Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 12

La question du « premier occupant » en Nouvelle-Calédonie (Mélanésie du sud) : écrits archéologiques dans un contexte colonial et de décolonisation

Christophe Sand

Texte intégral

« À propos de la contribution des archéologues calédoniens, je crains […] que le fait de relativiser, avec raison, par rapport aux éléments et preuves archéologiques tangibles, la notion politique (passionnelle donc) de ‹ premiers occupants › ne passe pas au niveau des Kanak du pays. J’ai l’impression que les archéologues calédoniens […] contestent les fondements légitimes du nationalisme kanak contemporain, relativisant dans une espèce d’attitude de ‹ scientifiques neutres › la façon kanak d’enraciner nos origines dans le pays par les genres historiques de la tradition orale » (Anonyme, in Sand 2005 : 20).

Introduction

1À l’approche du référendum d’autodétermination sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie à la fin de l’année 2018, les débats sur les multiples légitimités historiques qui parcourent la société calédonienne, ont resurgi plus forts que jamais. Archipel le plus méridional de l’arc mélanésien, peuplé il y a 3000 ans par des navigateurs de culture Lapita, la Calédonie a été désignée comme colonie de peuplement française durant la deuxième moitié du xixe siècle, engendrant au cours du premier siècle de colonisation l’arrivée de bagnards et de colons libres, puis de travailleurs asiatiques sous contrat (De Deckker 1994). Différents statuts d’autonomie ou d’administration directe se sont succédé après la Deuxième Guerre mondiale, dans un contexte politique alternant idéal de décolonisation et recolonisation tacite (Angleviel 2014). Jusqu’aux années 1990, l’archipel a été réputé pour être un « pays du non-dit » (Barbançon 1992), où les tabous sur le passé enfermaient chaque communauté dans un discours relevant plus du processus « d’invention des traditions » que d’une véritable approche à caractère historique. Le retour de la paix à l’issue de la période de guerre civile de 1984-1988 en lien avec la revendication indépendantiste autochtone Kanak (« les événements ») (Houdan 2012), a permis depuis près de 30 ans une véritable métamorphose du cadre d’analyse du passé de l’archipel, avec la réalisation d’un nombre considérable de recherches historiques sur les différents épisodes du passé calédonien, produites par des spécialistes aussi bien locaux qu’extérieurs (ex : Barbançon 2003 ; Bencivengo 2014 ; Drouet-Manufekai et al. 2009 ; Merle 1995 ; Muljiono-Larue et Larue, 1994 ; Naepels 1998 ; Pidjo 2003 ; Terrier 2003 ; Van Mai 1994).

2La publication de multiples livres et d’articles scientifiques ou de vulgarisation, ainsi que la présentation de communications dans des colloques ou des conférences grand public, devraient avoir permis en ce début de xxie siècle une approche dépassionnée du passé calédonien. Pourtant, la société locale continue à être parcourue par des oppositions de fond sur les droits que procure l’histoire (ex. Angleviel 2003 ; Graille 2015). Sur nul autre sujet historique, les désaccords se cristallisent autant – depuis plus d’un siècle – qu’autour de la question récurrente de savoir si « les Kanak sont les premiers occupants ». L’apparente non-question de la question pour toute personne habituée à envisager l’histoire humaine comme un processus dynamique d’enracinements tout autant que de liens d’échanges avec l’extérieur, a repris de la visibilité dans le contexte calédonien récent. Les analyses et hypothèses échafaudées depuis les années 1880 par chaque nouvelle génération d’archéologues sur le passé de l’archipel, confrontées à l’approche océanienne multimillénaire du temps mais également moderne dans un contexte de revendication anticoloniale (Sand et al. 2011), continuent à produire chez les Calédoniens un discours politisé autour de la question – scientifiquement creuse – de la « légitimité Kanak ».

3Cet article souhaite analyser les fondements de cette question, à travers une présentation historique des études archéologiques menées depuis 150 ans en pays calédonien. L’étude des différentes théories qui se sont succédé dans un contexte colonial puis en miroir de la construction progressive d’un discours unificateur sur l’identité kanak à partir des années 1970, permet de mieux comprendre les mécanismes ayant permis la pérennisation contemporaine de ce questionnement. L’instrumentalisation des traces archéologiques à des fins politiques, en contexte colonial tout autant que dans le cadre d’un processus de décolonisation, est illustrée de façon continuelle à travers les différentes phases de ce processus de construction de discours sur le passé précolonial des îles du sud du croissant mélanésien.

L’archéologie, son instrumentalisation politique et l’ancienne parole Kanak

4Aucune société du monde ne traite son passé de façon neutre et sans lien avec le quotidien des populations. Il s’ensuit que l’archéologie, science des vestiges matériels de l’histoire, ne peut se détacher entièrement de son cadre contemporain. Bien que souvent nié dans les présentations qui en sont faites au grand public, celle-ci est une science à caractère éminemment politique (Kohl 1998). Elle a en effet été créée dans le contexte de l’émergence des États Nations européens au xixe siècle, avec pour objectif premier de contribuer à conceptualiser des « mythes d’origine » unificateurs, en recherchant une « unité originelle » dans les vestiges enfouis afin de la transformer en légitimité historique idéalisée des pays modernes (Schnapp 1993). Les analyses archéologiques ont ainsi souvent été influencées par le cadre politique et social qui sous-tendait les recherches (Diaz-Andreu 2001). Ceci a tout particulièrement été vrai en contexte colonial, où l’archéologie des sociétés non-occidentales a été bien souvent jusqu’à récemment l’apanage de chercheurs non locaux, venant étudier « scientifiquement » le passé « des autres » (Schlanger et Taylor 2012). Dans le cadre des processus de décolonisation, les élites autochtones de certaines de ces sociétés ont légitimement posé la question du caractère « colonial » de l’archéologie (ex : Cornelis 2012 ; Sartre 2017), à même de potentiellement déconstruire – par l’étude des traces exhumées du sol ancestral – les traditions orales et leurs légitimités historiques locales.

  • 1 Malgré la longueur de la bibliographie, organisée avec pour objectif d’être représentative de la d (...)

5La Nouvelle-Calédonie est un cas particulièrement représentatif de ces processus d’instrumentalisation du passé, le discours archéologique y ayant toujours eu un rôle politique au-delà de son apport strictement scientifique à la connaissance historique1. En effet, fondamentalement, c’est la définition même de ce qui caractérise « l’histoire » qui y est débattu, les Kanak revendiquant une approche océanienne spécifique sur le passé. Cette approche est issue de millénaires de développement d’un cadre insulaire sur l’histoire. Conceptuellement et au risque de caricaturer à l’excès pour les spécialistes, la structuration des récits Kanak anciens (Tjibaou 1976) peut se définir comme une constante fluctuation entre deux formes d’approches du passé, l’une mythique et à caractère avant tout symbolique, l’autre s’appuyant sur des événements « historiques » et des personnages ayant réellement existé (ex : Leenhardt 1930 ; Guiart 1963, 1992 ; Métais 1988 ; Bensa et Goromido 2005). La porosité entre mythe et histoire dans les discours traditionnels Kanak, toujours sous-tendus et justifiés par l’affirmation de légitimités claniques sur un espace, rend souvent difficile une structuration chronologique du temps (ex : Tjibaou 1976 ; Pillon 1999). Ce « temps » chiffré est pourtant le cadre d’analyse central de « l’histoire », pensé dans une approche occidentale. Il en résulte une dichotomie d’approche sur le sens même à donner au « passé », pensé du côté océanien comme un outil permettant d’affirmer la prévalence des groupes locaux et de justifier leur lien à une terre à travers des discours fluctuants et multiformes, et du côté occidental, comme une recherche historique tendant vers l’idéal d’un récit au plus près de la « vérité » passée.

  • 2 Alors que les Kanak considèrent généralement ces événements comme des faits indiscutables, ces réc (...)

6Contrairement aux mythes de la Polynésie centrale et orientale, remplis de héros civilisateurs découvreurs d’îles vierges, les mythes d’origine mélanésiens offrent pour la plupart une structuration faisant naître l’homme de la terre. Si le cycle mythique de Téa Kanake de l’aire linguistique Païci a aujourd’hui pris valeur de récit d’origine d’un peuple Kanak unitaire, au détriment des autres mythes Kanak des aires culturelles de l’archipel (Tjibaou et Missotte 1976), il reflète néanmoins bien un aspect fondamental de la cosmogonie Kanak : l’homme originel est issu de nulle autre part que de l’île. Ce principe étant affirmé, les discours Kanak ont pu sans contradiction décliner l’arrivée au cours du temps de nouvelles pirogues, en retenant souvent leur point d’origine, qu’il s’agisse des îles plus au nord en Mélanésie – comme les groupes du réseau Xetriwaan (Guiart 1963 ; Sand 1995, p. 203-212) – ou de plus loin en Polynésie occidentale (Guiart 1953, 1963). Un certain nombre de récits locaux font état de véritables « remplacements de groupes », soit par le départ en exil des anciens propriétaires fonciers, soit par ce qui pourrait être défini comme des « exterminations » localisées2. Le cadre conceptuel de la légitimité historique à la terre était en même temps tellement codifié, entre les groupes premiers occupants et les groupes d’arrivée plus tardive, que l’organisation Kanak avait intégré une tradition apparemment paradoxale d’accès au pouvoir politique, en créant un mécanisme réservant la place de « chef » au dernier groupe arrivé (Leenhardt 1937 ; Bensa et Rivierre 1982). Si cette tradition n’est pas unique aux Kanak et se retrouve dans d’autres sociétés mélanésiennes (Kaplan et Rosenthal 1993), elle témoigne probablement mieux que tout autre exemple, que l’archipel calédonien a vu arriver de façon régulière depuis le premier peuplement humain lié aux groupes Lapita il y a 120 générations, des pirogues venues des îles alentour, apportant des familles océaniennes de cultures différentes.

L’archéologie en contexte colonial calédonien

7La division tripartite des peuples du Pacifique proposée par Dumont d’Urville dans les années 1820 a figé dans les écrits ethnographiques à partir de cette date, les populations océaniennes dans un cadre rigidifié par des considérations avant tout raciales (voir Tcherkézoff 2009). Si les autochtones du nord-est de l’île nommée New Caledonia par James Cook en 1774, ont été décrits de façon particulièrement favorable par le navigateur anglais (Beaglehole 1961), l’identification de l’existence de cannibalisme et de guerres tribales par les visiteurs occidentaux suivants, a classé rapidement les Kanak dans la catégorie la moins respectable des peuples « sauvages ». La question des « origines » des Mélanésiens n’a pourtant durant longtemps pas été un thème véritablement central dans les écrits sur l’Océanie, cette interrogation étant réservée avant tout aux Polynésiens dispersés sur des centaines de petites îles isolées à travers l’immensité du Pacifique oriental (voir Kirch 2017, p. 12-27). La présence sur ces îles de constructions monumentales comme les marae, les grands paepae, les tiki ou les grands murs mégalithiques, permettait aux Occidentaux d’échafauder des hypothèses en écho à l’antiquité méditerranéenne. Rien de cela en Mélanésie, où le caractère supposé violent et primitif des groupes autochtones retarde le processus de christianisation engagé en amont des prises de possession coloniales des différents archipels. Comme l’envisage É. Dotte-Sarout (2017, p. 31), accepter l’existence d’un long passé préhistorique pour des populations du Pacifique sud-ouest considérées par les Européens comme « préhistoriques », est intellectuellement problématique (voir Testart 2012, p. 33). Ainsi il est plus simple, comme le résume à la fin du xixsiècle le Dr J.B. Maurice Vincent, de considérer que :

« (r)ien du passé des Canaques ne subsiste. Pas de monuments, pas d’écriture, pas de vieilles légendes, pas de signes symboliques fixant un fait dans le temps. Il est à peu près impossible de suivre, nettement, leur apparition et leur évolution dans le temps en Nouvelle-Calédonie ; on ne peut même pas en donner une esquisse schématique » (Maurice Vincent 1895, p. 11).

Premiers écrits par Gustave Glaumont

  • 3 Pour une analyse plus détaillée de cette première période, voir Dotte-Sarout 2017.

8Dans ce contexte régional, la Nouvelle-Calédonie est le premier archipel de l’arc mélanésien à véritablement vivre une colonisation de peuplement à partir de la prise de possession française en 1853 (Saussol 1979). Tout en mentionnant l’existence de récits et observations missionnaires (ex. Lambert 1900) ou généralistes (ex. Bertillon 1872 ; Gaphier 1870) et les résumés des rapports coloniaux, il apparaît que la toute première série d’écrits sur le passé Kanak employant une approche archéologique, soit le fait d’un fonctionnaire du bagne, Gustave Glaumont3. Basé entre 1884 et 1891 en Nouvelle-Calédonie, il a l’occasion, dans le cadre de ses affectations à l’île des Pins, puis à Bourail et dans le Diahot, de visiter des anciens sites d’habitat Kanak, abandonnés depuis quelques années ou décennies seulement pour certains. Il est impressionné par l’étendue des vestiges de tarodières qu’il peut encore clairement voir sur les pentes des différentes collines qui s’étendent au pied du Mont Mé Ori (Glaumont 1897). Lors de ses visites en tribu, il note les traditions Kanak, obtient des objets et relève des listes de mots en langue (Glaumont 1888). Il est le premier à publier un article sur l’existence de pétroglyphes dans l’archipel (Glaumont 1989a ; Bonnemère 1895a et b) et à réaliser des « fouilles » à caractère stratigraphique (Glaumont 1889b).

9Il résulte de toutes ces activités une toute première tentative de chronologie du peuplement océanien du pays calédonien, fortement calquée sur la chronologie européenne. En effet, en cette deuxième moitié du xixe siècle qui voit en Occident le premier véritable développement de la science archéologique (voir Murray et Evans 2008), permettant la constitution d’une trame historique structurée remontant jusqu’à l’époque préhistorique, l’agent colonial qu’est G. Glaumont reconnaît dans ses « fouilles » et ses observations ce qu’il considère être des similitudes avec les grandes phases européennes (Glaumont 1888 ; Giglioli 1896). La première arrivée humaine est donc envisagée en un temps où les hommes vivaient dans des grottes, l’homme de Paoro étant l’équivalent de « l’homme des cavernes » de « l’âge de la pierre taillée » au paléolithique. La chronologie proposée par G. Glaumont s’achève avec l’homme de Nessadiou, agriculteur et fabriquant de poteries (Glaumont 1895), qui est l’équivalent local des hommes de « l’âge de la pierre polie » du néolithique. Cet homme de Nessadiou développe les caractéristiques de la culture autochtone de l’archipel observée par les Occidentaux à partir de la fin du xviiie siècle.

10Tout en plaquant un cadre exogène sur le contexte calédonien en concevant sa chronologie culturelle, la sympathie de G. Glaumont envers les Kanak transparaît à travers sa volonté de proposer une continuité historique entre chacune de ses périodes. Contrairement à beaucoup d’archéologues de l’époque en Europe (Gran-Aymerich 1998), il ne recourt pas à l’hypothèse de succession de peuples pour expliquer les changements culturels qu’il croit reconnaître dans ses fouilles. Au contraire, il affirme par exemple pour les gravures sur pierres que celles-ci « sont contemporaines de la civilisation que nous venons de décrire, peut-être du début de cette civilisation » (Glaumont 1888, p. 113). Par cette approche, Glaumont démontre une pensée originale dans le contexte colonial de son époque (Dotte-Sarout 2017, p. 30).

L’impact des hypothèses de Marius Archambault

11Une décennie plus tard, un autre fonctionnaire colonial, le receveur des postes Marius Archambault, prend le contre-pied de l’hypothèse de continuité historique envisagée par G. Glaumont. Intrigué par les pétroglyphes qu’il observe à travers l’archipel, il commence à en réaliser un inventaire, accompagnant une partie de ses observations par la réalisation de photographies. Alors que jusqu’au début du xxsiècle, les auteurs qui avaient défendu l’idée d’une arrivée tardive des Kanak en pays calédonien avaient principalement puisé leurs arguments dans les récits de tradition orale pour échafauder leurs théories, M. Archambault est le premier à utiliser de façon centrale des vestiges archéologiques dans sa démonstration. Celle-ci conclut que la complexité des pétroglyphes « nous mène loin de ces hommes à tête crépue » (Archambault 1908, p. 309). La toute première publication qu’il propose en 1901 dans la revue L’Anthropologie, donne le ton sur son approche :

« Ces monuments [les pétroglyphes, ndr] ne doivent pas être attribués à la peuplade canaque qui occupe l’île actuellement. […] On se trouve conduit à attribuer les mégalithes calédoniens à une race qui aurait occupé l’île avant les Canaques actuels. […] A-t-elle disparu chassée ou exterminée par un cataclysme, un changement de climat meurtrier, une épidémie, ou bien a-t-elle été conquise, massacrée ou absorbée par les hommes de race mélanésienne ? » (Archambault 1901, p. 266).

12M. Archambault – qui pourtant est obligé de reconnaître que des Kanak ont des traditions orales sur les pétroglyphes (1901, p. 266) – justifie son affirmation par une explication d’ordre clairement raciste :

« Outre que les races papoues, dont font partie nos indigènes calédoniens, n’ont jamais il semble, montré de propension à graver des signes symboliques sur la roche, le peu de préoccupation que leur inspire pierres et glyphes suffirait à démontrer qu’ils ne sont pour rien dans leur existence […]. (L)es indigènes calédoniens, d’ailleurs de types très dissemblables, présentent des extrêmes de raffinement et de grossièreté. Artiste à un très faible degré, […] (i)l est médiocre cultivateur mais excellent irrigateur. […] Mais ces talents il ne les a pas par goût, par aptitude naturelle, car le Canaque ne travaille que sur l’ordre de ses chefs ; il préfèrerait vivre de la plus grossière nourriture pourvu qu’elle ne lui coûte aucune peine » (Archambault 1901, p. 266).

  • 4 Les premières décennies du xxe siècle sont historiquement caractérisées par la phase la plus dure (...)

13Ce basculement de discours, développé dans pas moins de 11 articles et ouvrages, réfutant la théorie de la continuité humaine défendue par G. Glaumont, marque au début du xxe siècle un tournant majeur dans l’approche du passé de l’archipel. S’enracine progressivement dans la société coloniale calédonienne à partir de cette époque4, l’idée que « les Kanak ne sont pas les premiers occupants ».

Les scientifiques et les origines des Kanak dans l’entre-deux-guerres

  • 5 Il doit être souligné que les écrits sur les sociétés Kanak traditionnelles publiés par M. Leenhar (...)

14L’entre-deux-guerres voit le démantèlement du bagne calédonien, le début de l’exode d’une partie du petit colonat agricole européen vers Nouméa et un désengagement de la puissance coloniale, accaparée par la reconstruction de la France. Quelques écrits continuent à traiter localement de la question de l’origine des « indigènes » durant cette période, marquée par des travaux du pasteur Maurice Leenhardt (Leenhardt 1930, 1937)5. Contredisant Archambault, le philosophe et psychologue Georges-Henri Luquet conclut, à la suite d’une analyse détaillée des motifs gravés calédoniens à partir des photographies d’Archambault, que les pétroglyphes s’insèrent sans conteste dans le reste du graphisme autochtone identifiable à travers les autres formes d’art Kanak (Luquet 1926, p. 100-103). Une conclusion semblable est proposée par l’anthropologue suisse Fritz Sarasin (1917, p. 10-11). Ceci n’empêche pas ce dernier, à partir de sa collecte de squelettes Kanak pillés dans les anciens cimetières lors de sa mission de terrain à travers l’archipel de 1911 à 1912, de publier en 1924 un article intitulé « Sur les relations des Néo-Calédoniens avec le groupe de l’Homo neanderthalensis ». Faisant autorité, cette théorie permet l’affirmation de la conclusion suivante dans le livre officiel des colonies françaises du Pacifique publié pour la grande exposition coloniale de 1931 à Paris :

« (l)’étude du squelette canaque a conduit de savants auteurs, tels que M. le Pasteur Leenhardt et le docteur Sarasin, à reconnaître que les Calédoniens représentent un élément très primitif de l’humanité actuelle, antérieur même, supposent-ils, non seulement aux Australiens, mais encore peut-être à tous les hommes fossiles que l’on a pu découvrir jusqu’à présent » (Archimbaud et al. 1931, p. 13).

15En cette période de l’entre-deux-guerres, les Kanak se retrouvent donc classés par le milieu scientifique comme une des branches les plus primitives de l’humanité.

Le triomphe de la théorie de la « succession des races »

16Durant toute cette période, les quelques publications d’amateurs rédigées dans la colonie calédonienne continuent à nier une légitimité Kanak sur le passé lointain de l’archipel. Ainsi, T. Oriol conclut un autre article sur les pétroglyphes dans la revue locale de la Société des Études Mélanésiennes fondée sous l’impulsion du pasteur M. Leenhardt, en affirmant que les pierres gravées « sont l’œuvre d’une humanité antérieure aux indigènes mélanésiens actuels » (Oriol 1948, p. 46). C’est encore à un archéologue amateur que l’on doit, à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, d’avoir poussé à son paroxysme la théorie de la « succession de races » en histoire calédonienne. Le géologue Jacques Avias, recruté par le tout nouvel organisme de recherche français appelé l’Institut Français d’Océanie (IFO, futur ORSTOM-IRD) afin de cartographier la géologie de la Grande Terre, réalise au cours de ses missions de nombreuses observations archéologiques. Dans le cadre de la publication de ses principales découvertes, il conceptualise une chronologie historique basée sur des vestiges archéologiques, aboutissant à un modèle tripartite du passé pré-européen. Les temps les plus reculés y sont définis comme ayant vu vivre en Calédonie « de petits ‘prototasmanoïdes’ noirs, aux cheveux crépus et au nez épaté » (Avias 1949, p. 48). Ces « occupants antérieurs » voient arriver des navigateurs « Aïnouides », dont l’origine est clairement définie par J. Avias :

« La civilisation considérée, correspondrait à une ou plusieurs migrations probablement blanches au départ […] issu(e)s sans doute de l’Eurasie du nord-est, […] apparentées d’une façon assez lointaine mais certaine, aux populations néo-lithiques de l’Asie centrale, du Caucase et de l’Europe (et) d’une façon sans doute beaucoup plus directe aux ‘protoaïnous’ du Japon néo-lithique » (Avias 1949, p. 48, italiques dans le texte).

17Un des marqueurs importants supposé caractériser ces populations est la fabrication de poteries finement décorées de motifs géométriques pointillés, signalées dès le début du xxe siècle sur une plage de Koné (Piroutet 1917) et quelques années plus tôt sur une plage de l’île des Pins (Lenormand 1948). Ce groupe ancien « apparenté aux ancêtres des blancs actuels » (Avias 1950, p. 137, italiques dans le texte), « qui aurait gravé les célèbres ‘petroglyphes’ […] aurait finalement été détruit par une invasion mélanésienne (papoue) avant d’absorber des éléments polynésiens et de donner la population ‘canaque’ du début de ce siècle » (Avias 1960, p. 113).

18La théorie des successions raciales au cours de la préhistoire calédonienne défendue par J. Avias (1953), avec des populations anciennes « absorbées et détruites ultérieurement par la civilisation moins évoluée et sans doute plus féroce des Mélanésiens proprement dits » (Avias 1950, p. 134), est également acceptée par d’autres chercheurs reconnus de cette époque. Le pasteur M. Leenhardt publie en 1951 un texte intitulé « Le problème des migrations en Nouvelle-Calédonie », concluant – en s’appuyant sur une série de traditions orales Kanak – que l’archipel a vu se succéder des « migrations », dont celle des fabricants de pétroglyphes, définis comme « un peuple clair » (Leenhardt 1951, p. 316). La même année, l’historien Jean Poirier (voir aussi Poirier 1953) synthétise l’argumentaire de façon ‘définitive’ : « l’ethnie ‘canaque’ actuelle est donc un ensemble composite qui a été formé à partir d’une migration canaque venue s’installer sur la Grande Terre, migration qui a absorbé peu à peu complètement les groupes ethniques non-canaques qui l’ont précédé dans cet habitat » (Poirier 1951, p. 173).

La difficile émergence d’hypothèses nouvelles

  • 6 Malgré six mois de mission, seuls deux entrefilets de quelques lignes sont publiés dans le journal (...)

19Aucun chercheur travaillant sur la Nouvelle-Calédonie ne trouve réellement à redire à la démonstration apparemment « scientifique » de cette théorie de « succession des races » lors de sa publication dans différents articles du Journal de la Société des Océanistes à partir du début des années 1950. L’idée ne choque pas dans le nouveau contexte historique où la colonie se projette vers la modernité, marquée par l’entrée des autochtones dans la vie politique, la revendication d’autonomie, la lutte pour la parité des salaires par les premiers syndicats autonomes (Kurtovitch 1997). Peu de chercheurs prennent durant cette décennie en compte les conclusions du tout premier programme de recherches archéologiques véritablement scientifique, réalisé en 1952 par les archéologues américains E. Gifford et R. Shutler Jr. Au cours de leurs six mois d’inventaires et de fouilles réalisés en toute discrétion sur la Grande Terre6, ceux-ci mènent en particulier les premières fouilles stratigraphiques sur une plage de la presqu’île de Foué près de Koné, qu’ils nomment « Lapita » (Sand et Kirch 2002). Ils datent par la nouvelle technique du carbone 14 récemment mise au point par le Pr Willard F. Libby, le niveau associé à des tessons de poteries pointillées d’environ 800 ans avant J.-C. À l’issue de leurs analyses, les deux archéologues américains concluent qu’il n’apparaît pas y avoir d’occupation humaine précéramique (Gifford 1953) et que rien dans leurs analyses ne signale un remplacement brutal de population à un moment de la chronologie (Gifford et Shutler 1956, p. 95).

  • 7 Une synthèse sur les Eletok est publiée par le père M.J. Dubois (1976).

20Durant les mêmes années 1950-1960, l’ethnobotaniste calédonien Jacques Barrau, dans le cadre d’un travail d’inventaire sur l’avenir de l’agriculture en milieu Kanak, prend la mesure de l’étendue des structures horticoles autochtones abandonnées et du nombre significatif de traces d’anciens hameaux disséminés à travers la Grande Terre. Ses conclusions questionnent directement les affirmations historiques et ethnographiques postulant que les Kanak n’étaient pas nombreux avant l’arrivée des Européens. L’hypothèse d’une population autochtone précoloniale plus nombreuse est tellement explosive que le contrat local de J. Barrau n’est pas renouvelé et qu’il se voit imposer un long texte de l’ethnologue Jean Guiart en introduction de la publication de son travail par la Commission du Pacifique Sud (1956). Dans le tout premier ouvrage scolaire calédonien, publié en 1959 sous la direction de Jean Le Borgne, l’auteur précise – après avoir rappelé que « (l)e peuplement [indigène, ndr] s’est fait par migrations successives » (Le Borgne 1959, p. 97) – qu’« à Maré c’est sous le nom d’Eletokes que l’on désigne les premiers habitants sur lesquels d’ailleurs on ne sait que très peu de choses » (Le Borgne 1959, p. 99)7.

Écrits archéologiques en contexte de revendication anticoloniale

Le tournant des années 1960

21Les années 1960 voient un tournant dans l’histoire de l’archéologie scientifique du Pacifique ouest, avec la mise en place des premières équipes de professionnels spécialisés sur l’Océanie dans différentes universités en Nouvelle-Zélande et en Australie. Le thème principal de ces chercheurs est celui du premier peuplement humain de la région (Golson 1959), dans lequel l’archipel calédonien apparaît avoir tenu une place importante. Une des toutes premières missions de longue durée de l’équipe du professeur Jack Golson a lieu à l’île des Pins en 1959-1960 (Golson 1961, 1962), avant qu’il n’envoie son étudiant Colin Smart fouiller différents sites céramiques de la côte sud-ouest de la Grande Terre pour une thèse de doctorat quelques années plus tard (Smart nd ; Vanderval nd). À partir des résultats de ses fouilles, Golson propose une hypothèse révolutionnaire pour l’époque, en considérant la période Lapita comme caractéristique d’une « communauté de culture », préexistant aux divisions culturelles entre Mélanésie et Polynésie occidentale (Golson 1961, p. 76). Cette idée de briser la séparation entre Mélanésiens et Polynésiens ne fait pas l’unanimité parmi les archéologues océanistes, le professeur Roger Green insistant quant à lui sur le lien entre la tradition Lapita et les Polynésiens (Green 1967, 1973).

22Les études locales d’archéologie se multiplient également durant cette décennie dans l’archipel calédonien, en particulier sous l’impulsion du directeur du musée territorial Luc Chevalier. À la suite de l’enregistrement de nouveaux pétroglyphes (Chevalier 1959, 1964), de la fouille de tumuli (Chevalier 1963) et de la découverte de toute une série de sites céramiques (Chevalier 1967), L. Chevalier propose en 1965 une synthèse du passé calédonien (voir Costes 1965). Sans conclure sur la question de l’origine des Kanak, il démontre par exemple – contre J. Avias (1950) – que « la poterie à anses de Nouvelle-Calédonie est une poterie mélanésienne » (Chevalier 1967, p. 49). Le père Mariste J.M. Dubois, qui depuis les années 1940 recueille de nombreuses traditions orales Kanak dans les différentes îles où il est affecté, rédige également un certain nombre d’articles et de petits ouvrages sur le thème de l’archéologie calédonienne (ex. Dubois 1970, 1975, 1981).

L’archéologie calédonienne en contexte de lutte anticoloniale

23La fin des années 1960 est aussi marquée par l’apparition de nouvelles revendications culturelles et politiques de la part d’une partie de la jeunesse Kanak (Chappell 2013), alors que l’archipel vit un boom économique majeur grâce au nickel, engendrant l’arrivée d’une nouvelle vague d’immigration venue principalement de France et des îles polynésiennes. Pour la première fois – si on exclut les écrits des informateurs du pasteur M. Leenhardt comme Bwesou Eurijisi (Guiart 1998) ou de rares autres écrits autochtones sur le passé ancien (ex. Naisseline 1953) – un auteur Kanak rédige un texte historique avec la volonté politique d’y présenter l’approche Kanak du passé (Anova-Ataba 1969). Au même moment se crée à Nouméa une Société d’études historiques en contrepoids de la Société des études mélanésiennes, avec la volonté des descendants de la colonisation, de travailler sur le passé de l’archipel en publiant des études détaillées aussi bien que des synthèses. Il n’est pas anodin que le premier ouvrage thématique de cette nouvelle société savante soit en 1971 un livre intitulé « Kounié ou l’Île des Pins » par l’historien local Georges Pisier, qui tente une synthèse de l’ensemble de l’histoire de l’île. Quelques années plus tard, l’ingénieur des travaux publics Bernard Brou publie dans la même collection « Préhistoire et société traditionnelle de la Nouvelle Calédonie » (Brou 1977), une version retravaillée de son ouvrage de 1970. Il y reprend de façon détaillée la théorie de la « succession des races », en étayant son propos de nombreux exemples puisés dans l’archéologie calédonienne et régionale. La chronologie présentée dans l’ouvrage original se divise en trois phases principales. Après un premier peuplement « dès le paléolithique […] de petits hommes à peau noire, au nez épaté et aux cheveux crépus » (Brou 1970, p. 23), font « irruption en Nouvelle-Calédonie vingt siècles avant notre ère […] (des) immigrants d’origine blanche » (Brou 1970, p. 38-39), qui débutent « l’âge d’or de la préhistoire locale : les poteries Lapita, les pétroglyphes, le mégalithisme » (Brou 1970, p. 48), avant l’arrivée plus tardive des ancêtres des Mélanésiens (Brou 1970, p. 44-47).

24Si la trame générale des hypothèses d’Archambault et d’Avias est réaffirmée par B. Brou – sous son nom ou sous un pseudonyme (Paléo 1970) – tout au long des années 1970, l’archéologie calédonienne est influencée par la nouvelle politisation du passé du pays. Ceci se traduit du côté de nombreux Kanak par un rejet de la contribution de l’archéologie à la connaissance de leur propre passé. L’archéologue Jean-Pierre Maitre, en poste à l’ORSTOM durant la deuxième moitié des années 1970, n’obtient pas l’autorisation de débuter un programme de recherches archéologiques aux îles Loyauté, les autorités coutumières lui refusant l’accès au terrain (D. Frimigacci, communication personnelle 1983). Cette science est alors clairement perçue comme « coloniale », les Kanak ayant le sentiment qu’elle est focalisée principalement sur des thèmes tendant à nier les légitimités autochtones sur le passé. Cette affirmation n’est pas entièrement infondée, les trois sujets principaux d’étude du seul archéologue professionnel travaillant dans l’archipel depuis la fin des années 1960, Daniel Frimigacci, étant axés principalement sur les sites Lapita (Frimigacci 1977 ; Siorat 1990), les pétroglyphes (Frimigacci 1976 ; Frimigacci et Monnin 1980) et les tumuli (Frimigacci et Maitre 1981). Celui-ci a bien tenté, sous la direction de l’ethnologue Jean Guiart, de réaliser un programme d’ethnoarchéologie sur la région du Mont Mé Ori entre Bourail et la haute Kouaoua, appliquant un modèle d’étude développé avec succès par le Pr José Garanger au Vanuatu (ex. Nouvelles-Hébrides) (Garanger 1972). Mais les tensions fortes liées au foncier calédonien, ainsi que l’opposition de toute une partie des responsables politiques et administratifs non Kanak de l’époque à un travail d’archéologie réalisé spécifiquement sur le patrimoine autochtone, n’ont pas permis l’aboutissement de ce programme (Frimigacci 1974, fig. 101).

25Dans la société calédonienne des années 1970, la montée de la revendication indépendantiste (Chappell 2013) amène progressivement à un durcissement du discours historique, avec l’affirmation dans les écrits anti-indépendantistes que les Kanak n’ont pas de légitimité historique pour revendiquer une décolonisation, car « ils ne sont pas les premiers occupants » (Carloz 1976 ; Surleau 1970). En opposition, les leaders Kanak font le choix d’une rupture sémantique majeure dans le concept d’histoire, en structurant à partir de cette décennie un discours autour de la notion de « premier occupant » (Graille 2015). Ce processus connu ailleurs dans des contextes de lutte anticoloniale et défini par certains comme une « invention des traditions » (ex. Babadzan 1999 ; Douaire-Marsaudon 2002 ; Hobsbawm et Ranger 1983), se caractérise entre autres par un rejet de la notion de chronologie et d’évolution culturelle, fondement de la « science historique » occidentale. Le récit du « premier occupant » se construit autour d’un mythe d’origine expliquant l’émergence de l’homme sur la terre Kanak, suivi par un temps immobile, caractérisé par une culture traditionnelle immuable, où chaque génération poursuit le quotidien de la génération précédente (Tjibaou et Missotte 1976). Comme le résume J.M. Tjibaou, « (i)l semble qu’on ne puisse parler d’une notion du temps, intellectualisée, objectivée et donc pouvant d’une part être rendue dans une certaine totalité et, d’autre part, pouvant être découpée en calendrier. Cela est dépourvu d’intérêt pour le Canaque » (Tjibaou 1976, p. 285).

26Dans le processus politique en cours, les multiples histoires claniques et des chefferies, sont reléguées à la sphère locale au profit de l’histoire intégratrice du héros culturel Téa Kanake, ayant un caractère unitaire et national pour l’ensemble du « peuple Kanak », dans une démarche de lutte anticoloniale. Dans ce contexte nouveau, les écrits archéologiques cherchent à proposer un moyen terme entre les deux approches conflictuelles du passé calédonien. Ainsi D. Frimigacci publie-t-il en 1977 une synthèse sur la chronologie céramique calédonienne, en concluant que :

« (l)es potiers lapita sont signalés en Nouvelle-Calédonie depuis près d’un millénaire, quand apparaissent les premiers vestiges d’une population ayant une tradition céramique différente. Ces nouveaux arrivants coexisteront avec les Lapita pendant près de douze siècles. […] C’est dire si les Mélanésiens d’aujourd’hui sont […] le résultat d’un grand brassage de populations » (Frimigacci 1977, p. 82).

Les discours historiques opposés de la période des « événements »

  • 8 Cet ouvrage a été préparé en s’appuyant sur le travail d’historiens caldoches progressistes (C. Te (...)

27La décennie des années 1980, culminant avec la guerre civile (les « événements ») des années 1984-1988, voit ce processus d’opposition de discours historiques divergents porté à son extrême. Le nouveau musée calédonien qui ouvre en 1983, abolit la notion d’histoire en mettant côte à côte des objets d’époques différentes, sans contexte chronologique. La muséographie se débarrasse des salles d’archéologie comme de celles des vestiges coloniaux, pour se focaliser exclusivement sur les pièces culturelles et les traditions Kanak, présentées sans contexte chronologique. En cela, il reprend le concept Kanak qui veut que « le passé du clan ne s’inscrit pas dans une succession linéaire d’époques, mais il apparaît comme un ensemble de tableaux, disposés sur un plan unique dans un ordre hiérarchique et spatial exigé par une politique visant la sécurité, la cohésion et la survie du groupe » (Tjibaou 1976, p. 287). La création en 1982 d’un Office culturel, scientifique et technique canaque (OCSTC) par le gouvernement de Jean-Marie Tjibaou, dans lequel des archéologues – sous la direction de Jean-Christophe Galipaud, en cours de préparation de thèse (1988) – et des ethnologues Kanak travaillent en commun, ouvre des perspectives inédites de collaboration sur le patrimoine Kanak ancien. Les difficultés d’organisation de missions de terrain durant les périodes de barrages routiers des « événements » empêchent pourtant la réalisation de programmes coordonnés. Associée à la destruction de l’ensemble des archives de l’OCSTC lors de l’incendie de ses locaux en 1987, toute une partie des résultats des recherches menées durant cette époque violente de l’histoire du pays sont aujourd’hui perdus. Un premier ouvrage Kanak sur l’histoire du pays est publié en 1983, les supposés 4000 ans de la période de pré-contact étant limités à 4 dates (Collectif 1983, p. 5)8. Seule l’émergence d’une résistance anticoloniale à partir de la prise de possession française, justifie pour les auteurs le développement d’un discours chronologique et événementiel.

28Dans le domaine sémantique, cette décennie voit la tentative d’officialisation du terme « Kanak » en archéologie calédonienne pour désigner symboliquement l’ensemble des types de poteries produites par les Océaniens de l’archipel, des pots Lapita fabriquées il y a 3000 ans aux marmites de la « tradition d’Oundjo » décrites pour la première fois par J. Cook à Balade en 1774 (Galipaud 1984). L’intégration de l’archéologie comme une des composantes reconnues de l’OCSTC (Monnin 1986) montre que la problématique visant à surpasser la simple notion de « premier occupant » est identifiée par les leaders Kanak. Ceci a pour conséquence majeure la prise en compte de l’archéologie (Galipaud 1990) en introduction de la toute première exposition internationale sur le patrimoine Kanak montée au début des années 1990, sous le titre « De Jade et de Nacre » (Collectif 1990).

29Côté non-indépendantiste, la décennie de la guerre civile se caractérise par un recours continuel à la publication de « preuves » permettant de dénier aux Kanak un droit historique à revendiquer leur émancipation (voir SEH 1982 ; Buchalski et Petron 1988 ; Dubois 1983 ; Griscelli 1987 ; Paléo 1988). Alors que dans un ouvrage sur le peuplement du Pacifique publié en 1978, l’archipel calédonien avait été défini comme un « no man’s land » archéologique (Bellwood 1978), la première véritable tentative de synthèse chronologique des données archéologiques calédoniennes est publiée en anglais par deux chercheurs néo-zélandais (Green et Mitchell 1983). L’ORSTOM, qui a produit depuis la fin des années 1970 un nombre significatif de rapports internes à faible tirage (ex. Frimigacci 1981), se désengage de son côté en grande partie de l’archéologie calédonienne à partir du début de la période des troubles. À la suite de la découverte d’un site Lapita sur la côte ouest de Wallis par l’équipe de D. Frimigacci (2016), le ministre français de l’Outre-mer Bernard Pons, déclare à la presse en 1987 que les archéologues ont apporté la preuve que les Wallisiens-Polynésiens occupaient la Nouvelle-Calédonie avant les Kanak. Ces raccourcis sémantiques des « poteries Lapita Kanak » opposés aux « Lapita, premiers occupants polynésiens » illustrent l’enfermement de l’archéologie dans une approche avant tout politisée du passé durant la décennie des « événements ». Cette période se conclut par la publication d’un article de synthèse posant la question « d’un ou plusieurs peuples potiers en Nouvelle-Calédonie » (Galipaud 1992).

30Le retour de la paix à partir de la fin de la décennie, clôt symboliquement une page de l’histoire du pays calédonien, celle associée au processus colonial. Un inventaire des principales publications (rapports, journaux scientifiques et ouvrages, hors considérations générales) traitant de questions liées à l’archéologie calédonienne entre 1880 et 1990, permet d’illustrer dans un graphique (fig. 1) le caractère anecdotique du thème de l’archéologie durant la période coloniale et de l’après-guerre. Il montre la lente progression des travaux sur le sujet à partir des années 1950, avec une augmentation claire dès la création de structures d’études pérennes, dans le cadre d’organismes de recherche basés localement (Musée de la Nouvelle-Calédonie, IFO-ORSTOM, Office culturel, scientifique et technique canaque). Pour autant, force est de constater que même durant les années les plus productives, le cumul des publications ne dépasse pas un à deux articles scientifiques et quelques rapports, produits au mieux par deux ou trois archéologues ainsi que quelques amateurs.

Figure 1

Figure 1

Compilation des principaux rapports internes, articles et ouvrages traitant de l’archéologie calédonienne entre la fin du xixe siècle et 1990.

C. Sand

De l’archéologie au service du destin commun à l’archéologie au service des collectivités

  • 9 Les rapports publiés par d’autres chercheurs n’étant pas diffusés, ce graphique ne comprend que le (...)

31À la sortie de la guerre civile des années 1980, les choix politiques faits par les responsables, dans le cadre des « accords de Matignon-Oudinot » de 1988 puis de « l’accord de Nouméa » de 1998, amènent à la division de l’archipel en trois provinces, avec des prérogatives décentralisées importantes. Une de ces compétences est la culture, dont l’archéologie. Néanmoins, la volonté de garder une unité « pays » à l’archéologie calédonienne entraîne la création en 1991 d’un embryon de « Département archéologie (DANC) » au sein du Musée de la Nouvelle-Calédonie, seule structure culturelle majeure de l’archipel restée dans le giron territorial. Composé de deux puis de trois agents (Christophe Sand, André-John Ouetcho et Jacques Bolé), tous calédoniens, le DANC définit lors de sa création un certain nombre de règles et d’objectifs de départ, intimement influencés par les processus historiques d’évolution de l’archéologie au cours des décennies précédentes et par les perspectives immédiates attendues par la société calédonienne en recherche de paix. Le thème central d’étude identifié en 1991 concerne le patrimoine archéologique Kanak, avec comme objectif de lier données ethnographiques et traces archéologiques. Dans une démarche affirmée de « militants », il est fixé depuis bientôt trois décennies comme ligne de synthèse, que les interprétations archéologiques doivent contribuer à affirmer et valoriser les différentes légitimités historiques du kaléidoscope ethnique calédonien (voir Dahlem 1996 pour une approche différente). Ceci a permis l’augmentation exponentielle des données sur le passé de l’archipel, produites au cours des derniers 27 ans, illustrée en figure 29.

Figure 2

Figure 2

Production scientifique sur l’archéologie calédonienne du DANC/IANCP entre 1991 et 2017.

C. Sand

Une chronologie du « temps long »

32Au cours de sa première décennie d’existence, le DANC multiplie les interventions et programmes de terrain, que ce soit pour des opérations d’urgence lors de la découverte fortuite de sites, dans le cadre de programmes d’archéologie préventive en amont de projets de développement, ou sur des projets de recherche ciblés. La focalisation massive sur les sites archéologiques Kanak anciens permet pour la toute première fois la cartographie et l’analyse archéologique de dizaines de hameaux abandonnés ainsi que d’ensembles de billons d’ignames et de terrasses de tarodières associés (ex. Sand 1999a ; Sand et al. 1994). Les fouilles menées également pour la première fois sur ces aménagements traditionnels essentiels du bagage culturel Kanak ancien permettent de les placer dans un cadre chronologique qui leur faisait jusqu’alors défaut (Sand 1997a). Les inventaires et fouilles réalisés sur les trois grandes îles de l’archipel des Loyauté identifient une densité insoupçonnée de sites de différentes périodes dans ces environnements karstiques (ex. Sand et al. 1995). Un programme d’archéo-géographie est réalisé durant la même période par l’ORSTOM sur la vallée de Koumac (Guillaud et Forestier 1998 ; Guillaud et Sémah 1997).

33Ces différents résultats, combinés avec les données publiées par les générations précédentes d’archéologues, permettent la publication au milieu des années 1990 d’une synthèse holistique du passé de l’archipel, à travers une démarche d’analyse archéologique du « temps long » (Sand 1995). Celle-ci souligne en particulier qu’aucun élément archéologique ne démontre l’existence d’un ou plusieurs épisodes de remplacement de population au cours du temps, aussi bien dans la typologie des céramiques que dans le matériel non-céramique. Si des évolutions massives de la culture matérielle et des traditions d’occupation de l’espace insulaire sont clairement identifiables, celles-ci peuvent être expliquées simplement par des processus d’enracinements et d’adaptations locales, engendrant une transformation de l’environnement naturel puis une intensification de l’occupation de l’espace durant la période traditionnelle Kanak (Sand 1996). Par contre, les données archéologiques paraissent remettre en question l’absence de bouleversements des sociétés locales à la suite des tout premiers contacts occidentaux à la fin du xviiie siècle, les paysages archéologiques Kanak de l’époque de pré-contact apparaissant plus densément occupés que ce qui est décrit par les travaux ethnographiques (ex. Sand 1995 ; Sand et al. 2000, 2007).

  • 10 Ceci s’est traduit par des fouilles axées essentiellement sur les sites du bagne calédonien (ex. S (...)

34La synthèse chronologique issue de la première période de recherches du DANC, permet de clairement conclure que rien ne démontre que « les Kanak ne sont pas les premiers occupants ». Porté par le contexte politique apaisé de la période des deux accords durant la dernière décennie du xxe siècle tout autant que durant la première décennie du xxie siècle, ce questionnement finit par quitter la sphère des discussions calédoniennes, seules quelques publications marginales continuant à entretenir le doute (voir Coquilhat 1989 ; SEH 1998 ; Sémah 1998). Faisant le bilan des imprécisions majeures encore présentes dans la chronologie, les conclusions de la synthèse soulignent en particulier la nécessité de retravailler sur les sites Lapita afin de préciser leur chronologie, de mieux comprendre les dynamiques culturelles et leurs évolutions après la phase initiale de peuplement humain, de reprendre des recherches ciblées avec une approche liant les vestiges archéologiques aux traditions orales Kanak et d’entamer un programme sur le patrimoine colonial de l’archipel10. Ces quatre thèmes vont structurer la majorité des opérations de terrain menées durant la décennie suivante, engendrant des avancées majeures dans la définition des processus d’évolutions culturels du « temps long » (Sand et al. 2003a).

  • 11 Ce projet n’a finalement pas été finalisé par la collectivité provinciale.

35Outre son apport scientifique, la découverte des toutes premières poteries Lapita entières du Pacifique en 1995 sur la plage éponyme de Foué (Sand 1997b), entraîne une appropriation collective de ce symbole du « premier peuplement » de l’archipel. Un responsable politique Kanak de premier plan souligne ainsi dans un discours, pour la première fois dans un cadre officiel, l’origine austronésienne et Lapita du peuple Kanak (Roch Wamytan, comm. perso. 2010). Différentes expositions sur le Lapita sont montées en Nouvelle-Calédonie (Sand 1999b), puis en France (Sand et Bedford 2010). Des échanges coutumiers ont lieu entre représentants du Pacifique sur le site de Foué lors de la célébration en 2002 du 50e anniversaire de la première fouille sur le site éponyme (financée sur fonds publics) (Sand 2003). Un gros travail de préparation en vue de la création d’un « musée des Origines » à Koné est réalisé par la Province Nord11. Une synthèse sur les pétroglyphes calédoniens est publiée, avec pour objectif d’étudier ces vestiges dans une démarche scientifique (Monnin et Sand 2004). Toutes ces initiatives laissent espérer en cette période active de construction d’un « destin commun » de la première décennie du nouveau millénaire, que la question de la légitimité Kanak sur le passé pré-occidental du pays est définitivement close (Sand et al. 2005). Cette période permet également de développer des questionnements de fond sur le processus de construction des discours sur le passé du pays (ex. Graille 1999 ; Pidjo 2003, Woudjo 2004) et sur le rôle de l’archéologie (Sand 2000 ; Sand et al. 2003b). Une génération entière de scolaires apprend depuis le début des années 1990 la chronologie culturelle « préhistorique et traditionnelle » de l’archipel (Collectif 1992), certains collégiens s’appropriant ensemble dans des « classes patrimoine » le passé calédonien entre élèves d’origines différentes (Sand 2008).

La dérive vers une exclusivité de l’archéologie préventive et ses conséquences

36Le boom économique exceptionnel que connaît l’archipel calédonien à la suite de la signature de l’accord de Nouméa en 1998, engendre le développement de multiples programmes de construction de très grande envergure (usines métallurgiques, routes, infrastructures publiques et privées). Le développement de programmes d’archéologie préventive de plus en plus importants, menés dans le cadre des « études d’impact » administratives, s’organise en parallèle à une prise en main progressive de leur politique archéologique par les collectivités provinciales, à qui continue à être dévolue la compétence du patrimoine. Le doublement du nombre d’archéologues locaux, embauchés à plein temps pour répondre aux besoins d’interventions de terrain, incite les collectivités à fonder fin 2009 un établissement public autonome, l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique (IANCP) (Sand 2016). Dès sa création, l’IANCP est confronté à un déséquilibre dans ses missions. La structure archéologique voit en effet rapidement ses missions réduites quasi-exclusivement à des interventions d’archéologie préventive. Si ceci engendre de nombreuses découvertes (ex. Sand et al. 2013), la focalisation quasi-exclusive sur l’archéologie préventive a pour effet de mener l’archéologie calédonienne dans un nouveau paradigme. Les Calédoniens associent en effet progressivement à partir de 2010 archéologie et collectivités provinciales.

Le durcissement du contexte calédonien à l’approche du référendum de 2018

37La crise économique qui touche l’archipel calédonien à partir de 2013, associée à l’incertitude sur l’avenir institutionnel à mesure que s’approchait l’échéance du référendum d’autodétermination programmé pour la fin de l’année 2018, a vu réapparaître depuis quelques années les oppositions binaires entre partisans de l’indépendance et partisans du maintien de la Calédonie dans le giron de la France. Cette opposition politique de fond a fait ressurgir dans les débats un questionnement qui semblait appartenir au passé : « les Kanak sont-ils les premiers occupants ? ». Elle est régulièrement nourrie par des ouvrages publiés à compte d’auteur (ex. Ludeau 2009) ou dans des collections universitaires, affirmant que :

« (d)eux peuples au moins se sont succédés ici », mais que la « (l)a tyrannie de la langue de bois issue de la décolonisation » n’autorise pas à le révéler. En effet, « (i)l ne fallait pas, paraît-il, humilier les Canaques en remettant en cause leurs ancêtres et le fait qu’ils étaient bien les premiers habitants de l’archipel calédonien. Encore une fois, la lâcheté du politiquement correct du moment permet les pires saccages, au détriment de la recherche de la vérité historique » (Navis 2006, p. 156).

  • 12 Ces craintes font écho à de récents articles de généticiens sur le Vanuatu voisin, publiant des ré (...)

38Autre illustration du retour des tensions autour des légitimités historiques qui crispent une nouvelle fois la population calédonienne, l’exposition internationale « Kanak. L’art est une parole », montée au Musée du quai Branly - Jacques Chirac à Paris puis au Musée Néo-Calédonien à Nouméa, a totalement occulté l’histoire ancienne de l’archipel et l’apport des recherches archéologiques qui y sont menées depuis trois décennies (Kasarhérou et Boulay 2013). Le retard pris par le programme de rénovation du Musée de la Nouvelle-Calédonie lancé en 2006 et qui ne réouvrira qu’en 2022, s’explique en partie par la difficulté des concepteurs à définir une trame historique unitaire dans le déroulé de la scénographie, différentes approches du passé Kanak et de la période coloniale étant proposées (Sand 2017). De nouvelles publications proposent des histoires anciennes « alternatives » (ex. Ferdain 2012 ; Navis 2006). De son côté, le Sénat coutumier, représentant les différents pays Kanak, a décidé en milieu d’année 2017 d’interdire toute étude génétique sur le peuple Kanak au cours des prochaines années, afin d’éviter l’apparition de nouvelles tensions au sein du monde Kanak et le risque d’utilisation de ces résultats à des fins politiques (Sénat Coutumier 2017)12.

Conclusion

39Cet article a tenté de proposer une analyse historique de l’évolution des discours archéologiques produits depuis près de 150 ans sur le passé calédonien ancien. Les interprétations proposées par les amateurs autant que les chercheurs à partir de données issues de l’archéologie – cette science humaine étudiant les traces matérielles laissées par les ancêtres dans le sol – ont depuis le développement de la discipline au xixe siècle été conditionnées par des questions liées au contexte politique. Comme l’a montré cette synthèse, le politique est depuis le départ, volontairement ou de par le contexte, au cœur des écrits sur le passé de l’archipel calédonien. Durant la période coloniale, le discours archéologique dominant, développé à travers l’hypothèse d’une « succession de races », avait pour objectif principal de nier la légitimité autochtone sur le passé ancien. Les recherches scientifiques menées au cours du dernier demi-siècle ont progressivement permis d’invalider cette interprétation, en montrant à travers les analyses archéologiques l’absence de ruptures majeures dans la chronologie culturelle multimillénaire de l’archipel, tout en soulignant le dynamisme des évolutions culturelles au cours du temps, liées à des processus d’adaptation locale ainsi qu’à des influences régionales liées à l’arrivée régulière de nouvelles pirogues. L’objectif politique affirmé de la structuration de l’histoire sur le « temps long » à partir des années 1990, était de permettre la construction d’un discours historique calédonien unificateur, seul à même de créer les fondations d’un « destin commun » entre les différentes communautés culturelles de l’archipel.

40Si, au début des années 2000, la question archéologique du « premier occupant calédonien » semblait pouvoir être définitivement close grâce à la démonstration que les Lapita étaient les plus anciens ancêtres des Kanak sans être leurs seuls ancêtres, l’approche de l’échéance politique du référendum d’autodétermination ayant eu lieu en novembre 2018, a vu ressurgir des revendications antagonistes s’appuyant sur des légitimités historiques multiples. Les réseaux sociaux autant que certains discours ont remis d’actualité la question du « premier occupant ». Si la décennie précédente avait pu laisser espérer que le pays calédonien avait atteint un niveau de cohésion sociale suffisant entre ses différentes composantes culturelles, lui permettant de valoriser collectivement son histoire, force est de constater que ceci reste loin d’être le cas aujourd’hui. Cet état de fait ne peut que questionner la capacité des Calédoniens à envisager ensemble un seul et même passé (Bernut-Deplanque 2002). Or, comme l’ont montré les succès comme les échecs récents à travers le monde, toute unité nationale se construit sur un « mythe d’origine » unificateur (Sand et al. 2008). Il reste encore à imaginer celui qui, associant informations archéologiques et approche Kanak du passé, permettrait de continuer à construire une Calédonie multiculturelle.

Bibliographie

Angleviel, Frédéric, 2003. Historiographie de la Nouvelle-Calédonie. Paris : Éditions Publibook Université.

Angleviel, Frédéric, 2014. Histoire illustrée de Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Footprint Pacifique.

Anova-Ataba, Apollinaire, 1969. « Deux exemples de Réflexions mélanésiennes ». Journal de la Société des Océanistes, 25 : 202-237.

Archambault, Marius, 1901. « Les mégalithes néo-calédoniens ». L’Anthropologie (Paris), 12 : 257-268.

Archambault, Marius, 1908. « Sur une ancienne ornementation rupestre en Nouvelle-Calédonie ». L’Homme préhistorique (Paris), 6 : 289-310.

Archimbaud, Léon, Vedel, Takau-Pomaré & Léon Sasportas, 1931. Établissements Français du Pacifique Austral : Nouvelle Calédonie et dépendances, Nouvelles Hébrides, Îles Wallis et Futuna. - Établissements Français de l’Océanie. Paris : Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales.

Avias, Jacques, 1949. « Contribution à la préhistoire de l’Océanie : les tumulis des plateaux de fer en Nouvelle-Calédonie ». Journal de la Société des Océanistes, 5 : 15-50.

Avias, Jacques, 1950. « Poteries canaques et poteries préhistoriques en Nouvelle-Calédonie. Contribution à l’archéologie et à la préhistoire océanienne ». Journal de la Société des Océanistes, 6 : 11-139.

Avias, Jacques, 1953. « La préhistoire néo-calédonienne ». Journal de la Société des Océanistes, 9 : 55-63.

Avias, Jacques, 1960. « Une importante découverte préhistorique en Nouvelle-Calédonie ». Journal de la Société des Océanistes, 16 : 112-113.

Babadzan, Alain, 1999. « L’invention des traditions et le nationalisme ». Journal de la Société des Océanistes, 109 : 13-35.

Barbançon, Louis-José, 1992. Le pays du non-dit. La Mothe-Achard : Offset Cinq Édition.

Barbançon, Louis-José, 2003. L’archipel des Forçats. Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie de 1863 à 1931. Paris : Septentrion.

Barrau, Jacques, 1956. L’agriculture vivrière autochtone de la Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Commission du Pacifique Sud.

Beaglehole, John, 1961. The Journal of Captain James Cook on his voyages of discovery. The voyage of the Resolution and Adventure 1772-1775. Cambridge: Cambridge University Press.

Bellwood, Peter, 1978. Man’s conquest of the Pacific. The Prehistory of Sout-East Asia and Oceania. New York: Oxford University Press.

Bencivengo, Yann, 2014. Nickel. La naissance de l’industrie calédonienne. Tours : Presses Universitaires François-Rabelais.

Bensa, Alban & Jean-Claude Rivierre, 1982. Les chemins de l’Alliance. Paris : SELAF.

Bensa, Alban & Antoine Goromido, 2005. Histoire d’une chefferie Kanak. Le pays de Koohnê (Nouvelle-Calédonie). Paris : Karthala.

Bertillon, Alphonse, 1872. « Forme et grandeur des divers groupes de crânes néo-calédoniens ». Revue d’anthropologie (Paris) 1.

Bernut-Deplanque, Pascale, 2002. L’identité culturelle calédonienne : construction possible ou utopie ? Nouméa : Éditions Île de Lumière.

Bonnemère, Léon, 1895a. « Les pierres gravées de la Nouvelle-Calédonie ». Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 4e série, tome 6 : 62-72. (Compte rendu dans l’Anthropologie), Paris, t. 7, 1896 : 361-362.

Bonnemère, Léon, 1895b. « Les signes des monuments mégalithiques de la Nouvelle-Calédonie et leur explication ». Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord (Saint-Brieux), 33 : 145-151.

Brou, Bernard, 1970. Mémento d’histoire de la Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Société Calédonienne d’Éditions.

Brou, Bernard, 1977. Préhistoire et société traditionnelle de la Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Société d’Études Historiques de la Nouvelle-Calédonie 16.

Buchalski, Gérard & Roland Pierron, 1988. Les pétroglyphes néo-calédoniens ou un siècle d’occultation scientifique. Nouméa : Société d’Études Historiques de la Nouvelle-Calédonie 41.

Carloz, Louis, 1976. « Ce Néo-Calédonien d’où vient-il ? » Études Mélanésiennes, 26 : 33-46.

Chappell, David, 2013. The Kanak Awakening: The Rise of Nationalism in New Caledonia. Pacific Islands Monograph Series 27. Honolulu: Center for Pacific Islands Studies and University of Hawai‘i Press.

Chevalier, Luc, 1959. « Nouveaux pétroglyphes du Nord-Calédonien ». Études Mélanésiennes, 12-13 : 82-99.

Chevalier, Luc, 1963. « Le problème des tumuli en Nouvelle-Calédonie ». Études Mélanésiennes, 14-17 : 24-42.

Chevalier, Luc, 1964. « Nouveaux pétroglyphes du Sud-Calédonien ». Études Mélanésiennes, 18-20 : 22-23.

Chevalier, Luc, 1967. « Les éléments de préhension de la poterie calédoniennes ». Études Mélanésiennes, 21-25 : 45-54.

Collectif, 1983. Contribution à l’histoire du Pays Kanak. Nouméa : Association pour la Fondation d’un Institut Kanak d’Histoire Moderne.

Collectif, 1990. De Jade et de Nacre. Patrimoine artistique kanak. Paris : Réunion des Musées Nationaux.

Collectif, 1992. La Nouvelle-Calédonie. Histoire, CM, Nouméa : CTRDP-Hachette.

Comité du 150e, 2003. Temps et mémoires du pays Kanak. Du malentendu originel à la communauté de destin. Nouméa : IRN.

Coquilhat, Georges, 1989. « Approche pour une lecture des pétroglyphes néo-calédoniens ». Bulletin de la société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie, 79 : 29-41.

Cornelis, Sabine, 2012. « Archéologie : une discipline coloniale ? » Les nouvelles de l’archéologie, 128 : 40-41.

Costes, J. 1965. Étude sur l’archéologie de la Nouvelle-Calédonie. Mémoire non publié.

Dahlem, Jacqueline, 1996. Nouvelle-Calédonie pays kanak. Un récit, deux histoires. Paris : L’Harmattan.

De Deckker, Paul (éd.), 1994. Le peuplement du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie au xixe siècle. Condamnés, colons, convicts, Chân Dang. Paris : L’Harmattan.

Diaz-Andreu, Margareta, 2001. “Nationalism and Archaeology”. In A.D. Smith (ed.), Nations and Nationalism, 7(4). Oxford: Blackwell, p. 3-15.

Dotte-Sarout, Émilie, 2017. “How Dare Our ‘Prehistoric’ Have a Prehistory of Their Own? The interplay of historical and biographical contexts in early French archaeology in the Pacific”. Journal of Pacific Archaeology, 8(1): 23-34.

Douaire-Marsaudon, Françoise, 2002. « L’invention de la tradition, la construction du lien au passé et l’ancrage dans l’histoire ». Les Nouvelles de l’Archéologie, 90(4) : 23-27.

Drouet-Manufekai, Malia Sosefo, V. Tahimili et Malia Losa Kafotamaki (eds), 2009. Tāvaka lanu’imoana Mémoires de voyages L’Histoire des migrations qui ont lié les îles Wallis et Futuna à la Nouvelle-Calédonie. Nouméa.

Dubois, Marie-Joseph, 1970. « Les refuges de guerre de Hnaened à Maré, Nouvelle-Calédonie ». Journal de la Société des Océanistes, 26 : 55-60.

Dubois, Marie-Joseph, 1975. « Un squelette archaïque à Maré en Nouvelle-Calédonie ». La Recherche, 60 : 890.

Dubois, Marie-Joseph, 1976. Mythes et traditions de Maré, Nouvelle-Calédonie. Les Eletok. Publication du Journal de la Société des Océanistes 35.

Dubois, Marie-Joseph, 1981. Histoire résumée de Maré (Îles Loyauté). Publication de la Société d’Études Historiques de la Nouvelle-Calédonie 27.

Dubois, Marie-Joseph, 1983. « Y a-t-il des races en Nouvelle-Calédonie ? » Bulletin de la société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie, 54 : 15-19.

Ferdain, Jean-Marc, 2012. Nos ancêtres les Kanadoniens. Histoire des civilisations et de tous les Calédoniens. Nouméa : Éditions Sudocean.

Frimigacci, Daniel, 1974. La préhistoire néo-calédonienne. Thèse de troisième cycle non publiée, Université Paris I.

Frimigacci, Daniel, 1976. Les pétroglyphes de Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Collection Éveil, Direction de l’enseignement catholique.

Frimigacci, Daniel, 1977. Les céramiques de Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Collection Éveil, Direction de l’enseignement catholique.

Frimigacci, Daniel, 1981. Fouilles de sauvetage en Nouvelle-Calédonie, 1980-1981. Nouméa : Rapports ORSTOM Sciences Humaines.

Frimigacci, Daniel, 2016. Archéologie de Uvea Mamao. Nouméa : IANCP/Traces 1.

Frimigacci, Daniel et Jean Pierre Maitre, 1981. « Archéologie et préhistoire ». Atlas de Nouvelle-Calédonie et Dépendances. Paris : ORSTOM, planche 16.

Frimigacci, Daniel et Jean Monnin, 1980. « Un inventaire des pétroglyphes de Nouvelle-Calédonie (Grande Terre et Îles) ». Journal de la Société des Océanistes, 66-67 : 17-99.

Galipaud, Jean-Christophe, 1984. Poteries kanak. Nouméa : Office Culturel Scientifique et Technique Canaque.

Galipaud, Jean-Christophe, 1988. La poterie préhistorique néo-calédonienne et ses implications dans l’étude du processus de peuplement du Pacifique occidental. Thèse de doctorat non publiée. Université Paris I.

Galipaud, Jean-Christophe, 1990. « Des pirogues venues du Nord. Préhistoire et migrations ». De Jade et de Nacre. Patrimoine artistique kanak. Paris : Réunion des Musées Nationaux, p. 31-47.

Galipaud, Jean-Christophe, 1992. « Un ou plusieurs peuples potiers en Nouvelle-Calédonie ? ». Journal de la Société des Océanistes, 95 : 185-200.

Garanger, José, 1972. Archéologie des Nouvelles-Hébrides. Publication de la Société des Océanistes 30. Paris : ORSTOM-Musée de l’Homme.

Garnier, Jules, 1870. Les migrations humaines en Océanie d’après les faits naturels. Paris : Arthus Bertrand Éditeur et Bulletin de la Société de Géographie 19.

Gifford, Edward, 1953. « L’Archéologie néo-calédonienne en 1952 ». Journal de la Société des Océanistes, 9 : 64-70.

Gifford, Edward & Richard Shutler jr. 1956. Archaeological Excavations in New Caledonia. Anthropological Records vol. 18(1). Berkeley & Los Angeles: University of California Press.

Giglioli, Giulio, 1896. “L’étà della pietra nella Nuova-Caledonia, studi e ricerche di G. Glaumont. Breve riassunto con aggiunte e considerazioni”. Archivio per l’antropologia e l’etnologia (Firenze), vol. 26, fasc. 3 : 301-310.

Glaumont, Gustave, 1888. Étude sur les us, mœurs, coutumes, funérailles des Néo-Calédoniens. Théorie du continent englouti. Origine des Néo-Calédoniens. Nouméa : Document lithographié.

Glaumont, Gustave, 1889a. « Étude sur l’âge de la pierre en Nouvelle-Calédonie. Découverte de monuments gravés ». Revue d’Ethnographie (Paris).

Glaumont, Gustave, 1889b. « Fouilles à Bourail ». Revue d’Ethnographie (Paris), tome viii : 214-215.

Glaumont, Gustave, 1895. « De l’art du potier de terre chez les Néo-Calédoniens ». L’Anthropologie (Paris), tome vi : 40-52.

Glaumont, Gustave, 1897. « La culture de l’igname et du taro en Nouvelle-Calédonie ». L’Anthropologie (Paris), tome viii : 41-50.

Golson, Jack, 1959. « Archéologie du Pacifique Sud. Résultats et Perspectives ». Journal de la Société des Océanistes, 15 : 5-54.

Golson, Jack, 1961. “Report on New Zealand, Western Polynesia, New Caledonia, and Fiji”. Asian Perspectives, 5: 166-180.

Golson, Jack, 1962. « Rapport sur les fouilles effectuées à l’Île des Pins (Nouvelle-Calédonie), de décembre 1959 à février 1960 ». Études Mélanésiennes, 14-17 : 11-23.

Graille, Caroline, 1999. « Coutume et changement social en Nouvelle-Calédonie ». Journal de la Société des Océanistes, 109 : 97-119.

Graille, Caroline, 2015. Des Militants aux Professionnels de la Culture : les Représentations de l’identité Kanak en Nouvelle-Calédonie (1975-2015). Thèse de doctorat, Université Paul-Valery, Montpellier 3.

Gran-Aymerich, Émeline, 1998. Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945. Paris : CNRS Éditions.

Green, Roger, 1967. “The immediate origins of the Polynesians”. In G.A. Highland, R.W. Force, A. Howard, M. Kelly and Y.H. Sinoto (eds), Polynesian Culture History: Essays in Honor of Kenneth P. Emory. Bernice P. Bishop Museum Special Publication 56. Honolulu: Bishop Museum Press, p. 215-240.

Green, Roger, 1973. “Lapita pottery and the Origins of Polynesian Culture”. Australian Natural History, 17: 332-337.

Green, Roger & J.S. Mitchell, 1983. “New Caledonian culture history: a review of the archaeological sequence”. New Zealand Journal of Archaeology, 5: 19-67.

Griscelli, Paul, 1987. « Les pétroglyphes calédoniens, primo occupanti ». Bulletin de la Société d’Études historiques de la Nouvelle-Calédonie, 72 : 42-45.

Guiart, Jean, 1953. « Nouvelle-Calédonie et Îles Loyalty : Carte du dynamisme de la société indigène à l’arrivée des Européens ». Journal de la Société des Océanistes, 9 : 93-97.

Guiart, Jean, 1963. La Chefferie en Mélanésie du Sud, Paris : Institut d’ethnologie, Musée de l’Homme.

Guiart, Jean, 1992. Structure de la chefferie en Mélanésie du Sud, rééd. revue et augmentée. Paris : Institut d’Ethnologie, vol. i.

Guiart, Jean, 1998. Bwesou Eurijisi. Le premier écrivain canaque. Nouméa : Éditions du Rocher-à-la-Voile.

Guiart, Jean, 2002. Sociétés Canaques, Idées fausses, Idées vraies. Nouméa : Le Rocher-à-la-voile.

Guillaud, Dominique & Hubert Forestier, 1998. “Archaeo-Geography of Former Dwelling Sites in Northern New Caledonia (District of Koumac, North Province)”. Man and Culture in Oceania, 14: 99-119.

Guillaud, Dominique & Anne-Marie Sémah, 1997. « La vallée de la Koumac, 3000 ans d’histoire calédonienne ». ORSTOM Actualités, 52 : 10-16.

Hobsbawm, Eric & Terrence Ranger (eds), 1983. The Invention of Tradition. Cambridge: Cambridge University Press.

Houdan, Olivier, 2012. « La Nouvelle-Calédonie contemporaine (1946-1998) ». Atlas de la Nouvelle-Calédonie. Marseille : IRD Éditions, planche 24.

Kaplan, Martha & Mara Rosenthal, 1993. “Battlements, temples and Landscape of Tuka: the archaeological record of a cultural transformation in 19th-century Fiji”. Journal of the Polynesian Society, 102(2): 121-145.

Kasarhérou, Emmanuel & Roger Boulay (eds), 2013. Kanak. L’art est une parole. Paris : Actes Sud/Musée du Quai Branly.

Kirch, Patrick, 2017. On the Roads of the Winds: an archaeological history of the Pacific Islands before European contact. Berkeley: University of California Press (2nd edition).

Kohl, Phillip, 1998. “Nationalism and Archaeology: on the constructions of nations and the reconstructions of the remote past”. Annual Review of Anthropology, 27: 223-246.

Kurtovitch, Ismeth, 1997. Aux origines du FLNKS. L’UICALO et l’AICLF (1946-1953). Nouméa : Éditions Île de Lumières.

Lambert, Révérend Père, 1900. Mœurs et superstitions des Néo-Calédoniens. Nouméa. Réédition 1976. Nouméa : Société Historique de la Nouvelle-Calédonie.

Le Borgne, Jean, 1959. Géographie de la Nouvelle-Calédonie et des îles Loyauté. Nouméa : Ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports, Nouvelle-Calédonie.

Leenhardt, Maurice, 1930. Notes d’Ethnologie néo-calédonienne. Institut d’Ethnologie, n° 8. Paris : Musée de l’Homme.

Leenhardt, Maurice, 1937. Gens de la Grande Terre. Paris : Gallimard.

Leenhardt, Maurice, 1951. « Le problème des migrations en Nouvelle-Calédonie ». Études sur l’Océanie. Paris : Musée de l’Homme.

Lenormand, Maurice, 1948. « Découverte d’un gisement de poteries indigènes à l’Île des Pins ». Études Mélanésiennes, 3 : 54-58.

Lipson, M., P. Skoglund, M. Spriggs, F. Valentin, S. Bedford, R. Shing, H. Buckley, I. Phillip, G.K. Ward, S. Mallick, N. Rohland, N. Broomandkoshbacht, O. Cheronet, M. Ferry, T.K. Harper, M. Michel, J. Oppenheimer, K. Sirak, K. Stewardson, K. Auckland, A.V.S. Hill, K. Maitland, S.J. Oppenheimer, T. Parks, K. Robson, T.N. Williams, D.J. Kennett, A.J. Mentzer, R. Pinhasi & D. Reich, 2018. « Population Turnover in Remote Oceania Shortly after Initial Settlement”. Current Biology, 28: 1-9.

Ludeau, Roger, 2008. Les Pétroglyphes Calédoniens. L’autre version. Nouméa : Publié à compte d’auteur.

Luquet, Georges-Henri, 1926. L’Art néo-calédonien. Paris : Institut d’Ethnologie.

Mathieu A. 1868. « Aperçu historique sur la tribu de Houassios ou des Manongoes ». Le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie (12 janvier 1868). Republié dans Six textes anciens sur la Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Publication de la Société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie n° 42, 1991 : 335-351.

Maurice Vincent, J.-B. 1895. Les Canaques de la Nouvelle-Calédonie. Esquisse ethnographique. Paris : Augustin Challamel éd.

Merle, Isabelle, 1995. Expériences coloniales. La Nouvelle-Calédonie (1853-1920). Paris : Belin.

Métais, Éliane, 1988. Au commencement était la terre… Réflexions sur un mythe Canaque d’origine. Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux.

Monnin, Jean, 1986. Les pétroglyphes de Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Office Culturel Scientifique et Technique Canaque.

Monnin, Jean & Christophe Sand, 2004. Kibo, le serment gravé. Pétroglyphes de Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 16.

Muljiono-Larue, F. et B. Larue, 1994. « Les Javanais en Nouvelle-Calédonie ». In P. De Deckker (éd.), Le peuplement du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie au xixe siècle. Condamnés, colons, convicts, Chân Dang. Paris : L’Harmattan, p. 218-235.

Murray, Tim & Chris Evans (eds), 2008. Histories of Archaeology. A Reader in the History of Archaeology. Oxford: Oxford University Press.

Naepels, Michel, 1998. Histoires de terres kanakes. Conflits fonciers et rapports sociaux dans la région de Houaïlou (Nouvelle-Calédonie). Paris : Belin.

Naisseline, Henri, 1953. « Histoire mythique de l’île Maré ». Études Mélanésiennes, 8 : 34-42.

Navis, Christian, 2006. Mystérieuses civilisations du Pacifique. Paris : l’Harmattan.

Oriol, T. 1948. « Découvertes récentes de sites pétroglyphiques en Nouvelle-Calédonie ». Études Mélanésiennes, 3 : 29-50.

Paléo, Léo, 1970. « Que sommes-nous ? Qui sommes-nous ? La question des premiers Calédoniens ». Bulletin de la Société d’Études Historiques de la Nouvelle-Calédonie, 2 : 17-21.

Paléo, Léo, 1988. « Compte rendu de lecture, mémoire de Maîtrise de J. Monnin ». Bulletin de la société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie, 75 : 54-55.

Pidjo, Jean-Marc, 2003. Le Mwa Tea Mwalebeng et le fils du soleil, Nouméa : Le-Rocher-à-la-Voile et les Éditions du Cagou.

Pillon, Pierre, 1999. « Identité, culture et catégories de l’action : autour des fondements idéels du territoire et de l’organisation sociale en pays Mèa et Houaïlou (Nouvelle-Calédonie) ». Journal de la Société des Océanistes, 109 : 83-96.

Piroutet, Marius, 1917. Étude stratigraphique sur la Nouvelle-Calédonie. Mâcon : Imprimerie Protat frères.

Pisier, Georges, 1971. Kounié ou l’île des Pins. Essai de monographie historique. Nouméa : Publication de la Société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie 1.

Poirier, Jean, 1951. « Le peuplement de la Nouvelle-Calédonie, couches ethniques et couches culturelles ». Journal de la Société des Océanistes, 7 : 159-173.

Poirier, Jean, 1953. « L’évolution préhistorique, La préhistoire néo-calédonienne ». Journal de la Société des Océanistes, 9 : 55-77.

Posth, C., K. Nägele, H. Colleran, F. Valentin, S. Bedford, K.W. Kami, R. Shing, H. Buckley, R. Kinaston, M. Walworth, G.R. Clark, C. Reepmeyer, J. Flexner, T. Maric, J. Moser, J. Gresky, L. Kiko, K.J. Robson, K. Auckland, S.J. Oppenheimer, A.V.S. Hill, A.J. Mentzer, J. Zech, F. Petchey, P. Roberts, C. Jeong, R.D. Gray, J. Krause & A. Powell, 2018. “Language continuity despite population replacement in Remote Oceania”. Nature ecology & evolution, 2: 731-740.

Sand, Christophe, 1995. « Le temps d’avant » : préhistoire de la Nouvelle-Calédonie. Contribution à l’étude des modalités d’adaptation et d’évolution des sociétés océaniennes dans un archipel du Sud de la Mélanésie. Paris : Éditions L’Harmattan.

Sand, Christophe, 1996. “Recent developments in the study of New Caledonia’s prehistory”. Archaeology in Oceania, 31: 45-71.

Sand, Christophe, 1997a. « Variété de l’habitat ancien en Nouvelle-Calédonie : étude de cas sur des vestiges archéologiques du Centre-Nord de la Grande-Terre ». Journal de la Société des Océanistes, 104 : 39-66.

Sand, Christophe, 1997b. « Lapita » Collection de poteries du site de Foué. Nouméa : Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 7.

Sand, Christophe, 1999a. “From the swamp to the terrace: intensification of the horticultural practices in New Caledonia from fist settlement to European Contact”. In C. Gosden and J. Hather (eds), The Prehistory of Food. One World Archaeology Series n°32. London and New York: Routledge, p. 252-269.

Sand, Christophe, 1999b. Archéologie des Origines : le Lapita calédonien/Archaeology of the Origins: New Caledonia’s Lapita. Nouméa : Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 10.

Sand, Christophe, 2000. “Archaeology as a way to a shared future in New Caledonia?” In I. Lilley (ed.), Native Title and the Transformation of Archaeology in the Postcolonial World. Oceania Monograph 50. Sydney: University of Sydney, p. 164-180.

Sand, Christophe, 2003. “Introduction to a conference: commemorating the first excavation at Lapita”. In C. Sand (ed.), Pacific Archaeology, assessments and prospects. Proceedings of the International Conference for the 50th anniversary of the first Lapita excavation. Koné-Nouméa 2002. Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 15. Nouméa : Service des Musées et du Patrimoine, p. 1-10.

Sand, Christophe, 2005. “Le passé dans un contexte colonial au « Pays du non-dit »”. Les nouvelles de l’archéologie 99, p. 20-26.

Sand, Christophe, 2008. « Partage du patrimoine pour les citoyens calédoniens de demain ». In A. Le Bourlot (éd.), Aux bâtisseurs de l’école de la réussite. Nouméa : SCEREN-CDP Nouvelle-Calédonie, p. 108.

Sand, Christophe, 2016. Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique. Bilan 2010-2015. Archeologia Pasifika 6. Nouméa : Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique.

Sand, Christophe, 2017. « Des musées archéologiques en Océanie ? Ou la difficulté d’exposer le “temps long” dans un contexte postcolonial ». Les nouvelles de l’archéologie, 147 : 8-13.

Sand, Christophe & Stuart Bedford (eds), 2010. Lapita. Ancêtres oceaniens, Oceanic Ancestors. Paris : Somegy Éditions d’Art/Musée du Quai Branly.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 1994. Entre mer et montagne. Inventaire archéologique de la Commune de Païta (Province Sud). Nouméa : Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 4.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 1995. Contribution à la reconstitution de la préhistoire des îles Loyauté. Nouméa : Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 5.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2000. « Les sociétés pré européennes de Nouvelle-Calédonie et leur transformation historique. L’apport de l’archéologie ». In A. Bensa et I. Leblic (eds), En pays kanak : Ethnologie, linguistique, archéologie, histoire de la Nouvelle-Calédonie. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 171-194.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2003a. “Prehistoric Cultural Evolutions in a Melanesian Archipelago: the New Caledonia example”. Antiquity, 77(297) : 505-519.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2003b. « Les aléas de la construction identitaire multi-ethnique en Nouvelle-Calédonie : quel passé pour un avenir commun ? » Journal de la Société des Océanistes, 115 : 148-169.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2005. “What is Archaeology for in the Pacific? History and Politics in New Caledonia”. In I. Lilley (ed.), Archaeology of Oceania: Australia and the Pacific Islands. London: Blackwell Publishing, p. 322-345.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2006. “Historical Archaeology in Island Melanesia: First Research on the Convict Settlements of New Caledonia”. New Zealand Journal of Archaeology, 27: 145-161.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2007. “What were the real numbers? The Question of Pre-Contact Population Densities in New Caledonia”. In P.V. Kirch and J.L. Rallu (eds), The Growth, Regulation, and Collapse of Island Societies: Archaeological and Demographic Perspectives from the Pacific (chapitre 15). Honolulu: University of Hawaii Press, p. 306-325.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2008. « Archéologie et identités en Mélanésie insulaire, ou les multiples lectures du passé structurant l’émergence de « mythes fondateurs ». Une étude de cas sur le Lapita ». In E. Wadrawane et F. Angleviel (eds). Histoire Kanak. Nouméa : Annales d’Histoires Calédoniennes 2, p. 25-52.

Sand, Christophe, Jacques Bolé & André John Ouetcho, 2011. « Évolutions du discours archéologique sur 150 ans d’histoire coloniale et postcoloniale en Nouvelle-Calédonie. Un cas d’école ». Les nouvelles de l’archéologie, 126 : 37-40.

Sand, Christophe & Patrick Kirch, 2002. “Lapita was name of village at this site”. L’expédition archéologique d’Edward W. Gifford et Richard Shutler Jr. en Nouvelle-Calédonie au cours de l’année 1952/Edward W. Gifford and Richard Shutler’s Archaeological Expedition to New Caledonia in 1952. Nouméa : Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 13.

Sand Chistrophe, Lagarde Louis, Terebo Malia (dir.), 2013. Le passé de Déva. Archéologie d’un domaine provincial calédonien. Archeologia Pasifika 2. Nouméa : Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Pacifique.

Sarasin, Fritz, 1917. La Nouvelle-Calédonie et les Îles Loyauté. Bâle : Georg.

Sarasin, Fritz, 1924. « Sur les relations des néo-calédoniens avec le groupe de l’Homo-néandertahlensis ». L’Anthropologie (Paris), 34 : 193-227.

Sartre, M. 2017. « L’archéologie est-elle une science coloniale ? » In E. François et T. Serrier (eds), Europa, notre histoire. Paris : Éditions des Arènes, p. 1103-1108.

Saussol, Alain, 1979. L’Héritage. Essai sur le problème foncier mélanésien en Nouvelle-Calédonie. Paris : Publication de la Société des Océanistes 40.

Schlanger, Nathan & Anne-Christine Taylor (eds), 2012. L’archéologie des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques, Paris : La Découverte.

Schnapp, Alain, 1993, La Conquête du Passé. Aux origines de l’archéologie. Paris : Librairie Générale Française.

S.E.H. (Comité de rédaction), 1982. « Colonisation, histoire et engagement ». Bulletin de la Société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie, 52 : 25-48.

S.E.H. (Conseil d’administration), 1998. « Rapport général sur les recherches entreprises à partir de vestiges humains préhistoriques dans un abri sous roche en Nouvelle-Calédonie-1988-1996 ». Bulletin de la Société d’Études Historiques de Nouvelle-Calédonie, 114 : 57-76.

Sémah, Anne-Marie, 1998. « Recherche des traces de la première conquête des vallées du nord de la Grande Terre (Nouvelle-Calédonie) ». Journal de la Société des Océanistes, 107 : 169-178.

Sénat Coutumier, 2017. « Délibération n° 12-2017/SC du 18 mai 2017 relative aux recueils d’acide désoxyribonucléique (ADN) et ribonucléique (ARN) sur des sujets autochtones (Kanak) en Nouvelle-Calédonie, à des fins non médicales ». Journal officiel de la Nouvelle-Calédonie, 25 juillet 2017 : 9840.

Siorat, Jean-Pierre, 1990. “A technological analysis of Lapita pottery decoration”. M. Spriggs (ed.), Lapita Design, Form and Composition. Occasional papers in Prehistory 19. Canberra: Australian National University Press, p. 59-82.

Smart, Colin D. n.d. “Notes on the Pottery Sequence obtained from Southern New Caledonia”. Rapport interne, Australian National University.

Surleau, A. 1970. « Les pétroglyphes de Katiramona ‹ vus › par un sujet en sommeil hypnotique ». Bulletin de la Société d’Études Historiques de la Nouvelle-Calédonie, 3 : 34-36.

Tcherkézoff, Serge, 2009. Polynésie / Mélanésie – L’invention française des « races » et des régions de l’Océanie (xvie-xxe siècles). Papeete : Au vent des îles.

Terrier, Christine, 2003. La colonisation de peuplement libre en Nouvelle-Calédonie (1889-1909) ou les conséquences de la confrontation entre intérêts métropolitains et insulaires dans l’évolution d’une utopie française en Océanie vers un type colonial spécifique. Thèse de doctorat en histoire non publiée. Nouméa : Université de la Nouvelle-Calédonie.

Testart, Alain, 2012. « La préhistoire des autres : du déni au défi ». In N. Schlanger et A.-C. Taylor (eds), L’archéologie des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques. Paris : La Découverte, p. 31-40.

Tjibaou, Jean-Marie, 1976. « Recherche d’identité mélanésienne et société traditionnelle ». Journal de la Société des Océanistes, 53 : 281-292.

Tjibaou, Jean-Marie & Pierre Missotte, 1976. Kanaké, Mélanésien de Nouvelle-Calédonie. Nouméa : Société nouvelle des éditions du Pacifique.

Valentin, Frédérique, Détroit, François, Spriggs, Matthew & Stuart Bedford, 2016. “Early Lapita skeletons from Vanuatu show Polynesian craniofacial shape: Implications for Remote Oceanic settlement and Lapita origins”. Proceedings of the National Academy of Science, 113 (2): 292-297.

Vanderval, R. n.d. “A ceramic sequence for southern New Caledonia ». Rapport interne, Australian National University Canberra.

Van Mai, J. 1994. « Chân Dang ». In P. De Deckker (éd.), Le peuplement du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie au xixe siècle. Condamnés, colons, convicts, Chân Dang. Paris : L’Harmattan, p. 294-303.

Woudjo, L. 2004. « L’approche romantique de l’histoire face à l’approche scientifique de l’histoire ». Mwà Véé, 44 : 14-20.

Notes

1 Malgré la longueur de la bibliographie, organisée avec pour objectif d’être représentative de la diversité des productions au cours du temps, cet article n’est pas le lieu pour faire référence à l’ensemble des ouvrages, articles et rapports publiés sur l’archéologie du pays calédonien.

2 Alors que les Kanak considèrent généralement ces événements comme des faits indiscutables, ces récits font débat parmi les anthropologues, certains spécialistes niant purement et simplement leur véracité historique (voir Guiart 2002). Afin d’éviter la polémique, cette question n’est pas développée plus avant ici. Pour un exemple, voir Mathieu 1868.

3 Pour une analyse plus détaillée de cette première période, voir Dotte-Sarout 2017.

4 Les premières décennies du xxe siècle sont historiquement caractérisées par la phase la plus dure du régime de l’indigénat mais également par la fin du processus de dépopulation Kanak et par l’apparition des premières revendications sur le foncier au retour des engagés Kanak de la Première Guerre mondiale.

5 Il doit être souligné que les écrits sur les sociétés Kanak traditionnelles publiés par M. Leenhardt ne comportent pas une réelle mise en perspective d’un cadre chronologique (voir Leenhardt 1937, p. 97).

6 Malgré six mois de mission, seuls deux entrefilets de quelques lignes sont publiés dans le journal La France Australe à propos du programme de recherches archéologiques (voir Sand et Kirch 2002, p. 183).

7 Une synthèse sur les Eletok est publiée par le père M.J. Dubois (1976).

8 Cet ouvrage a été préparé en s’appuyant sur le travail d’historiens caldoches progressistes (C. Terrier, comm. perso. 2018). Ce texte a été republié presque à l’identique en 2003 pour marquer le 150e anniversaire de la prise de possession française (comité du 150e).

9 Les rapports publiés par d’autres chercheurs n’étant pas diffusés, ce graphique ne comprend que les publications sur l’archéologie calédonienne rédigées par le DANC puis l’IANCP entre 1991 et 2017.

10 Ceci s’est traduit par des fouilles axées essentiellement sur les sites du bagne calédonien (ex. Sand et al. 2006).

11 Ce projet n’a finalement pas été finalisé par la collectivité provinciale.

12 Ces craintes font écho à de récents articles de généticiens sur le Vanuatu voisin, publiant des résultats avec des titres comme « Renouvellement de la population en Océanie lointaine peu après le premier peuplement » (Lipson et al. 2018) ou « Continuité linguistique malgré un remplacement de population en Océanie lointaine » (Posth et al. 2018) (traduction de l’auteur à partir de l’anglais). Voir également Valentin et al. 2016.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Compilation des principaux rapports internes, articles et ouvrages traitant de l’archéologie calédonienne entre la fin du xixe siècle et 1990.
Crédits C. Sand
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 2
Légende Production scientifique sur l’archéologie calédonienne du DANC/IANCP entre 1991 et 2017.
Crédits C. Sand
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search