Version classiqueVersion mobile

Les conceptions de la propriété foncière à l'épreuve des revendications autochtones : possession, propriété et leurs avatars

 | 
Maïa Ponsonnet
, 
Céline Travési

II. Rencontres et métissages : études de cas

Rapports de propriété et conflits pour l’espace : approche comparative à partir de l’exemple de deux villes touristiques mexicaines

Clément Marie dit Chirot

Texte intégral

Introduction

1Avec environ 20 millions de touristes internationaux chaque année, le Mexique est aujourd’hui la principale destination touristique d’Amérique latine. Cette situation reflète notamment le choix fait par les gouvernements successifs d’investir massivement dans ce secteur d’activité durant la seconde moitié du XXe siècle. Si l’histoire touristique du Mexique est certes plus ancienne, des travaux très détaillés faisant remonter l’émergence d’une activité touristique aux années 1920, (Wilson 2008 ; Berger 2006 ; Hiernaux 2006 ; Clancy 2001 ; Jiménez 1992), on peut néanmoins situer au début des années 1960 le moment où le tourisme devient réellement un « big business » (Wilson 2008 : 120), sous l’action du gouvernement fédéral. L’activité touristique devient alors un axe prioritaire des politiques de développement économique et d’aménagement du territoire dans le cadre de ce que le géographe D. Hiernaux qualifie de « fordisme périphérique d’État » (Hiernaux 2006), avant d’accompagner, à partir des années 1980, la conversion du Mexique au modèle néolibéral dans un mouvement faisant passer l’économie nationale « de l’étatisme au marché » (op. cit.)

2Localement, la « mise en tourisme » du pays est souvent accompagnée de recompositions profondes sur le plan économique, politique et social. Des espaces de marge font soudainement l’objet d’une valorisation économique et symbolique exacerbée. Dans une société marquée par des inégalités sociales fortes, mais aussi par la violence avec laquelle s’exercent les rapports de pouvoir et de domination, ce phénomène est traduit par la multiplication des controverses, des conflits sociaux et des luttes locales pour l’appropriation d’espaces touristiques, lesquelles occupent désormais une place significative dans le débat public.

  • 1 L’analyse s’appuie sur plusieurs enquêtes de terrain réalisées entre 2007 et 2011 dans le cadre d’ (...)

3Cette réflexion est construite autour du récit et de l’analyse comparative d’épisodes conflictuels ayant profondément marqué l’émergence de deux localités touristiques mexicaines : le centre touristique de Huatulco, créé ex nihilo par l’État au milieu des années 1980, et la ville de Playa del Carmen, cœur économique de l’une des principales régions touristique du pays, la Riviera Maya1. Au-delà des différences significatives entre ces deux processus, l’importance de la question foncière dans les conflits sociaux semble révélatrice des enjeux économiques, politiques et sociaux de la valorisation de l’espace induite par le développement du tourisme. Dans les deux cas, la position des individus et des groupes par rapport à la propriété du sol a joué un rôle déterminant dans la formation d’antagonismes ou d’alliances, au point de devenir l’une des principales lignes de clivage agitant la société locale. Après avoir décrit succinctement la dynamique du conflit dans les deux localités, la réflexion proposera des éléments de généralisation en questionnant la façon dont l’activité touristique mobilise l’espace et dont la valorisation foncière contribue, dans les lieux touristiques, à reproduire ou à modifier les hiérarchies sociales et les rapports de force politiques à l’échelle locale.

I. La planification touristique à l’épreuve des conflits locaux : le CIP de Huatulco

  • 2 Les cinq CIP créés entre 1974 et 1984 sont, dans l’ordre, Cancún (1974), Ixtapa (1974), Los Cabos (...)

4Situé sur la côte Pacifique de l’État d’Oaxaca, dans le sud-ouest du pays, le centre touristique de Huatulco est le plus récent des Centres touristiques Intégralement Planifiés (CIP) créés par le gouvernement mexicain entre 1974 et 1984. L’objectif de cette politique est alors de diversifier l’économie nationale, jusque-là largement dépendante de ses revenus pétroliers, mais aussi d’impulser un développement économique dans des régions pauvres et enclavées du pays grâce à la création de centres touristiques majeurs. Cette mission est confiée à un organisme public créé à cet effet en 1974, le Fonds National pour le Tourisme (FONATUR). En dix ans, cinq centres touristiques sont ainsi créés ex nihilo par la puissance publique. Le plus ancien, mais également le plus connu d’entre eux, celui de Cancún, est aujourd’hui une destination touristique de rang international et accueille près de trois millions de visiteurs par an2.

  • 3 La crise économique qui frappe le Mexique en 1982 est déclenchée par la baisse brutale des cours d (...)

5La création du CIP de Huatulco, à partir de 1984, intervient dans un contexte économique particulièrement rude à l’échelle nationale. Elle fait suite à la terrible crise économique de 1982 et précède de quelques années la mise en œuvre des politiques d’ajustement structurel (Chesnais 2011)3. Dans ce contexte, le projet est financé par un prêt de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), lequel doit permettre au gouvernement fédéral de financer la construction d’infrastructures pour favoriser l’arrivée d’investisseurs privés. Par la suite, la mise en vente d’importantes quantités de terres doit permettre à l’État mexicain de solder une partie de sa dette auprès de créanciers internationaux dans le cadre de la restructuration de la dette nationale.

I.1. La maîtrise foncière au cœur de l’action publique

6Localement, la mise en œuvre du CIP implique la création d’une importante réserve foncière moyennant l’acquisition par l’État de grandes quantités de terres. Dans cette perspective, le gouvernement fédéral entreprend dans un premier temps de régulariser la propriété du sol dans la municipalité de Santa Maria Huatulco, où le projet doit être mis en œuvre. Cette démarche intervient dans un espace où prédomine alors un système coutumier et où la terre fait historiquement l’objet de conflits entre les populations de localités voisines. Le 28 mai 1984, un décret du président Miguel de la Madrid constitue donc légalement la communauté agraire de Santa Maria Huatulco et inscrit au régime des terres communales les 50 000 hectares que compte la municipalité du même nom. Ce statut recouvre alors la totalité du territoire municipal.

7Selon la législation agraire mexicaine, le régime communal instaure un système de propriété collective de la terre. La réforme agraire mise en œuvre par l’État mexicain après 1917 à travers la redistribution de grandes extensions de terres aux populations paysannes représentait en effet l’un des principaux héritages de la Révolution de 1910. Cette répartition a été opérée sous deux formes de propriété collective du sol différentes de la propriété privée : le régime des terres communales et celui de l’ejido, beaucoup plus répandu. À la différence du régime ejidal, le régime communal ne correspond pas à une dotation foncière nouvelle mais à la restitution, à des communautés rurales, de terres qu’elles ont possédées depuis l’époque coloniale et dont elles avaient été spoliées au XIXe siècle, après l’indépendance, lors du démantèlement des formes de tenure collective de la terre par des communautés rurales. Comme l’ejido, la communauté agraire instituée par le régime communal est « une entité collective dotée d’une personnalité juridique et d’un patrimoine propre. Il est constitué à partir d’une dotation foncière attribuée collectivement et gratuitement par l’État à un groupe de paysans qui en fait la demande » (Bouquet et Colin, 2009 : 302). Les terres sont gérées collectivement par une assemblée agraire formée par l’ensemble des comuneros, c’est-à-dire des personnes reconnues comme membres de la communauté agraire et dont l’appartenance à celle-ci est matérialisée par l’obtention d’un titre agraire. Si l’usage des parcelles appartenant au régime des terres communales est individuel ou familial, et se transmet de père en fils, leur gestion communautaire garantit en théorie le caractère inaliénable des terres. En outre, jusqu’à la réforme de l’article 27 de la Constitution mexicaine, en 1992, en vue de la ratification par le Mexique de l’ALENA, ces terres ne peuvent en théorie pas faire l’objet de transactions marchandes.

8Le 29 mai 1984, un jour seulement après la constitution de la communauté agraire, la publication d’un second décret stipule l’expropriation, pour cause d’utilité publique, de toute la partie littorale du territoire municipal, soit 21 000 hectares, au profit du FONATUR. Si la partie intérieure de la municipalité appartient toujours au régime des terres communales, sa partie littorale est donc désormais une zone fédérale, ses neuf baies devant faire l’objet d’un développement touristique. Le décret prévoit également le déplacement des populations implantées dans la partie littorale et leur relocalisation, à deux kilomètres à l’intérieur des terres, dans une ville nouvelle planifiée par le FONATUR, la Crucecita, destinée à accueillir les populations permanentes du centre touristique.

  • 4 Le régime foncier antérieur à l’expropriation ne permet en effet qu’une indemnisation collective p (...)

9Dans les semaines qui précèdent l’expropriation, des négociations ont lieu entre le FONATUR, le ministère du tourisme (SECTUR) ainsi que celui de la réforme agraire (SRA), le gouverneur de l’État d’Oaxaca, le maire de Santa Maria Huatulco et le commissaire aux terres communales, leader agraire élu par les comuneros. Elles aboutissent à la mise en place d’un accord sur le processus d’indemnisation de la communauté pour compenser la perte des terres expropriées. Selon cet accord, chaque comunero recevra du FONATUR deux terrains et un logement situés à la Crucecita. Pour les comuneros expropriés, c’est donc une compensation en nature qui sera perçue, tandis qu’une seule et unique indemnisation financière sera versée à la communauté par l’intermédiaire du commissariat aux terres communales4. En revanche, chaque comunero doit recevoir une compensation financière individuelle pour les améliorations diverses apportées à la parcelle dont il avait jusque-là l’usage : arbres, puits, bétail, clôtures, etc. Il est important d’insister sur le fait que cet accord entre le gouvernement et la communauté a été établi en comité restreint et ne semble pas exprimer un véritable consensus au sein de la communauté. Des divergences apparaissent en effet rapidement, reflétant une série de contradictions liées à l’arrivée de nouveaux acteurs, mais également au sein des populations locales.

I.2. Les résistances locales à l’expropriation

10L’expropriation suscite rapidement des divisions au sein de la communauté. La signature de l’accord par le commissaire aux terres communales et le maire est vécue comme une trahison par un certain nombre de comuneros tandis que des soupçons de corruptions alimentent le ressentiment à l’égard des autorités locales. Dans les semaines qui suivent l’expropriation et sous la pression d’une partie de la population, le leader agraire est contraint de démissionner.

11Par ailleurs, les comuneros de Huatulco déposent, en 1986, un recours en justice dans lequel ils dénoncent des irrégularités apparues lors de l’acquisition des terres par le gouvernement. La communauté revendique ainsi le caractère inaliénable des terres communales et met en cause l’argument avancé par le gouvernement et invoquant une cause d’utilité publique. En outre, le montant de l’indemnisation perçue par les autorités agraires est contesté, cette somme ne reflétant pas, selon les comuneros, la valeur réelle des terres. Autre aspect important, le changement de régime foncier induit par l’expropriation est pour les comuneros un enjeu majeur en termes de reproduction sociale. Le régime des terres communales encadrait en effet la transmission intergénérationnelle des terres. À l’âge adulte, les enfants de comuneros avaient généralement la possibilité de recevoir un terrain, pour y vivre ou y pratiquer l’agriculture. Or, l’accord prévoit que seuls les comuneros reçoivent une parcelle et exclut de ce fait leurs enfants qui devront faire l’acquisition d’un terrain sur le marché de l’immobilier.

12Parallèlement à la judiciarisation du conflit, on assiste à une augmentation des tensions entre la communauté agraire de Huatulco et le gouvernement fédéral à l’échelle locale. Les comuneros opposés à l’expropriation mettent en œuvre une résistance physique sur les chantiers, perturbant la réalisation des travaux d’infrastructures. Des locaux et plusieurs véhicules appartenant au FONATUR sont incendiés, leurs occupants chassés par les habitants. À partir de 1986, l’élection d’un nouveau gouverneur dans l’État d’Oaxaca modifie les équilibres politiques locaux et permet aux comuneros de bénéficier d’appuis au sein de la classe politique locale. Le conflit entre les comuneros de Huatulco et le FONATUR est alors doublé d’un conflit interinstitutionnel entre les différentes échelles de décision composant la nomenclature politique et administrative mexicaine : le gouvernement fédéral, initiateur du projet de CIP, et le gouverneur de l’Oaxaca, Heladio Ramirez Lopez (1986-1992), allié de l’opposition locale au projet.

  • 5 Le développement du CIP était initialement prévu en plusieurs étapes, échelonnées sur une trentain (...)

13À la même époque, la mobilisation des comuneros trouve un second relai politique en s’alliant avec un mouvement social puissant présent dans cette partie de l’Oaxaca, la Coalition Ouvrière, Paysanne et Étudiante de l’Isthme de Tehuantepec (COCEI). Cependant, l’évolution des rapports de force politiques locaux après 1989, qui se traduit notamment par l’institutionnalisation et le retrait de la COCEI (Bautista Martinez, 2010, p. 116) vis-à-vis de la mobilisation contre le CIP, se caractérise par un déclin de la résistance au projet. La même année, le conflit se solde par l’assassinat de l’un des principaux leaders de la communauté. Sa mort violente marque un coup d’arrêt à la résistance des comuneros au projet de CIP. Les habitants de la première des neuf baies concernées par le développement touristique sont progressivement déplacés et relogés à la Crucecita. Dans la partie nord de la municipalité, la dernière à devoir être « mise en tourisme » selon le schéma d’aménagement du CIP, le blocage perdure toujours près de trente ans après l’expropriation5. Dans ces localités, les comuneros continuent aujourd’hui de vivre sur des terrains dont ils ont été expropriés en 1984, et la non-résolution du conflit avec le FONATUR se traduit par une forte précarité matérielle : insécurité juridique, précarité de l’habitat, impossibilité d’accéder aux services de base comme l’eau courante ou le tout-à-l’égout.

I.3. Les « avecindados »

14Cependant, si le conflit lié à l’expropriation a clairement contribué à définir un certain nombre d’antagonismes structurant les jeux politiques et sociaux à l’échelle locale, le clivage opposant les comuneros au FONATUR n’épuise pas, à lui seul, la complexité des rapports sociaux et des contradictions sociales qui agitent actuellement la société locale huatulqueña. Les comuneros sont en effet aujourd’hui minoritaires au sein de la population de Huatulco et le développement du centre touristique a entraîné une forte croissance démographique alimentée par des flux migratoires en provenance d’autres localités de l’Oaxaca, mais aussi d’autres régions du pays. L’accroissement de la population locale, inférieur à 2 % par an durant les années 1970, connaît ainsi une accélération importante après le début du développement touristique et atteint une moyenne annuelle de 6,6 % durant les années 1980, et de 8,7 % pendant les années 1990. Composée de 6 000 habitants en 1980, la population municipale atteint aujourd’hui environ 38 000 habitants (INEGI, 2010).

  • 6 Le terme d’avecindado possède la même racine étymologique que celui de vecino (« voisin », en espa (...)

15La majeure partie de la population actuelle du centre touristique est donc composée par les nombreux migrants venus s’établir à Huatulco après le développement du CIP, attirés par les perspectives économiques offertes par l’essor du tourisme, souvent à la recherche d’un emploi dans les secteurs du tourisme ou du bâtiment. Du point de vue juridique, ces populations ont le statut d’avecindados6, lequel peut être sollicité auprès des autorités municipales après avoir résidé un certain temps à Huatulco. Arrivés après l’expropriation, les avecindados ne possèdent pas les droits dont jouissent les comuneros vis-à-vis des terres communales et ne bénéficient pas des termes de l’accord passé entre le FONATUR et les comuneros. Contrairement à ces derniers, ils n’ont pas été expropriés ni indemnisés et n’ont donc pas reçu de logement dans la ville planifiée, la Crucecita. Ces nouvelles populations sont donc particulièrement concernées par la difficulté d’accéder à un logement dans un contexte de forte pression foncière. Souvent issus des catégories sociales les plus modestes, la plupart des avecindados doivent composer avec des revenus irréguliers, soumis aux rythmes saisonniers de l’industrie touristique. Par ailleurs, le projet défini par le FONATUR prévoit pour chaque secteur du centre touristique un usage précis (résidentiel, commercial, touristique, etc.), laissant peu de place au logement des classes populaires. Malgré des adaptations ponctuelles face à l’urgence de certaines situations, cette rigidité dans la planification ne permet pas d’ajuster l’offre de terres disponibles à une demande croissante liée à l’afflux de travailleurs migrants.

  • 7 Dans la ville planifiée où résident les populations permanentes du centre touristique (La Crucecit (...)

16Dans ce contexte, la question de l’accès au logement est un problème central pour un grand nombre d’avecindados. À plusieurs reprises, elle a constitué la base d’importantes mobilisations sociales et politiques, auxquelles prennent également part des enfants de comuneros, confrontés aux mêmes difficultés. La revendication d’un droit au logement prend ainsi la forme d’une confrontation avec le FONATUR de la part d’habitants regroupés sous la bannière d’organisations politiques ou syndicales. Au début des années 1990, ces mobilisations aboutissent à différentes reprises à des occupations des locaux du FONATUR, puis à l’invasion de terrains fédéraux situés en périphérie du centre urbain où les avecindados développent des quartiers d’habitat précaires, à l’image du secteur H37. Cette ville auto-construite, située en périphérie de la ville « légale » représente l’une des figures dominante du phénomène d’urbanisation au Mexique (Duhau et Giglia 2008 : 343 ; Olivera 2002 : 173). Au fil du temps, et au rythme de l’agenda politique local, des tractations avec les autorités locales ont permis aux habitants d’obtenir, souvent en échange d’un soutien politique en période électorale, la régularisation de la propriété foncière, mais aussi l’accès aux services urbains (eau courante, électricité, tout-à-l’égout, etc.). Près de trois décennies après le début du développement touristique, le centre touristique est aujourd’hui un espace fragmenté, reflet et conséquence des conflits sociaux.

II. La mise en tourisme de Playa del Carmen

17Les modalités du développement touristique et urbain de Playa del Carmen diffèrent profondément de celles observées à Huatulco. À partir de 1974, la création du CIP de Cancún et le désenclavement de la région par le biais d’importants travaux d’infrastructure (aéroport international de Cancún, amélioration du réseau routier) ont joué un rôle important dans l’urbanisation accélérée de la côte Caraïbe de l’État du Quintana Roo, vers le sud. D’abord concentré autour de la ville de Cancún, ce développement touristique et urbain se poursuit, à partir des années 1990, le long d’un axe Cancún-Tulum devenu aujourd’hui l’une des principales régions touristiques mexicaines, la Riviera Maya.

18Le premier investissement important réalisé à Playa del Carmen remonte aux années 1980. Il s’agit d’un ambitieux projet de complexe touristique et résidentiel de standing, appelé Playacar, dont l’initiative revient à un entrepreneur local. Ce projet marque le début d’un « boom » immobilier attirant à Playa del Carmen d’importants flux de capitaux, de main-d’œuvre et de touristes. Les constructeurs de cette enclave touristique haut de gamme ont en effet recours à d’importants contingents d’ouvriers du bâtiment en provenance d’états pauvres et ruraux du sud du Mexique, Chiapas et Tabasco en tête. Dès 1984, près de 300 hectares sont ainsi mis en chantier ; une zone hôtelière est développée sur les parcelles du front de mer tandis qu’un terrain de golf et des lotissements résidentiels sont construits à l’intérieur des terres. En quelques années, une dizaine d’hôtels internationaux voit le jour. La croissance démographique alimentée par l’afflux de travailleurs migrants se traduit par l’apparition de campements de fortune. La population de Playa del Carmen, qui comptait 1 500 habitants en 1987, atteint 4 500 habitants en 1988. Sept ans plus tard, lors du recensement de 1995, la ville comptait déjà 17 621 habitants et affichait l’un des taux de croissance les plus élevés du pays (INEGI 1995).

  • 8 F. Ortega Pizarro, « Especulación de tierras en México », CNN Expansión, 5 novembre 2008.

19Les projets immobiliers portés par des opérateurs locaux reçoivent rapidement le soutien des autorités locales à travers une stratégie de marketing territorial, soutien matérialisé par la création, en 1997, de la « marque » Riviera Maya ainsi que d’un organisme public chargé d’assurer sa promotion au Mexique et à l’étranger. Mais cette volonté d’attirer investisseurs et capitaux et de faire de la Riviera Maya une destination touristique de rang international repose avant tout sur la vente par les pouvoirs publics, notamment durant le mandat du gouverneur M. Villanueva Madrid (1993-1999), de terrains côtiers appartenant au gouvernement du Quintana Roo, à des prix ouvertement dérisoires, souvent inférieurs à cinq dollars/m2. Ce dumping pratiqué sur les prix du foncier touristique dans les années 1990, dans le cadre d’une « politique de l’offre » menée par les autorités locales, donne lieu à l’un des phénomènes spéculatifs les plus importants au Mexique8. En quelques années, la spéculation foncière et immobilière atteint rapidement des niveaux risquant de compromettre les possibilités d’accès au logement pour les classes populaires et, plus largement, pour les populations permanentes de Playa del Carmen.

II.1. Un parcellaire caractérisé par l’importance du foncier public

20Un bref détour par les structures de la propriété foncière permet d’éclairer les enjeux économiques, politiques et sociaux du développement touristique et urbain de Playa del Carmen, mais aussi le rôle central de l’action publique dans ce processus. En effet, celui-ci intervient dans une région ayant longtemps constitué un espace de marge à l’échelle nationale. Durant toute la seconde moitié du XIXe siècle, la partie orientale de la péninsule du Yucatán, territoire correspondant à l’actuel État du Quintana Roo, échappe en partie au contrôle de l’État mexicain. La région est alors en proie à un conflit armé opposant des populations mayas insurgées au gouvernement fédéral : la Guerre des Castes (1847-1901).

21Vers 1902, peu après la victoire militaire de l’armée mexicaine, un groupe de familles mayas, fuyant les violences qui touchent le sud de la péninsule, s’établit sur la côte encore inhabitée de Playa del Carmen. Sur le plan économique, la communauté vit alors principalement de la pêche et de l’agriculture. Dans les années 1930, la mise en œuvre de la réforme agraire par l’État mexicain se traduit localement par des dotations de terres à des communautés rurales, principalement sous la figure de l’ejido. En 1937, la communauté se voit donc reconnaître par l’État la possession légale d’un total de 22680 hectares de terres grâce à la création de l’ejido Playa del Carmen. La communauté agraire est ainsi constituée à environ un kilomètre à l’intérieur des terres dans une localité appelée à devenir, en quelques décennies, le cœur économique de l’une des principales régions touristique à l’échelle régionale. Les cinquante-quatre bénéficiaires de cette dotation — souvent les chefs de famille — reçoivent ainsi le statut d’ejidatarios qui fonde leur appartenance à la communauté. Playa del Carmen ne compte à cette époque que quelques dizaines d’habitants (90 lors du recensement de 1960).

  • 9 Cette situation est un héritage de la Guerre des Castes.

22Jusqu’en 1974, année de la création du CIP de Cancún, le Territoire Fédéral du Quintana Roo est une entité administrative placée sous la tutelle du gouvernement fédéral9 qui y dispose notamment d’importantes réserves foncières. La mise en œuvre du projet de centre touristique coïncide donc avec un changement de statut juridique : c’est également en 1974 que le Quintana Roo reçoit le statut d’État fédéré. Ce transfert de pouvoirs, du niveau fédéral vers les autorités locales, est accompagné d’une dotation foncière visant à permettre aux autorités locales de faire face aux besoins engendrés par l’urbanisation. Si le foncier à vocation résidentielle est géré par l’Institut pour le Logement de l’État de Quintana Roo (INVIQROO), un autre fonds public est créé en 1993, le FIDECARIBE, chargé d’administrer et de commercialiser les terrains à fort potentiel touristique.

23Si d’importantes propriétés privées existent déjà à cette époque, comme dans le cas de Playacar, la propriété du sol à Playa del Carmen relève donc principalement du régime ejidal et de la propriété publique appartenant au gouvernement de l’État du Quintana Roo lorsque débute le phénomène d’urbanisation. Dans la mesure où, à cette époque, le statut des terres ejidales interdit leur commercialisation, l’urbanisation se concentre dans un premier temps sur les terres appartenant au gouvernement local qui peut ainsi faire face aux premières vagues de peuplement induites par l’essor du tourisme. À plusieurs reprises, les autorités locales procèdent donc à des distributions de terres ou à leur vente à très bas prix pour répondre aux besoins de logements exprimés par la population, comme c’est le cas en 1988, avec la création d’un premier quartier adjacent au centre-ville, la colonia Gonzalo Guerrero.

II.2. Pression foncière et concurrence pour l’espace

24Mais face à l’augmentation rapide de la population, la réserve foncière du gouvernement locale se révèle vite insuffisante. Simple village de pêcheurs au début des années 1980, la ville affiche en effet aujourd’hui le taux de croissance démographique le plus élevé du pays (14 % par an au milieu des années 2000) et a vu sa population passer de 1500 habitants en 1987 à près de 150 000 lors du dernier recensement (INEGI 2010). Dès le début des années 1990, la saturation du centre-ville se traduit par une hausse des prix des loyers et par une succession de mobilisations sociales autour de la question du logement. Par ailleurs, alors qu’après 1992 la réforme du statut des terres ejidales autorise en principe leur commercialisation, les habitants du centre-ville, désormais mobilisés dans le cadre d’une organisation sociale appelée Unión de Colonos, se heurtent à cette époque au refus des ejidatarios de mettre en vente des terrains appartenant à l’ejido. Si les ejidatarios pratiquent aujourd’hui sans réserve le commerce très lucratif des terres ejidales, leur attitude à ce stade du développement urbain semble être guidée par des stratégies spéculatives, préférant geler provisoirement l’urbanisation de l’ejido dans l’attente des perspectives prometteuses que laissait entrevoir le développement touristique de la partie littorale de la ville. Cette situation contraignante sur le plan foncier a des répercussions directes sur la suite de l’urbanisation de Playa del Carmen. Limitée au sud par l’enclave touristique et résidentielle de Playacar, à l’est par la mer des Caraïbes, la ville ne peut s’étendre vers l’ouest où la présence de l’ejido limite à cette époque les possibilités d’urbanisation. C’est donc vers le nord, parallèlement à la côte, que se poursuit le développement urbain dans un premier temps, au début des années 1990. Mais l’ouverture par les pouvoirs publics de nouveaux espaces à urbaniser est alors entravée par un conflit juridique portant sur la propriété d’une importante parcelle située sur le front de mer, à l’extrémité nord du centre urbain.

25Le terrain en question est une parcelle de 274 hectares dont la propriété est revendiquée par le gouvernement du Quintana Roo. Propriété de la Nation jusqu’en 1973, cette surface avait en effet fait l’objet d’une expropriation pour cause d’utilité publique en 1973 pour être attribuée aux autorités locales au moment de la création de l’État du Quintana Roo. Mais cette propriété est contestée par un important propriétaire terrien : celui-ci affirme en avoir fait l’acquisition quelques années plus tard, en 1986, en achetant le terrain au gouvernement fédéral. Une « négligence » survenue lors de l’enregistrement du changement de statut légal des terres par l’administration agraire serait à l’origine d’un vide juridique lui permettant de contester la propriété du terrain revendiqué par la puissance publique. Dans l’attente, ce flou cadastral a entraîné une sorte de statu quo ayant pour effet de bloquer l’urbanisation. Le dialogue entre les pouvoirs publics et le propriétaire terrien est alors rompu et le litige prend des allures de conflit personnel entre ce dernier et le gouverneur de l’État, M. Villanueva Madrid. Rapidement, la pénurie de terrains liée, d’une part, au conflit entre les autorités locales et le propriétaire terrien et, d’autre part, au refus des ejidatarios de vendre des terrains appartenant à l’ejido, devient une source de tensions sociales et politiques à l’échelle locale.

26Face à cette impasse, les habitants regroupés dans le cadre de l’Unión de Colonos envisagent, au cours de l’année 1993, la possibilité d’envahir le terrain disputé. Des tractations ont lieux entre les leaders de l’organisation et le gouverneur, facilitées par l’appartenance des principaux meneurs du mouvement à la Confédération des Travailleurs Mexicains (CTM), une organisation syndicale proche du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) auquel appartient M. Villanueva. Ne pouvant appuyer publiquement l’invasion, celui-ci donne néanmoins son accord tacite : aucune intervention policière ne s’opposera à la prise de possession du terrain par les habitants, des mesures de sécurité étant prises par ailleurs pour assurer le « bon déroulement » de l’invasion (installation de citernes d’eau pour limiter les risques d’incendie). En contrepartie, le gouverneur négocie avec le groupe la frange littorale du terrain disputé, soit 93 hectares. Cette zone doit être épargnée par l’invasion et accueillir, dans un second temps, un projet de zone hôtelière. Cette manœuvre politique permet au gouvernement local de résoudre de facto le conflit l’opposant au propriétaire terrien en reprenant le contrôle de la parcelle en litige, tandis que l’alliance avec l’Unión de Colonos permet à M. Villanueva de consolider son assise politique locale.

27L’invasion a finalement lieu le 4 avril 1994 et marque la création du plus important quartier populaire de Playa del Carmen, baptisé colonia Luis Donaldo Colosio, en hommage au candidat potentiel à l’élection présidentielle de 1994 assassiné quelques semaines plus tôt. Différents groupes formés pour l’occasion et réunissant plusieurs milliers de familles prennent alors possession du terrain. Celui-ci est délimité, défriché. Les occupants y construisent aussitôt, à la hâte, des cabanes avec les matériaux trouvés sur place. Avec le temps, et au rythme de l’agenda politique, le gouvernement doit ensuite mettre en œuvre la régularisation de la propriété du sol à travers l’Institut pour le logement de l’État du Quintana Roo (INVIQROO), qui délivre aux habitants les documents leur reconnaissant la possession des terrains occupés. Par ailleurs, l’achat des terrains à l’organisme public et à un prix plafonné doit leur permettre, à terme, d’accéder à la propriété. Le mandat du gouverneur s’achève néanmoins en 1999, sans que n’aboutisse le processus de régularisation.

II.3. Un ancrage spatial fondé sur des alliances instables

28La présence d’un quartier d’habitat populaire sur l’une des côtes les plus convoitées du Mexique repose sur des équilibres politiques fragiles, une connivence entre des habitants organisés et le pouvoir politique local à laquelle les élections de 1999 viennent mettre un terme. L’élection de J. Hendrix Diaz, successeur de M. Villanueva au poste de gouverneur du Quintana Roo marque en effet une rupture dans les relations entre les habitants de la colonia L. Donaldo Colosio et les pouvoirs publics. Tandis que son prédécesseur avait adopté une politique conciliante vis-à-vis de l’Unión de Colonos, permettant l’invasion du terrain au détriment du propriétaire terrien, J. Hendrix décide de résoudre le litige qui opposait jusque-là les pouvoirs publics à F. Rangel Castelazo par la création d’une société immobilière mixte : la Desarrolladora de la Riviera Maya. Celle-ci devient légalement propriétaire de l’ensemble des terrains disputés. Selon les termes de l’accord signé fin 1999, 51 % du patrimoine ainsi constitué reviennent au gouvernement de l’État, l’entrepreneur se voyant reconnaître la propriété de 49 % des parts de la société.

  • 10 H. Martoccia, « Remató Hendricks predios de Quintana Roo a empresa española », La Jornada, 28 déce (...)

29Cet accord public-privé doit permettre de régulariser la situation foncière de la Colosio. Mais pour passer du simple droit d’usufruit, reconnu aux habitants détenteurs d’un titre de possession, à la propriété formelle de leurs terrains, ceux-ci devront désormais en faire l’acquisition auprès de la société. La frange littorale épargnée par l’invasion en 1994 doit, quant à elle, faire l’objet d’un développement hôtelier, la commercialisation de ces terrains côtiers auprès d’investisseurs privés relevant également de la société10. Par ailleurs, la Desarrolladora de la Riviera Maya procède à une nouvelle évaluation du prix des terrains du quartier dont la valeur est indexée, cette fois, sur les prix du marché. Si leur régularisation prévoyait initialement des prix plafonnés dans le cadre d’une politique de logement social, la société fixe le montant des mensualités en se fondant sur les prix du marché, à la date de la régularisation et non à celle de l’invasion. Au fur et à mesure que l’urbanisation et le développement touristique de la côte se poursuivent vers le nord de la ville, le phénomène de spéculation entraîne à la hausse les prix des terrains dans le quartier. Depuis 1994, année de l’invasion, la valeur des terrains a souvent été multipliée par dix.

30Face à cette situation, une partie de la population refuse de procéder au paiement des terrains. Mais le contexte politique est alors moins favorable à une large mobilisation : privés de leurs soutiens au sein de la classe politique locale, les habitants doivent désormais composer avec un affaiblissement de l’Unión de Colonos, traversée par de nombreux conflits internes. L’évaluation individuelle, au cas par cas, de la valeur des terrains en fonction de critères liés aux caractéristiques ou à l’emplacement des lots occupés, mais aussi au profil de leurs occupants (ancienneté dans le quartier, possession ou non d’un document matérialisant le droit d’usage, etc.) a engendré une grande diversité des situations et des intérêts et rend difficile la formation d’un large mouvement de résistance. Parallèlement, on constate un durcissement du cadre légal relatif aux invasions de terres. La bienveillance qui caractérisait le mandat de M. Villanueva a cédé la place à une politique répressive, la réforme du code pénal de l’État du Quintana Roo, en 2008, constituant le délit d’invasion en infraction pénale passible d’emprisonnement. En outre, les nouvelles orientations en matière de politiques urbaines prévoient la prolongation, vers le nord, de la Quinta Avenida, fameuse promenade bordant le front de mer. Pour autant, aucune mesure ne semble avoir été prise pour réguler d’éventuels phénomènes spéculatifs, alors même que ce nouveau tronçon traversera la colonia Colosio et que des acteurs économiques en position de domination se sont d’ors et déjà positionnés dans cet espace en devenir en achetant la quasi-totalité des terrains situés dans la frange littorale jouxtant le quartier, à l’image du groupe espagnol Sol Melía et de l’entreprise canadienne Cantex. À terme, la politique de valorisation économique menée conjointement par les pouvoirs publics et l’initiative privée pourrait bien remettre en cause l’ancrage des habitants du quartier dans cette partie de la ville, conduisant à l’éviction des populations les plus vulnérables ne pouvant acheter leur terrain dans les conditions imposées par la société immobilière.

III. L’économie très politique de l’espace touristique

III.1. L’importance des rapports de propriété

31Au-delà des différences notables entre les modalités du développement touristique à Huatulco et Playa del Carmen, les conflits sociaux qui ont traversé ces deux processus mettent en évidence un certain nombre de récurrences susceptibles de constituer des points d’appui en vue de réflexions plus générales. Dans les deux cas, les antagonismes révélés par les conflits renvoient à des contradictions sociales liées à la propriété d’une portion d’espace ayant fait l’objet d’une mise en valeur touristique. Ils expriment, en ce sens, des rapports de propriété.

32À Huatulco, le découpage de l’espace institué par le gouvernement fédéral dans le cadre de la création de la communauté agraire, puis de son expropriation postérieure, a également délimité un groupe social dont l’existence a un lien direct avec la propriété du sol, les comuneros. Ce statut juridique contribue à définir des rapports individuels et collectifs avec l’espace mis en tourisme. Il renvoie à une expérience collective douloureuse, la perte des terres communales ayant souvent été vécue par les comuneros comme une spoliation, mais représente également un enjeu matériel direct : la possibilité de percevoir des compensations liées à l’expropriation et de recevoir du gouvernement un logement en dur dans le centre touristique. Les formes de présentation de soi révélées au cours des entretiens réalisés avec des comuneros ont mis en évidence l’importance accordée à ce statut. Le sempiternel « soy comunero/a » (« je suis comunero/a ») ponctuant les récits de vie recueillis représente l’affichage d’une identité sociale forte, notamment construite autour d’une présence ancienne et d’un lien affectif avec une terre, mais il représente aussi un élément de distinction vis-à-vis des « autres », ces travailleurs migrants arrivés plus tardivement et dont la légitimité à être là est parfois questionnée dans le discours des comuneros. Au fil du temps, les comuneros déplacés et relogés à la Crucecita ont souvent transformé et amélioré la maison reçue du FONATUR avec l’argent reçu pour compenser la perte de leurs biens ou grâce à la vente de l’un des deux terrains reçus du gouvernement. Cet investissement leur a généralement permis d’accéder à une plus grande aisance matérielle en développant, par exemple, une activité économique à travers la construction de chambres à louer aux touristes, ou de petits appartements meublés pour les travailleurs migrants. Dans d’autres cas, les comuneros ont développé un commerce adjacent à leur logement : restaurants, épiceries, cybercafés, laveries, etc. Ces situations matérielles, souvent plus favorables que celles des avecindados, contrastent parfois avec la tonalité des discours recueillis, presque systématiquement portés sur le traumatisme qu’a représenté l’expropriation : « on nous a tout pris ! Le gouvernement nous a spoliés ! Ils ne nous ont rien laissés ! ». À l’inverse, pour les comuneros ayant refusé l’expropriation, le fait de vivre aujourd’hui de manière « illégale » sur des terrains du FONATUR a une incidence directe sur leurs conditions d’existence. Si la mission d’aménager ces espaces revient en principe à l’organisme fédéral, celui n’y exerce, de facto, aucune autorité en raison du conflit et n’entend pas fournir à leurs habitants l’accès aux services de base.

33Les comuneros qui ont reçu un logement à la Crucecita font donc souvent figure de privilégiés aux yeux des avecindados. Beaucoup de ces travailleurs immigrés revendiquent le fait d’avoir contribué au développement touristique tandis que « les comuneros y étaient plutôt hostiles du fait de l’expropriation et ne voulaient pas alors prêter leurs services » (entretien avec un avecindado). Cette situation est souvent d’autant plus mal vécue que les trajectoires résidentielles des avecindados, parfois avant de pouvoir participer à une invasion de terre, contiennent généralement une étape plus ou moins longue dans le secteur locatif en centre-ville. Dans un contexte de pénurie de logements, ils ont connu des logements précaires aux loyers élevés et dont les propriétaires, souvent des comuneros, sont parfois assimilés à des marchands de sommeil. À l’opposé, une partie des comuneros, généralement ceux ayant le moins bénéficié des retombées du tourisme, considère les avecindados comme des envahisseurs. Ils perçoivent d’autant plus mal les invasions de terrains pratiquées par ces derniers que certains d’entre eux vivent toujours dans l’espoir d’une victoire juridique contre le FONATUR leur permettant de récupérer la totalité des terres expropriées.

34Les positions sociales évoquées ici sont tissées d’appartenances multiples et ne sauraient être réduites à leur rapport à la propriété du sol. Néanmoins, la valorisation foncière provoquée par le développement du tourisme semble exacerber cette dimension en définissant des conditions de vie profondément inégales, des intérêts hautement contradictoires en rapport avec une portion d’espace. On ne vit pas le développement du tourisme de la même façon selon que l’on a été exproprié ou non, selon que l’on est propriétaire ou locataire de son logement, selon que l’on bénéficie d’une sorte de « rente de situation » ou que l’on vit dans un quartier précaire et auto-construit situé aux marges de la ville touristique. Qu’il s’agisse de groupes sociaux ou d’acteurs institutionnels, le phénomène de valorisation économique de l’espace favorise les catégories sociales détentrices de la ressource foncière, au détriment des groupes plus vulnérables sur ce plan. À Playa del Carmen, le gouvernement local et les ejidatarios ont ainsi largement bénéficié du phénomène de spéculation foncière qui a accompagné le développement touristique et immobilier de la Riviera Maya, phénomène auquel ils ont par ailleurs contribué activement. Ce phénomène de valorisation de l’espace a également été au centre des préoccupations des habitants de la colonia Colosio, en particulier pour les moins solvables d’entre eux, pour qui l’absence d’un droit de propriété reconnu légalement signifie le risque d’être expulsé de son logement et relégué en périphérie de la ville touristique. À Huatulco comme à Playa del Carmen, l’urbanisation engendrée par le développement du tourisme a suscité de nouvelles contradictions socio-économiques dans lesquelles les structures de la propriété foncière figurent au premier plan.

35Cette problématique rejoint une réflexion actuelle, en géographie, sur les notions d’« appropriation » et de « valorisation » de l’espace (Gravari-Barbas et Ripoll 2010). Elle pose la question de la dimension spatiale des rapports de classes qui concourent, dans le cas présent, à la production d’un lieu touristique. Plus précisément elle requiert d’interroger, au regard des enjeux fonciers de la mise en tourisme, la nature des médiations existant entre les processus sociaux et les dynamiques spatiales. Ce même questionnement traverse depuis plusieurs décennies les travaux d’inspiration marxiste sur l’espace et sur la ville. Dans l’ouvrage Social Justice and the City, D. Harvey (1977 : 169) propose ainsi d’envisager les stratégies et les intérêts des différents acteurs de la vie urbaine du point de vue de leur rapport au couple valeur d’usage/valeur d’échange appliqué à l’espace. L’importance des logiques foncières est également pointée par le sociologue H. Molotch, pour qui le sol constitue l’élément crucial de tout système urbain : « We need to see each geographical map […] as a mosaic of competing land interests capable of strategic coalition and action » (1976 : 311). En France, la dimension spatiale de ces contradictions sociales a notamment été théorisée par H. Lefebvre dans La production de l’espace, pour qui l’opposition entre l’usage et l’échange, articulée au rapport entre l’abondance et la rareté de l’espace, fonde notamment les relations centre/périphérie. En se spatialisant, les rapports sociaux engendrent de nouvelles contradictions liées aux propriétés de l’espace lui-même, les contradictions de l’espace, lesquelles alimentent et accentuent, en retour, les contradictions socioéconomiques auxquelles l’espace sert de cadre, les contradictions dans l’espace (Lefebvre 1974 : 385).

  • 11 La production de signes et d’images est d’ailleurs identifiée par D. Harvey comme un élément fonda (...)

36Largement mobilisé par la recherche urbaine, ce cadre conceptuel peut permettre d’interroger à nouveaux frais les dimensions spatiales du fait touristique. En d’autres termes, il s’agit de pendre au sérieux l’intuition d’H. Lefebvre lorsque celui-ci affirmait que « l’espace des loisirs est l’espace contradictoire par excellence » (1974 : 443). Car la production d’un lieu touristique implique souvent l’apparition de nouvelles formes de rareté dans lesquelles l’espace tient une place centrale, tant sur le plan symbolique qu’au niveau matériel. L’affichage des singularités réelles ou supposées du lieu est en effet souvent un moyen de susciter le désir et d’alimenter l’imaginaire touristique dans un contexte de forte concurrence entre les territoires, notamment à travers la production de ce que S. Cousin qualifie d’« images identifiantes »11, comme en témoigne la pratique aujourd’hui généralisée du marketing territorial. Par ailleurs, ces singularités en ce qui concerne les représentations de l’espace sont reproduites au niveau de l’espace physique qui en constitue le support ou le réceptacle, et dont l’utilisation par le tourisme est susceptible d’enclencher un phénomène de valorisation foncière.

III.2. La mise en tourisme, entre reproduction et redéfinition des jeux politiques locaux

37L’intensité des luttes politiques locales est une autre dimension importante des deux processus de mise en tourisme ici décrits. Dans les deux cas, la genèse des groupes, la formation d’antagonismes ou d’alliances, la mise en œuvre de stratégies, ont un lien fort avec l’espace. C’est dans la pratique des lieux, dans l’expérience commune de problématiques matérielles étroitement liées aux rapports juridiques et politiques à l’espace, que se construisent des collectifs fondés sur une communauté d’intérêts et d’affects et que se forgent des identités sociales s’exprimant par la pratique politique. Ces « constellations d’intérêts » (Hibou 2010 : 16) trouvent ainsi leur source dans les réalités économiques quotidiennes : une expropriation, la difficulté d’accéder à un logement ou d’obtenir la régularisation de la propriété d’un terrain, la précarité liée à l’absence des services les plus élémentaires ou encore, à l’autre extrémité de l’échelle sociale, la perspective d’importants profits liés à la valorisation foncière. Ces enjeux matériels, et l’espace dans lequel ils s’inscrivent, sont autant d’éléments susceptibles d’être mobilisées à des fins politiques, comme en témoignent les trajectoires politiques de certains acteurs locaux.

38À Huatulco, la précarité matérielle engendrée par le conflit entre le FONATUR et les comuneros ayant refusé l’expropriation permet par exemple à certains élus locaux de réaliser des manœuvres politiques à visée clientélistes. C’est dans cette logique que l’électricité a été installée en 2002 dans des localités situées dans la zone fédérale par les autorités municipales, dont les prérogatives se limitent en théorie à la partie interne de la municipalité. Ces pratiques visent, en période d’élections, à s’attribuer les votes de communautés exclues du développement touristique en assumant le rôle auquel le FONATUR a dû renoncer à cause du conflit foncier. Il est fréquent qu’un parti politique propose à une communauté de la doter d’équipements en échange de son soutien lors des élections. Lors d’une enquête de terrain réalisée début 2007, des modules sanitaires collectifs avaient été construits par les autorités municipales pour remplacer les latrines rudimentaires utilisées jusque-là par les habitants de la baie de San Agustin, dans le nord du municipio. Quelques mois plus tard, le raccordement de ces modules à des fosses septiques, indispensable à leur utilisation, a été reporté après les élections municipales. Avant de pouvoir bénéficier des nouveaux sanitaires, la communauté doit alors donner ses voix au parti politique en place. Une habitante décrit, en entretien, cette situation qu’elle ne connaît que trop bien : « c’est à chaque fois la même chose, en période d’élections ils promettent des choses mais ne tiennent jamais parole. Les deux principaux problèmes, ici, sont l’eau et la route. Un parti promet de nous installer l’eau courante, tandis que l’autre nous promet de goudronner la route ». Pour la population, le choix d’un parti est alors un choix pragmatique en fonction des promesses des différents candidats : l’eau courante ou le goudronnage de la route, le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) ou le PRD (Parti de la Révolution Démocratique).

39Lorsque des controverses locales liées aux enjeux fonciers du tourisme sont introduites dans le débat public, elles peuvent devenir de véritables bannières politiques pour les partis et les organisations qui s’en saisissent. Dans cette optique, l’opposition entre les comuneros de Huatulco et le gouvernement fédéral dans le cadre du conflit foncier lié aux terres communales, ou encore les mobilisations de groupes d’avecindados autour de l’accès à la terre et au logement représentent des moments fondateurs pour la constitution d’une opposition politique locale. Le soutien apporté par la COCEI à ces revendications sociales et politiques mais aussi à des invasions de terres dans le centre touristique a même été l’un des principaux moyens d’implantation locale du mouvement et, ultérieurement, de la principale force politique d’opposition : le Parti de la Révolution Démocratique (PRD). Cette stratégie d’implantation locale, dans laquelle l’appropriation de l’espace apparaît comme un levier pour l’action politique, illustre de manière plus globale la manière dont s’est construite la structure partisane du PRD sur la base d’ancrages locaux et régionaux, selon le modèle de « pénétration territoriale » mis en évidence par H. Combes (2011 : 144). Quand la COCEI rejoint le PRD en 1989, celui-ci hérite alors d’une implantation locale solide et devient, jusqu’à l’heure actuelle, la principale force politique d’opposition. Dans une perspective similaire, à Playa del Carmen, l’instrumentalisation politique des revendications foncières exprimées par l’Unión de Colonos a permis au gouvernement local d’affirmer une position de domination dans le cadre du conflit foncier l’opposant au propriétaire terrien.

40Les dynamiques conflictuelles qui ont traversé le développement touristique de Huatulco et Playa del Carmen font apparaître des enjeux fonciers au cœur de logiques de différents types, à l’interface entre les sphères économique et politique. Les contours de ces différents registres sont bien entendu fluctuants et dépendent souvent davantage du regard porté sur les faits que sur la nature des faits eux-mêmes. Car comme le signale B. Hibou : « un phénomène ne garde un caractère économique qu’en tant que et aussi longtemps que notre intérêt porte exclusivement sur l’importance qu’il peut avoir dans la lutte matérielle pour l’existence » (Hibou 2011 : 17). Aussi partial soit-il, le recours à ces catégories d’analyse permet néanmoins de dégager deux champs d’interrogation susceptibles d’alimenter une réflexion autour des problématiques touristiques et des enjeux fonciers du tourisme. Le premier suggère une attention particulière aux contradictions sociales développées en rapport à la propriété du sol dans les lieux touristiques. Il s’agit notamment de voir dans quelle mesure la « valorisation » de l’espace inhérente à sa mise en tourisme peut contribuer à accentuer le poids des rapports de propriété dans la construction des hiérarchies sociales. Cette question prend une acuité particulière face à la multiplication des luttes locales pour l’appropriation de l’espace touristique observées au Mexique et, plus largement, en Amérique latine, mais aussi dans d’autres contextes historiques et géographiques comme le montre notamment A. Condevaux à partir du cas néozélandais et de la mobilisation des populations māori pour la reconnaissance de leurs droits fonciers dans certaines localités touristiques (Condevaux, ce volume). Un deuxième niveau de lecture peut être adopté, davantage porté sur la dimension politique du phénomène touristique : sur la manière dont les différents groupes sociaux s’approprient l’espace touristique, sur les enjeux de ces luttes et sur la façon dont certains pouvoirs en ressortent affaiblis ou, au contraire, renforcés. La compréhension des conflits touristiques relève, plus généralement, de celle des dimensions spatiales du tourisme et de la façon particulière dont l’activité touristique mobilise l’espace.

Bibliographie

Bibliographie

Bautista Martinez, Eduardo
2010 Los nudos del régimen autoritario. Ajustes y continuidades de la dominacion en dos ciudades de Oaxaca. Oaxaca: Miguel Angel Porrua/UABJO.

Berger, Dina
2006 The Development of Mexico’s Tourism Industry: Pyramids by Day, Martinis by Night. New York: Palgrave Macmillan.

Bouquet, Emmanuelle et Jean-Philippe, Colin
2009 « L’État, l’ejido, et les droits fonciers. Ruptures et continuités du cadre institutionnel formel au Mexique ». In J.-P. Colin, P.-Y. Le Meur, E. Léonard (eds), Les politiques d’enregistrement des droits fonciers. Du cadre légal aux pratiques locales. Paris : Karthala, p. 299-332.

Chesnais, François
2011 Les dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques. Paris : Raisons d’Agir.

Clancy, Michael
2001 Exporting Paridise: Tourism and Development in Mexico. New York: Pergamon.

Combes, Hélène
2011 Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique. Paris : Karthala.

Cousin, Saskia
2002 L’identité au miroir du tourisme. Usages et enjeux des politiques du tourisme culturel. Thèse de doctorat en anthropologie. Paris : EHESS.

Duhau, Emilio et Angela, Giglia
2008 Las reglas del desorden: habitar la metrópoli. Mexico: Siglo XXI.

Gravari-Barbas, Maria et Fabrice, Ripoll
2010 « De l’appropriation à la valorisation, et retour ». Norois, 217 : 7-12.

Harvey, David
1977 Urbanismo y desigualdad social. Madrid: Siglo XXI.
1998 La condicion de la posmodernidad. Buenos Aires: Amorrortu.

Hibou, Béatrice
2011 Anatomie politique de la domination. Paris : La Découverte.

Hiernaux, Daniel
2006 « Tourisme au Mexique, de l’étatisme au marché ». Alternatives Sud, 13 (3).

INEGI
1995 Censo de Población y Vivienda. Mexico: Instituto Nacional de Estadísticas Geografía e Informático.
2010 Censo de Población y Vivienda. Mexico: Instituto Nacional de Estadísticas Geografía e Informático.

Jiménez, Alfonso
1992 Turismo, estructura y desarrollo. Mexico: McGraw Hill.

Lefebvre, Henri
2000 (1974). La production de l’espace. Paris: Anthropos

Molotch, Harvey
1976 «The City as a Growth Machine: Toward a Political Economy of Place». The American Journal of Sociology, 82(2): 309-332.

Olivera, G.
2002 «La gestión del suelo para el desarrollo urbano en México», Revista Mexicana de Sociología, 64(4): 170-197.

Redclift, Michael
2010 «Frontier Spaces of Production and Consumption: Surfaces, Appearances and Representations on the Mayan Riviera». In Michael K. Goodman, D. Goodman and M. Redclift (eds), Consuming Space. Placing Consumption in Perspective. Ashgate: Farnham.

Wilson, Tamar Diana
2008 «Economic and Social Impacts of Tourism in Mexico». Latin American Perspectives, 35 (3): 37-52.

Notes

1 L’analyse s’appuie sur plusieurs enquêtes de terrain réalisées entre 2007 et 2011 dans le cadre d’un master puis d’une thèse de géographie. Ces séjours ― d’une durée de trois ans au total ― ont permis de rencontrer de nombreux acteurs impliqués dans des conflits locaux liés au tourisme dans trois localités mexicaines : habitants, représentants d’organisations sociales, autorités locales aux différentes échelles de décisions (communautés agraires, municipalités, États fédérés, gouvernement fédéral), fonctionnaires de différentes institutions gouvernementales, entrepreneurs touristiques, propriétaires fonciers, etc. Les récits recueillis sous la forme d’entretiens qualitatifs (91 au total) ont permis d’appréhender la diversité des expériences et des points de vue sur les processus de développement touristique pour tenter de saisir au mieux la complexité des processus.

2 Les cinq CIP créés entre 1974 et 1984 sont, dans l’ordre, Cancún (1974), Ixtapa (1974), Los Cabos (1976), Loreto (1978) et Huatulco (1984).

3 La crise économique qui frappe le Mexique en 1982 est déclenchée par la baisse brutale des cours du pétrole. Elle marque le début de la « décennie perdue », période durant laquelle l’économie mexicaine est convertie au modèle néolibéral. Cette époque correspond à la liquidation d’un grand nombre d’entreprises publiques au cours de vagues successives de privatisations.

4 Le régime foncier antérieur à l’expropriation ne permet en effet qu’une indemnisation collective pour les terres expropriées.

5 Le développement du CIP était initialement prévu en plusieurs étapes, échelonnées sur une trentaine d’années. C’est au rythme de ce calendrier établi par le FONATUR que les populations de Huatulco ont été confrontées à la perte des terres à différents moments, ce qui explique sans doute en partie la diversité des réactions au sein des comuneros habitant les différentes localités du municipio.

6 Le terme d’avecindado possède la même racine étymologique que celui de vecino (« voisin », en espagnol). Littéralement, les avecindados sont donc les populations « avoisinées » qui, si elles ne sont souvent pas originaires du lieu, y résident. Il est important de noter que ce statut n’offre pas les mêmes droits par rapport aux terres communales ― ou aux terres ejidales ― que ceux dont jouissent les comuneros (ou les ejidatarios dans le cas des terres ejidales) formant la communauté agraire. Dans de nombreux cas, cette dichotomie institue une forme de citoyenneté « à deux vitesses » et des relations inégales entre les membres de la communauté agraire et les avecindados, ces derniers étant parfois assimilés à des citoyens de « seconde zone ».

7 Dans la ville planifiée où résident les populations permanentes du centre touristique (La Crucecita), chaque secteur est désigné par une lettre : H, I, J, K, etc. Cette toponymie aux forts accents technocratiques contraste clairement avec celle observée dans les zones touristiques du CIP où le FONATUR a opté pour des noms d’origine zapotèque, la principale langue indigène de la région.

8 F. Ortega Pizarro, « Especulación de tierras en México », CNN Expansión, 5 novembre 2008.

9 Cette situation est un héritage de la Guerre des Castes.

10 H. Martoccia, « Remató Hendricks predios de Quintana Roo a empresa española », La Jornada, 28 décembre 2005.

11 La production de signes et d’images est d’ailleurs identifiée par D. Harvey comme un élément fondamental de la « condition postmoderne » (1989) : une manière de dominer la volatilité du capital en le fixant spatialement dans un monde ouvert à la circulation des capitaux.

Auteur

Docteur en géographie. Après une thèse en codirection à l’Université de Caen et à l’Université Autonome de Puebla (Mexique), il est actuellement ATER à l’Université d’Angers (ESTHUA) et membre associé de l’UMR ESO. Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la géographie sociale et portent sur les conflits locaux pour l’appropriation de l’espace dans plusieurs localités touristiques au Mexique. Ses recherches ont notamment fait l’objet de publications dans des revues scientifiques comme Géocarrefour, Espacestemps.net ou Carnets de géographes.

© pacific-credo Publications, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search