Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 10

La fabrique de l’histoire à Rapa Nui. Le transport des statues et l’ethnoarchéologie, des cas d’école

Nicolas Cauwe

Entrées d'index

Mots clés :

ethno-archéologie

Géographique :

Ile de Pâques

Texte intégral

Pour une épistémologie de l’archéologie pascuane

1Reconstruire l’histoire de l’île de Pâques semble exiger d’assumer une série de faits remarquables qui font de cette île un cas insolite dans le concert polynésien. Ainsi, par exemple, serait-on en présence d’une population qui n’envisagea de produire de grandes statues en pierre (moai) qu’en entamant leur façonnage par les détails des visages, avant même de détacher tout bloc de matière première de sa roche-mère. Par ailleurs, les Rapanui n’auraient déplacé leurs géants de pierre qu’une fois ces derniers entièrement façonnés, ce qui devait rendre l’opération particulièrement compliquée ; ils en auraient d’ailleurs abandonné plusieurs dizaines en cours de transport. Il est également reconnu que les Pascuans auraient délaissé leurs carrières en y laissant traîner des centaines d’ébauches et qu’ils auraient détruit systématiquement tous leurs grands monuments cultuels (ahu)… Ces singularités assurent l’altérité de cette terre, justement la plus isolée du monde. Pour le moins, on en concevrait des mystères, tant les anormalités sont pléthoriques et difficilement compréhensibles. Or, ces éléments semblent concrets, aussi ne pourrait-on en faire l’économie : les anciens fronts de taille des carrières sont réellement encombrés de moai incomplets ; en rase campagne, des statues gisent loin de tout monument ; autour des plates-formes cultuelles, désormais obstruées par des amas de pierres, les géants sont au sol, souvent brisés… Peut-on renoncer à de telles circonstances qui ressortissent à des faits objectifs et mesurables ?

2Pourtant, n’aurait-on pas confondu des évidences matérielles avec le début de leur interprétation ? Évoquer, par exemple, des « ébauches » pour les moai paraissant incomplets relève du commentaire, non de la description objective, le terme couvrant, non pas une catégorie formelle, mais une finalité pressentie : ces figures « auraient dû » être achevées ! De même, l’usage du mot « abandon », à propos des carrières ou des statues isolées, injecte-t-il du sens aux objets mis en cause : la renonciation est une intention délibérée, mais dont la lecture dans des vestiges archéologiques n’est pas d’une évidence immédiate. Le même procès pourrait être mené quant aux plates-formes cultuelles dites « détruites » ou « en ruines », autant de qualificatifs qui contiennent une part explicative qui va au-delà de la matérialité palpable. On le voit, il importe de démêler les faits de leur interprétation, afin de mesurer le degré de crédibilité des principes qui guident, à Rapa Nui, une large part des reconstructions historiques.

3La plus ancienne occurrence de ces hypothèses est l’œuvre de William J. Thomson (1843-1909), officier de la marine étasunienne. Engagé à bord du USS Mohican, il débarqua à Rapa Nui en décembre 1886, afin d’entamer une enquête pour le compte de la Smithsonian Institution de Washington (United States National Museum). Thomson établit une première ébauche d’un dictionnaire de la langue locale, entama une étude des mœurs et coutumes des insulaires qu’il rencontra, dressa un inventaire des monuments, tenta de comprendre les fameuses tablettes dites à écriture (les kohau rongorongo)… Son étude, publiée en 1889, prendra les formes classiques des enquêtes ethnographiques de l’époque, organisée selon un schéma récurrent : environnement (géologie, climat, flore, faune), anthropologie physique (anthropométrie, aspect physique, conditions sanitaires), culture matérielle (habitat, outils, vêtements, monuments, productions artisanales…), structure sociale et étapes de l’existence (hiérarchie, institutions, naissance, mariage, mort…), culture immatérielle (langue, danses, mythes…). Le tout fut conçu sans la moindre épaisseur temporelle, vestiges du passé et témoignages des vivants se retrouvant sur le même plan. Quoi qu’il en soit, il s’agit de la première étude scientifique d’importance consacrée à l’île de Pâques. Les témoignages plus anciens n’ont pas la même ampleur mais, à la décharge des premiers explorateurs européens, rappelons qu’ils ne séjournèrent souvent que quelques heures à Rapa Nui et que leurs préoccupations étaient d’un autre ordre.

4La publication de William J. Thomson est donc fondatrice et il serait peu glorieux de tenir rigueur à ce chercheur de ne pas avoir respecté les critères scientifiques contemporains. Le personnage fit d’ailleurs preuve d’une saine curiosité et produisit une série d’hypothèses, notamment sur les grandes statues, leur fabrication et leur transport. Il proposa ainsi que les figurations apparemment inachevées dans le volcan-carrière du Rano Raraku étaient représentatives des différentes étapes de la chaîne opératoire des sculpteurs de jadis (Thomson, 1889 : 492-493). Il estima aussi que les moai entièrement sculptés, mais toujours présents au volcan-carrière, étaient en attente d’un départ vers un autel bâti ailleurs sur l’île (Thomson, 1889 : 497). On pourrait multiplier les exemples, mais citons encore son idée que le transport d’une série de statues fut interrompu, laissant en rase compagne plusieurs géants au sol (Thomson, 1889 : 497). Aujourd’hui, sans doute se doit-on d’émettre quelques critiques à l’encontre de ces postulats. Il s’agit ici, non de tirer quelque avantage facile sur base d’anachronismes, mais d’assurer le débat scientifique et d’assumer les développements de la science depuis la fin du xixe siècle. Ainsi, sa description des gestes d’antan combine observations et suppositions, telle l’hypothèse de l’abandon « soudain » du transport de statues. Ainsi que rappelé il y a un instant, la notion même d’abandon devrait déjà supporter le débat ; que penser alors du caractère « inopiné » de l’événement, dont on ne sait comment il pourrait être illustré dans la documentation. Mais, à cette époque, la catégorisation entre faits et hypothèses ne répondait pas aux mêmes critères qu’aujourd’hui, tandis que la forme des publications tenait autant du récit que de la démonstration rationnelle.

5Cette ambiguïté entre observations et déductions est du même ordre que celle qui unit souvent archéologie et ethnographie. L’Océanie fournit un excellent terrain pour des études combinant les deux disciplines : si les acteurs du passé ne sont plus là pour raconter leur époque, les sociétés contemporaines (celles que l’on interroge depuis le xixe siècle, voire déjà depuis le siècle précédent) sont issues de la tradition et peuvent encore témoigner de contenus culturels. Mais, à Rapa Nui en particulier, certains n’ont pas hésité à établir des relations directes entre les données de l’ethnographie et celles de l’archéologie. Pourtant, les témoignages oraux ne concordent que très rarement avec les faits matériels du passé. Le phénomène s’explique aisément par la nature des éléments mis en parallèle : d’un côté, le récit d’une vision du monde et de l’ordre social qui en découle ; de l’autre, les reliquats matériels de l’expression des discours culturels de jadis. Deux registres distincts qui, s’ils concourent uniment aux reconstructions culturelles, ne connaissent pas entre eux de simples rapports de terme à terme. En d’autres mots, la tradition ne raconte pas les anecdotes figées dans les artefacts tangibles du passé ; elle en assure partiellement le contexte. Il n’en demeure pas moins que tout discours s’ancre, d’une façon ou d’une autre, dans celui des générations précédentes, aussi vrai qu’il n’est de constructions culturelles que sur base d’héritages. Mais, les filtres sont nombreux qui empêchent de passer directement du présent au passé : modifications des traditions avec l’égrenage des générations ; acculturations par la rencontre avec d’autres univers culturels ; colonisations et annexions ; contexte culturel des enquêteurs ; évolution des sciences humaines… À l’île de Pâques, on peut encore ajouter la régression démographique catastrophique du xixe siècle, avant même les premières enquêtes scientifiques, la conversion au christianisme de toute la population ou des modifications majeures du tissu économique au cours des xixe et xxe siècles. Cette complexité ne doit en rien faire renoncer à une véritable ethnoarchéologie, mais il s’agit d’abandonner les questionnements directs sur les vestiges matériels de passés plus ou moins lointains. Récits, mythes et légendes racontent d’abord la conception que les porteurs des traditions se donnent de leur présent et des temps révolus (Van Tilburg 1994 : 37-39).

6Beaucoup de chercheurs ont étrangement fait fi de cette évidence. Restant dans le cadre de la problématique du transport des statues, on constate, par exemple, que certains ont voulu coller aux récits du passé invoquant des statues qui se déplaçaient par elles-mêmes (Lipo et al., 2013), d’autres ont puisé dans les légendes enregistrées depuis l’extrême fin du xixe siècle le contexte guerrier de la fin de l’exploitation des carrières (Bahn & Flenley 2011 ; Diamond 2005).

7Devrait-on accepter un ancrage direct du présent dans le passé, sans modification aucune des contenus culturels, sinon à un niveau anecdotique, on serait alors dans l’obligation d’en déduire un immobilisme culturel des insulaires de l’île de Pâques, figés dans un passé révolu. Le propos n’est pas tenable. Dans le cas d’espèce, il est de toute façon évident que le xixe siècle a très largement bouleversé la donne, par des acculturations forcées – dont la christianisation n’est pas la moindre – et par une quasi-disparition de la population. En 1877, l’explorateur français Alphonse Pinart ne dénombre plus que 111 habitants autochtones à Rapa Nui, dont seulement 26 femmes (Pinart 1878 : 238). Le crédit que l’on peut porter à cet explorateur n’est pas des plus remarquables ; ses propos sur d’autres sujets sont pleins d’approximations ou d’erreurs. Mais il est d’autres sources qui affirment le déclin démographique très prononcé de Rapa Nui à la fin du xixe siècle (Jaussen 1874 : 382 ; de Lapelin 1872 : 114-115 ; Geiseler 1883 : 19 ; Métraux 1940 : 23). William Thomson entama son enquête en 1886. À l’époque, l’île était encore « indépendante » (elle ne sera incorporée au Chili que deux ans plus tard), mais déjà dépouillée de la quasi-totalité de sa population. La souveraineté de Rapa Nui aux temps de Thomson était donc très relative, largement altérée par la rencontre avec l’extérieur (Van Tilburg 1994 : 29-39 ; Fischer 2005). Les insulaires du xixe siècle en payèrent le prix fort et ils n’étaient apparemment plus qu’une centaine, triés par le hasard d’exactions et de maladies, lorsque William J. Thomson entreprit son étude. Rien de tout cela ne discrédite les témoignages recueillis par l’Étasunien, à condition de tenir compte de ce contexte pour le moins douloureux, avant de se hasarder à établir de relations directes et univoques avec un passé séculaire.

Le transport des statues, un cas d’école

Les données du problème

8La question du transport des statues de l’île de Pâques, si elle est lancinante, ne s’est pourtant posée qu’assez tardivement. Au siècle des lumières, les visiteurs non polynésiens se sont d’abord interrogés sur la nature et l’origine de la matière première des statues, plutôt que sur les moyens de leur fabrication et de leur déplacement. Jakob Roggeveen, premier Européen à accoster à Rapa Nui, en 1722, estima que les moai étaient en terre :

  • 1 « Ces statues en pierre ont causé un étonnement de notre part, parce que nous ne pouvions comprend (...)

Wat de godsdienst deser menschen beterft daervan heeft men geen volkomen kennis, wegens de kortheyd van ons verblyf, konnen bekomen, alleenlyk hebben wy opgemerkt, dat sy voor eenige bysondere hoog opgeregte steenen beelden, vuuren aensteeken, en vervolgens op hunne hielen nedersittende met gebogen hoofed, bregen sy ‘s platte der handen te saemen, beweegende die op en nederwaerds. Deze steenen beelden hebben in ’t eerst veroorsaekt, dat wy met verwondering aengedaen wierden: want wy konden niet begrypen hoe ’t mogelyk was, dat die menschen, die ontbloot syn van swaer en dik hout om eenige machine te maeken, mitsgaders van kloek touwwerk, echter soodanige beelden, die wel 30 voeten hoog en naer proportie dik waren, hadden konnen oprigten: doch dese verwondering cesserde met te ondervinden door het aftrekken van een stuk steen, dat deze beelden van kley of vette aarde waeren geformeerd, en dat men daerin kleene gladde keysteentjes hadde gestooken, die heel digt en net by den anderen geschikt synde, de vertooning van een mensch maekten1 (Roggeveen 1838 : 112).

9Quelques décennies plus tard, en 1774, James Cook émit une hypothèse comparable :

“[…] some of the gentlemen who travelled over the Island and had an oppertunity [sic] to examine a great many were of an opinion that the stone on which they were made was different from any other which they saw on the Island and had much the appearance of being factious […]” (Beaglehole 1969 : 358).

10Les interrogations quant au déplacement des géants de pierre n’ont émergé qu’à la fin du xixe siècle, lorsqu’enfin on prit conscience de l’existence du Rano Raraku, ce volcan désormais fameux d’où fut extrait le tuf, dont sont faits la plupart des grands moai. La toute première mention des carrières remonte aux années 1860, alors que des missionnaires catholiques tentaient d’évangéliser l’île. L’un d’eux, le père Hippolyte Roussel, synthétisa ses observations dans un rapport adressé à ses supérieurs, missive publiée à titre posthume en 1926 :

« Tous ceux qui ont visité l’Île-de-Pâques ont été frappés d’un certain étonnement en voyant des statues, grotesques, il est vrai, mais gigantesques, répandues en aussi grand nombre autour de Rapanui [sic]. Ils se sont demandé, d’où les a-t-on extraites ? Et comment s’y est-on pris pour les mettre sur pied et les conduire si loin ? Ces statues faites de pierres tendres, ayant sept mètres de hauteur sur trois de diamètre, ont toutes été extraites des parois extérieures du cratère d’Otuiti [Rano Raraku], à la pointe nord de l’île [en réalité au sud-est de l’île] » (Roussel 1926 : 17-20 ; observations faites vers 1866-1867).

11Ce n’est qu’à partir de cette époque, dès lors qu’il ne faisait plus aucun doute que les statues avaient été façonnées dans une roche extraite du volcan Raraku, qu’on chercha à élucider les moyens mis en œuvre pour les fabriquer et surtout les déplacer, et William Thomson (1889 : 497) fut le premier à aborder avec succès ces questions. Une pièce importante fut ensuite versée au dossier au début de la Grande Guerre, grâce à la britannique Katherine Routledge qui séjourna à Rapa Nui de mars 1914 à août 1915. Cette pionnière de la recherche sur l’île de Pâques observa les traces d’anciennes routes, probablement destinées au portage des statues :

At last a lazy Sunday afternoon ride, with no particular object, took one of us to the top of a small hill, some two miles to the west of Raraku. The level rays of the sinking sun showed up the inequalities of the ground, and, looking towards the sea, along the level plain of the south coast, the old track was clearly seen; it was slightly raised over lower ground and depressed somewhat through higher, and along it every few hundred yards lay a statue. Detailed study confirmed this first impression. […] The road can be traced from the south-western corner of the mountain, with one or two gaps, nearly to the foot of Rano Raraku, but the succession of statues continues only about half distance. […] There are on this road twenty-seven statues in all, covering a distance of some four miles, but fourteen of them, including two groups of three, are in the first mile” (Routledge 1919 : 194).

12Il est manifeste que ces voies anciennes durent servir à autre chose qu’à la simple ballade de flâneurs : soin et sophistication des constructions dépassent les nécessités de pérégrinations ordinaires. Quant à décider que tout cela était inéluctablement destiné à la circulation de statues, les choses ne sont pas si évidentes : pavements ou murs de soutènement, par exemple, ne sont pas des constructions propices à supporter sans dégât des poids de plusieurs tonnes ! Pourtant, il est une cinquantaine de statues qui gisent le long de ces chemins. Quelques-unes sont brisées, dégâts éventuellement intervenus pendant leur déplacement et qui auraient justifié l’interruption de leur transport. La plupart, cependant, sont intactes, aussi est-il plus ardu de saisir les raisons de leur abandon le long des routes. Le Britannique Paul Bahn a établi une liste de possibilités : installation provisoire des géants pour en terminer le façonnage ; exposition temporaire pour que puissent s’exprimer des cérémonies rituelles ; entreposage en attendant le décès de la personne représentée… (Bahn & Flenley 2011 : 212). D’autres auteurs, plus péremptoires et catastrophistes, ont proposé que les convoyeurs cessèrent soudainement le travail, sans préavis aucun (Diamond 2006 : 86-87). Tout cela est plausible à défaut d’être vérifié, car il importe de souligner que ces hypothèses ne s’appuient sur aucun indice matériel. Pour le reste, toutes ces idées créent autant de questions qu’elles n’en résolvent : si des haltes étaient éventuellement nécessaires pour terminer le façonnage des statues et/ou pour les sacraliser, rien de tout cela ne justifie un arrêt définitif du transport ; quant à l’idée de manutentionnaires vidant précipitamment les lieux, on aimerait connaître le ou les événements qui provoquèrent pareille débandade. Enfin, est-il normal qu’une cinquantaine de colosses aient été en mouvement en même temps ? Toutes proportions gardées, l’encombrement à proximité du Rano Raraku approche celui des artères de nos mégalopoles à l’heure de sortie des bureaux !

13Quoi qu’il en soit de toutes ces questions, les moai éparpillés sur les routes, puisqu’ils sont déjà sculptés dans tous leurs détails, semblent attester un point essentiel : les Rapanui auraient transporté, non des blocs de tuf ou des ébauches, mais des colosses intégralement façonnés. La proposition n’est cependant pas anodine, car les géants fignolés sont plus fragiles que des monolithes bruts, d’autant que lesdites statues sont en tuf, un conglomérat de débris volcaniques friable et cassant. Il n’est pas beaucoup d’exemples de par le monde de semblable procédé. On rappellera, cependant, que l’originalité d’une présomption ne la rend pas caduque de facto.

14Les Rapanui auraient donc placé la barre très haut : à la difficulté de la mise en mouvement de poids conséquents, ils se seraient donné la contrainte supplémentaire de ne concevoir que le charriage de figurations fragiles, même si pesantes. Des routes existaient, qui modéraient certains caprices du relief, mais était-ce suffisant pour assurer le déménagement de colosses, dont la résistance mécanique est inversement proportionnelle à leur masse ? Toutefois, certains rappellent qu’une statue parachevée est plus légère qu’un bloc brut qu’il faudrait encore dégrossir, puis sculpter. C’est exact, sinon que dans tout transport, le poids n’est pas la seule contingence à prendre en compte : résistance aux chocs et possibilités de manutention sont aussi des critères essentiels. Or, si le déplacement de moai déjà sculptés réduit quelque peu la problématique du poids, le façonnage exhaustif induit l’apparition de points de faiblesse sérieux : proéminence du nez et du menton, délicatesse du cou, ciselure des oreilles, courbure de la poitrine, cambrure du dos, accentuation du nombril et des tétons, fine gravure des mains, dessin du lien du pagne…

15Ces « détails » ne semblent guère avoir découragé les Rapanui dans leur entreprise pour le moins hasardeuse. Au Rano Raraku, on trouve d’ailleurs confirmation de la finition des moai dès avant leur transfert vers quelque ahu. En effet, dans tous les ateliers aménagés dans ce volcan-carrière, on observe des ébauches qui nous renseignent sur les étapes de la réalisation des moai. Il ressort de tout cela que les détails du visage étaient exécutés en premier (Thomson, 1889 : 492-493 ; Routledge 1919 : 175-179 ; Van Tilburg 1994 : 21). Cette manière de faire est singulière : un sculpteur cherche normalement à gérer les proportions globales de son œuvre, avant de se soucier du fignolage. Cette « anomalie » tend donc à montrer qu’avant même le détachement des futures statues de la roche-mère, un réel souci de finition présidait le travail des artistes pascuans. D’ailleurs, plus bas sur les pentes du volcan, des œuvres complètes semblent attendre d’être emportées, certaines fichées verticalement dans le sol, d’autres couchées presque au seuil des routes : tout paraît indiquer qu’il n’était pas question de laisser sortir de la vaste manufacture du Rano Raraku des épreuves incomplètes. Moai parachevés couchés le long des chemins ; statues complètes érigées sur les pentes du Raraku ; ébauches où les détails du visage sont déjà inscrits… cette accumulation d’indices paraît sans équivoque. En toute apparence, c’était des statues achevées que les Pascuans charriaient par monts et par vaux, constat que toute tentative de reconstitution des techniques de transport se doit de prendre en compte.

16Dans leurs témoignages ou légendes, les anciens Rapanui n’en ont guère fait étalage des techniques auxquelles ils recourraient pour le déplacement de leurs moai. Il est surtout question, dans les rares et brefs récits connus, de statues qui se mouvaient vers les ahu, grâce aux pouvoirs magiques de rois, de prêtres ou de divinités (Métraux 1940 : 304). Florentin-Étienne Jaussen, Évêque de Tahiti de 1848 à 1884, eut l’occasion de recueillir auprès de Pascuans réfugiés à Tahiti des éléments d’apparence un peu plus concrète : « On plaçait, selon Hauonouo-kou, des cailloux bien ronds sous le moai, on poussait, on tirait, et il roulait ainsi peu à peu jusqu’à destination » (Jaussen 1893 : 7). Au premier abord, la simplicité de la méthode lui donne du crédit, mais le frottement continuel entre sculptures et galets ne peut que provoquer des dégâts, même mineurs. En 1934, un Pascuan raconta à Alfred Métraux que ses ancêtres lubrifiaient les chemins en glissant sous les moai des taros et des patates douces (Métraux 1940 : 304). Mais combien de tonnes de ces tubercules précieuses fallait-il, serait-ce pour le transport d’une seule statue ? Sans doute de quoi affamer toute la population de l’île !

17Une vingtaine d’années auparavant, Katherine Routledge consigna un « témoignage » plus inattendu : “[…] according to another account, quoted by a visitor before our day, ‘they walked, and some fell by the way.’” (Routledge 1919 : 193). L’explication rend compte en une seule phrase de deux problèmes distincts : le mode de transport – les statues « marchaient » – et la raison d’être des colosses le long des chemins – certaines statues ont « trébuché ». Il y a là une incontestable force poétique que, sous d’autres cieux, on pourrait croire teintée d’une naïveté toute enfantine, sinon que mythes et légendes ne sont pas là pour rapporter des faits matériels ou historiques, mais pour soutenir des conceptions du monde. Il est évident que les moai possédaient une existence, une vie et/ou une force, qualités ici trahies par les capacités physiques qui leur sont prêtées. Aller plus loin serait donner de la matérialité à ce récit. Pense-t-on vraiment qu’au cours de la guerre de Troie, les dieux intervenaient directement dans les combats, ainsi que l’expose Homère ? L’Iliade n’est pas un livre d’Histoire ; ce sont d’autres valeurs que rapporte le poète.

18Force est donc de reconnaître qu’il n’existe aucun élément dans la tradition qui puisse nous aider à comprendre les techniques de transport des moai. Les quelques bribes enregistrées à la fin du xixe siècle et au début du suivant témoignent indirectement de la valeur des statues, pas des aspects pratiques de leur déplacement. Aussi, plusieurs hypothèses de techniques de transport ont-elles été émises depuis le milieu du xxe siècle (Skjølsvold 1961 : 369-372 ; Mulloy 1970 ; Pavel 2009 ; Van Tilburg 1994 : 148-162 ; Love 2000 ; Flenley & Bahn 2002 : 131 ; Hunt & Lipo 2011 ; Lipo et al. 2013 ; Velasquo 2015).

Un point de départ jamais critiqué

19On ne reviendra pas ici sur la description et la critique de toutes ces hypothèses, d’autant qu’elles recèlent systématiquement le même défaut, quoi qu’il en soit des originalités de chacune, celui d’une non-adéquation avec la totalité des faits de terrain. Quelle que soit la théorie envisagée, elle bute sur une série d’écueils qu’on ne peut négliger :

  • Beaucoup de moai dits « abandonnés » le long des chemins, ou parmi ceux dressés sur les pentes du Rano Raraku, sont dans des dimensions beaucoup plus impressionnantes que celles des statues déjà associées aux plates-formes cultuelles. Aussi, ces géants étaient-ils vraiment destinés à des ahu ? Si oui, pourquoi, quasiment aucune statue de ce type n’a jamais atteint le moindre monument ?
  • Aucune hypothèse de transport ne parvient à expliquer pourquoi il y a un tel nombre de statues couchées le long des chemins (une cinquantaine). S’il s’agit d’accidents pendant qu’on tentait de les déplacer, pourquoi la plupart ne montrent-elles le moindre dégât ? Dans le cas contraire, pourquoi le transbordement d’autant de géants fut-il interrompu ?
  • Dans le même ordre d’idée, aucune technique de transport ne permet d’expliquer le très haut pourcentage (2/3) de statues couchées sur le ventre le long des chemins. Si les moai étaient charriés à l’horizontale, la grande majorité d’entre eux devaient alors avoir la face tournée vers le sol pendant le trajet, ce qui complique grandement la préservation d’une foule d’éléments. Si les géants étaient déplacés debout, leur position couchée résulterait de chutes, dont on peine à croire qu’elles purent se produire systématiquement, ou peu s’en faut, sans occasionner le moindre dégât.
  • La plupart des moyens de transport imaginés jusqu’ici exigent des espaces assez larges pour déployer les équipes de manutentionnaires. Mais, il est quasiment impossible de disposer de telles surfaces partout le long des anciens chemins. L’île est tout en relief et encombrée de coulées de lave effondrées, ce qui a transformé de très vastes secteurs en champs de cailloux. Il devait être plutôt malaisé pour les convoyeurs de se déplacer sans buter sur toute cette pierraille, alors qu’ils avaient le nez en l’air, afin de diriger de lourdes cordes fixées à des moai de plusieurs tonnes, haut de quelques mètres, et maintenus dans un équilibre précaire.
  • Enfin, on ne peut comprendre pourquoi les statues « stockées » au Rano Raraku, le volcan-carrière, ont été dressées sur les pentes du volcan, non à leur base, ce qui complique grandement leur mise en route vers d’autres lieux. D’ailleurs, ces moai tiennent debout grâce à l’enfermement d’une large part de leur corps dans des sédiments. Vouloir les emporter serait s’astreindre à un long travail de déblaiement, tout en risquant de les installer dans un équilibre plus qu’instable.

20En elles-mêmes, les expériences de transport tentées jusqu’ici fonctionnent. C’est donc ailleurs qu’il faut chercher l’erreur. Serait-ce le point de départ qui pose problème, cette idée que les Pascuans ne transportaient que des statues entièrement sculptées ? La théorie repose sur trois éléments : la présence de statues complètes le long des anciennes routes, d’autres tout aussi parachevées sur les flancs du volcan-carrière et, enfin, les esquisses encore présentes dans les ateliers. Le contexte de préservation de ces vestiges ne s’accommode d’aucune hypothèse de transport imaginée jusqu’ici. En somme, les mêmes faits démontrent une chose et son contraire. Reconnaître le paradoxe, c’est admettre que des questions ont été mal posées.

21Dès la fin du xixe siècle, Hyppolite Roussel signala l’existence de statues inachevées au Rano Raraku (Roussel 1926 : 18), tandis que William Thomson proposa de reconnaître dans ces œuvres incomplètes les étapes du travail des artistes :

Here we found images in all stages of incompletion, from the rude outline drawing to the finished statue ready to be cut loose from its original rock and launched down the steep incline. The modus operandi appears to have been to select a suitable rock upon which the image was sketched in a reclining position. The upper surface having been carved into shape and entirely finished, the last work was to cut the back loose from the rock. This necessitated the exercise of great care to prevent the breaking off of exposed portions, and was accomplished by building piles of stones to sustain the weight while it was being undermined” (Thomson 1889 : 492-493).

22Depuis lors, cet enchaînement de gestes est sans cesse repris par la plupart, sans qu’il n’ait jamais été analysé en détail. Sans doute, cela tient-il à une sorte d’évidence. Au début du xxe siècle, Katherine Routledge fit d’ailleurs les mêmes constats, suite à un réexamen sur le terrain :

[…] the face and anterior aspect of the statue were first carved, and the block gradually became isolated as the material was removed in forming the head, base, and sides. […] When the front and sides were completed down to every detail of the hands, the undercutting commenced. The rock beneath was chipped away by degrees till the statue rested only on a narrow strip of stone running along the spine; those which have been left at this stage resemble precisely a boat on its keel; the back being curved in the same way as a ship’s bottom” (Routledge 1919 : 179).

23Quelques années plus tard, Alfred Métraux observa lui aussi le même ordre dans les gestes :

After finding a satisfactory spur or ledge, the sculptor first shaped the face, next the front of the body, then the sides, and last of all the back. I know of only one statue which was detached before the details had been carved” (Métraux 1940 : 292).

24Pour la plupart, les auteurs contemporains s’en tiennent à ce carcan interprétatif, dont la justesse paraît crever les yeux. La situation serait donc sans équivoque : les carrières sont encombrées d’ébauches et ces dernières permettent de comprendre l’ordre des gestes des artistes qui, sans guère d’exceptions, n’entendaient détacher des parois du volcan Raraku que des œuvres pourvues de tous leurs attributs et détails. Ce n’est pas tant cette originalité des Rapanui anciens qui pose question, c’est plutôt une série de discordances entre les savoir-faire reconstitués et les vestiges conservés. Katherine Routledge faisait déjà allusion aux dimensions très impressionnantes de plusieurs ébauches :

Some images are little more than embossed carvings on the face of the rock without surrounding alley-ways. In one instance, inside the crater, a piece of rock which has been left standing on the very summit of the cliff has been utilised in such a way that the figure lies on its side, while its back is formed by the outward precipice; this is contrary to all usual methods, and it seems improbable that it was intended to make it into a standing statue. Perhaps the strongest evidence is afforded by the size of some statues: the largest is 66 feet in length, whereas 36 feet in the extreme ever found outside the quarry; tradition, it is true, points out the ahu on the south coast for which this monster was designed, but it is difficult to believe it was ever intended to move such a mass” (Routledge 1919 : 182).

25Ce moai invraisemblable, « el gigante » comme on l’appelle aujourd’hui, est sculpté en haut-relief sur le flanc externe du volcan, à la manière des grands bouddhas récemment détruits à Bâmiyân en Afghanistan.

26Par ailleurs, il est curieux qu’il y ait autant d’esquisses dans les carrières. Alfred Métraux avait perçu le problème et tenté d’y répondre :

The number of statues in process of construction is so great that it is difficult to believe that they were being carved at the same time. The number of experts could hardly have sufficed for the task. Many statues were evidently left unfinished because of flaws in the material” (Métraux 1940 : 292).

27Il est évident que des jurons ont dû parfois retentir face aux défauts de la roche qui obligeaient les sculpteurs à capituler. Mais l’explication ne peut être généralisée. Certains ont pensé à des travaux d’écolage. L’idée est séduisante, mais on ne peut non plus l’appliquer à la totalité des vestiges. Quoi qu’il en soit, même s’il s’agit d’un assemblage de brouillons, de ratés et d’œuvres d’apprentis, pourquoi ne pas avoir régulièrement détruit tout cela, afin de maintenir les carrières en activité ? En conservant le tout, les Rapanui ont encombré leurs ateliers de façon absurde, réduisant fortement les possibilités de poursuivre la fabrication de nouvelles statues. Le taux d’inachèvement est hors du commun. Depuis une vingtaine d’années, on prétend que c’est la conséquence d’une crise écologique ayant entraîné une débâcle économique et des rivalités, in fine l’arrêt des carrières (Diamond 2005 ; Bahn & Flenley 2011). Cela serait-il vrai, rien n’est expliqué pour autant, car un arrêt du travail n’aurait dû laisser que les rares statues en cours de fabrication au moment de la crise, éventuellement voisines de quelques œuvres avortées ou de travaux de débutants ; pas des centaines de moai entamés en tous sens et dans les moindres recoins des carrières.

28En conclusion, si on s’en tient strictement aux faits, on constate que les ateliers sont encombrés de manière telle qu’il faudrait les débarrasser de toutes les esquisses pour y poursuivre des opérations d’extraction et de fabrication de moai. Or, il est manifeste qu’une partie de ces esquisses sont inachevables, que d’autres ne sont pas déplaçables sans dégât et que d’autres encore gisent en des lieux à l’accès trop compliqué pour les mouvoir. Têtes sans corps, silhouettes dessinées plutôt que sculptées, géants trop longs pour être dissociés des parois, groupes trop serrés pour être dégagés sans dommage, orientations aberrantes… tout cela n’a aucun sens tant qu’on persiste à n’y reconnaître que les étapes de la fabrication de moai.

29Les carrières, autrefois exploitées pour extraire du tuf, sont manifestement devenues, à une certaine époque, le théâtre d’une autre activité (Cauwe 2011). Les centaines de visages qui les peuplent, plus ou moins dégagés de la roche, munis ou non de corps forment des œuvres à part entière, dont la caractéristique majeure tient de l’inachevable et dont la profusion ne peut systématiquement ressortir au hasard ou à des accidents. On est en présence, non d’un travail interrompu, mais d’une sorte d’art rupestre riche et envahissant. L’hypothèse, si elle pose des problèmes interprétatifs (pourquoi avoir transformé les carrières et les ateliers en lieux cultuels ?), n’en offre pas moins une convergence totale avec les vestiges matériels. Le foisonnement, l’inachevable, l’encombrement… autant de spécificités qui vont souvent de pair avec les arts pariétaux : il est beaucoup d’exemples de par le monde où ce type d’expression joue avec l’accumulation et le fourmillement, tout en combinant plusieurs procédés de création (dessins, gravures, bas-reliefs…).

30Des critiques en tout point comparables pourraient être apportées aux autres « preuves » du transport de statues entièrement sculptées. Concernant les moai isolés le long des chemins on se référera à des études récentes, qui prennent largement appui sur la géomorphologie pour reconnaître que ces fameux moai, loin d’avoir été abandonnés en cours de transport, avaient été plutôt érigés à demeure le long de voies processionnelles (Hamilton 2013 ; Cauwe & De Dapper 2015). Quoi qu’il en soit des arguments développés dans ces travaux, on pouvait de toute façon s’étonner du nombre de moai déplacés dans le même temps (une cinquantaine) et de leurs dimensions et formes, qui ne correspondent en rien à celles des statues des ahu. Quant aux géants plantés sur les pentes du Rano Raraku, ils n’ont que très peu de rapports avec l’idée d’un entreposage avant un quelconque transport. Il ne s’agit pas ici d’une idée qu’il faudrait démontrer, mais de la conséquence de faits objectifs et incontestables : on n’accroche pas des géants de 10 m de haut et plus sur les pentes d’un volcan, les maintenant debout grâce à des aménagements au sol et par un emballage sous des tonnes de sédiments, pour seulement en fignoler les épaules et les reins, puis les emporter. Le Rano Raraku est, à l’évidence, le réceptacle pérenne d’œuvres abouties, volontairement fixées dans le sol (Van Tilburg 1994).

31La conclusion de tout ce débat est qu’il n’est plus aucune preuve pour assurer du transport à travers l’île de Pâques de statues abouties. Cela ne veut pas dire que la proposition soit fausse. Simplement, elle n’est supportée par aucun fait objectif ; elle est donc de l’ordre de la pure conjoncture. Aussi, ne peut-elle plus former l’unique point de départ de la réflexion sur la manière dont les Rapanui procédèrent pour peupler leur île de géants. Les reconstitutions de techniques de déplacement n’ont été développées que pour coller à une documentation qui, pourtant, n’a aucun rapport avec la question du transport. Les « ébauches » incrustées dans les anciens ateliers d’extraction, les statues érigées sur les pentes du Rano Raraku et les moai des chemins forment des monuments à part entière et non, respectivement, des rebuts, des stocks non écoulés ou des chargements perdus en cours de route.

L’ethnoarchéologie de l’île de Pâques

32Il y a quelques décennies, une thèse a vu le jour d’après laquelle la civilisation pascuane se serait effondrée suite à une crise écologique, qui aurait entraîné famines, rivalités et, in fine, la chute de cette culture séculaire. Le propos rencontre toujours un énorme succès, d’autant que les modifications climatiques contemporaines sont là pour nous rappeler les dangers de la surexploitation de l’environnement. L’île de Pâques serait un exemple, à échelle réduite, de ce qui nous attend si nous ne modifions pas au plus vite nos comportements. L’ultime actualisation de cette thèse est due à l’auteur étasunien Jared Diamond qui, dans son ouvrage Collapse (2005), passe en revue les différentes civilisations, celle de l’île de Pâques en tête, qui se seraient entêtées dans des voies sans issue jusqu’à leur anéantissement. Les travaux récents menés sur l’île de Pâques battent définitivement cette thèse en brèche (Hunt & Lipo 2007 ; Cauwe 2011 ; Boersema 2015). L’histoire de cette petite île ne fut pas un long fleuve tranquille, mais on est loin d’une autodestruction.

33L’hypothèse pouvait sembler parfaite, car outre des évidences factuelles, elle reposait sur des données ethnographiques, notamment des récits traditionnels. En effet, témoignages et légendes confirment l’existence de temps troublés. Juan Tepano, informateur de Katherine Routledge en 1915, de Macmillan Brown en 1924 et d’Alfred Métraux en 1934, rapporta que les vieux de son enfance lui décrivaient « les fracas des statues écroulées ». Il se souvenait même du récit de l’un d’eux à propos du renversement, à Ahu te Pito Kura, de Paro qui, selon la tradition, aurait été la dernière statue dressée sur un autel :

« Une femme tupa-hotu avait été tuée, puis mangée par des gens de Tuu. Son fils montra sa piété filiale en traquant dans une caverne une trentaine de personnes appartenant au district où l’outrage avait été commis. Paro fut la victime de cette querelle : des cordes furent passées à son cou, une bande de guerriers ivres de leur victoire s’y attela et l’énorme masse s’abattit face contre terre » (Métraux 1941 : 156).

34D’une manière générale, il est évident que les sociétés polynésiennes traditionnelles faisaient montre d’un certain degré de violence et les rivalités entre clans provoquaient de temps à autre quelques batailles (Bellwood 1987). Partout les armes, essentiellement des massues en bois, étaient nombreuses et forment une part importante des collections polynésiennes conservées. Les armes eurent d’ailleurs suffisamment d’intérêt dans l’imaginaire collectif pour être régulièrement détournées en objets de prestige au service d’une société hiérarchisée. La culture pascuane est intimement polynésienne et il n’y a donc guère de doute que la vie n’y fut pas plongée dans un pacifisme béat.

35Dans un tel contexte, il n’est guère étonnant que, comme à Tahiti, aux Marquises ou en Nouvelle-Zélande, les mythes et les légendes pascuans contiennent de nombreuses allusions à des prouesses de héros guerriers. Mais il n’y a pas là de preuves d’un comportement irrépressible menant au désastre : en aucun cas, un contexte culturel truffé d’allusions à des batailles héroïques ne démontre l’existence de guerres menant à un anéantissement général. Au mieux, cela illustre que des coups de main contre des clans voisins devaient se produire de temps à autre, comme dans de très nombreuses sociétés traditionnelles de par le monde.

36Dès lors, pourquoi devrait-on admettre que les récits légendaires de l’île de Pâques, en tous points comparables à ceux des autres îles polynésiennes (voir, par exemple Henry 1928 ; Babazan 1993 ; Brun 2007), seraient les seuls à démontrer une guerre sans merci, alors qu’ailleurs les mêmes textes ne renseignent que sur un trait de caractère des sociétés qui les ont composés. Au-delà de la thèse de l’effondrement, ce qui importe ici est cet usage abusif des traditions orales, voulant les faire coller à l’histoire factuelle. Dans le cas spécifique de l’île de Pâques, il y a plus encore. Mythes et légendes n’ont été enregistrés qu’à partir de l’extrême fin du xixe siècle, soit après que la population ait subi un quasi-génocide (Van Tilburg 1994 : 29-39 ; Fischer 2005). Aussi, que représentent tous ces récits : le maintien de la tradition, malgré des modifications démographiques et culturelles assez dramatiques, ou l’effort de résilience des survivants qui durent se doter de nouveaux repères pour assurer leur cohésion ? En 1955, Thor Heyerdahl fut le protagoniste d’un événement dont il reste, jusqu’ici, le seul à en avoir mesuré l’importance. Lors de ses travaux archéologiques à l’île de Pâques, plusieurs des ouvriers qu’il avait embauchés lui donnèrent accès à ce qu’ils appelaient leurs grottes familiales « secrètes ». Ces dernières étaient emplies de sculptures en pierre, dont les thématiques étaient, pour beaucoup, parfaitement étrangères à l’art traditionnel de l’île de Pâques et dont l’état de fraîcheur indiquait sans hésitation leur âge très récent (Heyerdahl 1975).

37Pourtant, plusieurs indices montraient qu’il ne pouvait être question de quelques babioles vite réalisées afin d’abuser l’explorateur et d’en tirer profit : aucune transaction financière ne fut exigée ; le nombre impressionnant de ces objets ne pouvait résulter d’un travail de dernière minute ; les éléments figurés, à ce point étranges, ne convenaient en rien à une supercherie, les faussaires cherchant plutôt à imiter, dans l’espoir de berner le spécialiste. D’ailleurs, les informateurs du Norvégien ne firent jamais mystère de la modernité de ce qu’ils lui montraient, parlant d’œuvres façonnées par eux-mêmes, leurs épouses, leurs parents ou grands-parents.

38Thor Heyerdahl mit ainsi la main sur un art populaire qui avait encore cours dans les années 1950 et qui restait caché, apparemment pour des raisons religieuses, les Pascuans sentant bien que cela ne serait pas nécessairement apprécié par les prêtres catholiques, d’autant que nombre de superstitions étaient attachées à toutes ces figurines accumulées dans les « grottes familiales ». Au premier abord, l’anecdote de ces cavités secrètes ne paraît pas très sérieuse, mais il se pourrait qu’elle s’inscrive dans un mouvement plus fondamental de croyances recréées dès le milieu du xixe siècle, suite à la quasi-disparition des Rapanui. Il semble que tout ce travail de résilience fut assuré sur des bases plus populaires que savantes, avec des mélanges de superstitions anciennes, d’anachronismes et de données inhérentes aux temps nouveaux, nous offrant un syncrétisme original.

39Ce phénomène n’a encore jamais été pris en compte, alors qu’il est sans doute un des éléments clefs qui permettrait de mieux comprendre la spécificité culturelle des Rapanui contemporains. Or, c’est sur cette base que la culture rapanui s’est reconstruite dès la fin du xixe siècle. Cet événement mériterait plus d’attention : son étude serait plus profitable que la vaine illustration du passé sur base de ces témoignages récents, d’autant que ces derniers sont en contradiction avec les faits anciens. Mais ce décalage entre les faits historiques et les légendes n’est erreur que pour ceux qui n’en veulent comprendre le contexte, celui d’une société qui, comme toutes les autres, fut dynamique, mais qui dut aussi entièrement se reconstruire après la cruelle interférence du monde extérieur.

40Dans un tel contexte, l’usage des données ethnographiques comme éléments de démonstration des reconstructions archéologiques procède d’une erreur méthodologique. Quoi qu’il en soit, on sait comme partout ailleurs que les traditions renseignent d’abord sur la manière de voir le monde et de lui donner du sens, avant d’enregistrer objectivement les faits historiques. Pourquoi l’île de Pâques ferait-elle exception ?

Bibliographie

Bahn, Paul & John Flenley, 2011. Easter Island. Earth Island. Santiago de Chile: Rapanui Press.

Beaglehole, John Cawte, 1969. The Voyage of the Resolution and Adventure (1772-1775). Cambridge: University Press.

Bellwood, Peter, 1987. The Polynesians. Prehistory of an Island People. London: Thames and Hudson.

Boersema, Jan, 2015. “Revisiting the Collapse of Rapa Nui (Ester Island) through a Voyage of 18th-Century Journal”. In N. Cauwe & M. De Dapper (eds). Easter Island. Collapse or Transformation? A State of the Art. Proceedings of the International Conference of Brussels (9-10/11/2012). Bruxelles : Académie royale des Sciences d’Outremer, p. 153-175.

Cauwe, Nicolas, 2011. Easter Island. The Great Taboo. Louvain-la-Neuve : Versant Sud.

Cauwe, Nicolas & Morgan De Dapper, 2015. “The Road of the Moai, an Interrupted Travelator?” In N. Cauwe & M. De Dapper (eds), Easter Island. Collapse or Transformation? A State of the Art. Proceedings of the International Conference of Brussels (9-10/11/2012). Bruxelles : Académie royale des Sciences d’Outremer, p. 9-57.

Diamond, Jared, 2005. Collapse. How Societies Choose to Fail or Succeed. New York: Penguin.

Diamond, Jared, 2006. Effondrement. Comment les sociétés décident [sic] de leur disparition ou de leur survie. Paris : Gallimard.

Fischer, Steven Roger, 2005. Island at the End of the World. The Turbulent History of Easter Island. London: Reaktion Books.

Flenley, John & Paul Bahn, 2002. The Enigmas of Easter Island. Island on the Edge. Oxford: Oxford University Press.

Geiseler, Wilhem, 1883. Die Oster-Insel. Eine Stätte Prähistorischer Kultur in Der Südsee. Bericht Des Kommandanten S.M.Kbt. “Hyäne”, Kapitänleutenant Geiseler, Über Die Ethnologische Untersuchung Der Oster-Insel (Rapanui) and Den Chef Der Kaiserlichen Admiralität. Berlin: Mittler.

Hamilton, Sue, 2013. “Rapa Nui (Easter Island)’s Stone Worlds”. Archaeology International, 16: 96-109.

Henry, Teuira, 1928. Ancient Tahiti. Honolulu: Bernice P. Bishol Museum (Bulletin 48).

Heyerdahl, Thor, 1975. The Art of Easter Island. Baarn: De Boekerij.

Hunt, Terry & Carl Lipo, 2007. “Chronology, Deforestation, and ‘Collapse’: Evidence vs. Faith in Rapa Nui Prehistory”. Rapa Nui Journal, 21(2): 85-97.

Hunt, Terry & Carl Lipo, 2011. The Statues that walked. Unraveling the Mystery of Easter Island. New York, London, Toronto & Sydney: Free Press.

Jaussen, Tepano, 1874. « Île de Pâques (Polynésie orientale). Destruction d’une chrétienté ». Les Missions catholiques. Bulletin hebdomadaire illustré de l’œuvre de la propagation de la Foi, 6 : 382-386.

Jaussen, Tepano, 1893. L’île de Pâques. Historique, écriture et répertoire des signes des tablettes ou bois d’hibiscus intelligents. Paris : Ernest Leroux.

Lapelin, François-Théodore de, 1872. « L’île de Pâques (Rapa-Nui) ». Revue maritime et coloniale, 35 : 105-125 & 526-544.

Lipo, Carl, Hunt Terry & Sergio Rapu Haoa, 2013. “The ‘Walking’ Megalithic Statues (moai) of Easter Island”. Journal of Archaeological Sciences, 40(6): 2859-2866.

Love, Charles, 2000. “More on Moving Easter Island Statues, with Comments on the NOVA Program”. Rapa Nui Journal, 14 (4): 115-118.

Métraux, Alfred, 1940. Ethnology of Easter Island. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum.

Métraux, Alfred, 1941. L’île de Pâques. Paris : Gallimard.

Mulloy, William, 1970. “A Speculative Reconstruction of Techniques of Carving, Transporting and Erecting Easter Island Statues”. Archaeology and Physical Anthropology in Oceania, 5(1): 1-23.

Pavel, Pavel, 2009. Rapa Nui. The Man Who made the Statues Walk. Praha: VN Publishing.

Pinart, Alphonse, 1878. « Voyage à l’île de Pâques (Océan Pacifique) ». Le Tour du Monde. Nouveau journal des voyages, sn : 225-240.

Roggeveen, Jakob, 1838. Dagverhaal der ontdekkings-reis van Mr. Jacob Roggeveen met de schepen den Arend, Thienhoven en de Afrikaansche galei in de jaren 1721 en 1722. Middelburg: Abrahams [édition en facsimile du texte original].

Roussel, Hyppolyte, 1926. Île de Pâques ou Rapanui. Braine-le-Comte & Paris : Annales des Sacrés-Cœurs.

Routledge, Katherine, 1919. The Mystery of Easter Island. London: Sifton, Praed & Co

Skjølsvold, Arne, 1961. “The Stone Statues and Quarries of Rano Raraku”. In T. Heyerdahl & E.N. Ferdon jr. (eds). Reports of the Norwegian Archaeological Expedition to Easter Island and the East Pacific. Vol. 1: Archaeology of Easter Island. Stockholm: Monograph the School of American Research and the Museum of New Mexico, p. 339-379.

Thomson, William Judah, 1889. “Te Pito Te Henua, or Easter Island”. Report of the National Museum, 1888-1889: 447-534.

Van Tilburg, Jo Anne, 1994. Easter Island. Archaeology, Ecology and Culture. London: British Museum Press.

Velasco, Gerardo, 2015. “Moving the moai: scientific evidence and a new theory”. In B. Vogt (ed.). Abstracts of the 9th International Conference on Easter Island and the Pacific (Cultura and Environmental Dynamics), June 21st – 26th 2015 Ethnological Museum Dahlem, Berlin. Berlin: German Archaeological Institutes, p. 36.

Notes

1 « Ces statues en pierre ont causé un étonnement de notre part, parce que nous ne pouvions comprendre comment il fut possible que ces gens, sans avoir à leur disposition des troncs gros et épais pour faire quelque machine, ni des cordes solides, aient pu ériger de telles statues d’une hauteur d’au moins 30 pieds et aux proportions assez larges. Cependant, cette perplexité cessa avec la découverte, en détachant un fragment, qu’elles étaient faites de glaise ou de toute autre terre riche et que des petits silex avaient été collés après coup et de manière très rapprochée les uns des autres de façon à ressembler à une figure humaine » (traduction d’Alexandra De Poorter).

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search