Desktop versionMobile version

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 7

Des objets funéraires à l’archéologie de la mort dans les îles du Pacifique : points de vue archéologiques et archéo-anthropologiques, 1938-1985

Frédérique Valentin

Full text

Introduction

1Comment les archéologues reconstruisent-ils et interprètent-ils les pratiques funéraires passées d’Océanie ? Comment les utilisent-ils pour définir les cultures anciennes et les trajectoires historiques dans la zone Pacifique ? Des sépultures anciennes ont été observées dès les premiers travaux archéologiques menées dans la région au tournant du xxe siècle. Mais leur signification « palethnologique » (cf. Leroi Gourhan, voir Soulier 2015, 2018) n’a pas été véritablement reconnue à l’époque, entre simple mention et utilisation comme un « objet » équivalent à la poterie. Par exemple, le Père Meyer, ne fait que signaler les sépultures d’un adulte et d’un enfant sur le site de Reber Rakival à Watom, Nouvelle Bretagne, Papouasie Nouvelle-Guinée (Meyer 1910). Le Père Suas rapporte la découverte de deux (ou trois) inhumations sous des blocs de pierres à Olal, Ambrym, Vanuatu (Suas 1902 : 593) qu’il interprète suivant le paradigme de son époque en termes de vagues migratoires et races successives (Dotte-Sarout 2017). Il a en effet observé un changement de formes de fosses sépulcrales et de position des corps entre une période ancienne et le présent qu’il considère comme l’indice d’un peuplement antérieur, différent de celui d’aujourd’hui (Suas 1918). Autrefois, les défunts étaient accroupis dans de petites fosses circulaires alors qu’au moment de son observation ils étaient allongés dans des fosses de 30 à 40 cm de profondeur.

2En marge des questions de collecte des crânes, peuplement et raciologie dont l’historiographie et l’épistémologie sont étudiées par ailleurs (ex. Douglas & Ballard 2008 ; Howes 2011 ; Melander 2017), ce chapitre explore un autre versant de l’étude des restes humains : celui du contexte de leur mise en terre. Son objectif est de mesurer l’évolution des thématiques analysées et des approches mises en œuvre par des archéologues du xxe siècle pour étudier les sépultures et les comportements funéraires des sociétés océaniennes anciennes. Ce domaine de recherche est moins connu et abordé plus récemment par l’archéologie. En effet, des chercheurs anglo-américains développent depuis les années 1960-1970 (Binford 1971 ; Saxe 1970 ; Chapman 1987) des interprétations « sociales », qui étaient considérées auparavant, dans les années 1930, comme peu pertinentes (Bartel 1982 ; Rakita & Buikstra 2005). En France, à la même période, dans la seconde moitié du xxe siècle, « la sépulture devenait un objet d’étude en soi » (Lauwers & Zemour 2016 : 15). Les études funéraires engagées par des préhistoriens (ex. Bottet 1950 ; Leroi Gourhan et al. 1962) permirent alors l’essor d’une archéothanatologie ou « archéologie de la mort » (cf. Boulestin & Duday 2005 : 28). Grâce à de nouveaux concepts, principes et méthodes de fouilles et d’enregistrement sur le terrain, développés à partir des années 1970-1980, les études de sépultures débouchent aujourd’hui sur une analyse détaillée des gestes funéraires et, plus largement, du rapport des vivants aux morts et à la mort (Leclerc 1975 : Duday & Masset 1987 : Duday et al. 1990, 2014 : Duday 2009 ; pour un historique voir Knüsel & Robb 2016 et Zemour 2016).

  • 1 Le terme contemporain d’anthropologie biologique est utilisé ici au sens large pour désigner toute (...)

3Ce chapitre examine plus spécifiquement les interprétations proposées par des archéologues et des anthropologues biologistes1 anglo-saxons et français lors du développement d’une archéologie institutionnelle et professionnelle dans les îles du Pacifique, des années 1930 aux années 1980 (Kirch 2017). Il se fonde sur l’analyse de 10 exemples, sélectionnés dans la littérature archéologique, qui rapportent une description d’ensembles sépulcraux et une interprétation « sociale » ou « idéologique » des observations effectuées. Ceux-ci correspondent à des travaux de terrain menés entre 1938 et 1985 et publiés entre 1950 et 2010. Ces dix études de cas sont présentées en ordre chronologique dans une première partie. Une seconde partie discute les approches et interprétations funéraires des différents auteurs et évalue leurs évolutions au cours du temps.

Études de cas

Kenneth P. Emory, Hawaii, 1938-1940, (Buck 1957 : 570-571)

4Des ensembles sépulcraux exceptionnels mais aussi des sépultures plus ordinaires ont été mis au jour dans plusieurs localités d’Océanie, dès les premiers développements de l’archéologie préhistorique durant la première moitié du xxe siècle, à Hawaii et en Nouvelle Zélande. En 1938, Kenneth P. Emory a initié une fouille archéologique à grande échelle des inhumations situées en bord de mer dans les dunes de Mokapu, sur Oahu (Hawaii), à la suite de découvertes ponctuelles opérées dès la fin du xixsiècle (Bowen in Snow 1974 : 131). Plus de 300 sépultures ont été découvertes au cours de trois années de fouilles (1938-1940). Mais, à cause des événements liés à la Seconde Guerre Mondiale, les résultats ne furent jamais publiés (Quigley 2001), à l’exception d’un bref résumé qui met l’accent sur les positions d’inhumation et les parures associées aux défunts :

« skeletons of women and children, among those of men, and burial in both the extended and flexed positions. Ornaments were found, chiefly the lei palao hook in bone, stone, and shell, indicating early stages in the development of the ornament. Bones of pig, dogs and birds were also found with the skeletons. » (Buck 1957 : 570-571).

Roger Duff, Nouvelle-Zélande, 1942-1949, (Duff 1950, 1956, 1977, Trotter 1975)

  • 2 Première période de la préhistoire de Nouvelle Zélande (Duff, 1950), aujourd’hui datée d’environ 1 (...)

5Découvertes à la même époque, dès 1939, les sépultures de Wairau Bar (Nouvelle-Zélande), qui ont été attribuées à la « culture des Chasseurs de Moa »2 sont particulièrement spectaculaires (Duff 1950, 1956, 1977 ; Trotter 1975). Roger Duff (1956 : 32-82) remarque, grâce à l’examen d’une quarantaine de sépultures fouillées entre 1942 et 1949, la forte fréquence des corps déposés sur le ventre, le prélèvement du crâne et d’autres os (parfois en grand nombre), la réinhumation de certains squelettes, la présence de contenant en bois dans un cas au moins, la couverture de la tombe avec des galets plats ou des graviers, et la présence d’objets associés particulièrement remarquables : éléments de parure divers en ivoire de baleine, cachalot et marsouin, os de moa et pierre, herminette en argilite et néphrite, os et œuf de moa (figure 1). Comme l’illustre la description de la sépulture B4 (Duff 1956 : 41-42), celle d’un homme étendu sur le ventre, ces éléments se trouvent dans la partie supérieure du remplissage et près du corps :

« [the] upper layer […] [contained] […] numerous flint flakes, flakes from argillite adzes and broken moa bones […]. Eight large flat water-worn stones were found to be placed in a line towards the bottom of the layer as a covering for the burial. Under the largest stone, immediately above the pelvis, a moa egg was found broken […] and intermingled with seal or dog vertebrae. Approximately above the left hand were seven uniform ‘whale -tooth’ unit in moa bone. […] a set of 23 uniform units, also of moa bone found scattered round the neck […]. Four adzes were found with the burial ».

Figure 1

Figure 1

Sépulture n° 5 de Wairau Bar (Nouvelle Zélande), d’après R Duff

Moas and man, part II, Antiquity, 1950, vol 24, issue 94, p. 72-83.

  • 3 Ce terme désigne ici toutes informations écrites produites par des observateurs européens (récits (...)

6Duff (1956) compare ses observations avec des descriptions ethnohistoriques3 sur la Nouvelle-Zélande et l’Île de Pâques et observe des différences entre les pratiques funéraires Maori du xviiie siècle et celles de Wairau Bar. Il prend en compte la dimension sociale des pratiques funéraires et conclut que les sépultures qu’il a mis au jour sont celles d’une société hiérarchisée, où les femmes et les enfants n’avaient que peu d’importance :

« It is generally not difficult excavating to distinguish between the carefully placed bones of the male of rank, with his burial offerings, including the moa egg water bottle, and the trussed bones of a woman or a young person of no particular rank, bundled without ceremony into the smallest possible grave » (Duff 1956 : 58).

Robert Suggs, Îles Marquises, 1956-1957, (Suggs 1961)

7Robert Suggs (1961) présente une analyse du fait funéraire archéologique orientée dans trois directions d’analyse : l’origine culturelle, la structure de la société et sa religion. Suggs a entrepris des fouilles archéologiques à Nuku Hiva aux Îles Marquises au cours de deux campagnes de terrain en 1956 et 1957-1958. Il décrit des dépôts de restes humains dans des structures construites, dans des grottes et des arbres et surtout diverses inhumations primaires et secondaires enfouies dans des zones d’habitat. Il les compare à celles de Wairau Bar (Duff 1956), les seules sépultures documentées par l’archéologie à l’époque. Il observe des différences d’orientation, et de position des individus et note que les parures et mobiliers sont différents, plus abondants et plus fréquents à Wairau Bar qu’à Nuku Hiva. Il conclut à une possible différence d’origine culturelle entre les deux régions :

« The grave goods placed with the male Moa Hunter burials contrast sharply with those of the Marquesan burials, which seems naked by comparison […] which indicate a possible difference in source for the two cultures. » (Suggs 1961 : 172).

8Et défend l’hypothèse d’une évolution culturelle locale de la culture marquisienne :

« […] the complex and varied Polynesian burial customs seem to have been a part of the heritage carried to the Marquesas by the Polynesian discoverers. » (Suggs 1961 : 168).

9Suggs relie les différents traitements des morts et mobiliers associés au statut social que le défunt devait avoir de son vivant. À propos des sépultures de Ha’atuatua, il déclare :

« Burials 32, 33, and 34 are all of individuals possessing status […]. Their head had all been removed. » et « Burial 15 at NHaa 1 was a young woman, obviously of some importance, who had been interred with a male trophy head. » (Suggs 1961 : 168).

10Et au-delà, il relie les pratiques observées aux croyances :

« […] ancestral cult practices, involving the preservation of the skull of the dead, were part of the earliest culture of Marquesas. They also demonstrate that at that time the concept of the head as repository of individual mana had already developed in Polynesia. […]. We can also infer the presence of cult places, separate from house areas, in which the skulls were deposited. » (Suggs 1961 : 171).

Robert Bowen, Hawaii, 1957 (Bowen 1961, Bowen in Snow 1974 : 129-148)

  • 4 355 autres sépultures seront mises au jour en 1982-1983 à Keopu (Kona) qui apportent des indicatio (...)

11Complétant les informations obtenues par Emory à Mokapu (Hawaii), d’autres fouilles (de sauvetage) ont été conduites en 1957 par Robert Bowen qui permirent la découverte de 116 sépultures supplémentaires4 (Bowen 1961 ; Bowen in Snow 1974 : 129-148). Bowen dans son mémoire de Master (1961) soutenu à l’Université d’Hawaii présente l’archéologie du site, les sépultures et les pratiques funéraires. Un résumé de son étude funéraire est publié en annexe d’un ouvrage d’anthropologie biologique visant à évaluer le rôle des fonctions, culture et environnement physique sur la morphologie du squelette des anciens polynésiens de Mokapu (Snow 1974).

12Bowen décrit minutieusement les fosses, les positions de dépôt, les orientations, observe des manipulations d’ossements, les objets et autres éléments associés, et recherche des traces de contenants. Illustrant son propos d’informations ethnohistoriques concernant Hawaii et suivant la logique de la mise en terre, il donne à voir un protocole funéraire simple où le défunt, homme, femme ou enfant, est inhumé très peu de temps après son décès, dans une position souvent fléchie, sur le dos ou le côté, avec la bouche fréquemment ouverte (ce qu’il considère être une pratique des fossoyeurs), généralement sans ornement mais parfois avec des animaux (porcelet, poulet, poisson), peut-être enveloppé dans un contenant périssable ou associé à des éléments périssables. Par comparaison aux données ethnohistoriques, il voit ces inhumations comme celles de personnes ordinaires. Il observe également quelques cas particuliers de sépultures multiples, sépultures secondaires et sépultures « pillées » pour lesquelles il propose la description et l’interprétation suivante :

« […] in this case, the complete body and articulated body, lacking appendages, lay on the back, with the head turn sharply to the left. All long bones of both arms and legs had been removed and fragmented and lay in a pile on the right side of the body. The pile contained the distal and proximal ends of both femora, the distal and proximal ends of the right humerus, and the proximal ends of the radii. As with the first burial, most of the pile consisted of unworkable fragments. The patellae could not be identified; they either were missing or had been fragmented. The articulated hands and feet lay in what may have been natural positions on top of the body. One hand was next to the left side of the face and the other lay on the chest. Both feet were in the abdominal area. […] the body may have been desiccated when uncovered by vandals, requiring dissection, or it may have been sufficiently decomposed so that no cutting was necessary. » (Bowen 1974 : 145).

Yosihiko H. Sinoto, Polynésie française, 1962-1965, (Emory & Sinoto 1964, Sinoto 1963, 1966a et b)

13Pour Yosihiko H. Sinoto, les sépultures, qu’il a fouillées seul ou avec Emory en 1962-1963 à Maupiti et en 1964-1965 aux Marquises, constituent des éléments de culture matérielle au même titre que les objets qu’elles contiennent. Il utilise leurs caractéristiques pour reconstruire et discuter le peuplement de la Polynésie (Sinoto 1963, 1966a). Par exemple, il déclare :

« On the island of Maupiti the Bishop Museum Tahitian Archaeological Expedition in June 1962 excavated a burial of an adult male with accompanying ornaments, adzes, and fishhooks. Because the forms of the artefacts differed from the historic Tahitian forms and were so nearly identical to those artefacts which the earliest settlers of New Zealand buried with their dead, they confirmed an East Polynesian derivation of the archaic Maori culture […]. » (Emory & Sinoto 1964 : 143).

14Des similitudes des positions et orientations des défunts et de disposition des ornements et autres objets associés (pendentif en dent de baleine, dent humaine perforée, disque perforé en nacre, pierre magique, hameçons en nacre, herminettes en basalte) l’incite à établir un rapprochement entre les Îles de la Société et la Nouvelle-Zélande. À Maupiti comme à Wairau Bar :

« The two skeletons […] were in extended positions on their back, faces turned to the side, and oriented with heads toward the south-east […]. Beside one of these skeletons were four adzes, two whale-tooth ornaments, a trolling-hook shank, and two “fetish” stones. Covering the pelvis were found another trolling-hook shank and a […] whale-tooth ornament […]. » (Emory & Sinoto 1964 : 147-148).

  • 5 Je remercie Guillaume Molle (ANU) de m’avoir fait connaître cette collection de photographies.

15Sinoto ne propose pas d’analyse des variations observées au sein d’un même site ou d’une même région (Hane et Maupiti), malgré la découverte d’un nombre notable d’inhumations humaines et animales aux arrangements remarquables (Archives Bishop Museum)5. Son interprétation est parfois reliée à la cause ou circonstance de la mort : une fosse sépulcrale (Hane, Îles Marquises) qui renfermait les corps de 19 individus, hommes, femmes et enfants ne présentant pas de trace de mort violente, superposés sur deux niveaux et surmontés d’une statue en tuf, résulteraient d’une épidémie ou d’un accident (Sinoto 1966b : 292-293).

Garanger, Vanuatu, 1963-1967, (Garanger, 1966, 1972, 1975, 1976, 1979, 1997)

16Entre 1963 et 1967, José Garanger met au jour près de 120 sépultures dans les régions de Efate et Tongoa, (Vanuatu), où il a fait des fouilles dans 15 sites funéraires et/ou sacrés (Valentin et al. 2009). Ces sépultures ou ensembles sépulcraux ont révélé des configurations très diverses : de la simple inhumation sans ornement à l’inhumation multiple recelant plus de 40 individus aux positions et modes de dépôt variés. Sur l’îlot Mele, par exemple, il a découvert une jeune femme inhumée sur le dos avec les avant-bras fléchis sur la poitrine, tenant un oiseau dans les mains ; un nouveau-né en position fœtale et couvert d’ocre rouge avait été placé entre ses pieds (Garanger 1972 : 34).

17Garanger n’interprète pas directement les sépultures exposées. Il laisse la parole à ses informateurs locaux. Ceux-ci proposent d’interpréter les variations d’orientations et de positions selon des critères « sociaux » : les étrangers auraient des orientations différentes de celles des locaux, et certains individus particuliers (sorcier, voyant) appartenant au groupe seraient inhumés dans des positions différentes de celles des autres individus (Garanger 1966 : 63-64). La tradition orale explique les orientations des tombes de la région sud-ouest d’Efate (Mele, Mangaasi, Retoka et Lelepa) qui, malgré leur diversité, converge vers un point géographique unique considéré comme point de départ des morts et non pas de plausibles différences ethniques/culturelles (Garanger 1972 : 36 ; Garanger 1997 : 329). La tradition orale, combinée aux données ethnohistoriques, explique aussi les mises en scène funéraires et la répartition inégale des parures à Retoka, lieu d’inhumation du héros Roy Mata (voir Garanger 1972 : 58-77 pour une description de la découverte) et permet une reconstitution du déroulement de la cérémonie (figure 2) :

« On creusa d’abord, sur une trentaine de centimètres de profondeur, un espace de plus de cent mètres carrés. On y aménagea une fosse d’égale profondeur et de six mètres carrés de surface. Dans cette fosse, on planta une première pierre-dressée devant laquelle on installa Roy Mata. Entre ses jambes, on déposa un paquet contenant tous les ossements d’un squelette (inhumation secondaire). On déposa ensuite l’atavi de Roy Mata à sa droite, drogué par une forte dose de kawa […]. Avant de refermer la fosse [on déposa un couple, un porc et une jeune femme […] La jeune femme fut allongée aux pieds de Roy Mata […]. Les volontaires pour participer au voyage vers l’au-delà s’allongèrent sur le sol. Les hommes s’endormirent. Les femmes se blottirent contre eux. Peut-être étranglées au dernier moment ? » (Garanger 1979).

Figure 2

Figure 2

Reconstitution de la sépulture de Roy Mata par Maurice Hardy.

CNRS UMR 7041 (d’après Garanger 1979).

18Garanger identifie par ailleurs des éléments périssables utilisés lors des cérémonies. Il restitue l’existence de vêtement ou de linceul enveloppant le bassin et les membres inférieurs en examinant la répartition spatiale de dépôts d’ocre rouge dans des sépultures de l’îlot de Mele (Garanger 1972 : 117). Il note que parures, colliers, brassards, ceintures participent de l’habillement du mort. Il montre que des amulettes, protégées dans des sachets dont témoignent des traces d’ocre rouge, étaient associées aux corps à Retoka, (Garanger 1972 : 50, 118) et il indique que les dépôts secondaires étaient enserrés dans des contenants périssables Garanger 1972 : 63).

19Ses analyses de sépultures lui permettent aussi de discuter du peuplement du Pacifique. Il s’appuie pour cela non seulement sur les parures et mobiliers funéraires mais aussi sur les formes de sépulture et la notion de « mort d’accompagnement » (cf. Testart 2004) pour démontrer des relations entre le Centre du Vanuatu et les îles plus au nord (Garanger 1972 : 129). Ainsi :

« Les ‹ pierres magiques ›, associées aux sépultures récentes du centre de l’archipel, n’ont jamais été signalées en Nouvelle-Zélande, bien qu’elles soient connues dans les sépultures de Maupiti […]. Ces pierres magiques sont plus caractéristiques des îles situées au nord de l’archipel […]. Nous n’avons trouvé qu’une herminette […], alors qu’elles sont abondantes dans toutes les sépultures anciennes de Nouvelle-Zélande […] les réinhumations secondaires ‹ en paquet › sont connues en Nouvelle-Zélande, elles le sont également un peu partout en Océanie. Les sépultures collectives, comprenant des individus sacrifiés pour accompagner le défunt, n’ont jamais été signalées en Polynésie […]. Cette pratique, au contraire, était courante dans le nord de l’archipel, à Maewo et Aoba comme également au sud des îles Salomon […] » (Garanger 1972 : 129).

Davidson, Tonga, 1964, (Davidson 1969)

20La fouille menée en 1964 par Janet Davidson sur deux tertres funéraires de Tongatapu (‘Atele, Tonga), rompt, en revanche, avec les traditions de recherche consacrées aux définitions culturelles et à l’étude du peuplement. Elle visait à documenter les pratiques funéraires anciennes à Tonga et à vérifier l’hypothèse formulée par McKern (1929) selon laquelle il existe une relation entre inhumations et dépôt de sable blanc. Davidson (1969) décrit des tertres, dépourvus de caveau central, édifiés au fil du temps et des décès. Les individus reposent dans des fosses comblées de sable blanc (selon des modalités variables : de l’absence au comblement total) parfois marqué de colorations brunes attribuées à la décomposition des corps dans des enveloppes végétales (tapa), généralement allongés sur le dos avec une grande diversité d’orientations et de positions des membres supérieurs. Les nombreuses inhumations successives, généralement individuelles, sont celles d’adultes et d’enfants. Davidson qui porte un intérêt particulier à la population inhumée, ne décrit pas de variation des pratiques en fonction du sexe des défunts mais note des variations en fonction de l’âge au décès et remarque une distribution par âge qu’elle juge inhabituelle :

« […] the population structure appears to be unusual for this site [TO-At-1], with a high child mortality rate. » (Davidson 1969 : 262).

21Davidson propose une interprétation des faits observés en faisant des comparaisons avec des données ethnohistoriques. Elle conclut que les deux tertres ont été les lieux d’inhumation de personnes ordinaires car les tertres fouillés ne présentent de caveau central contrairement aux tertres dédiés aux élites décrits dans les récits. Pourtant, selon l’archéologue :

« Little can be said about the groups using the mounds. Again, historical research may produce evidence about Tongan social structure which would provide a clue as to the identity of the groups […]. The apparent evidence for continuity of burial practice at each site suggests that each was used by members of one social group who were acquainted with the practices relating to each mounds. » (Davidson 1969 : 283).

Leach & Leach, Nouvelle-Zélande, 1969-1972, (Leach & Leach eds. 1979)

22Seize inhumations humaines et une inhumation de chien ont été mises au jour à Palliser Bay (Nouvelle Zélande) au cours d’un programme de fouilles archéologiques extensives menées entre 1969 et 1972 par B. Foss et Helen Leach auquel ils ont associé l’anthropologue biologiste Douglas Sutton lorsque des sépultures ont été découvertes (Leach & Leach (eds) 1979). Les archéologues décrivent en détail les orientations, positions des défunts et leur mode, primaire ou secondaire, de dépôts. Ils s’interrogent sur les arrangements des restes, notamment l’ouverture de la bouche, et leurs relations avec la décomposition du cadavre, sur les circonstances de la mort des individus, et sur les relations entre sépultures et structures associées (Leach & Leach 1979a : 205-213). Ils indiquent par exemple :

« This was the body of an adult female and was clearly a secondary burial. It appeared that the body been only partly decomposed because sesamoid bones were present in the knee joints which were still in articulation. On the other hand sufficient dismemberment had taken place, so that a number of bones were missing, including most of the chest area and the right humerus. […] the mandible, while still in articulation, had been forced open to an unnatural angle. Just how or why this was done is not known; however, the act of forcing the mouth open in this manner was obviously of some importance […] » (Leach & Leach 1979a : 205).

23Ils reconstruisent une dynamique funéraire où interviennent plusieurs actions différenciées : inhumation ou exposition du défunt sur des plateformes, exhumation et dépôt secondaire. Les auteurs utilisent des comparaisons régionales pour souligner l’originalité et la diversité des positions de dépôts des morts utilisées par les fossoyeurs préhistoriques. Ces positions sont interprétées comme témoignant d’une large individualité et donc d’une société non-stratifiée (Leach & Leach 1979b : 269). Une évolution des attitudes face aux morts et à leur localisation dans l’espace est remarquée par les archéologues qui notent une proximité spatiale entre amas coquillier, habitation et sépultures, une pratique n’existant pas dans la société Maori contemporaine. Cette proximité symbolise, selon les auteurs, une continuité sociale entre morts et vivants :

« […] a strong supposition is that members of the family unit were buried close to one another, in that way maintaining social proximity after death. […] this community buried their dead within the village, close to structures connected with their daily life. This knowledge of proximity must have operated as a reminder of their deceased relatives and the links between life and death. » (Leach & Leach 1979b : 267).

Leach & Davidson, Îles Salomon, 1977-1978, (Leach & Davidson 2008)

24À la même époque, en 1977-1978, Janet Davidson et B. Foss Leach ont effectué des fouilles dans l’enclave polynésienne de Taumako, dans l’archipel des Salomon, avec l’objectif de mettre en relation les « observations archéologiques » avec la « culture polynésienne » (Leach & Davidson 2008 : 4-6). Ils ont découvert 200 sépultures sur le site de Namu et observé un traitement funéraire témoignant de simples inhumations, très semblables d’un individu à l’autre mais avec une grande diversité des ornements dont la nature et l’abondance varient d’un individu à l’autre. Se fondant sur l’idée selon laquelle les défunts sont inhumés conformément à leur statut social durant leur vie, ils interprètent les différences observées entre hommes et femmes et entre adultes et enfants comme le signe d’une société stratifiée :

« The people at Namu were buried with many ornaments and other objects that were valuable during life, some of which reflected their social status in their community. » (Leach & Davidson 2008 : 289) ou encore « […] the total amount of the ‘wealth proxy’ buried with people at Namu, males had nearly twice as much as females. We argued that this signifies that women had considerably lower status than men in prehistoric Taumako society. » (Leach & Davidson 2008 : 318).

25D’après Leach et Davidson, ces associations indiquent une transmission par filiation du statut d’élite, une caractéristique des sociétés polynésiennes par opposition aux sociétés mélanésiennes où le statut peut changer au cours de la vie :

« This finding supports the view that […] high status was inherited at birth. This perhaps points more to customs of inheritance in Polynesia than in many Melanesian societies where high status can be acquired during life. » (Leach & Davidson 2008 : 318).

Conte, Tuamotu, 1984-1985, (Conte 1996, Conte & Dennison 1995, 2010)

26En 1984-1985, Éric Conte conduit des fouilles sur le marae Te Tahata à Tepoto (Tuamotu, Polynésie française) avec l’aide de l’anthropologue biologiste Kenneth Dennison, intervenu sur le terrain pour étudier les sépultures in situ. Il met au jour une trentaine de sépultures (Conte & Dennison 1995, 2010). En 2010, les auteurs résument ainsi les caractéristiques des sépultures qui se trouvent sur un marae :

« Elles sont pour la plupart, signalées en surface par des cistes lithiques. Il s’agit de sépultures primaires, individuelles (sauf les n° 7 et 8). […] enterrées sans, semble-t-il, avoir subi de traitement de type dessiccation ou embaumement. Dans trois cas […] avec des objets. […] la proportion d’enfants est importante. » (Conte & Dennison 2010 : 122).

27Au marae Te Tahata, les défunts, enfants, femmes et hommes, sont inhumés simplement, selon un schéma uniforme : corps sur le dos, étendus suivant la même direction et très rarement accompagnés de mobilier.

28Les auteurs discutent deux aspects particuliers : les modalités de traitement des morts et l’emplacement des sépultures sur un monument sacré : un marae. S’appuyant sur la documentation ethnohistorique contemporaine de la mise en place des sépultures, les auteurs émettent l’hypothèse selon laquelle :

« L’enterrement, qui semble avoir été le mode funéraire habituel aux Tuamotu, et notamment dans les îles isolées comme Tepoto, correspondrait à un type d’organisation sociale et de relations vivants-morts moins hiérarchisé que connurent tous les archipels dans leur préhistoire ancienne. » (Conte & Dennison 2010 : 125).

29D’après les auteurs, il s’agirait d’une pratique ancienne qui se serait maintenue à Tepoto alors qu’une évolution vers des pratiques plus complexes en rapport avec une complexification sociale et une plus grande distance entre groupes sociaux caractériseraient les autres archipels de la Polynésie française (Conte & Dennison 2010 : 124-127). Ils posent en outre, sans pouvoir y répondre totalement, la question du pourquoi inhumer sur un marae, et donc de la fonction funéraire de ces monuments. Ils évoquent l’idée selon laquelle la relation de concomitance entre sépultures, espace sépulcral et espace sacré du marae résulterait d’une contrainte spatiale, l’atoll de Tepoto étant de taille modeste (Conte & Dennison 2010 : 125-127). Conte (1996 ; Conte & Dennison 2010) observe par ailleurs une défaillance de la mémoire collective ou une absence de transmission. Comme pour Emory (1934), cinquante ans auparavant, aucune tradition orale associée aux défunts et sépultures établies sur le marae Te Tahata n’a pu être recueillie, une situation qui, selon Garanger (1975 : 308), serait fréquente en Polynésie.

Discussion

30Ce panorama présentant des fouilles et études archéologiques de sépultures et ensembles sépulcraux effectuées dans les îles du Pacifique, dans un cadre institutionnel et professionnel émergeant, entre 1935 et 1985 et publiés entre 1950 et 2010, montre bien la diversité des approches, interprétations et utilisations des données funéraires. Il met en évidence des changements de postures théoriques en rapport avec l’histoire de la pratique archéologique en général et de la pratique de l’archéologie des sépultures en particulier, mais aussi des personnalités aux sensibilités et mentalités atypiques.

Les années 1930-1950, des travaux précurseurs

31Les travaux précurseurs des années 1930-1950 abordent trois thèmes principaux : la structure sociale, l’histoire culturelle et la dimension religieuse des faits funéraires. Ce dernier thème, largement exploré par les archéologues au xixe siècle et progressivement abandonné durant la seconde moitié du xxe siècle (Bartel 1982), a été abordé par Suggs à fin des années 1950. L’archéologue propose une reconstruction du système de croyances marquisien ancien reposant sur des comparaisons avec des traits de la société polynésienne contemporaine, telle l’association entre manipulation du crâne et mana. Sa démarche anticipe d’une certaine manière, le système de reconstruction par triangulation proposé par Kirch & Green (2001) pour définir la société polynésienne ancestrale. Suggs infère en définitive que trois éléments clés du système de pensée polynésien existaient autrefois aux Îles Marquises : un culte des ancêtres, une importance de la tête et une séparation des espaces sacré et profane. Les comparaisons avec des données ethnographiques régionales sont, en revanche, jugées à cette époque de peu d’intérêt car trop éparses et restent principalement illustratives.

32Les archéologues Duff et Suggs s’attachent par ailleurs à définir la structure sociale polynésienne ancienne, une thématique également en marge du courant de pensée anglo-américain de la première moitié du xxe siècle. L’idée selon laquelle les pratiques funéraires recèlent une quelconque signification sociale est en effet fortement critiquée durant des années 1930 (Bartel 1982 ; Rakita & Buikstra 2005). L’interprétation sociale proposée par Duff (1956 : 34) pour les sépultures de Wairau Bar (Nouvelle-Zélande) se fonde sur deux idées, d’une part, celle selon laquelle le mobilier associé, sa nature et sa quantité, définissent le statut social du défunt et, d’autre part, celle qui prône la supériorité masculine. Observant des différences tranchées entre hommes d’une part, et femmes et enfants de l’autre, il restitue l’image d’une société Maori ancienne fortement « genrée », où les femmes et les enfants n’auraient eu que peu d’importance (Duff 1956 : 58). Dénotant une autre mentalité, Sugg (1961), qui se fonde sur le même principe du statut défini par la nature du mobilier associé et le traitement du corps, met en avant, dans le cas des sépultures marquisiennes de Nuku Hiva, des individus de rang social différent, dont des femmes de rang élevé.

  • 6 Très active en Polynésie et aux îles Marquises en particulier dans la première moitié du xxe siècl (...)

33Durant cette période, les caractéristiques des sépultures sont principalement utilisées par les archéologues pour établir l’histoire culturelle de la région. Une analyse des différences entre objets présents dans les tombes de Wairau Bar et objets de la culture Maori du xviiie siècle permet à Duff de rejeter l’hypothèse d’un premier peuplement non-polynésien (à savoir mélanésien) de la Nouvelle-Zélande à la faveur d’une origine Est polynésienne (Duff 1950 : 177-178). Concernant les Îles Marquises, Suggs (1961) suggère que les diverses pratiques sont héritées des premiers colons polynésiens alors que des origines différentes sont à la source des différences observées entre les sépultures de Nuku Hiva et de Wairau Bar. Si la discussion développée par Duff intéresse directement la question de l’opposition Mélanésie/Polynésie, celle développée par Suggs concerne celle du changement culturel. Du fait de son raisonnement Suggs se détache clairement des anciens modèles migrationistes, encore avancés par certains au début du xxe siècle qui, pour l’archipel marquisien, prônent des introductions successives des différentes formes de sépultures (Linton 1925). Ce changement de paradigme pourrait peut-être être corrélé à un changement d’attitude à l’égard de la collecte des crânes6 et de l’efficacité de la craniologie, perceptible dès le milieu du xxe siècle aux États-Unis (Shapiro & Suggs 1959). L’anthropologie biologique, réoriente en effet progressivement ses objectifs à partir la fin des années 1950. Les anthropologues biologistes s’éloignent des études comparatives à grande échelle pour adopter une approche dite bio-culturelle étudiant l’interaction entre les humains et leur environnement social, culturel et physique (Zukerman & Armelagos 2011).

Les années 1950-1960, une diversité des approches

34Les années 1960 se caractérisent par un fort développement des travaux archéologiques dans les îles du Pacifique et corrélativement par un fort développement du nombre d’études de sépultures et d’ensembles sépulcraux. Les approches mises en œuvre pour discuter l’histoire culturelle et la structure sociale sont variées et témoignent d’innovations méthodologiques et de rapprochements disciplinaires.

  • 7 D’autres fouilles de sépultures ont suivi cette démarche (Conte & Dennison 2010 ; Sand et al. 2006 (...)

35Certains archéologues s’attachent encore à la reconstruction de l’histoire culturelle. Ils utilisent les objets associés aux défunts, les orientations et positions d’inhumations ou les formes de traitements des corps comme des marqueurs culturels, pour rechercher des liens entre les archipels polynésiens ou entre Polynésie et Mélanésie (Garanger 1972 : 129 ; Emory & Sinoto 1964 ; Sinoto 1966). D’autres archéologues se concentrent sur la reconstruction de la structure sociale, en utilisant différentes approches. Davidson (1969), par exemple, a recours à des comparaisons entre données archéologiques et des données ethnohistoriques puisées dans diverses sources. Garanger, pour sa part, s’appuie sur l’histoire orale et les connaissances d’informateurs locaux. Ceux-ci retracent les circonstances des décès et le déroulement des funérailles et définissent les statuts sociaux des défunts mis au jour (Garanger 1972, 1975 : 316-318 ; 1976 : 157-159, voir aussi Luders 2001 et Guiart 2004). Cette démarche originale, en relation avec des travaux de Jean Guiart (Espirat et al. 1973), a permis de démontrer que les traditions orales, considérées dans les années 1960 comme des mythes ahistoriques, recelaient une véritable dimension historique7.

36Plusieurs innovations marquent cette période des années 1960 : des projets de recherches archéologiques à visée exclusivement « funéraire » voient le jour, l’étude anthropologique des restes humains est quelquefois associée à l’étude archéologique, et la façon d’observer la sépulture change. Ainsi, l’objectif principal des travaux engagés par Davidson (1969) à Tonga était de définir la nature des tertres funéraires et des sépultures jusque dans leur composante biologique. Davidson combine son travail d’archéologie à un travail d’anthropologie biologique effectué trois ans après la fouille (Pietrusewsky 1969). Même si les interactions entre les deux disciplines sont inexistantes dans ce cas, l’effort de rapprochement est indéniable : les deux études sont publiées ensemble, dans le même volume des Records of Auckland Institute and Museum.

37Durant cette période, la sépulture elle-même est envisagée sous un jour nouveau. Elle n’est plus seulement un squelette et des objets associés. Elle est interprétée en termes de dynamique d’actions. Pour l’américain Bowen comme pour le français Garanger, la sépulture est le reflet d’une séquence de gestes ayant guidé la mise en terre des défunts : habillement du corps, transport et inhumation, orientant les chercheurs vers la mise en évidence d’une idéologie funéraire (Bowen 1961 ; Bowen in Snow 1974 : 129-148 ; Garanger 1972 : 35, 117). Ces gestes sont recherchés à travers les indices archéologiques directs et indirects. Les archéologues relient leurs observations de terrain à des comportements en suivant deux voies de recherche : dans un cas il s’agit d’observations en rapport avec la répartition spatiale des éléments : objets, ossements et sédiments composant la sépulture, dans l’autre il s’agit d’observations sur les relations des éléments du squelette entre eux, en lien avec la décomposition et la taphonomie du corps.

38Influencé par les travaux de Jean Leclerc sur la sépulture collective de La Chaussée-Tirancourt (Leclerc 1975) et par l’archéologie spécifique pratiquée par Leroi-Gourhan et son équipe à partir des années 1950 (Soulier 2018 ; Leroi-Gourhan (éd.) 1975), Garanger procède à une analyse détaillée des répartitions spatiales des sédiments et des arrangements relatifs des éléments (mobilier et ossements) composant la sépulture. Il recherche des indices structurels (état des connexions, effets de parois) permettant de restituer des éléments initialement présents, dont la définition a été formalisée par Leclerc (1975). Il parvient ainsi à identifier des vêtements ou linceuls enveloppant le bassin et les membres inférieurs de certains défunts au moment de leur inhumation, des sachets contenant des amulettes placés avec le corps et des enveloppes renfermant les dépôts secondaires.

« La sépulture [secondaire] « en paquet » comprend tous les os du squelette. Le crâne, brisé, est placé vers le haut et recouvre le maxillaire inférieur, les os du bassin sont en bas (par rapport à l’orientation du squelette en connexion). Les os longs et ce qui reste des autres os sont rangés au centre du paquet. Celui-ci a dû être enveloppé dans une matière végétale assez rigide […] il a la forme d’un parallélépipède rectangle. » (Garanger 1972 : 63).

  • 8 Qui correspond à la partie « méthode » de l’archéothanatologie.

39Bowen ébauche une analyse taphonomique des sépultures de Mokapu (Hawaii) se rapprochant de celle proposée par « l’anthropologie de terrain »8 (Duday et al. 1990). Il décrit les sépultures primaires comme des enterrements opérés peu de temps après la mort et avant la décomposition du corps ; il observe que la position du corps suit le contour de la fosse et conclut à une absence de rigidité au moment de son dépôt ; il note que les bouches étaient ouvertes dans un tiers des sépultures étudiées et conclut que cette position était donnée au moment de l’inhumation car les os sont restés en articulation, dans leur position naturelle. Sa démarche pourrait participer du même élan que les études de sépultures innovantes d’archéologues et anthropologues biologistes américains comme Roderick Sprague et Douglas Ubelaker (Sprague 2005 ; Ubelaker 1974) qui visaient à décrire au mieux les sépultures et à homogénéiser la terminologie employée. Ce mouvement pourrait aussi avoir bénéficié des travaux de taphonomie de l’anatomiste Wilder, plus anciens et inscrits dans le cadre de la médecine légale et de l’anthropologie « forensique ». Wilder visait à comprendre les pratiques funéraires par une analyse, qu’il avait nommée « necrodynamics », de la décomposition du corps en relation avec le contexte archéologique (Wilder & Whipple 1917 ; Wilder 1923).

Les années 1970-1980, une ambition : la reconstruction de la structure sociale

40La question de la reconstruction de la structure sociale est principalement abordée durant cette période, en faisant intervenir non seulement les données archéologiques mais aussi des données biologiques relevées sur les squelettes par des anthropologues biologistes tous basés en Nouvelle Zélande : Philip Houghton, Douglas Sutton, et Kenneth Dennison. Les données archéologiques et biologiques sont ensuite mises en parallèle avec des données provenant de sources écrites ethnohistoriques, parfois contemporaines de la formation du site, ou ethnographiques, pour discuter de la forme, hiérarchisée (ou stratifiée) ou non, de la société « inhumante ». Ainsi, la manière, par simple inhumation, de traiter les morts à Tepoto, atoll des Tuamotu, coïnciderait-elle avec une organisation sociale moins « hiérarchisée » que celles opérant dans les autres archipels de Polynésie française (Conte & Dennison 2010 : 125).

41Leach et Leach (1979) et Leach et Davidson (2008), influencés par les courants de pensée anglo-américains des années 1960-1970 et l’approche sociale des sépultures dite Saxe-Binford (ex. Chapman 1987, 2003), s’appuient sur le principe selon lequel les morts sont traités conformément au statut social qui était le leur de leur vivant et utilisent des analogies ethnographiques pour interpréter les pratiques funéraires et reconstruire le type de société à l’œuvre. La société de Palliser Bay (Nouvelle Zélande) est ainsi supposée « non-stratifiée » du fait de la diversité des gestes funéraires observés et celle de Namu (Taumako, Salomon) est supposée « stratifiée » en raison d’une distribution inégale des parures et donc des richesses. Même si certaines de leurs observations leur apparaissent surprenantes, les archéologues concluent que le statut social élevé était hérité à la naissance :

« […] what was certainly a great surprise was that the wealthiest person of all was actually a woman. This was Burial 151, a young woman of only 16-17 years age who had already borne one child. She must have been someone very special in Namu society, perhaps the wife of a chief. Of the 12 most wealthy people at Namu, 3 were infants (Burials 80, 124 and 153, aged about 1 year, 9 months, and 2 years respectively). » (Leach & Davidson 2008 : 318).

42L’applicabilité et la généralisation de ce principe sont toutefois contestables. Le traitement des défunts et le choix de leur lieu de dépôt sont, à des degrés variables, influencés par d’autres facteurs (émotionnels, idéologiques, symboliques, politiques) (voir par ex. Chapman 1987, 2003 ; Parker Pearson 1982, 1999). En font partie le système de croyances dont Suggs (1961) avait déjà pointé l’importance pour la société marquisienne et les réactions face à la perte d’un membre du corps social qu’Emmanuel Vigneron (1985) a analysé pour la Polynésie française.

43Durant cette période, une autre thématique est discutée. La sépulture, ou l’ensemble sépulcral, n’est plus considéré(e) comme une entité isolée, décontextualisée. Sa place au sein de l’espace occupé par les populations devient un objet de questionnement. Cette thématique originale est peu abordée par les archéologues des années 1970-1980 travaillant dans d’autres régions, plutôt tournés vers les questions de hiérarchie et complexité sociale (Bartel 1982). La proximité spatiale entre activité sépulcrale et activité spirituelle observée à Tepoto (Tuamotu), où des sépultures ont été implantées sur le marae Te Tahata, interroge les auteurs (Conte & Dennison 1995, 2010). La proximité spatiale entre activité funéraire, sépultures, et activité domestique remarquée à Palliser Bay (Nouvelle Zélande), également (Leach & Leach 1979). Cette dernière indiquerait un rapport à l’espace particulier, différent de celui en vigueur aujourd’hui en Nouvelle Zélande. Une séparation stricte entre activités des vivants et les morts est en effet de mise dans la société Maori contemporaine (Mills 2016). Ce développement particulier de l’étude des sépultures océaniennes peut être mis en relation avec l’essor que connurent les études de « settlement patterns » dans les îles du Pacifique durant les années 1980 (Green 1984 ; Kirch & Kahn 2007). Le paysage anthropisé y est en effet envisagé comme un espace susceptible de révéler les relations économiques, sociales, politiques, religieuses et spirituelles qui régissaient les communautés (Kirch 1985 ; Valentin & Molle 2016).

  • 9 Les sépultures « pillées » de Mokapu (Bowen in Snow 1974) pourraient également faire l’objet d’une (...)

44Les archéologues des années 1970-1980 s’interrogent en outre sur la signification de certaines de leurs observations de terrain. Ils esquissent des analyses taphonomiques à partir d’observations sur l’état de décomposition du corps. Par exemple9, l’ouverture de la bouche observée dans plusieurs cas et dans plusieurs sites surprend. Elle est, à plusieurs reprises, interprétée comme un geste funéraire, comme une position donnée au corps au moment de son inhumation :

« This old man had both legs tightly bound together and his knees had been drawn forward. His shoulders were hunched together, again suggesting tight binding. His jaw had been forced wide open. » (Leach & Davidson 2008 : 203 ; voir aussi Bowen in Snow 1974 : 129-148 et Leach & Leach 1979 : 205-213).

45Pourtant, si l’on suit les principes et méthodes de « l’anthropologie de terrain » (Duday et al. 1990), une autre analyse doit être proposée. De nombreuses sépultures associées à des contextes, culturels, chronologiques et géographiques, très différents présentent cette particularité suggérant un processus plus général. La perte de l’occlusion entre le neurocrâne et la mandibule peut résulter d’un phénomène naturel lié à la taphonomie du corps enfoui dans le sédiment. La chute de la mandibule dans un vide secondaire libéré par la décomposition des tissus organiques peut se produire sous l’effet de la gravité et, éventuellement, de la présence initiale d’un contenant périssable. L’hypothèse a été proposée dès les années 1950, lors de l’analyse d’une sépulture préhistorique du sud de la France montrant une bascule de la mandibule vers l’avant, sur les vertèbres (Bottet 1954 : 316, 319). Cette discussion résume en partie la philosophie de l’approche archéothanalogique. Celle-ci se fonde sur l’idée selon laquelle la position du squelette au moment de la fouille est différente de celle du corps au moment de son enfouissement en raison l’intervention de plusieurs phénomènes taphonomiques dont la décomposition du cadavre (Duday et al. 1990, 2014 ; Duday 2009). Cette approche des sépultures, émergée en France durant les années 1980, ne sera appliquée que plus tard dans le Pacifique, à la fin des années 1990 (Maureille & Sellier 1996 ; Valentin et al. 2001).

Conclusion : Évolution des thématiques et méthodes au cours du xxe siècle

46Les archéologues étudiant des sépultures anciennes d’Océanie durant le xxe siècle abordent les thématiques classiquement étudiées durant cette période (voir Parker Pearson 1999) : histoire culturelle et structure sociale. Entre 1950 et 1970, Duff (1950), Suggs (1961), Sinoto (1963, 1966a et b), Garanger (1972) admettent que les gestes ou comportements funéraires peuvent être des marqueurs identitaires ou culturels qu’ils utilisent pour retracer une histoire culturelle. Ils font émerger des schémas de peuplement grâce à des comparaisons entre sépultures anciennes et récentes voire contemporaines d’une même île et entre îles proches. Ce point de vue apparaît encore récemment dans l’étude des sépultures de Namu sur Taumako (Îles Salomon), qui, selon Leach & Davidson (2008), pourraient refléter des traditions polynésiennes, et donc être un indice de la « polynésianisation » de cette île mélanésienne (voir Kirch 1984 ; Carson 2012).

47Cependant dès les années 1950, les archéologues s’intéressent parallèlement aux questions des dimensions sociale et religieuse des sépultures et pratiques funéraires. Si la caractérisation du fait religieux (Suggs 1961) est rapidement abandonnée, celle de la structure sociale connaît un intérêt significatif dès le début des années 1960 et surtout dans les années 1980 (Leach & Leach 1979 ; Leach & Davidson 2008) en lien avec l’approche sociale des sépultures dite Saxe-Binford (ex. Chapman 1987, 2003). Les archéologues océanistes des années 1930-1950, observent des distinctions entre sépultures et, suivant une logique interne, les interprètent comme résultant de différences sociales, principalement entre hommes, femmes et enfants (Duff 1956 ; Suggs 1961). Ceux des années 1960 se servent d’informations externes à l’archéologie pour faire émerger la dimension sociale. Davidson (1969) et Conte (2010) ont recours à des données ethnohistoriques, récits de voyageurs et missionnaires, globalement contemporaines de leurs découvertes et décrivant la région où se localise le site. Garanger (1972) s’appuie sur la tradition orale et les connaissances d’informateurs locaux. Leach & Leach (1979) et Leach & Davidson (2008) utilisent des analogies avec les traits culturels polynésiens contemporains pour définir un type de société.

48Vers la fin des années 1960, les archéologues océanistes font également appel à l’anthropologie biologique. Par opposition aux archéologues Duff (1950, 1956), Suggs (1961) et Garanger (1972), qui établirent eux-mêmes des estimations d’âge et de sexe sur les squelettes mis au jour, Sinoto (1963, 1966a, 1966b) et Davidson (1969) ne proposent pas d’estimation sexuelle et se limitent à distinguer les adultes des enfants. Ils ne se désintéressent cependant pas de la nature biologique de la population inhumée. Ils ont fait appel à un anthropologue biologiste pour en obtenir une description détaillée (Pietrusewsky 1969, 1976). Ce changement d’attitude pourrait être mis en relation avec la remise en cause de la fiabilité des estimations sexuelles établies par Duff pour les sépultures de Wairau Bar. L’étude d’anthropologie biologique conduite par Philip Houghton a en effet permis de comprendre que les premières estimations étaient erronées (Houghton 1975 ; Buckley et al. 2010) et par conséquent que l’interprétation sociale était fautive : le nombre d’hommes associé à des objets n’est pas plus grand que le nombre de femmes (Leach 1977). Ces résultats impliquaient la nécessité d’une collaboration étroite entre archéologues et anthropologues biologistes pour étudier les sépultures anciennes.

49À partir de la fin des années 1970 et durant les années 1980, des anthropologues biologistes basés en Nouvelle Zélande sont ainsi intégrés aux projets archéologiques impliquant la fouille de sépultures : Sutton pour les sépultures de Palliser Bay, Houghton pour celles de Namu et Dennison pour celles de Tepoto. L’interaction entre les deux disciplines demeure toutefois limitée. L’intérêt des anthropologues biologistes est principalement tourné vers la caractérisation des conditions de vie des individus (Dennison 2010 ; Sutton 1979). Cette approche est affichée comme une ambition pour l’anthropologie biologique en Nouvelle Zélande par opposition aux études comparatives à grande échelle menées sur d’autres sépultures de Polynésie (ex. Pietrusewsky 1969, 1976 ; Snow 1974). L’objectif tel que défini par Sutton (1979 : 185) était d’obtenir :

« […] an increasing emphasis on the elucidation of the biological and social conditions of life experienced by single groups of people living at known points in time within the prehistoric period. »

50Les travaux débouchèrent ainsi sur plusieurs synthèses sur les populations polynésiennes (Houghton 1980, 1996) et conservent aujourd’hui encore cette même orientation (Oxenham & Buckley 2016).

  • 10 Par exemple, Leach et Leach (eds) (1979) ne citent pas Garanger (1972).

51La question de l’idéologie funéraire, du rapport des vivants aux morts et à la mort, n’est finalement appréhendée que par petites touches par les archéologues océanistes du xxe siècle. Suggs (1961 : 171) observe une différenciation spatiale fonction du type de dépôts funéraires. Conte (2010) aborde la question de la fonction funéraire des marae et Leach & Leach s’interrogent sur la place des sépultures au sein de l’espace anthropisé (Leach & Leach 1979b : 267-269). L’importance d’une étude taphonomique du processus funéraire pour restituer les gestes funéraires, et au-delà le système funéraire motivant les pratiques, est perçue par les archéologues du xxe siècle mais reste peu élaborée. Bowen (1961 ; Bowen in Snow 1974) et surtout Garanger (1972), dès les années 1960, apportent des éléments méthodologiques ouvrant la voie vers une identification approfondie du traitement du corps à la mort et du déroulement des cérémonies funéraires. Mais les pistes de recherche lancées par Garanger, relatives à la mise en évidence des éléments périssables utilisés lors des cérémonies, ne sont pas reprises. Les recherches menées par Leach10 à la fin des années 1970 prendront en revanche la même direction que celles de Bowen : intéressant l’analyse de la relation des éléments du squelette entre eux lors de la composition du corps (Leach & Leach 1979a ; Leach & Davidson 2008). L’application, restera toutefois inaboutie voire inexacte, pâtissant d’un cadre conceptuel et méthodologique encore insuffisant.

52Des travaux utilisant les outils de l’archéothanatologie, développés en synergie par des archéologues et anthropologues biologistes, n’apparaîtront qu’à la fin des années 1990 dans les îles du Pacifique (Campbell & Hudson 2010 ; Sellier 2015 ; Valentin et al. 2010, 2016). Ils débouchent aujourd’hui non plus sur une archéologie des sépultures mais bien sur une archéologie de la mort où s’élaborent des discussions sur la gestion matérielle du cadavre, les temps et séquences de gestes funéraires incluant non seulement l’histoire du traitement du corps mais aussi celle de l’ensemble funéraire : tertre ou cimetière.

Bibliography

Bartel, Brad, 1982. “A historical review of ethnological and archaeological analyses of mortuary practice”. Journal of Anthropological Archaeology, 1(1): 32-58.

Binford, Lewis R. 1971. “Mortuary practices: their study and their potential”. In J.A. Brown (ed.), Approaches to the Social Dimensions of Mortuary Practices. Memoirs of the Society for American Archaeology 25: 6-29.

Bottet, Bernard, 1954. « Abri sépulcral des Points Rouges à Quinson (B.-A.) ». Bulletin de la Société préhistorique française, 51(7) : 310-321.

Boulestin, Bruno et Henri Duday, 2005. « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire ». In C. Mordant et G. Depierre (eds), Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Paris : Éditions du CTHS, Sens : Société archéologique de Sens, p. 17-30.

Bowen, Robert N. 1961. Hawaiian disposal of dead. M.A. thesis, University of Hawaii.

Bowen, Robert N. 1974. Appendix A “Mokapu: its historical and archaeological past”. In C. E. Snow, Early Hawaiians: an initial study of skeletal remains from Mokapu, Oahu. Lexington: University Press of Kentucky, p. 129-148.

Buck, Peter H. 1957. Arts and Crafts of Hawaii. Honolulu: Bernice Pauahi Bishop Museum, Special Publication 45.

Buckley, Hallie R., Tayles Nancy, Halcrow Sian E., Kasey Robb, and Roger Fyfe, 2010. “The people of Wairau Bar: a re-examination”. Journal of Pacific Archaeology, 1(1): 1-20.

Carson, Mike T. 2012. “Recent developments in prehistory: Perspectives on settlement chronology, inter-community relations, and identity formation”. In R. Feinberg and R. Scaglion (eds) The Polynesian outliers: State of the art. Pittsburgh: University of Pittsburgh Press, p. 27-48.

Chapman, Robert, 1987. “Mortuary practices: society, theory building and archaeology”. In A. Boddington, A.N. Garland and R.C. Janaway (eds), Death, decay and reconstruction. Manchester: Manchester University Press, p. 198-213.

Chapman, Robert, 2003. “Death, society and archaeology: the social dimensions of mortuary practices.” Mortality, 8(3): 305-312.

Conte, Éric, 1996. « Un cas de mémoire tronquée les sépultures du marae Te Tahata de Tepoto ». In M. Julien, M. Orliac, B. Gérard, A. Lavondès, H. Lavondès et C. Robineau (eds.), Mémoires de pierre, Mémoires d’homme : Tradition et archéologie en Océanie. Hommage à José Garanger. Paris : Publications de la Sorbonne, Collection Homme et société, 23 : 75-90.

Conte, Éric, 2010. « Éléments de synthèse ». In Te Tahata, étude d’un marae de Tepoto (Nord), Archipel des Tuamotu, Polynésie française. Punaauia : Les Cahiers du CIRAP, vol. 1, p. 122-130.

Conte, Éric and Kenneth J. Dennison, 1995. “An anthropological study of the burial in marae Te Tahata, Tepoto”. Journal of the Polynesian Society, 104(4): 397-427.

Conte, Éric et Kenneth J. Dennison, 2010. « Te Tahata, étude d’un marae de Tepoto (Nord), Archipel des Tuamotu, Polynésie française ». Punaauia : Les Cahiers du CIRAP, vol. 1.

Davidson, Janet M. 1969. “Archaeological excavations in two burial mounds at ‘Atele, Tongatapu”. Records of the Auckland Institute and Museum, 6(4-6): 251-286.

Dennison, Kenneth J. 2010. « Étude anthropologique des sépultures ». In Te Tahata, étude d’un marae de Tepoto (Nord), Archipel des Tuamotu, Polynésie française. Punaauia : Les Cahiers du CIRAP, vol. 1, p. 57-88.

Dotte-Sarout, Émilie 2017. “How Dare Our ‘Prehistoric’ Have a Prehistory of Their Own?! The interplay of historical and biographical contexts in early French archaeology of the Pacific”. Journal of Pacific Archaeology, 8(1): 23-34.

Douglas, Browen and Christopher H. Ballard, (eds) 2008. Foreign bodies: Oceania and the science of race 1750-1940. Canberra: the Australian National University Press.

Duday, Henri et Claude Masset, (eds.) 1987. Anthropologie physique et archéologie. Méthodes d’études des sépultures. Actes du colloque de Toulouse. 4, 5, 6 novembre 1982. Paris : Édition du CNRS (Centre régional de publication de Bordeaux).

Duday, Henri, Le Mort, Françoise and Anne-marie Tillier, 2014. “Archaeology, application to the study of primary single burials”. Anthropologie: International Journal of Human Diversity and Evolution (Brno), 52(3): 235-246.

Duday, Henri, 2009. The Archaeology of the Death: Lectures in Archaeothanatology. Oxford: Oxbow Books.

Duday, Henri, Courtaud, Patrice, Crubézy, Éric, Sellier, Pascal et Anne-marie Tillier, 1990. « L’anthropologie ‹ de terrain › : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires ». Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (3-4) : 39-49.

Duff, Roger, 1950. “Moa and man”. Antiquity, 23: 172-179 (Part I), 24: 72-83 (Part II).

Duff, Roger, 1956. The Moa Hunter Period of Maori Culture. Wellington: Government Printer.

Duff, Roger, 1977. The Moa Hunter Period of Maori Culture. Wellington: Government Printer, 3rd edition.

Emory, Kenneth P. 1934. Tuamotuan Stone Structures. Honolulu: Bernice Pauahi Bishop Museum, Bulletin 18.

Emory, Kenneth P. and Yosihiko H. Sinoto, 1964. “Eastern Polynesian burials at Maupiti”. The Journal of the Polynesian Society, 73(2): 143-160.

Espirat, Jean-Jacques, Guiart, Jean, Lagrange, Marie-Salomé et Monique Renaud, 1973. Système des titres dans les Nouvelles-Hébrides centrales, d’Efate aux îles Shepherd. Paris : Institut d’Ethnologie, Musée de l’Homme, MNHN, Mémoires de l’Institut d’Ethnologie.

Garanger, José, 1966. « Recherches archéologiques aux Nouvelles-Hébrides ». L’Homme, 6 (1) : 59-81.

Garanger, José, 1972. Archéologie des Nouvelles-Hébrides, contribution à la connaissance des îles du Centre. Paris : CNRS, ORSTOM, Publications de la Société des Océanistes, 30.

Garanger, José, 1975. « Préhistoire et ethnologie, exemples océaniens ». In R. Cresswell (éd.), Éléments d’Ethnologie. Paris : Armand Collin, Collection U, t. 1.

Garanger, José, 1976. « Tradition orale et préhistoire en Océanie ». Cahier ORSTOM, Série Sciences humaine, XIII (2) : 147-161.

Garanger, José, 1979. Roy Mata. Paris : CNRS, RCP 259, [tapuscrit].

Garanger, José, 1997. “Oral traditions and archaeology: two case studies from Vanuatu”. In R. Blench and M. Spriggs (eds), Archaeology and Language I. Theoretical and Methodological Orientations, London: Routledge, One World Archaeology 27: 321-330.

Green, Roger C. 1984. “Settlement Pattern Studies in Oceania: An Introduction to a Symposium”, New Zealand Journal of Archaeology, 6: 59-69.

Guiart, Jean, 2004. “Retoka revisited and Roymata revised: A retort”. The Journal of the Polynesian Society, 113(4): 377-382.

Han, Toni. L., Collins, Sara L., Clark, Stephan D. and Anne Garland, 1986. Moe kau aho’oilo, Hawaiian mortuary practices at Keopu, Kona, Hawaii. Honolulu: Departmental report series, report 86-1, Department of Anthropology, Bernice Pauahi Bishop Museum.

Higham, Thomas, Anderson, Atholl and Chris Jacomb, 1999. “Dating the first New Zealanders: the chronology of Wairau Bar.” Antiquity 73(280): 420-427.

Houghton, Philip, 1980. The first New Zealanders. Auckland: Hodder and Stoughton.

Houghton, Philip, 1996. The people of the Great Ocean. Cambridge: Cambridge University Press.

Houghton, Philip, 1975. “The people of Wairau Bar”. Records of the Canterbury Museum, 9: 231-246.

Howes, Hilary, 2011. “It is not so!” Otto Finsch, expectations and encounters in the Pacific, 1865-85”. Historical Records of Australian Science, 22(1): 32-52.

Kirch, Patrick V. 1984. “The Polynesian outliers: Continuity, change, and replacement”. The Journal of Pacific History, 19(4): 224-238.

Kirch, Patrick V. 1985. Feathered Gods and Fishhooks: An Introduction to Hawaiian Archaeology and Prehistory, Honolulu: University of Hawaii Press.

Kirch, Patrick V. 2017. On the road of the wind. An archaeological history of the Pacific islands before European contact. Berkeley: University of California Press.

Kirch, Patrick V. and Roger C. Green, 2001. Hawaiki, Ancestral Polynesia. An Essay in Historical Anthropology. Cambridge: Cambridge University Press.

Kirch, Patrick V. and Jennifer G. Kahn, 2007. “Advances in Polynesian Prehistory: A Review and Assessment of the Past Decade (1993-2004)”. Journal of Archaeological Research, 15(3): 191-238.

Knüsel, Christopher J. and John Robb, 2016. “Funerary taphonomy: an overview of goals and methods”. Journal of Archaeological Science: Reports, 10: 655-673.

Lauwers, Michel et Aurélie Zemour, 2016. « Introduction : des morts, de la sépulture et des sciences sociales ». In M. Lauwers et A. Zemour (eds.). Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la préhistoire à nos jours. Antibes : XXXVIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. APDCA, p. 11-20.

Leach, B. Foss, 1977. “Sex and funebrial offerings at Wairau Bar: a re-evaluation”. New Zealand Archaeological Association Newsletter, 20(2): 107-113.

Leach, B. Foss and Helen M. Leach (eds), 1979. Prehistoric man in Palliser Bay. Wellington: Bulletin of the National Museum of New Zealand, 21.

Leach, B. Foss and Helen Leach, 1979a. “Burial positions and orientations in Palliser Bay”. In B. F. Leach and H. M. Leach (eds), Prehistoric man in Palliser Bay. Wellington: Bulletin of the National Museum of New Zealand, 21, p. 205-213.

Leach, B. Foss and Helen Leach, 1979b. “Prehistoric communities in Eastern Palliser Bay”. In B. F. Leach, & H M. Leach (eds.) 1979. Prehistoric man in Palliser Bay. Wellington: Bulletin of the National Museum of New Zealand, 21, p. 256-272.

Leach, B. Foss and Janet Davidson, 2008. The Archaeology of Taumako. Wellington: New Zealand Journal of Archaeology Special Publication.

Leclerc, Jean, 1975. « Problèmes d’observation et de terminologie à propos de la sépulture collective de la Chaussée-Tirancourt ». In Leroi-Gourhan A. (éd.), Séminaire sur les structures d’habitat : les sépultures. Paris : Collège de France, p. 2025.

Leroi-Gourhan, André (éd.), 1975. Séminaire sur les structures d’habitat : les sépultures. Paris : Collège de France.

Leroi-Gourhan, André, Bailloud, Gérard, Brézillon, Michel et Claire Monmignaut, 1962. « L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marne) ». Gallia préhistoire, 5(1) : 23-133.

Linton, Ralph, 1925. Archaeology of the Marquesas Islands. Honolulu: Bernice Pauahi. Bishop Museum, Bulletin 23.

Luders, David, 2001. “Retoka revisited and Roimata revised”. The Journal of the Polynesian Society, 110(3): 247-287.

Maureille, Bruno et Pascal Sellier, 1996. « Dislocation en ordre paradoxal, momification et décomposition : observations et hypothèses ». Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 8 (3-4) : 313-327.

McKern, Will C. 1929. Archaeology of Tonga. Honolulu: Bernice Pauahi Bishop Museum, Bulletin 60.

Melander, Victor, 2017. “The head-hunters of the north and the Polynesian shadow: Thor Heyerdahl’s skull collecting act on Fatu Hiva, Marquesas Islands, 1937”. Journal of Pacific Archaeology, 8(1): 77-87.

Meyer, P. O. 1910. “Funde von Menschen-und Tierknochen, von prähistorischer Töpferei und Steinwerkzeugen auf Vatom, Bismarck-Archipel”. Anthropos, 5(4): 1160-1161.

Mills, Andrew, 2016. “Bodies Permeable and Divine: Tapu, Mana and the Embodiment of Hegemony in Pre-Christian Tonga”. In M. Tomlinson, Ty P. K. Tengan (eds), New Mana: Transformations of a Classic Concept in Pacific Languages and Cultures. Canberra: ANU Press, p. 77-105.

Ottino, Pierre, Valentin Frédérique, Guiot, Hélène et Michel Orliac, 2003. « Recherches à Hatiheu, île de Nuku Hiva, archipel des Marquises. Archéologie, identité et développement ». Dossier d’Archéologie polynésienne, bilan sur la recherche archéologique en Polynésie française 2001-2002, 2, p. 9-96.

Oxenham, Marc and Hallie R. Buckley (eds), 2016. The Routledge handbook of bioarchaeology in Southeast Asia and the Pacific Islands. New York: Routledge Handbooks.

Parker-Pearson, Michael, 1982. “Mortuary practices, society, and ideology: An ethnoarchaeological study”. In I. Hodder (ed), Symbolic and structural archaeology. Cambridge: Cambridge University Press, p. 99-113.

Parker-Pearson, Michael, 1999. The Archaeology of Death and Burial. Stroud: Sutton Publishing.

Pietrusewsky, Michael, 1969. “An osteological study of cranial and infracranial remains from Tonga”. Records of the Auckland Institute and Museum, 6(4-6): 287-402.

Pietrusewsky, Michael, 1976. Prehistoric human skeletal remains from Papua New Guinea and the Marquesas. Honolulu: Social Sciences Linguistic Institute, University of Hawaii, Asian and Pacific archaeology Series, 7.

Quigley, Christine, 2001. Skulls and skeletons: human bones collections and accumulations. London: Jefferson, McFarland.

Rakita, Gordon F. and Jane Buikstra, 2005. “Introduction”. In G.F. Rakita, J. Buikstra, L.A. Beck and S.R. Williams, 2005. Interacting with the dead: Perspectives on mortuary archaeology for the new millennium. Gainesville: University Press of Florida, p. 1-11.

Sand, Christophe, Valentin, Frédérique et Daniel Frimigacci, 2006. « Sépultures à caveau en Polynésie occidentale : des traditions orales à l’archéologie ». Journal de la Société des Océanistes, 122-123 : 13-25.

Sand, Christophe, Lilley, Ian, Valentin, Frédérique, Bolé, Jacques, Gony, Béalo et David Baret, 2010. « Tiga (Îles Loyauté). Préhistoire et ethno-archéologie d’une île mélanésienne en marge ». In F. Valentin et M. Hardy (eds.), Hommes, milieux et traditions dans le Pacifique sud. Paris : De Boccard (Travaux de la Maison René Ginouvès, 9), p. 33-46.

Saxe, Arthur A. 1970. Social Dimensions of Mortuary Practices. Ph.D. thesis, University of Michigan. (Published by University Microfilms, Ann Arbor, 1973).

Sellier, Pascal, 2015. « Sépulture finale et programme funéraire. Penser les différents gestes funéraires des anciens Marquisiens comme les étapes d’un même protocole ». In G. Delaplace et F. Valentin (eds.), Le Funéraire, mémoire, protocoles, monuments. Paris : Éditions de Boccard, p. 243-254.

Shapiro, Harry L. and Robert C. Suggs, 1959. “New dates for Polynesian prehistory”. Man, 59: 12-13.

Sinoto, Yosihiko H. 1963. “Polynesia”. Asian Perspectives, 7: 57-64.

Sinoto, Yosihiko H. 1966a. “Polynesia”. Asian Perspectives, 9: 48-61

Sinoto, Yosihiko H. 1966b. “A tentative prehistoric cultural sequence in the Northern Marquesas Islands, French Polynesia”. The Journal of the Polynesian Society, 75(3): 287-303.

Soulier, Philippe, 2015. André Leroi-Gourhan « l’homme tout simplement ». Paris : Éditions de Boccard (Travaux de la MAE, René-Ginouvès, 20).

Soulier, Philippe, 2018. André Leroi-Gourhan [1911-1986], une vie. Paris : CNRS Éditions.

Sprague, Roderick, 2005. Burial terminology: a guide for researchers. Lanham: Rowman & Littlefield.

Suas, Jean-Baptiste, 1902. « Découvertes de tombes anciennes à Ambrym ». Les Missions Catholiques : bulletin hebdomadaire de l’œuvre de la propagation de la foi, 34 : 593.

Suas, Jean-Baptiste, 1917-1918. « I Talu Tuei, les hommes d’autrefois, ou les premiers Hébridais ». Anthropos, 12-13 (1/2): 201-205.

Suggs, Robert C. 1961. The archaeology of Nuku Hiva, Marquesas Islands, French Polynesia. New York: American Museum of Natural History, Anthropological Papers of the American Museum of Natural History 49, Part 1.

Sutton, Douglas G. 1979. “The prehistoric people of Eastern Palliser Bay”. In B. F. Leach and H. M. Leach (eds), Prehistoric man in Palliser Bay. Wellington: Bulletin of the National Museum of New Zealand, 21:185-203.

Testart, Alain, 2004. Les morts d’accompagnements. La servitude volontaire I. Paris : Errance.

Trotter, Michael M. 1975. “Further excavations at Wairau Bar, New Zealand.” Asian Perspectives, 18(1): 75-80.

Ubelaker, Douglas, 1974. Reconstruction of Demographic Profiles from Ossuary Skeletal Samples. Washington, D.C.: Smithsonian Institution.

Valentin, Frédérique, Sand, Christophe, Le Goff, Isabelle, Sorovi Vunidilo, Tarisi, Matararaba, Sepeti, Ouetcho, André, Bolé, Jacques, Baret, David and Jone Naucabalavu, 2001. “Burial practices at the end of the prehistoric period in Cikobia-i-ra (Macuata, Fiji)”. In G.R. Clark, A.J. Anderson and T. Vunidilo (eds). The archaeology of Lapita dispersal in Oceania. Canberra: Terra Australis 17, p. 211-223.

Valentin, Frédérique, Le Goff, Isabelle et Christophe Sand, 2007. « Le rang social des défunts inhumés au xixe siècle dans le tertre de Korotuku (Cikobia-i-Ra, Fidji) ». In L. Baray, P. Brun et A. Testart (eds.), Pratiques funéraires et sociétés. Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale. Dijon : Éditions Universitaires, Collection Art, Archéologie et Patrimoine, p. 391-407.

Valentin, Frédérique, Bedford, Stuart, Spriggs, Matthew et Hallie Buckley, 2009. « Une analyse diachronique des pratiques funéraires préhistoriques du centre du Vanuatu ». Journal de la Société des Océanistes, 128(1) : 39-52.

Valentin, Frédérique, Bedford, Stuart, Buckley Hallie and Matthew Spriggs, 2010. “Lapita Burial Practices: Evidence for Complex Body and Bone Treatment at the Teouma Cemetery, Vanuatu, Southwest Pacific”. Journal of Island and Coastal Archaeology, 5(2): 212-235.

Valentin, Frédérique et Guillaume Molle, 2016. « Avant-propos ». In F. Valentin et G. Molle (eds.). Spatial dynamics in Oceania/La pratique de l’espace en Océanie. Séances de la Société Préhistorique Française, Paris : Société préhistorique française, 7 : 7-13.

Valentin, Frédérique, Allièse, Florence, Bedford, Stuart et Matthew Spriggs, 2016. « Réflexions sur la transformation anthropique du cadavre : le cas des sépultures Lapita de Teouma (Vanuatu) », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 28 : 39-44.

Vigneron, Emmanuel, 1985. Recherches sur l’histoire des attitudes devant la mort en Polynésie française. Thèse de Doctorat de troisième cycle, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Toulouse.

Wilder, Harris Hawthorne, 1923. “Notes on the Indians of Southern Massachusetts”. American Anthropologist, 35: 197-218.

Wilder, Harris Hawthorne and Ralph Wheaton Whipple, 1917. “The position of the body in aboriginal interments in western Massachusetts”. American Anthropologist, 19(3): 372-387.

Zemour, Aurélie, 2016. « De l’anthropologie de terrain à l’archéologie de la mort : histoire, concepts et développements ». In M. Lauwers et A. Zemour (eds.). Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la préhistoire à nos jours. Antibes : XXXVIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. APDCA, p. 23-34.

Zuckerman, Molly K. and George J. Armelagos, 2011. “The origins of biocultural dimensions in bioarchaeology”. In S.C. Agarwal and B.A. Glencross (eds), Social bioarchaeology, Oxford: Blackwell John Wiley & Sons, p. 13-43.

Notes

1 Le terme contemporain d’anthropologie biologique est utilisé ici au sens large pour désigner toutes les études relatives à la biologie et la bio-archéologie de squelettes retrouvés en contexte archéologique.

2 Première période de la préhistoire de Nouvelle Zélande (Duff, 1950), aujourd’hui datée d’environ 1288-1300 AD (Higham et al. 1999).

3 Ce terme désigne ici toutes informations écrites produites par des observateurs européens (récits de voyageurs, de missionnaires et d’ethnographes) et s’oppose aux descriptions issues des traditions orales transmises par des informateurs locaux.

4 355 autres sépultures seront mises au jour en 1982-1983 à Keopu (Kona) qui apportent des indications complémentaires sur cette tradition hawaiienne d’inhumations en bord de mer, dans les dunes de sable (Han et al. 1986).

5 Je remercie Guillaume Molle (ANU) de m’avoir fait connaître cette collection de photographies.

6 Très active en Polynésie et aux îles Marquises en particulier dans la première moitié du xxe siècle, cette collecte est alors contrôlée, voire interdite, par les populations locales (Melander 2017 : 82). À cet égard, certains dépôts de crânes dans des fosses parementées aménagées dans plusieurs structures cérémonielles (tohua) à Nuku Hiva pourraient ne pas témoigner d’activité rituelle pré-européenne mais au contraire d’une activité postérieure au contact européen répondant à une volonté de soustraction des crânes au regard des visiteurs étrangers (Ottino et al. 2003).

7 D’autres fouilles de sépultures ont suivi cette démarche (Conte & Dennison 2010 ; Sand et al. 2006 ; Valentin et al. 2007) Mais elles n’ont pas identifié le même degré de correspondance entre étude archéologique des sépultures et traditions orales. Les auteurs ont conclu à une complémentarité entre traditions orales et fouilles archéologiques et ouvrent la voie vers une approche différente de la reconstruction de l’histoire océanienne où acteurs locaux et archéologues interviennent de concert (Sand et al. 2010).

8 Qui correspond à la partie « méthode » de l’archéothanatologie.

9 Les sépultures « pillées » de Mokapu (Bowen in Snow 1974) pourraient également faire l’objet d’une autre lecture.

10 Par exemple, Leach et Leach (eds) (1979) ne citent pas Garanger (1972).

List of illustrations

Title Figure 1
Caption Sépulture n° 5 de Wairau Bar (Nouvelle Zélande), d’après R Duff
Credits Moas and man, part II, Antiquity, 1950, vol 24, issue 94, p. 72-83.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1247/img-1.jpg
File image/jpeg, 842k
Title Figure 2
Caption Reconstitution de la sépulture de Roy Mata par Maurice Hardy.
Credits CNRS UMR 7041 (d’après Garanger 1979).
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1247/img-2.jpg
File image/jpeg, 484k

© pacific-credo Publications, 2020

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search