Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mauss à Samoa

 | 
Serge Tcherkézoff

Remerciements

Texte intégral

1Le présent ouvrage a été écrit par intermittence au cours des trente dernières années, d’abord à partir des cours que j’ai donnés à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sur l’œuvre de Marcel Mauss au début des années 1980. La première partie a été achevée en 1993-1995 et n’a connu depuis que quelques élargissements, et des adaptations une fois prise la décision de lui adjoindre l’ethnographie du cas samoan. Elle faisait partie d’un projet initial de relecture de Mauss, Lévi-Strauss et Dumont. Le résultat fut hors de proportion pour constituer un seul livre et fut limité à relire Mauss et Lévi-Strauss sur le don. J’ai grandement bénéficié de mon insertion dans l’équipe ÉRASME, dirigée par Louis Dumont puis Daniel de Coppet, puis au Laboratoire d’Anthropologie Sociale dirigé par Françoise Héritier. La deuxième partie a été mise en œuvre ensuite, au cours de mes analyses de la société samoane, et elle fut remodelée plusieurs fois au cours de ces dix dernières années. Je voudrais remercier particulièrement mon laboratoire, le CREDO, constitué à partir de 1995, mais aussi le Gender Relations Centre de l’Australian National University et sa directrice, Prof. Margaret Jolly, et le Macmillan Brown Centre for Pacific Studies de University of Canterbury (Christchurch) et ses directeurs successifs (Dr Ueantabo Mackenzie, Prof. Karen Nero, Dr Malakai Koloamatagi) qui m’ont permis de trouver à de nombreuses reprises un espace propice, loin de mes charges administratives, et la documentation nécessaire pour l’ethnographie samoane. Merci aussi à Simonne Pauwels qui fut une relectrice attentive au CREDO.

2L’étude porte en partie sur le Samoa historique. Mais elle est nourrie, comme on le verra, par l’enseignement acquis sur place durant les années 1980. Mes amis et maîtres samoans qui ont tant compté sont mentionnés en détail dans l’introduction de la monographie qui porte sur le Samoa contemporain (Tcherkézoff 2003) et je ne reprendrai pas ici ces pages. Encore merci à eux : Faafetai ! Faafetai, Aiono Dr Fanaafi, Le Tagaloa Leota Pita, Koke Aiono, Fuimaono Manulua and Faanenefu, Fonomalii Rokeni, Faasavili Siliga, Vaaiga Matua, et tant d’autres.

3Mais tout a commencé il y a plus longtemps encore, avec l’enthousiasme que Daniel de Coppet et Louis Dumont avaient su insuffler au sein du groupement temporaire de recherche du CNRS qu’ils animaient dans les années 1970 (avant de constituer l’équipe ÉRASME) et dans lequel ils m’avaient accueilli en 1976. Tout a commencé avec leur fidélité à Mauss qu’ils citaient si souvent et aussi grâce à leur aide morale et matérielle pour mon premier départ dans l’archipel des Samoa, en 1981, quand j’étais déjà membre de l’EHESS. D. de Coppet avait fait de ce « terrain » la priorité des opérations du groupement pour cette année, et L. Dumont avait obtenu pour moi, du Président de l’EHESS, François Furet, l’autorisation exceptionnelle de partir une année et demi, alors que j’avais intégré cette institution à peine deux ans plus tôt, en 1979. Ce sont des dons qui orientent toute une vie.

© pacific-credo Publications, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr