Version classiqueVersion mobile

Les conceptions de la propriété foncière à l'épreuve des revendications autochtones : possession, propriété et leurs avatars

 | 
Maïa Ponsonnet
, 
Céline Travési

Introduction

Céline Travési et Maïa Ponsonnet

Texte intégral

1La question des revendications foncières autochtones représente l’une des problématiques majeures de la recherche anthropologique sur l’Océanie et ailleurs dans le monde. Les différentes réponses, aussi bien scientifiques que politiques, à cette question toujours très sensible soulignent les tensions et les difficultés à penser des conceptions différentes de la propriété, et plus généralement à penser dans les termes et les catégories de l’autre, voire à penser l’autre. Ainsi les conceptions de — et les rapports à — la propriété foncière constituent d’excellents révélateurs et filtres d’analyse des fondements anthropologiques, culturels, économiques ou encore politiques des sociétés contemporaines, aussi bien autochtones qu’« occidentales ». L’organisation des « Journées d’études interdisciplinaires sur les régimes de propriété foncière » par le Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (CREDO, CNRS, Marseille) et l’Institut universitaire Kurt Bösch, (IUKB, Université de Lausanne), au printemps et à l’automne 2011, fut l’occasion de (re)poser et de (re)penser certaines questions relatives à cette problématique. Des questions d’ordre épistémologique se sont posées alors, qui ne pouvaient qu’interpeller les chercheurs, quelle que soit leur discipline. Ainsi, il convient de penser la diversité des conceptions des rapports de « propriété » ou de « possession » en dehors des catégories normatives occidentales. Bien que rien ne s’oppose fondamentalement à une telle démarche, elle est rarement complètement embrassée dans les faits. Soit que les « habitudes de pensée » du système dominant s’imposent comme si elles étaient transparentes, et voilent la perception de catégories alternatives. Soit que les acteurs n’aient pas intérêt à modifier leurs catégories, par exemple en raison d’intérêts politiques ou économiques. Toujours est-il que les systèmes juridiques censés « traduire » des systèmes fonciers autochtones dans les termes juridiques du système dominant, de manière à reconnaître les droits fonciers autochtones, reflètent rarement les catégories locales de manière satisfaisante. Quels sont, précisément, les ressorts, les enjeux, les conséquences de ce défaut de reconnaissance ? Ces questions intéressent la recherche d’aujourd’hui et celle de demain, interrogeant à la fois la construction de la compréhension (ou de l’incompréhension) interculturelle et les enjeux épistémologiques et éthiques de nos disciplines (les épistémologies étant inséparables de leur mise en pratique).

2Ce livre présente quelques-unes des réflexions, des concepts et des conclusions ayant émergé à l’occasion de ces journées d’étude. Il réunit des contributions de chercheurs de différents horizons et de différentes formations disciplinaires. Certaines d’entre elles ont été présentées lors des deux séries de journées d’étude organisées à Sion (Suisse) puis à Marseille (France) en 2011. Le premier et le neuvième chapitre ont été rédigés par des chercheurs n’ayant pas pu participer à ces journées, mais dont l’intérêt marqué pour les questions qu’elles posaient justifiaient la contribution. Les questions posées lors de ces journées d’étude furent notamment les suivantes :

3Comment se définit la conception occidentale de la propriété foncière et comment s’est-elle construite ? De quelle(s) manière(s) peut-on aborder, définir les concepts de propriété et de possession ? Quelles différences entre ces notions ?

4Quelles sont les spécificités des « régimes fonciers » autochtones ? Quels sont les termes (conceptions, catégories) dans lesquels les populations indigènes pensent leurs rapports à la terre et leur organisation ? Conceptualisent-ils ces relations, et de quelle(s) manière(s) ?

5Dans quelles conditions les politiques de reconnaissance des droits fonciers se sont-elles développées ? Quels étaient/sont les principaux acteurs, objectifs et instruments de cette politique ? Quelles sont les réponses autochtones apportées aux injonctions émanant de l’État et organisant le cadre légal des revendications foncières ? Quels sont les processus ou les stratégies d’adaptation ou d’expression autochtones ? Quelles conséquences ces réponses entraînent-elles en retour au niveau du système foncier local (par exemple quelles sont les conséquences d’une codification juridique des droits autochtones sur leurs rapports à la terre et/ou les rapports sociaux) ?

6La littérature académique compte de nombreuses descriptions de systèmes « coutumiers » autochtones et de leurs rapports à la terre. De nombreuses études s’intéressent aussi à la question des revendications foncières autochtones et à celle de la reconnaissance de ces rapports à la terre par les cadres juridiques des sociétés qui les englobent. En Australie, les analyses du cadre législatif et juridique du Native Title Act 1993 par exemple pointent les contradictions et les conséquences problématiques d’un tel dispositif de reconnaissance, et notamment les problèmes liés aux enjeux de la traduction et de la codification de rapports aborigènes à la terre par et dans un système culturel radicalement différent (Dousset et Glaskin 2007, 2011 ; Glaskin 2003, 2007 ; Merlan 2006 ; Smith et Morphy, 2007 ; Weiner et Glaskin 2006). Les droits reconnus par le Native Title sont partiels, et la plupart du temps, ne permettent pas aux autochtones de reprendre possession de leurs territoires comme ils l’entendent. Les analyses révèlent aussi les stratégies des différents acteurs en relation à ces traductions, acteurs politiques ou économiques, autochtones ou États. Il existe aussi un certain nombre de travaux d’économistes, de spécialistes du droit ou des sciences politiques proposant des réflexions théoriques sur les notions de « possession » et de « propriété », comme le montrent bien les contributions de Van Griethuysen et Steppacher, Aubin et Nahrath, Knoepfel et Schweizer.

7L’intérêt du présent volume réside principalement dans le fait de réunir dans un même ouvrage des contributions nouvelles de chercheurs travaillant sur ces différentes questions, mais surtout avec différentes approches disciplinaires. C’est dans le dialogue et l’échange entre ces diverses disciplines que sont la science politique, l’anthropologie, la géographie ou l’économie, pour penser ensemble la question de la rencontre entre des conceptions différentes du « foncier », qu’il faut chercher le véritable objectif de cet ouvrage. Enfin, l’introduction d’une thématique supplémentaire à cette problématique des questions foncières, celle du développement touristique dans des contextes de revendications ou de conflits fonciers autochtones, enrichit et renouvelle la réflexion.

8À l’heure où certains chercheurs critiquent les cadres juridiques et légaux mis en place pour répondre aux demandes de reconnaissance des droits fonciers autochtones, ainsi que les interprétations juridiques qu’ils proposent de ces systèmes fonciers, il paraît intéressant de se tourner vers les conceptions occidentales de la propriété qui ont informé ces interprétations et ont en partie produit ces entités hybrides (Altman 2004). La première partie de cet ouvrage présente donc des réflexions plus théoriques sur les différents avatars du rapport au foncier, en définissant et discutant deux notions : la « propriété » d’une part, qui a cours dans les systèmes juridiques des pays occidentaux, et la « possession », qui englobe ses alternatives. Ces concepts doivent être compris au sens de l’idéaltype wéberien qui n’ont pas la prétention d’épuiser la diversité du réel. Ils représentent toutefois des outils théoriques utiles, ouvrant sur des réflexions et des discussions qui dépassent les limites de la pure théorie. Les concepts de propriété ou de possession tels qu’ils sont définis dans cet ouvrage permettent ainsi de décrire les rapports, par ailleurs codifiés, que de nombreuses sociétés dites « occidentales » entretiennent aujourd’hui avec la terre, ainsi que de mieux comprendre les catégories dans lesquelles sont pensés leurs systèmes juridiques. Ces concepts aident ainsi à appréhender les relations, les problèmes et les enjeux de la rencontre entre deux systèmes organisant et pensant les rapports à la terre différemment.

9L’objectif premier des journées d’étude fut donc de rassembler des chercheurs issus de différentes disciplines et adoptant face aux questions foncières des approches différentes. Les discussions ont ainsi principalement réuni des anthropologues, des politologues et des géographes, c’est-à-dire des chercheurs ne partageant pas les mêmes approches épistémologiques ni les mêmes méthodes. Des chercheurs défenseurs d’une démarche inductive et de la prise en compte des catégories émiques (Dousset, ce volume), comme le font les anthropologues, travaillent nécessairement différemment de ceux qui articulent leurs réflexions autour de la discussion ou de la construction de concepts théoriques, d’idéaltypes (van Griethuysen et Steppacher, ce volume). Par ailleurs, la plupart des anthropologues réunis lors de ces journées mènent leurs recherches dans des sociétés océaniennes où ils sont constamment amenés à questionner leurs propres catégories de pensée. Il ne s’agit pas d’opposer les anthropologues et les « autres », mais de tenter de dégager des clés de compréhension pour résoudre des malentendus qui peuvent parfois émerger lors des échanges entre disciplines. Les géographes ou les politologues adoptent par exemple parfois des démarches inductives ou des méthodes d’observation participante, et les anthropologues ne se contentent pas de produire des descriptions purement ethnographiques déconnectées de tout cadre de réflexion plus universel. Les journées qui sont à l’origine de cet ouvrage ont toutefois permis de souligner un certain nombre de malentendus qui entravent parfois la communication entre les disciplines. Ce qui ne peut que confirmer l’intérêt de ce genre de rencontre et d’un ouvrage récapitulant certains des axes de réflexion, concepts et conclusions qui ont pu en émerger. Car les échanges issus de ces journées se révélèrent résolument stimulants et productifs, confirmant la valeur heuristique du malentendu et du décloisonnement intellectuel.

10Parmi les axes de réflexion issus de ces rencontres, la question de l’évolution de la (des) conception(s) occidentale(s) de la propriété et des enjeux qu’implique cette évolution, en termes de défis de codification du droit (voir Knoepfel et Schweizer sur les débats autour du Code civil suisse) ou encore en termes des conflits dont elle est porteuse et de ses conséquences sur la régulation des rapports sociaux (Aubin et Nahrath sur l’évolution historique de la propriété en suisse) est apparue comme particulièrement intéressante. En montrant que nos catégories foncières, loin d’être anhistoriques et évidentes, sont en fait récentes et construites, les contributions de Knoepfel et Schweizer, Aubin et Nahrath ou van Griethuysen et Steppacher donnent une profondeur historique stimulante aux débats plus contemporains sur les enjeux de l’importation du modèle foncier occidental dans d’autres sociétés. Elles apportent un éclairage important sur les origines des conceptions de la propriété et des problèmes qu’elles soulèvent actuellement. Ces contributions soulignent aussi que l’imposition de ce modèle en Europe même n’a pas été sans poser problème.

11Un autre questionnement central dans cet ouvrage est celui de la définition du rapport au foncier. Qu’est-ce qu’un rapport de « propriété » ? Les contributions de van Griethuysen et Steppacher d’une part, et celle de Dousset d’autre part, proposent deux réponses différentes. La question de la rencontre entre des conceptions nécessairement différentes et celle de ses conséquences paraît centrale. Elle peut être décomposée en deux problématiques distinctes : celle de la reconnaissance, de ses termes et de ses enjeux (Fache, Bernard, Travési) ; et celle du métissage, ou de la cohabitation juridique (Blondet, Nayral).

12Enfin la dimension des enjeux économiques, mais aussi sociaux, politiques et symboliques (Dellier et Guyot, Marie dit Chirot, Condevaux) des conflits fonciers a elle aussi marqué la réflexion de cet ouvrage.

13Le volume présente un éventail de situations très variées. Situés sur divers continents (voir la carte en page 18), les cas renvoient à des histoires coloniales bien distinctes, certaines plus anciennes, d’autres plus récentes ; les problématiques relèvent parfois du légal ou de l’étatique, parfois du social, parfois de l’économique. Malgré cette diversité, un « air de famille » se dégage assez clairement, tissé de traits récurrents que l’on observe un peu partout au fil des cas, affleurant parfois sous des jours différents.

14Dans tous les cas présentés, les autochtones adoptent des stratégies actives et réfléchies pour faire pencher la loi dans le sens qui les intéresse. Cela peut prendre la forme d’actions inscrites dans un cadre administratif lui-même prévu par la loi (Australie de l’Ouest, Bernard), de mouvements politiques ouvertement protestataires (Mexique, Marie dit Chirot), ou encore de manipulations des symboles visant à contourner des lois existantes (Kimberleys, Australie, Travesi). Dans toutes les situations décrites, les autochtones trouvent des moyens pour affronter, contourner ou surmonter la loi. Ainsi, les contributions de ce volume témoignent bien de l’« agencéité » marquée de très nombreuses communautés de par le monde au sujet du foncier. Toutefois, cela ne doit pas nécessairement nous conduire à conclure que ces attitudes sont partout systématiques.

15D’autres traits, apparemment caractéristiques des questions foncières dans le cadre postcolonial, reviennent régulièrement. Partout, c’est la parenté qui vient fonder, organiser et justifier les revendications. Très souvent, les groupes humains acteurs des questions foncières se voient remodelés et réorganisés lorsqu’il faut passer d’une propriété collective à une propriété individuelle, ou l’inverse : ainsi, l’évolution du système foncier remet profondément en question l’organisation sociale. Par exemple, il faut s’organiser en « trusts », c’est-à-dire en groupes « légitimés » par le système dominant, pour accéder à la propriété légale. Dans de nombreux cas, les enjeux économiques viennent bouleverser les principes de l’organisation foncière. Les acteurs sont sommés ou contraints de s’engager dans certaines activités économiques pour maintenir leur patrimoine foncier, qu’ils utilisent alors très différemment en raison des contraintes économiques. Parmi les activités économiques, le tourisme revient très régulièrement, et semble jouer un rôle de pivot. Outre le fait que le tourisme est l’une des activités vers lesquelles se tournent le plus facilement les populations, sa fonction de « révélateur » des problématiques foncières tient peut-être à ce que la présence de visiteurs étrangers met les acteurs au pied du mur, les forçant à décider de qui a le droit d’accueillir ces visiteurs, c’est-à-dire, qui est propriétaire de la zone visitée ?

16Au sein de cette constellation de cas détaillés au fil des chapitres, il est possible de repérer quelques aspects saillants et fondateurs, qui peuvent être proposés comme réponses à certaines des questions posées dans cette introduction. D’abord, le passage problématique à la propriété privative en Europe illustre que les difficultés résultant de la conciliation de deux systèmes fonciers ne sont pas nouvelles. Il faut retenir les problèmes posés par la volonté de calquer sur d’autres sociétés des schémas conceptuels qui leur sont étrangers. Par exemple, nous concevons a priori la propriété comme individuelle, et surtout orientée vers le pratique et le matériel, ce qui est loin d’être le cas dans toutes les sociétés humaines. En Australie par exemple, les droits de propriété sont répartis collectivement, et ils s’appliquent aussi bien à des terres qu’à des récits, des motifs picturaux. La reconnaissance d’un « système foncier » dans les termes d’un autre est donc problématique. Elle implique souvent des conflits, la codification de systèmes dont la nature était pourtant d’intégrer le changement et la négociation, la reproduction de rapports de pouvoir et de domination par l’imposition de catégories et de cadres exogènes, le caractère nécessairement inachevé d’une reconnaissance bridée par les intérêts politiques du groupe dominant, dont la recherche peut se poursuivre au-delà du contexte des revendications foncières (Travési).

17Ces difficultés, comme celles rencontrées lors de la codification du droit foncier dans le code civil suisse, et comme les problèmes qui existent aussi dans des cas de métissage juridique (Blondet) ou de volonté politique de préservation de la coutume (Condevaux), témoignent des défis que doivent relever les législateurs pour concilier des intérêts divers dans des contextes de pluralisme mais aussi d’hybridation sociale et culturelle.

18Par ailleurs, si la rencontre de conceptions différentes est problématique, elle ne les renvoie pas pour autant dos à dos. Il existe des influences et des prises en compte réciproques, de vraies tentatives de compréhension et de reconnaissance, mais aussi des stratégies de récupération ou de contournement des nouveaux systèmes juridiques mis en place (Blondet, Bernard). La dimension d’expansion capitaliste de l’économie de propriété, le modèle privatif décrit comme propre au régime de propriété (modèle occidental), la dimension économique monétaire du foncier, sont par ailleurs aujourd’hui des motivations majeures des revendications foncières autochtones. Très souvent, les populations autochtones cherchent à obtenir des terres pour créer des activités économiques — souvent, des activités touristiques (Dellier et Guyot, Condevaux,). L’association des droits fonciers avec le développement économique est parfois une condition de la reconnaissance de droits fonciers dans le système dominant (Bernard). Certains auteurs (Blondet, Condevaux) signalent aussi le développement d’un phénomène d’individualisation sociale, accompagnant souvent (mais pas systématiquement) le développement économique. Parfois l’introduction du modèle occidental de la propriété privative, même s’il n’a pas été imposé aux autochtones, les a influencés et les pousse à l’imiter. Les modalités collectives de la propriété sont alors progressivement remplacées par des modalités individuelles. Par ailleurs, lorsque les restitutions foncières s’inspirent du modèle coutumier et prennent la forme d’une restitution collective, cela peut également provoquer des tensions, dans un contexte où les autochtones défendent de plus en plus des intérêts individuels et cherchent à acquérir des terres individuelles plutôt que collectives (Condevaux, Blondet).

19Enfin, si l’on devait encore dégager deux conclusions pour résumer les éclairages apportés par les contributions à cet ouvrage, il s’agirait de dire que pour les propriétaires, au niveau local, les rapports au foncier sont bien des relations entre des personnes (Dousset), et que l’espace est avant tout humanisé. À une échelle moins locale, en revanche, le foncier est souvent géré en fonction d’enjeux économiques et politiques, et ce hiatus crée justement de sérieuses difficultés (Marie dit Chirot, Dellier et Guyot).

20Les premiers chapitres de cet ouvrage développent des réflexions essentiellement théoriques et historiques sur les conceptions occidentales de la « propriété ».

21Dans le premier chapitre, Pascal van Griethuysen et Rolf Steppacher, économistes de l’IHEID de Genève, proposent une analyse économique théorique des concepts de possession et de propriété dont ils s’attachent à distinguer les rationalités économiques respectives (chapitre 1). La particularité du régime de propriété résiderait ainsi dans sa « capacité intrinsèque à initier de manière spontanée une dynamique d’expansion capitaliste, à travers la création d’un capital monétaire permettant de financer des activités économiques sans épargne préalable ». La démarche de ces économistes est une démarche analytique à portée conceptuelle. Les notions de possession et de propriété sont envisagées comme des « idéaltypes au sens wébérien du terme, des modèles conceptuels théoriques construits afin de mettre en exergue certaines caractéristiques idéal-typiques, [ici] les hiérarchies normatives qui caractérisent les modèles de rationalité capitaliste et de raison éco-sociale » et n’épuisent donc pas à elles seules des réalités qui intègrent des logiques complexes. Cette distinction conceptuelle ouvre cependant un certain nombre d’axes de réflexion théorique stimulants.

22Le second chapitre prolonge cette réflexion conceptuelle sur les concepts de propriété et de possession d’un point de vue cette fois juridique et politologique (chapitre 2). Stéphane Nahrath et David Aubin, politologues, s’interrogent sur les conséquences du passage, en Suisse à la fin du XVIIIe siècle, d’un régime de possession à un régime de propriété en ce qui concerne les rapports sociaux au foncier et à l’environnement. C’est donc aussi dans une perspective historique qu’ils replacent l’émergence d’une conception occidentale de la propriété — conception privative — et son institutionnalisation dans le droit civil européen avant qu’elle n’influence les conceptions occidentales des régimes fonciers autochtones. Cette distinction entre possession et propriété permet alors d’appréhender certains des enjeux contemporains des revendications foncières autochtones sous un jour nouveau. L’étude de la genèse et des fondements du régime de la propriété privative permettrait ainsi de mieux comprendre les causes des rapports conflictuels entre conceptions occidentales et autochtones des rapports de propriété et la difficulté à faire cohabiter des formes diverses de régimes de « propriété ». Elle permettrait aussi de fournir des pistes pour atténuer ces contradictions. Les sources de l’incompatibilité entre propriété privative et possession commune sont, selon Aubin et Nahrath, à chercher dans le passage du régime de la possession par plura dominia vers le régime libéral de la propriété privative et sont : la suppression de la catégorie de la propriété commune ; l’incapacité à saisir juridiquement certaines ressources communes ; la multiplication et surtout la complexification et la technicisation des formes juridiques de régulation des formes contemporaines de la propriété simultanée ; l’intégration des ressources environnementales et foncières dans la sphère des relations marchandes.

23Peter Knoepfel et Rémi Schweizer, juristes de formation et politologues, exposent les résultats de leur étude du Code civil suisse de 1907 dans le chapitre 3, consacré à la construction sociale, politique, et historique du concept de propriété foncière, à travers les défis auxquels ont dû faire face les législateurs. Les auteurs identifient ces défis comme un défi conceptuel impliquant la prise en compte du droit romain et/ou du droit germanique, un défi de reconnaissance du niveau local, un défi d’intégration économique ou de conciliation du code civil fédéral et des codes cantonaux, et le défi enfin du choix entre droit privé et droit public.

24Cette première partie se clôt sur la contribution de Laurent Dousset, qui analyse, dans une perspective résolument anthropologique, le rapport au foncier d’un groupe aborigène du Désert de l’Ouest australien (chapitre 4). Il conclut de cette étude que « le système foncier des Ngaatjatjarra et le système législatif de l’Australie dominante sont diamétralement opposés et profondément incompatibles », et insiste sur la « difficulté de généraliser la notion à d’autres sociétés dont les systèmes de valeurs et les cosmogonies sont différents ». Au contraire de van Griethuysen et Steppacher (chapitre 1), ou au-delà de leurs conclusions, Dousset estime que le rapport au foncier ne se limite pas à des aspects matériels mais intègre aussi une mémoire sociale et individuelle, mythologique et ontologique, et se présente d’abord comme une cartographie d’un espace humanisé. Les rapports au foncier doivent donc d’abord être envisagés comme des relations sociales, des rapports entre des gens davantage que des relations entre les gens et des choses : « les conceptions et affiliations foncières sont des technologies sociales qui articulent les réseaux et relations sociales ».

25La seconde partie de l’ouvrage réunit des contributions intéressées par la rencontre entre conceptions occidentales et autochtones du rapport à la terre, et en particulier par la question de la reconnaissance des droits autochtones par les juridictions occidentales. Ces chapitres traitent des enjeux et des problèmes posés par cette reconnaissance.

26Dans le chapitre 5, Élodie Fache présente sous l’angle anthropologique les rapports au foncier des Aborigènes d’une communauté du nord de l’Australie, les « droits responsabilités » qu’ils définissent, et la manière dont ils sont reflétés dans la législation australienne qui garantit des droits fonciers à ces populations (ALRA). La confrontation de la conception aborigène avec les conditions de sa reconnaissance révèle certains problèmes. Fache pointe à son tour la double asymétrie du processus de « reconnaissance » des droits et responsabilités fonciers aborigènes décelée par Dousset et Glaskin (2011) dans le cadre législatif incarné par le Native Title Act 1993, créé pour reconnaître les droits autochtones. Cette asymétrie réside d’abord dans le fait que l’« appareillage juridique australien » détient le privilège d’exercer la reconnaissance, et impose les termes de cette reconnaissance, termes empreints des conceptions occidentales de la propriété. Mais dans cette rencontre entre deux conceptions du foncier radicalement opposées, Fache identifie encore une troisième asymétrie, établie cette fois non pas entre ceux qui reconnaissent et ceux qui demandent à être reconnus, mais, au sein de la population autochtone, entre ceux dont le statut et les droits fonciers sont effectivement reconnus dans le nouvel arsenal juridique, et les autres.

27Le chapitre suivant (chapitre 6) approfondit la question de l’imposition par le cadre légal australien de la reconnaissance des droits fonciers autochtones de ses propres termes et conceptions. Virginie Bernard, anthropologue, s’intéresse aux discours et définitions véhiculées et imposées par les cadres légaux et juridiques australiens dans les processus de demande d’acquisition foncière dans le sud-ouest du pays. Elle examine les contraintes, enjeux et conséquences que ces processus impliquent pour les Aborigènes Noongar. Mais elle introduit aussi la question des réactions des acteurs aborigènes, leurs stratégies de contournement, de réappropriation, de négociations de ces logiques imposées de l’extérieur.

28La contribution de Mélissa Nayral, anthropologue, s’appuie sur un autre exemple océanien, celui de la Nouvelle-Calédonie et plus précisément de l’île d’Ouvéa (chapitre 7). L’auteure propose un « état des lieux de la question foncière à Ouvéa », où le foncier représente à la fois un élément important de la « coutume » kanak et de l’histoire et de la vie politique du pays. Ce chapitre présente un cas intéressant, car bien que les autochtones n’aient pas été dépossédés de leurs terres, la question foncière n’en est pas moins problématique. Ouvéa offre l’exemple d’une gestion en apparence équilibrée des terres coutumières par les kanak, sous tutelle de l’État. Mais elle n’est pas pour autant exempte de conflits fonciers et de tensions politiques parfois au sein même des chefferies coutumières. Nayral signale aussi l’intérêt de la question des droits d’usage du territoire maritime et invite à étudier dans le détail le foncier maritime.

29Marieke Blondet, anthropologue, propose pour sa part une description du métissage juridique caractéristique des Samoa américaines, qui possèdent un « système juridique teinté de coutume samoane et de droit commun américain ». L’exemple des Samoa américaines est particulièrement stimulant en ce qu’il représente un exemple de cohabitation inscrite dans la loi, de deux systèmes fonciers, où malgré l’introduction de la propriété privée les dispositions juridiques occidentales ont aussi été pensées pour prendre en compte et préserver le système foncier coutumier. Un tel dispositif a pourtant lui aussi ses limites, et c’est à leur présentation que s’attache ici l’auteure. Selon elle, la fixation légale de principes coutumiers souples et flexibles présente l’inconvénient d’institutionnaliser et de rigidifier un système qui peine de plus en plus à promouvoir la discussion et la conciliation dans la résolution des conflits. Par ailleurs ce dispositif n’empêche pas la montée de l’individualisme (et de l’individualisation des terres) qui menacerait à terme le mode de vie communautaire et le système des chefferies.

30Les chapitres suivants (chapitres 9, 10, 11 et 12) intègrent à l’analyse des rencontres entre conceptions occidentales et coutumières du rapport à la terre une autre dimension, qui est celle du développement touristique.

31Julien Dellier et Sylvain Guyot, géographes, s’interrogent sur les conséquences et les enjeux pour les populations d’Afrique du Sud du redécoupage territorial et de la réforme foncière initiés par les gouvernements post-apartheid confrontés à la gestion d’héritages fonciers multiformes (chapitre 9). À travers l’exemple des revendications des communautés xhosa de l’ex-bantoustan du Transkei, les auteurs posent deux questions : « Quels sont les attendus et les contraintes des bouleversements territoriaux en cours en Afrique du Sud ? Et quelles sont alors les implications de ces changements dans l’accès des communautés des ex-bantoustans à de nouveaux droits fonciers ? » La perspective d’intérêts économiques associés à certaines terres pose par ailleurs la « question de la place accordée à la réparation des injustices passées face aux enjeux de développement ». L’analyse des auteurs révèle une situation paradoxale, dans laquelle malgré des politiques en faveur de la cogestion et de la redistribution des revenus financiers de certaines activités, notamment touristiques, les communautés demeurent exclues des projets de développement et de leurs retombées économiques.

32Aurélie Condevaux, anthropologue, étudie le rôle historique du développement touristique dans les relations entre Maoris et colons britanniques et entre les Maoris eux-mêmes, mais aussi celui que le tourisme continue de jouer dans les revendications autochtones contemporaines en Nouvelle-Zélande (chapitre 10). Les Maoris demandent aujourd’hui des réparations matérielles pour les torts causés par la confiscation de certaines de leurs terres par les colons, terres dont la mise en valeur touristique en a augmenté l’intérêt économique. Or ces revendications et la réponse qui leur est apportée sous la forme notamment de restitutions foncières collectives sont sources de tensions et de conflits, dans une société autochtone où la propriété se trouve depuis longtemps déjà segmentée et individualisée et où le retour à une gestion collective de la terre n’est pas sans poser certains problèmes.

33Le chapitre suivant (chapitre 11) offre un autre exemple de lutte et de conflits pour l’appropriation et le contrôle de l’espace touristique, cette fois au Mexique. Clément Marie dit Chirot, géographe, place la notion d’espace et de ses usages au centre de l’analyse. Il propose « d’interroger le rôle du tourisme dans la reproduction ou la transformation des rapports sociaux et d’appréhender les conséquences politiques et sociales de la valorisation du foncier sous l’effet d’un développement touristique », à travers l’étude comparée de deux situations où la mise en tourisme s’est accompagnée de conflits fonciers.

34Dans le dernier chapitre (chapitre 12), Céline Travési, anthropologue, explore les dimensions politiques du tourisme aborigène bardi jawi dans les Kimberleys, une région du nord-ouest de l’Australie. L’auteure postule qu’une demande de reconnaissance de la part des Aborigènes se rejoue dans ce contexte, revendication relativement similaire à celle qu’ils poursuivaient il y a peu de temps encore dans leurs revendications foncières légales. Cette recherche de reconnaissance vise la compréhension et le respect du rapport local à la terre tel qu’il est vécu et pensé par les Aborigènes plutôt que la reconnaissance de droits, terminologie appartenant à un système dont les conceptions de la « propriété » sont nécessairement différentes — le système foncier australien. Le chapitre examine donc encore une fois la rencontre entre deux « systèmes fonciers » différents, les enjeux posés par la traduction d’un système dans un autre ; mais il place aussi la transposition de ces enjeux dans un autre contexte, celui du développement d’activités touristiques autochtones.

Localisation des études de cas traitées dans le volume

Localisation des études de cas traitées dans le volume

3. Suisse (Knoepfel et Schweizer)
4. Australie, Désert de l’Ouest (Dousset)
5. Australie, Terre d’Arnhem, Ngukurr (Fache)
6. Australie, Avon Valley (Bernard)
7. Nouvelle-Calédonie, îles Loyauté, Ouvéa (Nayral)
8. Samoa Américaines (Blondet)
9. Afrique du Sud, province du Cap oriental, ex-bantoustan du Transkei (Dellier et Guyot)
10. Nouvelle-Zélande, Rotorua (Condevaux)
11a. Mexique, État d’Oaxaca, Huatulco (Marie dit Chirot)
11b. Riviera Maya, Playa del Carmen (Marie dit Chirot)
12. Australie, Kimberley, péninsule Dampier (Travési)

Bibliographie

Altman, Jon
2004 «Economic development and Indigenous Australia: Contestations over property, institutions and ideology».
The Australian Journal of Agricultural and Resource Economics, 48(3): 513-534.

Dousset, Laurent et Glaskin, Katie
2007 « Western Desert and Native Title : How models become myths ».
Anthropological Forum, 17(2) : 127-148.
2011 « The asymmetry of recognition : law, society, and customary land tenure in Australia ».
Pacific Studies, 34(2-3) : 142-156.

Glaskin, Katie
2003 «Native title and the ‘bundle of rights’ model: Implications for the recognition of Aboriginal relations to country».
Anthropological forum, 13 (1): 67-88.
2007 «Claim, culture and effect: Property relations and the native title process». In B. Smith and F. Morphy (eds),
The Social Effects of Native Title: Recognition, Translation, Coexistence, Research Monograph 27. Canberra: Australian National University Press, p. 59-78.

Merlan, Francesca
2006 «Beyond tradition»,
The Asia Pacific Journal of Anthropology, 7 (1): 85-104.

Smith, Benjamin and Frances Morphy, (eds)
2007
The Social Effects of Native Title: Recognition, Translation, Coexistence, Research Monograph 27. Canberra: Australian National University Press, p. 1-29.

Weiner, James and Glaskin, Katie
2006 «Introduction: The (re)invention of Indigenous Laws and Customs»,
The Asia Pacific Journal of Anthropology, 7 (1): 1-13.

Table des illustrations

Titre Localisation des études de cas traitées dans le volume
Légende 3. Suisse (Knoepfel et Schweizer)4. Australie, Désert de l’Ouest (Dousset)5. Australie, Terre d’Arnhem, Ngukurr (Fache)6. Australie, Avon Valley (Bernard)7. Nouvelle-Calédonie, îles Loyauté, Ouvéa (Nayral)8. Samoa Américaines (Blondet)9. Afrique du Sud, province du Cap oriental, ex-bantoustan du Transkei (Dellier et Guyot)10. Nouvelle-Zélande, Rotorua (Condevaux)11a. Mexique, État d’Oaxaca, Huatulco (Marie dit Chirot)11b. Riviera Maya, Playa del Carmen (Marie dit Chirot)12. Australie, Kimberley, péninsule Dampier (Travési)
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

Auteurs

Céline Travesi est anthropologue, doctorante au Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale (LACS) de l’Université de Lausanne (Suisse) et membre associée du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie à Marseille (CREDO). Elle mène des recherches en Australie auprès de groupes aborigènes du sud-ouest des Kimberley et termine actuellement une thèse sur les rapports de savoir et les rapports de pouvoir autour desquels les Australiens, selon qu’ils se définissent ou non comme Aborigènes, organisent leurs relations, renégocient et expérimentent de nouvelles manières d’interagir et de se (re)définir mutuellement. Céline Travési observe ces phénomènes sociaux dans le contexte particulier du développement du tourisme par les autochtones et dans celui, plus large des politiques sociales australiennes. Ses recherches portent sur les cadres et les modalités d’expression de la conscience politique aborigène contemporaine, le statut du récit en relation avec les notions de savoir, d’autorité, de pouvoir et de reconnaissance, les processus de définition de soi et des autres et la production du social et du politique.

Maïa Ponsonnet est ethno-linguiste, spécialiste des langues dalabon et Barunga kriol (Australie, Territoire du Nord). Après une thèse à l’Australian National University, elle est actuellement en post-doctorat au laboratoire Dynamique du Langage (CNRS, Lyon). Son thème de recherche privilégié est l’encodage linguistique des émotions (The language of emotions : The case of Dalabon, John Benjamins 2014). Dans ce cadre, elle a travaillé sur les descriptions du corps et notamment les notions de possession, d’aliénabilité et d’inaliénabilité (voir l’article « Nominal subclasses in Dalabon », paru dans l’Australian Journal of Linguistics).

© pacific-credo Publications, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search