Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 6

André Leroi-Gourhan et l’Océanie

Philippe Soulier

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1Aborder, comme me l’ont demandé les organisateurs de cette rencontre, les rapports entre « André Leroi-Gourhan et l’Océanie » est pour moi un double défi car non seulement ils savent que je ne suis en aucune manière un connaisseur de ce vaste continent largement maritime, mais, même si Leroi-Gourhan a soutenu sa thèse sur la partie septentrionale de l’aire Pacifique à l’issue d’une mission de deux ans au Japon – mars 1937-avril 1939 – il n’a lui-même jamais été dans le Pacifique sud.

2Pour autant, en analysant de près sa production, il est possible de constater que durant plusieurs décennies, ses cours et conférences, ses articles ou ouvrages, font maintes fois référence à des exemples tirés de ces régions et que son itinéraire universitaire et muséographique l’a plusieurs fois mis en lien avec des océanistes. Nous allons donc tenter de repérer, dans les archives et publications de Leroi-Gourhan, les références océaniennes et apprécier comment elles ont ou non participé à son discours général en ethnologie, archéologie ou histoire de l’art.

3Dans l’impossibilité d’aborder le sujet de manière thématique tant les références faites par Leroi-Gourhan à l’Océanie sont éparses dans son œuvre, nous allons évoquer ce sujet en trois grandes séquences chronologiques : avant-guerre et à l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris (1925-1936), ensuite après sa Mission au Japon avec sa thèse sur l’Archéologie du Pacifique nord (1944) et la publication d’Évolution et techniques (1943-45), et enfin avec le contenu de ses enseignements et les étudiants qu’il encadra à Lyon (ethnologie coloniale de 1944 à 1957) puis à la Sorbonne (ethnologie générale de 1956 à 1968) et accessoirement au Collège de France (préhistoire, de 1969 à 1983).

Avant-guerre

L’Institut d’ethnologie

  • 1 Les registres manuscrits des comptes rendus des Séances du Conseil de l’IE ainsi que de son Comité (...)

4Il est utile de faire ici un rappel de l’origine et des premières ambitions de l’Institut d’ethnologie (IE)1. En effet, celui-ci, avec les cours de Marcel Mauss et les premières expériences au Musée d’ethnographie du Trocadéro (MET), participe directement au contexte de sa formation en ethnologie. Cet Institut est créé auprès de l’université de Paris et avec le concours d’Édouard Daladier, ministre des colonies en 1924, par un décret du 1er août 1925. L’IE :

« a pour objet de coordonner, d’organiser et de développer les études ethnologiques, en particulier celles qui se rapportent aux colonies françaises, de former des travailleurs pour ces études et de publier leurs travaux. L’Institut pourra, après accord avec les Gouverneurs, envoyer des missions aux colonies. Exceptionnellement, il pourra en envoyer ailleurs ; il pourra subventionner des publications aux colonies dans la mesure de ses ressources ».

5Son siège est alors fixé à l’Institut de géographie, rue Saint-Jacques, à Paris (France).

6Les démarches et courriers de Lucien Lévy-Bruhl, co-fondateur de l’IE, vont dans le même sens pour ce qui est des objectifs à atteindre :

« Former […] des ethnologues professionnels et donner aussi à tous ceux qui, vivant ou destinés à vivre aux colonies, ont le goût des études ethnographiques ou linguistiques, les instructions nécessaires pour les poursuivre utilement. Mettre les futurs administrateurs, médecins coloniaux, missionnaires, etc., qui le désirent en état de faire de bonnes observations ethnographiques, de prendre comme il convient des estampages, des clichés, des films, des phonogrammes, de savoir noter des langues, recueillir des textes, etc. ».

7À quoi il ajoute, dans cette ambiance particulière à l’après Première Guerre mondiale, contexte politique de la redistribution des territoires coloniaux, l’objectif de :

« […] ne plus laisser à des étrangers, comme il est arrivé trop souvent, l’honneur des grands travaux ethnologiques sur les colonies françaises. Recueillir, classer, étudier les documents et objets de toutes sortes intéressant la civilisation présente et passée des indigènes, objets dont beaucoup sont menacés de disparaître rapidement ou risquent d’être enlevés par des ethnographes étrangers ».

8Une note, conservée dans les registres des comptes rendus, précise que l’IE :

« […] est à la disposition des Gouvernements et protectorats coloniaux pour tous renseignements concernant les missions (françaises et étrangères), l’étude des races indigènes, la conservation et l’étude des monuments et collections, l’étude des faits sociaux. Il sera aussi à leur disposition pour les relations scientifiques (Ethnologie, Anthropologie, etc.) avec les Gouvernements étrangers, les Institutions, Musées, Académies, Société Savantes, etc. avec lesquelles lui-même sera en relation ».

9Le programme de travail et de recherche est ainsi explicitement aussi scientifique que politique et institutionnel.

  • 2 Patrick O’Reilly (1900-1988) sera secrétaire de la Société des Océanistes à partir de 1944.

10Il faut relever que, dès 1925, l’Institut d’ethnologie s’intéresse à l’Océanie dans ses enseignements, même si les cours (5 leçons annuelles) sont donnés par Jean Przyluski, professeur au Collège de France et orientaliste surtout spécialisé sur le domaine vietnamien et le bouddhisme. En 1940-1941, il est remplacé temporairement par le Père Patrick O’Reilly2 (mais pour 2 leçons seulement, bien qu’il soit lui-même plus océaniste après une mission sur place en 1936-1937).

11Pour autant, bien qu’installé à l’Institut de géographie, l’IE participe à certaines expositions du MET, notamment, pour ce qui concerne l’Océanie, en janvier 1934 sur « Ethnologie de la Nouvelle-Calédonie » et « Art mélanésien » (collections du Baron Von Huydt) et, en juin 1935 sur l’« Île de Pâques » (mission franco-belge en Océanie). L’IE ne sera transféré au Trocadéro qu’en 1938 lors de la transformation de celui-ci en Musée de l’Homme à l’occasion de « l’Exposition universelle des arts et des techniques » de 1937.

André Leroi-Gourhan, premiers essais et travaux

  • 3 Ses carnets d’achat d’objets sont conservés par ses descendants (archives privées) mais le service (...)
  • 4 Qu’ils soient génériques ou spécifiques, tous les termes géographiques et les noms de population i (...)

12Durant cette période, après avoir quitté l’école à 14 ans comme la plupart des jeunes de cette génération, il suit une formation au métier de bibliothécaire grâce aux cours délivrés par la Ville de Paris. Durant ses temps libres, il fréquente les allées du Marché aux Puces à la recherche d’objets à collectionner, et en acquiert quelques-uns originaires du Pacifique Sud. Ceux-ci, au nombre total de huit3, ne seront finalement qu’une partie infime de sa collection qui comporte plusieurs centaines d’objets les plus divers – notamment des armes blanches d’Afrique et des objets « esquimaux » – montrent cependant l’éventail de ses premières curiosités. C’est ainsi que, de 1929 à 1932, il mentionne dans ses carnets un boomerang australien en bois (5 francs), un casse-tête en bois de Nouvelle-Calédonie et un peigne en bois à « sept dents » identifié d’abord comme d’Afrique puis des Comores (figure 1). Il fréquente alors le Musée Guimet avant d’arriver au Musée d’Ethnographie du Trocadéro où il fera la connaissance de ses futurs mentors : Georges-Henri Rivière pour la muséographie, Anatole Lewitsky pour la classification technologique d’après Marcel Mauss et le docteur Paul Rivet pour l’ethnologie. Plus tard, après 1941 et son retour du Japon (Soulier 2009, 2012, 2018) avec de nouvelles perspectives de recherche, ce seront uniquement quelques lames en pierre polie de haches ou d’herminettes provenant de Mélanésie, Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle Zélande ou Polynésie4, ces achats marquant alors plus son intérêt pour la technologie des lames de haches que pour l’Océanie elle-même.

Figure 1

Figure 1

Objets océaniens figurant dans les carnets d’achats tenus par André Leroi-Gourhan, 1929-1932.

Reproduit avec l’autorisation du Service des Archives de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie et des ayants droit, à partir d’une copie numérique d’archives privées.

13En 1936 Paul Rivet le fait contribuer, comme nombre de ses collaborateurs au Musée d’ethnographie du Trocadéro, à l’Encyclopédie française dont il dirige le volume vii, consacré à l’espèce humaine. Leroi-Gourhan y est chargé de quelques chapitres sur l’Europe, sur l’Extrême-Orient et sur le grand Nord et s’il fait allusion à l’Océanie c’est dans une introduction générale à son chapitre sur « la culture européenne et moderne » : la Polynésie y est en effet prise comme référence emblématique des antipodes qui aident à relativiser les notions d’ethnologie applicables à l’étude et l’observation des sociétés modernes occidentales :

« L’ethnologie est la science des peuples, c’est surtout la science de la culture des peuples. Si l’on présente aux Français un tableau général de la culture polynésienne, où figurent l’esthétique aussi bien que la poterie ou les armes, il peut sembler logique de présenter de la même façon la culture européenne moderne, de considérer la T.S.F. comme un moyen de transmission comparable au tambour, le complet-veston comme le vêtement typique des indigènes mâles, et la mitrailleuse comme arme de jet » (Leroi-Gourhan 1936a : 24-18).

  • 5 Cette référence ici aux « Papou » est-elle, chez Leroi-Gourhan, le signe d’une confusion géographi (...)

14Le caractère insolite de ces rapprochements lui permet de mieux situer ce qu’il entend par ethnologie car « on s’aperçoit alors que l’ethnologie est la science des civilisations primitives et qu’on s’égare dès qu’on veut en étendre la définition à la culture moderne. Pourtant, nous pouvons esquisser un croquis, quelque chose comme un résumé d’ethnologie à l’usage des Polynésiens car, à leurs yeux, c’est nous qui sommes les Papou5 » (Leroi-Gourhan 1936a : 24-18). Cette attitude de retournement des perspectives sera plus d’une fois mise en œuvre dans ses pédagogies de démonstrations.

15Le chapitre de ce volume vii portant sur l’Océanie est quant à lui confié à l’anthropologue américaniste Alfred Métraux, à qui nous avons vu que Rivet avait confié une mission sur l’Île de Pâques en 1934-1935.

Évolution et techniques

16Lorsque, après cette contribution à l’Encyclopédie française, où Leroi-Gourhan exprime également ses premiers essais de théorisation de la démarche technologique (Leroi-Gourhan 1936b : 10-3 à 10-16, 12-1 à 12-4), il partira en mission, ce sera pour le Japon et l’aire septentrionale et non la partie méridionale du Pacifique. De cette mission de deux ans – mars 1937 à avril 1939 – il tirera son sujet de thèse, soutenue en juin 1944 (Leroi-Gourhan 1946), qu’il développe simultanément et d’un point de vue théorique et extensif dans les deux volumes d’Évolution et techniques (Leroi-Gourhan 1943, 1945a). Le propos de ceux-ci est essentiellement de montrer de nouvelles voies pour la recherche et une nouvelle manière de concevoir l’évolution des ensembles techniques qui régissent et reflètent les rapports entre les hommes et la nature dans leurs productions. Pour cela, sans jamais faire de développement dédié à une région particulière, il illustre ses propos de plus de 1 200 exemples parmi lesquels plusieurs dizaines (62) sont empruntées à l’aire océanienne (Australie, Île de Pâques, Nouvelle-Calédonie et Mélanésie). Ces exemples sont tirés de catalogues ou de réserves de musées – dont largement celui de l’Homme – et se trouvent à l’appui de plusieurs chapitres thématiques (moyens élémentaires d’action sur la matière, moyens de transport, techniques de fabrication, d’acquisition, de consommation) (figure 2).

Figure 2d

Figure 2d

Techniques observées dans l’aire Océanienne et utilisées comme exemples dans l’ouvrage Évolution et Technique (1943, 1945a). 2a, 2b, 2c : illustrations par aire régionale ; 2d : thématique du chapitre, légendes et emplacements des figures océaniennes.

Reproduit à partir des éditions originales Albin Michel.

17En outre, dans le premier volume, ce sont des exemples pris en Océanie qui sont associés à la détermination des degrés du fait avec l’exemple des propulseurs sur planchette ou sur baguette.

Les années de l’après-guerre

Institut d’ethnologie et Musée de l’Homme

18Familier du Musée d’ethnographie du Trocadéro avant sa mission au Japon, André Leroi-Gourhan s’est naturellement investi au nouveau Musée de l’Homme après son retour et dès sa démobilisation en 1940. En relation avec les thèmes d’Évolution et techniques en cours de rédaction, il communique à la Société des Américanistes ou aux réunions de l’Institut français d’anthropologie – alors dirigé par Maurice Leenhardt – où il donne plusieurs conférences que ce soit sur les « Variations de la hache en Asie orientale » (en 1944), l’« Ethnologie de l’Asie et de l’Océanie » ou encore « Quelques problèmes d’Archéologie du Pacifique asiatique » (en 1945).

Les cours sur l’Océanie à l’Institut d’ethnologie

  • 6 Leroi-Gourhan est, avec Paul Lester et en intérim de Jacques Soustelle, codirecteur du Musée de l’ (...)

19Dès 1944-1945, après le décès de Jean Przyluski en 1944, c’est Pierre Gourou, géographe tropicaliste et spécialiste du Vietnam, qui prend la suite pour les cours « d’Ethnologie de l’Asie méridionale et de l’Océanie » à l’IE. L’année suivante, tandis que Maurice Leenhardt (directeur à l’École pratique des hautes études) y enseigne l’ethnologie descriptive (30 leçons), Pierre Gourou étant empêché, c’est Leroi-Gourhan qui le remplace momentanément avec un cours d’« Ethnologie et linguistique de l’Asie méridionale et de l’Océanie » (toujours pour 5 leçons). Ce n’est pour autant pas son domaine de compétence et, simultanément, le Comité directeur de l’IE décide de créer pour lui un cours sur les techniques (il passe ainsi de 1 à 10 leçons annuelles sur ce thème). En 1946-1947, Pierre Gourou reprend l’Océanie tandis que Leenhardt poursuit l’ethnologie générale et que Leroi-Gourhan6 s’installe dans ce qu’il dénomme désormais la « technologie comparée », appellation que prend son laboratoire au rez-de-jardin du Musée de l’Homme. L’année suivante, si ces deux derniers conservent leurs enseignements, l’Asie méridionale et l’Océanie sont maintenant attribuées, toujours pour 5 leçons, et après trois années d’errance, à l’orientaliste Paul Mus qui vient d’être nommé professeur au Collège de France sur la chaire d’Extrême-Orient laissée par son maître Jean Przyluski.

20En définitive, on peut constater que, depuis son origine, l’IE aura eu surtout des orientalistes et linguistes spécialisés dans les aires continentales ou insulaires du Pacifique Nord pour ses cours sur l’Océanie.

La question raciale

21Les années de l’après-guerre sont le lieu de débats très vifs sur les questions des « races humaines » et l’Unesco fraîchement instituée organise des confrontations internationales entre scientifiques. De son côté, le gouvernement français contribue aux discussions notamment en commandant à Leroi-Gourhan l’édition de deux fascicules de la Documentation française sur la question (Leroi-Gourhan 1950a et 1950b). Après avoir survolé la question, il fait intervenir, à sa manière, les notions d’isolement et de taille des populations dans la reconnaissance éventuelle de groupes particuliers, dont les aborigènes d’Australie :

« Les hommes actuels appartiennent à une seule espèce, l’Homo sapiens, mais ils se divisent en trois grands groupes : les Noirs, les Jaunes et les Blancs. Ces trois groupes, sur de vastes surfaces continentales, jouissent d’un isolement relatif qui, depuis des milliers d’années, maintient leurs caractères généraux. […] Les races humaines ne présentent de caractères absolument tranchés que pour de petits groupes isolés comme les Australiens ou les Bochimans qui ont subi les effets d’une sélection naturelle intense. Les grandes populations présentent au contraire des variations d’individu à individu qui rendent imprécises les limites de la race. » (Leroi-Gourhan 1950b : 1).

Leroi-Gourhan enseigne à Lyon

22Lorsque, de 1944 à 1957, Leroi-Gourhan est chargé des cours en ethnologie coloniale à Lyon, d’abord comme maître de conférences puis comme professeur, il se place dans la droite ligne des ambitions de l’IE des origines en ce qui concerne les liens avec les colonies de ce qui est alors encore l’Empire français. Ses enseignements seront destinés aussi bien aux étudiants en sociologie ou linguistique qu’aux futurs cadres de l’administration coloniale ou aux missionnaires religieux. Cela est d’autant plus légitime que ce poste a été créé en 1942 par le ministère des colonies et que cet enseignement, financé par ce ministère, n’est pas adossé à une chaire universitaire (Soulier 2005 : 43-56, 2009 : 115-125).

23Qu’il s’agisse d’un public ou d’un autre, ses conceptions de fond sur l’ethnologie et sur les populations concernées par la colonisation ne varient pas, quelles qu’en soient les modalités d’expression durant cette décennie lyonnaise : bien que défendant une approche humaniste des peuples colonisés, qui se doit d’être établie sur la connaissance intime de leurs cultures et le respect à leur égard en les étudiant, il reste très dubitatif sur la volonté des politiques coloniales à placer l’humain avant les profits économiques ou stratégiques (Leroi-Gourhan 1945b).

24C’est dans ce contexte que l’essentiel de ses cours et de ses références concerne les populations des colonies d’Afrique (Leroi-Gourhan 1949), la plupart sans écriture. Il aura cependant aussi à traiter des colonies extrêmes orientales dont les traditions lettrées remontent parfois à des millénaires (Leroi-Gourhan 1951a). En revanche, les références aux aires pacifiques ne seront que rares.

  • 7 Tapuscrit inédit, archives de la MAE : ALG90/1/1-90/2

25Ainsi, en 1949, dans une intervention destinée aux missionnaires catholiques7, après un rapide rappel des ambitions générales de l’ethnologie, il fera référence notamment aux peuples des antipodes pour en baliser le champ en s’appuyant sur la progression historique des recherches sociologiques :

« L’ethnologie n’est pas une science. C’est un complexe scientifique dont les limites resteront toujours imprécises et dont aucun spécialiste ne peut espérer faire le tour complet en une seule existence. […] Son domaine ne peut être limité que par pure convention ; elle s’est d’abord penchée sur les peuples « primitifs » : les Australiens, les Papous ; puis elle a abordé tous les peuples « non civilisés » ; constatant ensuite que les valeurs de « civilisation » sont assez relatives, le civilisé étant en dernier examen l’enquêteur lui-même ; elle est venue buter contre l’Europe moderne. Son mérite aura été de faire ressortir la valeur universelle de la personne humaine, d’introduire la notion de respect des formes de cultures extérieures au monde occidental ».

26En revanche, à l’opposé de cette notion théorique en ethnologie de « valeur universelle de la personne humaine », il affiche explicitement son pessimisme sur les effets réels – et délétères – de la colonisation avec, là aussi, des exemples issus de l’aire pacifique :

« Là où on a pu raser complètement les bases de la société locale, en Polynésie par exemple, peut-on se flatter réellement des résultats ? Pour le missionnaire, l’expérience se solde par des efforts exténuants, quelques chrétiens solides et la masse dérivante des mal-adaptés. En Mélanésie, en Nouvelle-Calédonie, par exemple, peut-on dire que la moralité moyenne ait réellement progressé depuis que nous leur apportons le flambeau étincelant de nos lois ? Le cannibalisme a disparu, l’introduction du porc le condamnait à devenir un luxe ; le système rigoureux des interdits sexuels a disparu aussi : il était lié au culte des ancêtres et, à ce titre, condamnable aux yeux du missionnaire. Il en est quand même résulté pour la majorité des Canaques une baisse sensible du niveau moral ».

27Propos généraux à remettre évidemment dans leur contexte…

28Mêlant faits et appréciations caustiques, il est ainsi, devant son auditoire, particulièrement critique sur les finalités objectives de l’effort missionnaire, voire de la colonisation en général.

Ethnologie, des cours aux terrains

29Outre son enseignement magistral, à Lyon ou à l’IE, Leroi-Gourhan met en place des « Centres » destinés à établir un lien entre théorie et pratique, de manière à mieux préparer les étudiants à leurs futures missions, que ce soit en archéologie ou en ethnologie. Pour l’ethnologie, il crée le CFRE (Centre de formation aux recherches en ethnologie, centre hébergé dès 1946 au Musée de l’Homme et validé en 1948 par un arrêté du CNRS) destiné en priorité aux étudiants en fin de cursus, souvent sans expérience, ou, à l’inverse, aux acteurs de terrain manquant de bagage théorique.

  • 8 La liste des stagiaires par année est mentionnée dans les livraisons du Bulletin du CFRE.
  • 9 Ayant travaillé en 1948 avec Fernand Windels à Lascaux, elle entreprend une thèse sur l’art pariét (...)

30Sur les 15 stagiaires de la première année du CFRE (promotion 1946-1947)8, 3 attachés à l’ORSC (office de recherche scientifique coloniale, futur ORSTOM puis IRD) se spécialisent sur le domaine océanien : Georges Condominas (technologie : navigation), Monique Brette, épouse Condominas (sociologie : parure) et Jean Guiart (sociologie : masques des Nouvelles-Hébrides). L’année suivante, Annette Laming (stagiaire CNRS-CFRE 1947-1948 et attachée au laboratoire de Leroi-Gourhan) est admise comme attachée de recherche au CNRS pour préparer une thèse sur « les civilisations néolithiques et de l’Âge du Bronze dans le Pacifique sud », thèse qu’elle ne mènera pas à bien car elle changera de sujet9.

  • 10 Communication orale à l’Académie des Sciences d’Outre-Mer (2001).
  • 11 Il succédera à Leroi-Gourhan à Lyon à partir de l’année 1957-1958, avant d’être nommé à Madagascar (...)

31Il faut également mentionner Jean Poirier (1921-2009), fidèle fouilleur d’Arcy dès les premières années, l’un des trois enseignants du CFRE participant directement à l’encadrement du chantier et collaborant (Poirier 1951, 1953) au bulletin du CFRE. Membre actif de la Société des Océanistes, il publie nombre d’articles dans le Journal de la société des Océanistes, dont un compte rendu de la « Revue de géographie humaine et d’ethnologie » dirigée par Leroi-Gourhan et Deffontaines en 1948-1949. Spécialiste du droit il forme les cadres de l’administration coloniale, et il est l’auteur principal des volumes de l’ethnologie de l’Union française publiés par les PUF en 1953 et co-signés avec Leroi-Gourhan (Leroi-Gourhan et Poirier 1953a et b). En effet, comme il le relate lui-même10, après avoir présenté son travail aux éditeurs, ceux-ci ont souhaité qu’il soit publié conjointement à un auteur dont le nom serait un atout commercial. C’est ainsi que Leroi-Gourhan, qui venait d’être nommé professeur des universités sur son poste de Lyon, a été associé à l’ouvrage, auquel participent d’autres chercheurs tels que Georges Condominas et André-Georges Haudricourt11.

  • 12 Compte rendu des séances du Conseil de l’Institut d’ethnologie, 1er février 1951, archives du MNHN

32Par ailleurs, Maurice Leenhardt était en Nouvelle-Calédonie en 1947 pour assurer la direction d’un Institut d’études océaniennes (Poirier 1947) et son élève Jean Guiart (1925-2019) était parti rapidement le rejoindre sur un poste aux Nouvelles-Hébrides. Début 1951, la séance du Conseil de l’IE12 rend compte en ces termes de sa mission :

« [Jean Guiart] a travaillé depuis deux ans avec acharnement et savoir-faire à l’Institut français d’Océanie. Il a créé un laboratoire d’ethnologie, avec dossiers et échantillons fort bien classés, il a fixé l’ethnologie jamais faite jusqu’ici, de l’île d’Ouvéa, la seule île de l’archipel calédonien dont la culture se sépare de la culture environnante pour rappeler la Mélanésie du Nord. Il a fait d’importantes recherches aux Nouvelles Hébrides et rapportera de ces travaux un livre qui sera le premier ouvrage d’ethnologie des Nouvelles Hébrides préparé par un Français. Les observations qu’il a faites, corrigent ou complètent celles de ses prédécesseurs. Les travaux sur les mythes, sur les parentés et alliances apportent des éléments nouveaux et promettent un ouvrage excellent d’ethnologie ».

33De son côté, si, dans le Bulletin du CFRE, Leroi-Gourhan considère lui aussi positivement ces premiers résultats, il n’en déplore pas moins la situation d’isolement général dans laquelle se trouvent les ethnologues en mission :

« La première évidence est que la saison du travail strictement individuel est passée. L’ethnologue auquel on livre la totalité de l’Océanie française (tel qu’elle existe encore à l’heure actuelle) est une survivance à peine excusable par la modicité des ressources de l’État. Quelle que soit sa valeur, ses travaux permettront seulement de regretter la perte irrémédiable d’un monde dont la valeur pour l’Humanité n’était pas inférieure à tout autre » (Leroi-Gourhan 1951b : 1).

34En effet, comme il le pratique dans son enseignement, resté fidèle à l’expérience de ses années passées au MET avant-guerre (Leroi-Gourhan 1936c), il estime primordial le travail d’équipe, où chacun apporte ses compétences et où il est possible de confronter les expériences et de discuter des situations nouvelles rencontrées sur le terrain.

  • 13 L’enseignement de l’ethnologie selon Leroi-Gourhan sera plutôt assuré par Robert Cresswell à Paris (...)

35Comme en illustration tout autant qu’en contrepoint aux commentaires de Leroi-Gourhan, c’est dans la dernière livraison du bulletin, en juin 1953, que Jean Guiart donne un article (1953) détaillant, à l’attention des nouveaux stagiaires, son travail de terrain. Il succédera à Leroi-Gourhan en 1968-1973 sur la chaire d’ethnologie générale de la Sorbonne-Paris 113 avant d’être nommé à celle d’ethnologie du MNHN (1973-1988) et ainsi devenir à son tour directeur du Musée de l’Homme durant les dernières années de présence de Leroi-Gourhan dans son département de technologie, au rez-de-jardin du musée.

36C’est dans la même période que Leroi-Gourhan fonde, avec le géographe Pierre Deffontaines, la Revue de géographie humaine et d’ethnologie. Dans les seules quatre livraisons qui paraissent en 1948 et 1949, l’unique mention du Pacifique faite par Leroi-Gourhan concerne la question du peuplement de l’Amérique, où il défend l’option septentrionale du passage par le détroit de Béring plutôt que par les archipels océaniens. Signalons également que c’est dans cette revue que Jean Guiart publie un article sur les boomerangs australiens (Guiart 1949).

Leroi-Gourhan à la Sorbonne14

  • 14 Leroi-Gourhan, habilité à diriger des thèses à partir de 1956, n’a participé à des jurys à la Sorb (...)

37Quelques années plus tard, au-delà de ces quelques mentions éparses, lorsque Leroi-Gourhan s’adresse aux étudiants avec son cours d’Initiation à la recherche ethnologique (Leroi-Gourhan 1957 : 6), il aura l’opportunité d’évoquer le rôle de Lucien Lévy-Bruhl (Lévy-Bruhl 1925) dans la compréhension de la pensée « pré-logique » chez les Australiens :

« […] il a eu une influence directe sur Maurice Leenhardt [dont les] travaux sur la Nouvelle-Calédonie [ont] fait l’articulation entre les travaux de Lucien Lévy-Bruhl, qui n’avait jamais été sur le terrain et la pensée sociologique moderne [ce qui a ouvert à la] compréhension de la pensée calédonienne ».

38De même, à l’occasion d’un de ses cours de technologie (Leroi-Gourhan 1956 : 29), il met en scène les Mélanésiens en précisant certaines nuances liées, selon lui, au déterminisme géographique :

« En Mélanésie, […] on se trouve en présence d’ensembles humains isolés dans leurs îles, où la subsistance est fondée sur la pêche et l’agriculture. La population est divisée en gens de la côte et en gens de l’intérieur, qui constituent dans les cas extrêmes deux entités ethniques différentes, en état d’exogamie, avec souvent des rapports de vassalité et de suzeraineté. Tandis qu’à l’intérieur de chaque moitié règne la polyvalence individuelle, entre elles s’établit un système d’économies complémentaires, une symbiose techno-économique avec échange des produits de la mer et de la terre ».

39Il poursuit là ce qu’il avançait d’un point de vue très général aussi bien dans La civilisation du renne (1936) que dans les différentes parties d’Évolution et techniques (1943-1945), les comportements et les équipements des groupes y étant directement dépendants des conditions du milieu naturel dans lequel ils vivent.

  • 15 Communication orale de José Garanger à son domicile (juin 2001).

40Au cours de cette période, José Garanger (1925-2006), stagiaire du CFRE et fouilleur d’Arcy au début des années 1960, est certainement celui qui, une dizaine d’années après Georges Condominas (1921-2011) pour le Sud-Est asiatique, est le disciple de Leroi-Gourhan qui aura le plus marqué l’archéologie de la zone Pacifique au sens large. Ayant lui-même peu d’appétences pour l’ethnologie (et surtout la linguistique)15, il s’inscrit d’abord, avec Leroi-Gourhan, en thèse de préhistoire sur un sujet classique : « Les structures d’habitat au Paléolithique dans le Sud-Ouest de la France ». Cependant, son itinéraire va basculer en 1962 lorsque, fortement incité par Leroi-Gourhan, il va devoir partir pour la Polynésie, territoire pour lequel Jean Guiart souhaite mettre en place un poste d’archéologue de terrain liant archéologie et ethnologie. C’est ainsi que José Garanger va s’impliquer dans une opération qui reste fameuse : la sépulture collective de Roy-Mata. Il en fera d’ailleurs le thème de l’article donné en hommage à son maître (Garanger 1973).

Les années soixante et suivantes

Le geste et la parole

41Ayant pris la suite de Marcel Griaule après son décès en 1956, Leroi-Gourhan enseigne en Sorbonne depuis près de dix ans quand il publie des ouvrages de synthèse qui feront date (Leroi-Gourhan 1965b, 1965c). Parmi ceux-ci, les deux volumes du Geste et la parole (Leroi-Gourhan 1964,1965a), marquent une étape importante (Schlanger 2017) dans la perspective extensive qu’il cherche à donner aux approches ethnologiques. Dans le prolongement d’Évolution et techniques, il y conjugue les convergences entre évolutions technique et biologique tout en les enrichissant de perspectives symboliques et esthétiques. Dans l’un comme dans l’autre, pas de développements régionaux, mais des exemples pris en référence. C’est ainsi que l’aire océanienne est surtout convoquée à deux reprises, d’une part sur l’art, d’autre part sur la structuration du territoire. Dans un cas comme dans l’autre, ce sont les fonctions symboliques qui sont mises en avant (figure 3).

Figure 3

Figure 3

Exemples océaniens utilisés dans Le Geste et la Parole (1964, 1965a), illustrations et légendes rédigées par Leroi-Gourhan pour représenter les fonctions symboliques en art et dans la structuration du territoire.

Reproduit à partir des éditions originales Albin Michel

42Tout d’abord, il confronte les premières manifestations graphiques des hommes de la préhistoire (les bâtons Châtelperroniens avec « marques de chasse » hypothétiques) aux :

« […] churinga australiens, qui sont des plaquettes de pierre ou de bois gravées de motifs abstraits (spirales, lignes droites et lignes de points) figurant le corps de l’ancêtre mythique ou les lieux dans lesquels se déroule son mythe. Deux aspects du churinga paraissent susceptibles de guider l’interprétation des « marques de chasse » paléolithiques : tout d’abord le caractère abstrait de la représentation qui, on va le voir, est également présent dans le plus vieil art connu, ensuite le fait que le churinga concrétise la récitation incantatoire, qu’il en est le support, et que l’officiant, du bout du doigt, suit les figures au rythme de sa déclamation. Ainsi le churinga mobilise les deux sources de l’expression, celle de la motricité verbale, rythmée, et celle d’un graphisme entrainé dans le même processus dynamique. Dire que les séries d’incisions du Paléolithique supérieur soient assimilables à des churinga n’est nullement dans ma pensée mais je crois, parmi les interprétations possibles, que celle d’un dispositif rythmique de caractère incantatoire ou déclamatoire est à envisager » (Leroi-Gourhan 1964 : 263 et figure 83).

43Cet exemple permet ainsi, par une comparaison graphique avec des représentations issues de la préhistoire, d’appréhender les possibles voies d’interprétation symboliques, qui ne peuvent être comprises qu’avec une parole associée. Il prolonge la démonstration avec l’analyse de représentations plus complexes liées à des mythologies connues :

« Alors que nous vivons dans la pratique d’un seul langage, dont les sons s’inscrivent dans une écriture qui leur est associée, nous concevons avec peine la possibilité d’un mode d’expression où la pensée dispose graphiquement d’une organisation en quelque sorte rayonnante. […] Derrière l’assemblage symbolique des figures a forcément existé un contexte oral avec lequel l’assemblage symbolique était coordonné et dont il reproduit spatialement les valeurs […]. Le […] fait est sensible lorsque les Australiens exécutent sur le sable les figures en spirale qui expriment symboliquement le mythe du lézard ou de la fourmi à miel […]. Il reste encore vivant dans les branches de la pensée née au début de l’expression écrite linéaire et les exemples sont très nombreux, dans différentes religions, d’organisation spatiale des figures symbolisant un contexte mythologique au sens précis des ethnologues » (Leroi-Gourhan 1964 : 273 et figure 98).

44Les chapitres suivants font eux aussi référence à des exemples océaniens, que ce soit au sujet de l’esthétique fonctionnelle d’une hache de Nouvelle-Guinée (Leroi-Gourhan 1965a : 132-134) ou, de manière plus développée, de la correspondance entre structure territoriale et structure sociale d’un village canaque :

« Que l’habitation et plus largement l’habitat soit le symbole concret du système social a été mis en valeur par un siècle de sociologie ; le plan du campement bochiman ou indien du Sud-Ouest, celui des villages amazoniens ou néo-calédoniens exprimant les coupures entre les familles ou les clans dans la disposition topographique sont des exemples classiques. Il suffit d’ailleurs de feuilleter un Bottin des professions pour se rendre compte que Paris entre dans la même règle de manière encore très étroite » (Leroi-Gourhan 1965a : 150).

45Cette manière de rapprocher données « exotiques » et données plus familières au lecteur fait partie de son arsenal démonstratif coutumier.

46Notons par ailleurs que, dans Le geste et la parole, Maurice Leenhardt est le seul auteur océaniste qui soit cité en bibliographie (Leenhardt 1930 et 1947) !

Un cours en Sorbonne sur « l’art sans l’écriture » (1967-1968)

47La dernière occasion pour laquelle Leroi-Gourhan fait intervenir les productions de populations de l’aire Pacifique dans ses travaux est le cours donné en Sorbonne en 1967-1968 (Leroi-Gourhan 1968a).

48Dix ans après avoir commencé à élaborer sa méthode d’approche de l’art pariétal paléolithique et seulement deux ans après la sortie de sa vaste synthèse que constitue la Préhistoire de l’art occidental, il opte pour une nouvelle perspective d’étude des productions dites « artistiques ». Cette fois-ci, il prend en compte les populations récentes des cinq continents en appuyant sa documentation sur les publications faisant alors autorité et, pour l’Océanie, il puise ses exemples dans trois titres (Tischner 1947, Kupka 1962, Guiart 1963), caractérisés notamment par une abondante illustration issue du terrain, réalisée par des auteurs familiers des territoires explorés (figure 4).

Figure 4

Figure 4

Exemples océaniens invoqués par Leroi-Gourhan lors de son cours sur « l’art sans écriture » à la Sorbonne (1968a), pour illustrer son analyse comparative des techniques plastiques universelles.

Reproduit à partir de l’édition originale de l’Institut d’ethnologie.

49Il s’agit pour lui non plus d’essayer une quelconque signification conceptuelle des expressions figurées mais d’analyser comment s’expriment plastiquement les artistes dans le cadre des groupes ethniques dont ils font partie. Pour cela, fidèle à ses conceptions de la technologie, s’il prend en compte les matières et les moyens d’agir sur elle, il s’intéresse essentiellement aux formes obtenues, à leurs proportions et à leurs modulations. Il propose un vocabulaire descriptif à partir d’une vaste confrontation intercontinentale de centaines d’œuvres. Sur cet ensemble qui regroupe une sélection de près de quatre-vingts exemples figurés, une douzaine vient de l’aire pacifique : Australie (Arnhem), Îles Salomon, Île de Pâques, Hawaï, Marquises, Nouvelle Guinée, Nouvelles Hébrides. Mais ils sont ici considérés hors de l’espace et du temps, selon leurs seuls critères plastiques, car l’essentiel de son discours n’est pas d’identifier des zonages territoriaux ou des évolutions techniques, mais bien de tenter de déterminer et décrire les expressions plastiques de manière « objective et universelle ». Pour lui :

  • 16 « Pratiques élémentaires : manifestations du comportement social le plus profond : rythme des gest (...)
  • 17 Pour les « structures de l’imaginaire » et pour « l’anthropologie sociale », il donne respectiveme (...)

« […] l’étude de l’art est une des sources de la recherche ethnologique (comprise comme la recherche de ce qui rend chaque groupe humain à la fois particulier dans le temps et l’espace et solidaire de son passé et des groupes voisins). Le présent cours n’est ni une tentative esthétique (encore prématurée), ni proprement une histoire de l’art primitif (encore insuffisamment alimentée en matériaux), mais plutôt une approche des « pratiques élémentaires16 » par la voie de la figuration plastique […]. L’art en général (littérature, musique, plastique), explicitement ou non, exprime le plus intime de la personnalité ethnique (cf. attachement folklorique dans les sociétés en mutation). L’ethnologie musicale dispose de moyens d’appréhension empruntés à la musicologie générale, la littérature et la plastique n’ont été abordées par l’ethnologie que dans les formes réductibles au langage (approche des « structures de l’imaginaire » et de « l’anthropologie sociale ») dans le domaine du mythe verbal » (Leroi-Gourhan 1968a : 1)17.

50Il s’agit donc maintenant de compléter ces approches spécifiques et d’aller ainsi plus loin en ajoutant une dimension complémentaire à la compréhension des groupes humains. Pour cela, prolongeant ce qu’il avait écrit dans Le geste et la parole, il présente aux étudiants le rapport possible entre ces différents champs de l’analyse, notamment sur le :

« rapport de la figuration manuelle au langage : […] La connaissance d’un contenu verbal n’épuise pas le recours à l’étude de ce qui n’est pas exprimé verbalement : caractère propre à la figuration manuelle […], une des deux formes d’expression de la pensée ».

51On constate là une

« mutation subie par la figuration manuelle au passage à l’écriture : du mythogramme au pictogramme, à l’idéogramme, à la lettre […]. La figuration manuelle : étalement dans l’espace (en surface et en volume). Les symboles ne sont généralement enchaînés que par le mythe verbal qui s’y rapporte (généralement perdu) ; l’équivoque est possible sur le sens et les rapports des symboles figurés. L’analyse d’un certain nombre d’ensembles de symboles permet d’établir un schéma mythographique qui définit abstraitement les rapports des symboles ». (Leroi-Gourhan 1968a : 2).

52Par ailleurs, c’est à la veille de quitter la Sorbonne que Jean Poirier – lui-même encore directeur du département des sciences humaines à l’Université de Madagascar – accueille Leroi-Gourhan pour un article dans son Encyclopédie d’Ethnologie générale publiée dans la collection La Pléiade (Leroi-Gourhan 1968b). Dans cet article, dont la perspective généralisante et théorique permet à l’auteur de confronter les différents champs et démarches des sciences de l’homme – ethnologie, ethnographie, anthropologie, sociologie – et de certaines de leurs expressions du moment – économie, esthétique, linguistique, musicologie, structuralisme, technologie, etc. – remarquons que le seul groupe humain mentionné est une nouvelle fois celui d’une population des antipodes – aussi bien géographique que technique –, les Papous : « Je crois hélas qu’il n’y aura plus jamais de Papou. Hélas non peut-être pour eux seulement, mais pour un certain appauvrissement de la collectivité humaine » (p. 1824). Pour Leroi-Gourhan, la richesse de l’humain vient en effet notamment de sa diversité et de l’éventail de ses comportements vis-à-vis de lui-même et de son environnement.

Leroi-Gourhan au Collège

53Lorsqu’il est élu en 1969 au Collège, Leroi-Gourhan ne se consacrera guère plus qu’à ses cours sur l’art paléolithique et à son séminaire sur les structures archéologiques. Cependant, il continuera à suivre quelques thèses, dont certaines concernent l’aire Pacifique :

  • José Garanger en 1970 sur l’Archéologie des Nouvelles-Hébrides : contribution à la connaissance des Îles du Centre.
  • Georges Condominas en 1970, thèse d’État sur travaux
  • Anne Lavondès en 1973 sur La culture matérielle en Polynésie d’après les collections archéologiques et ethnographiques du musée de Papeete.
  • Daniel Frimigacci en 1975 sur La préhistoire néo-Calédonienne, synthèse des connaissances actuelles.

54Simultanément à ces années au Collège de France, l’itinéraire de José Garanger finira par rejoindre Leroi-Gourhan en deux étapes. Tout d’abord, en amorçant avec sa thèse un retour en France par le biais de l’enseignement supérieur à Nanterre, de 1969 à 1977, année où il quitte le CNRS pour devenir Maître de conférences à l’Université. Les chercheurs de son équipe en Océanie (rattachés à la RCP 259 « ethno-histoire de l’Océanie », dirigée alternativement par Jean Guiart, André-Georges Haudricourt et José Garanger lui-même) viennent alors renforcer ceux de l’ERA 52 (CNRS-Collège de France) dirigée par Leroi-Gourhan. Ceci incite ce dernier à solliciter le passage en Laboratoire associé, ce qu’il obtiendra en 1976-1977 sous l’intitulé LA 275. Cependant, José Garanger réussit à conserver une équipe de recherche propre : l’ERA 859 « Préhistoire de l’Océanie », indépendante des linguistes et ethnologues qui ont de leur côté leur propre structure. Finalement, alors qu’en 1982 Leroi-Gourhan est contraint de prendre sa retraite, et que depuis 1980 José Garanger est professeur de préhistoire à l’Université Paris 1, les chercheurs de son équipe rejoignent le LA 275. Il en devient l’an suivant le seul directeur et rendra hommage à son « patron » en introduction au rapport d’activité 1984-1985 du laboratoire, paru en 1986.

Conclusion

55Bien que, comme nous l’avons vu, de multiples références aux techniques et aux comportements de quelques populations de l’Océanie émaillent ses travaux, il n’en reste pas moins qu’on ne peut pas considérer Leroi-Gourhan comme un spécialiste de ces territoires… mais pas moins non plus que de ceux des autres continents de la planète. En effet, mis à part sa thèse, consacrée en grande partie au Japon suite à la mission de deux ans qu’il y a effectuée en 1937-1939, aucune de ses publications ne traite d’un territoire particulier. Et encore, même pour Archéologie du Pacifique nord, il traite le Japon dans son cadre intercontinental, de l’Asie sibérienne et extrême-orientale aux terres du Grand Nord américain, son propos étant essentiellement destiné à envisager une nouvelle manière de voir et caractériser les modalités observables des trajets des influences techniques. Ses seules réelles monographies sont celles de sites archéologiques fouillés, réduites donc à une aire limitée, et là aussi surtout prétexte à propos méthodologique et programmatique. Car c’est bien la caractéristique essentielle de l’œuvre de Leroi-Gourhan que de militer pour un renouvellement des ambitions, des perspectives et donc des méthodes de l’approche de l’humain, tant biologique que culturel, tant technique qu’esthétique et symbolique. Et dans cette ambition qui est le fil essentiel de son œuvre, les populations de l’Océanie prennent toute leur place, au même titre que tant d’autres.

Bibliographie

Durand, Gilbert, 1960. Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris : Dunod.

Garanger, José, 1973. « Ethnologie du présent et du passé en Océanie ». In L’homme hier et aujourd’hui, recueil d'études en hommage à André Leroi-Gourhan, Paris : Éditions Cujas, p. 763-773.

Guiart, Jean, 1949. « Les boomerangs d’Australie ». Revue de géographie humaine et d’ethnologie, 4 : 25-32.

Guiart, Jean, 1953. « Une expérience personnelle de l’enquête sur le terrain », Bulletin du CFRE, 6 : 5-8.

Guiart, Jean, 1963. Océanie, Univers des formes, Paris : Gallimard.

Kupka, Karel, 1962. Un art à l’état brut. Peintures et sculptures des aborigènes d’Australie, Lausanne : La Guilde du Livre.

Leenhardt, Maurice, 1930. Notes d’ethnologie néo-calédonienne, Paris : Institut d’ethnologie.

Leenhardt, Maurice, 1947. Do Kamo, la personne et le mythe dans le monde mélanésien, Paris : Gallimard.

Leroi-Gourhan, André, 1936a. « La culture européenne et moderne », Encyclopédie française, VII. L’espèce humaine. Section B : Les peuples sur la terre, Paris : Comité de l’Encyclopédie française édition.

Leroi-Gourhan, André, 1936b. « L’homme et la nature », Encyclopédie française. VII L’espèce humaine. Section A : Formes élémentaires de l’activité humaine. Paris : Comité de l’Encyclopédie française édition.

Leroi-Gourhan, André, 1936c. « L’ethnologie et la muséographie », Revue de synthèse, tome ii, 1 : 27-30.

Leroi-Gourhan, André, 1943. Évolution et techniques I, L’Homme et la matière. Paris : Albin Michel (coll. « Sciences d’aujourd’hui »).

Leroi-Gourhan, André, 1945a. Évolution et techniques II, Milieu et techniques. Paris : Albin Michel (coll. « Sciences d’aujourd’hui »).

Leroi-Gourhan, André, 1945b. « Leçon d’ouverture du cours d’Ethnologie coloniale », Les études rhodaniennes, Revue de Géographie régionale, 20 (1-2) : 25-35.

Leroi-Gourhan, André, 1946. Archéologie du Pacifique-Nord : matériaux pour l’étude des relations entre les peuples riverains d’Asie et d’Amérique. Paris : Institut d’Ethnologie, (coll. « Travaux et mémoires de l’Institut d’Ethnologie », 47).

Leroi-Gourhan, André, 1949. « Les paysans de l’Union française ». In L’habitat rural et l’équipement agricole. Catalogue de l’exposition de Lyon, octobre 1949. Lyon : Éditions P. Bissuel, p. 34-40.

Leroi-Gourhan, André, 1950a. Les races. 1/ Europe et Asie. Paris : la Documentation française. (La Documentation photographique, 45).

Leroi-Gourhan, André, 1950b. Les races. 2/ Afrique, Océanie, Amérique. Paris : la Documentation française. (La Documentation photographique, 46).

Leroi-Gourhan, André, 1951a. « Études ethnologiques », Bulletin de la Société des études indochinoises, 26 (4) : 549-560.

Leroi-Gourhan, André, 1951b. « Formation et recherche », Bulletin du Centre de formation aux recherches ethnologiques, 1 : 1-4.

Leroi-Gourhan, André, 1956. Cours de technologie, 1955-56. Paris : Institut d’Ethnologie.

Leroi-Gourhan, André, 1957. Initiation à la recherche ethnologique (fascicule I), cours d’ethnologie, Certificat d’études supérieures d’ethnologie, Centre de polycopie de la FGEL.

Leroi-Gourhan, André, 1964. Le geste et la parole, vol. 1, Technique et langage, Paris : Albin Michel.

Leroi-Gourhan, André, 1965a. Le geste et la parole, vol. 2, La mémoire et les rythmes, Paris : Albin Michel.

Leroi-Gourhan, André, 1965b. La préhistoire de l’art occidental, Paris : Mazenod.

Leroi-Gourhan, André et coll. 1965c. La préhistoire, Paris : PUF (nouvelle Clio).

Leroi-Gourhan, André, 1968a. L’art sans l’écriture. Paris : Institut d’ethnologie.

Leroi-Gourhan, André, 1968b. « L’expérience ethnologique ». In Poirier Jean (éd.), Ethnologie générale. Paris : Gallimard (coll. Encyclopédie de la Pléiade), p. 1816-1825.

Leroi-Gourhan, André, 1982. « Sacrifice rituel en Sorbonne ». In Orients pour Georges Condominas. Paris : Sudestasie 1 Privat, p. 25-28.

Leroi-Gourhan, André et Jean Poirier, avec la collaboration de André-Georges Haudricourt 1953a. Ethnologie de l’Union française (territoires extérieurs), tome premier : Afrique, Paris : P.U.F.

Leroi-Gourhan André et Jean Poirier, avec la collaboration de André-Georges Haudricourt et Georges Condominas, 1953b. Ethnologie de l’Union française (territoires extérieurs), tome second : Asie, Océanie, Amérique, Paris : P.U.F..

Lévi-Strauss, Claude, 1958. L’anthropologie structurale, Paris : Plon.

Lévi-Strauss, Claude, 1964. Mythologiques, t. 1 et 2, Paris : Plon.

Lévy-Bruhl, Lucien, 1925. La mentalité primitive, Paris : Félix Alcan.

Poirier, Jean, 1947. « L’Institut français d’Océanie à Nouméa », Journal de la Société des Océanistes, 3 : 126-127.

Poirier, Jean, 1951. « La mort des minorités et les causes d’extinction des groupes archaïques », Bulletin du CFRE, 1 : 6-7 et 12-13.

Poirier, Jean, 1953. « L’insertion du batelier dans l’agglomération parisienne », Bulletin du CFRE, 4 : 6-8.

Poirier, Jean, 1973. « Le constat ethnologique », In L’homme hier et aujourd’hui, Recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan. Paris : Éditions Cujas, p. 785-794.

Schlanger, Nathan, 2017. « 1964, Leroi-Gourhan joint le geste à la parole ». In C. Lemieux et al. (eds), Pour les sciences sociales. 101 livres, Paris : Éditions EHESS, p. 92-94.

Soulier, Philippe, 2009. « André Leroi-Gourhan, de la muséologie à l’ethnologie (1934-1946) ». In Jacqueline Christophe, Denis-Michel Boëll et Régis Meyran (eds), Du folklore à l’ethnologie, Éditions de la MSH, p. 205-215.

Soulier, Philippe, 2012. « André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées (Japon avril 1937-mars 1939) », Techniques & Culture, 57 : 60-83. Numéro spécial dirigé par Frédéric Joulian, « Geste et Matière, André Leroi-Gourhan, découvertes japonaises ».

Soulier, Philippe, 2018. André Leroi-Gourhan (1911-1986), une vie, Paris : CNRS Éditions.

Tischner, Herbert, 1954. L’art de l’Océanie, Paris : Braun.

Notes

1 Les registres manuscrits des comptes rendus des Séances du Conseil de l’IE ainsi que de son Comité directeur sont conservés à la bibliothèque centrale du MNHN (réf. : 2AM2). Toutes les citations de cette partie en sont issues.

2 Patrick O’Reilly (1900-1988) sera secrétaire de la Société des Océanistes à partir de 1944.

3 Ses carnets d’achat d’objets sont conservés par ses descendants (archives privées) mais le service des archives de la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie à Nanterre (MSH-Mondes, ex-MAE,) en possède une copie numérique (réf. ALG171_1) consultable sur autorisation des ayant droits.

4 Qu’ils soient génériques ou spécifiques, tous les termes géographiques et les noms de population indiqués dans cet article sont ceux employés par Leroi-Gourhan dans ses publications.

5 Cette référence ici aux « Papou » est-elle, chez Leroi-Gourhan, le signe d’une confusion géographique ou le fait que cette appellation est considérée génériquement comme « la plus populairement exotique » ?

6 Leroi-Gourhan est, avec Paul Lester et en intérim de Jacques Soustelle, codirecteur du Musée de l’Homme de 1946 à 1951.

7 Tapuscrit inédit, archives de la MAE : ALG90/1/1-90/2

8 La liste des stagiaires par année est mentionnée dans les livraisons du Bulletin du CFRE.

9 Ayant travaillé en 1948 avec Fernand Windels à Lascaux, elle entreprend une thèse sur l’art pariétal avec Étienne Souriau, professeur d’esthétique à la Sorbonne. Elle la terminera avec Leroi-Gourhan en 1957.

10 Communication orale à l’Académie des Sciences d’Outre-Mer (2001).

11 Il succédera à Leroi-Gourhan à Lyon à partir de l’année 1957-1958, avant d’être nommé à Madagascar, et participera avec une contribution méthodologique au volume d’hommage offert à Leroi-Gourhan en 1973 (Poirier 1973).

12 Compte rendu des séances du Conseil de l’Institut d’ethnologie, 1er février 1951, archives du MNHN.

13 L’enseignement de l’ethnologie selon Leroi-Gourhan sera plutôt assuré par Robert Cresswell à Paris V et par Hélène Balfet à Aix-en-Provence.

14 Leroi-Gourhan, habilité à diriger des thèses à partir de 1956, n’a participé à des jurys à la Sorbonne que pour deux thèses concernant l’Océanie : Pierre Vérin, en 1965 sur L’ancienne civilisation de Rurutu (Îles australes, Polynésie), et Jean Guiart en 1963 sur Structures de la chefferie en Mélanésie du Sud.

15 Communication orale de José Garanger à son domicile (juin 2001).

16 « Pratiques élémentaires : manifestations du comportement social le plus profond : rythme des gestes, attitudes, proportions du tout et des parties, valeur des intervalles, couleurs, …) ».

17 Pour les « structures de l’imaginaire » et pour « l’anthropologie sociale », il donne respectivement en référence dans sa bibliographie annexée : Durand 1960 et Lévi-Strauss 1958, 1964.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Objets océaniens figurant dans les carnets d’achats tenus par André Leroi-Gourhan, 1929-1932.
Crédits Reproduit avec l’autorisation du Service des Archives de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie et des ayants droit, à partir d’une copie numérique d’archives privées.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2a
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2b
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2c
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1007k
Titre Figure 2d
Légende Techniques observées dans l’aire Océanienne et utilisées comme exemples dans l’ouvrage Évolution et Technique (1943, 1945a). 2a, 2b, 2c : illustrations par aire régionale ; 2d : thématique du chapitre, légendes et emplacements des figures océaniennes.
Crédits Reproduit à partir des éditions originales Albin Michel.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 3
Légende Exemples océaniens utilisés dans Le Geste et la Parole (1964, 1965a), illustrations et légendes rédigées par Leroi-Gourhan pour représenter les fonctions symboliques en art et dans la structuration du territoire.
Crédits Reproduit à partir des éditions originales Albin Michel
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1212/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 4
Légende Exemples océaniens invoqués par Leroi-Gourhan lors de son cours sur « l’art sans écriture » à la Sorbonne (1968a), pour illustrer son analyse comparative des techniques plastiques universelles.
Crédits Reproduit à partir de l’édition originale de l’Institut d’ethnologie.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1212/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search