Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Les auteur(e)s

Texte intégral

1Stuart Bedford est archéologue à l’Australian National University et à l’Institut Max Planck pour les sciences de l’histoire humaine, spécialiste de la préhistoire du Pacifique. Il a publié de nombreux travaux sur divers aspects de l’archéologie au Vanuatu, depuis la période d’occupation initiale Lapita à celle des contacts européens et de la colonisation, y compris l’archéologie des sites rituels et monumentaux de l’archipel.

2Nicolas Cauwe est archéologue, conservateur des collections de Préhistoire et d’Océanie aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles et professeur à l’Université catholique de Louvain. Il se consacre depuis plusieurs décennies à des recherches archéologiques sur l’Île de Pâques, au sujet de laquelle il a publié plusieurs articles et ouvrages.

3Anne Di Piazza (éd.) est une archéologue spécialisée sur l’Océanie et rattachée au laboratoire du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie. Ses thématiques de recherche portent sur les premiers peuplements, la navigation expérimentale et traditionnelle, la modélisation-simulation de trajectoires de pirogues, et les réseaux d'échange. Elle a plus récemment entamé un travail de recherche et de mise en valeur du fonds Pierre-Adolphe Lesson, savant-voyageur du xixe siècle qui peut être considéré comme l’un des précurseurs de l’archéologie océanienne.

4Émilie Dotte-Sarout (éd.) est archéologue, spécialiste de l’Océanie. Elle a développé sa recherche sur l’historiographie de l’archéologie océaniste francophone à l’Australian National University, de 2015 à 2020, au sein du projet « CBAP – The Collective Biography of Archaeology in the Pacific : a Hidden History », dirigé par le Professeur Matthew Spriggs. Elle travaille maintenant, en tant que Discovery Early Career Research Award Fellow à l’University of Western Australia, sur le rôle méconnu des femmes au sein de cette histoire, tout en continuant ses recherches en archéobotanique appliquée dans la zone Indo-Pacifique, plus particulièrement en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et en Australie.

5Louis Lagarde est maître de conférences en histoire et archéologie à l’Université de Nouvelle-Calédonie. Sa recherche et ses publications s’intéressent à l’archéologie de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française, ainsi qu’à l’impact du contact européen sur les sociétés d’Océanie. Elles traitent aussi des productions techniques (arts, architecture, artisanat) de la période dite « coloniale » et donc la question du/des patrimoine(s) en Océanie aujourd’hui.

6Christine Laurière est chercheuse en histoire et anthropologie au CNRS. Elle codirige Bérose, encyclopédie en ligne sur l’histoire de l’anthropologie. Ses thèmes de recherches portent sur les histoires de l’anthropologie, l’histoire du terrain ethnographique et des missions ethnographiques françaises, l’histoire des musées d’ethnographie et des ethnologues en situations coloniales – y compris les biographies de Paul Rivet ou Alfred Métraux.

7Thomas Lavachery est écrivain, historien de l’art et cinéaste. Petit-fils de l’archéologue et conservateur belge Henri Lavachery, il a mené des recherches sur l’histoire de l’expédition franco-belge à l’Île de Pâques à laquelle participa son grand-père, qu’il présente dans un film documentaire réalisé en 2002 et dans un ouvrage publié en 2005.

8Oscar Moro Abadía est un professeur associé d’archéologie à la Memorial University au Canada. Il a travaillé et publié abondamment sur plusieurs thèmes de recherches interconnectés : archéologie paléolithique, histoire de l’art et notamment de l’art préhistorique et autochtone, histoire et philosophie des sciences, études des sociétés de « chasseurs-cueilleurs », histoire de l’archéologie.

9Émilie Nolet est ethno-archéologue et maître de conférences à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Elle est rattachée à l’équipe d’Ethnologie préhistorique de l’UMR Archéologie et sciences de l’Antiquité - ArcScAn, où elle est coresponsable du thème « Océanie » avec Frédérique Valentin. Elle a travaillé à Fidji et en Polynésie française, où elle s’intéresse actuellement aux transformations des pratiques matérielles et des conditions de vie au xixe siècle.

10Élise Patole-Edoumba est conservateur en chef du patrimoine et directrice des Musées et du Muséum d’Histoire naturelle de La Rochelle. Sa recherche se concentre sur l’archéologie préhistorique, notamment celle de l’Asie du Sud-Est, la muséographie et les problèmes de conservation, ainsi que l’histoire des collections – avec un travail entrepris sur Gustave Glaumont et ses collections océaniennes rapportées en France depuis plusieurs années.

11Christophe Sand (HDR) est archéologue, en accueil à l’Institut de recherche pour le développement. Il a dirigé le Département Archéologie (1991-2009) puis l’Institut d’archéologie de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (2010-2019) et a publié abondamment sur le Pacifique occidental et la Nouvelle-Calédonie, où il a notamment été amené à s’intéresser à l’évolution des idées sur le passé de l’archipel.

12Philippe Soulier est historien, archéologue et préhistorien, membre de l’équipe « Ethnologie préhistorique » fondée par André Leroi-Gourhan (UMR Archéologie et sciences de l’Antiquité - ArcScAn. À ce titre, il s’est intéressé à l’histoire de cette équipe et à la trajectoire scientifique de ce préhistorien français : il est l’auteur de plusieurs publications sur ce thème, dont une récente biographie d’André Leroi-Gourhan.

13Matthew Spriggs (éd.) est professeur d’archéologie à l’Australian National University, spécialiste de l’Océanie. Depuis plus de 40 ans, il s’est intéressé aux relations entre archéologie et linguistique, à l’étude des systèmes de subsistance et les origines de l’agriculture dans le Pacifique, aux interactions hommes-environnements, et aux relations entre politique et archéologie. Il a conduit ses recherches en Indonésie, Timor Oriental, Nouvelle-Guinée, archipel Bismarck, Îles Salomon, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie et Hawaii. De 2015 à 2020, il a dirigé le projet « Collective Biography of Archaeology in the Pacific », le premier programme à s’intéresser en détail à l’historiographie de l’archéologie océaniste.

14Frédérique Valentin (éd.) est chercheuse au CNRS, archéo-anthropologue spécialiste de l’étude des sépultures et restes humains anciens d’Océanie. Elle a mené de nombreux terrains en Mélanésie du sud et Polynésie occidentale et publié plus d’une cinquantaine d’ouvrages et d’articles scientifiques. Elle est basée à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie et travaille au sein de l’UMR 7041 Archéologie et sciences de l’Antiquité - ArcScAn, où elle a notamment codirigé l’équipe d’Ethnologie préhistorique jusqu’en 2016. Elle s’est intéressée à l’histoire de cette équipe lorsque celle-ci était sous la direction de l’océaniste José Garanger.

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search