Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 4

Apport des données ethnohistoriques pour l’archéologie du Pacifique Sud. Étude des fonds de Gustave Glaumont relatifs à la Nouvelle-Calédonie (1884-1899)

Élise Patole-Edoumba

Entrées d'index

Géographique :

Océanie, Nouvelle-Calédonie, Vanuatu

Texte intégral

Introduction

1L’historiographie de l’archéologie fournit de nombreux exemples de découvertes faites par des amateurs éclairés en marge des sociétés savantes et des cercles scientifiques constitués. L’émergence d’une connaissance du passé de l’Océanie s’inscrit aussi dans cette histoire. Dans le prolongement des premières grandes explorations du xviiie siècle, le xixe siècle notamment dans sa seconde partie, livres de témoignages de militaires, médecins, administrateurs et missionnaires ont fait l’objet de commentaires et de valorisation au sein des cénacles autorisés des métropoles.

2Gustave Glaumont fait partie de cette catégorie d’observateurs. Au cours du dernier quart du xixe siècle, il est un des premiers à s’intéresser à l’histoire des populations kanak de manière assez insolite. Autodidacte, à l’écart des cercles d’initiés à la préhistoire, l’anthropologie, l’ethnographie ou la linguistique, cet agent de l’administration pénitentiaire s’est découvert une passion pour l’archéologie à la lecture des ouvrages d’exploration du xviiie siècle et suite à sa rencontre avec le Père Lambert sur l’Île des Pins (Patole-Edoumba 2013b).

  • 1 D’ailleurs le choix des institutions destinataires des pièces et spécimens de sa collection mérite (...)

3Ses écrits comme le reste de sa collection s’avèrent précieux autant pour l’ethnohistoire que l’archéologie et l’ethnographie. Ces fonds complémentaires apportent en effet un nouvel éclairage pour l’historiographie et l’épistémologie de l’archéologie océanienne. Deux grandes catégories de sources sont ainsi réunies : des écrits et des objets. Habituellement, deux modalités d’appréhension des corpus s’affrontent. Du point de vue de l’ethnohistoire, les objets servent au mieux à illustrer un contexte. Du côté de l’archéologie, la primauté est accordée aux objets, les écrits servant à conforter et dans une moindre mesure à infirmer des observations techniques et fonctionnelles. Nous proposons ici d’explorer ces deux fonds sur le même registre du matériel d’étude et de les considérer comme un ensemble cohérent qui traduit une démarche singulière que nous qualifions de préscientifique : Glaumont fait preuve de rigueur dans sa démarche, il fait référence aux travaux et méthodes qui font autorité en anthropologie à son époque (bien que son accès aux sources soit difficile depuis la Nouvelle-Calédonie) et il démontre un esprit critique comme une réflexion originale ; tout en restant parfois fortement influencé par certains schémas de pensée évolutionnistes et en commettant des erreurs liées à son manque de formation scientifique. Leur trajectoire est appréhendée depuis la collecte des données (observations sur le terrain et constitution d’une collection) sélectionnées en fonction d’un objectif affirmé (la recherche de l’origine des Kanak) jusqu’à la présentation des résultats (sous forme d’édition et de cession des collections à des institutions1). L’apport de Glaumont à la connaissance de l’archéologie océanienne sera ainsi restitué à l’aune du contexte scientifique et politique de la fin du xixe siècle.

Parcours d’un jeune angoumoisin en Océanie

Éléments biographiques

4Sébastien-Gustave-Octave Glaumont est né en 1855 à Angoulême. Son père Jean-Baptiste Glaumont-Salzerac, négociant charentais, décède en 1870, faisant du jeune Gustave un soutien de famille à l’âge de 15 ans, sa mère Marie Juzaud-Roux n’ayant aucune profession. Après l’obtention de son baccalauréat, il sert dans deux administrations, celle des contributions directes de la Charente et la compagnie des chemins de fer avant de solliciter son intégration dans la Marine comme auxiliaire civil. Il est ainsi envoyé en Cochinchine en 1879. Mais de santé fragile et inadaptée au climat subtropical, il est contraint de démissionner. Son goût pour l’exotisme et le voyage l’incite toutefois à soumettre une nouvelle demande à l’administration pénitentiaire pour rejoindre la Nouvelle-Calédonie, colonie française depuis plus de vingt-cinq ans. Il prend ses fonctions de commis rédacteur en décembre 1884 à Nouméa. Très rapidement, il se détourne de ses tâches administratives ce qui lui vaut d’être régulièrement sanctionné. En décembre 1885, une procédure disciplinaire d’éloignement sur l’Île des Pins punit un énième écart de comportement ; elle va pourtant constituer le point de départ de sa passion pour l’histoire, la linguistique, l’ethnographie et l’archéologie kanak.

  • 2 Marie, Lucie, Marguerite Georgette Glaumont (14 décembre 1897 Fleurance – 5 janvier 1945 Royan).
  • 3 Des passages entiers sont des extraits d’un de ses manuscrits rédigé en 1888-1889 et aujourd’hui c (...)

5Gustave Glaumont passe six années en Nouvelle-Calédonie sans que ses relations hiérarchiques ne s’améliorent. Il consacre tout son temps libre à l’étude de la culture kanak avec l’aval des gouverneurs Nouët et Pardon. Celui-ci facilite son affectation à Bourail en 1888 puis au Diahot en 1889. Il l’autorise à prendre un congé de trois mois en 1890 pour qu’il puisse intégrer l’expédition du ministère de l’instruction publique, pilotée par le médecin naturaliste Philippe François, au Vanuatu (Patole-Edoumba 2013a). Après avoir pu consacrer du temps à l’exploration d’une partie de l’archipel des Nouvelles-Hébrides, bien que les résultats n’aient pas été à la hauteur de ses espérances, Glaumont ne se résout pas à reprendre une activité administrative normale. Atteint de crises de paludisme, il rentre en convalescence en Métropole et en profite pour négocier sa mutation dans une autre administration grâce à l’appui, une fois encore de Noël Pardon, qui, entre-temps lui a obtenu les palmes académiques. C’est ainsi qu’il embrasse une nouvelle carrière de percepteur à partir d’août 1891 au lieu de rejoindre la Guyane. Son parcours professionnel s’achève à Fécamp en 1916. Il a épousé Jeanne-Félicité du Pontavice de Vaugamy, en 1893 avec laquelle il a une fille en 18972. Il est fort probable que la famille ait rejoint les terres de Charente par la suite car sa fille est enregistrée dans les registres d’état civil de la ville de Royan en 1945. Est-ce cette naissance qui lui fait arrêter toute activité scientifique ? Il passe en effet les huit années après son retour à diffuser les résultats de ses observations et s’arrête brutalement en se débarrassant également de toutes ses collections. En 1902 paraît un ouvrage anonyme intitulé La colonisation et le bagne en Nouvelle-Calédonie par un vieux colonial, qui peut sans aucun doute lui être attribué3. Il s’agit d’un plaidoyer en faveur de la colonisation qui rompt avec tous les écrits précédents.

Chronologie des travaux

6Pour comprendre ce qui a pu déclencher l’intérêt de Gustave Glaumont pour la culture kanak, le mieux est de se reporter au bilan qu’il tire de sa vie en Outre-Mer en 1898 au moment où il reprend ses notes de terrain du Vanuatu « écrites là-bas, au jour le jour sous le soleil ardent au milieu des tribus indigènes » pour rédiger un ouvrage qui sera publié un an plus tard sous le titre de Voyage d’exploration aux Nouvelles-Hébrides (Glaumont 1899) :

« Depuis six ans j’habitais la Nouvelle-Calédonie : grâce à mes fonctions d’officier d’administration, j’avais parcouru cette île du Sud au Nord, et de l’Est à l’Ouest, employant mes nombreux loisirs à l’étude des mœurs et coutumes des indigènes et à celle de la nature même du pays. Je trouvais dans ces excursions et dans les intéressantes études qu’elles me permirent de faire, un plaisir si vrai et si plein de charmes […]. Je fis ce voyage, et j’en revins avec les fièvres paludéennes mais charmé, enthousiasmé par ce que j’avais vu et que je ne reverrai jamais sans doute, aujourd’hui que je suis en France, confiné dans un trou de campagne, où je vis le plus bourgeoisement du monde […] j’ai dit pour toujours adieu à cette vie d’aventures, à ces explorations lointaines où l’on risquait sa vie peut-être, mais où l’on jouissait si puissamment d’une liberté absolue, de la vue d’une nature sauvage et grandiose, complètement vierge de toute civilisation, et rappelant par la vie primitive de ses farouches habitants les premiers âges de l’humanité» (Glaumont 1899 : 10).

  • 4 « Le naufrage de La Pérouse », Bull. de la Soc. de géographie commerciale de Paris, 1885, t. 7, p. (...)

7Nourri par les récits de voyages d’exploration du xviiie siècle et du début du xixe siècle, le titre même de l’ouvrage sur les Nouvelles-Hébrides témoigne sans doute de cette aspiration à marcher sur les traces d’illustres personnages. Peut-être s’est-il pris à rêver d’aventures alors qu’il était encore à Angoulême, ce qui expliquerait ses deux démarches successives auprès de la Marine puis du Ministre des colonies pour rejoindre la Nouvelle-Calédonie. Sa première expérience coloniale, bien que très brève, semble pourtant l’avoir marqué. Elle lui a donné l’opportunité de faire quelques observations qui vont influencer ses hypothèses ultérieures comme nous le verrons par la suite. Sa première publication porte sur le naufrage des frégates la Boussole et l’Astrolabe commandées par Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse (1785-1788). Dans deux articles de 1885 et 1886, il rapporte les découvertes du capitaine du Bruat, missionné par la compagnie calédonienne des Nouvelles-Hébrides, au large de Vanikoro deux ans plus tôt4.

  • 5 Pierre Lambert (1822 – 1903) est un missionnaire de la congrégation de Marie. Il arrive à Nouméa e (...)

8Chaque affectation est ensuite l’occasion de nouvelles études. Toutefois, comme il l’indique, sa rencontre avec le Père Lambert sur l’Île des Pins est décisive5 :

« C’est en lisant le livre de R. P Lambert sur les Néo-Calédoniens que pour la première fois je fus frappé des nombreux points de ressemblance qui semblaient exister entre les mœurs, les coutumes des canaques et celles des peuples de l’Asie. Un fil quelconque reliait-il donc ces peuples si éloignés cependant les uns des autres actuellement ? Ce fut poussé par cette idée que je me mis à l’œuvre » (Glaumont, 1888, préface).

  • 6 « Ethnogénie des Insulaires de Kunié (Île des Pins) », Revue d’ethnographie, Paris, t. 6, 1887, p. (...)
  • 7 « Études sur les divers idiomes calédoniens en général et sur celui du ‹ NI › en particulier. Syst (...)
  • 8 « Usages, mœurs et coutumes des néo-calédoniens », Revue d’ethnographie, Paris, t. 7, 1888. Cet ar (...)
  • 9 Étude sur les us, mœurs, coutumes, funérailles des Néo-Calédoniens – Théorie du continent austral (...)
  • 10 Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, 1889, 12, 1. Léon Moncelon, minotier dans l’Allie (...)

9Au contact du missionnaire, Glaumont commence par étudier les langues et les mythes des îles Loyauté qu’il compare à ceux du Vanuatu et de trois îles de la Sonde pour tenter d’expliquer l’origine du peuplement de la Nouvelle-Calédonie6. Ce premier travail se poursuit avec l’analyse des coutumes qui aboutit à la rédaction d’un manuscrit sur les us et coutumes. Une partie est consacrée aux langues7. Il en tire un article pour la revue d’ethnographie après que Théodore Hamy (directeur du Musée du Trocadéro) l’eut considérablement remanié8. Finalement l’ouvrage sort un an plus tard sous le titre Étude sur les us, mœurs, coutumes, funérailles des Néo-Calédoniens – Théorie du continent austral englouti – Origines des Néo-Calédoniens9. Cette publication lui donne une reconnaissance immédiate de la communauté scientifique. Il intègre la Société d’anthropologie de Paris et en devient correspondant national grâce au parrainage de Hamy, Léon Moncelon et George Hervé10.

  • 11 L’expression « preuves morales » proposée par Glaumont et reprise par Pardon doit être comprise co (...)

10Le gouverneur Noël Pardon, intéressé par sa quête du « Kanak primitif » qui est un moyen pour lui de légitimer l’entreprise coloniale, lui obtient une affectation à Bourail (Glaumont 1888-1889 : préface). C’est une réelle opportunité pour étayer des « preuves morales » par des éléments matériels tirés de prospections archéologiques11 :

« C’était une bonne fortune pour moi ; en effet après avoir connu et étudié les Canaques de l’île des Pins, de l’île Ouen, de Goro, Touaourou, Ounia, Yaté, etc. […] En un mot des tribus du sud extrême de la Nouvelle-Calédonie, j’allais pouvoir contrôler mes observations et en faire de nouvelles sur les Canaques du centre de l’île. […] Bourail, pour tout autre qu’un canacophile, si je puis employer ce mot, serait un séjour absolument abrutissant. La population blanche à part dix personnes libres ne se compose que de condamnés ou libérés concessionnaires ; élément peu intéressant. Je me donnai donc tout entier à mes études de prédilection : aux Canaques. » (Glaumont 1889-1890 : 5).

  • 12 « Fouilles à Bourail ». Revue d’ethnographie, t. 8, 1889, p. 217-218.
  • 13 Gauthiot, C. « Mémoire et lettre relatives à l’expédition La Pérouse », Bull. Soc. géographie de P (...)
  • 14 Il est à rapprocher du manuscrit à l’attention de Théodore Hamy « liste des objets trouvés jusqu’à (...)
  • 15 « De l’art du potier de terre chez les Néo-Calédoniens », L’Anthropologie, t. 6, 1895. « L’eta del (...)
  • 16 L’objectif était d’assister Philippe François missionné par le ministère de l’Instruction publique (...)

11Il fouille ainsi des sites ayant été brûlés lors de l’insurrection de 1878 dans un rayon de 25 km autour de Bourail12. Son intérêt pour le naufrage de La Pérouse ne s’estompe pas pour autant13. Un séjour au Diahot est l’occasion d’approfondir sa comparaison des différents types de pierres préhistoriques et contemporaines pour sa théorie sur le peuplement qu’il expose dans un manuscrit non publié14. Il va néanmoins en extraire quelques parties (sur les cultures du taro et de l’igname, la poterie et les pierres fétiches) et les soumettre sous forme d’articles à des revues reconnues une fois rentré en métropole15. La phase de collecte de données s’achève avec un voyage de trois mois au Vanuatu16.

La contribution de Glaumont à la connaissance du passé de la Nouvelle-Calédonie

12Si l’on accorde encore aujourd’hui une telle importance aux travaux de Gustave Glaumont, c’est qu’il figure parmi les pionniers de l’archéologie océanienne. La précision de certaines de ses observations ethnographiques et ses intuitions méthodologiques sont originales pour l’époque.

Méthodologie originale et innovante.

13Selon nous la démarche que développe Glaumont relève de la prescience moderne. Glaumont avait pour objectif de trouver l’origine des Kanak dont il pressent qu’elle pourrait se situer en Asie du Sud-Est. Il en cherche les preuves à travers différents champs disciplinaires plus ou moins développés à l’époque : la linguistique, l’ethnographie et l’archéologie. Il confronte ainsi diverses observations pour aboutir à des déductions qu’il expose (et fait valider) ensuite dans des revues reconnues :

« Ce n’est que par les ressemblances que peuvent offrir leurs mœurs, usages, coutumes, funérailles et modes divers de sépultures, etc. […] avec ceux usités chez d’autres peuples et surtout par l’anthropologie et la linguistique que nous arriverons à démontrer non pas peut-être qu’ils sont autochtones, mais qu’à coup sûr ils sont parents de peuples éloignés d’eux actuellement de plus de 2000 lieues ou du moins qu’ils ont eu avec eux de longs ou de très fréquents rapports pour en avoir gardé si fidèlement les us et coutumes. » (Glaumont 1888 : 150).

  • 17 Sagaie : n’gi à l’île des Pins, n’dji à Touaourou, tchi à Goro, Païta et l’île Ouen, n’dzi à Unia, (...)

14Les circonstances de son parcours professionnel l’orientent d’abord vers la linguistique et l’ethnographie. Le constat de la similitude de certains mots et mythes l’incite à une petite étude de linguistique comparée dans son ouvrage de 1888 sur les us et coutumes (Glaumont 1888 : 38 et 39). Les termes de sagaie ou de hache sont par exemple relevés17. Il prévoyait d’ailleurs de travailler sur toutes les langues de Nouvelle-Calédonie pour établir une grammaire comparée. Ce recensement lui a permis d’établir que la majorité des termes avait des racines comparables à plusieurs langues sud-est asiatiques, identifiant ainsi les relations linguistiques au sein de ce que nous connaissons aujourd’hui comme la famille des langues austronésiennes. Ce premier constat l’oriente vers une possible autochtonie des Kanak dont il reconnaît néanmoins des traits culturels communs avec les Papous. Mais, leurs différences seraient intervenues, selon lui, lors d’une séparation brutale à une époque indéterminée.

15Il consacre une autre partie de son temps à la description de pratiques culturelles tels les tarodières, les funérailles ou l’art de la poterie. La linguistique et l’ethnographie lui servent donc, en quelque sorte, à faire un état des lieux de la culture matérielle de la société contemporaine kanak à partir duquel il extrapole sur les origines du peuplement mais uniquement sur la base de « preuves morales » :

« En 1889, un fonctionnaire de la Nouvelle-Calédonie, dans une petite étude ayant pour titre ‹ de la pierre chez les néo-calédoniens › émettait sur l’origine des Canaques une hypothèse entièrement nouvelle, très séduisante il est vrai mais ne reposant que sur des preuves morales. » (Anonyme 1902 : 24).

16Aussi, sa quête de « preuves matérielles » va-t-elle motiver toutes ses entreprises ultérieures. En cela, les fouilles et les prospections archéologiques dans les régions de Bourail et du Diahot en Nouvelle-Calédonie ainsi que l’analyse d’objets vont s’imposer comme une nécessité pour déterminer les origines du peuplement de la Nouvelle-Calédonie :

« Cette preuve matérielle m’a été fournie par la présence en Nouvelle-Calédonie d’outils préhistoriques, datant de l’âge de la pierre taillée ou même simplement éclatée. Ces outils au nombre de mille environ forment une série à peu près complète nous permettant de suivre le progrès lent mais continu, toujours progressif d’une industrie qui a pris naissance dans le pays et s’est ensuite développée sur place magnifiquement et sans interruption depuis le caillou brut ramassé d’abord au hasard jusqu’à l’outil poli, l’herminette polie. » (Glaumont 1889-1890 : 1).

17Les fouilles sont en réalité des travaux de terrassement ou cours desquels il arrive que des coupes stratigraphiques soient levées et que des vestiges soient clairement identifiés en contexte. Glaumont est d’ailleurs tout à fait conscient du caractère inédit de certaines de ses découvertes considérant même ouvrir la voie à de futures recherches. C’est le cas s’agissant de la mise au jour des pétroglyphes (Glaumont 1889-1890). Les travaux d’Archambault quelques années plus tard le confirmeront (Archambault 1901).

  • 18 Il ne reste aujourd’hui de cette collection qu’environ 200 pièces clairement identifiées dans les (...)

18La constitution d’une collection et l’examen des objets participent également au processus d’élaboration des théories. Glaumont dit avoir pu réunir un millier de pièces pour cette étude dont une centaine de haches de différentes factures (Glaumont 1889-1890). Il complète ses séries par l’analyse de spécimens provenant de découvertes fortuites et conservés par plusieurs de ses connaissances qui l’accompagnent sur le terrain (les noms de Guimard, Drouin, du terrassier Roussan, El Méloud ou Azareuth apparaissant dans ses écrits). Il s’appuie également sur le corpus constitué par le secrétaire général de la direction de l’intérieur M. Gauharou18.

19Tous ces objets sont vus sous un angle évolutionniste. Partant d’un état existant, c’est-à-dire des objets finis et utilisés par la société kanak qu’il côtoie (sorte de référence), il caractérise ensuite toutes les autres pièces trouvées dans divers contextes, en fonction de leur degré de technicité. Les ébauches témoignant du peu d’investissement de l’artisan sont considérées comme plus anciennes que les formes plus complexes et abouties. Les descriptions souvent accompagnées de croquis évoquent parfois une recherche sur ce que l’on appelle de nos jours des « chaînes opératoires ». À cet égard, l’étude des pierres taillées est assez caractéristique. Il opère un classement en trois catégories selon le matériau : calcaire, schistes, roches dures : serpentines, jadéite. Au sein de chaque ensemble, des catégories que l’on pourrait qualifier de typochronologique (depuis la pierre brute jusqu’à la pierre polie et percée en passant par la pierre taillée ou éclatée par le feu) sont identifiées (Glaumont 1889-1890 : 139) :

« Ces outils, au nombre de 1000 environ forment une série à peu près complète qui permet de suivre le progrès lent mais continu toujours progressif d’une industrie qui a pris naissance dans le pays et s’est ensuite développée sur place magnifiquement et sans interruption, depuis le caillou brut, remanié d’abord au hasard, jusqu’à l’outil poli. En effet, grâce à cette série d’outils que j’ai eu le plaisir d’examiner de très près, on peut suivre ce peuple primitif dans sa marche constante en avant. » (Anonyme 1902 : 24)

20Rassemblant toutes ces données, Glaumont propose enfin des interprétations en s’appuyant sur deux sources principales. Il convoque la parole kanak, fait peu commun jusqu’alors, pour trouver des significations aux objets. C’est le procédé qui est principalement utilisé pour comprendre le sens des signes gravés sur certaines pierres : « il vaut toujours mieux pour ces sortes de choses s’en rapporter aux indigènes qu’à soi-même, quitte à contrôler et critiquer leurs observations s’il y a lieu » (1889-1890 : 113).

21L’apport de la littérature scientifique à laquelle il a accès à des milliers de kilomètres de la métropole est essentiel. Malheureusement souvent désuète et populaire, celle-ci est une source d’erreur comme nous le verrons dans la dernière partie de notre propos. C’est là toute la limite de la démarche que nous avons qualifiée de préscientifique. Glaumont est un autodidacte, très peu rompu à la méthode scientifique et à l’esprit critique qu’elle exige.

Avancées ethnohistoriques et archéologiques

22Il ne s’agit pas ici d’énoncer tous les apports de l’auteur pour la connaissance de la Nouvelle-Calédonie tant ses descriptions sont riches. Nous analyserons prioritairement les informations historiques, ethnohistoriques et ethnographiques qui complètent les données archéologiques.

23À Bourail, il entame ses investigations et éprouve sa démarche par une première observation quasi archéologique des villages incendiés lors de l’insurrection de 1878 (grand Kékou, petit Kékou, Ménéfou, Néo, Néra, OUan, Guaro, Irunié, Nessadiou, Téné, etc.). Voici dans quel contexte il les découvre :

« Comme ils [les Kanak] avaient été surpris (car c’est pendant la nuit qu’on vint les incendier), ils avaient du fuir à la hâte en abandonnant sur place les trois quarts des objets mobiliers. »

24Ce sont donc les vestiges abandonnés à la hâte en 1878 et conservés sachant qu’« il y a bien peu de gens qui s’intéressent d’une manière quelconque aux questions d’ethnographie. » (Glaumont1888 : 7).

25Selon le même procédé, il va chercher sur ce terrain à caractériser précisément l’habitat contemporain (de 1878) pour tenter ensuite de repérer dans des vestiges archéologiques des techniques plus anciennes, c’est-à-dire plus simples et morphologiquement différentes (figure 1) :

« Voici la forme habituelle des emplacements des cases : une plate forme circulaire de 5 à 6 mètres de diamètres élevée sur un tertre de 0,60 m de hauteur, les bords en talus à 45° pour l’écoulement des eaux. Ces talus sont en terre pour la plupart. Ils sont recouverts de pierres non cimentées pour les chefs et les notables. Ils présentent un rentrant pour la porte. Il existe deux sortes de foyers : le foyer de la maison qui est rond carré ou elliptique mais toujours entouré de grosses pierres ou de galets. […] Et le foyer cuisine en plein air, rond, à quelques pas de la case, il présente l’aspect d’une pyramide de cailloux : c’est le four canaque, la cuisine. Immédiatement à côté est un trou dans lequel on prend la terre meuble destinée à recouvrir les provisions (ignames, tarots, bananes) pendant leur cuisson à l’étouffée. » (Glaumont 1889-1890 : 28).

Figure 1

Figure 1

Plan des structures d’un village incendié en 1878 (Glaumont, 1888-1889, p. 30).

Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. E113).

26D’autres structures sont également mentionnées : hangars, grosses pierres gisant à proximité et servant de polissoirs pour les haches, les herminettes, les pierres de fronde, les perles de collier, les casse-tête en bois et les sagaies. Des burins sur éclats utilisés pour la sculpture des armes et des éléments d’architecture en bois ainsi que des pierres éclatées par le feu complètent cet ensemble.

27Dans une case de chef « à en juger par les apparences (position élevée, vaste case, cocotiers, banians », il récupère une poterie laissée sur son support qu’il incorpore dans son corpus pour une étude comparative ultérieure sur la poterie (Glaumont 1889-1890 : 30). En fouillant dans un amas de cendres à l’entrée de la case, il découvre également un coquillage triton dans lequel se trouvent 48 pierres de fronde taillées et polies et une très grande pierre de fronde polie de chef avec une herminette en jadéite.

28Il n’est pas indiqué si c’est à l’occasion de cette investigation que la massue attribuée au chef Ataï, tué lors de cette insurrection, est récupérée (figure 2). Toutefois, la poursuite de ses recherches dans des localités proches de Bourail, lui permettra de rassembler une série d’objets à partir desquels il va établir sa théorie sur l’évolution de la pierre taillée et polie.

29Glaumont se démarque de ces prédécesseurs en étant le premier à réaliser des prospections et des fouilles archéologiques et à lever des coupes stratigraphiques sur le territoire. À Ambae (Vanuatu), il localise des tessons de poteries dans une coupe stratigraphique (figure 3). Mattew Spriggs et Stuart Bedford reviennent dans cet ouvrage sur l’importance de cette découverte qu’ils ont pu réutiliser pour mener leurs investigations. Il écrit :

« La berge de la rive droite est une haute muraille argileuse ; en m’approchant, je constate qu’elle a cinq à six mètres d’élévation. En l’examinant de plus près, nous voyons qu’à deux mètres cinquante de hauteur règne un cordon noirâtre large de vingt-cinq centimètres ; j’en détache un morceau et je m’aperçois que ce cordon noir n’est qu’une couche de scories, de laves, de grenailles de fer, etc. ; Enfin, la chose la plus remarquable est qu’au-dessous de cette couche de scories […], nous avons détaché dans la couche d’argile inférieure des fragments d’une poterie grossière sans dessins ni gravures. » (Glaumont 1899 : 84).

30Mais arrêtons-nous plutôt sur les découvertes de pétroglyphes et quelques fouilles menées en Nouvelle-Calédonie. L’ouvrage de 1889-1890 en présente plusieurs dont voici une sélection :

« Dans l’une de mes excursions aux grottes de “ Oua Oué ”. Je fus un jour avec le chef Massavero, visiter d’autres cavernes naturelles que je soupçonnais avoir été autrefois habitées : celles de “ Pa oro” dont j’ai déjà parlé. C’est en bas de “ Pa oro” que je découvris une énorme pierre plate de 3 mètres de hauteur sur 2 mètres de largeur couverte de dessins en creux obtenus par encoches. Sur cette pierre de “ Pa oro ” existent dix-sept images, dix-sept gravures que je reproduis ici fidèlement. » (Glaumont 1889-1890 : 113).

« Non loin de Oua Oué […] à 6 ou 7 kilomètres environ, toujours dans les montagnes et sur une colline assez élevée se trouve la pierre gravée de “Moi ne vra” d’un volume de 4 à 5 mètres cubes. Sur cette pierre sont gravés en creux et par le même procédé de Pa oro, des signes, des croix, des lignes se croisant, etc. » (Glaumont 1889-1890 : 115).

Figure 2

Figure 2

Massue attribuée au chef Ataï.

Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.45).

Figure 3

Figure 3

Coupe stratigraphique levée à Ambae (Glaumont, 1899, p. 84).

Source, crédits ?

31Glaumont évoque encore la découverte, sur une concession d’un certain El Méloud, située sur la route de Néssadiou, de 13 pierres avec motifs en creux réalisés par martelage. Mais, ses investigations ne se limitent pas qu’à localiser les pierres. Il les décrit, les dessine et tente de comprendre la signification des pétroglyphes. Sa démonstration concernant deux d’entre eux est d’ailleurs particulièrement convaincante (figure 4). Ayant eu à observer la culture des ignames, il émet l’hypothèse que les séries de demi-cercles superposés sont des représentations de champs d’ignames plantées sur des collines. « Sur ce talus il pique une tige de bois autour de laquelle s’enroulent les feuilles et les branches de l’igname, un peu plus haute, il fait encore un demi-cercle concentrique identique au premier et d’autres encore. Ces demi-cercles concentriques couvrent toute la colline et présentent l’aspect ci-contre. Toutes les collines plantées d’anciennes ignamières sont ainsi. » (Glaumont 1889-1890 : 134).

Figure 4. Relevé de pétroglyphes.

Figure 4. Relevé de pétroglyphes.

Les signes des figures 10 et 13 sont interprétés comme étant des cultures d’ignames (Glaumont, 1889-1890, p. 130).

Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. E113).

32S’agissant des fouilles et des prospections, plusieurs abris et grottes de Pa Oro et Oua Oué semblent avoir été identifiés et visités. Dans l’une des grottes, accompagné du commandant de Bourail et après avoir rampé sur plusieurs mètres jusqu’au fond, Glaumont atteint une cavité étroite dans laquelle il trouve des restes d’une coquille de cardium manifestement consommés par l’homme ainsi que des pierres de fronde. Sur le site nommé le « trou du diable » dans la localité de Téné située à 17 km de Bourail et au pied de la chaîne centrale, il identifie sur la propriété d’un certain Drouin, d’anciens villages kanak (soit au moins mille cases selon lui) entourés de tarodières sur 200 km. Non loin de ce lieu et à proximité d’une rivière, il met au jour deux enceintes circulaires constituées de roches naturelles et d’autres manifestement apportées par les hommes. Sous les roches et dans les alluvions se trouvaient des tessons de poteries, des marteaux en pierre, des pics et des coquilles de cardium présentant un trou fait par percussion. À deux mètres de profondeur, deux pierres en grès (non local) dont l’une de 25 kg présentait de chaque côté et de manière symétrique un trou réalisé par martelage. Les Kanak présents, la considérant comme tabou, ont refusé de la transporter. Encore plus loin, il déterra une autre pierre schisteuse avec une série de cinq cupules d’une profondeur de 1 cm sur une face et 31 de l’autre dont une plus ovale. Une nouvelle fois, les Kanak refusèrent de la toucher en raison de son caractère sacré.

33Enfin, le 9 mars 1889, c’est derrière sa propre maison à Houaïlou que le terrassier dénommé Rounan creusant une tranchée, découvrit à 1,10 m de profondeur un foyer ancien. Glaumont y leva une coupe stratigraphique. À la base se trouve une couche naturelle de schistes sur laquelle reposent une couche argileuse jaunâtre et épaisse de 50 cm d’épaisseur puis une couche d’alluvions de 1,10 m d’épaisseur. C’est dans la couche argileuse que fut identifié un foyer circulaire de 20 cm d’épaisseur (figure 5).

Figure 5

Figure 5

Relevé d’une coupe stratigraphique à Houaïlou (Glaumont, 1889-1890, p. 160).

Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. E113).

34Aux descriptions archéologiques s’ajoute l’examen d’objets ethnographiques et archéologiques qu’il replace toujours dans une perspective diachronique. Il étudie les objets contemporains selon une approche technique et fonctionnelle :

« Le Canaque a toujours dans sa case une quantité de paniers pour serrer ses provisions ou ses petits fétiches. Il y en a un peu de toutes formes, et ils sont confectionnés avec les tiges de divers arbustes, suivant l’usage auquel ils sont destinés. Ils ont généralement la forme ovale oblongue étranglée en son milieu. Ce sont les femmes qui les confectionnent en même temps que les petits sacs carrés que porte le Calédonien en voyage. C’est à peu près la forme de notre cabas. Il est retenu par deux tresses que l’on se passe sur les épaules. » (Glaumont 1899 : 92) (figure 6).

« Le costume des indigènes est assez peu compliqué : une bande d’étoffe roulée leur cachant le corps en se nouant derrière ; les bouts, après avoir passé entre les cuisses remontent sur la ceinture devant et retombent en tablier ; leur nudité est ainsi cachée. Chez quelques-uns, la ceinture est en écorce d’arbres, le tablier est une natte fine à dessins jaunes et rouges réguliers. » (Glaumont 1899 : 22) (figure 7).

Figure 6

Figure 6

Dessins de divers paniers (Glaumont, 1888).

Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. D388).

Figure 7

Figure 7

Nattes-vêtement du Vanuatu.

Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.41)

35Il tente aussi d’expliquer l’évolution des procédés voire leur disparition s’il ne retrouve pas d’équivalents plus anciens dans les fouilles :

« La disparition totale d’une industrie aussi importante ne peut, à mon sens, s’expliquer que par l’action nuisible d’un élément immigrant, envahisseur et vainqueur qui ignorait la poterie et ne faisait l’usage que de plats en bois. » (Glaumont 1899 : 86).

36Les vestiges archéologiques et les objets ethnographiques sont ainsi inscrits dans un continuum évolutionniste. Et l’apparition ou la disparition d’une technique est expliquée par une théorie diffusionniste (de migration des populations).

Des hypothèses au service d’une conviction politique

37Avant de revenir plus en détail sur la théorie globale que propose Glaumont du peuplement primitif de la Nouvelle-Calédonie, intéressons-nous au contexte scientifique de cette fin du xixe siècle. Quel est le niveau de connaissance du passé de la Nouvelle-Calédonie en 1884 ?

Le rapport à l’altérité et au passé kanak en 1884, date d’arrivée de Glaumont en Nouvelle-Calédonie

  • 19 Linné dans son Systema Naturae (1738 à 1758) est le premier à avoir attribué une classification de (...)

38Depuis l’irruption de la Nouvelle-Calédonie dans l’imaginaire européen en 1774 avec la découverte de la Grande Terre par James Cook, les diverses descriptions de l’environnement et des coutumes ont abouti à une représentation stéréotypée du Kanak au cours du xixe siècle. Deux images complémentaires sont véhiculées : le sauvage et le cannibale. Si la notion de race (terme qui n’est pas utilisé) au xviiie siècle et au début du xixe siècle est synonyme de variété humaine dépendante du comportement et du climat (Buffon 1749 et Lamarck 1909), vers 1850, elle s’affirme, s’essentialise et se fige sur des caractères héréditaires (Douglas 2006). L’exploration de l’Océanie témoigne de cette évolution d’interprétation. Cook et Forster par exemple, distinguent en effet une « race jaune » plutôt polynésienne et micronésienne qui correspond selon eux à des individus grands, robustes, à physionomie ouverte et une « race noire » mélanésienne caractérisée par des individus à pommettes élargies, front rétréci, lèvres épaisses et nez écrasé (Cook 1778 et Forster 1778)19. Sans doute à l’écoute des débats des naturalistes faisant autorité, le suédois Carl von Linné et le français Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, les différences sont expliquées par l’influence du climat et du comportement. Avec la classification géoculturelle et raciale que propose Dumont d’Urville dans les années 1830 distinguant la Polynésie, la Micronésie et la Mélanésie, les Kanak intègrent le groupe des populations des îles noires supposées inférieures (car « hideuses », « brutales », « limitées » selon lui) au même titre que les Aborigènes d’Australie et de Tasmanie. Cette catégorie avait comme pendant une race supposée supérieure venant de Polynésie, de Micronésie et des îles malaises (Dumont d’Urville 1832). D’autres membres de l’équipage du premier et du second voyage de circumnavigation de Dumont d’Urville développent des théories analogues. Le phrénologue Dumoutier, sur l’Astrolabe et la Zélée conforte l’hypothèse du commandant par une hypothèse du peuplement depuis l’Asie sur la base des caractères morphologiques des populations observées. Le botaniste, Pierre-Adolphe Lesson et le chirurgien Jean-René Constant Quoy théorisent chacun de leur côté et de manière plus nuancée et contrastée cette notion (Patole-Edoumba 2016 et voir article d’Anne di Piazza dans ce même volume).

  • 20 Analyse faite à partir d’un corpus de 57 têtes kanak déposées au MNHN, à l’école de santé navale d (...)

39Le débat se poursuit après 1853 au sein des sociétés savantes grâce aux données de terrain. Celles fournies notamment par le chirurgien Adolphe Bougarel, prolongeant l’hypothèse de Quoy, selon laquelle il y aurait trois races en Nouvelle-Calédonie (noire pure de souche et proche des Papous, jaune arrivée plus récemment et une métis). Il aborde aussi la question du métissage et de l’autochtonie de la race mélanésienne qui sera particulièrement discutée (Bougarel 1860, 1861 ; Bertillon 1872)20. Toutes ces classifications sont envisagées à l’aulne de la réflexion évolutionniste émergente selon laquelle il existe une chaîne du vivant depuis le singe jusqu’à l’homme civilisé en passant par le sauvage (Darwin 1859 ; Haeckel 1874 ; Lamarck 1909 ; Wallace 1869). Des populations d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie (avec toutes les nuances mentionnées) sont ainsi vues comme des « fossiles vivants » ou des chaînons manquants de l’évolution suivant les cas.

40La préhistoire quant à elle, science européenne naissante, n’est pas encore totalement sortie de son périmètre territorial métropolitain et n’aborde pas la question des vestiges matériels océaniens avant 1871 et l’exploration des grottes des îles Loyauté par Bonnafont et la découverte d’un collier en tridacne dans une sépulture de chef (Bonnafont 1871). Le premier vestige archéologique en tant que tel est à attribuer au sous-commissaire de la Marine à Nouméa, Edmond Marie qui mit au jour, dans des dépôts quaternaires, une hache sur l’île Koutomo (Île des Pins). Jean-Baptiste Gassies, directeur du musée de préhistoire de Bordeaux, en donna la communication devant la Société d’anthropologie de Paris en 1874 (Gassies 1874).

41Enfin, dès la première moitié du xixe siècle, avec l’implantation des congrégations religieuses (1843 en Nouvelle-Calédonie), les missionnaires véhiculent la notion de cannibale pour justifier de la nécessité de leur entreprise de conversion des « âmes égarées ». Notons néanmoins que le père Montrouzier déduit de ses observations des coutumes kanak qu’une origine asiatique pourrait être envisagée en raison de l’existence de pratiques culturelles similaires tel le tabou sur des territoires très éloignés (Montrouzier 1860). Telle est donc la connaissance sur le passé de la Nouvelle-Calédonie et la perception des Kanak par les Européens en 1884.

Principales théories de Glaumont : entre autochtonie, évolutionnisme et hiatus quaternaire

42Dans ce contexte intellectuel, Glaumont s’approprie un certain nombre de théories qu’il adapte à son terrain et ses convictions politiques de « canacophile » (comme il se définit lui-même) : convaincu de l’autochtonie des Kanak sur « leur île » et de l’injustice d’une colonisation qu’il fustige comme « conquête hypocrite » – spécifiquement la colonisation pénale et militaire (Glaumont 1889-1890, voir Patole-Edoumba 2013a : 13-14). Cette position est aussi à replacer dans son contexte colonial : lorsque Glaumont arrive en 1884, la Nouvelle-Calédonie est une colonie française depuis 31 ans et une colonie pénale depuis 20 ans. Les six années qu’il passe dans l’archipel sont marquées par une dégradation de la situation sociale, fortement liée à l’immigration pénale massive qui finit par dépasser en nombre la colonisation libre et par affoler l’administration. Le Gouverneur Feuillet met fin à la colonisation pénale quatre ans après le retour de Glaumont en France.

43Les sources auxquelles se réfère Glaumont sont ambivalentes en ce sens qu’elles sont pour certaines scientifiques et appartiennent pour d’autres au registre populaire. Cette dichotomie se retrouve même au sein du corpus d’objets encore aujourd’hui conservés où des pièces remarquables au titre de leur facture ou de leur caractère historique côtoient des « curios » ou objets fabriqués pour l’étranger. Il en découle une ambivalence des déductions dont on peut convenir qu’elles relèvent d’une bonne intuition à certains égards et pour d’autres s’avérer sans aucun fondement.

44Glaumont revendique que la population kanak de Nouvelle-Calédonie et des Nouvelles-Hébrides est autochtone à l’instar de ce qu’avait pu supposer avant lui Bougarel mais il ne semble pas avoir connaissance de ce travail (Bougarel 1860). Elle est, selon lui, arrivée d’Asie du Sud-Est (îles de la Sonde et des Philippines) à l’époque où existait un continent austral. Mais elle est aussi un chaînon de l’évolution de l’Homme. Le Kanak est :

« Un être complexe qui s’est développé lentement, très lentement isolé au milieu de l’immense océan […] [Ils] ne sont pas des êtres vils et dégradés, c’est un des échelons de l’humanité, plus civilisé que ne l’était l’homme Chelléen de l’Europe. Le blanc paraît, le Mélanésien tend à disparaître. C’est encore un des maillons de la chaîne humaine qui se perd. Telle est mon hypothèse et son développement. » (Glaumont 1889-1890 : 33).

45Il écrit encore :

« En résumé, nous avons pris le Néo-Calédonien à sa naissance, nous l’avons suivi dans sa vie et jusqu’après sa mort ; nous avons pu constater les ressemblances qui existent entre ses us et coutumes et celles des peuples habitans [sic] les îles comprises sur l’arc qui part de la Nouvelle-Calédonie et va aboutir à la Nouvelle-Guinée, aux Philippines et même en Asie […]. Puisque ces différents peuples, si éloignés cependant les uns des autres possèdent les mêmes coutumes, les mêmes mœurs et cérémonies, etc. puisqu’au point de vue de l’anthropologie ils sont aussi semblables, il faut donc forcément ou que les Néo-Calédoniens, Néo-Irlandais, Hébridais, etc. proviennent de la Nouvelle-Guinée et des Philippines, d’un centre commun en un mot, ou qu’ils soient tous les autochtones de leurs îles propres […]. Cette dernière hypothèse n’est possible que si les îles étaient autrefois reliées entre elles, c’est-à-dire formaient un continent. » (Glaumont 1888 : 175-176).

46Glaumont admet volontiers que la distance entre les îles n’est pas une entrave en soi pour le peuplement. En revanche, ne s’expliquant pas les différences entre la « race noire » et la « race polynésienne », les vents ne pouvant être sélectifs, il reprend la théorie du célèbre préhistorien français Gabriel de Mortillet (1821-1898) sur le « hiatus quaternaire », moment clef où un cataclysme aurait provoqué l’engloutissement d’un continent pour justifier de l’isolement des îles du Pacifique Sud et d’une évolution différenciée entre la Mélanésie et la Polynésie. Les populations ainsi piégées auraient évolué en totale autarcie, certaines restant à l’âge de la pierre tels les Kanak :

« Les Néo-Calédoniens et leurs frères les Mélanésiens, isolés sur leurs îles, sont restés par leurs mœurs, leurs coutumes, leurs ustensiles, armes, industrie, les hommes de l’époque du hiatus quaternaire. » (Glaumont 1888 : 182).

  • 21 A. Balbi, Introduction à l’atlas ethnographique du globe, Paris, Rey et Gravier, 1826, p. 5-6.

47Mais cette démonstration n’est pas totalement satisfaisante dès lors qu’il la confronte aux objets et observations de terrain. La culture kanak est paradoxale puisque nous dit-il, elle est magdalénienne, à travers son art rupestre, ses sculptures en bois et l’usage de la pierre, moustérienne par ses racloirs taillés, solutréenne par les lances et les sagaies, thénaisienne par ses pierres éclatées au feu, par la culture des jardins, les frondes et néolithique par les pierres polies. En réalité, Glaumont considère que la civilisation kanak comporte des traits culturels qui correspondent à différentes périodes du Paléolithique et du Néolithique européen. Pour sortir de cette impasse intellectuelle, il développe une théorie d’un peuplement orient-occident depuis la Nouvelle-Calédonie. L’invention de l’herminette en pierre dont il a montré l’évolution technique (du façonnage au polissage) serait la preuve ultime de l’autochtonie et d’une évolution en autarcie. Suite au cataclysme du début du Quaternaire (« hiatus Quaternaire » de Mortillet), une vague de réfugiés dont feraient partie les Kanak, serait arrivée en Europe bien avant que des Européens ne rejoignent la Nouvelle-Calédonie. Cette hypothèse justifierait à nouveau l’antériorité des Kanak sur les Européens en Nouvelle-Calédonie. L’idée d’un peuplement du continent européen depuis l’Asie, plus connue sous le terme « d’orientalisme » apparaît au début du xixe siècle avec le géographe Balbi21. Elle aura un grand succès jusqu’au début du xxe siècle auprès des amateurs d’archéologie au point que le célèbre protohistorien Déchelette se sentira obligé de la dénoncer dans son manuel d’archéologie (Déchelette 1908).

48Dans le cas présent, Glaumont boucle ainsi sa démonstration qui satisfait une conviction politique profonde de l’injustice de la colonisation qu’il exprime dans son manuscrit de 1888-1889 en amont d’un passage consacré aux vestiges de l’insurrection de 1878 (Glaumont 1889-1890 et Patole-Edoumba 2013a : 13-14). Dans ce passage, Glaumont s’émeut de la violence militaire que la colonisation française fait subir aux Kanak et de la conquête de leurs terres : pour lui, ces actions sont à tenir responsables de la révolte Kanak de 1878, et le prétexte d’une rébellion de « sauvages » pour imposer des sévices plus grands, un argument hypocrite. Il est particulièrement opposé à la colonisation pénale qui importe sur leurs terres « l’égout de nos vies » – un argumentaire qui fait aux échos aux débats faisant alors rage au sujet de la Nouvelle-Calédonie entre colonisation pénale et colonisation libre.

Ses influences

Sources écrites

49Gustave Glaumont amalgame différents postulats géologiques, paléontologiques et préhistoriques. La justification de l’existence d’un continent et de son engloutissement à un moment clé de l’histoire de la Terre provient de deux sources principales. La théorie des « cratères de soulèvements » ou du système des montagnes, développée par le géologue Élie de Beaumont (1798 – 1874) d’une part. L’inclinaison de la chaîne des montagnes selon une même direction indiquerait un âge unique indépendamment de la localisation. Cette conception développée en 1829-1830, en même temps que le naturaliste Georges Cuvier fait autorité avec l’évolution par catastrophe, va très vite tomber en désuétude dans les années 1870.

  • 22 Sclater présente son hypothèse dans un article intitulé « The Mammals of Madagascar With Lithograp (...)

50L’hypothèse de l’existence d’un ancien continent dit Lémurie, proposée par le zoologiste anglais Philip Lutley Sclater dans un article de 1864 et popularisée ensuite par Ernst Haeckel (1834 – 1919) dès 1868, l’inspire d’autre part22. Sclater pensait qu’un pont avait existé entre l’Asie du Sud-Est et l’Océan indien expliquant la distribution biogéographique des mammifères et en particulier des lémuriens. Cette théorie largement diffusée grâce à l’ouvrage de Haeckel, encore très apprécié jusqu’au début du xxe siècle, fut néanmoins fustigée par le naturaliste anglais Wallace (1823-1913) et infirmée par les naturalistes suivants. C’est ainsi qu’il pense que :

« On pourrait soutenir avec non moins de vraisemblance que toutes ces îles, unies avec l’archipel de la Sonde, les Moluques, Bornéo, les Philippines, etc. reliaient primitivement l’Asie à l’Australie. En d’autres termes, que la presque totalité de la Mélanésie actuelle formait avant la catastrophe qui l’a convertie en groupes d’archipels, un vaste continent analogue à l’Amérique méridionale, et que la langue de terre de Malacca rattachait à l’Asie, comme l’isthme de Panama rattache l’Amérique du Sud à l’Amérique septentrionale. Ceci va nous servir de point de départ. » (Glaumont 1888 : 151).

51L’inspiration anthropologique de Glaumont provient des débats sur les origines de l’homme qui ont émergé dès le milieu du xviiie siècle en Europe (Buffon 1749 ; Linné 1758) avant que de réelles investigations soient menées un siècle plus tard. Plusieurs écoles de pensée s’y intéressent. Celle des anthropologues d’une part avec Paul Broca (1824-1880), fondateur de la Société d’anthropologie de Paris et Jean-Louis-Armand de Quatrefages de Bréau (1810-1892), naturaliste au Muséum national d’Histoire naturelle et celle des préhistoriens d’autre part, avec leur chef de file, Gabriel de Mortillet. Pour les premiers, le débat s’articule autour du caractère polygéniste (Broca) ou monogéniste (Quatrefages) de l’évolution dans lequel deux visions de l’altérité s’affrontent (Richard 2008). Les peuples extra-européens appartiennent-ils à la même lignée de l’évolution depuis le singe jusqu’à l’homme moderne ou sont-ils seulement restés à un stade inférieur de développement ou sont-ils la preuve de l’existence d’une autre espèce humaine comme le pensait Quatrefages ?

52Pour la Préhistoire, science émergente, après l’acceptation de la preuve de l’Homme antédiluvien, apportée par Boucher de Perthes en 1859 sur la base des découvertes d’os incisés et de squelette humain dans des dépôts du Pléistocène en place, apparaît vingt ans plus tard la notion d’anthropopithèque ou Homme tertiaire intermédiaire entre le singe et l’Homme moderne capable d’une taille de la pierre intentionnelle (Coye 1997). Mortillet en est à l’origine. Il stipule qu’il existe trois espèces caractérisées par des techniques de taille différentes.

53Glaumont va adhérer à la théorie polygéniste de Broca et l’appliquer à l’Océanie. En cela il ne fait que reprendre les propositions de ses prédécesseurs faisant une dissociation entre une « race mélanésienne », une « race jaune polynésienne » et une race métissée :

« Nous sommes donc portés à croire que la population de Kunié [Nouvelle-Calédonie] est formée de deux éléments principaux : un noir pur néo-hebridais ; un jaune pur, polynésien, tonga ou autre étranger que ces mélanges de deux éléments unis dans des proportions très inégales ont donné le type Kunié actuel. Avant, comme le prouvent les vieux crânes, existait le type papou pur » (Glaumont 1888 : 148).

« Il est à remarquer aussi que les hommes de la côte Ouest, à Mallicolo comme à Santo [Vanuatu] paraissent Mélanésiens, tandis que ceux de la côte Est, sont Polynésiens ou le résultat d’un mélange de Polynésiens ou de Mélanésiens. La question embrouillée de ces races mériterait une étude spéciale. » (Glaumont 1899 : 36).

54En revanche il va privilégier l’approche spiritualiste de Quatrefages (qui refuse l’appartenance de l’espèce humaine au règne animal) et du chaînon de l’évolution au détriment de celui de l’anthropopithèque de Mortillet. Les travaux du père de la classification industrielle (Mortillet) vont toutefois lui être utiles pour son étude de la pierre taillée et polie afin d’en déduire une théorie du peuplement. « Et comme les Néo-Calédoniens sont des êtres du quaternaire, qu’ils touchent, qu’ils appartiennent à la fois, aux diverses divisions de cette époque j’emploierai la méthode de M. de Mortillet » (Glaumont 1888-1889 : 32). Gabriel de Mortillet a structuré la discipline préhistorique ou palethnologie, comme on la désignait à l’époque, en proposant une classification des outils en pierre inspirée du transformisme de Lamarck en y ajoutant une dimension diffusionniste. Chaque outil est ainsi caractérisé par des critères morphologiques (typologiques), un site éponyme et une position stratigraphique. Il applique le principe évolutionniste des naturalistes à la culture matérielle préhistorique supposant que la transformation des outils est une combinaison de l’influence du milieu sur la biologie et donc sur la technique. Autrement dit, l’amélioration des outils serait liée aux besoins des sociétés et suivrait une loi du progrès continu et ininterrompu. À ceci s’ajoute une hypothèse que la présence d’une même forme résulterait de la migration de population. Cette théorie s’opposait à la vision de Quatrefages qui pensait les changements techniques en termes d’échanges entre groupes. Pourtant, dès 1880, cette conception diffusionniste est remise en cause par le géologue belge Édouard Dupont qui élabore un modèle basé sur l’évolution synchronique des cultures avec des variations géographiques (Coye 2011). Notons en outre l’existence du courant culturaliste anglo-saxon initié par Tylor en Angleterre en 1871 et repris ensuite par Boas aux États-Unis qui est à l’opposé de l’évolutionnisme avançant que la culture est le produit de conditions matérielles d’un temps et d’une géographie (Rozin 2006).

  • 23 Selon l’expression de Coguet et par opposition aux « nations policées ».
  • 24 Coye, op. cit.
  • 25 Théorie développée en 1877 dans l’ouvrage La société archaïque, traduction française de H. Jaouich (...)

55Glaumont s’inspire également en s’appuyant sur la méthodologie de Mortillet dans la longue tradition du comparatisme ethnographique élaborée par Joseph François Lafitau et Yves Coguet au xviiie siècle. Elle consiste, selon les dires de l’époque, à restituer les mœurs des origines par l’observation de « peuples rejetons »23 que l’épisode biblique du Déluge avait écartés de toute évolution et de la terre d’origine, à savoir l’Europe24. Sous l’instigation de John Lubbock en Angleterre et dans une version plus matérialiste, Mortillet ne prend en considération que les populations dites sauvages. Ce schéma transposé sous un angle social par Lewis Morgan donna trois étapes principales d’évolution : la sauvagerie quand Nature et Culture se confondent, la barbarie et la civilisation, niveau supérieur atteint par les nations occidentales25. La méthode de Glaumont exposée précédemment découle directement de cette approche.

56Comme Haeckel, Mortillet va bénéficier d’une très grande audience auprès des cercles d’amateurs grâce à la diffusion de deux ouvrages de vulgarisation que sont Le Musée préhistorique en 1881 et Le Préhistorique, antiquité de l’homme en 1883 (Coye 1997 ; Mortillet 1869, 1872 ; Richard 2008). Glaumont va faire grand usage de ces deux vade-mecum. Dans le même registre, Henri de Cleuziou, auteur d’un livre de vulgarisation intitulé La création de l’Homme et les premiers âges de l’Humanité édité chez Flammarion en 1887, a inspiré notre archéologue. Il s’agit de la mise en image des théories de Mortillet. L’homme préhistorique est présenté sous la forme d’un Hercule, comparé à des populations exotiques contemporaines arborant des outils plus modernes. Une partie est consacrée aux pétroglyphes des dolmens bretons (« peuples des dolmens » selon Mortillet) auxquels Glaumont se réfère régulièrement pour étayer son hypothèse de migration des Kanak en Europe (Glaumont 1889-1890). Aussi, en tant que précurseur de l’archéologie néo-calédonienne, Glaumont ne dispose d’aucune référence mentale sur lesquelles s’appuyer. Il invente par conséquent sa propre image du Kanak à partir de laquelle il va construire une hypothèse.

Sources matérielles

57Aux sources écrites s’ajoute un corpus d’objets dont la sélection et l’approche descriptive permettent de mieux appréhender la démarche de leur auteur. La composition du corpus et la nature même des objets se distinguent par leur ambivalence. Se côtoient des pièces historiques de tout premier plan (telle la massue à bec d’oiseau ayant appartenu au chef Ataï décapité lors de l’insurrection de 1878) (figure 2) mais aussi des objets à destination du circuit commercial tel un chambranle (figure 8) ou une hache ostensoir, type d’objet pourtant pour lequel Glaumont manifeste un réel intérêt (Glaumont 1888, planche 37 et 1889-1890 : 40-43, figure 9).

Figure 8

Figure 8

Applique de la grande case.

Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.1).

Figure 9

Figure 9

Hache-ostensoir.

Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.3).

  • 26 La discipline s’est constituée dans ces deux pays en lien avec les musées (le Peabody en 1866, Cam (...)

58Si pour les objets en pierre, il a la possibilité de se référer à l’ouvrage de Mortillet pour le guider, autant pour les autres objets, il semble manifestement démuni pour les décrire de manière méthodique. Contrairement à la Grande-Bretagne ou l’Allemagne, l’émergence de l’ethnologie est assez tardive en France (début du xxe siècle)26. Et pour la Nouvelle-Calédonie, la première monographie date de 1911 avec le travail de Fritz Sarasin (Sarasin 1911). Le musée d’ethnographie reste finalement le seul lieu où se pratiquent des études comparatives d’objets. Dirigé par l’anthropologue Théodore Hamy dès sa création en 1878 (avec lequel Glaumont va échanger à son retour en métropole), l’approche y est naturaliste et l’objet-document ou l’archive matérielle y est classé selon une logique systématique pour témoigner de « l’ordre dans lequel se développent les besoins et les tendances de l’homme » (Hamy cité par Dias 1991). Cette approche assez similaire de celle de Mortillet aurait pu profiter à Glaumont. Mais Hamy, contrairement à Haeckel ou Mortillet et Cleuziou, n’a pas produit une version grand public de son travail. Aussi, Glaumont n’ayant sans doute pas accès à la littérature spécialisée depuis la Nouvelle-Calédonie ne pouvait éviter les écueils inhérents à toute constitution d’une collection de matériel d’étude.

Conclusion

  • 27 1902 est la date de sa dernière publication et de son dernier don d’objet identifié. Il démissionn (...)

59La trajectoire professionnelle de Glaumont et celle de son matériel d’étude depuis le terrain jusqu’aux musées laissent à penser que son auteur avait atteint en 1902 l’objectif qu’il s’était fixé dix-sept ans plus tôt : trouver une explication à l’origine des Kanak27. À quoi bon poursuivre les publications et conserver des objets dont la valeur de témoin n’avait plus d’autre utilité que de devenir des souvenirs encombrants, une fois son questionnement résolu. Les honneurs étaient là (palmes académiques, membre de plusieurs sociétés savantes reconnues), une vie bourgeoise et provinciale installée. Loin du terrain, la passion pour les Kanak s’est progressivement atténuée au point même de changer radicalement d’avis sur la colonisation (Anonyme 1902).

60La figure de Glaumont est l’archétype de l’amateur éclairé qui agit au sein d’un réseau de production et de diffusion des savoirs, caractéristique du xixe siècle et du début du xxe siècle en France. Il est un des acteurs de la recherche. Homme de terrain plus que de la synthèse théorique à rapprocher sans doute d’Alfred Marche pour les îles Mariannes (voir article d’Émilie Dotte-Sarout dans ce même ouvrage), dans l’écosystème des producteurs et des diffuseurs de connaissance, il alimente les sociétés savantes de données, potentiellement des collectionneurs et des musées, d’objets. Chaque partie prenante examine ses trouvailles voire les réinterprète à l’aune des théories en vigueur et des découvertes nationales et européennes. Dans le même temps, Glaumont comme d’autres acteurs de terrain, s’inspire des ouvrages théoriques populaires et plus ou moins désuets pour forger son œil et aboutir à des déductions, prenant le risque de biaiser ses observations. Tout ce flux d’informations s’entrechoque avec les convictions politiques et parfois religieuses des différents acteurs. Il en ressort que l’image qui est donnée à voir en métropole, du passé d’un territoire si lointain aussi bien dans le milieu scientifique qu’auprès du grand public (notamment à travers les musées), est souvent très éloignée de la réalité objective.

  • 28 Sarasin, F., 1917. Die Ethnologie der Neu-Caledonier und Loyalty-Insulaner (La Nouvelle-Caledonie (...)
  • 29 Luquet, G.H. 1926. L’art néo-calédonien, documents recueillis par Marius Archambault, Mémoires de (...)
  • 30 Gosden, Ch. & J. Hather, 1999. The prehistory of food : appetites for change, Routledge. Valentin, (...)

61Pour autant, les travaux de Glaumont feront référence pendant plusieurs années. Marius Archambault reprendra et approfondira son analyse des pétroglyphes. Fritz Sarasin auteur de la première monographie sur la culture kanak au début du xxe siècle s’est inspiré de ses différents travaux28. Luquet, à qui l’on doit la première synthèse sur l’art kanak reproduira de nombreux objets de la collection Glaumont29. Il n’est pas rare, encore aujourd’hui, de voir citer dans des travaux récents les publications de ce pionnier30.

Bibliographie

Anonyme, 1902. La colonisation et le bagne en Nouvelle-Calédonie par un vieux colonial. Périgueux : Imprimerie Cassard jeune.

Archambault, Marius, 1901. « Les mégalithes néo-calédoniens ». L’Anthropologie, 12 : 257-268.

Balbi, Adrien, 1826. Introduction à l’atlas ethnographique du globe, Paris : Rey et Gravier.

Bertillon, Jacques, 1872. « Sur les crânes néo-calédoniens du musée de Caen ». Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, 7 : 520-522.

Bonnafont, Jean-Pierre, 1871. « Des sépultures aux îles Loyalty». Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, 6 : 236-240.

Bougarel, Alphonse, 1860. « Des races de l’Océanie française de celles de Nouvelle-Calédonie en particulier ». Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris, 1 : 251-291.

Bougarel, Alphonse, 1861. « Des races de l’Océanie française de celles de Nouvelle-Calédonie en particulier, deuxième partie Caractères extérieurs, mœurs et coutumes des néo-calédoniens ». Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris, 1 : 375-416.

Buffon, Georges-Louis Leclerc, Comte de, 1749-1788. Histoire naturelle, générale et particulière. Paris : Imprimerie royale.

Cook, James, 1778. Voyage dans l’hémisphère austral, et autour du monde, […] en 1772, 1773, 1774 et 1775. Paris : Hôtel de Thou (traduction par J.-B. Suard).

Coye, Noël, 1997. La préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique. 1830 1950. Paris : L’Harmattan.

Coye, Noël, 2011. « Une discipline en reconstruction : la préhistoire française de la première moitié du xxe siècle ». Le Genre humain, 50(1) : 199-220.

Darwin, Charles, 1859. De l’Origine des espèces par la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie. Londres : John Murray.

Déchelette, Jean, 1908. Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, tome 1 : Archéologie préhistorique. Paris : éditions Alfonse Picard et fils.

Dias, Nélia, 1991. Le musée du Trocadéro. Paris : CNRS Éditions.

Douglas, Bronwen, 2006. “Slippery Word, Ambiguous Praxis: ‘Race’ and Late-18th-Century Voyagers in Oceania”. The Journal of Pacific History, 41(1): 1-29.

Dumont d’Urville, Jules, 1832. « Sur les îles du Grand Océan ». Bulletin de la Société de Géographie, 17 : 1-21.

Dumont d’Urville, Jules, 1829-1829. Voyage de la corvette l’Astrolabe exécuté par ordre du roi, pendant les années 1826-1827 – 1828-1829, sous le commandement de M. J. Dumont d’Urville… Paris : J. Tastu, Zoologie, par MM. Quoy et Gaimard, 1830-1835, 4 vol., in-8.

Forster, John Reinhold, 1778. Observations faites pendant le second voyage de M. Cook dans l’hémisphère austral et autour du monde sur la géographie, l’histoire naturelle et la philosophie morale, et en les corps organisés, et l’espèce humaine, par M. Forster père, de la société royale de Londres et de plusieurs académies de l’Europe. Paris : Hôtel de Thou, (traduit par Pingeron).

Gassies, Jean-Baptiste, 1874. « Sur une hache trouvée à la Nouvelle-Calédonie ». Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, 9 : 495-498.

Gauthiot, Charles, 1888. « Mémoire et lettre relatives à l’expédition La Pérouse », Bulletin de la Société de Géographie de Paris, 9 : 384.

Glaumont, Gustave, 1885. « Le naufrage de La Pérouse », Bulletin de la Société de Géographie de Paris, 7 : 481-482.

Glaumont, Gustave, 1886. « Notices. Recherches faites et à faire sur le sort de l’expédition de La Pérouse », Bulletin de la Société de Géographie commerciale de Paris, 8 : 482-490.

Glaumont, Gustave, 1887. « Ethnogénie des Insulaires de Kunié (île des Pins) », Revue d’ethnographie, 6 : 336-342.

Glaumont, Gustave, 1887. « Les îles Loyauté », Bulletin de la Société de Géographie commerciale de Paris, 10 : 67-68.

Glaumont, Gustave, 1887. « Études sur les divers idiomes calédoniens en général et sur celui du “NI” en particulier. Systèmes de numérations usités dans les idiomes de la Nouvelle-Calédonie, des îles Loyalty, des Nouvelles-Hébrides. Comparaison de ces systèmes avec ceux des 33 îles de l’archipel de la Sonde », Deux études. Nouvelle-Calédonie. Îles Loyalty. Nouvelles-Hébrides. Montravel : Presses autographiques de l’Administration pénitentiaire.

Glaumont, Gustave, 1888. « Usages, mœurs et coutumes des néo-calédoniens », Revue d’ethnographie, Paris, 7 : 73-141.

Glaumont, Gustave, 1888. Étude sur les us, mœurs, coutumes, funérailles des Néo-Calédoniens – Théorie du continent austral englouti – Origines des Néo-Calédoniens, 55 planches, 300 objets ethnographiques. Nouméa : Éditions de Montravel.

Glaumont, Gustave, 1889. « Fouilles à Bourail ». Revue d’ethnographie, 8 : 217-218.

Glaumont, Gustave, 1889-1890. De la Pierre chez les néo-calédoniens. Présence de l’âge de la pierre simplement taillée en Nouvelle-Calédonie – manuscrit non publié. Nouméa, Diahot (Musée des Beaux-Arts de Chartres – E113).

Glaumont, Gustave, 1895. « De l’art du potier de terre chez les Néo-Calédoniens », L’Anthropologie, 6 : 40-52.

Glaumont, Gustave, 1895. « L’eta della pietra nella Nuova Caledonia. Breve riassunto con aggiunte e considerazioni di E. Giglioli ». Archivio per la Antropologia e la Etnologia, 26 (3) : 801-810.

Glaumont, Gustave, 1897. « La culture de l’igname et du taro en Nouvelle-Calédonie, travaux gigantesques des indigènes ». L’Anthropologie, 8 : 41-50.

Glaumont, Gustave, 1897. « La culture de l’igname et du taro en Nouvelle-Calédonie », Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, 1 : 375-384.

Glaumont, Gustave, 1899. Voyage d’exploration aux Nouvelles-Hébrides. Niort : Lemercier & Alliot.

Haeckel, Ernst, 1868. Natürliche Schöpfungsgeschichte. Gemeinverständliche wissenschaftliche Vorträge über die Entwicklungslehre… über die Anwendung derselben auf den Ursprung des Menschen und andere damit zusammenhängende Grundfragen der Naturwissenschaft. Berlin : Museum d’Histoire naturelle.

Haeckel, Ernst, 1884. Histoire de la création des êtres organisés, d’après les lois naturelles. Paris : C. Reinwald (trad. Charles-Jean-Marie Letourneau).

Linné, Carl von, 1793. Système de la nature. Classe 1re du règne animal contenant les quadrupèdes vivipares et les cétacés. Traduction française par Mr. Vanderstegen de Putte,… d’après la 13e édition latine. Paris : J. F. Gmelin.

Lamarck, Jean-Baptiste, 1809. Philosophie zoologique. Paris : Dentu.

Montrouzier, Xavier, R. P. 1860. « Nouvelle-Calédonie ». Revue algérienne et coloniale, 1 : 362-385

Morgan, Lewis, 1877. La société archaïque, traduction française de H. Jaouiche en 1971, Paris : éditions Anthropos.

Mortillet, Gabriel de, 1869. « Essai d’une classification des cavernes et des stations sous abri, fondé sur les produits de l’industrie humaine ». Matériaux, 172-179.

Mortillet, Gabriel de, 1872. « Classification des diverses périodes de l’âge de la pierre ». In Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, Comptes rendus de la 6e session, Bruxelles. Bruxelles : C. Muquardt, p. 432-459.

Patole-Edoumba, Élise, 2013a. Voyage d’exploration aux Nouvelles-Hébrides : avec une collection d’objets conservés au château des Ducs de Bretagne à Nantes. La Rochelle : Salam éditions.

Patole-Edoumba, Élise, 2013b. « Gustave Glaumont ». In R. Boulay et E. Kasarhérou (dir.), Kanak, l’art est une parole. Paris : Actes Sud, p. 144-148.

Patole-Edoumba, Élise, 2016. « Regards croisés de deux naturalistes charentais du xixe siècle sur les populations extra-européennes : Jean-René-Constant Quoy et Pierre-Adolphe Lesson ». In G. Martinière et J.B Vaultier (dir), Les voyageurs charentais et la redécouverte des Amériques (xviiie-xixe siècles). Saintes : Le Croix-Vif, p. 130-139.

Richard, Nathalie, 2008. Inventer la préhistoire : les débuts de l’archéologie préhistorique en France. Paris : Vuibert.

Rozin, Philippe, 2006. « Le concept de culturalisme dans les sciences anthropologiques : de Tylor à Lowie ». Le Philosophoire, 27 (2) : 151-176.

Sclater Philip, Lutley, 1864. « The Mammals of Madagascar with lithographic plate of typical mammals », Quarterly Journal of Science, 1 : 212-219.

Wallace, Alfred Russel, 1869. Sir Charles Lyell on Geological Climates and the Origin of Species. http://people.wku.edu/charles.smith/wallace/S146.htm [Consulté en ligne le 10 février 2020].

Notes

1 D’ailleurs le choix des institutions destinataires des pièces et spécimens de sa collection mériterait une analyse mais tel n’est pas l’objet de cet article, voir Patole-Edoumba 2013b.

2 Marie, Lucie, Marguerite Georgette Glaumont (14 décembre 1897 Fleurance – 5 janvier 1945 Royan).

3 Des passages entiers sont des extraits d’un de ses manuscrits rédigé en 1888-1889 et aujourd’hui conservé au Musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. E113).

4 « Le naufrage de La Pérouse », Bull. de la Soc. de géographie commerciale de Paris, 1885, t. 7, p. 481-482. « Notices. Recherches faites et à faire sur le sort de l’expédition de La Pérouse », Bull. de la Soc. de géographie commerciale de Paris, 1886, t. 8, p. 482-490.

5 Pierre Lambert (1822 – 1903) est un missionnaire de la congrégation de Marie. Il arrive à Nouméa en 1855. Il est sur l’Île des Pins de 1876 à 1889, époque à laquelle il rencontre Glaumont. Celui-ci a dû prendre connaissance de l’ouvrage sur l’Ethnographie des Canaques de la tribu Bélep datant de 1876-1879.

6 « Ethnogénie des Insulaires de Kunié (Île des Pins) », Revue d’ethnographie, Paris, t. 6, 1887, p. 336-342. « Les îles Loyauté », Bull. de la Soc. de géographie commerciale de Paris, 1887, t. 10, p. 67-68.

7 « Études sur les divers idiomes calédoniens en général et sur celui du ‹ NI › en particulier. Systèmes de numérations usités dans les idiomes de la Nouvelle-Calédonie, des îles Loyalty, des Nouvelles-Hébrides. Comparaison de ces systèmes avec ceux des 33 îles de l’archipel de la Sonde », Deux études. Nouvelle-Calédonie. Îles Loyalty. Nouvelles-Hébrides. Presses autographiques de l’Administration pénitentiaire, à Montravel datée du 1er mars 1887.

8 « Usages, mœurs et coutumes des néo-calédoniens », Revue d’ethnographie, Paris, t. 7, 1888. Cet article reprend la première partie de l’ouvrage jusqu’à la page 105 avec quelques coupures. Il intègre une seule planche avec la légende suivante : « guerrier néo-calédonien revêtu du masque à pendentif – statuette en bois sculptée représentant le même costume (musée d’ethnographie) ». La deuxième partie devait être publiée dans le t. 8 de la Revue d’ethnographie mais celle-ci est interrompue entre-temps.

9 Étude sur les us, mœurs, coutumes, funérailles des Néo-Calédoniens – Théorie du continent austral englouti – Origines des Néo-Calédoniens, 55 planches, 300 objets ethnographiques, Nouméa, décembre 1888.

10 Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, 1889, 12, 1. Léon Moncelon, minotier dans l’Allier, s’installe en Nouvelle-Calédonie à la fin du xixe siècle. Il y vit dix ans puis devient délégué de la Nouvelle-Calédonie au conseil supérieur des colonies. Il écrivit de nombreuses chroniques sur la vie du pays avant de rentrer en métropole. Fervent défenseur du droit des Kanak à vivre sur leurs terres – tout en prônant une colonisation par assimilation, il fut aussi l’auteur en 1886 d’un ouvrage intitulé Le bagne et la colonisation pénale à la Nouvelle-Calédonie par un témoin oculaire, Paris, C. Bayle éd. Georges Hervé est professeur à l’école d’anthropologie de Paris et membre titulaire de la Société d’anthropologie de Paris depuis 1880.

11 L’expression « preuves morales » proposée par Glaumont et reprise par Pardon doit être comprise comme hypothèse sans fondement matériel ou intuition.

12 « Fouilles à Bourail ». Revue d’ethnographie, t. 8, 1889, p. 217-218.

13 Gauthiot, C. « Mémoire et lettre relatives à l’expédition La Pérouse », Bull. Soc. géographie de Paris, 1888, t. 9, p. 384.

14 Il est à rapprocher du manuscrit à l’attention de Théodore Hamy « liste des objets trouvés jusqu’à ce jour par M. Glaumont en Nouvelle-Calédonie dans les environs de Bourail » daté également du 25 juin 1889 et conservé dans les archives du musée du quai Branly – Jacques Chirac (Inv. D000939- 35300).

15 « De l’art du potier de terre chez les Néo-Calédoniens », L’Anthropologie, t. 6, 1895. « L’eta della pietra nella Nuova Caledonia. Breve riassunto con aggiunte e considerazioni di E. Giglioli ». Archivio per la Antropologia e la Etnologia. Vol. 26, Fasc. 3, p. 801-810. « Travaux gigantesques des indigènes en Nouvelle-Calédonie », L’Anthropologie, janvier-février 1897. « La culture de l’igname et du taro en Nouvelle-Calédonie, travaux gigantesques des indigènes ». L’Anthropologie 8, 1897, p. 41-50. « La culture de l’igname et du taro en Nouvelle-Calédonie », Bull. de la Société nationale d’acclimatation de France, 1897, no 1, p. 375-384.

16 L’objectif était d’assister Philippe François missionné par le ministère de l’Instruction publique et le Muséum national d’Histoire naturelle, dans sa collecte et l’étude des coquilles et insectes. Mais il en profite pour élargir son spectre d’observations aux coutumes ni-vanuatu notamment de l’île Santo. Il achète à cette occasion de nombreux objets qui viennent compléter une collection déjà constituée auprès de différents acteurs du territoire.

17 Sagaie : n’gi à l’île des Pins, n’dji à Touaourou, tchi à Goro, Païta et l’île Ouen, n’dzi à Unia, dii à Yaté, n’djo à Bouendi, tchen do à Pouébo, Kéra à Ni. Hache : tangui à l’île des Pins, gni à Touaourou, ghi à Goro, ghi-é à Unia, ki-é à île Ouen, gui-é à Yaté, gié à Bouendi et Païta, gui à Pouébo, oué-za à Ni.

18 Il ne reste aujourd’hui de cette collection qu’environ 200 pièces clairement identifiées dans les fonds européens (Musée d’Histoire de Nantes, Musée du quai Branly – Jacques Chirac, Musée Pigorini à Rome, Musée de Florence, Pitt Rivers Museum à Oxford, Musée de Berlin (Patole-Edoumba 2013a, 2013b).

19 Linné dans son Systema Naturae (1738 à 1758) est le premier à avoir attribué une classification des individus par la couleur (blanc, noir, jaune, rouge).

20 Analyse faite à partir d’un corpus de 57 têtes kanak déposées au MNHN, à l’école de santé navale de Toulon et à la SAP.

21 A. Balbi, Introduction à l’atlas ethnographique du globe, Paris, Rey et Gravier, 1826, p. 5-6.

22 Sclater présente son hypothèse dans un article intitulé « The Mammals of Madagascar With Lithographic Plate of Typical Mammals », Quarterly Journal of Science, vol1. 1864. Haeckel l’évoque ensuite dans son « Natürliche Schöpfunggeschichte » de 1868 et plus généralement dans son ouvrage à succès sur l’origine de l’Homme (Histoire de la création des êtres organisés, d’après les lois naturelles, vol. III, Anthropogenèse, p. 214-215).

23 Selon l’expression de Coguet et par opposition aux « nations policées ».

24 Coye, op. cit.

25 Théorie développée en 1877 dans l’ouvrage La société archaïque, traduction française de H. Jaouiche en 1971, éditions Anthropos, Paris.

26 La discipline s’est constituée dans ces deux pays en lien avec les musées (le Peabody en 1866, Cambridge et Oxford en 1884 pour la Grande-Bretagne et Berlin en 1873 et Hambourg en 1879 pour l’Allemagne).

27 1902 est la date de sa dernière publication et de son dernier don d’objet identifié. Il démissionne progressivement des différentes sociétés savantes au sein desquelles il intervenait et nous ne trouvons plus aucune mention de son activité après 1916, date de sa mise en retraite.

28 Sarasin, F., 1917. Die Ethnologie der Neu-Caledonier und Loyalty-Insulaner (La Nouvelle-Caledonie et les Îles Loyalty : souvenirs de voyage d’un naturaliste, traduit de l’allemand par Jean Roux), Bâle, Georg.

29 Luquet, G.H. 1926. L’art néo-calédonien, documents recueillis par Marius Archambault, Mémoires de l’Institut d’ethnologie, t. II, p. 1-60.

30 Gosden, Ch. & J. Hather, 1999. The prehistory of food : appetites for change, Routledge. Valentin, F. & C. Sand, 2008. « Prehistoric burials from New Caledonia (Southern Melanesia): A review », Journal of Austronesian studies, 2(1): 1-30. Boulay, R. 2008. « Et si les bambous gravés kanaks racontaient l’Histoire ? Un bambou inédit de la collection Gustave Glaumont au Musée d’histoire de Nantes ». In Roberta Colombo-Dougoud (dir), Bambous kanak. Une passion de Marguerite Lobsiger-Dellenbach, Catalogue d’exposition. Genève, Musée d’ethnographie, Gollion : Infolio éditions (collection Sources et témoignages No 9).

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan des structures d’un village incendié en 1878 (Glaumont, 1888-1889, p. 30).
Crédits Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. E113).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 2
Légende Massue attribuée au chef Ataï.
Crédits Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.45).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 3
Légende Coupe stratigraphique levée à Ambae (Glaumont, 1899, p. 84).
Crédits Source, crédits ?
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 4. Relevé de pétroglyphes.
Légende Les signes des figures 10 et 13 sont interprétés comme étant des cultures d’ignames (Glaumont, 1889-1890, p. 130).
Crédits Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. E113).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5
Légende Relevé d’une coupe stratigraphique à Houaïlou (Glaumont, 1889-1890, p. 160).
Crédits Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. E113).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Figure 6
Légende Dessins de divers paniers (Glaumont, 1888).
Crédits Fonds du musée des Beaux-Arts de Chartres (Inv. D388).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Figure 7
Légende Nattes-vêtement du Vanuatu.
Crédits Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.41)
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 8
Légende Applique de la grande case.
Crédits Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.1).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 9
Légende Hache-ostensoir.
Crédits Fonds Glaumont. Collection du musée d’Histoire de Nantes (Inv. 979.30.3).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1308/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search