Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 5

Diffusionnisme et écriture néolithique : aux origines de la mission franco-belge à l’Île de Pâques (1934-1935)

Christine Laurière

Texte intégral

1Portée sur les fonts baptismaux par une hypothèse sensationnelle qui laissait augurer la découverte d’une écriture néolithique, la mission franco-belge d’Alfred Métraux et d’Henri Lavachery à l’Île de Pâques marqua un temps fort des études scientifiques rapanui, mais d’une façon inattendue qui mit en déroute ses promoteurs en ce qu’elle les désavoua. Cette naissance aux forceps diffusionnistes pesa néanmoins de tout son poids sur la mission, sur les résultats qui en étaient espérés. Ayant attentivement étudié par ailleurs le déroulement de la mission et sa postérité, ses multiples facettes ethnographiques et ses résultats, ayant aussi décortiqué les travaux de Métraux démentant pied à pied les élucubrations de cette hypothèse (Laurière 2014), je me propose de revenir ici sur les conditions qui présidèrent à la constitution de la mission, en insistant sur le volet archéologique qui fut décisif pour la légitimer.

Sur les pas des diffusionnistes

2Le 16 septembre 1932, lors de la séance de rentrée de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’orientaliste Paul Pelliot, professeur au Collège de France, lit une lettre que lui a envoyée Guillaume de Hevesy le premier du mois (Hevesy 1932a). Le linguiste hongrois, installé à Paris, lui fait part des conclusions auxquelles il est parvenu à propos de « la très grande similitude entre les caractères dont sont formées les deux écritures » de l’Île de Pâques et de la civilisation de Mohenjo-Daro et Harappa, distantes dans le temps de pas moins de cinq mille ans et dans l’espace de quelque 25 000 kilomètres. Selon Guillaume de Hevesy, c’est en assistant à un cours du grand indianiste Sylvain Lévi au Collège de France que l’idée lui vint de creuser ce rapprochement :

  • 1 Sur la « découverte » de G. de Hevesy, et les nombreuses autres théories ayant eu cours sur l’écri (...)

« M. Sylvain Lévi […] nous fit connaître la nouvelle civilisation de Mohenjo Daro. Il avait insisté à ce moment sur les essais infructueux faits pour rattacher son écriture à d’autres systèmes hiéroglyphiques. Mais tous les termes de comparaison se plaçaient à l’Ouest. À l’Est, il y avait entre autres l’écriture de l’Île de Pâques, moins étudiée. Je me suis décidé à voir de ce côté […]1. » (Hevesy 1933a : 440).

3Il commence ses investigations en s’aidant d’une seule photographie d’une tablette de l’Île de Pâques, détenue par le British Museum et reproduite dans le livre de Katherine Routledge, The mystery of Easter Island (1919), et des reproductions des sceaux de l’Indus publiées dans l’étude de G. R. Hunter (1932).

4En 1922, le monde des archéologues, des philologues et des orientalistes avait brui de l’incroyable nouvelle de la découverte d’un site archéologique bien antérieur à l’époque aryenne, situé dans le Sind (le sud de l’actuel Pakistan), à Mohenjo-Daro, littéralement le « lieu des morts ». La découverte de cette nouvelle civilisation, l’une des plus anciennes de l’Orient, nichée dans la vallée de l’Indus, bouleversait la chronologie du peuplement de l’Inde en allongeant son histoire de plus de deux mille ans. Sir John Marshall, alors directeur des travaux archéologiques aux Indes, y fit entreprendre des fouilles qu’il dirigea de 1922 à 1927. Il publia à Londres en 1931 une somme en trois volumes intitulée Mohenjo-Daro and the Indus Civilization, sorte d’état des lieux des recherches sur cette riche cité proto-indienne, au plan géométrique bien dessiné et dotée d’un système d’égouts très élaboré. Mais ce sont surtout les milliers de sceaux en stéatite découverts parmi les ruines qui intriguent les archéologues. Ces sceaux sont recouverts d’inscriptions qu’il s’avère impossible de déchiffrer, ni de rattacher à aucune langue ou écriture alors connues. La langue parlée à Mohenjo-Daro ayant également disparu, le mystère s’épaissit et prête le flanc à toutes les extravagances.

5Sir John Marshall avance l’hypothèse qui va faire fureur d’une écriture néolithique, source commune des écritures sumérienne, égyptienne, hittite, crétoise, proto-indienne et proto-élamite. Guillaume de Hevesy croit même pouvoir affirmer que cette écriture néolithique pourrait bien être le rongorongo, l’écriture de l’Île de Pâques, « l’aïeule de toutes les écritures hiéroglyphiques de l’antiquité » :

« Cette écriture néolithique, cette ancêtre de toutes les écritures, ne l’aurions-nous pas devant nous dans les tablettes de l’Île de Pâques, île dont toute la culture, au moment de sa découverte, était néolithique encore ? Permettez-moi de vous avouer que j’ai peine à croire qu’il puisse en être autrement. » (Hevesy 1933 : 48).

  • 2 Steven Roger Fischer précise que l’hypothèse de cette écriture néolithique n’est plus aujourd’hui (...)

6Il va jusqu’à déceler entre le proto-élamite et l’écriture de l’Île de Pâques des signes communs, qui plaideraient en faveur de cette thèse, alors qu’on ne les retrouve déjà plus dans l’écriture de Mohenjo-Daro – ce qui tendrait à prouver que l’écriture pascuane est plus ancienne que cette dernière. À l’appui de sa démonstration, Hevesy produit un tableau de près de cent cinquante comparaisons signe à signe des deux écritures de l’Île de Pâques et de l’Indus, où il établit que le dessin de la première est « beaucoup plus détaillé, beaucoup plus fin ; on n’y trouve pas encore ce caractère simplifié, ce souci de standardisation que l’on voit déjà à Mohenjo-Daro » (Hevesy 1933a : 440)2.

7Si la similitude entre les deux écritures lui semble donc avérée, ce qui attesterait qu’elles proviennent bien d’une souche linguistique commune, il ne s’explique pas encore les étapes de la filiation des deux écritures car, dans l’état actuel des connaissances, il manque des chaînons. Guillaume de Hevesy suppose que le parcours géographique des tablettes, importées sur l’Île de Pâques par ses premiers colons, peut être remonté

« […] jusqu’en Nouvelle-Zélande. Les habitants de l’Île de Pâques seraient venus de l’Île de Rarotonga, mais celle-ci aurait été colonisée par des Néo-Zélandais. Certains détails des rites et coutumes et […] certaines particularités linguistiques, ont toujours fait supposer que les indigènes de l’Île de Pâques s’apparentaient étroitement au Néo-Zélandais. » (Hevesy 1933a : 440).

8Hevesy est par ailleurs convaincu que les premiers habitants de l’Île de Pâques, qui apportèrent avec eux les tablettes, n’ont rien de commun avec les modernes Rapanui et qu’il y aurait eu deux vagues d’immigration. Venant renforcer ces suppositions, le baron Robert Von Heine-Geldern, mis au courant de la découverte du linguiste hongrois, écrit à Hevesy à ce sujet :

« [le baron] croit avoir découvert des relations incontestables entre la culture indigène de cette grande île [La Nouvelle-Zélande] et la culture néolithique de la Chine du Nord, de la Corée et du Japon. » (Hevesy 1933b : 34).

9Le sous-continent indien, la Chine et le Pacifique se voient donc reliés dans un même continuum civilisationnel, qui aurait sa source quelque part en Asie.

10La nouvelle de la découverte de Guillaume de Hevesy se répand comme une traînée de poudre dans les cénacles scientifiques et, pour ses partisans du moins, elle « produit une sensation comparable à celle de l’explosion d’une bombe » (Imbelloni 1951 : 120). Certains avancent que c’est l’une des plus importantes découvertes de ces dix dernières années (Bonnerjea 1936 : 148), et qu’elle suscite déjà des commentaires sans fin et une admiration presque unanime (Dobo 1933 : 554). Lors des conférences qu’il est amené à prononcer, Hevesy se vante qu’« aucun des savants qui ont vu, non seulement les comparaisons […], mais mon manuscrit beaucoup plus détaillé (et je l’ai fait voir non seulement aux savants français, mais aussi à des savants belges, anglais et autrichiens), n’a émis de doute » (Hevesy 1933a : 442). Et il va jusqu’à avancer que son hypothèse fait déjà autorité. Le fait est, comme le souligne Steven Fischer, que « quelques-uns des plus beaux esprits en Europe » (Fischer 1997 : 148) furent convaincus du bien-fondé de son hypothèse, aussi hardie qu’elle puisse paraître aujourd’hui.

L’Océanie, berceau de l’humanité

11L’éminent américaniste français Paul Rivet, professeur d’anthropologie au Muséum d’histoire naturelle, directeur du musée d’ethnographie du Trocadéro, secrétaire général de l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, n’est pas le dernier à croire en la véracité des rapprochements de Guillaume de Hevesy, tant ces derniers corroborent en tout point les recherches qu’il mène sur les Océaniens depuis huit ans. Tout comme pour le linguiste hongrois, elles avaient connu une première officialisation grâce à une communication qu’Antoine Meillet, son maître en linguistique, avait lue en son nom à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le 12 décembre 1924 : Les Mélanéso-Polynésiens et les Australiens en Amérique. Par une coïncidence qui ne pouvait que frapper Paul Rivet, c’est d’ailleurs par l’examen d’un vocabulaire rapanui que lui-même avait commencé son travail de comparaison. Rappelons qu’il y établissait qu’un groupe linguistique nord-américain, le groupe Hoka, devait être rattaché à la famille mélanéso-polynésienne, et qu’un groupe sud-américain, le groupe Chon, présentait d’étroites affinités avec les langues australiennes (Laurière 2008 : 249-261). Soucieux de remonter le fil des origines des populations amérindiennes, il étendit alors progressivement son domaine d’investigation aux populations océaniennes, auxquelles il attribuait un rôle majeur dans le peuplement du monde – des contrées européennes via les côtes méditerranéennes, des littoraux est-africains jusqu’aux rivages américains –, et dans la diffusion des civilisations primitives dont elles seraient l’archétype (Rivet 1927a : 24-26). La simple dénomination « Océanien » signe bien la filiation diffusionniste des travaux entrepris par Paul Rivet depuis une dizaine d’années, puisqu’elle s’inspire et prolonge les recherches du père Schmidt sur cette région du monde :

« J’entends par “Océaniens” le complexe ethnique qui comprend les Australiens et les Tasmaniens, les Mélanésiens, les Polynésiens et les Micronésiens, les Indonésiens, les Mon-Khmer, les Munda, complexe dont l’unité linguistique est aujourd’hui établie d’après les travaux de W. Schmidt, de A. Trombetti et mes propres recherches. » (Rivet 1933a : 235)

Un diffusionnisme à la française

12Paul Rivet comprend très vite toutes les implications en germe dans l’hypothèse de Guillaume de Hevesy relatives, d’une part, à la confirmation de l’existence de cette première grande migration humaine à l’échelle du globe et, d’autre part, de la localisation géographique de son foyer de rayonnement.

« Il y a parmi les ethnologues quasi-unanimité pour leur [aux Océaniens] attribuer comme lieu d’origine quelque région de l’Asie méridionale ou de l’Insulinde et la remarquable découverte récemment faite par G. de Hevesy […] apporte à cette thèse une nouvelle preuve aussi inattendue que décisive. » (Rivet 1933a : 238).

13Plus loin, à propos de cette fameuse écriture et langue néolithiques d’origine océanienne, il précise que « la découverte de G. de Hevesy […] est susceptible d’apporter à cette thèse [de l’influence océanienne sur l’Europe et l’Afrique] un appui inattendu. Il est en effet possible que l’écriture de Mohenjo-Daro et de Harappa, si proche de l’écriture de l’Île de Pâques, soit apparentée également à l’écriture proto-élamite et peut-être même à l’écriture crétoise » (Rivet 1933a : 247-248), et donc, par ricochet, à l’Europe… Ce serait, jubile-t-il, « tout ce monde extrême-oriental qui ferait irruption dans notre vieille Europe, bien avant les invasions sémitiques et indo-européennes. Les sceptiques », prévient Paul Rivet, « diront qu’une fois de plus le “mirage oriental” cherche à nous attirer avec ses décevantes images. Pour ma part, je pense que les vrais chercheurs doivent sans hésitation marcher hardiment vers ce mirage, même s’il n’est en définitive qu’une séduisante illusion. » (Rivet 1933b : 54). On retrouve bien là un des traits les plus marquants de la personnalité de Paul Rivet : l’audace, une volonté opiniâtre et hardie de se colleter avec les problèmes les plus intrigants et insolubles du moment.

14Paul Rivet a raison au moins sur un point : ces controverses sont extrêmement importantes pour la vitalité du champ scientifique, qu’elles fécondent et stimulent vigoureusement, dans la mesure où elles obligent les tenants et opposants d’une hypothèse à mieux affûter leurs arguments, à approfondir et théoriser leurs positions. Elles sont des moments privilégiés d’éclaircissement et de positionnement de chacun. En France, Paul Rivet n’est d’ailleurs pas le seul à croire en la vraisemblance de la trouvaille de Guillaume de Hevesy, qui a immédiatement acquis une légitimité d’autant plus importante qu’elle venait couronner une kyrielle de travaux ethnographiques, archéologiques, linguistiques, allant dans le même sens, regardant dans la même direction, quelque part vers l’archipel indien ou l’Asie méridionale qui constituerait alors, en l’état des connaissances, le point de départ de la première grande migration humaine, réalisée par la civilisation océanienne. Ces recherches sont en accord avec ce que l’on commence à découvrir de la préhistoire et de l’archéologie de la région, qui semble alors « destinée à jeter de singulières lumières sur le problème des origines de l’homme » (Rivet 1927b : 155), dans la mesure où elle pourrait être le berceau de l’humanité, ainsi que l’avait déjà avancé Marcellin Boule dans son ouvrage Les Hommes fossiles (1920), l’un des livres de chevet de Paul Rivet qu’il admire tout particulièrement. Les dernières années ont été riches en découvertes sensationnelles pour les paléoanthropologues, au nombre desquelles il faut citer l’homme de Java et le fameux Sinanthropus pekinensis découvert en 1933 à Chou-kou-tien et décrit par Teilhard de Chardin (Hurel et Vialet 2004). Ces récentes découvertes tendent en effet à « démontre[r] que l’Asie méridionale a été une région où très anciennement se sont élaborées d’étonnantes ébauches d’humanité, sinon les formes les plus primitives du phylum humain » (Rivet 1932 : 1129). Toutes ces découvertes confirmeraient sa propre théorie sur l’importance des Océaniens pour l’histoire de l’humanité dans la mesure où Rivet pense qu’ils représentent sans doute l’un des grands foyers d’origine de l’humanité :

« Il appartiendra aux chercheurs de l’avenir de déterminer l’ordre chronologique, les caractères spéciaux, les aires d’expansion des diverses vagues issues de l’Asie méridionale ou de l’Insulinde, dont le rôle dans l’histoire du peuplement du monde et de la civilisation apparaît si considérable. » (Rivet 1933a : 255-256).

15On pourrait également citer quelques-uns des travaux menés en France en matière ethnographique et linguistique, d’inspiration diffusionniste, qui viennent indirectement étayer cette hypothèse. Certes, il y en aurait bien d’autres à évoquer, allemands, autrichiens, anglais ou néerlandais : il suffit de consulter une des bibliographies rassemblées par Paul Rivet pour se convaincre qu’une grande partie de la communauté scientifique était prête à entendre et avaliser une découverte telle que celle de Guillaume de Hevesy. Marcel Mauss penche lui aussi en faveur de cette hypothèse : il refuse de croire dans le caractère exceptionnel du monde indo-européen qui aurait seul accompli la civilisation. Il faut comprendre cette prise de position comme une réhabilitation de toutes les sociétés qu’on a crues en marge du processus civilisationnel ; elles y ont participé, même si cela remonte à loin dans le temps. Ce ne sont pas des sociétés primitives, notre monde leur doit beaucoup. Il vaut la peine de citer in extenso ces réflexions de Marcel Mauss à la fin de l’intervention de son étudiant Paul Mus, lors d’une séance de la Société française de philosophie, en 1937, à laquelle assistait également Paul Rivet. Elles banalisent le raisonnement de ce dernier et démontrent à quel point il est au diapason de la sensibilité scientifique de quelques-uns de ses plus éminents collègues contemporains :

« […] Une grande partie des populations dites « primitives » de l’Océanie ne le sont pas plus que ne l’était probablement, et peut-être même moins, une certaine partie du monde indo-européen ; […] ces populations étaient nettement évoluées. […] Par conséquent tout ce monde malayo-polynésien d’avant la séparation des Polynésiens d’avec les Malais, était un monde extrêmement évolué. Il n’y a pas lieu de parler, à aucun degré, des Polynésiens comme de primitifs. Je suis avec Rivet, ici présent, un de ceux qui croient vraisemblables les démonstrations de M. de Hevesy sur les relations des écritures de l’Île de Pâques et de Mohenjo-Daro (Indus). Dans une moindre mesure peut-être, mais dans une grande mesure cependant, nous sommes quelques-uns d’accord aussi sur les rapports des écritures de Mohenjo-Daro avec les écritures de l’antiquité chinoise du xive siècle ou peut-être même du xviie siècle avant notre ère. (Rapprochements de M. Heine Geldern) Nous avons donc affaire à une grande civilisation. D’abord en soi ; et peut-être même peut-on s’en figurer une origine assez vaste, parce qu’elle va de Sumer en Mésopotamie jusqu’au centre de la Chine ; mais déjà les mêmes néolithiques et les énéolithiques les plus anciens allaient eux-mêmes depuis le Honan jusqu’à Tripolié du Danube » (Mauss 1969 : 157).

16Toutes ces expressions : civilisation néolithique, foyer d’origine des premières migrations humaines, filiation ou affinité culturelle entre éléments linguistiques ou ethnographiques, sont autant de termes qui ne trompent pas et dénotent une conception de l’histoire culturelle de l’humanité en termes indéniablement diffusionnistes. Il est en effet très difficile aux chercheurs en sciences humaines et sociales des années 1910-1930 d’y échapper, car tous baignent plus ou moins dans ce paradigme. La prégnance très prononcée du diffusionnisme dans les milieux anthropologiques français et étrangers explique largement l’écho que reçoit l’hypothèse de Guillaume de Hevesy en 1932. De fait, depuis le début des années 1910, la matrice dominante d’interprétation de l’histoire sociale et culturelle de l’humanité a basculé de l’évolutionnisme au diffusionnisme (Laurière 2008 : 236-249). Par une étude très serrée des objets ethnographiques, de leur style et forme, de leur dispersion et diffusion géographique, le modèle diffusionniste parvient à insuffler une profondeur historique à des sociétés figées dans une atemporalité fallacieuse, il démontre qu’elles aussi sont soumises au changement historique qu’il explique par des situations de contacts et d’emprunts entre civilisations. Cherchant à contourner le problème de l’historicité datable, il supplée les défaillances des chroniques historiques par les cartes du géographe. Il tente une reconstitution de l’histoire de ces sociétés sans écriture par l’évolution de leurs modes de vie, de leurs technologies, de leurs coutumes et mythologies, de leurs langues, sous l’influence des contacts qu’elles ont subis ou connus avec d’autres sociétés. Il présente l’indéniable avantage de complexifier le monde et l’histoire, d’estomper les lignes de partage entre civilisés et primitifs. Insensiblement, la matrice diffusionniste prend ses distances avec l’anthropologie racialiste dans la mesure où elle associe l’homme à sa culture, et non plus uniquement à sa nature, à une race.

17Loin d’être un cas isolé relevant de la spéculation, l’hypothèse de Guillaume de Hevesy est bien à l’unisson de toute une école de pensée anthropologique dont les problématiques de prédilection la portent à entreprendre la reconstitution historique des grandes migrations humaines à l’échelle du globe – espérant ainsi remonter la piste jusqu’au foyer d’origine de l’homme – et à pointer sur une carte la distribution spatiale de tel(le) ou tel(le) objet ou technique, caractéristique linguistique ou sociale, particularité physique, etc. – fournissant par là même des preuves matérielles des contacts entre populations qui aideraient à identifier ces courants migratoires. De fait, c’est davantage l’origine ultime du phénomène étudié qu’il importe de déterminer, son réseau de propagation et ses apparentements, que sa signification intrinsèque et sa pertinence sociale. Dans le cas présent, ce n’est pas tant le déchiffrement de l’énigmatique écriture de l’Île de Pâques qui suscite l’intérêt que ses possibles connexions avec d’autres systèmes d’écriture. Comme le rappelle justement Alfred Métraux, l’un des protagonistes de la mission envoyée à l’Île de Pâques, « aucune clef nouvelle n’avait été proposée pour le déchiffrement des tablettes, mais il semblait que leur origine et leur nature avaient été enfin dévoilées » (Métraux 1941 : 159), et c’est cela justement qui passionnait une partie des savants. Et voilà déjà que :

« […] les fervents diffusionnistes signalent des ressemblances entre les caractères chinois archaïques et les signes de Mohenjo-Daro. On commence à parler d’un mystérieux centre de civilisation quelque part en Asie d’où d’autres civilisations auraient irradié. […] Tout ceci donne une idée de la complexité et de l’importance de l’Île de Pâques pour l’histoire de la civilisation. » (Métraux 1941 : 9).

Une mission ethnologique et archéologique franco-belge pour résoudre l’énigme de l’Île de Pâques

18Après la lecture de sa lettre à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Guillaume de Hevesy est invité à faire de multiples conférences pour des sociétés savantes, des musées, les journaux s’étant fait l’écho de son hypothèse, présentée au demeurant comme une avancée considérable de la science. Convaincu de l’importance de la « découverte » de Guillaume de Hevesy, Paul Rivet lui propose de présenter au musée d’ethnographie du Trocadéro, en décembre,

  • 3 Lettre de Paul Rivet à Guillaume de Hevesy, 14 décembre 1932 (Archives Bibliothèque centrale du Mu (...)

« […] une vitrine où il y aurait tous les objets que nous possédons de l’Île de Pâques, nos trois moulages de bois parlants, et, si vous le permettez, le tableau des concordances de signes de ces tablettes avec les caractères de Mohenjo-Daro. Le public serait ainsi mis au courant de votre belle découverte d’une façon graphique3. »

  • 4 Paul Rivet, Texte pour la vitrine sur l’Île de Pâques, 16 décembre 1932 (Archives BCM, 2 AM 1 K48d (...)

19Le linguiste hongrois accepte et fournit les photographies de ses tables. En tant que directeur du musée, Paul Rivet rédige pour l’occasion un panneau introductif4, où il présente rapidement l’Île de Pâques, en insistant sur deux points : il y aurait eu deux vagues de peuplement, la première étant mélanésienne, « c’est-à-dire des Nègres d’Océanie », la seconde polynésienne ; « la migration polynésienne qui aurait apporté à l’Île de Pâques ces précieux documents aurait quitté l’Asie méridionale à une date antérieure à l’époque de Harappa et de Mohenjo-Daro ». Les tablettes d’écriture seraient donc les reliquats d’une « écriture néolithique, servant d’expression très probablement à une langue polynésienne ou proto-polynésienne ou mieux encore océanienne ».

  • 5 Monseigneur Jaussen, évêque de Tahiti, fut le premier à signaler, en 1869, l’existence des tablett (...)

20Quelques jours plus tard, Paul Rivet se rend pour un voyage éclair en Belgique, à la fin du mois de décembre 1932. Profondément intrigué et enthousiasmé par la question des tablettes de l’Île de Pâques, il veut se forger sa propre opinion et visiter le musée de la Congrégation catholique des Sacrés-Cœurs de Picpus, à Braine-le-Comte, à une vingtaine de kilomètres de la capitale brabançonne. C’est à cet ordre missionnaire français qu’appartenaient les pères qui évangélisèrent au milieu du xixe siècle plusieurs îles de Polynésie française (dont les Tuamotus, Tahiti et les Marquises) et, plus loin et plus tard, l’Île de Pâques. Au moment du vote de la loi française de 1905 de séparation de l’Église et de l’État, c’est dans cette ville du Hainaut que vint s’établir la maison mère, emmenant dans ses bagages ses collections d’objets envoyés par ses missionnaires. Bien que privé de quelques-unes de ses plus belles pièces au profit du tout nouveau musée ethnographique pontifical du Latran, le musée de la congrégation abrite toutefois les fameuses quatre tablettes connues sous le nom de la Rame, l’Échancrée, la Vermoulue et le Miro5.

  • 6 Sur Henri Lavachery, je renvoie à l’article de Thomas Lavachery dans ce volume.
  • 7 Henri Lavachery, « Visite du 29 décembre 1932 au couvent des Sacrés-Cœurs de Picpus à Braine-le-Co (...)

21« Belle tête à la Jean Gabin, haute stature, regard franc, couleur myosotis » (Lavachery Th. 1995 : 11), Henri Lavachery accueille Paul Rivet sur le quai de la gare de Bruxelles. Il est son cicérone le temps de son court séjour outre-quiévrain. Tout comme Rivet, Henri Lavachery est persuadé que Guillaume de Hevesy a établi des « rapports certains » (Lavachery 1934b)6 entre les deux écritures, et il est aussi curieux que Paul Rivet de voir par lui-même les tablettes des frères de Picpus. Ils visitent le musée le 29 décembre 1932. Des moulages et des photocopies des tablettes sont effectués, les collections ethnographiques polynésiennes soigneusement inspectées. « Le docteur Rivet désire qu’une étude approfondie des bois des tablettes soit faite par un spécialiste7 », que les collections rapanui et des îles Marquises soient publiées, ainsi que les manuscrits de Monseigneur Jaussen et du père Laval. C’est donc bien tout un plan de travail qui est mis en place. Il s’agit pour le directeur du Trocadéro de mettre un maximum de documentation scientifique à la disposition des chercheurs dans l’élucidation des problèmes soulevés par Rapa Nui. On reconnaît bien là son sens pratique aigu, sa volonté de faciliter le travail scientifique en procurant aux chercheurs tous les outils nécessaires. Revenu à Paris, il demandera à quelques-unes des institutions détentrices de tablettes de par le monde – Washington, Londres, Vienne, Santiago, Leningrad – l’exécution de moulages de leurs « bois parlants ».

  • 8 C’est Alfred Métraux, sur le trajet de retour de la mission, qui obtint la reproduction des deux t (...)

« Ce sera la première fois que [les tablettes], même en effigie, seront réunies dans un même lieu. Il sera dès lors possible de constituer un répertoire de tous les signes, répertoire indispensable pour poursuivre dans toute son ampleur la découverte de M. de Hevesy. » (Lavachery 1933 : 51)8.

22Longtemps, le musée de l’Homme fut un point de passage obligé pour tout chercheur spécialisé dans l’étude du rongorongo, car c’était la seule institution au monde qui posséda autant de moulages – pas moins de treize sur les vingt-cinq tablettes répertoriées – et de photographies des tablettes d’écriture, permettant de faire un travail comparatif extrêmement fructueux, et ce, à moindres frais de voyage (Fischer 1997 : 399-400).

23Une autre question concernant les tablettes est de déterminer avec précision l’essence du bois qui compose les tablettes. Si, comme le soutient Guillaume de Hevesy, les migrants les emportèrent avec eux depuis l’Indus, l’essence devrait provenir de cette région. Si l’écriture de l’Île de Pâques est au contraire une invention autochtone – ce qu’il ne croit pas, mais ce que d’autres savants soutiennent –, ce serait alors un bois local qui aurait fourni la matière première des tablettes, le Sophora toromiro, aujourd’hui presque disparu. Décidé à éclaircir cet aspect du problème, Paul Rivet fait :

« […] réunir des échantillons de bois des diverses tablettes, ainsi que, à titre de comparaison, de tous les objets en bois de l’Île qu’on pouvait se procurer. Une quinzaine d’échantillons ont été ainsi réunis, non sans peine […]. Les analyses ont été faites par M. L. Conrard, assistant au laboratoire de phanérogamie et étudiées ensuite par le professeur au Muséum M. A. Guillaumin. » (Lavachery 1934a : 69).

24C’est la première fois qu’une telle étude scientifique est entreprise. Lors de sa conférence devant les membres de la Société préhistorique française, le 22 juin 1933, Guillaume de Hevesy peut déjà faire état de quelques résultats, qui semblent pencher en sa faveur. À la question :

« […] les tablettes ont-elles été importées ou non ? Là-dessus on peut déjà répondre avec quelque assurance, et la réponse est : oui. Nous sommes en train de faire analyser le bois des tablettes afin d’en déterminer l’espèce […] On n’est encore qu’au début de ce travail, mais l’analyse de la tablette découverte la première, celle autour de laquelle étaient enroulés les cheveux, nous a déjà révélé qu’il s’agissait d’un Podocarpus, c’est-à-dire d’un bois qui ne croît pas dans l’Île de Pâques. » (Hevesy 1933a : 442-443).

  • 9 Ce pourrait aussi être du bois flotté, venu s’échouer sur les rives de l’île, mais G. de Hevesy re (...)
  • 10 En réalité, on ignore l’ancienneté exacte de cette légende. Steven Fischer pense plutôt qu’il s’ag (...)

25Avec la permission de Paul Rivet, Henri Lavachery publie l’ensemble des analyses obtenues dans le Bulletin de la Société des américanistes de Belgique, qu’il dirige. Elles révèlent qu’aucun des échantillons étudiés ne provient de l’Île de Pâques. Cela accréditerait donc la thèse que les tablettes ont été amenées sur l’île par ses premiers migrants, qu’elles sont très anciennes et que les actuels habitants sont totalement étrangers à cette pratique9. La vieille légende recueillie sur l’île de la bouche des indigènes eux-mêmes, à la fin des années 1880 par Thomson10, selon laquelle ce serait Hotu Matuʽa, le premier roi civilisateur de l’île, qui aurait apporté les soixante-sept tablettes, ne disait pas autre chose.

  • 11 Communiqué de presse : « Exposition Île de Pâques (Mission franco-belge en Océanie). 21 juin – 31  (...)
  • 12 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, 8 février 1933 : « J’ai commencé à ‹ mendier ›, comme vous (...)

26La visite de Paul Rivet à Braine-le-Comte ne débouche pas uniquement sur ces initiatives organisationnelles visant à constituer un corpus de connaissances scientifiques sur les études rapanui. C’est également lors de ce séjour en Belgique qu’il prend conscience que, somme toute, peu de recherches scientifiques ont été menées sur les différentes questions que soulève l’Île de Pâques. Germe alors en lui le projet de mettre sur pied une expédition qui se rendrait à l’Île de Pâques et y ferait des recherches, « en appliquant les méthodes nouvelles de l’ethnologie aux problèmes des origines pascuanes11 ». Ce serait aussi pour le musée du Trocadéro l’occasion d’accroître ses collections ethnographiques polynésiennes, et d’essayer de se procurer sur place une de ces fameuses tablettes d’écriture, un rongorongo – car le musée n’en possède pas. Dès le départ, une collaboration belge est posée, Paul Rivet et son musée n’ayant pas les moyens d’organiser seuls une mission aussi lointaine. Il sait d’ailleurs, par expérience, que ce ne sera pas chose facile que de réunir l’argent nécessaire, et qu’il lui faudra « mendier12 » ces financements auprès de plusieurs ministères et commissions scientifiques.

  • 13 Quasiment jusqu’au départ des missionnaires qui a lieu en mars 1934, l’objectif de la mission est (...)
  • 14 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, 21 février 1933 (archives BCM, 2 AP 1 C).

27Cette mission archéologique13 en Océanie sera une première pour le royaume de Belgique, qui ne s’est pas aventuré dans les îles du Pacifique. Henri Lavachery, enthousiasmé par le projet, se fait fort de mobiliser le musée du Cinquantenaire et le Fonds national de recherches scientifiques, et de trouver les crédits indispensables à sa participation. Afin de sensibiliser la communauté scientifique de son pays, il prend modèle sur la petite exposition du Trocadéro et met sur pied une manifestation similaire, à la mi-février 1933, qui présente les moulages des tablettes de Braine-le-Comte en avant-première, les objets de l’Île de Pâques que possèdent les musées royaux et quelques pièces de collections particulières. Elle « rencontre le plus vif succès de curiosité auprès des familiers de la maison14 » et signe l’entrée en lice officielle d’Henri Lavachery.

28Le samedi 22 février, invité par Paul Rivet et Guillaume de Hevesy, il se rend à Paris. Ils déjeunent tous les trois dans un restaurant parisien et parlent abondamment de l’Île de Pâques, des tablettes et de la parenté entre les deux écritures, de la future mission. Le ton de la lettre qu’Henri Lavachery envoie à Paul Rivet, aussitôt de retour à Bruxelles, suffit à renseigner sur l’atmosphère de ce déjeuner et l’impact du professeur d’anthropologie du Muséum sur ses troupes : « la soif du travail, voilà ce que je rapporte de Paris et d’un travail où il me semble que votre impulsion me soutient et m’exalte […] mais me voilà presque aussi expansif que M. de Hevesy ».

  • 15 Lettre de Paul Rivet du 4 février 1933 (Archives MBH, 2 AM 1 K57e).

29Si la délégation belge est assurée en la personne d’Henri Lavachery, il reste à Paul Rivet à désigner quelqu’un pour représenter le musée d’ethnographie. Dès janvier/février 1933, il apparaît que la décision est prise, puisque Paul Rivet mentionne Louis-Charles Watelin dans sa correspondance avec Henri Lavachery15. Archéologue, approchant la soixantaine, Louis-Charles Watelin est un spécialiste de la Mésopotamie. Pour le compte de l’université d’Oxford, il a exploré des chantiers de fouilles en Irak, à Kish, sous la direction de Sidney Langdon, où ont été retrouvés plusieurs sceaux en stéatite provenant de la civilisation du Moyen-Indus, témoignage de contacts commerciaux entre les deux cités. Poursuivant les travaux démarrés par Dieulafoy, il a continué par l’exploration des ruines de Suse, en Perse. C’est sur ce pays qu’il publie de rares ouvrages, souvent à compte d’auteur (Watelin 1921 et sd). L’homme n’a pas de réelle envergure intellectuelle. Au regard de ces éléments, il faut avouer qu’il est difficile de comprendre et connaître les raisons ayant motivé le choix improbable de Paul Rivet, car les archives sont pauvres en informations à ce sujet. Ce n’est ni un membre ni un proche de l’équipe scientifique du musée d’ethnographie, encore moins un ethnologue, ou un élève de l’Institut d’ethnologie qui est choisi. Ce n’est pas une jeune recrue capable d’endurer une vie de campement autrement difficile que celle des chantiers mésopotamiens sur lesquels travaillent les archéologues britanniques, entourés d’une nombreuse main-d’œuvre aguerrie et de serviteurs prévenant leurs moindres besoins.

30À vrai dire, il n’est même pas sûr qu’il y ait vraiment eu un choix à déterminer, car il semble bien que Louis-Charles Watelin se soit imposé de lui-même, espèces sonnantes et trébuchantes venant en renfort à sa candidature. Dès le début de l’année 1933, Paul Rivet fait en effet lancer par Georges Henri Rivière un appel dans plusieurs journaux, sollicitant des dons pour aider au montage financier de la mission. La Société des amis du Musée d’ethnographie du Trocadéro (SAMET) ouvre un compte bancaire spécial pour la souscription, et bat le rappel de ses membres. Paul Rivet et Georges Henri Rivière prennent contact avec des mécènes potentiels, demandent l’appui de plusieurs ministères. C’est la tournée habituelle pour récolter les fonds nécessaires qui commence. Dans Beaux-Arts, l’Écho d’Alger, la Revue des questions historiques, etc., le même communiqué est publié, mettant en perspective la découverte de Hevesy et expliquant :

  • 16 « Pour une exploration scientifique de l’Île de Pâques », Beaux-Arts, 1er décembre 1933 (coupure d (...)

« Une exploration vraiment scientifique de cette île semble susceptible de donner des résultats du plus haut intérêt. Une mission franco-belge s’est organisée à cet effet. Malheureusement, les subventions officielles ne suffisent pas à lui donner les ressources suffisantes pour mener à bonne fin sa tâche. Il manque encore une somme de 30 000 francs. À tous les amis du musée d’ethnographie, à tous les curieux des mystères du Pacifique et de l’Asie méridionale, est adressé à cette occasion un pressant appel16. »

  • 17 Voir la lettre de Watelin au président de la SAMET, le 30 juillet 1933 et celle de Georges Henri R (...)

31Louis-Charles Watelin y répond généreusement : il verse 25 000 francs en deux chèques sur le compte de la samet17. Dès lors, on peut légitimement se demander si Watelin ne gagne pas ainsi son ticket d’entrée dans la mission et s’il ne s’impose pas de cette façon comme son chef « naturel » à Paul Rivet, qui n’aurait trouvé personne d’autre à envoyer à Rapa Nui… À ses yeux, l’enjeu est d’importance, puisqu’il tient absolument à ce que la part du musée d’ethnographie dans cette mission soit garantie, et que le partage des collections recueillies sur place ne se fasse pas au détriment de la France.

  • 18 Lettre du 11 juillet 1933 (Archives BCM, 2 AM 1 K57e).
  • 19 Archives BCM, 2 AM 1 M1f.

32De toute évidence – et c’est à porter à son crédit –, Watelin connaît l’écriture du Moyen-Indus, il se déclare convaincu par la thèse de Hevesy et son « incontestable rapprochement entre l’écriture des tablettes de l’Île de Pâques et l’écriture des sceaux de la vallée de l’Indus » (Watelin 1934 : 63). La question soulevée par le linguiste hongrois étant de nature historique et archéologique, puisque l’on cherche des preuves tangibles de relations entre l’antique civilisation pascuane et le bassin civilisationnel de l’Asie méridionale, l’expérience de Watelin en matière de fouilles est la bienvenue, et ce d’autant plus qu’Henri Lavachery, malgré toute sa bonne volonté et son enthousiasme, n’a jamais mis les pieds sur un chantier archéologique. Le représentant belge fait bonne figure à son futur compagnon de voyage français, et lui assure dans une lettre qu’il peut être « assuré que moi aussi, je ne souhaite rien tant que de faire l’expédition avec vous. C’est bien simple, je ne me vois même plus la faisant avec un autre que vous18. » Watelin repart pour une campagne de fouilles en Syrie courant 1933, mais ils se voient et s’écrivent régulièrement pour échanger des conseils, en particulier sur les achats de matériel et le choix des vêtements à emporter. Une note énumérant les dispositions à prendre en vue du transport et du rapatriement des collections de la mission, que l’on peut raisonnablement imputer à Watelin, précise qu’« il ne faut pas trop attendre de la part des indigènes. D’après Mrs Routledge, qui séjourna dans l’île en 1914-1915, […] ils sont paresseux et voleurs, et ils se font payer des salaires élevés pour toute assistance donnée. À terre, le matériel et les provisions devront être probablement gardés19. » De bonne foi, Watelin se laisse piéger par la pingrerie proverbiale des époux Routledge qui mit en péril l’expédition plus d’une fois et envenima leurs relations avec les populations indigènes et l’équipage de leur voilier, le Mana (Van Tilburg 2003).

  • 20 « Exploration archéologique de l’Île de Pâques », rapport d’Henri Lavachery, p. 4 (archives privée (...)
  • 21 Ibid.

33Il va de soi pour toutes ces personnes qu’il n’y a rien à espérer du côté des Rapanui contemporains, qui seraient les descendants de la seconde vague migratoire ayant accosté dans l’île, si ce n’est une main-d’œuvre qui les aidera à déblayer les chantiers et servira de porteurs. À ce stade des préparatifs de la mission, aucune recherche ethnographique n’est sérieusement envisagée : à quoi servirait-elle dans l’éclaircissement du mystère millénaire de l’écriture pascuane ? Du reste, qu’y a-t-il à attendre de ces « quatre cents habitants, descendants dégénérés des anciens occupants : quatre cents Pascuans qui regardent les moutons paître la savane. C’est tout » (Lavachery 1934b) ? Dans un rapport sur l’« exploration archéologique de l’Île de Pâques » daté du 20 février 1933, Henri Lavachery estime que les recherches ethnologiques ont déjà été menées quand c’était encore possible : « Une enquête de ce genre, renouvelée aujourd’hui auprès de la population actuelle, plus ou moins civilisée, christianisée, métissée par les passages des navires chiliens et européens, ne devra pas être négligée mais ne peut guère apporter de faits nouveaux relatifs aux temps anciens20. » C’est très principalement d’archéologie dont il sera question puisque « tout […] reste donc à faire21 » :

  • 22 « Pour la première fois, une mission française se rend à l’Île de Pâques. Son chef, M. Watelin, no (...)

« Le but principal de notre mission est d’étudier quelles ont été les civilisations primitives de l’Île de Pâques. Nous trouvons-nous en face d’une seule civilisation ou d’une superposition de civilisations ? Ceci nous sera révélé, espérons-nous, par les fouilles auxquelles nous procèderons. Les fameuses statues sont-elles toutes de la même époque ? Que signifient les inscriptions qui y sont gravées, ont-elles une parenté avec l’écriture des tablettes ? Quelles indications donnera le relevé minutieux de toutes les traces d’habitat, des tombeaux qui entourent l’Île ? Autant de problèmes que nous allons nous appliquer à résoudre22. »

34Il faut une bonne année aux deux parties pour réunir l’argent nécessaire, rien n’est simple dans une période de disette budgétaire aggravée par la crise économique mondiale – et il faut beaucoup de talent, d’entregent, pour persuader les bailleurs de fonds, trouver le bateau pour transporter les missionnaires. Les 25 000 francs versés par Watelin servent à l’achat du matériel de fouille archéologique, des tentes et de toutes les fournitures pour le séjour, des provisions de bouche. La Commission des missions du ministère de l’Instruction publique accorde 10 000 francs, l’Institut d’ethnologie vote un petit crédit de 2 000 francs, le Muséum donne son imprimatur pour l’intérêt scientifique revêtu par la mission et 15 000 francs, des mécènes sont sollicités. Une fois le matériel acheté, Watelin dispose donc de près de 20 000 francs pour la mission en tant que telle.

  • 23 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, 13 février 1934 (archives BCM, 2 AP 1 C).

35Henri Lavachery essuie pour sa part plusieurs refus du Fonds national de recherches scientifiques (FNRS), malgré les deux ou trois projets plus ou moins ambitieux qu’il formule pour les convaincre. Il faudra toute l’opiniâtreté d’Henri Lavachery, mais surtout une initiative personnelle décisive de Paul Rivet auprès du banquier Adolphe Stoclet lui demandant d’user de son influence auprès du ministre de l’Éducation nationale belge en personne, Maurice Lippens, pour que la situation se débloque et que le projet de mission conjointe aboutisse enfin, quelques jours seulement avant le décès accidentel du roi Albert 1er23. In extremis, le FNRS lui accorde 20 000 francs belges pour sa mission, en plus du rapatriement par le navire-école le Mercator des membres, de leur matériel et des collections recueillies sur place. Devant les déboires administratifs de Lavachery, Rivet, craignant qu’il ne puisse participer à la mission, demande in extremis à l’ethnologue américaniste Alfred Métraux, en janvier 1934, de se joindre à la mission.

36Avec l’entrée en lice d’Alfred Métraux, le visage de la mission change imperceptiblement. Tout d’abord, si l’ambition archéologique perdure et prime toujours – car c’est elle qui est censée faire toute la lumière sur le mystère de l’écriture pascuane –, l’étude ethnographique de l’île fait dorénavant partie intégrante des objectifs de l’expédition. Ce n’est donc plus seulement le passé prestigieux qui focalisera l’attention des savants, mais aussi la vie quotidienne des Rapanui, plus humble, leurs croyances modernes, leurs coutumes et traditions. On peut raisonnablement en attendre une meilleure connaissance de cette population isolée et de sa langue – dont il n’existe pas de dictionnaire fiable – qui s’éloignera sans nul doute des images d’Épinal ressassées à son endroit. S’il reconnaît que la méthode préconisée par les diffusionnistes peut parfois être féconde et fondée si elle est restreinte à une aire géographique bien précise, Métraux se méfie de ses débordements. Son scepticisme scientifique aidant, il se défie immédiatement de l’hypothèse de Guillaume de Hevesy, les tableaux de correspondance entre les deux écritures lui paraissant trop parfaits : « Les signes étaient si semblables qu’il eût été audacieux de se montrer sceptique. Ce qui m’inquiéta à ce moment fut précisément la trop grande similitude de ces deux écritures. » (Métraux, 1963 : 15). À la différence d’Henri Lavachery et Louis-Charles Watelin qui connaissent tous deux Hevesy et lui sont acquis, Alfred Métraux évite tout contact avec lui avant son départ.

De l’hypothèse sensationnelle à la pratique. Les travaux archéologiques d’Henri Lavachery sur le terrain

37Après le décès de Watelin des suites d’une pneumonie, pendant le voyage, en juin 1934, Métraux devient le chef de la mission. Contre toute attente, le rééquilibrage de la mission vers l’ethnographie se confirme. Henri Lavachery rejoint Métraux le 18 juillet 1934, à Lima. Comme entrée en matière à cette première rencontre, « quoi de moins surprenant, la question des tablettes est mise sur le tapis » (Lavachery Th. 1995 : 13), et Alfred Métraux, ex abrupto, ne cache pas à son nouveau compagnon de route sa défiance à l’égard des assertions de Guillaume de Hevesy : « la transmission de cette écriture au travers des siècles – sans que l’on connaisse aucun point de relais – lui paraît, avec raison, contraire à tous les phénomènes historiques déjà connus », rapportera Henri Lavachery (Lavachery 1935 : 56). Il a dû se montrer convaincant puisque, une fois rentré à Bruxelles, ce dernier prendra ses distances avec cette théorie et ne voudra voir dans son enthousiasme enflammé des débuts qu’« une sympathie extrascientifique que [son] imagination portait à la thèse de Hevesy… » (Lavachery 1935 : 56). Métraux et Lavachery débarquent à Rapa Nui le 28 juillet 1934. Ils quitteront l’île le 3 janvier 1935, au terme d’un séjour qui leur aura permis de faire une ample moisson ethnographique et d’étudier une partie des richesses archéologiques de l’île.

  • 24 Sur le parcours de Tepano, son rôle dans la co-construction du savoir ethnographique avec Métraux, (...)

38Pendant cinq mois, accompagnés d’une petite équipe d’informateurs et d’aides rapanui, ils font le tour archéologique de l’île (Laurière 2014 : 88-111). Les premiers repérages établis, seul Henri Lavachery parcourt soigneusement le site, mesure, note et dessine tout ce qu’il peut, aidé de son assistant Nikola Pakomio, ravi, qui soulève les pierres, dégage la terre qui les recouvre, marque à la chaux les pétroglyphes découverts pour faire ressortir leur tracé, etc. Peu formé aux techniques de fouilles archéologiques, Lavachery va essentiellement explorer les monuments à l’air libre et les grottes, procéder à des relevés topographiques, dessiner les monuments en ruines et les explorer. C’est la première fois qu’une étude ambitieuse des pétroglyphes est réalisée. Juan Tepano24, informateur privilégié qui a travaillé avec Katherine Routledge, lui explique qu’une pièce en corail était logée dans l’orbite des yeux des moai, accentuant l’intensité de leur regard. D’autres articles dans cet ouvrage reviendront sur la personnalité et la sensibilité d’Henri Lavachery, les recherches archéologiques à l’Île de Pâques. À la fin de son séjour de recherche, dans une lettre/rapport à Paul Rivet, Henri Lavachery dresse le bilan de l’état de ses connaissances et révèle ses préjugés sur les possibilités de recherche archéologiques, heureusement démentis dans l’avenir :

« […] Ce voyage nous fournira l’occasion des comparaisons les plus fécondes avec ce que nous savons maintenant de Rapa Nui…

Durant les quatre mois que nous venons de passer sous la tente, campant sur les lieux les plus intéressants et parfois les moins étudiés, je me suis, comme vous le savez, spécialement occupé de la question archéologique. Le côté Ouest et la côte Nord ont, à cet égard, offert un champ particulièrement fécond. J’ai relevé environ 500 pétroglyphes, pour la plupart non soupçonnés par nos prédécesseurs et leur dessin, leurs sujets nous présentent sans cesse des relations avec les figurines des tablettes dont nous poursuivons l’étude à la fois graphique et critique. (Métraux vous donne sans doute des détails au sujet de sa découverte [dans sa lettre]). Les pétroglyphes d’Orongo là où se réunissaient les concurrents à la course du premier œuf du manutara, et les pétroglyphes de l’île Motunui auraient ainsi été relevés pour la première fois en détail.

Nous avons d’autre part étudié et fouillé divers ahus en des sites choisis pour leur importance historique – anciennes résidences royales, agglomérations importantes – et nous sommes arrivés à déterminer le véritable caractère de ces monuments considérés à présent comme exclusivement funéraires. Certes ce sont des tombeaux et parmi les plus importants des mers du Sud, mais ils sont aussi des centres cérémoniels correspondant chaque fois à des villages dont le nom n’est autre que celui du ou des ahus qui occupent leur « bord de mer », comme on dit dans le Midi.

C’est ainsi que j’ai dressé le plan complet d’Anakena, résidence royale où se trouvait l’école des rongorongo (tablettes), de Hanga-O-Onu, où débarqua la Pérouse et qui connaissait une population importante, de Ahu Tepeu, autre résidence royale, de Ahu Orongo, d’où provient la tête du Trocadéro. J’espère pouvoir établir à mon retour les plans et les élévations complets de ces sites, mais également leur reconstitution, avec les statues en leur place et les villages de l’hinterland.

Les ahus de constructions différentes, ou dans des sites intéressants à divers points de vue, les ahus de l’intérieur des terres, d’un caractère spécial, ont été également relevés. Et un travail analogue a été fait pour les maisons, celles de la surface et les souterraines, les habitations temporaires d’Orongo, les maisons de poules, les enclos de culture, les tours de veilles, les signes de tapu, les points d’eau etc.

Une étude spéciale a été faite abondamment illustrée de dessins au trait, de la technique et du style des statues, spécialement de celles restées debout dans la carrière du volcan Rano Raraku. Enfin durant ces derniers jours, maintenant que l’emballage et l’inventaire de nos collections sont terminés, je m’applique à peindre quelques aquarelles des sites célèbres ou caractéristiques. Je pense que pour la première fois seront ainsi rapportés en Europe des documents cherchant à rendre aussi exactement que possible la couleur de l’Île de Pâques. J’ai dressé une liste complète des ahus, plus complète de 70 noms que celle de Thomson en 1891, la dernière et la seule publiée.

Il resterait à faire l’inventaire complet de l’île, c’est-à-dire le plan de tous [souligné par H.L.] les ahus et agglomérations correspondantes, le relevé de tous les autres monuments. Nous estimons qu’il faudrait au moins un an de labeur incessant pour réaliser ce travail ardu et ingrat, sans qu’il offre probablement l’occasion de constructions [?] nouvelles ou différentes de celle que nous avons faites.

Comme vous voyez, cher Monsieur Rivet, il est bien peu question de fouilles dans l’énumération que vous venez de lire. Certes, nous avons ouvert pas mal de caveaux d’ahus et fouillé plusieurs grottes, à la manière des préhistoriens. Qu’en avons-nous retiré ? D’une part des ossements en grand nombre et des débris de branches et de roseaux, d’autre part, des hameçons brisés presque tous, ou dans les différents stades de leur fabrication, des aiguilles en os. Les objets les plus intéressants que nous avons trouvé, mortiers, bassins en pierre, armes d’obsidienne, ciseaux, herminettes de pierre, pierres sexuées, sculptées etc., l’ont été à la surface, à peine immergés dans le sol ou égarés parmi les innombrables pierres de tous formats, de toutes les natures volcaniques, si pénibles pour le piéton, qui couvrent les parties les plus intéressantes de l’île.

Il faut en effet avoir vécu dans l’île et avoir parcouru à pied tous les recoins, en avoir sans cesse scruté la surface partout comme nous l’avons fait, pour se rendre compte qu’y pratiquer des fouilles profondes est une impossibilité.

  • 25 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, Mataveri, 6 décembre 1934 (archives BCM, fonds Paul Rivet, (...)

Au rebours de Métraux, mieux averti, j’avais jusqu’à un certain point partagé les illusions de Watelin à cet égard. Je dois reconnaître ici mon erreur. Le sol de l’Île de Pâques comporte une couche d’humus extrêmement mince sur un fond de roc originel très dense. Et toutes les traces importances de culture humaine sont en surface. Il n’y a pas, il n’y aura jamais de fouilles profondes à y faire »25.

Retour aux réalités polynésiennes

  • 26 Par exemple : « Je crois vous avoir donné dans une lettre antérieure un léger aperçu de l’état de (...)
  • 27 Lettre d’Alfred Métraux à Marcel Mauss, 11 septembre 1934 (fonds d’archives Marcel Mauss, IMEC, MA (...)

39Alfred Métraux est moins enclin aux certitudes et à l’autosatisfaction. Il sait que sa défiance pour l’hypothèse de Hevesy qui, une fois sur le terrain, n’a fait et ne fera que se confirmer, dans les années à venir, l’inscrit en faux vis-à-vis des attentes de Rivet. Il est aussi taraudé par les impératifs d’une ethnographie de sauvetage et de la recherche d’une illusoire pureté culturelle, quasiment irréalisables en 1934. « L’Île de Pâques est un vieil os rongé » a-t-il coutume de dire à ses confidents (Laurière 2014 : 64). Cette sombre formule peut s’entendre de plusieurs façons : si elle fait écho au pessimisme initial de Métraux qui redoute que tout savoir ethnographique ait déjà été moissonné quand il était encore temps et qu’il ne lui reste plus qu’à rassembler les « épaves d’un grand naufrage » (Métraux 1951 : 10), elle est aussi une allusion à peine voilée à l’effroyable situation sociohistorique de l’Île de Pâques qui chavira dans le néant dans les années 1860. De fait, cette métaphore funèbre, qui se décline aussi dans le registre encore plus dérangeant de la « décomposition » et de la « pourriture »26, est très présente à l’esprit et sous la plume d’Alfred Métraux lorsqu’il raconte l’histoire de ce minuscule endroit, fascinante jusque dans la démesure de son tragique destin. Le dépit professionnel que ressent Métraux de se trouver parmi une société oublieuse de sa culture traditionnelle se teinte néanmoins d’une incontestable admiration pour une population qui fait preuve de beaucoup de ressources et de capacités d’adaptation face à l’intrusion d’une autre culture dont elle ne maîtrise pas tous les codes. Au cours des multiples conversations qu’il aura dans les années ultérieures avec ses collègues étatsuniens, il se rendra compte qu’il n’a pas été suffisamment attentif à ce phénomène dynamique d’acculturation, pourtant capital à la survie de cette société. À vrai dire, l’étude du changement culturel et de l’adaptation, du passage d’un « culture pattern » à un autre ne faisait pas partie des objectifs qu’il s’était assigné au départ ; il plaçait nettement ses travaux sous les auspices d’une ethnographie de sauvetage tant les rapides changements sociaux à l’œuvre sur l’île menaçaient de plonger dans l’oubli son histoire ancienne, ses us et coutumes. Car cela fait plus de deux siècles et demi que l’île est en contact avec l’Occident ; la majeure partie de sa population a été massacrée, déportée puis rapatriée ; l’emprise du christianisme sur la population est forte et sincère : autant de facteurs qui rendent difficile une ethnographie du mode de vie traditionnel des anciens Pascuans qui n’existe plus depuis des décennies. En 1934, il ne lui reste plus qu’à « étudier les épaves d’un grand naufrage », une société qui a « pourri au milieu d’une misère sans issue » (Métraux 1951 : 10, 45), consécutive à la destruction de son ordre social et de son assujettissement colonial. « Jamais je n’aurai fait de l’ethnographie dans des circonstances aussi difficiles. Ce que je recueille ce sont des balbutiements d’agonisants »27, rapporte-t-il à son maître en ethnographie, Marcel Mauss.

  • 28 Voir sa retranscription de ce patrimoine oral, Ibid., p. 362-389.

40Le seul aspect de l’ancienne culture qui, selon lui, ait été préservé par la population moderne de l’Île de Pâques est son folklore, son corpus de mythes et légendes (Métraux 1940 : 362)28 ‒ et Alfred Métraux, d’un naturel dubitatif, s’en étonnerait presque quand il le compare aux difficultés de son enquête sur les autres aspects de la vie sociale des anciens Rapanui (Métraux 1944 : 448). La tradition orale relatant la migration vers l’Île de Pâques, les épisodes plus ou moins légendaires du voyage du héros civilisateur, Hotu Matua, son installation avec ses compagnons, les guerres entre clans, les événements saillants de la vieille histoire, le cannibalisme des vainqueurs, la liste des rois successifs : ses informateurs privilégiés, Juan Tepano et Victoria Rapahango (Laurière 2014 : 102-103), et d’autres lui racontent dans le détail ces moindres péripéties, avec ce sens de la répétition, de la litanie qui fait les délices de la narration polynésienne, de son auditoire – mais épuise l’ethnographe… Vers la fin de son séjour, les villageois lui ont maintes fois répété qu’ils lui avaient tout dit, qu’il connaissait tous les mythes, toutes les légendes. « Je n’ai aucune raison de douter de leur sincérité, précise Alfred Métraux, car ils ont toujours manifesté le plus grand désir de m’aider à enregistrer les anciennes traditions. Que je transcrive les textes indigènes était pour eux la garantie que leur folklore serait préservé à jamais. » (Métraux 1940 : 363).

  • 29 Alfred Métraux titre son chapitre v de L’Île de Pâques « Une société cannibale », et une sous-part (...)

41Ce dont il ne pouvait être conscient – et dont n’étaient pas conscients non plus ses collaborateurs indigènes –, c’est qu’il enregistrait en fait la vision du monde et de leur passé que les Pascuans s’étaient forgé au début des années 1890 (Cauwe 2011 : 105 ; Fischer 2005 : 147-148), sous l’influence des catéchistes polynésiens qui avaient accompagné les pères missionnaires, une fois apaisées les secousses du cataclysme qui avait broyé leur société dans les années 1860. C’est tout le paradoxe de l’entreprise scientifique d’Alfred Métraux : alors qu’il pense sauver de l’oubli de précieux et rares vestiges pour documenter l’histoire et l’ethnologie anciennes d’un monde révolu, il fait réellement œuvre d’ethnographe, mais à son insu, en enregistrant la réinvention de l’histoire traditionnelle, fruit du travail de reconstruction, de réappropriation et d’adaptation mené par une poignée de Rapanui dans les années 1890. Il en va ainsi du cannibalisme de leurs ancêtres, tant décrit et décrié par les modernes Rapanui christianisés : il est « totalement narratif et non archéologique » (Fischer 2005 : 55)29. Si les Rapanui de 1934 semblent collaborer volontiers avec Métraux, ils gardent néanmoins par-devers eux leurs livres sacrés, composés et écrits dans les années 1890, où sont couchés ces mythes et légendes illustrés de motifs rongorongo, d’où le nom de « livres rongorongo » ou « manuscrits rapanui » (Fischer 1997 : 113-114 ; Fisher 2007 : 148) qui leur sera donné lorsque leur existence sera portée à la connaissance des membres de la mission archéologique norvégienne, en 1955-1956. Révérés par les Rapanui autant que la Bible, ces manuscrits étaient précieusement conservés hors de la vue des tangata hiva, des étrangers. Les leur montrer aurait été tabou, ce qui révèle que, si le sens et la signification des rongorongo s’étaient perdus, leur mana était encore bien réel.

42Pendant une bonne dizaine d’années, Alfred Métraux va méthodiquement publier les résultats de son enquête de terrain et les conclusions auxquelles il est parvenu, qui ancrent définitivement l’Île de Pâques dans un contexte historique et culturel polynésien et sabrent bon nombre d’élucubrations fantaisistes courant sur Rapa Nui. Par exemple, dans sa première prise de position publiée par la revue britannique Man en 1936, il s’inscrit en faux contre l’idée selon laquelle il y aurait eu deux langues parlées à Rapa Nui, la première, plus ancienne, étant d’origine extra-polynésienne. Ce raisonnement s’appuie implicitement sur une autre spéculation diffusionniste, celle du peuplement en deux vagues de l’Île de Pâques. La première migration serait l’auteure des grandes constructions lithiques et des statues moai, et aurait emmené avec elle depuis son foyer d’origine les tablettes d’écriture. À de multiples reprises, Alfred Métraux réaffirmera le caractère essentiellement polynésien de Rapa Nui, les profondes similitudes sociales avec les autres îles de la ceinture orientale de l’archipel, et l’inanité de cette théorie du double peuplement qui satisfait à bon compte les partisans de l’existence d’une vieille et glorieuse civilisation, totalement étrangère à l’actuelle population de l’île – primitive et dégénérée. De la même façon, il réfutera vigoureusement l’hypothèse de Hevesy, en dénonçant son invraisemblance (Métraux 1938). Il soutient qu’il n’y a pas de parenté ni de connexions possibles entre les deux graphies. Le rongorongo ne date pas de cinq mille ans, le peuplement de l’Île de Pâques remontant vraisemblablement au début du deuxième millénaire après Jésus-Christ. Surtout, Métraux affirme un postulat à la valeur méthodologique cardinale qui place définitivement les études sur Rapa Nui sur une orbite scientifique : le problème posé par le rongorongo ne peut trouver de résolution que dans son contexte d’émergence et d’existence. « Pour dissocier les tablettes du reste de la civilisation de l’Île de Pâques, pour voir en elles autre chose que le produit d’un art local, il faut être aveugle aux données du style et sourd aux témoignages traditionnels les plus constants » (Métraux 1939 : 205). Cette exhortation n’a rien perdu de son actualité, ce qui explique aussi les tensions identitaires et la relation parfois conflictuelle avec la tutelle coloniale chilienne : Rapa Nui est une île indubitablement polynésienne.

Bibliographie

Ahne, Émile, 1932. « Les hiéroglyphes de l’Île de Pâques ». Bulletin de la Société des études Océaniennes (Tahiti), 47 : 185-186.

Bonnerjea, Biren, 1936. “De Hevesy on Munda and Finno-ugrian Linguistics and Easter Island Scripts”. American Anthropologist, 38: 148-149.

Cauwe, Nicolas, 2011. Île de Pâques. Le grand tabou. Louvain-la-Neuve : Versant Sud.

Delpuech, André ; Laurière, Christine & Carine Peltier-Caroff, 2017. Les Années folles de l’ethnographie. Trocadéro 28-37. Paris : Publications scientifiques du MNHN.

Dobo, George, 1933. “Guillaume de Hevesy’s Publications”. American Anthropologist, 35: 552-555.

Fischer, Steven Roger, 1997. Rongorongo. The Easter Island script. History, Traditions, Texts. Oxford: Clarendon Press.

Fischer, Steven Roger, 2005. Island at the end of the world: the turbulent history of Easter Island, London: Reaktion Books.

Hevesy, Guillaume (de), 1932. « Écriture de l’Île de Pâques », Bulletin de la Société des américanistes de Belgique, p. 120-127.

Hevesy, Guillaume (de), 1933a. « Sur une écriture océanienne paraissant d’origine néolithique ». Bulletin de la Société préhistorique française, 7-8 : 434-446.

Hevesy, Guillaume (de), 1933b. « Océanie et Inde préaryenne. Mohenjo-Daro et l’Île de Pâques ». Bulletin de l’Association française des Amis de l’Orient, 14-15 : 29-50.

Hunter, R. G. 1932. “Mohenjo-Daro-Indus epigraphy”. Journal of the Royal Asiatic Society, p.  466-503.

Hurel, Arnaud & Amélie Vialet, 2004. Teilhard de Chardin en Chine. Correspondance inédite [1923-1940], correspondance commentée et annotée. Paris : Éditions du Muséum-Édisud.

Imbelloni, José, 1951. « Las “tabletas parlantes” de Pascua, monumento de un sistema gráfico indo-oceánico ». Runa, 4 : 89-177.

Laurière, Christine, 2008. Paul Rivet, le savant et le politique. Paris : Publications scientifiques du MNHN.

Laurière, Christine, 2014. L’Odyssée pascuane. Mission Métraux-Lavachery, Île de Pâques, 1934-1935, Carnet de Bérose 3, Lahic/ DPRPS : http://www.berose.fr/?L-Odyssee- pascuane-Mission-Metraux

Lavachery, Henri, 1933. « Notes sur l’Île de Pâques ». Bulletin de la Société des américanistes de Belgique, p.  51-55.

Lavachery, Henri, 1934a. « Les bois employés dans l’Île de Pâques ». Bulletin de la Société des américanistes de Belgique, 13 : 67-71.

Lavachery, Henri, 1934b. « L’énigme de l’Île de Pâques ». Le Petit Parisien, 3 juin.

Lavachery, Henri, 1935. Île de Pâques. Paris : Grasset.

Lavachery, Thomas, 1995. Île de Pâques 1934. Expédition Métraux-Lavachery. Bruxelles : Buch Édition.

Mauss, Marcel, 1969 [1937]. « Débat sur les visions du monde primitif et moderne. Intervention à la suite d’une communication de Paul Mus ». In Marcel Mauss, Œuvres 3. Paris : Éditions de Minuit, p. 157.

Métraux, Alfred, 1936. “Numerals from Easter Island”. Man, 253-254, novembre :190-191.

Métraux, Alfred, 1938. “The Proto-Indian Script and the Easter Island Tablets. (A critical study)”, Anthropos, 33: 218-239.

Métraux, Alfred, 1939. « Les deux énigmes de l’Île de Pâques », La Revue de Paris, 17, 1er septembre : 195-212.

Métraux, Alfred. 1940. “Ethnology of Easter Island”. Bulletin of the Bernice Paui Bishop Museum, 160.

Métraux, Alfred, 1944. “Easter Island”. Smithsonian Report for 1944 : 435-451.

Métraux, Alfred, 1951 [1941]. L’Île de Pâques. Paris : Gallimard.

Métraux, Alfred, 1963. « Les primitifs. Signaux et symboles, pictogrammes et protoécriture ». In L’écriture et la psychologie des peuples, Journée de Synthèse. Paris : Armand Colin, p. 9-15.

Rivet, Paul, 1927a. Titres et travaux scientifiques. Paris [s.n.]

Rivet, Paul, 1927b. « Le groupe océanien ». Bulletin de la Société de linguistique, XXVII (3) : 141-168.

Rivet, Paul, 1932. « Les Océaniens », Bulletin de la Société d’océanographie de France, 63 : 1121-1130.

Rivet, Paul, 1933a. « Les Océaniens ». Journal Asiatique, CCII : 235-256.

Rivet, Paul, 1933b. « Discours d’entrée dans ses fonctions de président le 26 janvier 1933 ». Bulletin de la Société préhistorique française, XXX (1) : 51-54.

Ropiteau, André, 1935. « Une visite au musée missionnaire des Pères des Sacrés-Cœurs de Picpus à Braine-le-Comte (Belgique) », Bulletin de la Société des études océaniennes (Tahiti), 55 : 518-527.

Van Tilburg, Jo Anne, 2003. Among Stone Giants. The life of Katherine Routledge and Her Remarkable Expedition to Easter Island. New York: Scribner.

Watelin, Louis-Charles, 1921. La Perse immobile. Ses paysages inconnus, ses villes délaissées. Paris : Librairie Chapelot.

Watelin, Louis-Charles, s.d. Le rôle de la rose dans la poésie persane et L’Illustration dans les manuscrits persans. À compte d’auteur.

Watelin, Louis-Charles, 1934. « Note sur l’écriture de l’Île de Pâques », Bulletin de la Société des américanistes de Belgique, 13 : 63-66.

Notes

1 Sur la « découverte » de G. de Hevesy, et les nombreuses autres théories ayant eu cours sur l’écriture rapanui, voir la remarquable étude de Steven Roger Fischer (1997 : 140-157). J’ai une dette intellectuelle à l’égard de cet ouvrage, qui m’a permis de mieux comprendre les débats sur l’écriture de l’Île de Pâques et l’historiographie afférente.

2 Steven Roger Fischer précise que l’hypothèse de cette écriture néolithique n’est plus aujourd’hui qu’un « conte de fées » (1997 : 598, note 20).

3 Lettre de Paul Rivet à Guillaume de Hevesy, 14 décembre 1932 (Archives Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (BCM), 2 AM 1 K48d). « Bois parlants » est le terme alors en usage pour désigner les tablettes rongorongo. Pour une histoire du musée d’ethnographie du Trocadéro, voir Delpuech, Laurière & Peltier-Caroff, 2017.

4 Paul Rivet, Texte pour la vitrine sur l’Île de Pâques, 16 décembre 1932 (Archives BCM, 2 AM 1 K48d). L’intégralité de ce texte se retrouve dans Ahne (1932 : 185-186).

5 Monseigneur Jaussen, évêque de Tahiti, fut le premier à signaler, en 1869, l’existence des tablettes d’écriture et à reconnaître leur importance, suivant en cela l’intuition des pères Roussel et Zumbohn qui avaient été informés de l’existence des tablettes par le frère Eugène Eyraud, premier missionnaire envoyé à Rapa Nui, Étienne (Tepano) Jaussen découvrit la première par hasard, en recevant en hommage des ouailles du père Zumbohn, des mèches de cheveux enroulées autour d’un morceau de bois qui n’était autre qu’un fragment de tablette – l’Échancrée. Les modernes Rapanui, ayant perdu la signification de ces tablettes, s’en servaient comme petit bois pour allumer le feu. Pour se faire une idée des collections pascuanes du musée, voir Ropiteau (1935).

6 Sur Henri Lavachery, je renvoie à l’article de Thomas Lavachery dans ce volume.

7 Henri Lavachery, « Visite du 29 décembre 1932 au couvent des Sacrés-Cœurs de Picpus à Braine-le-Comte par le docteur Rivet, Madame Vacher, Charles Leirens, Henri Lavachery » (Archives BCM, fonds Rivet, 2 AP 1 C).

8 C’est Alfred Métraux, sur le trajet de retour de la mission, qui obtint la reproduction des deux tablettes du musée national de Santiago du Chili.

9 Ce pourrait aussi être du bois flotté, venu s’échouer sur les rives de l’île, mais G. de Hevesy rejette cette hypothèse, pourtant suggérée par d’autres savants.

10 En réalité, on ignore l’ancienneté exacte de cette légende. Steven Fischer pense plutôt qu’il s’agit d’une légende récente, d’influence mangarévienne, Sur la recomposition de l’identité rapanui et l’invention de nouvelles traditions, voir Fischer, 2005 : 102.

11 Communiqué de presse : « Exposition Île de Pâques (Mission franco-belge en Océanie). 21 juin – 31 octobre 1935 » (Archives BCM, 2 AM 1 C1f). Georges Henri Rivière est l’auteur anonyme de ce communiqué.

12 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, 8 février 1933 : « J’ai commencé à ‹ mendier ›, comme vous dîtes si justement et je ne désespère pas d’obtenir quelque chose. » (archives BCM, 2 AP 1 C).

13 Quasiment jusqu’au départ des missionnaires qui a lieu en mars 1934, l’objectif de la mission est uniquement archéologique. Il faut attendre l’entrée en lice de Métraux, dont la collaboration ne se décide que courant janvier 1934, pour que l’ethnologie soit intégrée au programme scientifique. Voir supra et Laurière, 2014 : 52-61).

14 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, 21 février 1933 (archives BCM, 2 AP 1 C).

15 Lettre de Paul Rivet du 4 février 1933 (Archives MBH, 2 AM 1 K57e).

16 « Pour une exploration scientifique de l’Île de Pâques », Beaux-Arts, 1er décembre 1933 (coupure de presse). Tout au long de l’année 1933, des appels paraissent dans la presse ; celui-ci est l’un des plus tardifs.

17 Voir la lettre de Watelin au président de la SAMET, le 30 juillet 1933 et celle de Georges Henri Rivière à Watelin, le 5 août 1933 (Archives BCM, 2 AM 1 M1f).

18 Lettre du 11 juillet 1933 (Archives BCM, 2 AM 1 K57e).

19 Archives BCM, 2 AM 1 M1f.

20 « Exploration archéologique de l’Île de Pâques », rapport d’Henri Lavachery, p. 4 (archives privées).

21 Ibid.

22 « Pour la première fois, une mission française se rend à l’Île de Pâques. Son chef, M. Watelin, nous dit… », La Dépêche coloniale, 7/8 mars 1934 (coupure de presse).

23 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, 13 février 1934 (archives BCM, 2 AP 1 C).

24 Sur le parcours de Tepano, son rôle dans la co-construction du savoir ethnographique avec Métraux, voir Laurière, 2014 : 70-72, 92-102.

25 Lettre d’Henri Lavachery à Paul Rivet, Mataveri, 6 décembre 1934 (archives BCM, fonds Paul Rivet, 2 AP 1 C).

26 Par exemple : « Je crois vous avoir donné dans une lettre antérieure un léger aperçu de l’état de décomposition et de pourriture dans lequel se trouve la population semi-indigène de l’île » (lettre d’Alfred Métraux à Paul Rivet, 5 décembre 1934, archives BCM, 2 AP 1 C).

27 Lettre d’Alfred Métraux à Marcel Mauss, 11 septembre 1934 (fonds d’archives Marcel Mauss, IMEC, MAS 9.12).

28 Voir sa retranscription de ce patrimoine oral, Ibid., p. 362-389.

29 Alfred Métraux titre son chapitre v de L’Île de Pâques « Une société cannibale », et une sous-partie du chapitre viii sur les rapports sociaux « Guerre et cannibalisme ».

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search