Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 9

« Were those mysterious mounds really for the birds? »
Une réévaluation des tumuli de l’Île des Pins (Nouvelle-Calédonie)

Louis Lagarde

Texte intégral

Au Pr Jack Golson et à Daniel Frimigacci, les premiers archéologues à avoir essayé de percer les mystères de l’Île des Pins

Introduction

1L’Île des Pins (150 km2) se trouve à 45 km de la pointe sud de la Grande Terre de Nouvelle-Calédonie. On peut aisément y observer plusieurs centaines d’amas de terre et de roches de grandes dimensions, disséminés notamment sur le plateau ferralitique qui constitue la partie centrale de l’île. Leur nombre, le qualificatif de « tumulus » qui leur a été associé, leur facilité d’accès sont autant de facteurs qui ont fait croître leur popularité au cours du siècle dernier. Ils ont notamment constitué un des centres d’intérêt principaux des amateurs d’archéologie, des spécialistes locaux et internationaux, plus particulièrement dans la seconde moitié du xxe siècle. Pourtant, malgré un nombre important d’articles et de publications à leur sujet, leur fonction est aujourd’hui encore mystérieuse. Pour réévaluer aujourd’hui précisément la problématique des tumuli de l’Île des Pins, il est donc important de dresser un bilan des différentes théories interprétatives proposées durant les dernières décennies. Ensuite, il est nécessaire de confronter ces modèles à un questionnement critique, de manière à tester leur plausibilité. Enfin, une importante mission archéologique a été menée sur l’Île des Pins entre 2006 et 2010, générant un ensemble de nouvelles données concernant ces structures. Ces nouveaux résultats sont présentés ici en lien avec le travail pionnier de Daniel Frimigacci sur le sujet et datant des années 1980, une interprétation des tumuli que nous pensons valide.

L’Île des Pins et la recherche sur les tumuli

2Le Docteur Théophile Mialaret était un médecin de marine partisan de la colonisation libre en Nouvelle-Calédonie, à une époque où l’administration pénitentiaire utilisait encore l’Île des Pins comme zone de relégation. Il publia en 1897 un ouvrage consacré aux possibilités de colonisation libre et de développement économique de l’île, où il décrivait à la fois les curiosités naturelles et les coutumes locales (Mialaret 1897). Il est ainsi probablement le premier à avoir mentionné ces larges structures. Vingt ans plus tard, le géographe et botaniste Robert H. Compton relate la fouille partielle d’un tumulus dans lequel rien n’a été découvert : alors qu’il admet que ces structures ne ressemblent pas tout à fait aux tumuli funéraires d’Angleterre, il signale que « les autochtones sont certains qu’ils ne sont de la main de l’homme, même s’ils ne proposent pas d’explication alternative » (Compton 1917 : 103). À notre connaissance, ceci est le commentaire le plus ancien questionnant la nature anthropique de ces structures.

3Les tumuli de l’Île des Pins ont également, dans le cours du xxe siècle, été considérés comme les possibles vestiges mégalithiques d’une culture très ancienne, précéramique. Cette hypothèse avait une connotation raciale, puisqu’au dire de certains de ses partisans, « ces structures ne semblent pas liées à la civilisation indigène actuelle ». La culture responsable de l’édification de ces structures était perçue comme visiblement « plus raffinée que celle des indigènes actuels, […] probablement à peau blanche, et provenant du Nord-Est eurasiatique » (Avias 1949 : 47-49). Le géologue Jacques Avias, scientifique du tout jeune Institut français d’Océanie fondé à Nouméa par Maurice Leenhardt en 1947 avait, dès 1949, inventorié deux cents tumuli sur l’Île des Pins. Ayant abondamment prospecté sur les massifs miniers et amateur d’archéologie, il publia ensuite une série d’articles proposant de relier entre eux les pétroglyphes néo-calédoniens, les tumuli de l’Île des Pins, les cairns ferralitiques de la Grande Terre et les pics à gorges bi-pointes. Ces derniers ressemblant à des objets identifiés par André Leroi-Gourhan dans le nord du Japon (Leroi-Gourhan 1946 : 241-245), il proposa une migration ancienne, « pro-aïnoue », comme à l’origine de certaines réalisations de la préhistoire néo-calédonienne. Ces articles d’Avias, écrits en toute bonne foi mais basés uniquement sur des analogies, ont largement contribué à une vision faussée de la préhistoire locale jusqu’aux années 1970-1980. Le point de vue d’Avias (fig. 1), s’il semble aujourd’hui inepte, est à replacer dans le contexte colonial de la fin des années 1940, une époque où même Leenhardt, pionnier de l’ethnologie et défenseur du peuple kanak, reconnaissait la nécessité d’étudier la Nouvelle-Calédonie car ses habitants constituaient « les seuls parents connus de l’Homme de Néanderthal » (Leenhardt 1945 : 16).

Figure 1 : Tableau général de la préhistoire néo-calédonienne, par Avias (1949 : 45).

Figure 1 : Tableau général de la préhistoire néo-calédonienne, par Avias (1949 : 45).

L’Île des Pins est déjà un élément important de l’hypothèse proposée par l’auteur.

Source : Société des Océanistes

4À partir des années 1940, les tumuli de l’Île des Pins furent progressivement perçus par une nouvelle part de la communauté scientifique (notamment les chercheurs anglo-saxons), comme des vestiges anthropiques locaux, issus d’une tradition endogène. Il fallait donc, pour le démontrer, en faire l’inventaire, procéder à des fouilles et prélèvements. C’est ainsi que les premières analyses sur des tumuli déjà éventrés furent menées par Luc Chevalier, alors conservateur du musée territorial, et Jack Golson, de l’Australian National University. Ces travaux ont généré les deux premières publications scientifiques centrées sur ces structures (Chevalier 1959-1962 et Golson 1959-1962). Golson, accompagné de Les Groube, Wal Ambrose, et Colin Smart, mesurèrent et positionnèrent plus de cent vingt tumuli durant la campagne de fouille 1959-1960 sur l’Île des Pins (Golson 1959-1962 : 12), séparant ainsi deux populations de tumuli, l’une à forme conique et l’autre « saucer-shaped », soit en forme de soucoupe (Golson 1996 : 310).

5Bernard Brou, ingénieur et amateur passionné d’archéologie, membre fondateur de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, reprit à son compte les propositions pourtant déjà datées d’Avias. Il y a à cette conservation d’un discours daté plusieurs raisons, notamment :

  • le fait qu’Avias ait simplement modernisé une théorie déjà populaire de remplacement de populations publiée dans les articles d’un Calédonien, Marius Archambault, correspondant de la Société d’anthropologie de Paris en Nouvelle-Calédonie au début du xxe siècle ;
  • une difficulté d’accès, dans la Nouvelle-Calédonie des années 1960-1970, aux revues spécialisées ;
  • l’opportunité d’une telle démonstration de remplacement de populations, qui constituait un moyen de levier important à l’heure où les intellectuels kanak entraient sur la scène politique.

6Ainsi, en dépit d’avancées déjà importantes quant à la compréhension du peuplement du Pacifique, les points de vue racialistes et déjà obsolètes d’Avias furent abondamment partagés avec le grand public en Nouvelle-Calédonie, grâce à la publication du livre de Brou Préhistoire et société traditionnelle de la Nouvelle-Calédonie (1977), ouvrage à la fois de vulgarisation et d’endoctrinement politique. S’il était partisan d’une culture blanche ancienne, remplacée plus tard par le peuple kanak, Brou est toutefois resté prudent quant aux tumuli. Ainsi, il présente toutes les hypothèses proposées jusque-là pour n’en favoriser qu’une : celle d’une origine naturelle et géologique de ces structures : l’hypothèse originelle de Compton venait alors de trouver un appui auprès du géologue Henri Gonord, travaillant dans les années 1960 sur les milieux ultramafiques calédoniens.

7En plus de la fouille du site Lapita de Saint-Maurice/Vatcha (KVO003), l’archéologue Daniel Frimigacci concentra son activité de recherche à l’Île des Pins sur les tumuli, en inventoriant de nombreux autres, durant les années 1970. Si les tumuli du plateau ferralitique étaient bien connus, il en existe également dans la plaine forestière à sol calcaire, qui constitue la plus vaste partie de l’île. Grâce à son travail d’inventaire, trois cent sept tumuli ont ainsi été cartographiés pour la première fois (fig. 2).

Figure 2 : Carte du positionnement des tumuli aujourd’hui inventoriés à l’Île des Pins (d’après Frimigacci 1986).

Figure 2 : Carte du positionnement des tumuli aujourd’hui inventoriés à l’Île des Pins (d’après Frimigacci 1986).

En rouge, les tumuli déjà connus. En bleu, les résultats de nos inventaires (2006-2010).

Louis Lagarde et David Baret, IANCP. Fonds : georep.nc.

8À son crédit doit également être portée la première étude précise des tumuli de corail (ceux de la plaine forestière), la problématique des tumuli dépassant pour la première fois le périmètre du plateau ferralitique central (Frimigacci 1986 : 27). Il fut aidé dans sa recherche par la découverte fortuite, par des habitants du village de Vao, d’ossements humains dans le tumulus de Tüu (KVO005), près de la baie de Saint-Joseph. En effet, les habitants de l’Île des Pins éventrent parfois, et encore aujourd’hui, des tumuli de calcaire pour utiliser celui-ci, et réparer ainsi des sentiers ou agrémenter les vérandas des maisons. Ce tumulus, ayant servi de carrière, fut donc fouillé dans sa partie encore conservée (environ 1/8) par Frimigacci (Frimigacci 1986 : 30). Une stratigraphie assez complexe fut mise en évidence, ainsi que deux inhumations et de nombreux restes humains épars. Les deux individus mis au jour étaient en connexion anatomique et en décubitus dorsal, alors que des os brisés et perturbés avaient été identifiés dans les niveaux supérieurs du tumulus, signes probables de réaménagements/perturbations postérieures (Frimigacci 1986 : 31). Les prélèvements effectués sur les os donnèrent lieu à des datations 14C, avec des résultats plutôt anciens : 1440±35 BP (UW766, Seattle) et 1845±65 BP (UW765, Seattle), un fragment de charbon prélevé en stratigraphie à 40 cm de profondeur donnant également un résultat en accord avec les précédents (1930±70 BP (UW655, Seattle)). Cette découverte cruciale aurait dû permettre à une hypothèse d’édification anthropique des tumuli d’être considérée.

9Pourtant, ce ne fut pas le cas, d’autres découvertes venant perturber le débat dans les années 1970 et 1980. Les ossements d’un grand oiseau subfossile, le Sylviornis neocaledoniae (fig. 3), furent mis au jour en 1974 à Urê (sud de l’Île des Pins) par le père Marie-Joseph Dubois, dans le cadre d’une mission ethnographique du CNRS (Dubois 1982). Il avait tenu à visiter un site à tradition orale, renfermant soi-disant les ossements des enfants du dieu Kukwiede. Il s’agissait en réalité d’un piège naturel dans lequel s’étaient pris plusieurs oiseaux : leurs ossements étaient clairement visibles en 1974, pris dans une concrétion calcaire, et les habitants de l’Île des Pins y avaient naturellement, en guise d’explication, associé le mythe de leur dieu (Dubois 1976). Ce site est aujourd’hui inventorié en tant que KKA017.

Figure 3

Figure 3

Le Sylviornis neocaledoniae (d’après Balouet 1993).

Jean-Christophe Balouet et Société géologique de France.

  • 1 Étonnamment, la découverte d’oiseaux subfossiles avait été prédite par Paul Griscelli, grâce à l’a (...)
  • 2 Par exemple, il a été proposé que certains tumuli du nord-est de l’Australie aient été édifiés par (...)

10Cette importante découverte1 concernant l’avifaune ancienne de la Nouvelle-Calédonie allait tout d’abord mener à une connaissance accrue de l’impact humain sur les milieux insulaires au moment du premier peuplement des archipels d’Océanie : on sait aujourd’hui que la mégafaune néo-calédonienne a disparu quelques siècles après l’arrivée des premières pirogues austronésiennes, il y a environ trois millénaires. Ensuite, cette découverte importante allait fournir une explication convenable à l’existence des tumuli. Roger C. Green, dans l’un de ses nombreux articles inspirants, suggéra ainsi une hypothèse qui eut l’avantage de séduire à l’époque l’ensemble de la communauté scientifique : « Those mysterious mounds were for the birds » (Green 1988). Ainsi, grâce à Green, les tumuli ferralitiques n’étaient plus ni des anomalies géologiques d’origine incertaine, ni des structures anthropiques sans contenu archéologique : de grands oiseaux mégapodes étaient en réalité responsables de leur édification. Comme preuve de cette hypothèse, Green utilisa des comparaisons avec d’autres mégapodes d’Océanie capables de construire de grands nids de terre et de branches2. La théorie de la nidification des oiseaux lui permit également d’expliquer les résultats des datations effectuées sur un élément central de certains tumuli ferralitiques : une colonne de « chaux » centrale. Les datations réalisées sur cet élément avaient donné des résultats anciens quoique déroutants, compris entre 4120±90 BP et 7710±70 BP (Rafter et al. 1972 : pl. 9). De plus, une datation très ancienne (12900±450BP, Gif 298) avait été obtenue sur une coquille de Placostylus (gastéropode terrestre) provenant de la colonne de chaux d’un tumulus éventré (Dubois 1976 : 237). Incompatibles avec la présence humaine sur l’archipel, ces dates anciennes firent proposer à Green une hypothèse d’édification par les oiseaux. Il signala, pour expliquer la présence d’ossements humains dans le tumulus de Tüu, et comme Dubois avant lui, que certaines de ces structures avaient pu éventuellement être réutilisées par les habitants de l’Île des Pins, plusieurs millénaires plus tard, et notamment pour des pratiques funéraires.

11Depuis cette date, et même si la problématique des tumuli de l’Île des Pins a pu être rediscutée (Sand 1995, Golson 1996), aucune recherche archéologique nouvelle ne fut menée sur le plateau de l’Île des Pins avant 2006, comme si la proposition à la fois simple, pratique et opportune de Green avait fait consensus entre spécialistes de paléofaune et archéologues. Aujourd’hui, trente ans après l’article de Green, des travaux récents nous permettent de réévaluer chacune des hypothèses précédentes, et de tester leur plausibilité.

Les différents modèles proposés

Une population précéramique ?

  • 3 Le public étudiant, de toutes origines/ethnies, à l’Université de la Nouvelle-Calédonie, avoue sys (...)

12L’hypothèse d’un peuplement ancien de l’Île des Pins (et du reste de l’archipel néo-calédonien) par une culture de type paléolithique, ignorant la céramique, a été autrefois populaire (Shutler et Shutler 1975), notamment dans les écrits de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, entre la fin des années 1960 et les années 1980 (Brou 1970, et plus particulièrement Brou 1977 : 55-85). Les pétroglyphes, les alignements de pierres de la Grande Terre et les tumuli de l’Île des Pins donnaient ainsi de la substance à la théorie d’une culture primordiale, mégalithique et potentiellement à l’origine de la poterie Lapita (Brou 1977 : 97-98). Cette société originelle, remplacée plusieurs millénaires plus tard par les Kanak, serait arrivée à pied, grâce à d’hypothétiques « ponts terrestres », et devait également être « à peau claire », étant donnée la « qualité » des vestiges qu’elle avait légués. Ainsi, les tumuli de l’Île des Pins se trouvaient instrumentalisés (ce jusqu’à récemment, voir Exbroyat 2009) pour justifier la théorie d’un peuplement paléolithique favorisant la communauté calédonienne de souche européenne, alors aux prises avec les revendications foncières kanak des années 1980 (voir Monnin et Sand 2004 : 38). En effet, ces arguments « scientifiques », hérités des articles d’Avias publiés dans les années 1940, eux-mêmes reprenant la vision d’Archambault du début du xxe siècle, permettaient aux Caldoches de nier la légitimité de primo-occupation de l’archipel aux Kanak. Cette démarche politique de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie eut pour point culminant la rédaction d’un manuel d’histoire comparée entre la France métropolitaine et la Nouvelle-Calédonie en 1992. À destination des scolaires et des enseignants, ce manuel était censé s’inscrire dans la volonté des accords de Matignon d’intégrer l’histoire locale dans les programmes de l’école néo-calédonienne. La rapidité de publication de ce manuel ainsi que sa grande diffusion grâce aux réseaux d’abonnements de la Société, expliquent sa popularité, ainsi que celle de la théorie de remplacements de populations parmi l’ensemble des composantes de la société néo-calédonienne contemporaine3.

13Pourtant, aujourd’hui, soixante ans après les premières fouilles archéologiques professionnelles sur l’Île des Pins, l’hypothèse d’un peuplement ancien qui serait antérieur au Lapita de plusieurs milliers d’années doit être abandonnée. Toutes les interventions de fouille ou d’inventaire archéologique menées depuis cette date n’ont permis que la mise en évidence de vestiges en lien avec les traditions culturelles déjà connues pour l’archipel néo-calédonien, dans le cadre d’une trajectoire historique remontant tout au plus à trois millénaires. La céramique a de toute évidence été introduite par les navigateurs austronésiens associés au complexe culturel Lapita (CCL) (Sand 1995 : 66), eux-mêmes premiers découvreurs de l’archipel. Depuis la création d’un Département archéologie local en 1991, puis l’essor d’une archéologie préventive de grande ampleur avec la création de l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP), tous les essais de découverte de niveaux archéologiques antérieurs au Lapita, tant sur la Grande Terre qu’aux îles Loyauté, ont été des échecs. Sur l’Île des Pins, la situation est identique, aucune trace d’un peuplement précéramique n’ayant été identifiée au terme de nos quatre années de recherches.

Des anomalies géologiques ?

14Pour Compton (1917), Gonord et Brou (1977), les tumuli pourraient n’être que de simples anomalies géologiques, caractéristiques des milieux ferralitiques, latéritiques et ultramafiques. Toutefois, la rotondité de ces potentielles anomalies est le premier argument contre l’éventualité d’une origine géologique, un fait régulièrement mis en avant dans le cas des tumuli créés par les oiseaux mégapodes en Australie (Schmidt 2018 : 614). En outre, l’hypothèse géologique amène immédiatement, dans le cas de la Nouvelle-Calédonie, la question suivante : pourquoi n’existe-t-il pas de tumuli en grand nombre dans les vastes environnements géologiques pourtant identiques du sud de la Grande Terre ? Le plateau ferralitique de l’Île des Pins est en tout point similaire aux zones à substrat ultramafique de la Grande Terre, qui compose un tiers de la superficie de celle-ci (L’huillier et al. 2010). Il est illogique que sur l’ensemble de ces 5 000 km2, les tumuli « naturels » ne soient pas plus fréquents.

15Plus spécialement, cette hypothèse rencontre un second problème : il existe deux environnements géologiques très différents sur l’Île des Pins : le plateau ferralitique, daté de l’Éocène (environ 37 millions d’années) et la plaine corallienne surélevée, datée quant à elle du quaternaire (Pléistocène). Cet environnement calcaire de corail surélevé est commun dans le Pacifique et se rencontre par exemple aux îles Loyauté voisines. Dans ces deux types d’environnements dont la formation géologique n’est ni contemporaine ni similaire, des tumuli sont pourtant observables : ceux de la plaine calcaire, dénommés « tumuli de bord de mer » et les « tumuli de plateau », mieux connus. Il semble particulièrement peu probable que dans ces deux types d’environnements aux caractéristiques géologiques et chimiques distinctes, des anomalies similaires résultent d’une formation géologique naturelle.

16Pour défendre l’hypothèse des anomalies géologiques, Brou s’était attelé à la démonstration suivante :

« On s’interroge sur la présence de 400 tumulus dans une île qui n’a jamais pu nourrir plus de 1000 ou 2000 individus fournissant 300 à 400 travailleurs au maximum durant 1/3 à 1/2 année par an. Or le volume des terres et pierrailles s’élève lui à 40 ou 50 000 m3. Il faudrait donc une motivation fantastique pour réaliser des travaux d’aussi longue haleine : ce n’est pas impossible, mais incroyable» (Brou 1977 : 102).

17Cette série de calculs a le mérite de poser deux questions importantes : la première est celle du volume total de matériaux (pierres et gravillons ferralitiques) que représentent les tumuli de l’île. Pour réévaluer le travail de Brou, il nous faut calculer le volume d’un tumulus, en utilisant la formule du calcul d’un dôme de sphère (une sphère coupée par un plan horizontal compris entre son équateur et son pôle). Pour cela, il est nécessaire d’obtenir deux mesures :

  • le rayon du cercle correspondant au plan (ici le rayon du tumulus au sol), noté r,
  • la hauteur entre le plan et le sommet de la sphère, donc la hauteur du tumulus, notée h.

18La formule de calcul du volume (noté V) du dôme est alors V = (h/6) x (3r2+h2).

19Sachant que les tumuli sont plus aplatis, du fait de leur érosion progressive, qu’un dôme de sphère, l’estimation réalisée grâce à ce calcul est assez haute. Les hauteurs des tumuli variant entre 1,8 et 4 m, pour des diamètres compris entre 15 et 25 m, cela donne une fourchette de volume comprise entre 150 et 1 000 m3 par tumulus. Si l’on estime une taille moyenne des tumuli à 500 m3, les trois cent sept déjà inventoriés représentent donc un volume moyen d’environ 150 000 m3, trois à quatre fois l’estimation de Brou. Peu de zones de la forêt corallienne ont été à ce jour inventoriées, en particulier sur la côte nord-est de l’Île des Pins où la plaine calcaire est la plus large, ce qui signifie qu’il reste probablement encore un minimum de 150 tumuli à découvrir. Ceci nous amène à une évaluation du volume total de ces structures à au moins 225 000 m3, soit cinq fois l’estimation de Brou.

20La seconde question posée par Brou est celle du temps d’édification et du travail potentiel que représenterait cette activité si elle était anthropique. Elle amène donc à poser indirectement la question de la taille de la population vivant à l’Île des Pins à date ancienne. Il est généralement accepté que l’installation dans un environnement vierge induise une rapide expansion démographique. Christophe Sand (1995 : 112) a livré dans son travail de doctorat une estimation précautionneuse et raisonnable de la population de l’archipel néo-calédonien à la fin du premier millénaire avant J.-C., la basant sur un accroissement naturel de 0,9 % pendant les trois cents premières années et 0,7 % les sept cents suivantes. Ce calcul donne un chiffre approximatif de 55 000 personnes pour la totalité de l’archipel au début de notre ère.

21Cette estimation représente 35 % de plus que celle réalisée par l’amiral Fébvrier-Despointes en 1854 (40 000 personnes pour tout l’archipel), un moment où la population de l’Île des Pins était environ de 2 500 personnes (1840). Si l’on estime que rapport de population entre l’Île des Pins et la Grande Terre peut avoir toujours été similaire, cela nous donne une population d’environ 3 500 personnes au début de notre ère, une estimation supérieure là aussi à celle de Brou. Les recherches récentes (voir plus bas) démontrent une activité anthropique sur les tumuli pendant une période d’au moins cinq siècles, ce qui, rapporté au volume des tumuli, représente le déplacement de 450 m3/an. Avec 1 000 hommes disponibles, cela représente 0,45 m3/homme/an. On voit clairement que même si on doublait le nombre de tumuli ou leur taille, l’argument de Brou quant à une « motivation fantastique » et à un « travail colossal » est tout à fait irrecevable.

Des oiseaux ?

22Il a été proposé que ces structures aient pu être édifiées par une espèce de mégapode subfossile. Le rôle du Sylvironis neocaledoniae, un oiseau éteint de grande taille, a été suggéré (Green 1988 : 153-158 et Jones 1989 : 147-148). Cependant, cet oiseau représente le seul taxon de sa famille, les Sylviornithidae et savoir si cette famille d’oiseaux était à même d’incuber ses œufs dans des nids de terre est impossible. D’ailleurs, cette espèce est en réalité assez éloignée des mégapodes, et plus proches des ratites/galliformes, un fait déjà noté par Golson et récemment confirmé (Worthy et al. 2016), ce qui éloigne d’autant plus la possibilité qu’elle ait été responsable de l’édification des tumuli. En conservant l’hypothèse de Green, un second taxon fut proposé, celui d’un véritable mégapode, assez petit, et appelé Megapodius molistructor (Balouet et Olson 1989 : 9-11), découvert en même temps que le Sylvironis neocaledoniae sur le site KKA017 d’Urê. La nomenclature binominale choisie par ses inventeurs (molistructor signifiant « constructeur de tas ») a contribué à biaiser le débat en faveur de cette hypothèse. Certaines espèces proches de celle-ci fabriquent effectivement des nids de terre et de branches, et y déposent leurs œufs, de manière à ce que l’incubation se fasse grâce à la hausse de température dans le tumulus, qui résulte de la décomposition de la matière organique et de la prolifération de champignons thermogènes (Jones 1989 : 148 et Golson 1996 : 311). Cependant, les oiseaux de cette famille construisent leurs nids dans des environnements de cendre volcanique ou des plages ensoleillées, des environnements bien différents de ceux du plateau de l’Île des Pins ou de la forêt sempervirente dense sur sol calcaire, diminuant ainsi la probabilité de l’hypothèse. Plus concrètement, un argument souvent ignoré peut être avancé contre l’hypothèse d’une édification par les oiseaux : une niche écologique importante pour ces oiseaux fossiles est l’ensemble des grottes de Pindaï, dans le Nord-Ouest de la Grande Terre. C’est là que le plus vaste ensemble de restes osseux concernant la faune aviaire ancienne de la Nouvelle-Calédonie a été mis au jour (Anderson et al. 2010). Pourtant, là où se situent les grottes, on ne trouve aucun tumulus. De manière générale, sur la Grande Terre, les tumuli sont d’ailleurs très rares : Maurice Piroutet (1917 : 65) en mentionne trois dans la région de Koumac, un à la pointe Maa, près de Païta (sud-ouest de la Grande Terre). Deux autres étaient connus dans la région de Païta (ils ont aujourd’hui disparu) et il en subsiste deux près de l’actuel village de Boulouparis (Sud-Ouest de la Grande Terre également). Les ethnographes n’ayant pas fait escale à l’Île des Pins ne les mentionnent d’ailleurs quasiment jamais (Sarasin 1929 : 37). À l’Île des Pins, on en compte comme nous l’avons vu, plusieurs centaines. Si ces structures étaient véritablement des nids d’oiseaux, il est invraisemblable que ces oiseaux, incapables de voler, aient niché à l’Île des Pins et soient morts sur la Grande Terre.

Recherches récentes et résultats d’inventaire

23Avant notre programme de recherche de quatre années à l’Île des Pins, une quantité importante de données existait donc sur les tumuli. Ce nouveau programme de recherche, dans le cadre d’un doctorat, visait à obtenir une meilleure compréhension de la préhistoire de cet ensemble insulaire, sur les trois millénaires de présence humaine, du peuplement Lapita au début du xxe siècle. Ainsi, les points importants et déjà développés comme le Lapita ou les tumuli ne semblaient que des questionnements annexes de notre problématique centrale. En effet, tant de zones d’ombre subsistaient, comme par exemple les relations entre l’île et le reste de l’archipel calédonien sur le temps long, la vitesse de colonisation de l’espace insulaire, le développement des pratiques horticoles et les transformations de la culture matérielle. Pourtant, au cours de nos prospections, nous avons accumulé un ensemble de nouvelles données, tant sur les tumuli de plateau que sur ceux de la plaine corallienne. De plus, un grand incendie en septembre 2010 a entraîné une destruction de la forêt de pins et des fougères couvrant le sol, sur 2 500 ha du plateau ferralitique. La possibilité ainsi obtenue de voir le sol et les éventuels aménagements associés aux tumuli a permis, pour la première fois, de considérer ce biotope du point de vue de la possibilité des installations humaines et de reconsidérer la nature anthropique de ces structures (Lagarde 2012).

Aspects anthropiques des tumuli de plateau

24Sur les quarante-neuf tumuli de plateau inventoriés entre 2006 et 2010, vingt-deux l’ont été après l’incendie de 2010 (fig. 2). Si leur nature anthropique est toujours sujette à débat, des modifications humaines ou des caractéristiques générales menant à leur association à l’être humain peuvent être soulignées :

  • sur l’ensemble du plateau, les fragments de céramiques sont extrêmement rares. Pourtant, trois des vingt-deux tumuli inventoriés après l’incendie sont associés à la présence de tessons (13,6 %) ;
  • huit des vingt-deux tumuli montrent également la présence de coquilles marines consommées ou de fragments de calcaire fossile, nécessairement emmenés du littoral ou de la forêt (36,4 %) ;
  • six d’entre eux comportent des aménagements visiblement anthropiques : chemins d’accès empierrés, dépression circulaire au sommet, larges blocs pris à mi-pente (27,3 %) ;
  • six comportent un, deux ou trois gros galets de cuirasse ferralitique à leur sommet (27,3 %) (fig. 4).

Figure 4

Figure 4

À gauche : galet ferralitique au sommet du tumulus KTU029. À droite : trois galets ferralitiques au sommet du tumulus KTU049.

Clichés Louis Lagarde.

25Nous avons également pu observer l’intérieur d’un tumulus de plateau, récemment éventré à la pelle mécanique (KTU033), et dont la stratigraphie témoigne a minima de quatre phases d’édification (fig. 5) : un litage de galets ferralitiques se trouve à la base de la structure. Une couche très homogène de gravillons ferralitiques constitue ensuite le premier mètre de remplissage, avant un second litage de galets, puis un second ensemble de gravillons.

Figure 5

Figure 5

Log du tumulus KTU033, sur le plateau ferralitique, éventré par une pelle mécanique.

Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.

26De plus, le tumulus KTU046 comporte de très larges blocs à mi-pente de la structure (vingt d’entre eux mesurent 1 m environ et pèsent plusieurs centaines de kilogrammes), impossibles à déplacer pour un oiseau. Le relevé précis de la structure montre un double périmètre aménagé de gros blocs de cuirasse latéritique, ainsi qu’une sorte d’enclos trapézoïdal dans sa partie est (fig. 6). Ce tumulus correspond au modèle « en soucoupe » (Golson 1996 : 310) indiquant que l’érosion aura probablement permis aux gravillons ferralitiques de recouvrir progressivement les blocs de pourtour (fig. 7).

Figure 6

Figure 6

Relevé en plan du tumulus KTU046.

Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.

Figure 7

Figure 7

Proposition de reconstitution du processus de construction et d’érosion d’un tumulus en forme de « soucoupe » (KTU046).

Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.

27Enfin, le tumulus KTU049 comporte un chemin d’accès aménagé menant au tumulus et s’arrêtant au tiers de la pente de celui-ci, avec l’aménagement de trois galets à son sommet (fig. 8). Des éléments de tradition orale récente mentionnent la présence de poteaux dits « de torture », plantés au sommet des tumuli (Frimigacci 1986 : 31). Si le terme de torture est probablement excessif et que ces informations sont à prendre avec précaution, au vu de la christianisation ancienne et importante de l’Île des Pins, elles lient tout de même les tumuli avec des rituels plus ou moins complexes.

Figure 8

Figure 8

Relevé en plan du tumulus KTU049.

Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.

Pratiques funéraires

28Les dates obtenues par Frimigacci sur le tumulus de Tüu (KVO005) dans les années 1980 montrent des inhumations dans les premiers siècles de notre ère. L’échantillon d’os humain que nous avons prélevé en 2006 (fig. 9) dans un tumulus de calcaire éventré (KGJ003) de la région de Gadji (au Nord de l’Île des Pins) a donné une date similaire, aux environs des premiers siècles avant notre ère (2208±39 BP cal 2309-2003 BP, 2, Wk 20880).

Figure 9

Figure 9

Os longs et coquillages à fonction funéraires provenant du tumulus KGJ003.

Cliché Louis Lagarde.

  • 4 Le terme xaca désigne le calcaire corallien fossile dans plusieurs langues kanak de Nouvelle-Caléd (...)

29Ces données rendent légitime une interprétation des tumuli comme structures funéraires. Une différence majeure sépare les tumuli du plateau des tumuli de la ceinture corallienne : l’absence de mobilier archéologique caractérise les premiers, alors que chaque tumulus calcaire éventré semble contenir des restes humains (Frimigacci 1986 : 29). En effet, des témoignages oraux récents mentionnent la découverte systématique de restes humains dans les tumuli de calcaire lorsque ceux-ci sont utilisés comme carrières de xaca4 par les locaux (Joseph Douépéré, communication personnelle, octobre 2006). La fonction de ces tumuli de calcaire semble donc au moins rituelle, sinon exclusivement funéraire, au moins pour des inhumations primaires (Valentin et Sand 2008 : 64). L’état général des ossements doit également être mentionné : en dépit de l’environnement calcaire, à pH basique, du sol corallien, qui devrait avoir été favorable aux os, leur état de conservation est mauvais, tant sur KVO005 que sur KGJ003. Ce mauvais état de conservation est probablement dû à la structure des tumuli eux-mêmes : constitués de petits blocs de calcaire, ces derniers permettent la percolation de l’eau de pluie sur les os, ainsi que leur dégradation par oxydation, pousses de mousses et attaques fongiques.

30Si l’on considère que les tumuli de plateau possèdent les mêmes caractéristiques structurelles, non optimales pour la conservation des ossements, auxquelles doit être ajoutée l’acidité extrême du sol (pH = 4,7, voir L’Huillier et al. 2010 : 39), la dissolution rapide des restes humains est tout à fait plausible dans ce contexte ferralitique, une hypothèse déjà proposée (Sand 1995 : 51). Si la disparition totale d’ossements dans un tumulus à vocation funéraire peut sembler extrême, des ossements humains très dégradés ont été découverts au sol d’abris-sous-roche en contexte ferralitique, dans la région Ouinné (Sud-Est de la Grande Terre), en 2008. Ceux-ci étaient clairement associés à des fragments de poterie Néra, caractéristiques du dernier millénaire de notre ère dans le Sud de la Grande Terre. L’état de dégradation des os, déjà très avancé (Lagarde et al. 2008), montre que quelques siècles ont suffi pour causer la quasi-disparition de la matière osseuse par délitement. Ce processus a également été mis en évidence dans d’autres environnements ferralitiques de Nouvelle-Calédonie, plus récemment (Sand et al. 2012 : 41).

Discussion

31Depuis que la question des pétroglyphes néo-calédoniens a été abordée de manière raisonnée et critique (Monnin et Sand 2004), les mystérieux tumuli de l’Île des Pins représentaient une des dernières preuves, pour ses partisans, de la théorie d’une culture précéramique de type mégalithique en Nouvelle-Calédonie. Si l’hypothèse d’une colonisation pré-austronésienne de l’archipel pouvait sembler possible il y a encore vingt-cinq ans (Gorecki 1992), aucune indication nouvelle, tant en termes d’occupation de site que d’impact environnemental ne vient aujourd’hui l’étayer (Sand 2010 : 212).

32De plus, l’hypothèse que les pétroglyphes, les pics à gorges bi-pointes, la poterie Lapita, les alignements de pierres dressées et les tumuli de l’Île des Pins étaient les témoignages d’une culture unique, avancée, remplacée récemment par les Kanak (Exbroyat 2009) est de nos jours obsolète. Par exemple, on sait en effet aujourd’hui que des pétroglyphes ont été réalisés durant la quasi-totalité de la chronologie de l’archipel. Les tumuli de l’Île des Pins suggèrent quelque chose de similaire, à savoir une phase d’édification de plusieurs siècles qui ne semble pas liée à la phase de peuplement de l’archipel. Ils semblent appartenir à une période reculée de la chronologie, dans le cadre d’une tradition localisée, endogène, née plusieurs siècles après le premier peuplement de l’archipel et après la déliquescence du complexe culturel Lapita, où les tumuli sont inconnus. Si la majorité des quelques tumuli de la Grande Terre sont localisés dans le Sud, ceci corrobore l’idée d’une tradition née à l’Île des Pins et exportée dans les régions de l’archipel qui lui sont les plus proches.

33Les traditions funéraires des premiers Austronésiens en Mélanésie sont aujourd’hui mieux connues, notamment depuis la fouille du site de Teouma, sur l’île d’Efaté, au Vanuatu (Bedford et al., 2010 : 140-162). À l’Île des Pins, il n’a pas été possible, lors de notre travail, de mettre en évidence des zones d’inhumations datant des premiers siècles de présence humaine. Ces premiers cimetières, vraisemblablement localisés sur les plaines littorales, ont probablement été largement perturbés par l’intensification, sur trois millénaires, des activités horticoles postérieures, débouchant sur des découvertes fortuites d’ossements, et leur (re-)dépôt en terre, ce qui est encore le cas aujourd’hui. Nous suggérons donc ici que les tumuli de l’Île des Pins sont de nature essentiellement funéraire, et constituent des cimetières. Leur organisation structurelle est complexe car l’accumulation du matériau lithique autour des ossements est à la fois précise et désorganisée :

  • désorganisée, à l’image du positionnement des corps, en particulier dans les niveaux supérieurs (Frimigacci 1986 : 29) et aussi du fait des différences notables dans la taille des tumuli ;
  • précise, parce que la forme générale des tumuli est régulière et que la granulométrie du remplissage est homogène. En effet, il est difficile, dans la forêt corallienne, de mettre en évidence des petits blocs de calcaire au sol, ce qui signifie que ceux-ci étaient soit accumulés en amont de la séquence d’édification, soit issus du concassage de blocs plus larges, démontrant ainsi des préoccupations rituelles et/ou esthétiques.

34L’isolement de l’Île des Pins du reste de l’archipel néo-calédonien a mené ses habitants à rechercher des solutions innovantes, locales, pour répondre aux problématiques liées à l’augmentation de la population de l’île au premier millénaire avant J.-C. Parmi ces solutions se trouvent peut-être des modalités particulières de gestion des morts et des pratiques funéraires. La diminution progressive de la terre horticole a pu inciter les habitants à enterrer leurs morts non plus dans des zones arables, mais à les regrouper dans des cimetières en forme de tumulus, dont une grande partie est précisément implantée sur le plateau ferralitique, là où le sol acide et chargé de métaux est incompatible avec la mise en culture.

35Cette hypothèse présente le double avantage :

  • d’unir les deux groupes de tumuli de l’Île des Pins dans une même fonction, malgré le manque de preuves archéologiques concernant ceux du plateau ;
  • et d’être en phase avec l’interprétation proposée par Frimigacci.

36Les tumuli de plateau et ceux de la ceinture corallienne sont en tous points semblables, leur différence ne venant que de l’environnement immédiat, dans lequel ont été puisés les matériaux nécessaires à leur édification. Typologiquement, ils sont identiques, et linguistiquement, les habitants de l’Île des Pins les désignent sous un même terme : purè. En plus, ils se trouvent en mêmes proportions dans un rapport population/espace, puisque plusieurs centaines d’entre eux existent dans les deux types biotopes principaux de l’Île des Pins. Si l’un des deux types était beaucoup plus rare que l’autre, si le langage pouvait différencier ces structures, si leur structure interne était véritablement différente, la séparation de ces tumuli en deux groupes serait véritablement valide. Au contraire, nous sommes convaincus de l’hypothèse d’une même tradition anthropique quant à leur édification, et dont les différences mineures sont à rechercher dans les particularités de l’environnement immédiat. Cette idée n’est pas la nôtre, puisque Frimigacci fut le premier à mettre en avant les similitudes entre les deux populations de tumuli, et à expliquer la destination de ceux du plateau par le contenu de ceux de la ceinture corallienne. Son intervention archéologique sur les ossements humains dans le tumulus de Tüu constitue ainsi, à notre avis, la découverte majeure sur cette question de ces soixante dernières années.

Conclusion

37Nous espérons avoir montré dans cet article que les tumuli de l’Île des Pins sont réellement archéologiquement bien plus complexes que des structures construites par des oiseaux. Si cette hypothèse peut tout à fait être légitime dans le cas de l’Australie (Stone 1991), où d’ailleurs d’autres possibilités de fabrication animale ont été explorées (abris ou terriers de marsupiaux, voir Schmidt 2018 : 614), la situation est différente pour la Nouvelle-Calédonie et pour l’Île des Pins en particulier. En effet, Stone considère les vestiges archéologiques découverts dans les tumuli du nord-est de l’Australie comme des traces d’anciennes occupations aborigènes, se retrouvant dans les structures finales « au hasard » du travail d’édification des mégapodes. En Nouvelle-Calédonie, on serait au moins dans la situation inverse : celle de structures construites par des oiseaux, peut-être même au Pléistocène, et réemployées par l’être humain il y a deux millénaires. La comparaison systématique des aménagements australiens avec les tumuli calédoniens montre donc clairement ses limites.

38Bien que les tumuli aient constitué les derniers éléments permettant de supporter l’hypothèse d’un peuplement précéramique de l’archipel néo-calédonien, ces structures s’inscrivent en réalité dans les trois derniers millénaires de présence austronésienne sur l’archipel. À notre avis, les tumuli illustrent, au moins en partie, les pratiques funéraires locales, durant cinq à six siècles, entre la fin du premier millénaire avant J.-C. et les premiers siècles de notre ère.

39La présence de quelques tumuli sur la Grande Terre suggère l’éventuelle absorption/adoption de spécificités culturelles de l’Île des Pins voisine. La présence de quelques tumuli de calcaire, récemment identifiée sur l’île de Lifou, aux îles Loyauté, pose d’ailleurs la question d’éventuels contacts entre ces régions à date ancienne. Une solution logistique innovante quant au traitement des morts pourrait-elle avoir été exportée ailleurs, à partir de l’Île des Pins ?

40Toutefois, d’autres tumuli de calcaire sont connus sur l’île de Maré (Sarasin 1929 : 37 et 238). Structurellement différents, ils constituent aujourd’hui des bornes territoriales, ce qui nous rappelle que les analogies morphologiques n’excluent pas des choix ou des fins différentes.

41Un large travail de recherche reste à mener sur les tumuli de l’Île des Pins, avec une méthodologie de fouille adaptée, des comparaisons stratigraphiques et des microanalyses de sédiments. Aussi, nous restons convaincus que ces structures ont bien plus à nous apprendre que ce qu’il est généralement convenu.

Bibliographie

Anderson, Atholl, Christophe Sand, Fiona Petchey & Trevor Worthy 2010. “Faunal Extinction and Human Habitation in New Caledonia: Initial Results and Implications of New Research at the Pindai Caves”. Journal of Pacific Archaeology, 1(1): 89-109.

Avias, Jacques, 1949. « Contribution à la préhistoire de l’Océanie : les tumuli des plateaux de fer en Nouvelle-Calédonie ». Journal de la Société des Océanistes, 5 : 15-50.

Balouet, Jean-Christophe & Storrs Olson, 1989. Fossil birds from late quaternary deposits in New Caledonia, Smithsonian Contributions to Zoology 469. Washington: Smithsonian institution Press.

Bedford, Stuart, Matthew Spriggs, Hallie Buckley, Frédérique Valentin, Ralph Regenvanu & Marcellin Abong, 2010. « Un cimetière de premier peuplement : le site de Teouma, au Sud d’Efaté, Vanuatu ». In C. Sand & S. Bedford (eds), Lapita, ancêtres océaniens, oceanic ancestors. Paris : Somogy-Musée du Quai Branly, p. 140-164.

Brou, Bernard, 1970. Mémento d’histoire de la Nouvelle-Calédonie, Préhistoire et Protohistoire, Antiquité et Moyen-Âge. Nouméa : chez l’auteur.

Brou, Bernard, 1977. Préhistoire et société traditionnelle de la Nouvelle-Calédonie, publication de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie 16. Nouméa : Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie.

Chevalier, Luc, 1959-1962. « Le problème des tumuli en Nouvelle-Calédonie ». Bulletin périodique de la Société d’études mélanésiennes, 14-17 : 24-42.

Compton, Robert, 1917. “New Caledonia and the Isle of Pines”. The Geographical Journal, 49(2): 81-106.

Dubois, Marie-Joseph, 1976. « Trouvaille à l’Île des Pins, Nouvelle-Calédonie ». Journal de la Société des Océanistes, 51-52 : 233- 239.

Dubois, Marie-Joseph, 1982. Kwênyii, l’Île des Pins aux temps anciens, publication de la Société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie 30. Nouméa : Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie.

Exbroyat, Jacqueline, 2009. Le Caillou sauvage. Nantes : Amalthée.

Frimigacci, Daniel, 1986. Notice explicative de la feuille « Île des Pins », Carte géologique à l’échelle 1/50000e. Paris : BRGM, p. 27-37.

Golson, Jack, 1959-1962. “Reports on the Excavations on the Isle of Pines”. Bulletin périodique de la Société d’études mélanésiennes, 14-17: 11-47.

Golson, Jack, 1996. “Roger Green: early and late encounters”. In J. Davidson, G. Irwin, F. Leach, A. Pawley & D. Brown (eds), Oceanic Culture History, Essays in Honour of Roger Green. Auckland: New Zealand Journal of Archaeology special publication, p. 306-321.

Gorecki, Paul, 1992. “A Lapita smoke screen”. In J.-C. Galipaud (éd.), Poterie Lapita et peuplement, Nouméa : ORSTOM, p. 27-47.

Green, Roger, 1988. “Those Mysterious Mounds are for the Birds”. Archaeology in New Zealand, 31: 153-158.

Griscelli, Paul, 1976. « Deux oiseaux fossiles en Nouvelle-Calédonie ». Bulletin de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, 29 : 3-6.

Jones, Darryl, 1989. “Modern megapode research: a post-Frith review”. Corella, 13: 45-154.

Lagarde, Louis, 2012. Peuplement, dynamiques internes et relations externes dans un ensemble géographique cohérent de Mélanésie insulaire : l’exemple de l’Île des Pins en Nouvelle-Calédonie. Thèse de doctorat, Paris : Université Paris I/Panthéon-Sorbonne.

Lagarde, Louis, André Ouetcho & Yves-Béalo Gony, 2008. Inventaire des sites archéologiques du massif de Ouinné. Nouméa : Travaux du Département Archéologie de la Direction des Affaires Culturelles et Coutumières de Nouvelle-Calédonie pour le compte de la Province Sud et de la Société Gladstone.

L’Huillier, Laurent, Tanguy Jaffré & Adrien Wulff, (eds) 2010. Mines et environnement en Nouvelle- Calédonie : les milieux sur substrats ultramafiques et leur restauration. Nouméa : IAC.

Leenhardt, Maurice, 1945. « La Société des Océanistes. Allocution prononcée lors de la reprise des travaux de la Société ». Journal de la Société des Océanistes, 1 : 13-18.

Leroi-Gourhan, André, 1946. Archéologie du Pacifique-Nord. Matériaux pour l’étude des relations entre les peuples riverains d’Asie et d’Amérique. Paris : Institut d’ethnologie.

Mialaret, Théophile, 1897. L’Île des Pins, son passé, son présent, son avenir. Colonisation et ressources agricoles. Paris : J. André.

Piroutet, Maurice, 1917. Étude stratigraphique sur la Nouvelle-Calédonie, thèse de doctorat, Mâcon : Faculté des Sciences de Paris.

Rafter Thomas, H.S. Jansen, Leslie Lockerbie & Michael Trotter, 1972. “New Zealand radiocarbon reference standards”. In T. Rafter et T. Grant-Taylor T (eds), Proceedings of the Eighth International Radiocarbon Dating Conference. Wellington: Royal Society of New Zealand, p. 625-668.

Sand, Christophe, 1995. Le temps d’avant, la préhistoire de la Nouvelle-Calédonie, Paris : L’Harmattan.

Sand, Christophe, 2010. Lapita Calédonien. Archéologie d’un premier peuplement insulaire océanien. Travaux et documents océanistes 2, Paris : Société des Océanistes.

Sand, Christophe, Jacques Bolé, André Ouetcho, Yves-Bealo Gony & David Baret, 2012. « Occupations anciennes de plateaux miniers calédoniens à Thio et Tontouta : premières prospections et datations ». Journal de la Société des Océanistes, 134 : 31-44.

Sand, Christophe & Jean Monnin, 2004. Kibo, le serment gravé. Essai de synthèse sur les pétroglyphes calédoniens. Les cahiers de l’archéologie en Nouvelle-Calédonie 16, Nouméa : Service des musées et du patrimoine.

Sarasin, Fritz, 1929 [2011]. Ethnographie des kanak de Nouvelle-Calédonie et des îles Loyauté. Paris : Ibis Press.

Schmidt, Leigh, 2018. “A Biological Origin for Gravel Mounds in Inland Australia”, Australian Journal of Earth Studies, 65 (5): 607-617.

Shutler, Richard Jr & Mary Elizabeth Shutler, 1975. Oceanic Prehistory. California: Cummings Publishing.

Stone, Tim, 1991. “Megapode Mounds and Archaeology in Northern Australia”, Emu – Austral Ornithology, 91(4): 255-256.

Valentin, Frédérique & Christophe Sand, 2008. “Inhumation in Pre-European New Caledonian Societies”. In C. Sand (ed.) At the heart of ancient studies, French conrtibutions to Pacific Archaeology. Les cahiers de l’archéologie en Nouvelle-Calédonie 18, Nouméa : Service des musées et du patrimoine, p. 51-71.

Worthy, Trevor, Miyess Mitri, Warren Handley, Michael Lee, Atholl Anderson & Christophe Sand, 2016. “Osteology Supports a Stem-Galliform Affinity for the Giant Extinct Flightless Bird Sylviornis neocaledoniae (Sylviornithidae, Galloanseres)”, PLoS ONE, 11(3), e0150871.

Notes

1 Étonnamment, la découverte d’oiseaux subfossiles avait été prédite par Paul Griscelli, grâce à l’analyse du vocabulaire et de traditions orales kanak (Griscelli 1976).

2 Par exemple, il a été proposé que certains tumuli du nord-est de l’Australie aient été édifiés par l’espèce Megapodius reinwardt (Stone 1991 : 255).

3 Le public étudiant, de toutes origines/ethnies, à l’Université de la Nouvelle-Calédonie, avoue systématiquement, dans les cours d’Histoire de la Nouvelle-Calédonie de L2, avoir déjà entendu ou appris que « les Kanak ne sont pas les premiers occupants de la Nouvelle-Calédonie ».

4 Le terme xaca désigne le calcaire corallien fossile dans plusieurs langues kanak de Nouvelle-Calédonie, dont le nââ kwényï, celle de l’Île des Pins.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tableau général de la préhistoire néo-calédonienne, par Avias (1949 : 45).
Légende L’Île des Pins est déjà un élément important de l’hypothèse proposée par l’auteur.
Crédits Source : Société des Océanistes
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 2 : Carte du positionnement des tumuli aujourd’hui inventoriés à l’Île des Pins (d’après Frimigacci 1986).
Légende En rouge, les tumuli déjà connus. En bleu, les résultats de nos inventaires (2006-2010).
Crédits Louis Lagarde et David Baret, IANCP. Fonds : georep.nc.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 3
Légende Le Sylviornis neocaledoniae (d’après Balouet 1993).
Crédits Jean-Christophe Balouet et Société géologique de France.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Figure 4
Légende À gauche : galet ferralitique au sommet du tumulus KTU029. À droite : trois galets ferralitiques au sommet du tumulus KTU049.
Crédits Clichés Louis Lagarde.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Figure 5
Légende Log du tumulus KTU033, sur le plateau ferralitique, éventré par une pelle mécanique.
Crédits Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6
Légende Relevé en plan du tumulus KTU046.
Crédits Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 7
Légende Proposition de reconstitution du processus de construction et d’érosion d’un tumulus en forme de « soucoupe » (KTU046).
Crédits Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 8
Légende Relevé en plan du tumulus KTU049.
Crédits Dessin Louis Lagarde, DAO David Baret, IANCP.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 9
Légende Os longs et coquillages à fonction funéraires provenant du tumulus KGJ003.
Crédits Cliché Louis Lagarde.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1292/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 546k

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search