » de cette troisième conclusion concerne l’idée que l’échange-don succède à la guerre et arrête cette dernière. La partie principale du message « moral » de Mauss se trouve dans la première conclusion, intitulée simplement « conclusions de morale » (Essai : 258 et ff) ; Mauss appelle à remplacer l’économie du profit individuel par une économie du don et du partage (nous en citerons un extrait dans le chapitre suivant).

32 Nous étudierons cette notion au chapitre 6.

© pacific-credo Publications, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search