Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Mauss à Samoa

Le holisme sociologique et l'esprit du don polynésien

Monographies

Éditeur : pacific-credo Publications

Lieu d’édition : Marseille

Publication sur OpenEdition Books : 28 mars 2018

Collection : Monographies

Année d’édition : 2015

Nombre de pages : 398


Présentation

La sociologie de Marcel Mauss permet de comprendre la valeur du don dans la société polynésienne de Samoa. L'ouvrage présente d'abord les concepts que Mauss avait élaborés pour fonder une nouvelle sociologie (les notions de « sacré » et de fait social « total », en général et dans leur application à la question du « don »), quelques éclairages sur la manière dont Louis Dumont a continué dans la même direction, et le rapport, fait de filiation mais aussi de ruptures, entre Claude Lévi-Strauss et Marcel Mauss : la question de l'individu dans la société, le symbolisme en général et les notions de type « mana » en particulier. À partir d'une relecture de l'Essai sur le don, une manière de ressaisir l'héritage de Mauss est proposée : la méthode holiste en sciences sociales.

Ensuite, les idées de Mauss sont évaluées sur le terrain polynésien où le don par excellence consiste en une circulation de tissus sacrés. On retrouvera alors les fameuses discussions de Mauss sur l'origine de la notion de « monnaie ». Le don est aussi un rituel efficace : le don des tissus sacrés de Samoa possède l'étonnant pouvoir de « recouvrir la vie » et de « payer la vie » (rites de mariage et de naissance, funérailles, compensation pour meurtre), sans doute parce que ces tissus entretiennent un rapport étroit avec les pouvoirs de fécondité attribués au sang féminin et sont présentés comme un enveloppement matriciel. Il nous renvoie à l'importance, dans tous les systèmes polynésiens, du geste rituel d'enveloppement et à la sacralité des femmes qui sont « responsables », dit-on à Samoa, de transmettre la vie.

Mauss avait ouvert son enquête sur le don par l'exemple de Samoa. On ne s'est pas interrogé sur cette construction, car le dossier présenté était très mince. Près d'un siècle plus tard, on peut dire que Mauss avait choisi la meilleure introduction possible à la question du don comme fait social total.


Sommaire

I. Première partie. L'anthropologie de Marcel Mauss

I. 1. Le fait social total. La première étape de l'anthropologie holiste française

Chapitre 1. Le « fait social total »

Le sacré, le rapport groupe/individu et le modèle de l’« âme ». Première interrogation sur l’« esprit » dans le don

Chapitre 2. La prestation totale et la fondation de l’« anthropologie »

Première conclusion sur l’énigme du don (l’obligation)

Chapitre 3. La prestation totale élémentaire, le potlatch et la comparaison des sociétés

Les « archaïques » et les « modernes » chez Mauss et Dumont

Chapitre 5. La vue lévi-straussienne du fait social total

La question de l’individu et de la conscience

I. 2. Le « mana ». Pourquoi Samoa ? Les « choses à mana »

Chapitre 7. Pourquoi le « mana » et pourquoi le hau ?

Le modèle du « mana » dans l’œuvre de Mauss et le don maori comme « véhicule de mana »

Chapitre 9. Biens utérins et masculins

Une généralisation a posteriori et fautive

Chapitre 10. La lecture lévi-straussienne du « mana » maussien

1947-1950 : fondation du structuralisme, innovation et rupture dans l’anthropologie française

II. Deuxième partie. Le don polynésien. Les nattes fines de Samoa


Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.