Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 3

« Marche Quand Même » : La première exploration archéologique des Îles Mariannes et l’infatigable Alfred Marche

Émilie Dotte-Sarout

Texte intégral

L’auteure souhaite remercier Philippe Peltier, Sarah Frioux-Salgas, Constance De Monbrison et Marie-Laure Bouvet du musée du quai Branly--acques Chirac pour leur aide et leur accueil lors des recherches effectuées en 2016 dans les collections et la documentation. Je remercie aussi Hélène Martisson-Wallin et Mike Carson pour leur relecture avisée. Cette recherche est réalisée grâce au soutien de Matthew Spriggs et son projet CBAP (Australian Research Council (ARC) Laureate Fellowship Project « The Collective Biography of Archaeology in the Pacific: A Hidden History »).

  • 1 Bien que l’origine du terme « latte » soit incertaine, il est utilisé depuis les années 1920, au m (...)
  • 2 En 1873, Johann Stanislaw Kubary, un autre explorateur et collecteur multidisciplinaire, publia un (...)

1En 1889, la Revue d’ethnographie reproduisait dans chacun de ses deux tomes annuels des extraits de correspondance décrivant des observations et découvertes archéologiques, dont certaines provenant de fouilles, effectuées dans les Îles Mariannes. L’auteur de ces toutes premières communications savantes traitant de l’archéologie des Mariannes était Alfred Marche. Ce « voyageur-naturaliste », comme il se décrivait lui-même, conduisait dans cet archipel, et depuis avril 1887, une mission scientifique pluridisciplinaire sous les auspices du ministère de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des cultes (ci-après désigné comme « le Ministère ») (Marche 1889a, 1889b). Bien que Marche expédiât vers les institutions françaises près d’un millier de spécimens d’histoire naturelle (principalement des oiseaux, des plantes et des insectes) et au moins 136 articles ethnologiques et anthropologiques (dont des objets archéologiques et des restes humains), sa mission aux Mariannes est pratiquement absente de l’histoire des explorations scientifiques françaises au xixe siècle et de celle de l’archéologie du Pacifique. La réputation de Marche fut principalement établie autour de ses expéditions précédentes en Afrique de l’Ouest et aux Philippines. Pourtant, le très pragmatique et énergique Alfred Marche conduisit une mission intensive de deux années dans les Mariannes. Il visita six des sept îles les plus larges de l’archipel pour mener à bien sa mission qui consistait à décrire des faits et collecter des articles relatifs à « la géographie, l’histoire naturelle, l’anthropologie [physique] et l’ethnographie » des Mariannes. En particulier, le projet de mission établi par Marche portait une attention spécifique aux restes de monuments anciens et aux fouilles archéologiques (sous la bannière de l’« ethnographie »), ce qui constitua une portion significative de ses activités et des résultats qu’il en rapporta. Son travail pionnier produisit des informations inédites sur le passé des îles et leur potentiel archéologique, ouvrant ainsi la voie aux projets archéologiques spécialisés qui furent conduits ensuite au début du xxe siècle. Ainsi que Carson (2012) l’a noté dans sa revue historique de l’archéologie des Mariannes, Marche démontra notamment l’abondante présence des sites appelés de nos jours latte1à travers l’archipel, en plus des exemples déjà connus sur Guam et Tinian. Il confirma leur utilisation comme structures d’habitat et proposa des interprétations spécifiques basées sur les résultats de ses prospections et de ses fouilles, qu’il fut le premier à appliquer sur des sites de latte. Il rapporta aussi l’existence d’autres types de vestiges dignes d’être étudiés, comme la poterie, les outils lithiques et en coquillage, les parures ou encore divers types de restes associés aux anciennes activités de subsistance. Enfin, les écrits de Marche se démarquent de la littérature de voyage de l’époque de par leur ton anti-romantique, y compris au sujet des « ruines antiques » qui échauffèrent bien des imaginations au xixe siècle. Le but de cet article est de faire connaître les détails de son travail pionnier pour l’archéologie de la Micronésie et du Pacifique, tout en le comprenant dans son contexte intellectuel et biographique. Alfred Marche fut en effet, avec des personnalités telles que von Haast (1871), Kubary (1873) et Glaumont (1889), un des premiers archéologues du Pacifique2. Son histoire, celle d’un marcheur-collecteur infatigable et solitaire, mérite d’être rapportée.

Alfred Antoine Marche : origines et premières expéditions

  • 3 Les premiers voyages de Marche ne sont que vaguement évoqués par lui-même et par la correspondance (...)
  • 4 Lettre manuscrite (ms.) de Marche à M. Charmes, 30 Avril 1893. Archives nationales de France (AN), (...)
  • 5 Lettre ms. du Prof. Hamy au Dr Delisle, non datée mais se rapportant aux années 1889 à 1891, AN, ( (...)

2Seules quelques sources éparpillées permettent de retracer la vie d’Alfred, Antoine Marche, né le 15 février 1844 à Boulogne-sur-Seine, en banlieue de Paris. Il n’y a pas d’information disponible sur ses premières années, mais son acte de naissance indique que son père, Alfred, Eugène, Hippolyte Marche était « papetier » ; alors que son acte de décès, daté du 1er septembre 1898, est signé de son frère cadet Édouard Marche, vivant alors comme « rentier ». Il apparaît aussi que les tout premiers voyages d’Alfred Marche furent financés sur ses fonds propres, par la vente de ses collections, jusqu’à ce qu’il acquière rapidement le soutien de riches patrons privés puis de commanditaires publics3. Il est donc possible que sa famille ait été suffisamment aisée pour lui offrir une éducation basique, mais il est clair qu’Alfred Marche ne fit jamais partie de la classe supérieure qui dominait alors en grande part les cercles académiques. Il eut notamment à solliciter le soutien du ministère pour trouver un emploi sur les dernières années de sa vie, étant « arrivé à la fin de (ses) ressources »4. Néanmoins, plusieurs éléments indiquent une éducation diversifiée et autodidacte, basée sur l’expérience. D’un côté, ses rapports originaux sont remarquables pour leurs nombreuses fautes d’orthographe et ses relecteurs académiques (comprenant Ernest-Théodore Hamy) se plaignaient que ses manuscrits nécessitent des corrections attentives avant toute publication puisque leur écriture en était « tout à fait rudimentaire »5. D’un autre côté, ce qui a survécu de sa bibliothèque privée démontre une érudition certaine, comprenant plus de 170 volumes qui portent sur les voyages scientifiques et d’exploration (dont certains sur les îles du Pacifique), des récits d’aventures et des cartes, mais aussi de la littérature classique et contemporaine, allant de Voltaire à Victor Hugo (Florio 2005). Il apparaît aussi que Marche suivit entre 1876 et 1879 le séminaire qu’Ernest-Théodore Hamy et Armand de Quatrefages avaient alors mis en place au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) pour fournir une formation officielle aux collecteurs et missionnaires employés par le ministère.

3Le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts avait fondé en 1842 un « service des missions » qui allouait des subventions pour financer des voyages d’explorateurs, de voyageurs et autres « savants distingués » dans tous les champs de la connaissance (Conklin 2013 : 34). Durant la seconde moitié du xixe siècle, le nombre de ces voyages augmenta considérablement ainsi que l’étendue géographique des zones visitées, en lien étroit avec l’expansion coloniale. Ces missions financées sur fonds publics étaient motivées par la volonté qu’avait la nouvelle République française d’exposer le prestige de la culture et de la science française à l’étranger. Elles étaient aussi influencées par la course dans laquelle les musées européens s’étaient alors engagés pour établir des collections les plus complètes possible, dans le champ des sciences naturelles déjà reconnues et des sciences anthropologiques alors émergentes (Conklin 2013 : 19-57). Le MNHN avait été l’institution officielle de la science française depuis sa fondation sous l’Ancien Régime puis après sa nationalisation durant la Révolution. La vocation du Muséum était donc aussi de cosponsoriser et diriger scientifiquement les expéditions financées par le ministère. Vers la fin du xixsiècle, les collections ethnographiques étaient devenues trop importantes pour que le MNHN puisse les accueillir et les exposer convenablement, alors qu’une certaine focalisation sur les sciences naturelles et l’anthropologie physique en limitait l’étude. Lors de l’Exposition Universelle de Paris en 1878, Hamy réussit à convaincre le ministère de l’Instruction publique d’ouvrir un musée exposant les riches collections ethnographiques qui avaient été amassées par les collecteurs français sur les 100 dernières années. Le Muséum ethnographique des missions scientifiques fut officiellement institué en 1880, avec Hamy comme directeur à la fois du musée et des missions scientifiques. Il devint le Musée d’Ethnographie du Trocadéro en 1882, pour être finalement transformé en Musée de l’Homme en 1937 (Hamy 1880, 1890 ; Dias 1991). La carrière de Marche en tant que collecteur missionné par le ministère commença durant l’époque de centralisation du MNHN avec sa traditionnelle insistance sur l’anthropologie physique et se continua durant la période de mise en place du Trocadéro et de la science « ethnologique » elle-même.

  • 6 Lettre ms. du ministre de l’Instruction publique au ministre des Finances, 31 octobre 1889, AN (F. (...)
  • 7 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, 24 février 1886, AN, (F.17.12987 (...)

4Bien qu’il conduisît sa mission aux Mariannes à la fin de sa carrière, Marche semble avoir porté de longue date un intérêt à la région Pacifique. En effet, à l’âge de 25 ans, Marche partit pour ce qui apparaît avoir été son premier voyage d’exploration, en direction du nord-ouest de l’Océanie. Il écrivit : « Dès 1869, je prenais la route de ces régions, mais, avant d’y arriver, je m’arrêtai quelques mois dans la presqu’île de Malacca » (Marche 1879 : 1). De façon remarquable, le ministre de l’Instruction publique, dans une lettre de recommandation écrite pour Marche vers la fin de sa vie, rapporta : « Le Muséum d’Histoire Naturelle et mon département encourageaient, dès avant 1870, ses études sur la faune polynésienne »6. Il semble donc que pour Marche, comme pour ses interlocuteurs, son travail aux Mariannes s’inscrivait dans la continuation logique de ses études précédentes dans la région dite « Malaise » d’Océanie : dans sa proposition de mission scientifique aux Mariannes rédigée en 1886, Marche expliquait que les explorations qu’il projetait d’y conduire lui permettraient de « continu[er] ainsi [ses] études sur l’Océanie, en [s]’étendant vers l’Est »7 (figure 1).

Figure 1

Figure 1

Carte de l’Océanie de 1888, montrant la distribution des expéditions menées par Marche dans la région telle que conceptualisée à l’époque. Il s’agit d’une représentation de la région « Océanie » dans un atlas de manuel scolaire officiel (Atlas de géographie physique et politique, par F.I.C. 1888 [17e Édition]. Paris : Procure Générale ; détail de la p. 6). La carte montre que la Micronésie et la Mélanésie pouvaient être toutes deux perçues comme des sous-régions de « Polynésie », elle-même une des trois parties de l’Océanie. C’est dans ce contexte que se comprennent les concepts flottants de « Polynésie », « Malaisie » et « Océanie » tels qu’appliqués aux travaux menés par Marche aux Mariannes et aux Philippines.

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

  • 8 Lettre ms du président de la Société de géographie au ministre de l’Instruction publique, 22 avril (...)

5Malheureusement, la guerre franco prussienne de 1870 entraîna la fin précipitée de sa première expédition en Océanie, puisque Marche retourna alors en France pour combattre auprès de ses compatriotes. Il lui faudra attendre 10 ans avant de pouvoir retourner dans la région malaise, et encore huit ans de plus avant de pouvoir pousser vers l’est et les Îles Mariannes. Cependant, Marche gagna entre-temps une solide expérience et une célébrité momentanée en tant que « voyageur-naturaliste » (figure 2). Dans les mois qui suivirent la fin de la guerre de 1870, il réussit à organiser une expédition d’exploration en solitaire en Afrique de l’Ouest, où il mena deux voyages entre 1871 et 1874 (collectant des spécimens pour le MNHN). En 1875, le gouvernement français organisa une mission dans la région du Gabon-Congo, dirigée par le bientôt célèbre Pierre Savorgnan de Brazza. Marche fut chaudement recommandé par la Société de géographiedont il était membre – pour rejoindre l’expédition, étant donné son expérience passée dans la région et puisqu’il avait « déjà fait ses preuves comme naturaliste »8.

Figure 2

Figure 2

Alfred Antoine Marche, par Alexandre Quinet, photographe (collection de la Société de Géographie). Possiblement autour de la date de l’Exposition Universelle de Paris, 1878.

Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France.

  • 9 Lettre ms. de Savorgnan de Brazza au ministre de la Marine et des Colonies, 22 avril 1876, AN (F.1 (...)
  • 10 Selon le point de vue évolutionniste typique de l’époque, Marche comparait librement les sociétés (...)

6Le succès de la mission Gabon-Congo et de ses ambitions coloniales rendit Alfred Marche célèbre et, de façon plus importante encore, en fit un explorateur-naturaliste et collecteur respecté aux yeux du ministère et du MNHN, ainsi que de Brazza, qui reconnut avec gratitude « son énergie à toute épreuve »9. De ces voyages, Marche rapporta aussi une certaine vision universelle des populations non-européennes de « sauvages », utilisant ensuite sa vision des sociétés d’Afrique occidentale comme référence pour les interprétations socioculturelles qu’il avança durant ses voyages aux Philippines et aux Mariannes10. Il garda aussi en héritage de ses voyages africains de sérieux problèmes de santé, ayant notamment contracté la malaria. La maladie lui occasionna de violents accès de fièvre, qu’il eut à combattre régulièrement pendant sa mission aux Mariannes. Elle finit par l’obliger à mettre un terme prématuré à ses voyages jusqu’à sa mort précoce à seulement 54 ans (en 1898).

7Après plus de trois ans à Paris entre 1876 et 1879, Marche réussit à repartir vers l’est, en charge d’une mission scientifique aux Philippines pour le compte du ministère. De juillet 1879 à avril 1885, l’avide explorateur conduisit un vaste programme d’études de géographie, d’histoire naturelle et d’ethnologie, expédiant vers le MNHN plusieurs milliers de spécimens de plantes, d’animaux et de géologie qui firent de lui le « Monsieur Philippines » du Muséum (Florio 2005 : 11). Marche collecta aussi plusieurs centaines d’objets de culture matérielle et de restes humains pour le tout nouveau Muséum ethnographique des missions scientifiques dirigé par Hamy. De façon particulièrement importante pour sa mission suivante aux Mariannes, Marche semble s’être de plus en plus intéressé et enthousiasmé pour ses découvertes d’objets anciens. Celles-ci furent réalisées à l’occasion de ses recherches de restes humains, particulièrement de crânes qui étaient alors très demandés par les anthropologues métropolitains – notamment dans le cadre d’une anthropologie française dominée par la « raciologie » alors développée au MNHN (Blanckaert 2009 ; Conklin 2013 : 19-57). Pour mener cette recherche à bien, Marche réalisa de nombreuses fouilles dans des abris funéraires, pour lesquelles il décrivit précisément le fait de « grabeler » la terre (i.e. passer au crible/tamiser) pour trouver des restes humains et matériels (figure 3) (Marche 1887 : 235). Cet intérêt apparemment nouveau pour les vestiges transparaît encore dans l’excursion qu’il organisa lors de son retour vers la France en 1885, pour aller visiter les ruines d’Angkor au Cambodge. Par la suite, l’étude et les fouilles de « vestiges de monuments » trouvés aux Îles Mariannes furent des éléments centraux du projet de mission proposé par Marche en 1886.

Figure 3

Figure 3

« Exploration d’une grotte ». Illustration publiée dans Marche, Alfred 1887. Luçon et Palaouan. Six années de voyages aux Philippines. Paris : Hachette. (p. 369).

Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France.

La Mission de Marche aux Îles Mariannes

Organisation et contexte de la mission

  • 11 Au début de 1887, alors qu’il était à Manille en attente du bateau devant le conduire sur Guam, Al (...)
  • 12 Quelques photographies prises par Marche sont visibles dans la collection iconographique du Musée (...)

8Moins d’une année après son retour des Philippines, Marche conçut un autre projet de voyage et envoya au ministère une lettre qui détaillait ses propositions pour une nouvelle mission. Alors au sommet de sa carrière11, accordant dans son projet une considération réfléchie aux problématiques prédominantes de l’époque, Marche vit sa mission acceptée en à peine six mois. Dans sa lettre de soumission, il expliquait comment il entreprendrait une série de mesures anthropométriques originales sur la population autochtone des îles, tout en recherchant spécifiquement des crânes et des restes humains et en développant l’utilisation pionnière de la photographie dans l’archipel pour documenter ses observations anthropologiques (il utilisait l’art nouveau de la photographie depuis ses tout premiers voyages)12. Marche notait qu’il désirait continuer de collecter des spécimens d’histoire naturelle pour le MNHN mais mettait davantage l’accent sur ses ambitions ethnographiques, notamment du point de vue des questions d’ordre archéologique (bien qu’il n’utilisât pas le terme). Il écrivit :

  • 13 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, 24 février 1886, AN (F.17.12987b (...)

« Au point de vue de l’Ethnographie, outre les recherches et collections que je pourrai faire, je compte également étudier les vestiges de monuments dont l’on a souvent parlé et qui se rencontrent dans l’île de Tinian et peut-être dans d’autres îles. J’espère en faisant des fouilles et en étudiant attentivement ces ruines, pouvoir trouver quelques traces d’inscriptions dont je prendrai l’empreinte, et qui viendront jeter un peu de lumière sur l’histoire de ces monuments ».13

  • 14 Traduit en français en 1749. Nb : les traductions d’Anson sont celles de l’auteure de ce chapitre, (...)

9En France, et en Europe en général, les descriptions de vestiges de monuments anciens sur certaines îles des Mariannes (alors aussi connues sous le nom d’îles « Ladrones ») avaient enflammé les imaginations depuis leur toute première mention dans un volume largement distribué : le récit de la circumnavigation de George Anson, durant les années 1740 à 1744. Dans son livre, Anson peignait une image idyllique de Tinian, une île « que l’on peut vraiment qualifier de romantique » (Anson 174814 : 337). Il expliquait qu’il existait « partout dans l’île de nombreuses ruines d’un type très particulier » (Anson 1748 : 311), décrivant alors les vestiges de ce qui serait plus tard connu sous le nom de latte, et publiant la première gravure qui les représentait. Il relatait aussi les traditions indigènes selon lesquelles ces ruines « étaient les fondations de constructions particulières réservées aux Indiens qui s’étaient engagés dans une sorte de vœux religieux » (Anson 1748 : 311). Ces descriptions eurent un impact considérable dans le paysage intellectuel français et européen de la période des Lumières. Elles servirent d’inspiration à La Nouvelle Héloïse (1761), roman de Rousseau qui devint très populaire, dans lequel la nature non-civilisée et les « sauvages » représentaient l’état optimal et authentique de l’humanité.

  • 15 De nos jours : Aguijan, Agrihan, Saipan, Anatahan.
  • 16 Ici, Arago se réfère à la tradition orale associée au site dit « La Maison de Taga » (tradition dé (...)

10Et de fait, lorsque, 80 ans après Anson, l’artiste Jacques Arago s’approchait de Tinian à bord de l’Uranie commandée par Louis de Freycinet, il observait fébrilement « l’île des antiquités, illustrée par une page de Rousseau et par le séjour d’Anson » (Arago 1862 : 187). Dans son très populaire récit de voyage (réédité de nombreuses fois entre 1822 et 1882), Arago accentuait encore la description romantique de Tinian et de ses ruines mystérieuses : « Partout des ruines ; à chaque pas, des débris de colonnes et de pilastres. Qui habitait cet immense édifice à moitié englouti sous l’herbe ? Où est le peuple qui l’a renversé ? Que sont devenus les vaincus ? D’où venaient les vainqueurs ? » (Arago 1862 : 187). Il décrivit en détail le site le plus impressionnant, qu’il illustra aussi après Anson, et qui apparaît avoir été celui connu comme « la Maison de Taga » sur Tinian. Mais il explora aussi l’intérieur de l’île avec quelques-uns de ses compagnons et y découvrit « un chaos immense de bâtisses vaincues par les siècles… Ici, des édifices circulaires ; là, des galeries droites, coupées par d’autres galeries sinueuses, tantôt très allongées, tantôt interrompues, selon le caprice seul de l’architecte » (Arago 1862 : 188) (figure 4). De plus, Arago nota la présence d’un type de « pierre elliptique, rosée, polie, appelée encore pierre des antiques et servant dit-on à armer les frondes des guerriers d’élite » (Arago 1862 : 188) (voir figure 7). Enfin, le dessinateur et ses collègues menèrent une excursion sur Rota, où ils observèrent les ruines d’une ancienne « colonnade circulaire » interprétée par Arago comme un temple formant un « vaste monument de plus de mille pas de circonférence » fait de « masses imposantes, hautes de plus de trente pieds, bien taillées, régulières, sans sculptures, sans aucun signe qui précise, qui fasse même soupçonner l’époque probable de leur mystérieuse fondation » (Arago 1862 : 186). Étant donné l’intérêt de Marche pour les récits de voyages dans le Pacifique et les détails de son plan de mission, il est intéressant de noter qu’Arago termina son compte rendu sur les ruines de Rota et de Tinian par ces réflexions : « qui sait si, à l’aide de nouvelles recherches dans les îles voisines, Aguigan, Agrigan, Seypan, Anataxan15, on ne trouvera pas la morale et peut-être la source du seul document historique à l’aide duquel les lettrés de ce pays expliquent l’élévation et la ruine de ces restes colossaux de temples, de cirques et de palais » (1862 : 188)16.

Figure 4

Figure 4

« Ruines trouvées dans l’intérieur de Tinian par Messieurs Gaudichaud, Berard et Arago ». Lithographie de Jacques Arago (1822).

Droits de reproduction : National Library of Australia.

11Quoi qu’il en soit de l’influence possible des écrits d’Arago sur les motivations de Marche pour sa mission aux Mariannes, ceux-ci eurent des échos importants à travers la littérature de voyage du xixe siècle. On y trouvait diverses descriptions romanesques de ruines mystérieuses et d’innocents ou dangereux sauvages vivant dans des terres éloignées. Cependant, ce ton est extrêmement différent de celui revendiqué comme « réaliste » par Marche et adopté dans tous ses écrits. Il est donc peu probable que celui-ci fut inspiré par des attentes idéalistes. Déjà dans le récit de son premier voyage africain, il clarifiait à quel point la vie d’un explorateur était « pénible entre toutes » et sans aucun « attrait romanesque », contrairement au « mirage au travers duquel on l’entrevoit trop souvent » (Marche 1879 : i). Lors de son départ pour sa première exploration, il écrivit : « moins heureux, ou plus heureux, comme le lecteur le voudra, que beaucoup de mes prédécesseurs, je n’emportais pas d’illusion » (Marche 1879 : 1). Néanmoins, il espérait alors toujours attacher son nom à l’exploration d’une des zones « restant encore blanche sur nos cartes » (1879 : 1). Aux Mariannes, il n’existait plus en 1886 de zones laissées blanches sur les cartes ; par contre, les ruines archéologiques demeuraient mal documentées et leur histoire inconnue des savants européens.

12Contrairement à d’autres parties du Pacifique (Dotte-Sarout 2017), les Mariannes et d’autres îles micronésiennes et polynésiennes caractérisées par la présence de vestiges monumentaux étaient en effet considérées comme offrant un potentiel archéologique certain – tout comme l’Amérique du Sud ou certaines zones d’Asie du Sud-Est. En effet, les vestiges archéologiques découverts lors de fouilles dans ces régions faisaient partie des collections envisagées par Hamy pour le nouveau Musée d’ethnographie, qui devaient être établies par les missions sponsorisées par le ministère de l’Instruction publique (Hamy 1880) : si l’archéologie classique, orientale et européenne avaient déjà été assignées au Louvre et au Musée national des antiquités, les objets de culture matérielle amassés dans d’autres parties du monde, que ce soit par le biais de fouilles ou de collectes ethnographiques, devaient être étudiés et conservés au nouveau musée qui était proposé. L’ethnographie, Hamy annonçait-il, devait couvrir « l’étude de toutes les manifestations matérielles de l’activité humaine » et démontrer « la doctrine du progrès continue des sociétés » – reposant pour cela fondamentalement sur des collections d’objets provenant du monde entier (Hamy 1880 : 400). Dans les années 1880, il existait plusieurs explorateurs rendus célèbres par leurs découvertes archéologiques en Asie et en Amérique, tels que Louis Delaporte à Angkor ou Charles Wiener à Chan Chan et d’autres sites péruviens (tous deux cités par Hamy en 1880). Pour Marche, élucider les mystérieuses ruines des Mariannes aurait représenté une promesse de postérité, tout comme son énergie sans borne semble avoir été nourrie par la découverte de nouvelles terres (bien plus que celle de nouvelles populations) et par la mobilité constante de la vie d’explorateur. Rendre un service consciencieux à la science nationale apparaît aussi comme une motivation claire, Marche collectant diligemment des centaines de spécimens biologiques et de culture matérielle et se lançant dans la prospection du plus d’îles possible.

13Il est important de relever que lorsque Marche arriva dans les Mariannes en 1887, le peuple chamorro (CHamoru) avait alors été soumis à la colonisation espagnole depuis près de 200 ans. Il avait eu à subir un déplacement forcé hors des îles et villages traditionnels qui laissa les derniers survivants concentrés essentiellement sur Guam. Un programme de repeuplement mené durant le xixsiècle avait conduit principalement des Carolins à venir s’installer sur les Îles Mariannes. Ces évènements rendirent presque impossible pour Marche de tracer des connexions directes entre les connaissances traditionnelles locales et les ruines archéologiques qu’il allait observer. Ceci pourrait expliquer sa frustration et son manque d’intérêt vis-à-vis des habitants locaux et de leurs traditions orales, fragilisées par la mise en danger de la langue chamorro. Dans le même temps, la période à laquelle Marche effectua sa mission lui offrit l’unique opportunité de visiter de nombreux sites archéologiques, voire d’îles entières, relativement libres de perturbations postcoloniales – contrairement aux travaux archéologiques suivants qui furent menés après la division de l’archipel entre occupations allemandes et américaines (Carson 2012).

Chronologie et exécution de la mission

14La mission de Marche aux Îles Mariannes est documentée dans son rapport au ministère, soumis en 1889 et publié – à l’évidence après correction par ses relecteurs l’anthropologue Dr Delisle (pour le MNHN) et le Prof. Hamy (pour le Trocadéro) – en 1891 dans la collection des Archives des Missions (Marche 1891 – une traduction anglaise ayant aussi été publiée par l’université de Guam en 1982). Le même récit est répété dans son plus populaire Notes de Voyage aux Îles Mariannes publié à la toute fin de sa vie, en 1898, et enrichi d’observations plus personnelles, comme il sera vu plus bas. Des extraits de ses lettres à Hamy et au ministère furent aussi publiés dans la Revue d’ethnographie (1889a, b), les originaux étant aujourd’hui conservés avec les archives du ministère relatives aux missions, aux Archives nationales de France. En effet, durant son séjour, Marche envoya deux lettres-rapports au ministère : la première en juillet 1887 présentant Guam et les Mariannes et détaillant son séjour sur Saipan ; la seconde en septembre 1888 rapportant principalement ses observations sur Rota. Le rapport de 1889 (1891) répète toutes les informations données dans ces lettres, bien que la réécriture changeât quelques détails et que de nouvelles informations furent ajoutées, comme nous allons le voir dans cette section.

  • 17 Du peuple tagalog de Luzon. Marche cite leurs noms dans sa publication de 1898 : Mariano et Eulogi (...)

15Marche arriva à Manille en janvier 1887, où il eut à attendre trois mois le départ du prochain bateau à destination de Guam. Il s’occupa en explorant plusieurs grottes sur l’île de Luzon. Durant cette période, il en profita aussi pour enrôler comme assistants « deux hommes, des Tagals17, qui [l]’avaient précédemment accompagné », en tant que chasseur et cuisiner (1898 : 125). Ils arrivèrent ensemble à Guam en avril et établirent leur « camp de base » à Hagatna. À partir de là, Marche et ses hommes allaient se lancer dans une exploration de Saipan de deux mois ; une prospection d’une semaine sur Pagan ; une mission de trois mois sur Rota ; quatre semaines de terrain sur Tinian et un séjour de trois mois sur Agrihan – le tout ponctué de prospections sur Guam (tableau 1) (figure 5). Marche dépendait entièrement des quelques rotations maritimes officielles ou commerciales existant alors au sein de l’archipel, lui et son équipe devant souvent être laissés sur les îles en attente d’un arrêt des bateaux sur leur route de retour, plusieurs semaines ou mois plus tard. Il exprima plusieurs fois, dans ses lettres et ses publications, sa frustration de dépendre des programmes de bateaux pour pouvoir organiser ses explorations. En effet, cela restreignit parfois son temps sur une île (comme sur Pagan) ou, au contraire, l’obligea à de trop longs séjours (comme sur Rota ou Agrihan). Il dut aussi abandonner ses projets de visiter d’autres îles, pour cause de connexion maritime inexistante ou de mauvaises conditions météorologiques (comme ce fut le cas pour Alamagan ou pour un retour prévu sur Pagan). Il quitta Guam en mai 1889 et, après encore quelques fouilles dans des grottes de Luzon aux Philippines, fut de retour en France en juillet 1889.

Tableau  : Chronologie de la mission aux Mariannes de Marche.

Les sources utilisées incluent les quatre publications de Marche (1889a, 1889b, 1891, 1898) ainsi que les archives conservées aux Archives Nationales (F.17.12987b) et au MQB-JC (D000976). À noter que les archives du MQB-JC enregistrent des objets additionnels ramenés par Marche, dont des artefacts ethnographiques probablement collectés dans les derniers mois de sa mission, provenant de Guam et de Yap (collection 71.1894.34/dossiers D000976) ; 136 objets en tout.

Les sources utilisées incluent les quatre publications de Marche (1889a, 1889b, 1891, 1898) ainsi que les archives conservées aux Archives Nationales (F.17.12987b) et au MQB-JC (D000976). À noter que les archives du MQB-JC enregistrent des objets additionnels ramenés par Marche, dont des artefacts ethnographiques probablement collectés dans les derniers mois de sa mission, provenant de Guam et de Yap (collection 71.1894.34/dossiers D000976) ; 136 objets en tout.

Figure 5

Figure 5

Carte des Îles Mariannes montrant les îles visitées par Alfred Marche et la localisation d’Alamagan (non visitée).

Source : Émilie Dotte-Sarout

  • 18 Et en effet, Alfred Marche était connu pour être capable de parcourir de longues distances sur des (...)
  • 19 Marche mentionna dans un de ses rapports qu’en février 1887 (alors à Manille) il envoya au ministè (...)

16Marche était déterminé à « parcourir en tous sens » chaque île qu’il visitait – à l’occasion déclarant avec fierté avoir « mis sur les dents [ses] guides indigènes »18 (1898 : 135) – pour collecter le plus possible de spécimens d’histoire naturelle et conduire ses recherches ethnographiques sur les vestiges de culture matérielle. Il semble avoir travaillé avec une équipe d’hommes incluant ses assistants tagalog ainsi que des « guides indigènes » non identifiés – principalement des Carolins vivant alors sur les îles. Sa seule mention d’un informateur local avec lequel il semble avoir développé des relations proches est celle du « curé Palomo », son « ami et compagnon d’excursion » au moins sur Guam et Tinian : « Chamorro métis, connu de presque tous les habitants de Guam, homme instruit, parlant l’espagnol, le français, l’anglais et même le carolin […] » (1891 : 13) (figure 6). Il était selon toutes vraisemblances le seul habitant local à avoir positivement impressionné Marche. En effet, le ton de ses écrits au sujet des Chamorros et des Carolins resta généralement négatif, comme il le reconnut lui-même, malgré le temps qu’il passa dans l’archipel : « orgueilleux et paresseux, amis du plaisir comme toutes les populations océaniennes, ingrats et voleurs, tels sont les Mariannais, au dire des auteurs qui en ont parlé. Si l’on me demande mon avis, après deux ans de séjour parmi eux, je n’oserai dire que ces jugements, qui paraissent bien sévères, soient précisément injustes » (1898 : 129). Au cours de certaines de ses excursions, Marche fut aussi accompagné et parfois assisté du Gouverneur résidant espagnol le Lieutenant Francisco Olive y Garcia, connu pour l’intérêt qu’il développa au sujet de l’ethnographie (et de l’archéologie) de l’archipel (Olive y Garcia 2007)19.

Figure 6

Figure 6

« Père Palomo ». Photographie d’Alfred Marche. 1887-1889.

Droits de reproduction : MQB-JC (PP0050109).

  • 20 Archives documentaires du MQB-JC associées à la collection 71.1894.34 : archives D000976 et catalo (...)

17Marche conduisit des fouilles dans les grottes funéraires et les anciens sites d’habitat (latte) qu’il identifia, bien que les archives ne soient pas toujours claires quant à la provenance de ses collectes (ramassage de surface ou fouilles). Son rapport, ses lettres-rapports et les catalogues d’exportation qu’il envoya avec ses collections (aujourd’hui conservés dans les archives documentaires du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac [MQB-JC])20 offrent l’information nécessaire pour évaluer l’origine des objets. Sur cette base, il apparaît que sur les 136 objets « ethnographiques », près de 50 furent découverts en contexte archéologique – certains semblant manquer à la collection actuelle. Le tableau 2 résume les travaux de terrains archéologiques conduits par Marche pendant sa mission aux Îles Mariannes à partir des différentes sources mentionnées et identifie certains des objets associés conservés de nos jours au sein de la collection Marche du MQB-JC (voir figures 7 et 8). Bien que Marche relate clairement avoir fouillé des sites pour trouver des objets, indiquant parfois descendre jusqu’à un mètre de profondeur, il ne nota jamais d’information sur les sédiments, les couches ou la stratigraphie (contrairement à son contemporain Gustave Glaumont, par exemple, voir Dotte-Sarout 2017 ; Patole-Edoumba, Spriggs et Bedford ce volume).

Tableau 2 : Résumé des activités archéologiques de Marche aux Îles Mariannes.

Les sources utilisées rassemblent son rapport de 1889 (1891), ses lettres-rapports de 1887 et 1888, son catalogue d’exportation et le catalogue du Musée de l’Homme (MH), conservés au MQB-JC. À noter qu’une fois reçu par le ministère, tout matériel de type « ethnographique » devait être pris en charge par le Musée d’Ethnographie du Trocadéro, alors que tout matériel « anthropologique » (i.e. restes humains) était récupéré par le MNHN (ensuite deposés au MH, puis au MQB-JC) – avec les spécimens d’histoire naturelle, probablement y compris ceux provenant de fouilles.

Les sources utilisées rassemblent son rapport de 1889 (1891), ses lettres-rapports de 1887 et 1888, son catalogue d’exportation et le catalogue du Musée de l’Homme (MH), conservés au MQB-JC. À noter qu’une fois reçu par le ministère, tout matériel de type « ethnographique » devait être pris en charge par le Musée d’Ethnographie du Trocadéro, alors que tout matériel « anthropologique » (i.e. restes humains) était récupéré par le MNHN (ensuite deposés au MH, puis au MQB-JC) – avec les spécimens d’histoire naturelle, probablement y compris ceux provenant de fouilles.

Figure 7 : Exemples d’objets découverts par Marche lors de ses fouilles sur Saipan.

Figure 7 : Exemples d’objets découverts par Marche lors de ses fouilles sur Saipan.

A) Hache de pierre portant une étiquette typique des marquages pratiqués au MET à la fin du xixe siècle, indiquant le numéro de catalogue et la mention « fouilles Saypan » (71.1894.34.108) ; B) perle de coquillage provenant du cimetière Managaha (71.1894.34.113) ; C) tesson de poterie portant le numéro de catalogue original de Marche et l’inscription « A.M. » (71.1894.34.93) ; D) pointe de lance barbelée en os (71.1894.34.47) ; E) pierre de fronde (71.1894.34.91) ; F) perles de verre et parure en coquillage provenant du cimetière de Managaha (71.1894.34.79).

Toutes les images sont d’É. Dotte-Sarout sauf B et F issues du catalogue en ligne du MQB-JC. Reproduites avec la permission du MQB-JC. (Concernant les pratiques de marquage du MET, voir Martin 2017).

Figure 8 : Exemples d’objets découverts par Marche lors de ses fouilles sur Rota et Pagan.

Figure 8 : Exemples d’objets découverts par Marche lors de ses fouilles sur Rota et Pagan.

A & B) herminette en tridacna de Rota (71.1894.34.21) ; C) tesson de poterie de Rota, portant les initiales de Marche et le numéro de catalogue original (71.1894.34.22) ; D & E) tesson de poterie de Pagan, avec des traces de carbonisation à l’intérieur, comme indiqué par Marche (71.1894.34.35) ; F) percuteur (« galet ») de Pagan, avec l’étiquette d’origine du MET, indiquant le numéro de catalogue et « fouilles de l’île de Pagan » (71.1894.34.40).

Toutes les images sont d’ É. Dotte-Sarout. Reproduites avec la permission du MQB-JC.

  • 21 Saipan avait été complètement dépeuplée durant le programme de reducción espagnol et les structure (...)
  • 22 La raison pour laquelle la lettre-rapport de 1887 détaillant ses activités sur Saipan ne contient (...)
  • 23 « Ethnographie des Mariannes et des Carolines », catalogue des objets numérotés 301 à 381 envoyés (...)
  • 24 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 7 juillet 1887 ; AN (F. (...)

18Saipan fut la première île qu’il prospecta et celle dont il envoya le plus d’objets archéologiques (36). De façon peut-être peu surprenante21, il ne mentionna aucun site de latte, mais il était distinctement en quête de restes d’anthropologie physique et d’objets funéraires associés : il fouilla plusieurs grottes avec des dépôts funéraires et rapporta même avoir fouillé un cimetière carolin relativement récent, sur l’îlot « Magnyahan ». Sur Saipan même, il relate en particulier avoir fouillé une grotte « avec une couche d’ossements de plus d’un mètre d’épaisseur » et spécifie que les objets retrouvés dans la grotte (dont « quelques » pierres de fronde) se trouvaient « parmi ces débris humains » (1891 : 12-13) (tableau 2 et figure 7). Tout en déplorant que la plupart des restes humains soient trop détériorés pour pouvoir être collectés, il amassa au total 35 crânes sur Saipan. Au moins la moitié d’entre eux pourrait venir de ses fouilles menées sur l’îlot qu’il désigna « Kagnagousa ou Lostagios » dans son rapport de 1889 (1891 : 15)22 puis « Magnychan » dans son premier catalogue d’export de collections (non daté)23. Dans son rapport, Marche nota que sur cet îlot se trouvait « un ancien cimetière carolin qui date du commencement du siècle » (i.e. xixe) (1891 : 15), alors que dans sa lettre de 1887, sans description de ses fouilles, il écrivit : « au commencement de ce siècle quelques familles de Carolins entraînées jusque-là [Saipan] par les vents et les courants s’y fixèrent »24. Ensemble, ces éléments d’information indiquent que Marche fouilla le site d’un cimetière carolin qui pourrait être lié au récit de tradition orale portant sur le chef et maître-navigateur Aghurubw : celui-ci mena des Carolins sur Saipan au début du xixe siècle, et il est dit que sa sépulture se trouve sur l’îlot de Managaha (où il est toujours commémoré par les Carolins-Saipanais). Marche rapporta que ses « fouilles [lui] donnèrent quelques crânes, quelques objets ethnographiques, des morceaux d’écaille de tortue, des perles de verre, etc. » (1891 : 15) et son catalogue ne liste pas moins de 18 objets provenant de ses fouilles sur Managaha. Certains de ces objets sont de nos jours manquants ou difficiles à identifier avec certitude dans les collections du MQB-JC, mais d’autres ont pu être clairement documentés (tableau 2 et figure 7).

19À la suite de ces activités, Marche se mit en route pour explorer certaines des îles septentrionales plus petites, en commençant par Pagan. Malheureusement, ses prospections sur cette île furent interrompues pour cause de contraintes dues aux rotations maritimes. Il dut repartir alors qu’il se préparait à aller visiter le sud de l’île, décrit comme densément peuplé par le passé (1891 : 21). Il fut le premier à rapporter l’existence de structures de latte sur Pagan, visitant deux sites indiqués par les Carolins qui vivaient alors sur l’île. D’après les informations disponibles dans le rapport, le second site noté par Marche pourrait correspondre à celui qui fut plus tard identifié comme « Apan Sang Te » par Egami et Saito (1973). Il conduisit des fouilles au sein des structures, lui permettant de collecter des restes de matériel lithique et coquillier ainsi que de la céramique (tableau 2 et figure 8). Dans son rapport (1891 : 20), il identifia ces ruines comme les « piliers » de ce qu’il appelait les « cases » des anciens autochtones. Cette idée était certainement dérivée des connaissances générales locales, possiblement relayées par ses informateurs vivant sur l’île, plutôt que basée sur les interprétations européennes précédentes qui avaient associé ces ruines aux classes dominantes de la société chamorro traditionnelle (Carson 2012). De façon intéressante, ce n’est que dans ses Notes de voyage de 1898 que Marche se permit des interprétations plus poussées, s’appuyant notamment sur ses fouilles du site. Il écrivit :

« Cette case, si elle était posée sur ces quatre piliers, n’aurait pas eu plus de quatre mètres carrés. Mais il faut admettre, je pense, qu’elle se continuait par une sorte d’appentis. La case proprement dite, posée sur les piliers, était l’habitation de la famille ; l’appentis, qui lui était juxtaposé dans le sens de la longueur, formait la cuisine, et l’on s’y tenait pendant le jour » (1898 : 206).

20Après cette expédition, Marche passa six mois sur Guam, pendant lesquels il conduisit la majeure partie de ses travaux de terrain sur l’île. Ses descriptions de sites de latte n’apparaissent que très secondaires à ses explorations, relevant très peu de détails et ne rapportant aucune fouille (sans aucun objet archéologique listé dans son catalogue d’export correspondant). Néanmoins, il observa que près de certains « piliers » se trouvaient « des pierres très dures plus ou moins grosses, dans lesquelles est creusé un trou, parfois plusieurs », ajoutant que « ces trous servaient et servent encore à piler les grains destinés à la nourriture » (1891 : 25). Marche était particulièrement déçu de ses explorations sur Guam, déclarant qu’il n’avait obtenu « que peu de résultats à tous les points de vue » (1891 : 26). Cette déception était peut-être liée à celle occasionnée par une visite dans une grotte prometteuse qui lui avait été indiquée comme étant « remplie d’inscriptions » (1891 : 25). Après observation, Marche, dépité, ne put qu’y voir ce qu’il interpréta comme « quelques lignes tracées par une folle, à laquelle la grotte avait servi de refuge » (1891 : 25), des signes qu’il releva tout de même (ce relevé n’a pas été retrouvé dans les archives). Il est à noter que Marche visita cette grotte près de Inarajan, zone dans laquelle Hornbostel enregistra plus tard la présence d’art pariétal dans une grotte (Thompson 1932 : 20, 22).

  • 25 « 4e export, Ethnographie », catalogue des objets numérotés 393 à 427 envoyés au ministère, non da (...)
  • 26 Extraits de la lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 3 septem (...)

21Marche en était alors à une année de séjour dans les Mariannes et s’embarqua pour une exploration de Rota. Il semble avoir concentré une grande partie de son travail sur les ruines qu’il rencontra « disséminées sur toutes les parties » de cette île (1891 : 29). Il apparaît aussi qu’il conduisit des fouilles dans certains des latte qu’il visita, selon les informations disponibles dans son catalogue d’export des objets provenant de Rota25. Cependant, son rapport, lui, ne mentionne pas de fouilles sur l’île. Les objets comprennent des tessons de poterie et des outils sur coquillage (tableau 2 et figure 8). Pas plus de six objets de la sorte font aujourd’hui partie de la collection Marche au MQB-JC. En effet, Marche rapporte avoir perdu la moitié de ses collections de Rota lorsque la chaloupe qui le ramenait, avec son équipe et ses spécimens, à bord du navire de transport, chavira à mi-chemin dans une mer agitée (1891 : 30 ; 1898 : 216). Sur Rota, Marche visita le site du latte Mochong, qu’il décrivit de façon détaillée dans sa seconde lettre-rapport (et dans son rapport de 1889). Il interpréta ce site en faisant référence aux villages d’Afrique de l’Ouest qu’il avait visités dans sa jeunesse : la présence d’un arbre imposant au centre du « village » fut perçue comme indiquant possiblement « comme dans les centres de population de l’Afrique le lieu des réunions, ‹ la place aux palabres › » ; les tailles des « cases » d’origines, estimées en fonction du nombre et des dimensions des « piliers », furent utilisées pour en déduire la présence d’une petite case qui « devait être celle du sorcier, prêtre ou féticheur » et celle d’une « case beaucoup plus grande que toutes celles que nous avons pu observer jusqu’ici et qui devait servir de demeure à un roi ou à un chef de tribu »26. C’est d’ailleurs cet extrait que Hamy choisit de publier dans le premier numéro de la Revue d’ethnographie de 1889après édition (1889a). Marche rapportait aussi que la structure de latte la plus large du site était singulièrement constituée d’un « mur » sur un de ses côtés (1891 : 29) (voir aussi le tableau 2). Il avançait aussi l’idée que les « chapiteaux » en pierre surmontant les piliers servaient de support aux poutres du bâti en bois de l’habitation.

  • 27 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 3 septembre 1888 ; AN ( (...)

22Marche découvrit ensuite un site (sans que la localisation ne soit indiquée) qu’il décrivit comme un ensemble de « piliers de maçonnerie gisant à terre et paraissant construits pour former des supports de cases », notant aussi qu’« ils étaient couverts d’une couche de chaux friable et peu consistante » (1891 : 30). Cette information indique qu’il aurait pu se trouver sur le site de la carrière As Nieves, où il aurait observé les restes de chaux résultant du processus d’extraction dans le calcaire corallien. De façon plus intrigante, Marche relata aussi avoir visité des ruines qui lui avaient été indiquées sur la côte est-sud-est de l’île (apparemment dans la zone de la pointe Mariiru) et qu’il décrivit dans ses deux publications de 1891 et 1898 comme un site de latte constitué d’« une double rangée de colonnes d’environ 4 mètres de haut et surmontées de leurs chapiteaux » (1891 : 30 ; 1898 : 215). Pourtant, sa lettre originale de 1888 parlait de colonnes « ayant 1,70 à 2 mètres de hauteur encore aujourd’hui surmontées de leurs chapiteaux »27. Ce site semble n’avoir pas été documenté par les études ultérieures, y compris celles de Spoehr et de Thompson. Tous deux évoquent néanmoins l’existence « de larges monuments » à divers endroits de l’île (Thompson 1932 : 20) ainsi que l’effet néfaste des destructions à grande échelle occasionnées par la Seconde Guerre mondiale (sans même parler des évènements tectoniques) (Spoehr 1957 : 102).

23Durant son séjour sur Rota, et précédemment pendant sa mission, Marche souffrit de sévères épisodes de fièvre paludique. Le chavirage de la chaloupe et le séjour prolongé dans l’eau qui s’ensuivit aggravèrent apparemment sa condition, le forçant à prendre plusieurs semaines de repos sur Guam avant de pouvoir repartir pour une courte mission sur Tinian. Cette fois-ci, Marche avait pour principal but de photographier les monuments se trouvant sur l’île et d’enregistrer des informations anthropométriques sur les habitants carolins – y compris en utilisant la photographie (certaines ont été publiées dans la réédition du rapport de Marche, 1982). Le premier site visité par Marche fut celui aujourd’hui connu sous le nom de Maison de Taga, déjà rendu célèbre par les descriptions d’Anson et d’Arago et adjacent au village moderne de San Jose. Il nota « les colonnes ou monuments de Tinian sont appelés astaga par les indigènes ; elles ont 3,90 mètres de haut » puis procéda à une description de la célèbre structure et ses impressionnantes dimensions (1891 : 34). Lors de la visite de Marche, six colonnes du latte étaient encore dressées et surmontées de leur chapiteau. Marche produisit la photographie la plus ancienne connue de ce site, publiée dans ses Notes de voyage (1898) (figure 9). Bien qu’il semble avoir été au courant de la tradition orale sur le chef Taga associée au site (en particulier puisqu’il effectua sa première visite avec le père Palomo), Marche ne la mentionna pas lorsqu’il proposa que la taille de l’édifice évoquât la « case d’un roi ou chef » (1891 : 34). Cependant, il précisa bien qu’un des chapiteaux était taillé en forme de cercueil, où « d’après la tradition, aurait été placé le corps de l’enfant d’un chef » (1891 : 34). Marche pensait aussi que les « piliers » et leurs chapiteaux étaient « certainement édifiés sur place » (1891 : 34), mais ce n’est que dans ses Notes de voyage qu’il ajouta : « car on ne peut admettre que les naturels les aient transportés et dressés » (1898 : 217). L’explorateur continua ensuite en allant prospecter les ruines du site voisin de Tachonga, notant que la structure la plus large était entourée des « restes de plusieurs cases plus petites », constituant ainsi « un petit village » (1891 : 34) (tableau 2). Il observa aussi que les ruines les plus imposantes « ressemblent à celles de l’île Rota » : un des côtés de la structure étant constitué de cinq « piliers » et l’autre formé par « une muraille » de même épaisseur et hauteur. Il n’a pas été possible d’identifier des photographies potentielles de ce site dans la collection du MQB-JC.

Figure 9

Figure 9

Site de la « Maison de Taga » photographiée par Alfred Marche en 1889.

Droits de reproduction du MQB-JC (PP0050118).

  • 28 Je remercie Mike T. Carson de m’avoir indiqué la référence d’origine sur le travail de Le Gobien ( (...)
  • 29 « Ethnographie des Mariannes et des Carolines », catalogue des objets numérotés 301 à 381 envoyés (...)

24La dernière expédition de Marche consista en un retour sur les plus petites îles du nord. Des conditions météorologiques difficiles retardèrent l’arrivée sur Pagan où il ne put passer que trois jours. Il explora des grottes funéraires et y préleva trois crânes (1891 : 37 ; 1889b). Durant ce court séjour, Marche eut « l’occasion d’acquérir » (soit par le biais des travailleurs carolins résidant sur Pagan ou de marins) « deux grands vases de terre, trouvés quelques jours plus tôt dans l’île d’Alamajan [Alamagan] » (1891 : 37) – une île qu’il ne put visiter en raison des conditions météorologiques. Il expliqua que les pots avaient été trouvés recouverts d’une large pierre et positionnés à l’envers, avec leur ouverture posée sur le sol (1891 : 37 ; 1889b). Marche considérait ces pots comme une découverte importante, pour deux raisons. Premièrement, ils apportaient la confirmation que les Chamorro fabriquaient bien de la poterie avant l’arrivée des Européens, puisqu’ils provenaient d’une île dépeuplée au tout début du xviisiècle et étaient tous deux faits « de la même pâte grossière que celles des débris […] rencontrés dans [ses] fouilles » (1891 : 37). Déjà au début de son rapport, il affirmait que les débris de poterie qu’il avait découverts dans toutes ses fouilles et sur toutes les îles étaient « de fabrication indigène », comme le démontraient « la forme et le grain de la terre employée » (1891 : 13). Deuxièmement, l’existence même de pots de céramique autochtones pré-européens et les traces de feu qu’il observa dans les deux vases ainsi que sur certains tessons (figure 8) démontraient que les Chamorros maîtrisaient le feu, niant « les dires de certains écrivains » (1891 : 13 ; 1889b). Il est possible ici que Marche fasse référence à l’argument avancé d’abord par l’écrivain Jésuite Charles Le Gobien dans son livre Histoire des Îles Mariannes (1700)28, selon lequel, basé sur les archives jésuites de la fin du xviisiècle, les Chamorros n’auraient jamais eu connaissance du feu avant l’arrivée des missionnaires. Marche réfutait ainsi un argument provenant d’un ouvrage qui faisait alors office de référence d’autorité sur l’histoire des Mariannes. La notion même de contrôle du feu apparaît aussi comme une idée centrale pour lui. Cela est peut-être à associer au fait que l’utilisation du feu était alors perçue comme un critère pertinent de classification des sociétés humaines au sein du cadre de pensée évolutionniste. En effet, il répéta l’argument plusieurs fois dans ses lettres, dans son rapport de 1889 et dans ses catalogues d’export, où il nota par exemple sous l’entrée des premiers tessons provenant de ses fouilles sur Saipan : « débris de poterie ancienne, les naturels n’en font plus. Quelques auteurs ont dit que les mariannais de l’époque de la découverte ne connaissaient pas le feu, cette poterie qui paraît avoir été cuite tendrait à démentir ce fait »29.

25Finalement, Marche débarqua sur Agrihan, où il dut rester trois mois avec sa petite équipe, attendant le retour du bateau. Il passa tout son temps à collecter des spécimens d’histoire naturelle et ne rapporta aucune activité ou observation archéologique. L’île étant un volcan actif, il n’est probablement pas surprenant qu’il n’y rencontrât pas de vestiges. À la fin de son séjour sur l’île, Marche se lamentait d’y être prisonnier sans n’avoir plus rien à y faire, un sentiment qu’il conserva jusqu'à la fin de sa mission aux Mariannes, déclarant dans ses Notes de voyage : « Enfin, le 4 mai, le courrier des Philippines vint mettre un terme à mon séjour de deux ans dans le petit archipel, dont j’avais épuisé tout l’intérêt » (1898 : 222).

L’héritage d’Alfred Marche pour l’archéologie du Pacifique

  • 30 Les riches collections botaniques de Marche subirent apparemment un sort similaire et ne furent re (...)
  • 31 Lettres ms. du ministre de l’Instruction publique au ministre des Finances, datée du 31 novembre 1 (...)
  • 32 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 30 avril 1893 ; AN (F.1 (...)

26À son retour en France, Marche compila rapidement un rapport pour le ministère, basé sur ses lettres et ses notes de voyage. En octobre, le rapport fut soumis au ministère, pour être relu par Hamy, directeur du comité scientifique des missions, et par l’anthropologue Dr Delisle, qui apparaît avoir été en charge des spécimens anthropologiques envoyés par Marche au MNHN. La même année, deux extraits des lettres de l’explorateur furent publiés dans la Revue d’ethnographie et un résumé de sa mission fut mis à l’ordre du jour pour être présenté à la Société de géographie par Charles Manoir au début de 1890. Pourtant, la mission de Marche devint rapidement invisible : le rapport ne fut prêt pour publication qu’au bout de deux années, les collections ethnographiques30 furent mises en réserve et oubliées alors que la salle Océanie du Trocadéro dut être fermée de 1890 à 1910 pour manque de financement, cependant que Marche ne présenta aucune communication ni ne publia ses résultats dans les années suivant son retour. En fait, le plus rapidement possible, il quitta la France à nouveau. Dès novembre 1889 le ministère de l’Instruction publique recherchait une position pour Alfred Marche, dont la santé se détériorait et lui interdisait de repartir en mission. En janvier 1890, Marche fut posté en Algérie « pour raisons de santé » et pour « y poursuivre néanmoins des études profitables aux intérêts » du ministère31. Cependant, trois années plus tard, toujours à Alger, Marche se trouvait contraint d’écrire une lettre au ministère pour demander qu’on lui octroie un emploi – n’importe lequel, « je ne suis pas difficile » – qui pourrait lui fournir un salaire : « Je serais très heureux, si enfin, je pouvais avoir une place, qui m’assure l’existence »32. Pendant les mois suivants, le ministère s’employa en effet à recommander Marche envers plusieurs services publics et, finalement, au début de l’année 1894, il fut installé comme archiviste à la direction des contrôles civils de Tunis (Florio 2005 : 23). La même année y fut créé l’Institut de Carthage pour les lettres, sciences et arts. Marche était parmi ses premiers membres, présentant régulièrement des communications dans la Revue tunisienne éditée par l’Institut. Celle-ci représentait une plate-forme facile pour finalement publier le récit personnel de sa mission aux Mariannes. Le comité directeur de l’Institut accepta de l’inclure dans la Revue « bien qu’il n’ait pas trait à l’Afrique du Nord », en raison de son intérêt, puisque « M. A. Marche est, croyons-nous, le seul de nos compatriotes qui ait visité complètement l’archipel des Mariannes » (Marche 1898 : 125). Il fut publié quelques mois à peine avant la mort soudaine de Marche pendant une visite à Paris.

27Le travail effectué par Marche en tant que premier archéologue des Îles Mariannes est demeuré largement inconnu et sous-évalué. Il est apprécié des archéologues spécialisés de l’archipel, notamment grâce à la traduction en anglais de son rapport (1982), mais les détails de ses prospections, de ses fouilles et des collections qu’il envoya en France sont restés méconnus. Sa contribution précoce à l’archéologie de la région est significative en elle-même : elle le place parmi les pionniers de l’archéologie de terrain dans le Pacifique, durant les années 1870 et 1880. Son travail de terrain produisit aussi un ensemble d’observations nouvelles pour les Mariannes : confirmant la présence de poterie indigène pré-européenne ; démontrant la variété des restes de culture matérielle ; réalisant les premières fouilles de latte ; enregistrant la diversité de leurs types en même temps que leur abondante présence dans plusieurs îles de l’archipel ; et capturant les premières images photographiques de certains de ces latte. Ses collections peuvent encore fournir un matériel unique pour de nouvelles études détaillées.

28De plus, ses interprétations des sites de latte, en accord avec son style factuel et « réaliste », sont remarquables pour être basées sur les résultats de ses fouilles et pour leur ton anti-romantique. En 1898, plus libre d’exprimer son opinion que dans son rapport destiné aux savants de bureau seuls en charge des grandes théories, il écrivit :

« J’appelle tout particulièrement l’attention des lecteurs sur ces antiques vestiges qui ont été donnés par les grands navigateurs qui ont exploré ces régions comme les restes d’anciens monuments d’une civilisation perfectionnée et disparue. Ces colonnes ne sont autre chose que les supports de cases en bois détruites » (1898 : 217).

  • 33 Mike T. Carson, comm. pers., avril 2018.

29C’est là un ton intéressant, qui se démarque des vues généralement appliquées à cette période à l’archéologie émergente des peuples océaniens : celles-ci semblent avoir vacillé le long d’un axe qui allait de l’impossibilité à reconnaître une préhistoire à ceux considérés comme les survivants primitifs d’une humanité ancienne, jusqu’à l’imagination de civilisations disparues annihilées par les migrations ultérieures ou par la dégénération de leurs populations – pour ceux considérés comme de « nobles sauvages ». Bien que nettement influencé par les idées évolutionnistes de son temps, Marche resta à distance de ces préjugés, utilisant simplement les faits qu’il observait pour en déduire des interprétations pragmatiques. Pourtant, il ne semble pas avoir été intéressé par les traditions et interprétations locales au sujet du passé des îles et des sites qu’il documenta. Il fut certainement déçu de la perte de connexion entre les habitants des Mariannes et les vestiges de leur passé, le résultat de près de deux siècles de dépopulation drastique et d’émigration forcée à travers l’archipel. Néanmoins, il demeura dans les îles plus longtemps et visita plus de lieux que la plupart des étrangers qui y débarquèrent – jusqu’à nos jours – assistant à des mariages et des funérailles, goûtant à la cuisine locale, rencontrant une grande partie de la population, y compris des célébrités locales dont la mémoire est toujours conservée aux Mariannes, comme le Père Palomo ou le Gouverneur Olive33.

30Marcher – quoiqu’il advienne, malgré les blessures ou les accès de fièvre paludique – à travers de nouvelles terres pour découvrir de nouveaux paysages, de nouveaux faits et de nouveaux spécimens, telle était sa force de motivation première (figure 10). Ainsi, dans tous ses écrits sur les Mariannes, l’unique passage qui laisse place à un peu plus que des observations factuelles détachées est celui relatant son ascension au sommet du mont Tapochao de Saipan, d’où il put apercevoir toute l’île, entourée de la barrière de corail, et Tinian au sud : « vue grandiose et mélancolique : deux îles qui semblaient désertes et qui, en effet, l’étaient à peu près, et de tous côtés l’océan » (1898 : 135).

Figure 10 : En-tête de papier à lettres personnalisé d’Alfred Marche.

Figure 10 : En-tête de papier à lettres personnalisé d’Alfred Marche.

Lettre écrite par Marche à M. Charmes, datée du 20 février 1887, en réponse à sa nomination comme chevalier de la Légion d’honneur.

Source : AN (F.17.12987b).

Bibliographie

Anson, George, 1748. Voyage Round the World in the Years MDCCXL, I, II, III, IV by George Anson, Esq; Commander in Chief of a Squadron of His Majesty’s Ships, sent upon an Expedition to the South-Seas. London: John and Paul Knapton.

Arago, Jacques, 1862. Souvenirs d’un aveugle. Voyage autour du Monde. Nouvelle Édition, revue et augmentée. Paris : H. Roux Libraire-éditeur.

Blanckaert, Claude, 2009. De la race à l’évolution. Paul Broca et l’anthropologie française (1850-1900). Paris : L’Harmattan.

Carson, Mike T., 2012. “History of Archaeological Study in the Mariana Islands”. Micronesica, 42 (1/2): 312-371.

Coelle de la Rosa, Alexandre (translator and editor), 2016. History of the Mariana Islands. Original authors attributed as Luis de Morales & Charles le Gobien. Mangilao: University of Guam Press.

Conklin, Alice L., 2013. In the Museum of Man: Race, Anthropology, and Empire in France, 1850-1950. Ithaca, New York: Cornell University Press.

Dias, Nélia, 1991. Le Musée d’ethnographie du Trocadéro (1878-1908). Anthropologie et muséologie en France. Paris : Éditions du CNRS.

Dotte-Sarout, Émilie, 2017. “How dare our ‘Prehistoric’ have a Prehistory of their own?! The Interplay of Historical and Biographical Contexts in Early French Archaeology of the Pacific”. Journal of Pacific Archaeology, 8 (1): 23-34.

Egami, Tomoko & Fumiko Saito, 1973. “Archaeological excavation on Pagan in the Mariana Islands”. The Journal of the Anthropological Society of Nippon, 81(3): 203-226.

Florio, Maxime, 2005. En souvenir d’Alfred Marche, 1844-1898 : naturaliste et explorateur, compagnon de Savorgnan de Brazza : histoire d’une Bibliothèque. Orléans : M. Florio.

Fosberg, Francis & Marie-Hélène Sachet, 1957. Plantes récoltées en Micronésie au XIXe siècle. Bulletin du Muséum national d’Histoire naturelle, 2e série, 29 (5) : 427-428.

Glaumont, Gustave, 1889. « Fouilles à Bourail ». Revue d’ethnographie, 8 : 214-215.

Gobien (le), Charles, 1700. Histoire des Îles Mariannes nouvellement converties à la religion chrétienne. Paris : N. Pepie.

Hamy, Ernest-Théodore, 1880. « Rapport sur le développement et l’état actuel des collections ethnographiques appartenant au ministère de l’Instruction publique ». Archives des Missions Scientifiques et Littéraires, 6 : 399-410.

Hamy, Ernest-Théodore, 1890. Les origines du Musée d’ethnographie. Histoire et documents. Paris : E. Leroux Éditeur.

Kubary, Johann S., 1873. “Die Ruinen von Nanmatal auf der Insel Ponape (Ascension)”. Journal des Museum Godeffroy, 4 : 123-131.

Kubary, Johann S., 1876. « Les ruines de Nanmatal dans l’île de Ponapé (Ascension) ». La Nature, 4 (2) : 215-218, 258-260.

Laguana, Andrew, Hiro Kurashina, Mike T. Carson, John A. Peterson, James M. Bayman, Todd Ames, Rebecca A. Stephenson, John Aguon & Harya Putra, 2012. “Estorian i latte: A story of latte”. Micronesica, 42: 80-120.

Marche, Alfred, 1879. Trois voyages dans l’Afrique Occidentale : Sénégal-Gambie, Casamance-Gabon-Ogooué. Paris : Hachette.

Marche, Alfred, 1887. Luçon et Palaouan. Six années de voyages aux Philippines. Paris : Hachette.

Marche, Alfred, 1889a. « Exploration ethnographique de l’île Rota, Mariannes ». Revue d’ethnographie, 7 : 572-573.

Marche, Alfred, 1889b. « Fouilles à Alamagan, Mariannes ». Revue d’ethnographie, 8 : 215.

Marche, Alfred, 1891. Rapport général d’une mission aux Îles Mariannes. Extrait des Archives des Missions Scientifiques et Littéraires, 7 (& 1891, in Nouvelles Archives des Missions Scientifiques et Littéraires, 1 : 241-280).

Marche, Alfred, 1898. Notes de voyage sur les Îles Mariannes. Revue tunisienne, 5 : 125-137, 204-222.

Marche, Alfred, 1982. The Mariana Islands. Tranlated by S.E. Cheng. Mangilao: Micronesian Area Research Center, University of Guam.

Martin, Angèle, 2017. « Question(s) d’étiquette(s) ! (?) Inventaires et traces d’inventaires dans les collections du Musée d’ethnographie du Trocadéro ». In A. Delpuech, C. Laurière et C. Peltier-Caroff (eds), Les Années folles de l’ethnographie. Trocadéro 28-37. Paris : Publications scientifiques du MNHN.

Olive y Garcia, Francisco, 2007 (1887). The Mariana Islands: 1884-1887 Random Notes. Translated & annoted by M.G. Driver. Mangilao: Micronesian Area Research Center, University of Guam.

Patole-Edoumba, Élise (ce volume). « Apports des données ethno-historiques pour l’archéologie du Pacifique Sud. Étude des fonds de Gustave Glaumont relatifs au Vanuatu et à la Nouvelle-Calédonie (1884-1899) ».

Spoehr, Alexander 1957. Marianas Prehistory: Archaeological Survey and Excavations on Saipan, Tinian and Rota. Fieldiana: Anthropology Volume 48. Chicago: Chicago Natural History Museum.

Spriggs, Matthew & Stuart Bedford, (ce volume). « Redécouverte, confirmation et datation d’un profil stratigraphique décrit par Gustave Glaumont sur l’île de Ambae en 1890 ».

Thompson, Laura M., 1932. Archaeology of the Mariana Islands. Bernice P. Bishop Museum Bulletin No. 100. Honolulu: Bishop Museum Press.

Thompson, Laura M., 1940. “The function of latte in the Marianas”. Journal of the Polynesian Society, 49: 447-465.

Von Haast, Julius, 1871. “Moas and Moa Hunters. Address to the Philosophical Institute of Canterbury”. Transactions of the New Zealand Institute, 4: 66-107.

Notes

1 Bien que l’origine du terme « latte » soit incertaine, il est utilisé depuis les années 1920, au moins, pour désigner la tradition architecturale chamorro consistant en une double rangée de colonnes de pierre, chacune surplombée d’une pierre en demi-sphère, et supportant les structures d’habitat (Thompson 1940 ; Laguana et al. 2012). Marche n’utilisa pas lui-même le terme « latte » mais décrivit ces structures comme des rangées de « piliers » ou de « colonnes » qui supportaient les anciennes « huttes » des habitants (voir infra).

2 En 1873, Johann Stanislaw Kubary, un autre explorateur et collecteur multidisciplinaire, publia une description des vestiges de Nan Madol (Îles Carolines) et de ses collectes dans les dépôts funéraires, dans le journal allemand du Godeffroy Museum ; article traduit en français trois ans plus tard (Kubary 1873, 1876). Le numéro de la Revue d’Ethnographie dans lequel Marche publia contenait aussi le premier rapport faisant état de fouilles archéologiques en Mélanésie, celles de Gustave Glaumont en Nouvelle-Calédonie (Glaumont 1889 ; voir Dotte-Sarout 2017 et Patole-Edoumba ce volume). Avec les études plus approfondies de von Haast en Nouvelle-Zélande (1871) et celles menées par Kubary durant les années 1870 et 1880, les travaux de Glaumont et de Marche sont les premières études archéologiques connues dans le Pacifique et spécialement basées sur des fouilles planifiées.

3 Les premiers voyages de Marche ne sont que vaguement évoqués par lui-même et par la correspondance du ministère en tant que « ses » voyages. Cependant dans le récit de ses explorations en Afrique de l’Ouest (Marche 1879), il remercie le patronage de « M. Bouvier ». Tous ses voyages ultérieurs furent réalisés en tant que missionnaire salarié du ministère.

4 Lettre manuscrite (ms.) de Marche à M. Charmes, 30 Avril 1893. Archives nationales de France (AN), dossier Marche, série ministère de l’Instruction publique (F.17.12987b).

5 Lettre ms. du Prof. Hamy au Dr Delisle, non datée mais se rapportant aux années 1889 à 1891, AN, (F.17.12987b).

6 Lettre ms. du ministre de l’Instruction publique au ministre des Finances, 31 octobre 1889, AN (F.17.12987b).

7 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, 24 février 1886, AN, (F.17.12987b).

8 Lettre ms du président de la Société de géographie au ministre de l’Instruction publique, 22 avril 1875, AN (F.17.12987b).

9 Lettre ms. de Savorgnan de Brazza au ministre de la Marine et des Colonies, 22 avril 1876, AN (F.17.12987b).

10 Selon le point de vue évolutionniste typique de l’époque, Marche comparait librement les sociétés autochtones des Philippines et celles qu’il avait rencontrées en Afrique de l’Ouest, puisqu’elles appartenaient toutes à des populations qui étaient « restées au même degré de civilisation » (Marche 1887 : 30). Son opinion sur les populations des Mariannes semble avoir été la même : il continua à utiliser ce type de comparaisons pour interpréter les vestiges observés, et fut contrarié par le fait qu’il ne resta plus (selon lui) de Chamorro (CHamoru) de « race pure ». La population mixte d’alors ne comprenait, selon son point de vue, que les descendants dégénérés des autochtones d’origine et des populations immigrées à la période historique (Marche 1891, 1898).

11 Au début de 1887, alors qu’il était à Manille en attente du bateau devant le conduire sur Guam, Alfred Marche fut nommé chevalier de la Légion d’honneur par le gouvernement français, sur la recommandation du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, M. Charmes, AN (F.17.12987b).

12 Quelques photographies prises par Marche sont visibles dans la collection iconographique du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac (MQB-JC). Elle contient plus de 100 articles dont Alfred Marche est l’auteur, y compris des images de ses voyages en Afrique et aux Philippines, ainsi que des doubles sous forme de négatifs ou de photographies sur papier. Au total, il y a environ 25 images différentes qui documentent des aspects anthropologiques de son expédition aux Mariannes, dont 20 furent publiées en 1982 par l’Université de Guam (Marche, 1982). La plupart sont accessibles en ligne par le catalogue du MQB-JC http://www.quaibranly.fr/en/explore-collections/ (collection PP005011xx).

13 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, 24 février 1886, AN (F.17.12987b).

14 Traduit en français en 1749. Nb : les traductions d’Anson sont celles de l’auteure de ce chapitre, les citations originales sont à retrouver dans sa version anglaise, volume à venir.

15 De nos jours : Aguijan, Agrihan, Saipan, Anatahan.

16 Ici, Arago se réfère à la tradition orale associée au site dit « La Maison de Taga » (tradition déjà notée par Anson avant lui).

17 Du peuple tagalog de Luzon. Marche cite leurs noms dans sa publication de 1898 : Mariano et Eulogio. Ces détails n’apparaissent pas dans les rapports. Ils furent tous deux photographiés par Marche ; les originaux des négatifs sur verre ou des imprimés sont conservés au MQB-JC et visibles sur le catalogue en ligne sous les numéros de collection PP0050111, PP0050132.

18 Et en effet, Alfred Marche était connu pour être capable de parcourir de longues distances sur des terrains difficiles. Ses écrits donnent à voir les distances impressionnantes et les dénivelés qu’il pouvait couvrir chaque jour de travail (Mike T. Carson, comm. pers., avril 2018).

19 Marche mentionna dans un de ses rapports qu’en février 1887 (alors à Manille) il envoya au ministère la copie d’un rapport sur les Mariannes rédigé par le gouverneur, l’original devant quant à lui être envoyé en Espagne pour l’exposition coloniale de Madrid de 1887, dans le cadre d’un ensemble de collections qui devaient représenter les possessions espagnoles du Pacifique (dont les Philippines) (Marche 1891 : 2). Les premières visites de Marche sur Rota, Tinian et Saipan furent effectuées en accompagnant le gouverneur lors de sa tournée. Celui-ci le conduisit en particulier dans la grotte funéraire de Kalabera (« calaveras » : crânes en espagnol) sur Saipan.

20 Archives documentaires du MQB-JC associées à la collection 71.1894.34 : archives D000976 et catalogue original du Musée de l’Homme.

21 Saipan avait été complètement dépeuplée durant le programme de reducción espagnol et les structures de latte de cette île, bien plus petites que celles de Tinian et Rota, ne furent pas identifiées avant les travaux du couple Hornbostel analysés par Laura Thompson pendant les années 1930 (1932).

22 La raison pour laquelle la lettre-rapport de 1887 détaillant ses activités sur Saipan ne contient aucune mention de ses fouilles du cimetière n’est pas claire, étant écrite depuis Saipan de toute évidence après ces fouilles. De même, les Notes de Voyages de 1898 ne décrivent aucune fouille dans le cimetière de l’île. Étant donné le statut sacré de l’île pour les Carolins de Saipan, il se pourrait bien que Marche eût été conscient du manque d’éthique impliqué dans ses fouilles (et possiblement de leur aspect non-autorisé ?). Il avait déjà qualifié auparavant sa chasse aux crânes de « vol anthropologique » (1879 : 102).

23 « Ethnographie des Mariannes et des Carolines », catalogue des objets numérotés 301 à 381 envoyés au ministère, non daté, signé Alfred Marche ; MQB-JC archives D000976.

24 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 7 juillet 1887 ; AN (F.17.12987b).

25 « 4e export, Ethnographie », catalogue des objets numérotés 393 à 427 envoyés au ministère, non daté, signé Alfred Marche ; MQB-JC archives D000976.

26 Extraits de la lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 3 septembre 1888 ; AN (F.17.12987b) ; et du rapport de 1889 (1891 : 29).

27 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 3 septembre 1888 ; AN (F.17.12987b).

28 Je remercie Mike T. Carson de m’avoir indiqué la référence d’origine sur le travail de Le Gobien (traduit en anglais par Coelle de la Rusa 2016), qui fut répété par de nombreux auteurs ultérieurs ayant écrit sur les Mariannes avant Marche.

29 « Ethnographie des Mariannes et des Carolines », catalogue des objets numérotés 301 à 381 envoyés au ministère, non daté, signé Alfred Marche ; MQB-JC archives D000976.

30 Les riches collections botaniques de Marche subirent apparemment un sort similaire et ne furent redécouvertes – avec ébahissement – que dans les années 1950 (Fosberg & Sachet 1957). Seules ses collections zoologiques soulevèrent un intérêt immédiat. Les spécimens d’anthropologie physique se révèlent plus difficiles à traquer.

31 Lettres ms. du ministre de l’Instruction publique au ministre des Finances, datée du 31 novembre 1889, et aux administrateurs de la Compagnie générale transatlantique, datée du 7 janvier 1890 ; AN (F.17.12987b).

32 Lettre ms. d’Alfred Marche au ministre de l’Instruction publique, datée du 30 avril 1893 ; AN (F.17.12987b).

33 Mike T. Carson, comm. pers., avril 2018.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte de l’Océanie de 1888, montrant la distribution des expéditions menées par Marche dans la région telle que conceptualisée à l’époque. Il s’agit d’une représentation de la région « Océanie » dans un atlas de manuel scolaire officiel (Atlas de géographie physique et politique, par F.I.C. 1888 [17e Édition]. Paris : Procure Générale ; détail de la p. 6). La carte montre que la Micronésie et la Mélanésie pouvaient être toutes deux perçues comme des sous-régions de « Polynésie », elle-même une des trois parties de l’Océanie. C’est dans ce contexte que se comprennent les concepts flottants de « Polynésie », « Malaisie » et « Océanie » tels qu’appliqués aux travaux menés par Marche aux Mariannes et aux Philippines.
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Figure 2
Légende Alfred Antoine Marche, par Alexandre Quinet, photographe (collection de la Société de Géographie). Possiblement autour de la date de l’Exposition Universelle de Paris, 1878.
Crédits Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Figure 3
Légende « Exploration d’une grotte ». Illustration publiée dans Marche, Alfred 1887. Luçon et Palaouan. Six années de voyages aux Philippines. Paris : Hachette. (p. 369).
Crédits Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 4
Légende « Ruines trouvées dans l’intérieur de Tinian par Messieurs Gaudichaud, Berard et Arago ». Lithographie de Jacques Arago (1822).
Crédits Droits de reproduction : National Library of Australia.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Crédits Les sources utilisées incluent les quatre publications de Marche (1889a, 1889b, 1891, 1898) ainsi que les archives conservées aux Archives Nationales (F.17.12987b) et au MQB-JC (D000976). À noter que les archives du MQB-JC enregistrent des objets additionnels ramenés par Marche, dont des artefacts ethnographiques probablement collectés dans les derniers mois de sa mission, provenant de Guam et de Yap (collection 71.1894.34/dossiers D000976) ; 136 objets en tout.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-5.png
Fichier image/png, 932k
Titre Figure 5
Légende Carte des Îles Mariannes montrant les îles visitées par Alfred Marche et la localisation d’Alamagan (non visitée).
Crédits Source : Émilie Dotte-Sarout
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 6
Légende « Père Palomo ». Photographie d’Alfred Marche. 1887-1889.
Crédits Droits de reproduction : MQB-JC (PP0050109).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Crédits Les sources utilisées rassemblent son rapport de 1889 (1891), ses lettres-rapports de 1887 et 1888, son catalogue d’exportation et le catalogue du Musée de l’Homme (MH), conservés au MQB-JC. À noter qu’une fois reçu par le ministère, tout matériel de type « ethnographique » devait être pris en charge par le Musée d’Ethnographie du Trocadéro, alors que tout matériel « anthropologique » (i.e. restes humains) était récupéré par le MNHN (ensuite deposés au MH, puis au MQB-JC) – avec les spécimens d’histoire naturelle, probablement y compris ceux provenant de fouilles.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-8.png
Fichier image/png, 454k
Titre Figure 7 : Exemples d’objets découverts par Marche lors de ses fouilles sur Saipan.
Légende A) Hache de pierre portant une étiquette typique des marquages pratiqués au MET à la fin du xixe siècle, indiquant le numéro de catalogue et la mention « fouilles Saypan » (71.1894.34.108) ; B) perle de coquillage provenant du cimetière Managaha (71.1894.34.113) ; C) tesson de poterie portant le numéro de catalogue original de Marche et l’inscription « A.M. » (71.1894.34.93) ; D) pointe de lance barbelée en os (71.1894.34.47) ; E) pierre de fronde (71.1894.34.91) ; F) perles de verre et parure en coquillage provenant du cimetière de Managaha (71.1894.34.79).
Crédits Toutes les images sont d’É. Dotte-Sarout sauf B et F issues du catalogue en ligne du MQB-JC. Reproduites avec la permission du MQB-JC. (Concernant les pratiques de marquage du MET, voir Martin 2017).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Figure 8 : Exemples d’objets découverts par Marche lors de ses fouilles sur Rota et Pagan.
Légende A & B) herminette en tridacna de Rota (71.1894.34.21) ; C) tesson de poterie de Rota, portant les initiales de Marche et le numéro de catalogue original (71.1894.34.22) ; D & E) tesson de poterie de Pagan, avec des traces de carbonisation à l’intérieur, comme indiqué par Marche (71.1894.34.35) ; F) percuteur (« galet ») de Pagan, avec l’étiquette d’origine du MET, indiquant le numéro de catalogue et « fouilles de l’île de Pagan » (71.1894.34.40).
Crédits Toutes les images sont d’ É. Dotte-Sarout. Reproduites avec la permission du MQB-JC.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 9
Légende Site de la « Maison de Taga » photographiée par Alfred Marche en 1889.
Crédits Droits de reproduction du MQB-JC (PP0050118).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Figure 10 : En-tête de papier à lettres personnalisé d’Alfred Marche.
Légende Lettre écrite par Marche à M. Charmes, datée du 20 février 1887, en réponse à sa nomination comme chevalier de la Légion d’honneur.
Crédits Source : AN (F.17.12987b).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1322/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search