Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dynamiques religieuses dans le pacifique

 | 
Gabriele Weichart
, 
Françoise Douaire-Marsaudon

Notices sur les auteurs

Texte intégral

1 Pascale Bonnemère est directrice de recherche au CNRS et membre du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (CREDO), à Marseille. Elle mène des enquêtes ethnographiques auprès des Ankave-Anga de Papouasie Nouvelle-Guinée depuis 1987, le plus souvent en collaboration avec Pierre Lemonnier. Elle a publié : Le pandanus rouge : Corps, différence des sexes et parenté chez les Ankave-Anga, CNRS-Éditions et Éditions de la MSH (1996) ; Les tambours de l’oubli : la vie ordinaire et cérémonielle d’un peuple forestier de Papouasie (avec P. Lemonnier), Au Vent des îles (2007) ; et a coordonné : Women as Unseen Characters : Male Ritual in Papua New Guinea, University of Pennsylvania Press (2004) et Ce que le genre fait aux personnes (avec I. Théry), Éditions de l'EHESS (2008). Elle termine actuellement un ouvrage sur la construction de la personne masculine à partir de l'étude du rituel organisé à l'occasion de la naissance d’un premier enfant.

2 Françoise Douaire-Marsaudon est directrice de recherche au CNRS et membre du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (CREDO), à Marseille. Ses recherches, commencées en 1982 à Tonga, puis à Wallis et à Futuna, ont pour objet l’étude des rapports entre les transformations des systèmes politiques polynésiens et la construction de la personne (sexuée), les processus de christianisation et les relations entre mémoire et histoire. Elle a publié notamment Les premiers fruits : Parenté, identité sexuelle et pouvoirs en Polynésie (Tonga, Wallis et Futuna), Paris : CNRS-Éditions et Éditions de la MSH (1998) et elle a coordonné plusieurs ouvrages dont The Changing South Pacific : Identities and Transformations, (avec S. Tcherkézoff), Canberra : Pandanus Book, ANU (2005) ; Missionnaires chrétiens, XIXe-XXe, Asie-Pacifique (avec A. Guillemin et C. Zheng) Autrement (2008) ; Grand-mère, grand-père. La grand parentalité en Asie et dans le Pacifique, Marseille, Publications de l’Université de Provence (2008).

3 Annelin Eriksen est professeur associé d’anthropologie au département d’anthropologie sociale, à l’Université de Bergen, en Norvège. Elle a accompli, depuis 1995, des recherches de terrain à Ambrym, au Vanuatu, ainsi que dans la capitale Port-Vila. Sa monographie, Gender, Christianity and Change, An analysis of social movements on Ambrym, Vanuatu, basée sur sa thèse de doctorat, a été publiée par Ashgate en 2008. Elle a aussi co-édité, en collaboration avec Bruce Kapferer et Kari Telle, l’ouvrage Contemporary Religiousities : Ermergent Socialities and the Post Nation State, Berghahn (2009).

4 Richard EVES est directeur de recherche à l’Université Nationale d’Australie (ANU) et membre du programme État, Société et Gouvernance en Mélanésie. Ses recherches sur la religion vont de l’histoire de la mission méthodiste dans le Pacifique aux formes contemporaines du christianisme en Papouasie Nouvelle-Guinée. Ses travaux les plus récents portent sur les interprétations chrétiennes de l’épidémie de Sida et sur les reconfigurations chrétiennes de la masculinité. Ses dernières publications comprennent l’ouvrage collectif (with Leslie Butt), Making Sense of AIDS : Culture, Sexuality and Power in Melanesia (2008) ainsi que l’article « ‘In God’s Hands’ : Pentecostal Christianity, Morality and Illness in a Melanesian Society », Journal of the Royal Anthropological Institute (2010).

5 Astrid de HONTHEIM est docteur en anthropologie (Université Libre de Bruxelles [ULB] et Université d’Aix-Marseille 1), collaboratrice scientifique du Centre d’Anthropologie Culturelle de l’ULB et chercheur au Centre Interdisciplinaire d’études des Religions et de la Laïcité. Elle enseigne l’anthropologie de l’Océanie à l’ULB et à l’Université d’Ottawa, l’anthropologie religieuse à l’Université de Mons et l’anthropologie de la famille et de la naissance à l’EIULB. Ses intérêts de recherche portent sur les missionnaires pionniers dans le Pacifique, les contenus symboliques de l’objet d’art, l’alimentation rituelle, la construction de l’image des peuples océaniens dans la littérature et les médias et l’exorcisme chrétien, envisagé dans un cadre anthropologique, historique et psychiatrique. Elle est l’auteur de Chasseurs de diables et collectionneurs d’art. Tentatives de conversion des Asmat par les missionnaires pionniers protestants et catholiques (2007), Presses Interuniversitaires Européennes (PIE-Peter Lang).

6 Denis Monnerie est professeur d’ethnologie à l’Université de Strasbourg et membre du Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe. Son travail se développe dans une perspective comparatiste explorant formes, dynamiques et significations du social. Après des voyages et enquêtes en Asie, il s’est plus particulièrement intéressé à l’Océanie où le cadre de ses recherches est dessiné par les articulations entre les sociétés locales et leurs relations externes. Ceci d’abord à Mono-Alu aux îles Salomon du Nord-Ouest, avec des recherches d’ethnohistoire concernant les XIXe et XXe siècles. Depuis 1992, il travaille sur le terrain à Arama et dans la région Hoot ma Whaap, au nord de la Nouvelle-Calédonie. Il a publié notamment Nitu, les vivants, les morts et le cosmos selon la société de Mono-Alu (Îles Salomon), Leiden, Center for Non Western Studies (Pays-Bas), (1996) et La parole de notre Maison. Discours et cérémonies kanak aujourd’hui, Paris, CNRS Éditions et Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (2005).

7 Marc Tabani, ethnologue, chargé de recherche au CNRS, a mené de nombreuses enquêtes à Vanuatu et en Nouvelle-Calédonie depuis 1993. Ses deux thèmes de prédilection sont : les politiques de l’identité et de la tradition dans le contexte du processus d’édification nationale à Vanuatu ; les mouvements millénaristes en Mélanésie et plus spécialement le culte de John Frum, dans l’île de Tanna. Chacun de ces thèmes a donné lieu à la publication d’un ouvrage et de diverses productions audiovisuelles. Marc Tabani est actuellement engagé dans la construction et l’aménagement d’un centre culturel à Tanna et dans un programme de recherche sur les héritages culturels de la francophonie vanuataise.

8 Joel Robbins est professeur, Président du Département d’Anthropologie à l’Université de Californie, San Diego. Ses travaux sont centrés sur le changement culturel, l’anthropologie du christianisme, la globalisation du pentecôtisme ainsi que l’étude du langage, de l’échange et du rituel. Il a publié Becoming Sinners : Christianity and Moral Torment in a Papua New Guinea Society, Berkeley, University of California Press (2004). Il co-édite le Journal of Anthropological Theory.

9 Andrew Robson est professeur d’anglais à l’Université du Wisconsin Oshkosh, USA. Il est né en Angleterre et a obtenu son doctorat à l’Université Nationale d’Australie. Il a fait du terrain à Samoa (Samoa occidentales), à Fidji et aux îles Salomon, entre autres. Il est l’auteur de Prelude to Empire : Consuls, Missionary Kingdoms, and the Precolonial South Seas, seen through the Life of William Thomas Pritchard. Vienna and Hamburg : LIT Verlag/Austrian-South Pacific Society, 2004. Il fait actuellement des recherches sur la vie et les écrits de Robert Louis Stevenson à Samoa.

10 Deborah Van Heekeren est chargée de cours à l’Université de Macquarie à Sydney (Australie). Elle a mené une recherche de terrain chez les Vula’a, dans la Province Centrale de Papouasie Nouvelle-Guinée, où elle a étudié plus particulièrement les effets du christianisme, introduit au XIXe siècle, sur la socialité de cette population. Ses travaux sur les Vula’a se placent dans une perspective phénoménologique influencée par la philosophie de Heidegger. Ils sont centrés sur l’ontologie et la cosmologie des Vula’a, ainsi que sur le mythe et le genre tels qu’appréhendés dans les interstices des dichotomies occidentales comme mythe/histoire, chrétien/préchrétien etc. Son livre à paraître The Shark Warrior of Alewai : a Phenomenology of Melanesian Identity (Sean Kingston Publishing) est une monographie ethnographique fondée sur l’ensemble de ces approches.

11 Gabriele Weichart est chargée de cours au Département d’Anthropologie sociale et culturelle de l’Université de Vienne (Autriche). Ses recherches de terrain se situent en Indonésie et dans l’Australie indigène et ses publications portent sur l’art et l’identité, la nourriture et les festins ainsi que sur le christianisme et les missions chrétiennes. Elle a co-édité Food Chains : Eating, drinking, feeding – framing social relations (Les chaînes alimentaires : du boire et du manger ou comment se nourrissent les relations sociales) dans le périodique Anthropology of Food (2007).

© pacific-credo Publications, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr