Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Introduction

Pour une histoire de la préhistoire en Océanie

Émilie Dotte-Sarout, Anne Di Piazza, Frédérique Valentin et Matthew Spriggs

Texte intégral

Le colloque de 2016 dont est issu ce volume a pu être organisé grâce aux soutiens financiers et logistiques de plusieurs institutions et groupes de recherche : le projet « The Collective Biography of Archaeology in the Pacific: A Hidden History » financé par l’Australian Research Council [Grant Number FL140100218], basé à l’Université Nationale Australienne (ANU) et dirigé par Matthew Spriggs ; le Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie (CREDO), Aix-Marseille Université-CNRS-EHESS (UMR 7308) ; et l’Équipe ArScAn-Ethnologie Préhistorique, Université Paris 1-Université Paris 10-CNRS (UMR 7041). Nous remercions Pascale Bonnemère et Véronique André pour leur aide précieuse pendant l’organisation du colloque. Merci aussi au comité éditorial des pacific-credo Publications et aux relecteurs des divers chapitres pour leurs efforts. Enfin, nous souhaitons aussi remercier les participants du colloque et les auteurs pour leurs contributions et les échanges générés, ainsi que pour leur patience pendant l’assemblage de ce volume.

1Les traditions historiographiques française et britannique établissent l’année 1859 comme la « date de création » de la préhistoire au titre de trois événements : la publication par Charles Darwin de L’origine des espèces, la création de la Société d’Anthropologie de Paris, la reconnaissance par la communauté scientifique de la haute antiquité de l’Homme (Stoczkowski 1993, Richard 2008). Quel pendant pour l’Océanie ?

  • 1 Virchow R., A. Bastian, A. Braun, R. Hartmann, M. Kuhn, G.T. Fritsch, and H. Deegen “Rathschläge f (...)

2Est-ce 1798, quand paraît la gravure Détails géométriques des monumens de l’ïle de Pâque exécutée par Bernizet, de l’expédition La Pérouse, et présentant ce qui peut être considéré comme l’un des premiers relevés archéologiques du Pacifique (Kirch 2017 : 14) ; ou plutôt les premières questions posées au sujet de monumentales ruines abandonnées se trouvant dans le Pacifique, celles de Tinian dans les Mariannes, illustrées et décrites par Georges Anson dès 1748 ? Est-ce en fait 1846, quand est publié le sixième volume de Horatio Hale, Ethnography and Philology qui développe une théorie des origines polynésiennes appuyées par des comparaisons philologiques ; ou bien 1829, lorsque le Révérend William Ellis publie l’opus Polynesian Researches dans lequel il considère l’origine des « Polynésiens » (au sens élargi de son époque – voir Douglas 2010) en se basant sur une analyse détaillée de la culture matérielle et des sites d’occupation croisée à celle plus classique des données culturelles et linguistiques (Haddow 2017) ? Est-ce finalement 1872, année pendant laquelle Julius von Haast organise et supervise les premières fouilles programmées du Pacifique pour étudier les relations stratigraphiques entre artefacts préhistoriques et os de moa en Nouvelle-Zélande ; année aussi de publication des premières instructions de voyage contenant des indications précises de méthodes archéologiques à appliquer, entre autres, dans le Pacifique : celles des « Recherches Préhistoriques » décrites et publiées dans le Journal d’Ethnologie de la Société d’Anthropologie, Ethnographie et Préhistoire de Berlin (Richards et al. 2019)1 ?

3En réalité, en Océanie comme ailleurs, la naissance de la préhistoire est un processus graduel, fait d’oublis et de réitérations, d’apports empiriques et théoriques qui peu à peu ont acquis leur autonomie et leur identité. Les premières contributions à cet ouvrage nous le montrent bien : la définition puis la professionnalisation du champ se construisent entre débats théoriques menés par les scientifiques métropolitains et pratiques de terrain déployées par une variété d’explorateurs-voyageurs polymathes, allant du naturaliste civil ou religieux érudit à l’officier de Marine ou administrateur colonial. Une discipline qui ne naît pas à une date précise donc, mais se définit progressivement et surtout continuellement, ainsi que nous le montrent les autres chapitres de ce volume, évoluant au travers des courants intellectuels et sociopolitiques des xxe et xxie siècles – notamment en contextes coloniaux et postcoloniaux. Une discipline forcée de s’adapter aux nouvelles données de terrain, façonnée par des individus dont l’expérience de vie influence l’attitude et la reconnaissance scientifique, progressant finalement, d’après la formule que nous offre Oscar Moro-Abadia, en démythifiant son propre passé et en déconstruisant d’anciennes « connaissances mal faites » (ce volume, chapitre 1).

4En Europe et aux États-Unis, l’archéologie se questionne sur cette histoire riche et complexe depuis maintenant près de 30 ans, appliquant un regard historiographique critique à son propre passé (i.e. de Laming-Emperaire 1964 à Schlanger et Nordbladh 2008 en passant par Trigger 1989). Cependant, une telle démarche n’a que récemment été entreprise de manière systématique dans le champ de l’archéologie océanienne (voir Dotte-Sarout et Spriggs 2017 ; Howes et Spriggs 2019). Dans cette région, les événements des périodes modernes et coloniales ont laissé en héritage une multitude de traditions académiques pour la discipline et son application : anglo-saxonnes et francophones, mais aussi germanophones, russes et même hispanophones et japonaises. Alors que la tradition anglo-saxonne reste dominante tant par le nombre de publications que de centres d’études ou de chercheurs qui s’y rattachent, l’archéologie océanienne francophone demeure minoritaire mais influente. Développée parallèlement – et en connexion – aux autres approches, elle est restée active tout au long des derniers 150 ans. De manière importante, elle s’est aussi implantée localement dans les îles francophones du Pacifique, où elle s’adresse à près de 500 000 locuteurs du français.

Figure 1 : Carte des pays du Pacifique portant les numéros de chapitres pour les cas d’études localisés.

Figure 1 : Carte des pays du Pacifique portant les numéros de chapitres pour les cas d’études localisés.

Modifiée à partir d’une carte produite par CartoGIS Services, ANU College of Asia and the Pacific, The Australian National University.

Utilisation libre, http://asiapacific.anu.edu.au/​mapsonline/​.

  • 2 Intervenants au colloque de 2016 : Nicolas Cauwe (Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles), (...)
  • 3 Émilie Nolet (Université Paris I-Sorbonne) et Louis Lagarde (Université de la Nouvelle-Calédonie) (...)

5Dans le récent mouvement mettant en place une approche historiographique de l’archéologie océanienne, il semblait donc essentiel de mettre la focale sur les traditions francophones. Cet ouvrage propose ainsi une réflexion sur les origines et l’histoire de l’archéologie préhistorique francophone en Océanie : du point de vue des débats et des écoles, du fait d’individus français mais aussi belges, ou telle qu’appliquée aux archipels francophones du Pacifique. Sans bien évidemment chercher à faire le tour complet de la question, 13 contributions interrogent le contexte épistémologique, les acteurs, les pratiques et les institutions qui ont concouru à ouvrir ce nouveau champ de recherche et à lui faire une place dans le paysage institutionnel de la science française et internationale (figure 1). Elles sont le fruit d’un colloque organisé à Marseille en mai 2016 à l'initiative du projet CBAP The Collective Biography of Archaeology in the Pacific - a Hidden History (The Australian National University), et en collaboration avec le laboratoire du CREDO (UMR7308) et l’équipe d’Ethnologie Préhistorique du laboratoire ArScAn (UMR7041). En plus des participants originels au colloque (dont un n’a pas pu s’engager sur le volume)2, nous avons aussi souhaité inviter d’autres chercheurs s’intéressant à l’histoire de la discipline dans le monde francophone océanien3 : les contributions à ce volume croisent les diverses perspectives d’archéologues, d’historiens, d’anthropologues, de conservateurs et d’écrivains.

6Grâce à l'analyse de travaux réalisés par des auteurs aux profils variés, qui, dès les voyages d’explorations de la fin du xviiie siècle, ont discuté les questions des origines des populations ou des vestiges archéologiques qu’ils observaient dans les îles, le colloque a permis de cerner certains des mécanismes de construction des modèles, concepts et pratiques actuelles de l’archéologie océanienne en analysant leurs sources (y compris leurs contextes historiques, socioculturels, intellectuels et biographiques). Les relations entre les courants de pensée de l’anthropologie culturelle et de l’archéologie ont ainsi été dégagées, de même que le rôle sociopolitique et identitaire de l’archéologie dans certains archipels. Enfin, cette démarche historiographique et épistémologique appliquée à l’archéologie océanienne francophone contribue aussi à un renouvellement des méthodes et des interprétations archéologiques. Associée à la redécouverte de fonds d’archives inédits et de publications anciennes, à la réanalyse de collections conservées dans les musées d’Europe, elle offre de nouvelles perspectives à la fois sur le passé de la région et sur l’histoire de la discipline, dans le Pacifique mais aussi à un niveau plus général.

7Ainsi, nous avons souhaité commencer ce volume avec la contribution épistémologique d’Oscar Moro-Abadia, qui envisage la façon dont s’est écrit et devrait s’écrire l’histoire de l’archéologie (chapitre 1). Dans son chapitre intitulé L’idée de « progrès » en archéologie, l’auteur montre combien le recours à l’histoire a joué un rôle important dans le processus de légitimation de cette nouvelle science. La conception positiviste d’une archéologie qui progresse par accumulation successive de découvertes s’est traduite par une histoire présentiste, articulée autour de trois axes prônant une histoire des découvertes, une histoire de précurseurs, une histoire des développements techniques. À partir des années 1980, les archéologues postmodernistes ou relativistes ont critiqué le paradigme positiviste, faisant valoir que le passé n’avait pas d’existence objective, et que l’on ne pouvait prendre les certitudes du présent comme critère pour interpréter la science du passé. L’auteur propose alors, s’appuyant sur les travaux de Bachelard, Ganguilhem, Foucault et Bourdieu, de conceptualiser le progrès scientifique, non selon le principe d’une accumulation des connaissances, mais de démythification de connaissances mal faites. Et de suggérer une histoire de l’archéologie racontée en termes de lutte menée par les archéologues pour se débarrasser des préjugés qui entravent la connaissance du passé. Fini donc l’histoire des grandes conquêtes. Il convient désormais de remettre en question l’eurocentrisme qui a marginalisé les peuples et les cultures autres. L’Australie et l’Océanie ont notamment été mises de côté dans les débats à propos de la soi-disant « révolution culturelle » accompagnant l’arrivée d’Homo sapiens sur le vieux continent, d’un art paléolithique prétendu « exclusivement » occidental, ou d’une navigation ancienne que l’on peine à reconnaître pour expliciter le peuplement de l’Australie ; un exemple détaillé dans le chapitre suivant.

8Anne Di Piazza (chapitre 2), suivant les préceptes de cette démythification des fausses idées, propose une relecture des débats qui se développent autour de la question des migrations océaniennes au xixe siècle et de sa méthodologie, avant même qu’elle ne soit considérée du point de vue de l’archéologie (alors en formation). Est-ce par l’examen des langues ou des types humains que l’on peut remonter à l’origine « primitive » d’une nation ? Pour comprendre les fondements intellectuels de cette interrogation, l’auteure est amenée à détailler les tensions qui existent entre philologie et anatomie comparée, entre polygénisme et monogénisme, prenant l’Océanie pour cas d’école. Son immensité, sa dispersion insulaire et ses peuples extrêmement divers remettaient en cause l’unité du genre humain ; sa relative homogénéité linguistique et culturelle semblait au contraire accréditer la thèse d’une population d’origine unique. Plus pragmatiques, les savants voyageurs vont y répondre en abordant la question par le biais de la navigation. Les Océaniens sont tour à tour présentés comme d’audacieux conquérants des mers ou de pauvres créatures embarquées sur de frêles embarcations selon une histoire conjecturale des savoirs-naviguer octroyés. L’auteure conclut par une mise en perspective de nos propres pratiques scientifiques dites « modernes », montrant que les archéologues ont souvent opté pour une histoire tout aussi conjecturale du peuplement ancien de l’Australie, favorisant le radeau plutôt que la pirogue, les traversées accidentelles plutôt qu’intentionnelles.

9L’histoire de l’archéologie préhistorique est aussi affaire de destins individuels et de parcours singuliers. Loin de constituer une narration chronologique linéaire, et peut-être anecdotique, comme il est parfois reproché au genre biographique, la lecture que nous donne Émilie Dotte-Sarout (chapitre 3) et Élise Patole-Edoumba (chapitre 4) au sujet de deux pionniers de l’archéologie de terrain – Alfred Marche et Gustave Glaumont – se veut transversale. En récolant données biographiques, notes de terrain et publications originales ou manuscrites et anciennes collections ethnographiques, il est possible de réévaluer la valeur actuelle de travaux de certains pionniers de la discipline et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche. En adoptant la démarche biographique comme micro-histoire telle que pratiquée en histoire des sciences, on accède de façon très détaillée au contexte intellectuel et social ayant façonné l’archéologie et sa pratique dans le Pacifique, tout en permettant à l’analyse d’éviter le risque de présentisme et d’intégrer les contingences de la « science vécue » (Murray 1999 ; Kaeser 2003 ; d’après Latour et Woolgar 1979).

10Alfred Marche est missionné par le Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts pour constituer les collections océaniennes du nouveau Muséum Ethnographique des Missions Scientifiques, qui deviendra le Musée d’Ethnographie du Trocadéro (MET). Se qualifiant lui-même de « voyageur naturaliste » et de « réaliste », il collecte diligemment des spécimens d’histoire naturelle et des vestiges du passé aux îles Mariannes entre 1887 et 1889. Ses descriptions de sites d’habitat constitués de rangées de « piliers » ou de « colonnes » supportant d’anciennes « huttes » rompent avec le style romantique des descriptions et illustrations de ces mêmes monuments offertes par les premiers voyageurs. Il conduit des fouilles sur ces sites d’habitat et dans des grottes funéraires, rapporte la présence de poterie indigène pré-européenne, inventorie du matériel lithique et coquillier, enregistre des informations anthropologiques sur les habitants, et réalise les premières photographies de monuments. Pour autant, les travaux de Marche sont méconnus et pour cause. Ses collections sont déposées dans les réserves du MET puis oubliées, ses publications et ses communications ne suivent pas, et Marche de repartir à l’étranger. À charge alors pour Émilie Dotte-Sarout de fouiller minutieusement sa correspondance et de récoler ses collections pour rétablir l’héritage légué par Alfred Marche à l’archéologie du Pacifique et mieux comprendre les relations entre expérience vécue – notamment sur le terrain ou avec les cercles de pouvoirs académiques – et construction de la discipline.

11Gustave Glaumont, agent de l’administration pénitentiaire de Nouvelle-Calédonie, autodidacte, a pour objectif de trouver l’origine des Kanak dont il pressent qu’elle pourrait se situer en Asie du Sud-Est (îles de la Sonde et des Philippines). Glaumont, comme Marche, se démarque de ses prédécesseurs en réalisant les premières prospections et en menant les premières fouilles dans ces régions. Glaumont lève aussi des coupes stratigraphiques au Vanuatu, données que Matthew Spriggs et Stuart Bedford (chapitre 8) vont pouvoir réutiliser pour mener à bien leur propre recherche. Il s’intéresse également de près à la linguistique, tout comme aux us et coutumes. Pour Glaumont, la culture kanak est à la fois magdalénienne, à travers son art rupestre, ses sculptures en bois et l’usage de la pierre, moustérienne par ses racloirs taillés, solutréenne par ses lances et ses sagaies, thénaisienne par ses pierres éclatées au feu, ses frondes et ses jardins, enfin néolithique par ses pierres polies. Pour trouver une explication à ces traits culturels européens mais dont l’ordre chronologique est bouleversé, Glaumont développe une théorie selon laquelle suite au cataclysme du début du Quaternaire (« hiatus Quaternaire » de Mortillet), une vague de réfugiés partageant les mêmes ancêtres que les Kanak serait arrivée en Europe bien avant que les Européens ne rejoignent la Nouvelle-Calédonie, satisfaisant par là même une conviction politique profonde de l’injustice de la colonisation. Son itinéraire intellectuel illustre les jeux d’influences complexes activés par le contexte colonial et scientifique, les relations personnelles mises en place dans les îles et avec les cercles académiques de métropole, dans la construction et l’évolution des interprétations archéologiques comme des destinées de collections et d’archives.

12Le chapitre suivant nous donne d’ailleurs à voir cet enchevêtrement de trajectoires personnelles, de rencontres humaines et de courants de pensée dans l’histoire de notre discipline. Dans sa contribution et en se basant sur ses recherches extensives au sujet de Paul Rivet, d’Alfred Métraux et du Musée de l’Homme, Christine Laurière (chapitre 5) examine avec minutie le contexte idéologique et les motivations théoriques de l’expédition franco-belge de 1934 sur l’Île de Pâques, sponsorisée par le Musée d’Ethnographie du Trocadéro de Paris. Elle montre notamment comment cette expédition, fondatrice pour les études scientifiques rapanui, « mit en déroute ses promoteurs en ce qu’elle les désavoua ». Motivée par l’hypothèse sensationnelle mais tout de suite légitimée du linguiste Guillaume de Hevesy, qui annonçait avoir identifié dans les signes rongorongo de l’Île de Pâques l’écriture néolithique originelle, la mission franco-belge fut avant tout le fait de l’américaniste français Paul Rivet, alors directeur du MET. Celui-ci, auteur de travaux diffusionnistes sur la place fondamentale des Océaniens dans l’histoire de l’humanité, joua un rôle clef dans l’organisation et la réalisation de l’expédition : celle qui devait retrouver dans le passé de l’île les traces de la civilisation néolithique partie d’Asie et à la source de toutes les civilisations historiques. C’est aussi sa rencontre, et sa bonne entente immédiate, avec un autre diffusionniste enthousiaste, le philologue et collectionneur belge Henri Lavachery, qui permit la concrétisation de ce projet. Pourtant, ce sont d’autres rencontres qui renverseront le point de vue porté sur l’Île de Pâques : celle entre Henri Lavachery et l’ethnologue Alfred Métraux, sceptique dès le départ sur cette hypothèse, puis celle entre les missionnaires du MET et le peuple rapanui. Ils réaliseront alors qu’il était impossible de valider l’hypothèse diffusionniste qui isolait le passé de l’île de ses habitants. Ils s’émanciperont de ce carcan intellectuel et mèneront tant bien que mal des travaux ethnologiques et archéologiques concrets et dont l’importance fait encore écho aujourd’hui.

13Si l’influence de Paul Rivet pour le développement d’une archéologie océanienne francophone dans le Pacifique reste encore mal connue, celle d’André Leroi-Gourhan – figure immanquable de l’archéologie préhistorique française – demeure insaisissable. Dans le chapitre suivant, Philippe Soulier (chapitre 6), fin connaisseur de l’œuvre et du parcours de Leroi-Gourhan, a bien voulu décortiquer les relations entre « le patron » et l’Océanie : peut-on tracer un cheminement qui amena au placement en Océanie par le professeur de son étudiant José Garanger, et entraîna ainsi la diffusion de son approche d’« ethnologie préhistorique » ou « palethnologie » dans la région, laissée en héritage aux futures générations d’archéologues océanistes francophones (Julien et al. 1996 ; Di Piazza et al. 2008) ? L’analyse de Philippe Soulier met en lumière des liens avant tout humains et institutionnels. Garanger s’inscrit d’abord sous la direction de Leroi-Gourhan dans le but de préparer un doctorat en préhistoire européenne « classique » mais, sous l’influence de son directeur, il s’engage finalement dans un doctorat en préhistoire océanienne (soutenu en 1970 et publié en 1972). Ce changement de parcours est lié à la politique scientifique et aux stratégies de développement de la recherche française en sciences humaines dans une région fortement investie, dans les années 1960, par des chercheurs britanniques et étasuniens. Dès lors, comme le montre l’auteur, les itinéraires scientifiques et professionnels des deux hommes resteront interconnectés, marqués par la volonté de développer une recherche de terrain et un enseignement en archéologie océanienne francophone durables. La stratégie s’est avérée efficace : des préhistoriens francophones travaillent aujourd’hui dans les îles du Pacifique Sud, y compris dans des universités implantées localement, et abordent les problèmes de l’archéologie préhistorique en ethnologues (Di Piazza et al. 2008 ; Dotte-Sarout et al. 2018).

14À la suite de ces cas d’études purement historiographiques, les contributions qui forment la seconde partie du volume examinent les changements de discours ou d’interprétations au sujet de certains archipels, sites, ou types de structures archéologiques.

15Frédérique Valentin (chapitre 7) offre la première synthèse retraçant l’histoire des études funéraires en archéologie océanienne – comparant pour cela traditions anglophones et francophones. À travers 10 cas d’études menées entre 1938 et 1985 en Mélanésie et en Polynésie, l’auteure discute l’évolution des approches, du sens donné aux restes humains et des interprétations proposées sur les pratiques de mise en terre des défunts. Si les sites funéraires furent étudiés dès le xixe siècle, ils le furent principalement comme sources de restes humains (liée à la prévalence de l’anthropologie physique) et d’artefacts remarquables (voir le cas de Marche). C’est plutôt durant le xxe siècle que les archéologues envisagent les sépultures en tant qu’objet d’étude à part entière. D’abord pour utiliser leur analyse comparative pour discuter les migrations et le peuplement, puis pour reconstituer la structure sociale ou religieuse des anciennes populations océaniennes. Les collaborations qui se mettent en place à partir des années 1960 entre archéologues et anthropologues biologistes illustrent bien l’émergence d’une « archéologie scientifique » sur la scène internationale (Martinón-Torres and Kilick 2015). Ces études se concentrent sur l’analyse des restes humains pour reconstruire les conditions de vie des populations. L’auteure montre que la question de l’idéologie funéraire, « du rapport des vivants aux morts et à la mort », n’est finalement appréhendée que par petites touches par les archéologues océanistes du xxe siècle, malgré les pistes méthodologiques innovantes explorées par certains chercheurs pour identifier en fouille le traitement du corps et les étapes des rites funéraires. De telles problématiques, s’orientant plus vers une véritable « archéologie de la mort », ne sont finalement envisagées de manière systématique dans le Pacifique que depuis la fin des années 1990, grâce à l’application de l’approche dite de l’« archéothanatologie ». Cette revue chronologique permet d’illustrer les différentes façons dont un type de site particulier a pu être appréhendé à travers l’histoire de la discipline ; en donnant plus ou moins d’importance aux vestiges et à leurs significations intrinsèques, ou aux informations tirées des données de fouilles. Elle invite aussi à la réflexion sur l’inscription de ces évolutions au sein des différents courants intellectuels et traditions nationales ayant influencé l’archéologie océanienne au xxe siècle.

16L’intégration des traditions anglophones et francophones dans l’archéologie du Pacifique est illustrée dans les deux chapitres suivants, qui revisitent d’anciennes études archéologiques avec des perspectives actuelles. À la base de la démarche archéologique, l’analyse de la stratigraphie permet, comme le démontrent Bedford et Spriggs (chapitre 8) à la suite d’un premier travail réalisé 115 ans auparavant, d’établir la succession d’événements culturels et naturels et de mesurer leur impact sur les populations. Ainsi, les auteurs confirment et élargissent la lecture des toutes premières observations stratigraphiques effectuées au Vanuatu, dans le nord de l’île d’Ambae, par Gustave Glaumont. Au cours de sa visite en 1890, Glaumont avait en effet observé une coupe naturelle dans le lit d’un torrent et trouvé des fragments de poterie profondément enfouis sous plusieurs mètres de dépôts volcaniques de deux types. Supposant que la population contemporaine de l’île ne fabriquait pas de poterie, il avait interprété cette superposition des couches naturelles et culturelles en termes de succession de peuplements et admit un lien ancien entre les habitants de Santo et ceux d’Ambae. Procédant par accumulation des connaissances, Bedford et Spriggs offrent de nouvelles données. Les auteurs précisent ainsi la profondeur historique d’événements qui se sont répétés au cours du temps à au moins deux reprises et l’orientation des relations culturelles interinsulaires dans le nord de l’archipel, entre Ambae et Malakula, entre Ambae et Santo. Ils suggèrent enfin une corrélation entre activité volcanique et mouvements de population, démontrant l’intérêt actuel immédiat de certaines études archéologiques.

17Les tumuli de l’Île des Pins, en Nouvelle-Calédonie, représentent pour leur part une forme de structure qui a joué un rôle clef dans la construction du discours archéologique calédonien. L’analyse qu’en fait Louis Lagarde (chapitre 9) met en avant l’influence du contexte social et historique mais aussi des spécialités et mentalités des chercheurs sur l’interprétation de ces structures étudiées depuis près de soixante ans par les archéologues océanistes francophones et anglophones. Ces structures ont-elles été édifiées par une population précéramique ou pré-austronésienne ? S’agit-il d’anomalies géologiques ou ont-elles été produites par des oiseaux mégapodes aujourd’hui disparus ? L’auteur propose une évaluation de la plausibilité de ces interprétations à la lumière de ses récents travaux. Si l’hypothèse d’un peuplement pré-austronésien de la Nouvelle-Calédonie et plus généralement du sud de la Mélanésie est désormais insoutenable, Louis Lagarde démontre explicitement que celles d’une particularité géologique ou d’une production animale le sont tout autant. Ses nouvelles recherches indiquent que leur association à une activité humaine est indéniable. Leur usage à des fins sépulcrales, dès le premier millénaire de peuplement et plus tard, serait selon l’auteur, l’interprétation à privilégier.

18La déconstruction d’« anciennes connaissances mal faites » est aussi la voie choisie par Nicolas Cauwe (chapitre 10). Dans ce chapitre, l’auteur discute les fondements et démonstrations des diverses théories sur le transport des moai de l’Île de Pâques. L’idée émise par William Thomson à la fin du xixsiècle (1889) selon laquelle les moai étaient déplacés après façonnage complet, reprise par de nombreux auteurs mais jamais remise en cause, est décortiquée. Aucun fait objectif ne paraît la soutenir. Pour Nicolas Cauwe, les statues, achevées et inachevées, encore enchâssées dans les carrières pourraient ne pas avoir été destinées à un déplacement mais marqueraient une transformation de la carrière en un centre cultuel, et les statues retrouvées sur les bords de voies de circulation pourraient être non pas des rebuts mais des monuments à part entière. L’auteur démontre combien les théories, anciennes et plus récentes, sur le déplacement des grandes statues de l’Île de Pâques, reposent sur des préjugés et leur répétition plutôt que sur des descriptions, des faits et démonstrations archéologiques. Il relie cette situation, peut-être amplifiée dans le cas particulier de l’Île de Pâques, à un certain présentisme et à une mise en parallèle trop directe des données de l’archéologie et de l’ethnologie. Les vestiges du passé et les témoignages des vivants se retrouvent ainsi sur le même plan alors que ces données ne participent généralement pas du même registre de pensée.

19La revue historiographique proposée par Émilie Nolet (chapitre 11) du discours historique et anthropologique construit par les savants occidentaux – surtout francophones – au sujet des Tuamotu (Polynésie française) dégage l’influence du contexte environnemental et de sa perception par les dits-savants. Dans une première partie, l’auteure examine la période des premiers contacts, où se structurent deux visions paradoxales de l’archipel, à la fois comme « manne » et comme « désert océanique ». L’image de populations misérables, incapables des raffinements culturels observés ailleurs en Polynésie, et l’opposition systématique avec les îles hautes perçues comme riches et faciles à vivre, apparaît aussi à cette époque. La seconde partie offre un bref historique des recherches anthropologiques et archéologiques conduites sur les sociétés des Tuamotu, en examinant l’impact des conditions matérielles mais aussi des perceptions historiques européennes de l’archipel et de ses ressources. Émilie Nolet termine sa discussion en montrant que les travaux entrepris depuis une cinquantaine d’années ont permis d’accéder à une vision plus nuancée des interactions homme-nature à l’époque pré-européenne, dépassant les clichés culturels et déterministes qui avaient insisté sur la « misère » et la « vulnérabilité » des anciens habitants des Tuamotu. Elle plaide en conclusion pour une approche de l’histoire « des îles basses » faisant dialoguer de nouvelles données archéologiques – y compris archéo-environnementales – avec les récits de traditions orales et une utilisation critique des sources historiques, informées par l’analyse historiographique proposée. Là encore, on perçoit comment l’histoire de l’archéologie – et plus globalement de l’anthropologie – dans le Pacifique permet de progresser en démythifiant les anciennes connaissances, en prenant acte des contextes intellectuels, religieux et sociaux qui ont influencé la formation historique de nos savoirs et théories, permettant de réexaminer les anciens travaux dans des perspectives de recherche nouvelles.

20Dans le chapitre suivant, Christophe Sand (chapitre 12), s’appuyant sur une analyse du cas particulier de la Nouvelle-Calédonie, examine la place de l’archéologie au sein de la société contemporaine et la manière dont les idées sur les origines des Kanak, émises par des Européens depuis le début de la colonisation de l’archipel, ont été instrumentalisées à des fins sociales et politiques. L’auteur interroge l’influence du discours archéologique européen, compris comme un récit historique rationnel, reconstitué « au plus près de la vérité passée », sur les populations locales dont l’approche du passé est différente. Oscillant entre mythes de création et événements historiques, celle-ci apparaît comme un outil utilisé pour affirmer la prévalence des groupes locaux et justifier leur lien à une terre à travers des discours fluctuants et multiformes. Christophe Sand montre ainsi quelle a été l’évolution des discours archéologiques produits sur le passé calédonien ancien depuis près de 150 ans : de l’interprétation d’un passé calédonien divisé en plusieurs phases découlant les unes des autres proposée par Glaumont à la fin du xixe siècle à l’idée d’un remplacement de population selon lequel les Kanak ne seraient pas les premiers occupants de l’archipel, idée promulguée dès le début du xxe siècle par Archambault et consolidée par Avias dans les années 1950. L’auteur décrit ce schéma de pensée comme fortement ancré dans la pensée collective de la société calédonienne malgré les développements d’une archéologie scientifique dès les années 1960 et comme prêt à resurgir dès l’apparition de conflits ou oppositions entre les communautés vivant dans l’archipel. Une politisation de l’argument archéologique s’est aujourd’hui mise en place et se trouve instrumentalisée différemment par divers courants idéologiques et politiques. L’auteur force finalement le lecteur à s’interroger : l’accumulation de connaissances historiques et les déconstructions successives de « connaissances mal faites » peuvent-elles vraiment ne pas avoir d’effets sur le social et le politique ?

21Lors du colloque, nous avions eu la chance de pouvoir projeter le documentaire que Thomas Lavachery, écrivain et cinéaste ayant bénéficié d’une formation en histoire de l’art, a consacré à l’expérience de son grand-père sur l’Île de Pâques : Henri Lavachery, durant la mission franco-belge de 1934. Pour ce volume, l’auteur a bien voulu nous livrer une version écrite de cette histoire, dont l’écriture littéraire et intime rompt avec celle des autres contributions – de par la beauté du style tout autant que sa subjectivité assumée. Pour autant, il s’agit d’une importante illustration du rôle joué par l’expérience personnelle, par les rencontres humaines, les sentiments ressentis pour les personnes et les lieux découverts, dans le travail archéologique. L’accès aux sources et aux données brutes, les directions interprétatives et héritage académique sont bel et bien influencés par cette expérience, rarement reconnue (et encore moins analysée) de manière formelle en archéologie. Dans le même temps, le chapitre proposé par Thomas Lavachery présente une analyse détaillée et très documentée sur un chapitre important de l’histoire de l’archéologie océanienne, examinant l’expédition en lien avec son contexte historique et intellectuel et se référant à de nombreuses publications et documents rares, comme les carnets de terrain d’Henri Lavachery appartenant à l’auteur lui-même. Il est de plus à lire en dialogue avec les chapitres 5 et 10 de ce volume qui fournissent des analyses historiographiques plus classiques des recherches archéologiques sur l’Île de Pâques et des motivations de la mission elle-même.

En guise de conclusion, et d’ouverture…

22Ce volume constitue, nous l’espérons, un premier pas vers la mise en place d’un courant historiographique au sein de l’archéologie océanienne – dépassant le cadre francophone. Il s’inscrit au sein du projet régional lancé par CBAP, dont l’objectif est de consolider l’étude approfondie de l’histoire de notre discipline, par une approche transnationale et diversifiée dans ses sujets aussi bien que ses méthodes (Spriggs 2017 ; Howes and Spriggs 2019). Ainsi, les thèmes qui ont été abordés à travers ces chapitres vont de l’histoire des idées et l’analyse épistémologique à l’approche biographique comme « science vécue » ; de la mise en contexte et la réévaluation de collections, fouilles ou textes anciens à la réflexion sur les dangers du présentisme et le potentiel d’une compréhension historiographique de notre discipline pour développer des perspectives de recherche innovantes.

23Ces contributions, et leur articulation les unes aux autres, démontrent tout l’intérêt d’appliquer un regard critique et historiquement informé sur notre propre passé disciplinaire, tout comme sur la façon même dont nous nous représentons ce passé. Elles permettent à chacun de questionner l’héritage intellectuel, sociopolitique et même idéologique et personnel que nous portons plus ou moins consciemment dans nos travaux – et que nous participons à transmettre et modifier dans l’évolution continuelle de la discipline. Ces questions de représentation touchent aussi à l’utilisation et l’intégration des récits archéologiques dans les discours nationalistes, colonialistes ou post-colonialistes et identitaires dans les îles du Pacifique. Elles évoquent la responsabilité que la science et les scientifiques peuvent endosser dans la diffusion et la clarification de certaines idées propres à être instrumentalisées. Les revues historiques à l’échelle d’un archipel ou d’un site permettent aussi de considérer les différences et complémentarités entre diverses traditions nationales et linguistiques, qui invitent à une reconnaissance mutuelle de ces héritages divers pour l’archéologie océanienne et à l’extension des collaborations dans le futur. Enfin, les cas d’études présentés ici illustrent l’influence des contingences biographiques, historiques et sociales dans la construction de la discipline et de l’histoire qu’elle raconte.

24De façon plutôt évidente mais qui reste assez peu analysée, l’expérience personnelle du terrain apparaît fondamentale ; de par les relations humaines qui s’y forgent mais aussi tout simplement de par ce que les îles laissent en chacun : les mots de Marche et de Glaumont écrits à la fin du xixe siècle, qui se rappellent la « vue grandiose et mélancolique » des îles Mariannes perdues dans l’Océan, ou l’ancienne « vie d’aventures […] où l’on jouissait si puissamment d’une liberté absolue » menée en Nouvelle-Calédonie et au Vanuatu, font écho à ceux de Lavachery repensant à « l’herbe jaune » des collines dramatiques de l’Île de Pâques en 1963, et même à ceux bien plus récents de Patrick Kirch, par lesquels il reconnaît avec honnêteté que son attachement aux îles du Pacifique et leurs habitants a joué un rôle fondamental dans ses recherches – dans son autobiographie (2015) mais aussi dans sa synthèse de l’archéologie régionale où il écrit avoir parfois l’impression « que le Pacifique coule dans ses veines » (2017 : xvii).

25Malgré la diversité des thèmes et des approches présentées ici, il s’agit uniquement d’une amorce à l’effort historiographique que notre discipline se doit d’entreprendre. Les absences les plus évidentes concernent l’analyse des contributions, connues mais mal documentées et peu mises en avant, des « guides » – en fait collaborateurs – locaux et autochtones ; ainsi que la reconnaissance des femmes ayant participé aux premières études et au développement de l’archéologie dans le Pacifique. Ces deux thèmes nous apparaissent comme fondamentaux pour les perspectives de recherche en histoire de l’archéologie océanienne, où le Pacifique a le potentiel de fournir des terrains d’études pionnières et innovantes en histoire des sciences.

Bibliographie

Di Piazza, Anne, Erik Pearthree & Christophe Sand (eds), 2008. At the heart of ancient societies: French contributions to Pacific archaeology. Nouméa : Département Archéologie.

Dotte-Sarout, Émilie & Matthew Spriggs (eds), 2017. Special issue on the History of Archaeology in the Pacific. Journal of Pacific Archaeology, 8 (1).

Dotte-Sarout, Émilie, Hinanui Cauchois, Michel Charleux, Stéphanie Domergue, Aymeric Hermann, Louis Lagarde, Mathieu Leclerc, Tamara Maric, Guillaume Molle, Émilie Nolet, Arnaud Noury, Vahine Rurua & Jean-Marie Wadrawane, 2018. “Putting New Francophone Archaeology on the Pacific Map: a quick overview”. Archaeology in Oceania, 53(2): 103-115.

Douglas, Bronwen, 2010. “Terra Australis to Oceania. Racial Geography in the ‘Fifth Part of the World’”. The Journal of Pacific History, 45(2):179-210.

Haddow, Eve, 2017. “Pacific Prehistory and Theories of Origins in the Work of Reverend William Ellis”. The Journal of Pacific Archaeology, 8(1):1-11.

Howes, Hilary & Matthew Spriggs (eds), 2019. Special issue on “Writing the History of Pacific Archaeology. Voices and Perspectives”. The Journal of Pacific History, 54(3).

Julien, Michèle, Catherine et Michel Orliac, Bertrand Gérard, Anne et Henri Lavondès, Claude Robineau (eds), 1996. Mémoire de Pierre, Mémoire d’Homme. Tradition et Archéologie en Océanie. Hommage à José Garanger. Paris : Publications de la Sorbonne.

Kaeser, Marc-Antoine, 2003. « La science vécue. Les potentialités de la biographie en histoire des sciences ». Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 8 : 139-160.

Kirch, Patrick V. 2015. Unearthing the Polynesian Past: Explorations and Adventures of an Island Archaeologist. Honolulu: University of Hawaii Press.

Kirch, Patrick V. 2017. On the Road of the Winds. An archaeological history of the Pacific islands before European contact (2nd ed.). Berkeley: University of California Press.

Laming-Emperaire, Annette, 1964. Origines de l’archéologie préhistorique en France. Des superstitions médiévales à la découverte de l’homme fossile. Paris : Picard.

Latour, Bruno & Steve Woolgar, 1979. Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts. Beverly Hills: Sage Publications.

Martinon-Torres, Marcos & David Killick, 2015. “Archaeological theories and archaeological sciences”. In Gardner, Andrew, Mark Lake & Ulrike Sommer (eds.), Oxford Handbook of Archaeological Theory. Oxford: Oxford University Press, Oxford Handbooks Online. Date Accessed 13/06/2019.

Murray, Tim, 1999. “Epilogue: The Art of Archaeological Biography”. In Tim Murray (ed.), Encyclopedia of Archaeology, The Great Archaeologists. Santa Barbara: ABC-Clio, p. 869-883.

Richard, Nathalie 2008. Inventer la préhistoire. Les débuts de l’archéologie préhistorique en France. Paris : Vuibert, Adapt-Snes.

Richards, Michelle, Hilary Howes & Elena Govor, 2019. “Origins of Archaeology in the Pacific: The Emergence and Application of Archaeological Field Techniques”, The Journal of Pacific History, 54 (3): 307-329.

Schlanger, Nathan & Jarl Nordbladh, 2008. Archives, Ancestors, Practices. Archaeology in the Light of its History. New York & Oxford: Berghahn Books.

Spriggs, Matthew, 2017. “The Hidden History of a Third of the World: the Collective Biography of Australian and International Archaeology in the Pacific (CBAP) Project”, Bulletin of the History of Archaeology, 27 (1): 1-11.

Stoczkowski, Wiktor, 1993. « La Préhistoire : les origines du concept », Bulletin de la Société préhistorique française 90(1) : 13-21.

Trigger, Bruce, 1989. A History of Archaeological Thought. Cambridge: Cambridge University Press.

Notes

1 Virchow R., A. Bastian, A. Braun, R. Hartmann, M. Kuhn, G.T. Fritsch, and H. Deegen “Rathschläge für anthropologische Untersuchungen auf Expedition der Marine”. Zeitschrift für Ethnologie, 4 (1872): 325-356.

2 Intervenants au colloque de 2016 : Nicolas Cauwe (Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles), Anne Di Piazza (CNRS, CREDO), Émilie Dotte-Sarout (CBAP, ANU), Christine Laurière (CNRS, IIAC), Pierre Lemonnier (CNRS, CREDO), Oscar Moro-Abadia (Memorial University of Newfoundland), Élise Patole-Edoumba (MHN de La Rochelle), Christophe Sand (IANCP), Philippe Soulier (CNRS, ArScAn), Matthew Spriggs (CBAP, ANU), Frédérique Valentin (CNRS, ArScAn).

3 Émilie Nolet (Université Paris I-Sorbonne) et Louis Lagarde (Université de la Nouvelle-Calédonie) y ont répondu. Thomas Lavachery, dont le film documentaire L’Homme de Pâques avait pu être projeté et présenté par Nicolas Cauwe, lors du colloque, a aussi accepté notre invitation de contribution au présent volume.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte des pays du Pacifique portant les numéros de chapitres pour les cas d’études localisés.
Légende Modifiée à partir d’une carte produite par CartoGIS Services, ANU College of Asia and the Pacific, The Australian National University.
Crédits Utilisation libre, http://asiapacific.anu.edu.au/​mapsonline/​.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.com
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search