Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-Propos. La façon de donner

p. 5


Texte intégral

1« L’histoire des étrennes est à la fois simple et compliquée… Pour comprendre la persistance et la généralisation des étrennes, il faut sans doute, au-delà de la petite histoire, atteindre le sens profond de l’institution. « La façon de donner vaut mieux que ce que l’on donne », dit-on en français et toutes les sociétés… semblent être pénétrées de la conviction qu’il vaut mieux acquérir par autrui que pour soi et par soi, comme si une valeur supplémentaire était ajoutée à l’objet, du seul fait qu’on l’a reçu — ou offert — en cadeau. Les indigènes maoris de la Nouvelle-Zélande avaient fondé toute une théorie sur cette constatation : selon eux, une forme magique, qu’ils appelaient hau, s’introduisait dans le cadeau et liait à jamais le donataire et le donateur. À l’autre bout du monde, la légende romaine des étrennes paraît inspirée d’une idée très voisine. Les premières étrennes auraient été celles offertes, sous forme de rameaux verts, au roi sabin Tatius, qui partageait la souveraineté avec Romulus. Ces branchages avaient été coupés dans le bois sacré de la déesse Strenia, d’où le nom latin des étrennes : strenae. Or Strenia était la déesse de la force. Pour les Latins comme pour les Maoris, les cadeaux sont donc des objets qui tiennent de leur nature de cadeau une force particulière. D’où vient-elle donc ?

2En s’obligeant, à certaine période de l’année, à recevoir d’autrui des biens dont la valeur est souvent symbolique, les membres du groupe social rendent manifeste à leurs yeux l’essence même de la vie collective qui consiste, comme dans l’échange des cadeaux, dans une interdépendance librement consentie. N’ironisons donc pas sur cette grande foire annuelle où les fleurs, les bonbons, les cravates et les cartons illustrés ne font guère que changer de main ; car, à cette occasion et par ces humbles moyens, la société tout entière prend conscience de sa nature : la mutualité. »

3 Claude Lévi-Strauss, 19551
« ST — Je crois que vous dites « sau » à propos des cadeaux importants que vous faites ? T — Tu veux savoir sur le sau ? C’est un cadeau qu’il fait particulièrement plaisir de donner. Par exemple le cadeau au Pasteur du village, o le sau o le Faafeagaiga. Tu as aussi les cadeaux faits au grand chef, bon en fait toutes sortes de cadeaux. Ou par exemple tu as fait un nouveau jardin, tu te sens très heureux de ton jardin, très heureux de ce qu’il a produit. Alors, tu te sens très heureux, et tout de suite tu veux donner au chef… »

4Taulapapa (communication personnelle, Samoa, 1987).

Notes de bas de page

1 Courrier de l’Unesco, août-septembre 1955 (republié dans « Comprendre Claude Lévi-Strauss », Sciences Humaines, hors-série spécial no 8, novembre-décembre 2008, p. 23-25).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.