Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 8

Redécouverte, confirmation et datation d’un profil stratigraphique décrit par Gustave Glaumont sur l’île de Ambae en 18901

Matthew Spriggs et Stuart Bedford

Texte intégral

Les auteurs ont d’abord été alertés de la présence de matériel culturel dans des berges des creeks par Paul Vuhu, fieldworker de l’ouest d’Ambae au Centre culturel du Vanuatu (VCC). Bedford a effectué des travaux sur Ambae en 2005 en collaboration avec Paul Vuhu, James Garae, alors fieldworker de l’est d’Ambae au Centre culturel du Vanuatu (VCC) et Andrew Hoffman du Centre culturel du Vanuatu (VCC), Port Vila. Claude Vusi nous a guidés vers le site initial et nous a montré une collection de tessons. En 2007, Spriggs et Bedford collaborent avec les nouveaux fieldworkers de la région, David Boe, Claude Vusi, Lonni Vusi, Ferno Vusi, Oscar Leo et Erickson Mala. Nous remercions les propriétaires fonciers Dickinson Vusi et Matthew Tari de nous avoir permis de faire des fouilles sur leurs terres. Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un projet financé par l’Australian National Research Council (ARC, DP 0556874) centré sur l’étude de la transformation culturelle dans le nord du Vanuatu. Shane Cronin de l’Université d’Auckland, a fourni de précieuses références et informations sur les tephrostratigraphies d’Ambae.

Introduction

  • 1 Traduit de l’anglais par Frédérique Valentin et Anne Di Piazza.

1L’objectif premier de ce chapitre est de souligner tout l’intérêt qu’il y a à examiner l’histoire archéologique de notre région. Un tel examen est précieux non seulement parce qu’il permet de mener une réflexion sur l’histoire des idées et des idéologies développées sur le Pacifique – ce qui bien sûr est très important. Cela peut aussi, dans certains cas, être directement utile pour définir les programmes de recherche d’aujourd’hui. L’exemple discuté ici est celui de la courte visite de Gustave Glaumont sur l’île d’Ambae au Vanuatu le 28 août 1890. C’est le premier exemple connu retraçant la découverte d’un site archéologique sur cette île. Il faudra attendre 115 ans de plus pour que des observations archéologiques détaillées soient à nouveau conduites sur Ambae. Celles-ci ont été menées par les auteurs du présent article, suite à leur lecture du récit de la visite de Glaumont (Glaumont 1895, 1899 [publié à nouveau en 2013]).

2Les informations qui nous ont été données en 2005 par un habitant de la région, Paul Vuhu, ont fait sens dans le contexte des publications de Glaumont, et aiguisé notre désir de visiter l’île. En conséquence, nous sommes maintenant en mesure de mieux interpréter les résultats originaux de Glaumont dans le contexte de la connaissance actuelle de l’archéologie du Vanuatu. Ce travail a également eu des implications pour la gestion des risques volcaniques sur l’île, en montrant que les zones qui, jusqu’à présent, étaient considérées comme relativement sûres et appropriées pour faire des centres d’évacuation ont souffert d’un volcanisme catastrophique au cours des dernières centaines d’années. À partir de la fin du mois de septembre 2017, toute l’île a été évacuée pendant plus d’un mois et 12 000 personnes ont été déplacées suite à l’éruption du Mont Manaro sur l’île. Les conclusions originales de Glaumont, comme nous l’avons confirmé, ont certainement joué un rôle dans la décision du Bureau National de la Gestion des Catastrophes (NDMO) du gouvernement du Vanuatu d’évacuer toute la population plutôt que de la déplacer aux extrémités est et ouest de l’île, comme cela avait été le cas lors des éruptions précédentes.

3L’île d’Ambae (405 km2) est située au cœur du nord du Vanuatu (figure 1A). C’est le plus grand des volcans actifs, mais aussi un des plus dangereux de l’archipel. L’île est dominée par le volcan Manaro, haut de 1 496 mètres. À son sommet il y a deux lacs de caldeira connus sous les noms de Vui et Manaro. Les deux masses d’eau qui recouvrent l’évent actif sont constituées d’environ 50 millions et 11 millions de m3 d’eau respectivement (Cronin et al., 2004) (figure 1B). L’histoire éruptive de l’île n’est pas bien connue, mais on pense, en se basant sur l’évaluation des niveaux d’érosion, que le cône dominant de Manaro s’est formé il y a 2000 ans (Warden 1970 : 117). Les coulées de lave subséquentes et les lahars de ces derniers siècles ont été signalés comme ayant détruit des villages et conduit à d’importantes pertes humaines (Cronin et al., 2004 : 653). Les dernières éruptions intra-caldeira ont temporairement formé une île dans le lac Vui en décembre 2005 (Bani et al. 2009 ; Bedford, observation personnelle ; Nemeth et Cronin 2009) et à nouveau en septembre 2017 (Spriggs, observation personnelle et comptes rendus médiatiques).

Figure 1

Figure 1

A. Vanuatu.
B. Île d’Ambae (modifié d’après NASA/JPL/NGA).
C. Zone de la prospection côtière et sondages.
D. Région nord d’Ambae et ruisseau asséché.

Stuart Bedford et Matthew Spriggs.

4Les indices et l’influence de tels événements se retrouvent dans les fouilles archéologiques à travers l’ensemble de l’archipel du Vanuatu – comme celle du Père Suas sur Ambrym (Suas 1902, 1917-1918 ; voir Dotte-Sarout 2017 : 29-30) et dans les fouilles de José Garanger (1972) sur Tongoa dans le centre du Vanuatu. Ils sont un rappel constant de l’impact majeur qu’a eu l’activité volcanique sur l’histoire humaine des îles. Il est ironique qu’Ambae, qui n’a reçu jusqu’à maintenant qu’une attention archéologique minimale, ait été la première île du Vanuatu où les gisements archéologiques profondément enfouis ont été décrits et publiés (Glaumont 1895, 1899 [2013]).

Les découvertes de Glaumont en 1890

5Gustave Glaumont, fonctionnaire pénitentiaire de Nouvelle-Calédonie durant près de six ans à partir de 1884 (voir Patole-Edoumba 2013 et ce volume pour une brève biographie), réussit à organiser un tour rapide du Vanuatu en 1890, sur le chemin de son retour en France. Glaumont publia plusieurs articles novateurs ayant pour thématique les coutumes, le style de vie, l’art rupestre et la subsistance de la Nouvelle-Calédonie (voir Patole-Edoumba, ce volume). Mais il peut également être crédité d’un certain nombre de publications novatrices en lien avec les observations archéologiques du Pacifique occidental. Il fut le premier à remarquer des dépôts archéologiques contenant de la poterie en Nouvelle-Calédonie (Glaumont 1889), et le relevé stratigraphique datant de 1895 où sont signalées des poteries relativement profondes (figure 2) représente à la fois la première observation publiée de dépôts archéologiques au Vanuatu et le premier profil stratigraphique du Pacifique occidental (Glaumont 1895 : 50). Ce premier profil stratigraphique provenait des berges d’un ruisseau quelque part dans le nord d’Ambae.

Figure 2

Figure 2

Profil stratigraphique relevé par Gustave Glaumont

D’après Glaumont 1895.

6Glaumont était à bord du Maire, une petite goélette venue de l’île de Santo. Il a écrit dans son journal de bord :

« Je vais à terre, accompagné du capitaine Gaspard et du matelot canaque Katcho. Nous nous engageons dans une sorte de gorge de gave, complètement à sec à l’heure actuelle, mais qui doit être un torrent impétueux pendant la saison des pluies […] La berge de la rive droite est une haute muraille argileuse, verticale ; en m’approchant, je constate qu’elle a de 5 à 8 mètres de hauteur.

En l’examinant de plus près, nous voyons qu’à 2 m, 50 de hauteur, il règne un cordon noirâtre, large de 0 m, 25 ; j’en détache un morceau, et je constate que cette tranche noirâtre n’est qu’une couche de scories volcaniques, de grenailles de fer, etc.

Enfin la chose la plus remarquable est qu’au-dessous de cette tranche de scories de 0 m, 25 d’épaisseur, le capitaine Gaspard, Katcho et moi, nous avons détaché, dans la couche argileuse inférieure, des fragments d’une poterie grossière, sans dessins ni gravures d’aucune sorte » (Glaumont 1895 : 50 ; cf. 1899 : 66 [2013 : 84] avec une phraséologie quelque peu différente).

7Glaumont a noté que pour une section de 5-6 mètres de haut, de grands tessons non décorés de poterie étaient situés à environ 2,5 m sous les dépôts de scories volcaniques, eux-mêmes ensevelis sous 2,5 m d’autres dépôts volcaniques. La poterie a été décrite comme « primitive, grossière ; on n’y voit ni dessin, ni gravure ; elle est mal cuite et noirâtre » (1895 : 51).

8Il a décrit la population actuelle comme composée de « Polynésiens ou métis de Polynésiens et de Mélanésiens » (1895 : 50) et ailleurs « de race polynésienne, ayant détruit ou absorbé les anciens habitants de l’île, frères des Canaques de Santo qui font encore de la poterie » (1895 : 51). On pensait alors que la poterie avait été fabriquée par les premiers habitants de l’île car la population locale de l’époque ne connaissait pas « au dire de tous les voyageurs » (1895 : 51) la poterie. En fait, nous savons aujourd’hui que c’est erroné – de la poterie était produite à la période de contact au XIXsiècle sur Ambae et à l’époque les gens auraient dû s’en rappeler. Mais il n’y a aucune preuve que Glaumont ait réellement parlé aux habitants d’Ambae durant sa visite. Dans le sud d’Ambae, il existe aujourd’hui un terme vernaculaire pour désigner la poterie, vuro, et il existe des traditions orales relatives aux sources d’argile utilisées pour la fabrication de poteries. Glaumont pensait comme tous les savants de l’époque que : « La poterie est caractéristique des Mélanésiens en général ; elle n’a pu leur venir des Malayo-Polynésiens, ceux-ci ne la connaissant pas » (1895 : 44).

Le terrain de 2005 et 2007

9Plus de 115 ans après, les observations stratigraphiques de Glaumont ont pu être confirmées. Le nord d’Ambae, par opposition au centre et une grande partie de l’ouest, est caractérisé par un paysage plus vallonné avec de larges plaines côtières dans le nord-est. À Saratamata, dans le Nord, la plaine côtière s’étend jusqu’à la mer sans transition abrupte au niveau de la plage. L’érosion côtière et l’empiétement de la mer sur la terre sont des caractéristiques constantes et évidentes du nord-est où des cocotiers morts peuvent par endroits être vus à quelque 50 mètres dans la mer. Plus au sud, le terrain s’élève lentement et, à partir de Vatumemea, le littoral du sud-est caractérisé par une falaise en cours d’érosion qui, à certains endroits, fait plus de 2 m de haut.

10Les niveaux culturels ont été remarqués pour la première fois en 2005 sur une section côtière en cours d’érosion, de 1 mètre de haut à Vatumemea (voir la figure 1C pour l’emplacement) et une collection de poterie a été constituée par les propriétaires fonciers locaux. En août 2005, les auteurs alertés par Paul Vuhu, fieldworker d’Ambae pour le Centre culturel du Vanuatu (VCC), se sont rendus sur l’île en décembre. Dans cette zone côtière, il semblait y avoir un seul niveau culturel enfoui sous tout au plus 50 cm de téphras volcaniques et de coulées pyroclastiques. Au cours d’une autre prospection plus au sud et toujours le long de la côte, ce même niveau a pu être suivi sur environ 2,5 km. Des dépôts culturels ont été identifiés sur tout le long du littoral qui s’érode rapidement. Dans une baie plus abritée connue sous le nom de Vatulawoo, au sud de Longana, la section de la plage atteint une hauteur de plus de 2 m et un nouveau dépôt culturel plus récent a pu être identifié (figure 3).

Figure 3

Figure 3

Relevé stratigraphique et photographie de la section naturelle côtière près de Vatulawoo montrant les principaux dépôts volcaniques et les éléments culturels.

Stuart Bedford et Matthew Spriggs

11Une autre campagne de fouille a été menée en juin 2007 au cours de laquelle deux sondages de 1 m par 1 m, situés à plusieurs mètres en arrière de la ligne de côte en cours d’érosion et distants de plus de 2 km l’un de l’autre, l’un à Vatulawoo et l’autre à Vatumemea (figures 4A et B), ont été fouillés afin de recueillir des échantillons dont la provenance est bien établie pour des datations ainsi que des tessons.

  • 2 Les calibrations, utilisant OxCal v. 3.10 (Bronk Ramsey 2005), ont été fournies par Fiona Petchey, (...)

12Prenant tous les sites ensemble, à la fois les dépôts fouillés et la section côtière exposée, les dates acceptables semblent se regrouper en trois périodes distinctes : la couche 3 peut être datée entre 1830 et 1530 cal. BP, la partie inférieure de la couche 1 entre 790-670 cal. BP et le dépôt culturel le plus haut entre 470-140 cal. BP2. Cela signifie que la coulée pyroclastique, très destructive, qui se trouve entre les deux niveaux culturels s’est déposée entre 1710-1530 cal. BP et 790-670 cal. BP. Comme nous le verrons plus tard, cet intervalle de temps va pouvoir être réduit.

13Après l’achèvement de la fouille des sondages, une prospection de l’extrémité nord d’Ambae a été conduite pour tenter de localiser le ruisseau asséché dans lequel Glaumont avait fait ses observations initiales. La délimitation de la zone la plus prometteuse a été facilitée par le fait qu’il y a peu de ruisseaux asséchés dans le nord de l’île et qu’une grande partie de la ligne de côte est constituée de falaises abruptes. En conduisant sur plusieurs kilomètres à l’ouest de Saratamata, le centre administratif de l’île, le long de la route côtière flanquée de falaises abruptes, nous sommes arrivés sur une plaine côtière plus ouverte, de trois kilomètres de long qui descend progressivement vers une plage abritée. La zone est un mouillage connu et la plaine côtière est coupée par quatre ruisseaux asséchés aux parois abruptes. Les deux ruisseaux les plus à l’ouest ont été prospectés en premier et bien que la stratigraphie ressemblât à celle décrite par Glaumont, aucune trace de poterie n’a été vue dans les berges exposées. C’est au troisième ruisseau, Waliueru, que de la poterie a été identifiée sous la couche de téphras et la coulée pyroclastique. Les nombreux tessons épais et non décorés simples ainsi que les tessons plus minces à engobe rouge ressemblaient aux poteries des niveaux culturels les plus profonds de Vatulawoo et de Vatumemea.

Figure 4

Figure 4

Profils stratigraphiques relevés dans les sondages de Vatulawoo (A), Vatumemea (B) et dans le profil naturel du ruisseau asséché de Vatuwenuwenu (voir le texte pour les descriptions).

Matthew Spriggs et Stuart Bedford.

14La prospection conduite à hauteur du ruisseau asséché suivant, Vatuwenuwenu (voir la figure 1D pour l’emplacement), a révélé d’autres vestiges archéologiques pris en sandwich entre les mêmes couches volcaniques. La stratigraphie à quelque 250 m de la plage à l’intérieur des terres était de 2,2 m de profondeur et était constituée des couches suivantes (figure 4C). La couche 1 (0-70 cm) était formée d’un sédiment élaboré riche en téphras, comprenant un seul et unique tesson comme indice archéologique. La couche 2 était une coulée pyroclastique indurée de 20 cm d’épaisseur. Un échantillon de charbon, susceptible de donner une bonne indication de la date de cet événement éruptif, a été prélevé juste au-dessous de cette couche (BP 810-680 : indiqué 6 sur la figure). La partie supérieure de la couche 3 comprend des téphras remaniés d’environ 40-50 cm d’épaisseur avec deux lentilles de charbon distinctes (dont la plus basse contenait des pierres basaltiques de chauffe) associées à des vestiges de fours.

15Un échantillon de charbon de bois provenant du foyer inférieur, 140 cm sous la surface, a fourni une date de 910-740 cal. BP (cerclé en tant que 7 sur la figure). Un tesson à engobe rouge avec des pustules a été retrouvé dans la structure. Sous ce foyer inférieur, s’observe un autre dépôt de téphras jaune-orangé, épais de 80-90 cm, atteignant la base du ruisseau. Si l’on suppose que ce dépôt pyroclastique est le même que celui mis au jour dans les dépôts côtiers de Vatulawoo et de Vatumemea nous pouvons alors envisager que sa datation soit comprise entre 790-670 cal. BP Vatulawoo (date déjà discutée, cerclée en tant que 2) et 810-680 cal. BP (Vatuwenuwenu, cerclé en tant que 6). Cela suggère une éruption volcanique autour de 750 cal. BP.

  • 3 “Ambae’s 117 year old mystery solved”, Premiere page du Vanuatu Daily Post, 30 juin 2007.

16Nous n’avons retrouvé de la poterie que le long des berges du ruisseau, en dessous de la route et à quelque 250-300 m de la plage actuelle, à l’intérieur des terres. Bien que nous soyons convaincus que Glaumont ait fait ses observations originales sur cette plaine côtière, sa description d’une section de 5 à 6 m de haut suggère que le segment de la berge du ruisseau qu’il décrit, n’a pas encore été localisé. Il est peut-être plus à l’intérieur des terres dans une zone où la terrasse s’incline vers le haut, vers les collines. Ainsi, comme l’indiquait la une du Vanuatu Daily Post du 30 juin 2007, 117 ans de mystère à Ambae se trouvaient résolus3 ?

17Le matériel collecté lors des prospections et des fouilles se compose de fragments de poteries. Parmi les autres artefacts figurent des pierres basaltiques de chauffe provenant de la couche culturelle supérieure, dont certaines dans la section de la plage, semblaient être contenus dans des fours. Les coquilles et les os sont remarquablement rares et, lorsqu’ils sont présents, ils sont fortement dégradés en raison de la nature acide des téphras. Seul un talon d’herminette en coquille de Tridacna sp., en mauvais état de conservation, a été retrouvé dans la couche culturelle supérieure du sondage de Vatumemea (dans la couche 1.3). Les restes osseux dans la couche culturelle supérieure de la section côtière comprennent des os humains correspondant à une sépulture démantelée. Les os retrouvés dans les sondages sont ceux de cochons ; les os humains et de poissons étant très rares sur l’ensemble des stratigraphies.

18Une analyse détaillée de ces assemblages sera présentée ailleurs. Nous proposons ici, une brève description des styles de poterie pour souligner les liens entre Ambae et d’autres îles du nord du Vanuatu. Les céramiques des couches culturelles supérieure et inférieure sont clairement différentes. Les poteries les plus récentes correspondent à un style très répandu, dont la distribution recouvre en partie les îles dites de la « Méditerranée océanienne » par Bonnemaison (1996 : 208), à savoir Malakula, Malo, Santo, Ambae, Pentecôte et Maewo.

19Nommée par Bedford Chachara Ware et provisoirement datée entre 600-200 BP, cette poterie ne se retrouve que sur les sites d’habitat et les sites cérémoniels des zones associées à un système politique distinctif fondé sur une hiérarchie de grades, atteints grâce à une succession d’épreuves rituelles et économiques complexes (Bedford, 2006 : 151). Ceux-ci impliquent le sacrifice de cochons (Sus scrofa) dont les canines forment un cercle complet – nommé fautivement « babyroussas » par Glaumont (cité par Capitan 1901 : 121). Ce système qui ne s’observe que dans le nord de l’archipel, contraste de manière significative avec les systèmes hiérarchiques du centre et du sud qui sont plutôt hérités qu’acquis (voir la carte dans Bonnemaison 1996 : 201). Les dates obtenues pour ce style de poterie à Ambae (470-140 cal. BP) correspondent aussi à la chronologie établie pour Malakula.

20Des parallèles directs avec les céramiques de la couche culturelle inférieure d’Ambae peuvent à nouveau être établis avec les céramiques collectées tant en surface qu’en fouilles sur Malaluka et d’autres îles du nord de l’archipel (Bedford 2006). Les dates obtenues pour Ambae fournissent à cet égard les datations les plus fiables (1830-1530 cal. BP) pour ce type de matériel. Les tessons à engobe rouge de la couche culturelle inférieure rappellent la poterie de Santo et la poterie découverte récemment dans les Îles Banks, plus au nord (Bedford et Spriggs 2008).

21Ces données apportent des détails sur la profondeur historique et la connectivité des relations culturelles interinsulaires du nord du Vanuatu ainsi que sur leur changement d’orientation géographique. La poterie d’Ambae indique des liens culturels forts avec Malakula datant d’au moins 1800 ans et qui se sont prolongés jusqu’à un passé récent. Les forces de ces liens culturels sont susceptibles d’avoir fluctué sur une période aussi longue. Ceci est peut-être démontré par les ressemblances qui s’observent entre certaines poteries d’Ambae datant d’il y a 1800-1900 ans et celles de Santo. Ces liens sont significatifs car ils laissent entrevoir où les populations d’Ambae pourraient s’être déplacées si une activité volcanique extrême avait justifié l’évacuation d’une partie ou de l’ensemble de l’île.

Discussion

22Le relevé et la description du profil stratigraphique effectués par Glaumont nous avaient depuis longtemps intrigués. Nous avions prévu d’essayer de localiser précisément où ce dernier était arrivé sur Ambae et où il avait trouvé des indices d’un volcanisme catastrophique ayant affecté l’île pendant son histoire humaine, à savoir durant les derniers 3000 ans. Nous nous sommes souvenus du travail de Glaumont quand en 2005, la nouvelle de la découverte de tessons de poteries sur Ambae résultant d’une érosion côtière est parvenue au Centre Culturel du Vanuatu (VCC). La prospection effectuée en 2005 par Bedford a confirmé le potentiel de la région pour comprendre les effets des éruptions volcaniques sur la population d’Ambae, et le travail de terrain entrepris par Bedford et Spriggs en 2007 était explicitement conçu pour dater cette activité volcanique et pour re-localiser le site identifié par Glaumont en 1890.

23Ce qui aurait pu être interprété comme un effet très localisé du volcanisme si nous n’avions étudié que la récente découverte de poterie dans l’est d’Ambae, s’est avéré d’une envergure beaucoup plus large lorsque la zone où Glaumont effectua ses observations est prise en compte. Cette redécouverte a permis de démontrer que le modèle de la catastrophe volcanique répétée identifié à partir de l’étude des sites d’érosion côtière de l’extrémité orientale de l’île était en fait représentatif d’un impact volcanique sur les espaces habités beaucoup plus étendu. Ce dernier modèle liant les observations de Glaumont aux nôtres réalisées à plusieurs kilomètres de distance a permis de convaincre le Bureau National de Gestion des Catastrophes (NDMO) du gouvernement du Vanuatu qu’en cas d’importante activité volcanique il serait souhaitable d’évacuer toute la population de l’île vers des îles voisines plus sûres. Les recommandations précédentes étaient de concentrer la population affectée loin de la zone du sommet, aux extrémités est et ouest d’Ambae. Nous avons montré, à la suite de la découverte originale faite par Glaumont, que l’extrémité est de l’île s’avère elle-même être une zone potentiellement extrêmement dangereuse en cas d’activité volcanique accrue.

24Il est clair que les plaines côtières du nord-est d’Ambae ont été formées principalement par l’activité volcanique. Les premiers dépôts volcaniques majeurs apparaissent il y a au moins 1800 ans. Ils sont potentiellement associés à la formation de la caldeira de Manaro, et ultérieurement à la formation de cônes post-caldeira des lacs Vui et Manaro en 495-298 cal BP (Warden 1970 : 120, date calibrée par les auteurs), mais aussi potentiellement à de nombreux autres cratères de type phréatique. La lave a d’abord coulé au-dessus du récif frangeant et des téphras se sont déposés au-dessus par la suite.

25Il existe des preuves d’une occupation humaine importante le long de la zone côtière du nord-est, établie sur la coulée de lave initiale et les téphras tombés il y a environ 1800 ans et autour de 850 BP sur la côte nord. Cette occupation a été interrompue par une activité volcanique catastrophique ultérieure, datant de peu après cette dernière période, et dont l’origine se situe probablement parmi les cratères de la pointe orientale de l’île. Après une période d’abandon, la population a réinvesti cette région côtière, des villages plus concentrés apparaissant vers 400 BP. La nature clairsemée des amas coquilliers (midden) suggère un modèle de peuplement dispersé mais généralisé à l’ensemble de la côte, existant sur une relativement courte durée à différents endroits.

26Cette recherche et les travaux géologiques de l’Université de Massey en Nouvelle-Zélande (Cronin et al., 2004, 2008 ; Németh et Cronin 2009) ont montré que les cartes du risque volcanique d’Ambae en usage avant la dernière éruption de 2017 devraient être révisées, d’autant plus que la zone généralement considérée comme l’une des plus sûres de l’île s’avère avoir été affectée de façon catastrophique par des coulées pyroclastiques il y a seulement 750 ans.

Conclusion

27Les résultats de cette recherche ont mis en évidence les changements radicaux de paysages qui existent sur les îles volcaniques telles qu’Ambae, un facteur constant pesant sur la vie des habitants. Cependant, l’histoire géomorphologique et humaine d’Ambae reste relativement méconnue. L’île est reconnue comme abritant l’un des volcans les plus dangereux de l’archipel de Vanuatu et les sections côtières de la côte nord-est confirment que l’activité volcanique a eu un impact majeur sur la vie de la population dans le passé. D’autres prospections sur les côtes et dans les vallées aux berges exposées sont susceptibles de révéler des informations similaires. Ces dernières, combinées à d’autres données géologiques, fourniront des indications supplémentaires précieuses pour améliorer les stratégies conçues pour minimiser l’impact des catastrophes volcaniques futures, rendant ainsi justice aux observations archéologiques, importantes et pionnières, faites par Gustave Glaumont il y a plus d’un siècle.

Bibliographie

Bani, Philipson, Join, J.-L., Cronin, Shane, Lardy, Michel, Rouet, Isabelle & Esline Garaebiti, 2009. “Characteristics of the summit lakes of Ambae volcano and their potential for generating lahars”. Natural Hazards Earth System Science, 9: 1471-1478.

Bedford, Stuart, 2006. Pieces of the Vanuatu Puzzle: Archaeology of the North, South and Centre. Terra Australis, 23. Canberra: Pandanus Books, The Australian National University.

Bedford, Stuart & Matthew Spriggs, 2008. “Northern Vanuatu as a Pacific Crossroads: the Archaeology of Discovery, Interaction and the Emergence of the ‘Ethnographic present’”. Asian Perspectives, 47(1): 95-120.

Bonnemaison, Joël, 1996. “Graded societies and societies based on title: forms and rites of traditional political power in Vanuatu”. In J. Bonnemaison, K. Huffman, C. Kaufmann & D. Tryon (eds), Arts of Vanuatu. Bathurst: Crawford House Press, p. 200-216.

Bronk Ramsey, Christopher, 2005. OxCal Program v. 3.10. Oxford: University of Oxford Radiocarbon Unit.

Capitan, Louis, 1901. « Les pierres à cupules ». Revue de l’École d’Anthropologie de Paris, 4: 114-127.

Cronin, Shane, Gaylord, David, Charley, Douglas, Alloway, Brent, Wallez, Sandrine & Job Esau, 2004. “Participatory methods of incorporating scientific with traditional knowledge for volcanic hazard management on Ambae Island, Vanuatu”. Bulletin of Volcanology, 66: 652-668.

Cronin Shane, Németh, Karoly and Vincent E. Neall, 2008. “Volcanism and archaeology”. In Deborah M. Pearsall (ed), Encyclopedia of Archaeology. New York: Academic Press, p. 2185-2196.

Dotte-Sarout, Émilie, 2017. “How dare our ‘prehistoric’ have a prehistory of their own?! The interplay of historical and biographical contexts in early French archaeology of the Pacific”. Journal of Pacific Archaeology, 8(1): 23-34.

Garanger, José, 1972. Archéologie des Nouvelles-Hébrides : contribution à la connaissance des îles du centre. Publications de la Société des Océanistes, 30. Paris : ORSTOM.

Glaumont, Gustave, 1889. « Fouilles à Bourail ». Revue D’Ethnographie, 8 : 214-215.

Glaumont, Gustave, 1895. « De l’art du potier de terre chez les Néo-Calédoniens ». L’Anthropologie, 16 : 40-52.

Glaumont, Gustave, 1899. Voyage d’exploration aux Nouvelles-Hébrides. Niort : Lemercier et Alliot.

Glaumont, Gustave, 2013. Voyage d’exploration aux Nouvelles-Hébrides, avec une collection d’objets conservés au Château des Ducs de Bretagne. Introduction et notes D’Élise Patole-Edoumba. La Rochelle : Salam Éditions.

Mc Cormac, Gerry, Hogg, Alan, Blackwell, Paul, Buck, Caitlin, Higham & Tom and Paula Reimer, 2004. “SHCal04 Southern Hemisphere Calibration, 0 – 11.0 kyr BP”. Radiocarbon, 46: 1059-1086.

Németh, Karoly & Shane Cronin, 2009. “Phreatomagmatic volcanic hazards where rift systems meet the sea, a study from Ambae Island, Vanuatu”. Journal of Volcanology and Geothermal Research, 180: 246-258.

Patole-Edoumba, Élise, 2013. « Introduction ». In Gustave Glaumont 2013, Voyage d’exploration aux Nouvelles-Hébrides, avec une collection d’objets conservés au Château des Ducs de Bretagne. Introduction et notes D’Élise Patole-Edoumba. La Rochelle : Salam Éditions, p. 7-22.

Suas, Jean-Baptiste, 1902. « Découvertes de tombes anciennes à Ambrym ». Les Missions Catholiques : bulletin hedomadaire de l’œuvre de la propagation de la foi, 34 : 593.

Suas, Jean-Baptiste, 1917-1918. « I Talu Tei, les hommes d’autrefois, ou les premiers Hébridais ». Anthropos, 12-13 (1/2) : 201-205.

Warden, Arthur James, 1970. “Evolution of Aoba caldera volcano, New Hebrides”. Bulletin of Volcanology, 34: 107-140.

Notes

1 Traduit de l’anglais par Frédérique Valentin et Anne Di Piazza.

2 Les calibrations, utilisant OxCal v. 3.10 (Bronk Ramsey 2005), ont été fournies par Fiona Petchey, University of Waikato, Radiocarbon Dating Laboratory. Les calibrations utilisent les données atmosphériques de l’hémisphère sud d’après McCormac et al. (2004). Les échantillons sont indiqués dans la figure 4, cerclés en tant que 3 et 5, 2, et 1 et 4.

3 “Ambae’s 117 year old mystery solved”, Premiere page du Vanuatu Daily Post, 30 juin 2007.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende A. Vanuatu.B. Île d’Ambae (modifié d’après NASA/JPL/NGA).C. Zone de la prospection côtière et sondages.D. Région nord d’Ambae et ruisseau asséché.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 2
Légende Profil stratigraphique relevé par Gustave Glaumont
Crédits D’après Glaumont 1895.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure 3
Légende Relevé stratigraphique et photographie de la section naturelle côtière près de Vatulawoo montrant les principaux dépôts volcaniques et les éléments culturels.
Crédits Stuart Bedford et Matthew Spriggs
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Figure 4
Légende Profils stratigraphiques relevés dans les sondages de Vatulawoo (A), Vatumemea (B) et dans le profil naturel du ruisseau asséché de Vatuwenuwenu (voir le texte pour les descriptions).
Crédits Matthew Spriggs et Stuart Bedford.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search