Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 1

L’idée de « progrès » en archéologie : Réflexions du point de vue de l’épistémologie et l’histoire des sciences

Oscar Moro Abadía

Texte intégral

Introduction : L’idée de progrès en archéologie

1L’idée de progrès scientifique est à la fois une notion fondamentale pour comprendre l’évolution de l’archéologie en tant que discipline scientifique et un concept clé pour saisir la manière dont les archéologues ont écrit l’histoire de leur science. En effet, depuis le xixe siècle, cette idée a fait l’objet de vifs débats parmi les archéologues et les historiens de l’archéologie. Pendant le xxe siècle, la centralité de cette notion fut en rapport avec la récurrence de questions telles que celles de savoir si l’archéologie progresse (ou ne progresse pas) d’une manière cumulative, si la connaissance archéologique tend (ou ne tend pas) vers la découverte de la vérité à propos du passé, ou s’il existe (ou n’existe pas) un moyen plus ou moins objectif de mesurer le développement scientifique en archéologie. Néanmoins, depuis quelques années, nous observons un certain désintérêt, de la part des archéologues, pour cette question. On pourrait dire qu’après la dispute que les positivistes ont soutenue contre les relativistes pendant les dernières années du xxe siècle (the processual/postprocessual debate), la notion de progrès que l’on rencontrait autrefois assez fréquemment dans les débats théoriques, en a sinon disparue, du moins s’y est considérablement raréfiée. Tout se passe comme si, tout d’un coup, un problème autour duquel les archéologues se sont battus pendant plus d’un siècle serait, définitivement, réglé.

2Quel est l’intérêt de revenir sur un sujet qui semble épuisé ? Pour répondre à cette interrogation il faut tenir compte de deux questions : en premier lieu, même si la notion de progrès scientifique est démodée, les effets que la dispute autour de cette question ont eus sur l’archéologie sont toujours en vigueur. En effet, depuis les années 1980 la discipline est de plus en plus divisée en deux camps : d’un côté, le camp de ceux qui prennent pour modèle les sciences naturelles et assument l’idée selon laquelle la science n’arrête pas d’avancer vers la conquête de la compréhension de la nature. D’un autre côté, le camp de ceux qui prennent pour modèle les sciences sociales et considèrent l’archéologie comme un savoir historiquement constitué. La ligne de séparation qui divise actuellement l’archéologie traverse donc pleinement la notion de progrès. En deuxième lieu, il me semble que ce qui est épuisé n’est pas l’idée de progrès elle-même, mais une certaine définition du progrès scientifique : celle attachée à la conception positiviste du terme. Néanmoins, comme je vais essayer de le montrer dans cet article, il existe une autre conception du progrès scientifique, encore à peine explorée par les historiens de l’archéologie, selon laquelle, en science, on progresse toujours en détruisant des connaissances mal faites.

3Pour explorer cette conception négative du progrès scientifique, cet article retrace les rapports historiques qui peuvent s’établir entre les cadres conceptuels qui ont orienté la recherche en archéologie dès la fin du xixe siècle jusqu’au lendemain du xixe siècle et la manière dont les archéologues ont écrit l’histoire de leur science pendant cette longue période. Dans la première partie de cet article, j’examine comment la vision positiviste qui a orienté la recherche en archéologie pendant la plus grande partie du xxe siècle s’est traduite par une histoire « présentiste » articulée autour de trois axes principaux : A) Une histoire des découvertes, B) une histoire de précurseurs, et C) une histoire des développements techniques. Cette historiographie n’est pas propre à l’archéologie et elle est comparable aux récits de « progrès de la science » si répandus pendant la première moitié du xxe siècle. Cette historiographie est entrée en crise dans les années 1980, quand l’impact de l’historicisme sur l’historiographie des sciences ainsi que l’irruption du postmodernisme en archéologie a fait éclater l’hégémonie du paradigme positiviste. À ce moment-là, une nouvelle historiographie s’est constituée autour de la critique du paradigme présentiste. Ainsi, les années 1990 ont vu la fin d’une idée, celle de progrès scientifique, qui avait orienté l’activité archéologique et historienne pendant plus d’un siècle. Néanmoins, comme je vais le montrer dans la deuxième partie de cet article, la notion de progrès scientifique peut garder sa valeur heuristique à condition d’être pensée à partir de critères différents. Certes, la vision positiviste doit être rejetée, mais cela ne veut pas dire que le concept de progrès doit être également repoussé. En effet, il existe une tradition en sciences humaines qui se caractérise pour penser le progrès scientifique en termes négatifs. Cette tradition, qui est importante dans le cadre de l’épistémologie française, a été établie par Gaston Bachelard pendant les années 1930 et elle s’est prolongée jusqu’à la fin du xxe siècle grâce aux travaux de Canguilhem, Foucault ou Bourdieu. Même si ces auteurs sont très différents les uns des autres, ils partagent l’idée selon laquelle les sciences sociales progressent en démythifiant les préjugés qui ont orienté notre connaissance. Dans la dernière partie de cet article, je vais essayer d’appliquer cette conception de progrès à l’histoire de l’archéologie. Mon objectif est de montrer que l’archéologie ne progresse pas seulement par accumulation des données scientifiques, mais qu’elle avance aussi en détruisant des connaissances mal faites. En particulier, je vais analyser un préjugé très répandu parmi les archéologues pendant le xxe siècle : l’eurocentrisme.

La notion positiviste de « progrès » en archéologie

4Le développement de l’archéologie préhistorique pendant les dernières décennies du xixe siècle fut suivi d’un intérêt notable pour l’histoire de la science émergente (Schlanger 2002 : 128, Kaeser 2008 : 10). Les préhistoriens en France et ailleurs ont compris que la nouvelle science, pour être reconnue, avait besoin d’être fondée sur un récit historique. Dans un contexte où l’archéologie cherchait à être reconnue par le grand public et par la communauté scientifique, le recours à l’histoire a joué un rôle important dans le processus de légitimation de la nouvelle science. L’histoire a été utilisée pour introduire les livres destinés à fonder le nouveau savoir (e.g. Hamy 1870, Mortillet 1883, Cartailhac 1889), pour discréditer les discours non-scientifiques à propos du passé (Cartailhac 1878) et pour louer les progrès accomplis dans la connaissance du passé le plus reculé (Reinach 1897). Comme l’a souligné Annette Laming-Emperaire, cette historiographie de légitimation s’est prolongée pendant une grande partie du xxe siècle : « Pendant plus d’un demi-siècle, le sujet ne tenta plus guère les chercheurs, et les mêmes données furent reprises à peu près identiques d’auteur en auteur » (Laming-Emperaire 1964 : 9). En effet, même si les travaux de Laming-Emperaire (1952, 1964), Glyn Daniel (1950, 1975, 1981) et d’autres ont entretenu la flamme des études historiques pendant une longue période durant laquelle les archéologues ne se sont pas intéressés à leur histoire, l’historiographie disciplinaire fondée sur l’axiome du progrès scientifique est restée incontestée jusqu’à la fin du xxe siècle. C’est cette historiographie que je me propose d’examiner dans les pages suivantes.

5L’histoire de l’archéologie pendant le xxe siècle a été souvent considérée comme un exemple de l’historiographie présentiste de la science. En histoire des sciences, le terme « présentiste » est utilisé pour caractériser l’histoire positiviste de la science qui suppose que le progrès scientifique est le résultat d’un processus d’accumulation de découvertes (Moro Abadía 2008, 2009). Dans cette optique, certains éléments sont survalorisés à la lumière du statut qu’ils possèdent actuellement dans la discipline, tandis que d’autres sont considérés comme secondaires ou anecdotiques parce que sans rapport avec la rationalité actuelle érigée en référence. Dans le premier chapitre de L’activité rationaliste de la physique contemporaine, Gaston Bachelard décrivait ainsi cette historiographie :

« On voit alors la nécessité éducative de formuler une histoire récurrente, une histoire qu’on éclaire par la finalité du présent, une histoire qui part des certitudes du présent et découvre, dans le passé, les formations progressives de la vérité. Ainsi la pensée scientifique s’assure dans le récit de ses progrès. » (Bachelard 1951 : 26).

6En effet, pendant les dernières années du xixsiècle, l’histoire de l’archéologie s’est constituée autour de la notion de progrès scientifique. Par exemple, Le préhistorique de Gabriel de Mortillet, ouvrage fondateur de l’archéologie préhistorique française, s’ouvre avec un éloge de la science positive :

« Le grand mouvement philosophique du dix-huitième siècle, en généralisant les méthodes d’investigation, la pratique des observations sérieuses et l’emploi du libre examen, a puissamment contribué au progrès de toutes les sciences, en a renouvelé quelques-unes presque complètement et en a enfanté de nouvelles. […] Puis […] l’esprit du siècle passé a enfanté de nos jours, sinon une science nouvelle, tout au moins une nouvelle branche des sciences qui sert de transition, de passage entre l’histoire et la géologie : c’est la paléoethnologie, étude des temps préhistoriques. » (Mortillet 1883 : 1).

7Émile Cartailhac s’exprimait d’une manière semblable dans le premier chapitre de La France Préhistorique, significativement intitulé « Historique des progrès de la science sur les civilisations primitives et l’ancienneté de l’homme ». Dans ce texte, Cartailhac affirme que :

« La paléontologie n’a que faire des mythes et des légendes ; elle veut voir avant l’aube des siècles historiques ; elle profite des merveilleux progrès de la géologie et, grâce à elle, peut déchirer les voiles qui arrêtaient le regard. » (Cartailhac 1889 : 2).

8Aux premières années du xxsiècle, la référence au progrès scientifique s’est décidément accentuée. Par exemple, Joseph Déchelette parlait des « progrès simultanés et les efforts associés de la géologie, de la paléontologie et de l’archéologie ont permis d’établir définitivement [la nouvelle science] sur les données positives » (Déchelette 1908 : 6). Marcellin Boule était encore plus expressif dans son ouvrage Les hommes fossiles :

« Les progrès accomplis depuis une vingtaine d’années sont si impressionnants que la ‹ question de l’Homme fossile › est partout à l’ordre du jour, dans le grand public plus encore peut-être que dans les milieux scientifiques officiels. » (Boule 1923 : VII).

9Même si l’archéologie a été reconnue en tant que discipline scientifique pendant les premières années du xxe siècle, le culte du progrès n’a pas décliné jusqu’aux années 1980. L’ouvrage de Glyn Daniel, le « père » de l’historiographie anglaise de l’archéologie, témoigne de cette vénération. Dans son livre A hundred and fifty years of archaeology (Daniel 1975), il décrit la connaissance scientifique comme « la lumière qui a dissipé le brouillard de contemporanéité apparente qui entourait les vestiges préhistoriques » (Daniel 1975 : 33). Des affirmations similaires peuvent être trouvées dans Origines de l’archéologie préhistorique en France d’Annette Laming-Emperaire. Par exemple, en parlant de l’institutionnalisation de la préhistoire vers 1860, elle écrivait :

« Très rapidement s’organisent des recherches relatives aux périodes préhistoriques. Bientôt les résistances ne forment plus un obstacle réel aux progrès de la nouvelle science – elles les stimulent plutôt – et quittent pratiquement le domaine du fait, car les faits sont devenus incontestables. » (Laming-Emperaire 1964 : 167).

10Bref, même s’il y a eu des exceptions – je pense notamment aux travaux de Léon Aufrère (1936) et Stuart Piggott (1989) dans le cadre de l’histoire des idées – le présentisme a été la norme dans l’historiographie de l’archéologie jusqu’aux années 1990.

11Cette histoire présentiste de l’archéologie a adopté trois formes fondamentales : A) Une histoire des découvertes, B) une histoire de précurseurs et C) une histoire des développements techniques. En premier lieu, durant le xxe siècle, l’histoire de l’archéologie fut, avant toute autre chose, une histoire des grandes découvertes archéologiques. En effet, l’histoire positiviste décrivait le développement scientifique comme le résultat d’un processus d’accumulation de faits positifs. Dans cette optique, l’élément dramatique du récit, aux yeux de l’historien, était la découverte : « Le chef-d’œuvre enfoui depuis des millénaires reparaît à la lumière du jour, et l’archéologue est le premier, après tant de générations, à en découvrir et à en admirer la forme exquise » (Daux 1958 : 76). Les découvertes représentent un bouleversement absolu de notre connaissance du passé ; ils « bouscule[nt] et ruine[nt] les dissertations théoriques, aussi fragiles que séduisantes » (Daux 1958 : 36). L’histoire disciplinaire fut donc décrite comme la succession de ces trouvailles qui ont modifié notre vision du passé. Cette idée est exprimée d’une manière cristalline par Joseph Déchelette : « Nous ne pousserons pas plus avant cette esquisse des origines de la préhistoire. On verra, au cours de cet ouvrage, comment d’innombrables découvertes, dues aux efforts ininterrompus de savants et d’explorateurs, ont permis, à maintes reprises, de contrôler la fermeté des fondements de cette science » (Déchelette 1908 : 12).

12Dans le cas français, les découvertes de Boucher de Perthes dans la vallée de la Somme furent souvent considérées comme le début de l’archéologie préhistorique. Breuil écrivait à cet égard :

« Il était réservé à un homme de lettres [Boucher de Perthes] de faire admettre l’association, dans les graviers quaternaires de la Somme, des œuvres de l’Homme ‹ antédiluvien ›, simples pierres taillées, avec les éléphants, les rhinocéros et les hippopotames dont on découvrait les restes. » (Breuil 1942 : 671).

13Selon Marcelin Boule, « appuyé sur des observations minutieuses et sur des preuves excellentes », Boucher de Perthes a gagné l’immortalité académique : « Le nom de Boucher de Perthes brillera éternellement au firmament de la Science » (Boule 1923 : 13). C’est un trait commun à ces récits d’insister sur la résistance que ces grandes découvertes ont rencontrée parmi les milieux savants. Par exemple, en parlant de Boucher de Perthes, Mortillet écrivait : « La même résistance, plus grande encore, si c’est possible, se produisit à l’égard des recherches et découvertes de Boucher de Perthes » (Mortillet 1883 : 12). Cette résistance explique pourquoi il a dû défendre ses idées « avec une infatigable énergie et convertit peu à peu […] les savants français et anglais les plus autorisés » (Déchelette 1908 : 7).

14En second lieu, l’historiographie de légitimation fut une histoire de précurseurs. En effet, depuis le xixsiècle l’histoire des sciences a été conçue comme l’histoire de ces savants qui ont fait progresser la connaissance. À nouveau, la figure de Boucher de Perthes peut nous servir pour illustrer l’importance des précurseurs dans l’historiographie positive. Premièrement, les précurseurs sont ceux qui annoncent la vérité à venir. Autrement dit, le terme a été souvent utilisé pour définir ceux qui ont fait des contributions importantes dans la construction de la rationalité moderne. Dans le cas de Boucher de Perthes, il a été souvent considéré comme un pionnier de l’archéologie préhistorique parce qu’il a soutenu l’idée de la haute antiquité de l’homme avant qu’elle ne soit acceptée par la communauté scientifique : « Cet aimable savant, partant d’une idée fausse, arriva, malgré tous les obstacles, à la constatation d’une importante vérité » (Mortillet 1883 : 12). Deuxièmement, les précurseurs sont considérés comme des génies ; héros incompris qui ont dû faire face à l’ignorance de leurs temps. Par exemple, Boucher de Perthes passe pour « un rêveur, une espèce d’illuminé » (Boule 1923 : 11), une « curieuse figure, romantique et mystique […], arrière-neveu, selon la science héraldique, de Jeanne d’Arc » (Daux 1958 : 42-43). Il a été acclamé pour ses « efforts obstinés et de nombreuses luttes » (Mortillet 1883 : 13-14), parce qu’il a défendu l’antiquité de l’homme « avec une infatigable énergie » (Déchelette 1908 : 7), une « persévérance et une douceur admirables » (Boule 1923 : 11). Finalement, il a vaincu les résistances, « l’opposition systématique et souvent ironique » (Boule 1923 : 11) d’un monde savant qui « se montrait encore incrédule péremptoirement » (Daux 1958 : 42-43) au sujet de la préhistoire. Ce fut grâce à l’intervention, en 1859, de savants anglais, Joseph Prestwich et John Evans, que « le savant français dut de voir sa découverte généralement admise » (Mortillet 1883 : 13-14).

15En troisième lieu, l’histoire positiviste des sciences est souvent décrite en termes d’avancées techniques. Dans cette optique, c’est le développement technologique qui rend compte du progrès dans la connaissance du passé. Le rôle prépondérant de certaines techniques (comme le radiocarbone) dans l’histoire de l’archéologie montre bien l’importance de cette conception parmi les archéologues. Si, pendant la plus grande partie du xixe siècle, l’archéologie préhistorique « était plutôt un passe-temps d’amateurs, d’érudits et de gentilshommes campagnards », c’est vers 1860 qu’elle « devint rapidement une science » (Laming-Emperaire 1964 : 176). C’est grâce à la jonction des sciences historiques et de la terre que « s’épanouit soudain une préhistoire à peu près constituée à peine née, avec ses problèmes et ses méthodes peu différents des problèmes et des méthodes actuels » (Laming-Emperaire 1964 : 10). Le développement technique a poussé l’archéologie « à perfectionner ses méthodes et à substituer une discipline exacte et ordonnée aux écarts parfois aventureux de ses jeunes années » (Déchelette 1908 : 13). En peu de mots, l’historiographie positiviste assumait que le développement scientifique était le résultat d’une accumulation des découvertes faites par les grands scientifiques, ainsi que de l’application de nouvelles techniques à l’analyse du registre archéologique.

Décadence de l’idée positiviste du « progrès »

16Les années 1980 ont marqué le début d’une querelle qui a bouleversé l’archéologie : la dispute entre les positivistes et les relativistes. En effet, jusqu’aux années 1960 la recherche archéologique s’était unifiée autour du positivisme dominant depuis la fin du xixe siècle. Ainsi, même si pendant le xxsiècle les archéologues ont beaucoup discuté sur la version du positivisme qui convenait le mieux à une science comme l’archéologie, la place hégémonique de cette philosophie restait incontestée. Personne ne doutait que l’archéologie avait fait des progrès extraordinaires depuis le xixsiècle, qu’elle avait changé pour toujours notre connaissance du passé et que l’analyse scientifique, fondée sur des observations et analyses rigoureuses, avait fait avancer cette connaissance au-delà de la superstition. Néanmoins, à partir des années 1980, plusieurs archéologues ont mis en question ce paradigme. Ils ont critiqué l’archéologie traditionnelle, non pas parce qu’elle était dépourvue de toute valeur épistémologique, mais parce qu’elle reposait sur deux présupposés problématiques : elle supposait A) que le passé avait une existence objective, et B) qu’il était possible de comprendre comment les choses s’étaient réellement passées (« wie es denn eigentlich gewesen ist » selon la formule de Ranke). Néanmoins, selon ces auteurs, le passé n’a pas une dimension objective parce qu’il est indissociable de l’expérience subjective. D’ailleurs, la philosophie positiviste privilégiait la notion selon laquelle la science fait des acquisitions pour toujours. Cette notion est erronée parce que, comme l’histoire de la science le montre souvent, la vérité scientifique est historique et changeante. Dans ce contexte, les archéologues postmodernistes ou relativistes ont durement critiqué l’idée positiviste d’un progrès linéaire, cumulatif, nécessaire et inévitable. En particulier, ils ont formulé deux objections basées sur les considérations susmentionnées. Premièrement, d’après ces archéologues, il n’existe pas de développement scientifique linéaire parce qu’il n’existe pas un passé objectif duquel nous nous approcherions indéfiniment. Deuxièmement, il n’existe pas de progrès scientifique parce que la vérité elle-même est historique, c’est-à-dire qu’il faut l’interroger dans sa constitution contingente et variable. Même si, bien évidemment, il y a des chercheurs qui ont continué à soutenir une vision cumulative de la science, la réalité est que, depuis quelques années, la notion positiviste du progrès scientifique a été écartée des débats théoriques en archéologie.

17La critique du positivisme a créé les conditions pour repenser l’archéologie d’un autre point de vue. Cela dit, il faut chercher dans l’évolution de l’histoire des sciences les éléments susceptibles d’expliquer la décadence de la notion de progrès parmi les historiens de l’archéologie. Ainsi, ce fut la publication de La structure des révolutions scientifiques en 1962 qui a modifié la manière dont les historiens écrivaient l’histoire des sciences. Dans son livre, Thomas Kuhn critique la conception positiviste du développement scientifique comme un processus d’accumulation des connaissances (Kuhn 1970 : 1-2). Selon lui, une telle conception est inappropriée parce qu’elle suppose que la science fait des conquêtes définitives, c’est-à-dire qu’elle néglige la valeur historique des théories scientifiques. Étant donné que la science n’évolue pas par accumulation d’inventions et de découvertes (Kuhn 1970 : 2), l’historien ne peut pas prendre les certitudes du présent comme critère pour interpréter la science du passé. Au lieu d’utiliser les conquêtes de la science contemporaine pour déterminer l’importance historique des événements d’autrefois, l’historien doit se faire le contemporain des savants dont il/elle parle (selon la formule d’Hélène Metzger). La critique kuhnienne des principes de la doctrine positiviste a mis au premier plan une historiographie critique qui avait déjà une longue tradition en Europe avec les travaux d’Hélène Metzger, Alexandre Koyré, et Émile Meyerson.

18C’est dans ce contexte que, à partir des années 1990, une nouvelle génération d’historiens a réclamé sa place dans l’historiographie de l’archéologie. En effet, les années 1990 ont vu la publication de plusieurs ouvrages importants dédiés à l’histoire de l’archéologie (Trigger 1989, Schnapp 1993, Vašiček 1994, Stoczkowski 1994). Ainsi, l’histoire de la préhistoire est devenue un domaine de recherche à part entière. Elle a fait l’objet de livres de vulgarisation, de thèses de doctorat (Coye 1997, Richard 1991, 2008, Hurel 2006), d’études biographiques (Cohen & Hublin, 1989, Kaeser 2004, Coye 2006), de programmes de recherche, ainsi que d’innombrables articles. Ce changement n’a pas été juste quantitatif, il a aussi concerné la qualité de l’historiographie. Les historiens de l’archéologie (dont plusieurs sont historiens de formation) ont dénoncé l’histoire « présentiste » (Kaeser 2008, Murray 2002) et ils ont développé une historiographie critique inscrite dans l’histoire des sciences humaines. Ainsi, le refus de la notion positiviste de progrès est devenu le signe d’identité de cette nouvelle historiographie. Par exemple, Nathalie Richard, dans sa thèse de doctorat sur la préhistoire en France pendant la seconde moitié du xixsiècle, a mis en question l’historiographie des temps de fondation qui s’efforçait :

« […] d’établir le statut scientifique de la préhistoire en démontrant que celle-ci avait fait reculer progressivement la superstition et avait contribué au triomphe de la science positive. L’entreprise était donc de légitimation et la préhistoire devenait […] un vecteur de progrès de la connaissance suivant des étapes qu’Auguste Comte avait caractérisées. » (Richard 1991 : III).

19Selon ces auteurs :

« L’histoire de l’archéologie, de l’Antiquité à nos jours, n’est pas l’histoire indéfinie du progrès des connaissances, mais plutôt celle d’une mer agitée de vagues violentes qui laissent sur la grève des coquillages que d’autres vagues repoussent. » (Schnapp 1993 : 34).

Une vision négative du progrès scientifique

20Nous voici donc arrivés à un moment où la question du progrès scientifique, autrefois au centre du débat théorique, n’est plus à la mode. Cette situation s’explique par le fait que, depuis plusieurs années de disputes, les deux positions en lice sont devenues irréconciliables. D’un côté, pour une majorité d’archéologues (surtout pour ceux qui sont éloignés du débat théorique) le progrès de la science est un fait acquis et évident. D’un autre côté, les archéologues plus influencés par le relativisme considèrent que le progrès scientifique est une chimère, une utopie. La discussion semble réglée au point que tant les partisans que les détracteurs du progrès scientifique n’expérimentent plus le besoin de s’exprimer publiquement autour de cette question. L’idée du progrès n’est pas morte pour autant. En effet, même si cette notion a disparu du débat scientifique, elle continue à guider l’historiographie disciplinaire jusqu’au point qu’une majorité d’histoires récentes de l’archéologie est toujours construite autour de cette idée (e.g. Bahn 2014, Díaz-Andreu 2008, Fagan 2018). En effet, cette notion est si liée à l’histoire des sciences en général et à l’histoire de l’archéologie en particulier qu’il me semble presque impossible de renoncer complètement à elle.

21Pour cette raison, je voudrais explorer ici une idée du progrès différente de celle qui a été associée au positivisme. J’appellerai cette conception « négative » parce qu’elle aborde la question du développement scientifique en termes négatifs. Dans ce contexte, j’utilise le mot négatif dans un double sens : d’un côté, il fait référence à la qualité qui s’oppose à affirmatif (c’est-à-dire, qu’il s’oppose à l’affirmation positive du progrès scientifique) et, d’un autre côté, il renvoie à l’adjectif qui nie la vérité d’une proposition (c’est-à-dire, qui nie la validité universelle de la vérité scientifique). En effet, il existe une tradition philosophique et historiographique qui considère le progrès scientifique en termes négatifs. C’est-à-dire, qu’au lieu de conceptualiser le développement scientifique comme une notion qui porte en soi un principe d’accumulation, cette tradition définit le progrès scientifique comme la démythification des connaissances mal faites. Cette tradition ne peut pas être circonscrite dans les bornes étroites de l’histoire des sciences. En effet, on peut en retracer l’origine jusqu’à Karl Mannheim, dont Idéologie et utopie de 1929 ont influencé toute une génération de chercheurs (Mannheim 2006), pour ensuite remonter tout le cours de la tradition philosophique qui débouche sur l’herméneutique de Heidegger et Gadamer, mais aussi sur la critique marxiste de l’idéologie. Cela dit, la conception négative du progrès est particulièrement remarquable dans le cadre de l’épistémologie française.

22Les origines de cette tradition peuvent être tracées jusqu’à l’ouvrage de Gaston Bachelard. Bachelard fut un épistémologue et philosophe des sciences physiques, ainsi que de la chimie et des mathématiques. Dans un contexte marqué par le développement de la théorie de la relativité non-newtonienne, il a proposé une pensée originale, la « philosophie du non » (Bachelard 1962). Selon Bachelard, « l’esprit scientifique ne peut se constituer qu’en détruisant l’esprit non scientifique » (Bachelard 1962 : 8). Bachelard a insisté sur le fait que, « c’est en termes d’obstacles qu’il faut poser le problème de la connaissance scientifique » (Bachelard 1983 : 13). Selon lui, c’est dans l’acte même de connaître qu’apparaissent, par une sorte de nécessité fonctionnelle, des lenteurs et des troubles qu’il appelle « les obstacles épistémologiques ». Parmi ces obstacles, Bachelard mentionne l’expérience première, les images, les lieux communs, la connaissance générale (les généralités), l’obstacle verbal (les métaphores), les analogies, l’obstacle substantialiste (le mythe de la substance), l’obstacle animiste et les obstacles quantitatifs. Ces obstacles qui entravent la connaissance objective constituent une sorte d’inconscient de l’esprit scientifique (ils sont ancrés dans la psyché des scientifiques) et, pour cette raison, Bachelard se propose d’entreprendre « une psychanalyse de la connaissance objective », c’est-à-dire un examen des obstacles qui ralentissent la progression scientifique. Dans ce contexte, il critique la façon d’écrire l’histoire des sciences « en perspective de complication progressive » (Canguilhem 1983 : 176) et propose l’idée selon laquelle la science progresse en démythifiant les mythes et les préjugés qu’oriente la connaissance scientifique. Bref, on connaît toujours contre une connaissance antérieure :

« La pensée empirique est claire, après coup, quand l’appareil des raisons a été mis au point. En revenant sur un passé d’erreurs, on trouve la vérité en un véritable repentir intellectuel. En fait, on connaît contre une connaissance antérieure, en détruisant des connaissances mal faites, en surmontant ce qui, dans l’esprit même fait obstacle à la spiritualisation. » (Bachelard 1983 : 13-14).

23Cela dit, la philosophie du non n’est pas un négativisme parce qu’elle ne conduit pas au nihilisme :

« Elle procède au contraire, en nous et hors de nous, d’une activité constructive […]. Dialectiser la pensée, c’est augmenter la garantie de créer scientifiquement des phénomènes complets, de régénérer toutes les variables dégénérées ou étouffées que la science, comme la pensée naïve, avait négligées dans sa première étude. » (Bachelard 1962 : 17).

24Georges Canguilhem a prolongé, à partir des années 1950, l’épistémologie de Bachelard. Dès leurs premiers travaux, Canguilhem a mis en question l’ouvrage de ces historiens qui pensent « l’histoire de la science sous la catégorie du progrès de lumières » (Canguilhem 1981 : 20). C’est-à-dire, une histoire où la totalité du passé « est représentée comme une sorte de plan continu donné sur lequel on peut déplacer, selon l’intérêt du moment, le point du départ du progrès » (Canguilhem 1981 : 14). Par exemple, dans sa thèse de philosophie, La formation du concept de réflexe aux xviie et xviiie siècles (thèse dirigée par Bachelard), Canguilhem a mis en question l’idée selon laquelle la philosophie de Descartes aurait préfiguré la théorie moderne du réflexe. En effet, selon Canguilhem, « si l’on trouve dans l’œuvre de Descartes l’équivalent théorique approché de certaines tentatives de constitution, au xixe siècle, d’une réflexologie générale, on n’y trouve, tout rigoureusement considéré, ni le terme ni le concept de réflexe » (Canguilhem 1977 : 52). Le cas de Descartes est un exemple de ce que Canguilhem appelle « le virus du précurseur », c’est-à-dire la tendance, très répandue parmi certains historiens, à chercher et à célébrer les précurseurs de la science moderne. Selon Canguilhem,

« À la rigueur s’il existait des précurseurs l’histoire des sciences perdrait tout sens, puisque la science elle-même n’aurait de dimension historique qu’en apparence. » (Canguilhem 1983 : 21).

25C’est l’historicité ou la dimension historique de la science qui est niée par le concept de précurseur :

« Un précurseur ce serait un penseur de plusieurs temps, du sien et de celui ou de ceux qu’on lui assigne comme ses continuateurs, comme les exécutants de son entreprise inachevée. Le précurseur est donc un penseur que l’historien croit pouvoir extraire de son encadrement culturel pour l’insérer dans un autre. » (Canguilhem 1983 : 21).

26Le précurseur est donc un artefact, un faux « objet historique » (Canguilhem 1983 : 21). La critique de Canguilhem a eu des échos importants dans l’historiographie francophone de la science (voir, par exemple, les travaux de Madeleine Barthélemy-Madaule 1979, Jacques Roger 1995, Claude Blanckaert 2010).

27Les travaux de Michel Foucault et Pierre Bourdieu ont prolongé, dans le champ des sciences sociales et humaines, l’épistémologie de Bachelard et Canguilhem. Tout d’abord, la critique du positivisme sera reprise par Michel Foucault, qui se reconnaissait comme l’élève de Bachelard et Canguilhem, sous la forme d’une historisation de la raison scientifique, c’est-à-dire d’une interrogation philosophique qui problématise à la fois la vérité scientifique et l’historiographie positiviste. En premier lieu, l’analyse de Foucault vise à montrer aux gens « qu’ils tiennent pour vrais, pour évidents certains thèmes qui ont été fabriqués à un moment particulier de l’histoire » (Foucault 2001b : 1597), c’est-à-dire que la vérité scientifique qui se présente comme normative, évidente et qui passe pour universelle est, en réalité, historique, contingente, variable. En deuxième lieu, cette critique de la vérité a été accompagnée par une critique de l’historiographie positiviste. En particulier, la notion de rupture a permis à Michel Foucault de mettre en question l’image linéaire du progrès scientifique. Selon lui, les analyses de Canguilhem et de Bachelard montrent :

« Que l’histoire d’un concept n’est pas, en tout et pour tout, celle de son affinement progressif, de sa rationalité continûment croissante, de son gradient d’abstraction, mais celle de ses divers champs de constitution et de validité, celle de ses règles successives d’usage, des milieux théoriques multiples où s’est poursuivie et achevée son élaboration. » (Foucault 1969 : 11).

28C’est pour cette raison que Foucault propose une histoire critique de la pensée qui :

« […] n’est ni une histoire des acquisitions ni une histoire des occultations de la vérité ; c’est l’histoire de l’émergence des jeux de vérité : c’est l’histoire des « véridictions » entendues comme les formes selon lesquelles s’articulent sur un domaine de choses des discours de susceptible d’être dits vrai ou faux. » (Foucault 2001a : 1451).

29Si cette Auflärung de la pensée scientifique est partagée aussi par Pierre Bourdieu, ce dernier empruntera un chemin différent de celui suivi par Michel Foucault et les historiens des sciences. En effet, dans le cas de Bourdieu, la critique de la conception positiviste et scientiste est devenue « une sociologie de la sociologie, qui permet de mobiliser contre la science se faisant les acquis de la science déjà faite » (Bourdieu 1982 : 9), c’est-à-dire une histoire sociale de la science sociale entendue comme « une science de l’inconscient, dans la grande tradition d’épistémologie historique illustrée par Georges Canguilhem et Michel Foucault » (Bourdieu 1982 : 10). Bourdieu s’est efforcé de montrer que ce que nous tenons pour vrai et universel est, de part en part, histoire : « Tout mon effort tend à découvrir l’histoire là où elle se cache le mieux, dans les cerveaux et dans les plis du corps. L’inconscient est histoire » (Bourdieu 1986 : 81). En effet, tout au long de sa carrière, Bourdieu a mis en question ce qu’il appelait « le privilège de l’universel » :

« La plupart des œuvres humaines que nous avons l’habitude de considérer comme universelles – droit, science, art, morale, religion, etc. – sont indissociables, du point de vue scolastique, des conditions économiques et sociales qui le rendent possible et qui n’ont rien d’universel. Elles se sont engendrées dans ces univers sociaux très particuliers que sont les champs de production culturelle. » (Bourdieu 1994 : 224).

30Contre la vision universaliste, Bourdieu propose une genèse des différents champs de production sociale (le champ artistique, le champ philosophique, le champ juridique, le champ artistique, etc.) pour montrer que les choses qui nous apparaissent comme allant de soi (le canon artistique, la domination masculine, la vérité scientifique) sont, en réalité, des inventions historiques.

31L’idée d’une démystification des préjugés pose néanmoins certains problèmes. En particulier, poussée à l’extrême, elle peut nous faire tomber dans une sorte de présentisme qui n’est pas loin du positivisme empirique. En effet, dans cette perspective, l’historien est obligé de décider, à la lumière de la rationalité présente, quelles connaissances ont été « mal faites ». Dans ce contexte, il faut peut-être rappeler que l’historien doit toujours faire face à certains choix épistémologiques. D’ailleurs, même si le risque de présentisme existe, il est évident que certains préjugés ont orienté la recherche et qu’ils peuvent donc être identifiés en tant que tels dans la pratique historiographie.

Une histoire négative de l’archéologie.

32Comme je l’ai indiqué en introduction, l’histoire de l’archéologie a été construite autour d’une vision positiviste (et positive) du progrès scientifique. Elle a été souvent décrite comme :

« Une histoire pleine d’excitation et de passionnantes personnalités, une histoire basée dans la détermination d’individus comme Schliemann à Troie et Howard Carter dans la Vallée des Rois, une histoire du développement des excavations et de travail sur le terrain, mais aussi de l’étrange manière dont certaines découvertes d’une grande importance furent faites par hasard. » (Daniel 1981 : 212).

33Néanmoins, l’histoire de l’archéologie pourrait être racontée d’une autre manière, non pas comme l’histoire des grandes conquêtes scientifiques, mais comme la longue histoire de la lutte des archéologues pour se débarrasser des préjugés qui ont entravé (et qui entravent) la connaissance du passé. Dans cette perspective, l’année 1859 ne serait pas celle de la reconnaissance de l’antiquité préhistorique de l’homme mais un moment important du tortueux chemin qui a abouti à mettre en question le dogme sur les origines de l’humanité ; Boucher de Perthes ne serait pas celui qui a définitivement démontré la haute antiquité de l’homme, mais quelqu’un qui, sans même le prétendre, a contribué à mettre en question le récit religieux sur les origines. Le développement de la stratigraphie pendant la seconde moitié du xixe siècle ne serait pas l’outil miraculeux qui a résolu toutes les énigmes de la préhistoire humaine, mais l’un des instruments dont les archéologues se sont servis pour prouver que, contrairement à ce qu’on avait cru pendant plusieurs siècles, le temps avait une épaisseur qui repoussait très loin l’âge de la terre et de la vie (Hurel & Coye 2011 : 11).

34Au-delà de la possibilité de réinterpréter certains moments clés de l’histoire de l’archéologie à la lumière d’une nouvelle théorie du progrès, il existe certains préjugés qui ont parcouru cette histoire et qui ont marqué l’orientation de la recherche en archéologie pendant plusieurs décennies. La mise en question de ces préjugés a fait avancer la science plus qu’aucune découverte ou développement technique. Pour le montrer, je voudrais analyser un préjugé très répandu parmi les archéologues pendant le xxe siècle : l’eurocentrisme. Ce préjugé a abouti à privilégier le registre européen dans les modèles explicatifs élaborés par les archéologues et il a rendu marginal l’influence d’autres peuples et d’autres cultures. L’eurocentrisme a guidé la recherche en archéologie pendant longtemps. Il est particulièrement important pour comprendre l’histoire de l’archéologie en Océanie et en Australie. En particulier, pendant la plus grande partie du xxe siècle, cette région du monde a été sinon oubliée, du moins mise de côté dans les débats à propos des origines de la modernité culturelle et de l’art. Une histoire « négative » de l’archéologie peut nous aider à incorporer ces territoires dans la discussion à propos des origines de la modernité culturelle.

35Concernant les origines de l’humanité, un modèle a longtemps été admis pour rendre compte des origines de l’humanité et des cultures modernes. D’après ce modèle, les origines de l’humanité seraient associées à une brusque révolution culturelle (the human revolution) ayant eu lieu il y a 40 000 ans environ, c’est-à-dire au début du Paléolithique supérieur (Bar-Yosef 2007, Mellars et al. 2007). Cette révolution culturelle, soudaine et explosive, aurait eu lieu en Europe et coïnciderait avec l’arrivée d’Homo sapiens sur le vieux continent. Elle aurait été marquée par l’apparition de plusieurs éléments nouveaux dans la culture matérielle des groupes du Paléolithique supérieur, tels que des objets à valeur symbolique, outils en os, outils en pierre, objets gravés et sculptés, art pariétal, etc. (Mellars 2005). Ce modèle a orienté la recherche archéologique dans un double sens. En premier lieu, les archéologues intéressés par l’origine des cultures modernes ont presque exclusivement travaillé en Europe. La transition du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur a donc été prise pour modèle pour expliquer les origines de l’humanité. En deuxième lieu, les archéologues (européens dans leur majorité) ont typiquement négligé l’importance du registre archéologique des autres régions et pays. Néanmoins, à partir des années 1980, plusieurs auteurs ont remis en question la place privilégiée de l’Europe dans l’émergence de la modernité culturelle (McBrearty & Brooks 2000, D’Errico 2007, Habgood & Franklin 2008). Ainsi, d’autres modèles allant contre l’idée d’une « révolution culturelle européenne » ont récemment été suggérés (McBrearty & Brooks 2000, D’Errico et al. 2003). Par exemple, plusieurs auteurs ont proposé un scénario selon lequel la modernité culturelle se serait déployée progressivement en Afrique depuis l’émergence des hommes anatomiquement modernes (Homo sapiens) sur ce continent il y a environ 200 000 ans (McBrearty & Brooks 2000, Aubert et al. 2017). Ce scénario suppose A) une origine non-européenne et B) une évolution graduelle de la modernité humaine. Ce modèle, qui fut proposé vers la fin du xxsiècle, a encouragé la recherche des indices matériels démontrant une origine africaine des comportements « modernes ». La découverte de deux fragments d’ocre dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud est venue apporter une évidence solide en faveur de ce scénario. Il s’agit de deux fragments d’ocre datés de -75 000 ans portant des motifs géométriques gravés qui furent trouvés associés à des pointes de sagaies et de nombreux coquillages percés probablement utilisés comme objets de parure (Henshilwood et al. 2002, Henshilwood et al. 2009). Plus récemment, la découverte d’une pièce d’ocre gravée d’une série de lignes parallèles datée entre -85 000 et -100 000 ans dans la grotte de Klasies River semble renforcer l’idée d’une tradition artistique très ancienne en Afrique du Sud (D’Errico et al. 2012). Bref, aujourd’hui il est généralement admis que la modernité comportementale n’a pas ses origines en Europe. Dans ce contexte, plusieurs auteurs ont revendiqué à juste titre l’importance de l’Australie et de l’Océanie dans l’émergence de la prétendue « modernité comportementale » (Habgood & Franklin 2008). Cet exemple nous apprend que la connaissance archéologique progresse par la destruction des anciennes représentations et mythes qui entravent la connaissance du passé.

36La question des origines de l’art a aussi fait l’objet de vifs débats parmi les archéologues. La conception selon laquelle l’art paléolithique est un phénomène exclusivement européen (et particulièrement franco-espagnol) fut une idée très répandue jusqu’aux années 1980. Par exemple, dans Préhistoire de l’art occidental, Leroi-Gourhan écrivait :

« L’art paléolithique recouvre […] la plus grande partie de l’Europe. Au-delà, les documents sont absents, rarissimes ou insuffisamment datés. Sauf un point en Sibérie méridionale (Malta), l’Asie n’a livré ni parois ni objets décorés qui soient sûrement attribuables à des temps antérieurs aux dix mille ans que représentent les temps actuels. L’Afrique, avec ses milliers de figures pariétales, peintes ou gravées, a encore à faire la preuve de leur âge. » (Leroi-Gourhan 1971 : 146).

37Néanmoins, pendant les dernières années, plusieurs auteurs ont suggéré que l’art paléolithique n’a pas eu une origine européenne. En effet, il semble que les humains anatomiquement modernes qui se sont développés d’abord en Afrique ont été les premiers à soutenir une véritable activité symbolique et artistique. Cela se déduit de quelques découvertes récentes en Afrique. Ainsi, la découverte des ocres gravées de Blombos et de Klasies River (100 000 ans) semble indiquer une origine africaine des comportements symboliques (D’Errico et al. 2012, Henshilwood et al. 2011). En même temps, la découverte de coquillages percés un peu partout en Afrique indique l’existence d’une tradition d’objets de parure en ce continent datée de plus de 80 000 ans, c’est-à-dire longtemps avant la découverte des premiers objets symboliques en Europe (Bouzouggar et al. 2008). À la lumière de ces découvertes, il semble évident que les origines de l’art paléolithique ne se trouvent pas en Europe. Néanmoins, jusqu’à la fin du xxe siècle, les Européens avaient au moins la consolation de penser que la grande tradition picturale de l’art rupestre paléolithique avait émergé dans les grottes de France et d’Espagne. Cette idée a été elle aussi mise en doute par la découverte de plusieurs représentations pariétales figuratives datées d’environ 40 000 ans dans l’île de Sulawesi en Indonésie (Asie). Dans cette île, une équipe d’archéologues a daté quelques représentations de mains d’environ 39 000 ans, ainsi qu’une des représentations animales d’environ 35 000 ans. Cette datation fait de Sulawesi l’un des plus anciens exemples d’art pariétal au monde (Aubert et al. 2014, Aubert et al. 2017). Ces découvertes ont remis en question l’idée selon laquelle l’Europe occidentale serait le berceau des cultures artistiques paléolithiques. La conception traditionnelle doit être réexaminée et, éventuellement, remplacée par une représentation plus adéquate. En effet, l’image d’un réseau à plusieurs centres semble plus adéquate pour comprendre la complexité des cultures artistiques et visuelles de la préhistoire.

38Il y a d’autres exemples significatifs pour une histoire « négative » de l’archéologie par rapport à l’Océanie et l’Australie. Il faudra citer, par exemple, les travaux de Martin Porr sur la décolonisation des origines de l’humanité en référence à l’Australie et aux Philippines (Porr 2010, 2011), ainsi que les travaux de Robert Bednarik à propos de la difficulté que les Occidentaux ont à accepter une navigation ancienne pour le peuplement de l’Australie (Bednarik 2003).

39Comme ces exemples le montrent, le progrès scientifique est un phénomène à double dimension. D’un côté, le progrès dans la connaissance du passé est en rapport avec l’application de nouvelles méthodologies (par ex. le radiocarbone) ainsi que la découverte de nouvelles évidences archéologiques (par ex. Blombos Cave). D’un autre côté, la connaissance archéologique implique toujours une démarche réflexive ayant pour objet la démythification de mythes, préjugés et fausses idées à propos du passé. L’exemple de l’eurocentrisme illustre comment, en progressant, l’histoire de l’archéologie se débarrasse des aspects mythiques qui voilent notre compréhension du passé.

Remerciements :

40Cet article a été financé par Memorial University of Newfoundland (Canada) et le projet Inter-Arq (ref. HAR2016-80271-P, financé par Agencia Estatal de Investigación et Fondo Europeo de Desarrollo Regional). L’auteur remercie particulièrement Matthew Spriggs et Émilie Dotte-Sarout pour l’avoir accueilli dans le séminaire « Pour une histoire de la préhistoire océanienne » où il a profité de discussions dynamiques autour de la question concernant l’idée du progrès en archéologie. Finalement, il adresse des remerciements chaleureux à Noël Coye, Anne di Piazza ainsi que les deux lecteurs anonymes qui ont enrichi le texte avec leurs commentaires.

Bibliographie

Aubert, Maxime, Adam Brumm, Murni Ramli, Thomas Sutikna, E. Wahyu Saptomo, Budianto Hakim, Michael J. Morwood, G. C. J. J. van den Bergh, L. Kinsley & Anthony Dosseto, 2014. “Pleistocene cave art from Sulawesi, Indonesia”. Nature, 514: 223-227.

Aubert, Maxime, Adam Brumm & Paul S. C. Taçon, 2017. “The timing and nature of human colonization in Southeast Asia in the late Pleistocene: A rock art perspective”. Current Anthropology, 58 (S17): S553-S566.

Aufrère, Léon, 1936. Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes et les Origines de l’Archéologie Primitive (1838-1844). Paris : Librairie L. Staude.

Bachelard, Gaston, 1951. L’activité rationaliste de la physique contemporaine. Paris : Presses Universitaires de France.

Bachelard, Gaston, 1962 [1940]. La philosophie du non. Essai d’une philosophie du nouvel esprit scientifique. Paris : Presses Universitaires de France.

Bachelard, Gaston, 1983 [1938]. La Formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective. Paris : J. Vrin.

Bahn, Paul G. 2014. The history of archaeology: An introduction. New York: Routledge.

Bednarik, Robert, 2003. “Seafaring in the Pleistocene”. Cambridge Archaeological Journal, 13: 41-66.

Blanckaert, Claude, 2010. « Les ‹ trois glorieuses de 1859 › [Broca, Boucher de Perthes, Darwin] et la genèse du concept de races historiques ». Bulletins et mémoires de la Société d’antrhopologie de Paris, 22 (1-2) : 3-16.

Barthélemy-Madaule, Madeleine, 1979. Lamarck ou le mythe du précurseur. Paris : Seuil.

Bar-Yosef, Ofer, 2007. “The archaeological framework of the Upper Paleolithic revolution”. Diogenes, 214: 3-18.


Boule, Marcellin, 1923. Les hommes fossiles. Éléments de paléontologie humaine. Paris : Masson et Cie.

Bourdieu, Pierre, 1982. Leçon sur la leçon (Leçon inaugurale prononcée au Collège de France le vendredi 23 avril 1982). Paris : Les Éditions de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1986. Questions de sociologie. Paris : Les Éditions de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1994. Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action. Paris : Seuil.

Bouzouggar, Abdeljalil, Nick Barton, Marian Vanhaeren, Francesco d’Errico, Simon Collcutt, Tom Higham, Edward Hodge, Simon Parfitt, Edward Rhodes, Jean-Luc Schwenninger, Chris Stringer, Elaine Turner, Steven Ward, Abdelkrim Moutmir & Abdelhamid Stambouli, 2007. “82,000-year-old shell beads from North Africa and implications for the origins of modern human behavior”. Proceedings National Academy of Science, 104 (24): 9964-9969. https://doi.org/10.1073/pnas.0703877104

Breuil, Henri, 1942. « La conquête de la notion de la très haute antiquité de l’Homme ». Anthropos. Revue Internationale d’Ethnologie et de linguistique, XXXVII/XL : 667-687.

Canguilhem, Georges, 1977 [1955]. La formation du concept de réflexe aux xviie et xviiie siècles. Paris : J. Vrin.

Canguilhem, Georges, 1981 [1977]. Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie. Nouvelles études d’histoire et de philosophie des sciences. Paris : J. Vrin.

Canguilhem, Georges, 1983 [1968]. Études d’histoire et de philosophie des sciences. Paris : J. Vrin.

Cartailhac, Émile, 1878. L’âge de pierre dans les souvenirs et superstitions populaires. Paris : C. Reinwald.

Cartailhac, Émile, 1889. La France Préhistorique d’après les sépultures et les monuments. Paris : Félix Alcan.

Cohen, Claudine et Jean-Jacques Hublin, 1989. Boucher de Perthes, 1788-1868. Les origines romantiques de la Préhistoire. Paris : Belin.

Coye, Noël, 1997. La préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950). Paris : L’Harmattan.

Coye, Noël (éd.), 2006. Sur les chemins de la préhistoire. L’abbé Breuil du Périgord à l’Afrique du Sud. Paris : Somogy.

Daniel, Glyn, 1950. A hundred years of archaeology. London: Duckworth.

Daniel, Glyn, 1975. A hundred and fifty years of Archaeology (Second Edition). London: Duckworth.

Daniel, Glyn, 1981. A Short History of Archaeology. London: Thames & Hudson.

Daux, Georges, 1958. Les étapes de l’archéologie. Paris : Presses Universitaires de France.

Déchelette, Joseph, 1908. Manuel d’archéologie préhistorique celtique et gallo-romaine (Tome I). Paris : Alphonse Picard et fils.

D’Errico, Francesco, 2007. “The origin of humanity and modern cultures: archaeology’s view”. Diogenes, 54 (2): 122-133.


D’Errico, Francesco, Christopher Henshilwood, Graeme Lawson, Marian Vanhaeren, Anne-Marie Tillier, Marie Soressi, Frédérique Bresson, Bruno Maureille, April Nowell, Joseba Lakarra, Lucinda Backwell & Michèle Julien, 2003. “Archaeological evidence for the emergence of language, symbolism, and music. An alternative multidisciplinary perspective”. Journal of World Prehistory, 17: 1-70.

D’Errico, Francesco, Renata García Moreno & Riaan F. Rifkin, 2012. “Technological, elemental and colorimetric analysis of an engraved ochre fragment from the Middle Stone Age levels of Klasies River Cave 1, South Africa”. Journal of Archaeological Science, 39: 942-952.

Díaz-Andreu, Margarita, 2008. A world history of nineteenth-century archaeology. Nationalism, colonialism and the past. Oxford: Oxford University Press.

Fagan, Brian, 2018. A little history of archaeology. New York: Yale University Press.

Foucault, Michel, 1969. L’archéologie du savoir. Paris : Gallimard.

Foucault, Michel, 2001a. « Foucault ». In M. Foucault, Dits et écrits II, 1976-1988. Paris : Gallimard, p. 1450-1455.

Foucault, Michel, 2001b. « Vérité, pouvoir et soi ». In M. Foucault, Dits et écrits II, 1976-1988. Paris : Gallimard, p. 1596-1602.

Habgood, Phillip J. & Nathalie R. Franklin, 2008. “The revolution that didn’t arrive: A Review of Pleistocene Sahul”. Journal of Human Evolution, 55: 187-222.

Henshilwood, Christopher S., Francesco D’Errico, Royden Yates, Zenobia Jacobs, Chantal Tribolo, Geoff A.T. Duller, Norbert Mercier, Judith C. Sealy, Helene Valladas, Ian Watts & Ann G. Wintle, 2002. “Emergence of modern human behaviour: middle stone age engravings from South Africa”. Science, 295: 1278-1280.

Henshilwood, Christopher S., Francesco D’Errico & Ian Watts, 2009. Engraved ochres from the Middle Stone Age levels at Blombos Cave, South Africa. Journal of Human Evolution, 57: 27-47.

Henshilwood, C. S., F. D’Errico, K. L. Van Niekerk, Y. Coquinot, Z. Jacobs, S.-E. Lauritzen, M. Menu & R. García-Moreno, 2011. “A 100,000- year-old ochre-processing workshop at Blombos Cave, South Africa”. Science, 334: 219-222.

Hurel, Arnaud, 2006. La France préhistorienne de 1789 à 1941. Paris : CNRS Éditions.

Hurel, Arnaud & Noël Coye (eds), 2011. Dans l’épaisseur du temps : archéologues et géologues inventent la préhistoire. Paris : Muséum National d’Histoire naturelle.

Kaeser, Marc-Antoine, 2004. L’univers du préhistorien. Science, foi et politique dans l’œuvre et la vie d’Édouard Desor (1811-1882). Paris : L’Harmattan.

Kaeser, Marc-Antoine, 2008. “Biography as Microhistory. The Relevance of Private Archives for Writing the History of Archaeology”. In N. Schlanger & J. Nordbladh (eds.), Archives, Ancestors, Practices. Archaeology in the Light of its History. New York: Berghahn Books, p. 9-20.

Kuhn, Thomas S. 1970 (1962). The structure of scientific revolutions. Chicago: University of Chicago Press.

Hamy, Ernest-Théodore, 1870. Précis de paléontologie humaine. Paris : J.-B. Baillère et fils.

Laming-Emperaire, Annette (éd.), 1952. La découverte du passé. Progrès récents et techniques nouvelles en préhistoire et en archéologie. Paris : Picard.

Laming-Emperaire, Annette, 1964. Origines de l’archéologie préhistorique en France. Des superstitions Médiévales à la découverte de l’Homme Fossile. Paris : Picard.

Leroi-Gourhan, André, 1971 (1964). Préhistoire de l’Art Occidental. Paris : Mazenod

Mannheim, Karl, 2006. Idéologie et utopie. Paris : Édition de la Maison des Sciences de l’Homme.

McBrearty, Sally & Alison S. Brooks, 2000. “The revolution that wasn’t: a new interpretation of the origin of modern human behavior”. Journal of Human Evolution, 39: 453-563.


Mellars, Paul, 2005. “The impossible coincidence. A single-species model for the origins of modern human behaviour in Europe”. Evolutionary Anthropology, 14: 12-27.

Mellars, Paul, Katie Boyle, Ofer Bar-Yosef & Chris Stringer, 2007. Rethinking the human revolution. New behavioural and biological perspectives on the origin and dispersal of moder humans. Cambridge: Cambridge University Press.

Moro Abadía, Oscar, 2009. “Thinking about ‘presentism’ from a historian’s perspective: Herbert Butterfield and Hélène Metzger”. History of Science, xlvii: 55-77.

Moro Abadía, Oscar, 2008. “Beyond the Whig Interpretation of History: lessons on ‘presentism’ from Hélène Metzger”. Studies in History and Philosophy of Science Part A, 39 (2): 194-201.

Mortillet, Gabriel de, 1883. Le préhistorique. Antiquité de l’homme. Paris : C. Reinwald.

Murray, Tim, 2002. “Epilogue: why the history of archaeology matters”. Antiquity, 76 (291): 234-238.

Piggott, Stuart, 1989. Ancient Britons and the Antiquarian Imagination. Ideas from the Renaissance to the Regency. London: Thames & Hudson.

Porr, Martin, 2010. “Identifying behavioural modernity: Lessons from Sahul”. Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, 30: 28-34.

Porr, Martin, 2011. “One step forward, two steps back: The issue of behavioral modernity, again”. Current Anthropology, 52 (4): 581-582.

Reinach, Salomon, 1897. Esquisse d’une Histoire de l’Archéologie Gauloise. Chartres : Imprimerie Durand.

Richard, Nathalie, 1991. La préhistoire en France dans la seconde moitié du dix- neuvième siècle (1859- 1904). Thèse de doctorat. Paris I.

Richard, Nathalie, 2008. Inventer la préhistoire. Débuts de l’archéologie préhistorique. Paris : Vuibert.

Roger, Jacques, 1995. Pour une histoire des sciences à part entière. Paris : Albin Michel.

Schlanger, Nathan, 2002. “Ancestral Archives: Explorations in the History of Archaeology”. Antiquity, 76 (291): 127-131.

Schnapp, Alain, 1993. La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie. Paris : Éditions Carré.

Stoczkowski, Wiktor, 1994. Anthropologie naïve, Anthropologie savante. De l’origine de l’homme, de l’imagination et des idées reçues. Paris : CNRS Éditions.

Trigger, Bruce G. 1989. A history of archaeological thought. Cambridge: Cambridge University Press.

Vašiček, Zdeněk, 1994. L’archéologie, l’histoire, le passé. Chapitres sur la présentation, l’épistémologie et l’ontologie du temps perdu. Sceaux : Kronos Éditions.

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search