Version classiqueVersion mobile

Les conceptions de la propriété foncière à l'épreuve des revendications autochtones : possession, propriété et leurs avatars

 | 
Maïa Ponsonnet
, 
Céline Travési

Les auteurs

Texte intégral

1 David Aubin est professeur de science politique à l’Université catholique de Louvain où il coordonne le master en administration publique et dirige le Centre Montesquieu d’études de l’action publique. Il enseigne l’analyse et l’évaluation des politiques publiques, ainsi que les politiques publiques comparées et la durabilité. Ses recherches font l’objet de publications dans divers ouvrages (par ex. L’eau en partage, PIE Peter Lang 2007 et Multilevel regulation in the telecoms sectors, Palgrave MacMillan, 2013) et revues (par ex. Policy Sciences, Environment and Planning Part C, Environmental Politics, Journal of Public Policy). Elles s’orientent actuellement vers le travail politique des fonctionnaires d’une part, et vers la transition écologique d’autre part.

2 Virginie Bernard est doctorante en anthropologie et histoire australianistes à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et au Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie à Marseille (CREDO). Ses recherches doctorales portent sur les revendications foncières des Aborigènes Noongar dans le sud-ouest de l’Australie Occidentale. Elle s’intéresse aux processus de construction identitaire, politique, économique, sociale et historique des Noongar, face aux exigences de la « tradition » et de la « modernité » auxquelles ils se trouvent confrontés. Elle a publié plusieurs articles sur ces questions, notamment dans Cultures of the Commonwealth et dans E-rea.

3 Marieke Blondet est anthropologue sociale diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris et de l’Université d’Otago en Nouvelle-Zélande. Sa thèse de doctorat, intitulée Samoa américaines et Parc national. Les Impacts sociaux de la protection de la nature aux îles Samoa, a porté sur la création d’un parc national par les États-Unis dans un de leurs territoires associés du Pacifique, les Samoa américaines. Marieke Blondet a étudié les impacts sociaux de la création d’une telle aire naturelle protégée sur des populations villageoises vivant à l’intérieur du parc. Depuis, en parallèle à ses recherches sur les sociétés polynésiennes contemporaines, elle développe une anthropologie de la conservation portant sur la mise en œuvre de politiques environnementales européennes, notamment Natura 2000, dans les forêts françaises. Les dynamiques et stratégies des différents acteurs du monde forestier face à ces politiques publiques, ainsi que la reconfiguration des territoires ruraux sous l’influence des programmes de conservation et gestion durable des ressources, sont au cœur de ses thématiques de recherche. Marieke Blondet est aujourd’hui ATER au Muséum National d’Histoire Naturelle, Département Hommes, Natures, Société et Chargée de recherche INRA au LEF AgroParisTech Nancy. Elle est l’auteur de nombreux articles dans des revues spécialisées telles que Biodiversity and Conservation, Environmental Science and Policy ou le Journal de la Société des Océanistes.

4 Aurélie Condevaux est actuellement chargée de cours à l’Université François Rabelais de Tours, membre de l’EIREST (EA 7337) et associée (B2) au CREDO (UMR 7308). Elle a soutenu en 2011 une thèse de doctorat en anthropologie à l’Université d’Aix-Marseille et au CREDO, intitulée Performances polynésiennes : adaptations locales d’une « formule culturelle-touristique » globale en Nouvelle-Zélande et à Tonga. Dans le cadre d’un postdoctorat au sein du Labex Création Arts et Patrimoines/Musée du Quai Branly (2012-2013) et de deux contrats d’ATER (2011-2012, 2013-2014), elle a débuté une recherche sur la patrimonialisation du lakalaka tongien (forme de discours poétique chanté et dansé). Ces travaux ont fait l’objet de publications dans des revues à comité de lecture (Anthropological Forum, Journal of the Polynesian Society, Ethnology, Teoros, Culture et Musées) et dans des ouvrages collectifs.

5 Julien Dellier est maître de conférences en géographie à l’Université de Limoges et rattaché à l’UMR 6042 CNRS GEOLAB. Ses travaux portent sur la relation société/environnement et plus particulièrement sur les recompositions sociales des territoires en lien avec l’environnement et les stratégies d’instrumentalisation de l’environnement. Après avoir mobilisé cette approche sur différentes aires naturelles protégées en Afrique du Sud et en France, Julien Dellier est actuellement engagé dans des projets de recherche sur la ville comestible, les circuits de proximité et la gentrification rurale.

6 Laurent Dousset est maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et membre du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie à Marseille (CREDO). Ses recherches en Australie, entamées il y a plus de 20 ans, portent sur divers aspects de la vie sociale des Aborigènes du bloc culturel du Désert de l’Ouest. Laurent Dousset s’est intéressé à la parenté et à l’organisation sociale, aux contacts culturels, aux transformations sociales, à la propriété foncière et à la diffusion de traits culturels entre groupes. Depuis 2008, il travaille également au Vanuatu sur les conflits politiques et fonciers et sur les réappropriations de l’« histoire » par les habitants de l’île de Malekula. Il a publié de nombreux articles et ouvrages, dont Assimilating identities (Oceania Publications, 2005) ou Mythes, missiles et cannibales (Société des Océanistes 2011), et codirigé des volumes, dont The scope of anthropology (avec S. Tcherkézoff, Berghahn 2012) et Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud (avec M. Salaün et B. Glowczewski, pcp 2014).

7 Élodie Fache est anthropologue et membre associée du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie à Marseille (CREDO). Elle effectue depuis 2007 des recherches dans le nord de l’Australie sur des initiatives combinant des objectifs de conservation environnementale, de développement économique et d’empowerment autochtone. Sa thèse de doctorat offre une analyse critique des activités dites de « gestion communautaire des ressources naturelles » mises en œuvre dans cette région à partir d’une enquête ethnographique menée dans une « communauté » aborigène du Territoire du Nord associée à une étude du contexte régional, national et international (« Impérialisme économique ou développement ? Les acteurs de la gestion des ressources naturelles à Ngukurr en Australie », 2013). Ses publications récentes rendent compte de son analyse des processus complémentaires de médiation et de bureaucratisation qu’impliquent ces activités.

8 Sylvain Guyot est maître de conférences en géographie à l’Université de Limoges et rattaché à l’UMR 6042 CNRS GEOLAB. Ses travaux en géographie politique de l’environnement portent sur les terrains sud-africains, chiliens, argentins et français. Sylvain Guyot s’intéresse actuellement à la mise en art comme nouveau processus d’instrumentalisation de la nature. Il termine actuellement la rédaction d’une thèse d’habilitation à diriger les recherches Lignes de fronts : l’art et la manière de protéger la nature. Il a également publié plusieurs articles dans des revues de recherche telles Norois, la Revue de géographie alpine, Justice spatiale, ainsi que dans des volumes collectifs.

9 Peter Knoepfel est, entre autres fonctions, professeur honoraire en Droit à l’Université Taras Shevchenko de Kiev et professeur honoraire à la Faculté de Droit, des sciences criminelles et d’administration publique à l’Université de Lausanne. Il est l’auteur et l’éditeur de plus de soixante-dix ouvrages académiques et de plus de deux cent soixante-dix articles et contributions collectives sur la théorie et la pratique de l’analyse des politiques publiques. Ces travaux lui confèrent aujourd’hui une reconnaissance internationale dans le domaine des politiques de l’environnement et du développement durable, des politiques culturelles et des politiques des ressources naturelles. Peter Knoepfel a également enseigné, et il continue à enseigner à temps partiel en tant que professeur invité dans plusieurs universités aussi bien en Suisse qu’à l’étranger (Université autonome de Barcelone, Université de Grenoble, Université Taras Shevchenko à Kiev, Universités de Berne et de Lausanne, ETHZ et EPFL).

10 Clément Marie dit Chirot est docteur en géographie. Après une thèse en codirection à l’Université de Caen et à l’Université Autonome de Puebla (Mexique), il est actuellement ATER à l’Université d’Angers (ESTHUA) et membre associé de l’UMR ESO. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la géographie sociale et portent sur les conflits locaux pour l’appropriation de l’espace dans plusieurs localités touristiques au Mexique. Ses recherches ont notamment fait l’objet de publications dans des revues scientifiques comme Géocarrefour, Espacestemps.net ou Carnets de géographes.

11 Stéphane Nahrath est professeur de science politique à l’Institut de Hautes études en administration publique (IDHEAP) de l’Université de Lausanne, où il enseigne l’analyse des politiques publiques. Ses recherches et publications portent sur l’analyse comparée des politiques environnementales et foncières, d’aménagement du territoire, sur la gouvernance urbaine, ainsi que sur la gestion durable des ressources naturelles (eau, air, sols, paysage, biodiversité) et infrastructurelles (réseaux de transport aérien et ferroviaire). Ses travaux ont été publiés notamment dans les revues suivantes : Revue de la régulation, International Journal of the Commons, Études Rurales, Ecological Economics, Environment and Planning A, Nature, Science, Société (NSS), Swiss Political Science Review, Politische Vierteljahresschrift (PVS), Policy Sciences, Environmental Science and Policy.

12 Mélissa Nayral est anthropologue, actuellement postdoctorante à l’antenne de Nouvelle-Calédonie de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Membre de l’UMR Gouvernance, Risque et Développement (basée à Montpellier) elle travaille actuellement en anthropologie politique sur les enjeux de gouvernance d’une réserve naturelle du Grand Nord de la Nouvelle-Calédonie. Cette recherche s’inscrit dans le prolongement de ses travaux antérieurs sur la vie politique en Nouvelle-Calédonie et plus particulièrement sur l’île d’Ouvéa, qui a fait l’objet de sa thèse de doctorat (CREDO, 2013). Les recherches de Mélissa Nayral ont été l’occasion de plusieurs publications, notamment « Des femmes à la mairie : la loi sur la parité au conseil municipal d’Ouvéa » et « La mémoire des ‘ événements d’Ouvéa’ : parler ou se taire », à paraître en 2015 dans la revue Ethnies ou encore « L’Ordre et la morale : quand le cinéma s’égare dans la coutume » (Journal de la Société des Océanistes).

13 Maïa Ponsonnet est ethno-linguiste, spécialiste des langues dalabon et Barunga kriol (Australie, Territoire du Nord). Après une thèse à l’Australian National University, elle est actuellement en post-doctorat au laboratoire Dynamique du Langage (CNRS, Lyon). Son thème de recherche privilégié est l’encodage linguistique des émotions (The language of emotions : The case of Dalabon, John Benjamins 2014). Dans ce cadre, elle a travaillé sur les descriptions du corps et notamment les notions de possession, d’aliénabilité et d’inaliénabilité (voir l’article « Nominal subclasses in Dalabon », paru dans l’Australian Journal of Linguistics).

14 Rémi Schweizer est chercheur post-doctorant à l’Institut d’études politiques, historiques et internationales (IEPHI) de l’Université de Lausanne. Diplômé en droit et en politiques et management publics, il a soutenu sa thèse en juin 2014 à l’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP). Spécialiste des politiques de l’environnement, il a développé ses recherches dans le cadre de deux projets financés par le Fonds national suisse de la recherche scientifique au sein des PNR 61 (Gestion durable de l’eau) et 69 (Alimentation saine et production alimentaire durable). Ses recherches et publications portent sur les processus de mise en œuvre des politiques environnementales (stratégies des acteurs face aux règles), ainsi que sur la gestion durable des ressources (gouvernance en bien commun notamment). Ses travaux ont été publiés dans différents ouvrages (Stratégies d’activation du droit dans les politiques environnementales [Rüegger Verlag, sous presse], Rodewald R., K. Liechti & P. Knoepfel eds. Des systèmes d’irrigation alpins entre gouvernance communautaire et étatique Alpine Bewässerungssysteme zwischen Genossenschaft und Staat [Rüegger Verlag, 2014]) et dans des revues (ex. Journal of Alpine Research).

15 Rolf Steppacher a obtenu un doctorat d’économie à l’Université de Bâle en 1972, puis a mené une carrière d’enseignement à l’Institut universitaire d’étude du développement (IUED, aujourd’hui Institut de hautes études internationales et de développement) de 1976 jusqu’à sa retraite en 2011. Ses domaines de recherche, d’enseignement et de publication portent sur l’économie du développement, le développement dans l’histoire de la pensée économique, les théories économiques institutionnelles et écologiques, l’écodéveloppement, l’écologie globale et le développement soutenable, ainsi que sur les questions agraires et forestières. Rolf Steppacher a mené des recherches de long cours en Inde (1972-1973) et à Bali (1988). Parallèlement à l’IUED, il a enseigné dans plusieurs départements (ethnologie, géographie, sociologie) des universités de Zürich, Berne, Bâle et Fort Hare. Il a coordonné un groupe de recherche à l’IUED sur les questions de propriété et possession, et publié plusieurs volumes et articles sur ces questions notamment dans des volumes collectifs, dans les Nouveaux cahiers de l’IUED ou encore dans la revue World Futures.

16 Céline Travési est anthropologue, doctorante au Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale (LACS) de l’Université de Lausanne (Suisse) et membre associée du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie à Marseille (CREDO). Elle mène des recherches en Australie auprès de groupes aborigènes du sud-ouest des Kimberley et termine actuellement une thèse sur les rapports de savoir et les rapports de pouvoir autour desquels les Australiens, selon qu’ils se définissent ou non comme Aborigènes, organisent leurs relations, renégocient et expérimentent de nouvelles manières d’interagir et de se (re)définir mutuellement. Céline Travési observe ces phénomènes sociaux dans le contexte particulier du développement du tourisme par les autochtones et dans celui, plus large des politiques sociales australiennes. Ses recherches portent sur les cadres et les modalités d’expression de la conscience politique aborigène contemporaine, le statut du récit en relation avec les notions de savoir, d’autorité, de pouvoir et de reconnaissance, les processus de définition de soi et des autres et la production du social et du politique.

17 Pascal van Griethuysen est docteur en Économie politique (Université de Genève). Depuis septembre 2014, il coordonne le Programme Développement Durable de l’Institut de Recherche des Nations Unies pour le Développement Social. Avant d’occuper cette fonction, il a officié pendant quinze ans auprès de l’Institut des Hautes Études et du Développement à Genève, où il dirigeait les programmes de recherche et d’enseignement sur le développement durable. Dans ce cadre, il a mené à bien des projets de recherche en collaboration avec des agences des Nations Unies, ainsi qu’avec des organisations publiques et des sociétés privées. Ses travaux de recherche traitent notamment du développement durable, de la solidarité sociale et économique, de la dépendance à la croissance économique, de la gouvernance environnementale et du principe de précaution. Il publie dans des revues internationales majeures telles que Ecological Economics, Journal of Cleaner Production, et Sustainable Development.

© pacific-credo Publications, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search