Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 2

Penser les migrations polynésiennes au XIXe siècle en France

Anne Di Piazza

Texte intégral

Introduction

1Dès 1815, la Marine française renonce à embarquer des scientifiques civils pour les voyages de circumnavigation. Les civils sont remplacés par les officiers du Service de Santé de la Marine, plus habitués à la discipline militaire, aux longues navigations et à la cohabitation dans les locaux exigus des navires (Blanckaert 1996). Avant leur embarquement, ces hommes sont envoyés à Paris pour parfaire leurs connaissances, et recevoir des instructions précises du Muséum national d’Histoire naturelle, de l’Académie des sciences ou de la Société de géographie. C’est dire s’ils sont au fait des débats scientifiques en cours, et la problématique de la dispersion des variétés humaines dans le Grand Océan de devenir un thème récurrent, tant des récits de voyage que des ouvrages scientifiques du xixe siècle.

  • 1 On peut considérer que l’anthropologie en tant que discipline et programme scientifique remonte, e (...)

2Dans un premier temps, je reviendrai sur le contexte de ce xixe siècle pour montrer que la question de l’origine des peuples se pose en termes de philologie et d’anatomie comparées. Il incombe désormais aux savants voyageurs de rechercher les caractères « premiers » ou « essentialistes » de la langue et/ou du physique qui distinguent ou rapprochent les nations pour en démêler l’histoire, en révéler les origines. Les migrations ne relèvent alors ni de l’archéologie, qui prend sa source dans le monde des antiquaires, ni de la préhistoire dont la notion même est encore balbutiante, mais bien de la physionomie morale et de la physionomie raciale, autrement dit de l’anthropologie1. Je poursuivrai en faisant un rapide état de la diversité des races et de l’homogénéité des langues en Océanie. Ce paradoxe d’une infinie complexité raciale au sein d’un espace unifié par des traits linguistiques interroge l’anthropologie naissante. La thématique est d’autant plus confuse que les Papous, les Nègres océaniques, ou les Neptuniens (voir ci-dessous) émergent comme quatrième ou cinquième composante des trois couleurs fondamentales (noir, blanc et jaune) ; mais l’on ne manque cependant pas d’hypothèses sur la question de « l’envahissement » de ces races comme sur la marche des migrations. Ces hypothèses, qui sont passées en revue en troisième partie, traitent en réalité surtout de la Polynésie dont l’apparente uniformité linguistique, culturelle et physique trouve raison. Il est plus difficile de justifier de la diversité raciale mélanésienne ou de rendre compte du monde micronésien, encore largement méconnu. Émises par les officiers de marine et les savants de cabinet, elles font l’objet de discussions animées au sein des toutes jeunes sociétés savantes : Société de géographie, d’ethnographie puis d’anthropologie. Je terminerai en posant que cette thématique des migrations est aussi influencée par les histoires circonstanciées des officiers de la Marine, par les conditions qu’ils ont rencontrées en mer (vents et courants dominants), par les pirogues qu’ils ont observées ou les voyages qu’ils ont entrepris à leur bord. La navigation et sa perception par les Occidentaux deviennent une composante majeure de toute ethnologie des migrations océaniennes.

Reconstruire l’histoire des peuples ou comment remonter à l’origine primitive d’une nation ?

3Dans ses cours destinés aux auditeurs de la chaire d’histoire de l’École normale en 1794-1795 (l’an III), Constantin Volney suggère que les langues sont des « monuments vivants » surgis du passé « dont la construction elle seule est une histoire complète de chaque peuple, et dont la filiation et les analogies sont le fil d’Ariane dans le labyrinthe des origines » (Volney 1980 : 133-134 cité par Blanckaert 2007 : 139). Ce médecin, linguiste et historien dit encore :

« […] les meilleurs monuments seront les dictionnaires des langues et leurs grammaires ; je dirai presque que chaque langue est une histoire complète, puisqu’elle est le tableau de toutes les idées d’un peuple, et par conséquent des faits dont ce tableau s’est composé. Aussi suis-je persuadé que c’est par cette voie qu’on remontera le plus haut dans la généalogie des nations […]. » (Volney 1980 : 139).

4Quelques années plus tard, Adrien Balbi, surnommé par les savants le « Linnaeus de l’ethnographie » (Auroux 2015 : note 100), ambitionne de diviser par règnes, familles, etc. les langues et dialectes de l’humanité. Convaincu que la langue « est le véritable trait caractéristique » d’une nation et que ce trait « a l’avantage d’être presque toujours inaltérable, se conservant à travers la série des siècles », ce grand géographe estime que c’est « par le seul examen des langues que parlent les divers peuples de la terre, qu’on peut remonter à l’origine primitive des nations qui l’habitent » (Balbi 1826 : xviii-xix, xxi, cité par Blanckaert 2007 : 140).

5En ce début de xixe siècle, la philologie comparée, qui pose la question de l’origine des langues, est irrémédiablement liée à celle de l’origine de l’homme. Cette science doit permettre de remonter aux origines des nations, peut-être même mieux que la physionomie raciale que l’on pense alors influencée par le climat, l’alimentation ou le genre de vie des hommes. Comme l’écrit Jean-Jacques Briu :

« On nourrit peu à peu une double certitude : d’abord celle d’un rapport étroit, concomitant, consubstantiel et réciproque entre l’origine relative de peuples et de langues ; ensuite la certitude que toute langue d’un peuple recèle un rapport permanent à un ou à des peuples dans la continuité (pré)historique, de sorte que les langues particulières (plus ou moins bien) connues constituent des états dérivés, « résurgents » d’états de langues plus anciens […] on cherche à établir à rebours une, voire des origines. » (Briu 2007 : 18).

6La cohérence de cette science des langues est cependant ébranlée par les savants-voyageurs qui se heurtent aux réalités de terrain. Jean René Constant Quoy et Joseph Paul Gaimard par exemple, naturalistes embarqués sur l’Astrolabe sous le commandement de Dumont d’Urville écrivent :

« Il suffit d’avoir vu la race jaune partout où elle se trouve pour en reconnaître l’identité, et il est peu nécessaire pour la confirmer davantage d’y joindre des habitudes de mœurs ou des similitudes de langage. Ce dernier moyen n’est même pas toujours concluant ; car il arrive quelquefois que, lorsque la race jaune et la race noire se trouvent réunies dans le même archipel, sur des îles séparées, elles parlent la même langue ou bien se servent d’un grand nombre de mots communs à chacune d’elles, comme cela a lieu entre les îles des Amis [Tonga] et les îles Viti [Fidji], entre Vanikoro et Tikopia. » (Quoy et Gaimard 1830 : 26-27).

7Si les naturalistes semblent un temps en retrait ou plus précisément admettre le statu quo – telle langue, telle race –, la prééminence de la physionomie raciale sur la philologie (et le renversement du paradigme du début du xixe siècle) annonce la « nouvelle » anthropologie qui prendra son essor dans la seconde moitié du siècle (Blanckaert 2007). Pour le médecin et naturaliste Louis-Antoine Desmoulins, le parallèle des langues et des races est erroné, les traits physiques doivent avoir la préférence. Les peuples changent d’idiomes lors des épisodes de conquête et de nombreux exemples révèlent l’infériorité des inductions langagières lorsqu’il faut établir des parentés (Desmoulins 1826). En 1860, Paul Pierre Broca, qui fonde la Société d’anthropologie de Paris, fait valoir qu’ :

« […] il faut, dans les études anthropologiques, reléguer au second plan les renseignements fournis par la linguistique ou l’étude des mœurs et accorder la préférence aux caractères physiques. L’homme peut changer sa langue, comme il change ses mœurs et ses croyances ; il conserve beaucoup mieux ses caractères physiques, qui survivent même dans beaucoup de cas à l’influence des croisements. » (Broca 1860 : 254-255).

8Cette rapide contextualisation des débats en cours au sein des jeunes sociétés savantes, permet de mieux comprendre pourquoi, aux antipodes de l’Europe, le monde océanien interroge et décontenance. « Ces peuples sont d’une forme si extraordinairement diverse […] qu’on dirait que toutes les nations du monde se sont donné le mot, pour envoyer des colonies dans cette surprenante région du globe » (Von Zimmerman 1784 : 183 cité par Labrousse 2000 : 236). Et les voyageurs de faire le constat aussi d’un espace unifié par des traits linguistiques et culturels alors même que l’extrême dispersion insulaire témoigne de l’improbabilité d’une origine commune. Ce débat se complique encore du fait que l’on croit savoir que les types humains sont profondément influencés par le climat ou le genre de vie que l’on mène. Or on découvre dans le Pacifique, d’importantes variations physiques chez les hommes qui habitent une même latitude, un même environnement. L’Océanie (et ses paradoxes) doit aussi pouvoir départager les marqueurs d’origine, les caractères premiers ou essentialistes d’un peuple. Est-ce par l’examen des langues ou de l’anatomie que l’on peut remonter à l’origine « primitive » d’une nation ? En fixant les caractères distinctifs des peuples, la taxinomie (philologique ou anatomique) alors érigée en méta-science, doit permettre d’estimer leur degré de parenté, indiquer leur ascendance, leurs migrations, leurs croisements. À charge pour les voyageurs de travailler leurs descriptions, ce qui comme l’expriment Quoy et Gaimard n’est pas chose aisée : « Comment, dès-lors, saisir toutes ces nuances délicates qui constituent ce que l’on nomme le faciès, d’après des notes, des dessins ou des souvenirs qui s’affaiblissent par les distances qu’on a parcourues et par l’absence des individus qu’on a à comparer ? » (Quoy et Gaimard 1830 : 15-16).

Diversité des races et homogénéité des langues : un rapide état des lieux

  • 2 L’hypothèse d’un globe formé par trois mondes distincts : l’Ancien Monde, le Nouveau Monde et le M (...)

9C’est vers la fin du xviiie siècle, que la notion de variété ou race océanienne émerge comme quatrième ou cinquième composante des couleurs fondamentales : noir, blanc et jaune. Les nombreux savants qui ont sillonné les mers du Sud reviennent convaincus de l’originalité des peuples océaniens (Douglas & Ballard 2008). Ces hommes sont les représentants de variété ou « race brune », « tannée », « basanée », « olivâtre », « malaie », « océanienne », « malayo-polynésienne » ou « neptunienne » (Labrousse 2000 : 242). Cette dernière, défendue par Bory de Saint-Vincent2 a été dénommée ainsi en hommage au dieu de la mer. Le caractère pélagique des sociétés océaniennes prime ici sur la couleur de peau ou la géographie. Les Neptuniens forment une race maritime qu’il subdivise en rameaux malais, papou et océanique :

« Répartie de temps immémorial dans des archipels éloignés les uns des autres, on ne peut fixer l’époque où elle s’y put introduire. Nulle de ses races ne tint compte des évènements passés, pour en composer des fastes : les traces de chaque migration se sont effacées […] nous rappellerons d’abord qu’elle [race] est essentiellement aventurière ; que, de tout temps, s’étant familiarisée avec les dangers de la mer, elle s’épandit d’île en île, de cap en cap sur deux cent trente degrés d’étendue en longitude, sans avoir jamais pris possession, les armes à la main, d’un arpent de terre, en quelque contrée que ce soit […]. » (Bory de Saint-Vincent 1827 : 278, 279-280).

  • 3 Pour Malte-Brun, les races d’hommes qui habitent l’Océanique se rapportent à deux souches distinct (...)

10S’imposent aussi de nouvelles distinctions entre des grands Noirs nommés Papouas, des petits Noirs, nommés Negritos ou Endamènes, réfugiés à l’intérieur des forêts, et enfin des Alfourous, nom générique attribué aux populations de l’ouest, des Moluques en particulier. Le terme Papouas dérive du malais pua pua signifiant frisé, crépu ; celui de Endamènes du toponyme des îles Andaman situées dans l’océan Indien. Dans les Moluques du nord, le terme Alfourou signifie « terre inculte, bois », et par extension « habitant des bois, habitant de l’intérieur », puis « païen, non islamisé » (Labrousse 2000 : 244). Les Negritos sont assimilés à des populations primitives aborigènes, poussées à l’intérieur des îles par les Papous et les Malais, parfois même à une ancienne nation qui aurait constitué le substrat humain de l’Afrique et de l’Océanie. Quant aux Papous, on s’interroge : sont-ce des Noirs autochtones, des Noirs venus d’Océanie, ou résultent-ils de croisements de Neptuniens et de Nègres océaniques3 ? Si le caractère autochtone des Papous s’impose assez vite au cours du xixe siècle, ils vont perdre l’aura des peuples migrateurs (la race brune, tannée, basanée, etc.), acteurs de l’Histoire.

11La notion même de race se trouve prise dans l’affrontement de deux courants de pensée, l’un monogéniste, l’autre polygéniste. Pour les monogénistes, qui s’en tiennent à la lettre aux Écritures, tous les hommes appartiennent à une seule espèce, issue d’une seule création divine. Les polygénistes prennent plus de liberté avec le récit biblique. Les observations sur la diversité humaine se multipliant, le polygénisme, semble en ce début de xixe siècle plus rigoureux que le monogénisme, marqué d’anciennes valeurs religieuses sur l’unité de l’homme. L’administration navale semble plutôt se ranger du côté de l’orthodoxie conservatrice (Douglas 2009 : 186).

12Toujours est-il que la question des origines se pose quelque peu différemment selon que l’on est monogéniste ou polygéniste. Comme le souligne Pierre-Adolphe Lesson :

« […] cette question d’origine ne peut soulever de discussion générale que chez ceux-là seuls qui admettent la théorie du couple humain primitif et unique ; pour les polygénistes, il ne saurait y avoir de débat que sur le point de départ relatif de telles ou telles peuplades d’une circonscription limitée. Il est certainement plus facile de trancher ainsi d’un seul coup le nœud gordien le plus mystérieux de l’ethnologie ; mais il n’est pas aussi aisé d’apporter, à l’appui de l’une ou de l’autre opinion, des preuves irréfutables. » (Lesson 1880 : 379).

13Si donc en ce XIXe siècle la diversité des races demeure problématique, l’uniformité des langues pose aussi question. Si les savants admettent généralement que les langues parlées en Malaisie ainsi que d’autres plus à l’est, en Polynésie, partagent de nombreuses similitudes et forment la famille « malayo-polynésienne », dénommée ainsi par Wilhelm von Humboldt en 1834, encore faut-il trouver une explication à leur ressemblance. Une deuxième interrogation de ce siècle porte sur l’apparentement ou non des langues parlées en Mélanésie avec le malayo-polynésien (Terrell 1986 : 43). Dumont d’Urville (1833, 1834) en particulier, va développer une méthode lexicostatistique, par le biais de la construction de tables de pourcentage de mots partagés, débouchant sur une structure arborescente des langues océaniennes d’où il ressort que les langues madekass (langues de Madagascar) et malaïo sont plus proches entre elles qu’elles ne le sont avec les langues mawi, tonga, taïti et hawaii (Métoz 2006 : 130-140). Ses conclusions linguistiques, basées sur le degré d’identité entre les langues, vont être appliquées aux communautés humaines.

« Parmi les dialectes polynésiens, l’analogie du taïti au hawaii est si grande, le nombre des mots parfaitement identiques est si considérable, qu’il est non seulement évident que leur origine est commune, mais qu’il est très probable que l’une de ces nations a donné naissance à l’autre, et cela à une époque encore peu reculée, puisque l’altération des langages a fait aussi peu de progrès. » (Dumont d’Urville 1834 : 275-276).

Inventaire des hypothèses sur les migrations océaniennes

  • 4 Faute de réponse satisfaisante, la Société de géographie remet cette problématique au concours en (...)

14Bref, la question des langues et des races, et plus fondamentalement ce à quoi elle renvoie : l’origine des peuples, intrigue. Elle est à deux4 reprises soumise à concours par la Société de géographie de Paris. En 1823, les candidats sont invités à :

« Rechercher l’origine des divers peuples répandus dans les îles du Grand Océan, situées au sud-est du continent d’Asie, en examinant les différences et les ressemblances qui existent entre eux et avec les autres peuples sous le rapport de la configuration et de la constitution physique, des mœurs, des usages, des institutions civiles et religieuses, des traditions et des monumens (sic) ; en comparant les élémens (sic) des langues, relativement à l’analogie des mots et aux formes grammaticales, et en prenant en considération les moyens de communication d’après les positions géographiques, les vents régnans (sic), les courans (sic) et l’état de la navigation » (Bulletin de la Société de Géographie 1822 : 65).

15La question est difficile. René-Primevère Lesson et Prosper Garnot, naturalistes accompagnant le commandant Louis Isidore Duperrey sur la Coquille écrivent à son propos :

« Comment faire concorder les observations de tous les genres, consignées dans des relations écrites par leurs auteurs avec un mérite très variable, des principes différents, et souvent sous l’influence des sensations opposées ? Le savant qui voudra coordonner dans son cabinet ce qu’ont dit les voyageurs sur les races des insulaires de l’Océan-Pacifique, sur leurs migrations ; qui essaiera de suivre la filiation de leurs idées, de leurs arts, ou les types de leur organisation, ne doit-il pas reculer devant la divergence des opinions et rester indécis au milieu des erreurs ou des incertitudes dont rien ne peut le dégager ? » (Lesson & Garnot 1826 : 33).

  • 5 Le fonds Pierre-Adolphe Lesson est conservé à la Médiathèque de la Corderie Royale de Rochefort. L (...)
  • 6 Je ferai un large usage de ce document pour présenter les hypothèses des migrations océaniennes en (...)

16Pierre-Adolphe Lesson (frère cadet de René-Primevère), chirurgien de la marine, qui participe à trois campagnes dans le Pacifique5, va y consacrer son grand œuvre intitulé Les Polynésiens : leur origine, leurs migrations, leur langage. La méthodologie utilisée par l’auteur dans cet ouvrage se construit dans un dialogue comparatif entre ses prédécesseurs, ses contemporains et ses propres observations. Pour appréhender les migrations, Lesson mobilise l’ensemble des matériaux de son temps, en citant parfois même très longuement les propos de leurs auteurs, validant ou informant leurs savoirs pour édifier sa propre thèse. Cette somme témoigne de son esprit encyclopédique, comme de sa liberté de penser et de douter6. À propos des migrations, il écrit :

« […] on peut distinguer trois théories principales […]. La première les [Polynésiens] fait venir d’un grand continent dont les îles actuelles ne seraient que les débris persistant après une submersion presque totale. D’après la seconde, qui n’a qu’un petit nombre de partisans, ils seraient venus de l’Est, c’est-à-dire de l’Amérique. Enfin la troisième, qui est la plus généralement admise, les fait venir de l’Ouest, c’est-à-dire des îles Malaises ou même de l’Asie. Il est bien entendu que, dans l’étude de ces théories, nous ne mettons pas en question le fait primordial de toute ethnologie océanienne, celui des migrations des habitants des mers du Sud, d’une île, d’un archipel ou même d’un continent, aux îles ou archipels voisins ; car, ainsi qu’on va le voir, la théorie d’un continent submergé implique, aussi bien que les deux autres, la nécessité des migrations. » (Lesson 1880 : 384).

  • 7 Se référer aussi au travail de J. Garanger (1982) pour une revue des hypothèses sur les migrations (...)

17Détaillons les migrations défendues par chacun de leur auteur7.

Un ancien continent submergé

18Jules Sébastien César Dumont d’Urville, auteur de plusieurs campagnes d’exploration dans le Pacifique, suggère dans son mémoire Sur les Îles du Grand Océan (1832 : 16) que « les Polynésiens sont arrivés de l’occident et même de l’Asie ». Deux ans plus tard, il précise sa pensée en se ralliant à l’opinion de J. R. Forster (1778). Dans son Voyage de découvertes de l’Astrolabe… Philologie, il écrit :

« Quand on réfléchit attentivement à cette étonnante similitude de traits physiques, de coutumes, d’idées religieuses et de langues entre les peuplades polynésiennes ; similitude telle que ces insulaires paraissent plutôt appartenir aux provinces d’une même nation, qu’à des archipels séparés par d’immenses intervalles de mer ; quand on considère en même temps la diversité singulière qui règne entre les tribus des îles occidentales ; enfin quand on songe que nulle part, ni à l’est, ni à l’ouest de la Polynésie, on ne retrouve de régions qu’on ne puisse regarder, avec quelque apparence de fondement, comme le berceau des peuples polynésiens ; ne serait-il pas plus simple de supposer qu’un continent ou grande île comme l’Australie dut jadis occuper une portion de l’Océanie, habitée par un peuple dont les tribus polynésiennes ne sont que des débris échappés à quelque grande convulsion du globe ? » (D’Urville 1834 : 303-304).

19L’hypothèse de Dumont d’Urville ne diffère de celle de Jacques-Antoine Moerenhout, qu’en ce que le premier suppose les Polynésiens arrivés d’Asie sur le continent avant que celui-ci ne fût submergé, tandis que le dernier émet l’idée d’une race autochtone et indépendante des autres populations humaines. Moerenhout, commerçant et diplomate qui œuvre pour l’établissement de la souveraineté française sur les territoires de Polynésie note :

« Cette belle race de couleur olive et au corps tatoué, a eu son foyer primitif sur un continent situé à l’est de la mer Pacifique […]. Peut-être m’objectera-t-on que si le continent, dont je suppose l’existence, a existé véritablement, il a pu s’étendre, soit jusqu’à l’Amérique, dans l’est, soit jusqu’à l’Asie, dans l’ouest ; et recevoir, ainsi, ses habitants, indifféremment de l’un ou de l’autre de ces deux points du globe : mais cela même paraît également improbable, en raison de la différence des langages, de la couleur, des traits […]. » (Moerenhout 1837 : 260).

  • 8 Jean-André-Napoléon Perier (1806-1880), médecin en chef de l’hôtel impérial des Invalides, membre (...)

20Paul Pierre Broca, médecin et anatomiste, fondateur et secrétaire de la Société d’anthropologie, analysant le mémoire de Perier8 sur l’étude des croisements des races humaines, déclare dans la séance du 1er mars 1860 :

« Sans sortir de la Polynésie, on trouve plusieurs races qu’il est impossible de confondre en une seule, et qui, ne pouvant tenir leur diversité des climats, doivent nécessairement la tenir de leur origine. Supposera-t-on que les migrations qui ont peuplé la Polynésie soient venues de plusieurs régions différentes ? Mais alors on ne comprendrait plus la similitude de leurs langages, de leurs mœurs, de leurs religions, ni l’état uniforme de leur civilisation et de leurs connaissances. Tout cela se comprend très bien, au contraire, si l’on suppose qu’il a existé autrefois dans cette région un vaste continent peuplé, comme les autres, d’un grand nombre de nations de races différentes, qui, ayant communiqué longtemps les unes avec les autres, sans communiquer avec les peuples des autres continents, ayant échangé leurs connaissances, mêlé leurs langues et leurs croyances, comme cela existait dans une grande partie de l’Amérique avant le seizième siècle, et comme cela existe encore en Europe, auraient été tout à coup séparées les unes des autres par une immense submersion. » (Broca 1860 : 216).

21Edmond de Bovis, lieutenant de vaisseau et hydrographe, tout en faisant des Polynésiens des Malais perdant leurs caractères primitifs (cheveux crépus, membres grêles et nerveux) au fur et à mesure qu’ils s’éloignent de l’ouest, s’interroge :

« Y a-t-il un marin qui puisse jamais croire qu’il a été possible à des pirogues, et même à des navires sans boussole, de communiquer régulièrement, ou plutôt de jamais communiquer de l’une à l’autre de ces contrées [Nouvelle-Zélande, Tahiti, îles Sandwich] ? […] il ne me semble pas que l’on puisse arriver à quelque chose de plausible, à moins d’admettre que ces pays ont jadis été attachés l’un à l’autre par des chaînes d’îles non interrompues, ou qu’elles sont les débris d’un continent disparu […]. » (De Bovis 1855 : 377).

22Au cours de la séance du 21 novembre 1872 de la Société d’anthropologie de Paris, est discutée la thèse de doctorat en médecine de Joseph Horace Brulfert intitulée Sur l’origine et la disparition de la race polynésienne. Les propositions suivantes sont avancées :

« Les Polynésiens ne sont pas des émigrants américains ; l’éloignement de l’île de Pâques, qui serait leur première étape, ne permet pas de l’admettre […]. Les volcans encore en activité aux Sandwich sont les derniers témoins géologiques d’un cataclysme qui a fait disparaître une partie du continent océanien. Les Polynésiens sont donc nés au pays qu’ils habitent ou se sont successivement répandus dans les différentes parties du Pacifique qu’ils occupent, avant le bouleversement dont parlent leurs traditions. » (Brulfert 1872 : 820).

23Pour tous ces auteurs, l’hypothèse d’un continent englouti relève d’un mode de raisonnement de type déductif. Les prémisses sont au nombre de trois : – les Polynésiens sont originaires d’Amérique ou d’Asie (excepté Moerenhout qui les fait naître sur place), – leur physionomie raciale et/ou morale est homogène, – les embarcations et/ou leurs connaissances de la navigation ne permettent pas de franchir les distances considérables qui séparent les îles de l’Asie ou de l’Amérique. La déduction en est la création d’un continent, qui permet de rendre compte de l’homogénéité raciale et linguistique (les gens étaient en contact les uns avec les autres), comme de surmonter l’obstacle maritime. La longueur des trajets de l’Asie ou de l’Amérique à ce nouveau continent est désormais réduite.

Provenance américaine

24La provenance américaine des Polynésiens est une hypothèse peu soutenue en ce xixe siècle. Elle est défendue par Jules Garnier, géologue et ingénieur des mines, chargé d’inventorier les ressources géologiques et minières de la Nouvelle-Calédonie, du nickel en particulier. Son mémoire, intitulé Les migrations polynésiennes, leur origine, leur itinéraire, leur étendue, leur influence sur les Australasiens de la Nouvelle-Calédonie, a été lu en 1870 à la Société de géographie de Paris.

« Je désigne par Australasie les terres géologiquement anciennes qui bornent la Polynésie à l’ouest, et dont le noyau est la Nouvelle-Hollande ; les Australasiens deviennent donc pour moi les habitants de ces contrées anciennes, et ils y vivaient déjà pendant que la Polynésie, exclusivement formée de roches nouvelles volcaniques ou coralligènes, était en voie de formation […] l’homme était antérieur à la formation de ces îles et il habitait même sur le continent qui les a précédés, d’où nous pouvons déjà conclure avec certitude : que les Polynésiens actuels de la Polynésie y sont arrivés par migrations […]. Les îles de la Polynésie qui sont situées dans le voisinage des grands continents anciens, tels que l’Amérique, l’Australasie, l’archipel Indien, ont servi à recueillir les navigateurs qui en arrivaient chassés par les vents ou des circonstances particulières. C’est ainsi que se peuplèrent d’abord les contours de la Polynésie, le mouvement se continua ensuite vers l’intérieur du cercle, mais alors dans des conditions différentes, car, les premiers habitants des îles orientales se portèrent rapidement vers l’ouest avec les vents et les courants, tandis que ceux de l’occident et du nord-ouest, n’opéraient vers l’est qu’une marche très lente, aussi les points de rencontre des peuples qui habitaient les trois continents signalés sont-ils, sauf de rares exceptions, situés à l’ouest et le plus souvent sur les limites mêmes des anciens continents et des îles nouvelles ; de plus, à partir de cette époque, les Polynésiens, toujours favorisés par les vents d’est, se sont beaucoup avancés à l’ouest, s’implantant à la Nouvelle-Zélande, jusqu’aux îles King’smill [Kiribati] et laissant des traces plus ou moins profondes de leur passage en Australasie et même à Madagascar. » (Garnier 1870 : 9, 13-14).

25Le mémoire de Garnier échappe pour ainsi dire au carcan académique. Il porte toute son attention et à « l’écorce terrestre » et aux conditions de circulation des vents, des courants et contre courant, comme du pot au noir du Pacifique. Pour justifier son travail et répondre aux objections des membres de la Société de géographie de Paris, en particulier de Jean-Louis Armand de Quatrefages, il énonce qu’« […] il a fait jouer un rôle moins grand à la linguistique qu’à des agents naturels » et de préciser « […] que par suite de la haute antiquité des îles polynésiennes et par suite de leur occupation par l’homme, il a dû s’effectuer dans le nouveau peuple polynésien des dissemblances profondes avec la nation dont ils étaient issus » (Garnier 1870 : 76).

Provenance asiatique

26Entre 1836 et 1838 paraît la compilation de Louis Domeny de Rienzi, intitulée Océanie ou cinquième partie du monde : revue géographique et ethnographique de la Malaisie, de la Micronésie, de la Polynésie… Il écrit :

« Après avoir traité l’anthropologie et les différentes divisions de l’ethnographie des contrées océaniennes, essayons de classer et de comparer leurs langues, moyen le plus sûr de faire connaître l’origine et les rapports de leurs habitants […]. Si l’on admet que la langue des Dayas [Dayak] est la mère du polynésien […], il en résulte que, malgré leur altération et leurs dissemblances, le taïtien [tahitien], le tonga, le mawi [maori] ou nouveau-zeelandais, le haouaïen [hawaïen] et les idiomes de Rotouma [Rotuma] et de l’île Waihou [île de Pâques] dérivent de la première. J’ai trouvé en effet une centaine de mots polynésiens les plus nécessaires dans la langue daya. » (De Rienzi 1836 : 23, 68).

27Pierre Louis Jean-Baptiste Gaussin, ingénieur hydrographe de la marine est l’auteur d’un ouvrage intitulé Du dialecte de Tahiti, de celui des Marquises et en général de la langue polynésienne qui remporta le prix de linguistique en 1852. Il écrit :

« Nous pensons, comme la plupart de nos devanciers, que les migrations ont dû se faire de l’ouest à l’est […]. Nous reconnaissons que, avec les moyens qu’ils ont aujourd’hui, de semblables voyages sont, en effet, très-difficiles ; mais il suffit que, sur cent expéditions, une seule ait réussi : c’est ce qui a pu arriver lorsqu’une de leurs pirogues doubles, montée par des marins habiles et entreprenants, aura profité des vents d’ouest qui, dans l’océan Pacifique, soufflent quelquefois avec persistance […]. La marche générale des migrations ayant eu lieu dans le sens de l’ouest à l’est, il est naturel de supposer que les îles Samoa ont elles-mêmes été peuplées par des colons venus de l’ouest ; depuis longtemps déjà les ethnologues ont, en effet, rattaché les Polynésiens aux habitants de l’archipel d’Asie : c’est ce que démontrent les rapports des langues parlées par les deux groupes de peuples. Il serait certainement prématuré et probablement inexact de faire dériver toutes ces langues d’une seule d’entre elles. Nous devons seulement les considérer comme appartenant à une même famille, divisée en plusieurs rameaux. D’ailleurs, avant toute comparaison générale, il faudrait étudier séparément chacun de ces rameaux. On arriverait par là à établir qu’il y a eu plusieurs migrations dans l’archipel d’Asie, et, sous plusieurs rapports, celle des Malais paraît s’être effectuée la dernière. Nous pouvons ajouter que nous avons été frappé de la ressemblance beaucoup plus grande du polynésien avec les langues des environs de Timor, qu’avec le malai et le tagal. Quelques-uns des points communs portent sur des mots qui, en polynésien, sont composés de deux racines ; mais l’imperfection des vocabulaires que nous avons pu nous procurer nous interdit d’être plus explicite à cet égard. » (Gaussin 1853 : 272, 279).

28Un autre savant qui, sans avoir sillonné l’Océanie, est un homme d’influence est Jean-Louis Armand de Quatrefages de Bréau. Il est membre de l’Académie des sciences, de la Société de géographie de Paris, de la Société d’anthropologie de Paris et occupe la chaire d’anthropologie et d’ethnographie du Muséum national d’Histoire naturelle dès 1853. Il publie dans la Revue des Deux Mondes un premier travail sur Les Polynésiens et leurs migrations en 1864. Deux ans après, il fait paraître ce travail, augmenté, sous forme d’un ouvrage au même titre. En guise d’introduction, De Quatrefages écrit :

« La recherche de ces migrations, le relevé des traces qu’elles ont laissées, l’indication de leurs résultats, font partie de la tâche dévolue à l’anthropologiste, et l’on comprend sans peine tout ce qu’une telle étude doit présenter de difficultés et d’écueils. Les polygénistes n’ont pas manqué de s’emparer de ces difficultés trop réelles, de les exagérer encore, de les opposer, à titre d’objections, à la doctrine monogéniste. La plupart, prenant même le problème dans ce qu’il a de plus général, ont déclaré ces migrations impossibles. C’est surtout à propos de l’Amérique et de l’Océanie que ce mot a été prononcé, et cela par des hommes d’un incontestable savoir. […] Je voudrais aujourd’hui montrer que cette prétendue impossibilité des migrations humaines n’existe pas ; et, – pour prendre le taureau par les cornes, – je m’occuperai des Polynésiens […] cette race polynésienne qui semble avoir été isolée dans l’immensité des mers, comme pour poser aux savants le plus difficile des problèmes ethnologiques. » (De Quatrefages 1866 : 3, 4).

29De Quatrefages poursuit en insistant sur la parité entre la langue et la race :

« On voit la linguistique et les caractères physiques conduire à la même conclusion. C’est là un fait capital et qui ne permet pas de conserver de doutes sur la réalité des rapports ethnologiques que nous cherchons à faire ressortir. La linguistique présente même ici un avantage sur l’étude physique ; elle permet de suivre ses rapports bien plus loin, de les reconnaître en dépit des distances et des modifications diverses imprimées aux populations par le mélange des races et la différence des milieux. Cette étude a été entreprise par divers auteurs, et toujours elle a conduit à un résultat bien fait pour mériter toute notre attention : c’est que toutes les langues parlées de Madagascar à l’île de Pâques et de la Nouvelle-Zélande aux Sandwich [Hawaii] par les insulaires autres que les nègres forment une seule famille linguistique, celle des langues malayo-polynésiennes […]. L’aire linguistique est donc absolument la même que l’aire anthropologique déterminée par les caractères physiques des populations. Il est impossible de désirer une plus parfaite concordance […]. On a surtout insisté sur la direction des vents et des courants qui opposent, disait-on, un obstacle infranchissable à toute émigration venant de l’Asie. Ces objections, nous le montrerons sans peine, tenaient à une connaissance incomplète des faits aussi bien qu’à une appréciation très-inexacte des connaissances et des ressources des populations dont il s’agit. Toutefois l’argument tiré de la direction des grands courants de la mer et de l’atmosphère devait paraître très-sérieux avant les progrès récemment accomplis dans cette branche des connaissances humaines. » (De Quatrefages 1866 : 18-19, 80).

30Il s’ensuit une longue discussion de la direction des vents et des courants, puis de conclure :

« Au peuplement par migration, qu’on peut supposer toujours plus ou moins volontaire, a dû nécessairement s’ajouter dans le Pacifique un peuplement par dissémination accidentelle et involontaire ; et celui-ci n’a peut-être pas joué un rôle moins important que le premier. En résumé, non-seulement l’envahissement de l’Océanie en général, de la Polynésie en particulier, par des populations venant de l’Asie n’est pas impossible, comme on l’a dit, mais encore il est facile et presque inévitable, à la seule condition que sur les frontières de ces régions se trouve une population active, aventureuse et familiarisée avec la mer. » (De Quatrefages 1866 : 99).

Figure 1

Figure 1

Migrations indonésiennes, polynésiennes et mélanésiennes par A. de Quatrefages (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, GED-526).

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8439438h/​f1.item

31Pour ces différents auteurs, les descriptions de l’Homme Moral et de l’Homme Physique comme les données anatomiques et philologiques qu’ils se doivent de rapporter, n’ont, semble-t-il, pas toujours la pertinence qu’on leur prête sur le plan théorique. Et l’émergence d’un nouveau trait, celui du caractère pélagique des Océaniens, pour reprendre l’expression de Bory de Saint-Vincent, de devenir un marqueur des migrations humaines. L’origine des peuples, l’envahissement des terres sont désormais aussi explicités par la navigation ; navigation qui devient une composante majeure de toute ethnologie océanienne telle que pratiquée par les voyageurs naturalistes mais aussi les savants métropolitains ; De Quatrefages par exemple, s’empare largement de la thématique.

De la navigation, histoires circonstanciées

  • 9 Il n’est pas dans mon propos ici de revenir sur le contexte des rencontres entre Européens et Océa (...)

32Les migrations invitent donc les savants à se prononcer sur des Polynésiens transfigurés en audacieux marins conquérants des mers, ou en pauvres créatures embarquées sur de frêles embarcations jetées sur les côtes par les vents. Je pose ici que les histoires circonstanciées9 des savants voyageurs ont influencé leurs propos sur les migrations, que les conditions météorologiques (direction et force des vents et des courants) éprouvées ou les types de pirogues rencontrés ont contribué à départager les tenants d’une origine américaine, asiatique ou continentale des Polynésiens, avec des hommes dérivant au gré des vents et des courants, forces contre lesquelles ils ne parvenaient point à lutter dans le premier cas, des marins se jouant des alizés comme des vents d’ouest pour les trajets aller ou retour dans le deuxième cas, et des Polynésiens naviguant sur de faibles distances dans le troisième cas. Pour s’en convaincre, quelques exemples. Jules Garnier présente au lecteur :

« Un tableau de 149 observations des vents faites […] en 1866, à l’observatoire de Nouméa. D’après ce tableau, on voit que les vents d’ouest n’ont jamais soufflé, sans interruption, plus d’un jour de suite ; les vents de N.-O. plus de quatre jours et une seule fois ; quant aux vents de S.-E., ils soufflent à peu près le reste du temps et par périodes qui atteignent 20 jours […] ; j’ai fait en Océanie de fréquents et assez longs voyages dans des pirogues […]. Aussi les indigènes, qui sont aussi peu pressés que pleins (sic) de prudence dans leurs actes, attendent-ils parfois assez longtemps que les vents se soient établis dans les régions de l’est qui peut favoriser leur départ ; il résulte encore de ces principes nautiques des Polynésiens et de la direction générale des vents, que des relations volontaires ou forcées s’établissent surtout entre les terres qui sont orientées de façon à pouvoir se servir pour l’aller et le retour des vents de la région de l’est. » (Garnier 1870 : 43-45).

33Toujours à propos des vents, et riche de son séjour à Tahiti, Edmond De Bovis écrit :

« […] une connaissance plus exacte de ces mers a appris qu’à certaines époques de l’année, les vents d’Ouest y régnaient transitoirement, par séries qui vont de trois à quinze jours. Ces vents amènent quelquefois un temps magnifique. Ils ont, dans ce cas-là, un nom particulier : Arueroa [vent du sud-ouest en tahitien], et les naturels de la partie sous le vent des archipels s’en servent encore aujourd’hui pour les remonter dans de véritables coques de noix. N’est-il pas plus simple de penser que ces vents-là ont toujours emporté l’émigration sur leurs ailes […]. Ils partaient, par un beau temps de vent d’Ouest, pour aller à la recherche de contrées connues ou inconnues, sachant bien que les vents d’Est leur permettraient, tôt ou tard, le retour dans leur île […]. » (De Bovis 1855 : 372).

34Le dernier mot sera pour P.-A. Lesson qui fait le point sur la navigation.

« Au premier abord, en effet, il est difficile de s’expliquer que des peuples à l’état sauvage, dépourvus nécessairement de connaissances astronomiques étendues, privées des moyens qui favorisent et guident la navigation des peuples civilisés, aient pu se transporter à des distances souvent considérables, à l’aide seulement de ce que les écrivains ont généralement appelé de « frêles canots ». On comprend même que les courants et les vents qui soufflent le plus ordinairement, aient été regardés comme un obstacle insurmontable à la provenance des Polynésiens […]. Mais quand on réfléchit que ces peuples devaient avoir plus de connaissances astronomiques qu’on ne le suppose généralement, puisqu’il fut possible à Tupaia de dire à Cook pendant assez longtemps, où se trouvait Tahiti, malgré les changements de latitude et de longitude de l’Endeavour : quand on sait que les canots des insulaires, au lieu d’être de frêles barques, étaient de véritables petits navires, à plate-forme, d’une solidité à l’épreuve des grosses mers, et si grands, qu’ils pouvaient porter plus de cent personnes ; quand on sait, comme on le sait aujourd’hui que les vents sont variables dans l’Océan Pacifique, qu’ils soufflent à des époques déterminées, et de directions opposées ; quand enfin on sait que l’habitude et l’expérience avaient rendu les Polynésiens aussi hardis qu’habiles : non seulement on doit cesser de trouver les difficultés signalées aussi grandes que la plupart des écrivains les ont faites, mais on doit plutôt supposer que, favorisés ou contrariés par les vents, ces petits navires polynésiens pouvaient arriver et arrivaient le plus souvent sains et saufs jusqu’aux terres les plus éloignées de leur point de départ » (Lesson 1884 : 2-3).

35Pour expliciter l’origine des peuples du Grand Océan au xixe, les savants français mettent donc en avant la question de la navigation. Au-delà de la primauté des caractères essentialistes d’une nation : philologie ou anatomie comparée, la spécificité océanienne : sa dispersion insulaire doublée de distances maritimes considérables, permet de renouveler le débat théorique des migrations en le recentrant sur la navigation. Certes, l’homogénéité linguistique et culturelle du triangle polynésien et la diversité des races mélanésiennes continuent à intriguer, et la question est reprise par deux fois au concours de la Société de géographie de Paris, en 1823 et 1830. Mais l’inflexion maritime est donnée. Le concours enjoint aux savants à rechercher « les moyens de communication d’après les positions géographiques, les vents régnans (sic), les courans (sic) et l’état de la navigation » (Bulletin de la Société de Géographie 1822 : 65). Aux chercheurs donc de se prononcer sur les performances maritimes prêtées aux peuples du Pacifique et en particulier aux Polynésiens. Si certaines doutent de l’habileté des hommes à parcourir de grandes distances à bord de pirogues et sans instrument de navigation, préférant poser l’hypothèse d’un continent submergé, d’autres évoquent pour la Polynésie une provenance américaine ou asiatique, tout en interrogeant le caractère accidentel ou intentionnel des voyages. Selon donc que les vents rencontrés soufflent de l’ouest ou de l’est, selon que les pirogues croisées sont de frêles embarcations ou des petits navires, selon que le soleil et les étoiles suffisent à tenir un cap… on formule une histoire conjecturale qui suppose une plus ou moins grande reconnaissance d’un savoir naviguer et d’un savoir-faire en architecture navale, à moins encore que l’on ne considère le trait pélagique du Polynésien comme un caractère racial naturel. Ces réflexions sur les conditions et l’état de navigation s’affirment et perdurent encore aujourd’hui. Certains des arguments semblent annoncer les controverses sur la navigation océanienne des années 1960 autour de la navigation accidentelle ou délibérée, ou bien même des années 2000 sur les véritables performances (vitesse, capacité à remonter au vent) des anciennes pirogues océaniennes (Sharp 1957, Golson 1963, Anderson 2000, 2001, Irwin 2008). Mais au-delà des controverses, revenons aux précurseurs pour souligner la « modernité » de leurs pensées. Garnier en 1870 insiste sur les différents régimes de vent dans les régions de l’ouest et de l’est du Pacifique comme sur le bon sens des marins polynésiens qui en font usage. Un siècle plus tard, B. Finney et al. (1989) détaillent le caractère intermittent des vents d’ouest (épisodiques, associés à la mousson ou à El Niño) et leurs utilisations stratégiques par les Polynésiens. Toujours au xixe siècle, P.-A. Lesson reconnaît l’extraordinaire savoir de Tupaia et inventorie les voyages recensés par les missionnaires et les voyageurs pour attester du savoir naviguer polynésien. Semble être en germe l’article de G. Dening (1962) qui, s’appuyant sur la carte de Tupaia et listant les voyages délibérés rapportés par les récits de voyages, souligne l’étendue des connaissances géographiques des marins polynésiens. Autre exemple, De Bovis rend explicite la stratégie des Polynésiens, qui portés par les vents d’ouest, s’en retournent dans leurs îles de départ avec les alizés ; une stratégie qui n’est pas sans rappeler l’hypothèse d’Irwin (1992), selon laquelle les marins se sont rendus à l’est en utilisant les vents variables d’ouest précautionneusement afin d’être assurés de pouvoir revenir à tout moment avec les alizés. Pour l’ensemble de ces auteurs, l’idée sous-jacente est similaire : jouer de l’inversion des vents pour les voyages aller et retour et se faire pousser par des vents favorables.

36Au-delà de la similarité de certains arguments, les préhistoriens des xxe et xxie siècles ont aussi apporté des éléments méthodologiques nouveaux. Les reconstitutions expérimentales, la modélisation-simulations de trajectoires de pirogues, les tests en soufflerie, la linguistique historique, etc. sont autant d’approches novatrices qui, sans se substituer aux données ethnographiques, ont renouvelé l’histoire de la navigation et son questionnement.

37Pour autant, est-on prêt à reconnaître une navigation très ancienne, une navigation qui remonte au temps du premier peuplement de l’Australie, il y a quelque 60 000 ans, ou de la traversée de la Wallacea par Homo floresiensis il y a 800 000 ans ? Tout est question de définition et de ce que l’on entend par navigation. Reconnaissons cependant que nos interprétations sont généralement pernicieuses dans la manière de tirer la navigation vers le bas. Les archéologues ont souvent adopté une position minimaliste, optant pour le radeau plutôt que la pirogue, la dérive plutôt que la pagaie pour les embarcations les plus anciennes. Il est postulé aussi que les traversées se font au cours des régressions marines les plus importantes, le long des routes maritimes les plus courtes, sans jamais vraiment s’éloigner des côtes, etc. Le degré d’intentionnalité (traversées accidentelles ou intentionnelles), le degré de technologie (embarcations de type radeau ou pirogue), et le degré de connaissance maritime prêté à un Homo sapiens ancien n’est pas sans rappeler les difficultés qu’ont eues les Occidentaux à reconnaître le savoir naviguer des Océaniens au xixe siècle. Se pourrait-il que l’archéologie d’aujourd’hui prolonge une certaine anthropologie du xixe siècle ? Se pourrait-il que la cognition d’un Homo sapiens ancien soit différente de la nôtre ou que l’on persiste à croire – de façon très anthropocentrique – que la navigation ait été inventée par Homo sapiens et non un Homo plus ancien encore ? (Bednarik 1997, Moro Abadia ce volume).

Bibliographie

Anderson, Atholl, 2000. “Slow boats from China: Issues in the prehistory of Indo-Pacific seafaring”. In S. O’Connor & P. Veth (eds), East of Wallace’s Line: Studies of Past and Present Maritime Cultures of the Indo-Pacific Region. Rotterdam: A. Balkema Press, p. 13-50.

Anderson, Atholl, 2001. “Towards the sharp end: the form and performance of prehistoric Polynesian voyaging canoes”. In C.M. Stevenson, G. Lee & F.J. Morin (eds.) Pacific 2000: Proceedings of the Fifth International conference on Easter Island and the Pacific. Los Osos: Easter Island Foundation, p. 29-36.

Auroux, Sylvain, 2015. La question de l’origine des langues. Paris : Presses Universitaires de France, Quadrige Essais Débats.

Balbi, Adriano, 1826. Introduction à l’Atlas ethnographique du globe. Paris : Rey & Gravier, tome I.

Bednarik, Robert, 1997. “The earliest evidence of ocean navigation”. The International Journal of Nautical Archaeology, 26(3) : 183-191.

Blanckaert, Claude (dir.), 1996. Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes xviiie-xixe siècle. Paris : l’Harmattan.

Blanckaert, Claude, 2007. « Un fil d’Ariane dans le labyrinthe des origines… Langues, races et classification ethnologique au xixe siècle ». Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2(17) : 137-171.

Bory de Saint-Vincent, Jean-Baptiste, 1827. L’Homme (Homo). Essai zoologique sur le genre humain. Paris : Rey et Gravier (2e édition).

Briu, Jean-Jacques, 2007. « Origine des langues, origine des peuples ». Sens Public (http://www.sens-public.org/article.php3?id_article=382).

Broca, Pierre-Paul, 1860. « Discussion sur le croisement des races humaines ». Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 1 : 190-218.

Brulfert, Joseph Horace, 1872. « Sur l’origine et la disparition de la race polynésienne ». Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 7 : 817-822.

Bulletin de la Société de géographie de Paris 1822, 1(2). Paris : Imprimerie d’Everat.

Bulletin de la Société de géographie de Paris 1830, 13(84). Paris : Imprimerie d’Everat.

Copans, Jean & Jean Jamin, 1994 (1978). Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme en l’an VIII. Paris : Le Sycomore.

De Bovis, Edmond, 1855. « De la société tahitienne à l’arrivée des Européens ». Revue Coloniale, deuxième série XIV : 368-408.

Dening, Greg, 1962. “The geographical knowledge of the Polynesians and the nature of inter-island contact”. In J. Golson (ed.), Polynesian Navigation. Wellington: Polynesian Society Memoir, 34: 132-153.

De Quatrefages, Jean Louis Armand, 1866. Les Polynésiens et leurs migrations. Paris : Arthus Bertrand.

De Rienzi, Louis Domeny, 1836-1838. Océanie ou cinquième partie du monde : revue géographique et ethnographique de la Malaisie, de la Micronésie, de la Polynésie… Paris : Firmin Didot Frères.

Desmoulins, Antoine, 1826. Histoire naturelle des races humaines du Nord-Est de l’Europe, de l’Asie boréale et orientale, et de l’Afrique australe. Paris : Méquignon-Marvis.

Douglas, Brownen, 2009. « L’idée de ‹ race › et l’expérience sur le terrain au xixe siècle : science, action indigène et vacillations d’un naturaliste français en Océanie ». Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2(21) : 175-209.

Douglas, Brownen, 2014. Science, Voyages and Encounters in Oceania 1511-1850. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Douglas, Brownen & Chris Ballard, 2008. Foreign bodies: Oceania and the science of race 1750-1940. Canberra: Australian National University E Press.

Dumont D’Urville, Jules Sébastien César, 1832. « Sur les Îles du Grand Océan ». Bulletin de la Société de géographie, 17(105) : 1-21.

Dumont D’Urville, Jules Sébastien César, 1833. Voyage de découvertes de L’Astrolabe exécuté par ordre de Roi pendant les années 1826-1827-1828-1829 sous le commandement de M.J. Dumont d’Urville… Philologie (Première Partie). Dictionnaire Français-Madekass et le vocabulaire Madekass-Français. Paris : Ministère de la Marine.

Dumont D’Urville, Jules Sébastien César, 1834. Voyage de découvertes de L’Astrolabe exécuté par ordre de Roi pendant les années 1826-1827-1828-1829 sous le commandement de M.J. Dumont d’Urville… Philologie (Seconde Partie). Les autres vocabulaires des langues ou dialectes océaniens recueillis durant le voyage, et le vocabulaire comparatif des langues françaises, madekass, malaïo, mawi, taïti et hawaii, suivis de quelques considérations générales sur ces langues. Paris : Ministère de la Marine.

Finney, Ben, Richard Rhodes, Paul Frost & Nainoa Thompson, 1989. “Wait for the west winds”. Journal of the Polynesian Society, 98(3): 261-302.

Forster, Johann Reinhold, 1778. Observations Made during a Voyage Round the World, on Physical Geography, Natural History, and Ethic Philosophy. London: G. Robinson.

Garanger, José, 1982. « Petite histoire d’une préhistoire : celle des Polynésiens ». Journal de la Société des Océanistes, 74-75 : 47-55.

Garnier, Jules, 1870. « Les migrations polynésiennes, leur origine, leur itinéraire, leur étendue, leur influence sur les Australasiens de la Nouvelle-Calédonie ». Bulletin de la Société de géographie de Paris, 5(19) : 5-50.

Gaussin, Pierre Louis Jean-Baptiste, 1853. Du dialecte de Tahiti, de celui des Marquises, et, en général, de la langue polynésienne. Paris : Firmin Didot Frères.

Golson, Jack (ed.), 1963. Polynesian navigation: a symposium on Andrew Sharp’s theory of accidental voyages. Wellington: Polynesian Society Memoir, no 34.

Irwin, Geoffrey, 1994. The prehistoric exploration and colonisation of the Pacific. Cambridge: Cambridge University Press.

Irwin, Geoffrey, 2008. “Pacific seascapes, canoe performance, and a review of Lapita voyaging with regard to theories of migration”. Asian Perspectives, 47 (1): 12-27.

Jauffret, Louis-François, 1909. « Introduction aux Mémoires de la Société des Observateurs de l’Homme » (lue dans la séance du 18 messidor an IX). Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, tome 10 : 476-487.

Labrousse, Pierre 2000. « Les races de l’Archipel ou le scientisme in partibus (France, xixe siècle) ». In « L’horizon nousantarien. Mélanges en hommage à Denys Lombard », Archipel, 60(4) : 235-265.

Lesson, René Primevère & Prosper Garnot, 1826. Voyage autour du monde exécuté par ordre du Roi, sur la corvette de sa Majesté, La Coquille, pendant les années 1822, 1823, 1824 et 1825… par Duperrey, Louis Isidore, Zoologie, tome premier. Paris : Arthus Bertrand.

Lesson, Pierre-Adolphe, 1880-1884. Les Polynésiens : leur origine, leurs migrations, leur langage, ouvrage rédigé par L. Martinet d’après le manuscrit de l’auteur 4 vols. Paris : E. Leroux.

Malte-Brun, Conrad, 1813. Précis de la Géographie Universelle ou description de toutes les parties du monde, sur un plan nouveau, d’après les grandes divisions naturelles du globe… Tome quatrième. Description de l’Inde, de l’Océanique et de l’Afrique septentrionale. Paris : Fr. Buisson.

Métoz, Laurent, 2006. « L’émergence de la lexicostatistique et de la glottochronologie en France au 19e siècle ; Constantine Samuel Rafinesque, Jules Dumont d’Urville et Paul Broca ». Histoire Epistémologie Langage, 28(2) : 125-155.

Moerenhout, Jacques-Antoine, 1837. Voyages aux îles du Grand Océan contenant des documents nouveaux sur la géographie physique et politique, la langue, la littérature, la religion, les mœurs, les usages et les coutumes de leurs habitants…Tome deuxième. Paris : Arthus Bertrand.

Perier, Jean-André-Napoléon, 1870. Essai sur les croisements ethniques (quatre mémoires). Paris : Hennuyer.

Quoy, Jean René Constant & Joseph Paul Gaimard, 1830. Voyage de découvertes de l’Astrolabe exécuté par ordre du Roi, pendant les années 1826-1827-1828-1829 sous le commandement de M.J. Dumont d’Urville – Zoologie. Tome I. Paris : J. Tastu.

Sharp, Andrew, 1957. Ancient voyagers in the Pacific. London: Penguin Book.

Starbuck, Nicole, 2016. “‘Naturally Fearful’: emotion, race and French – Papuan encounters, 1818-30”. The Journal of Pacific History, 51(4): 357-374.

Terrell, John E., 1986. Prehistory in the Pacific Islands. A study of variations in langages, customs and langage biology. Cambridge: Cambridge University Press.

Volney, Constantin-François Chassebœuf, 1980. La loi naturelle. Leçons d’histoire. Paris : Garnier Frères.

Walckenaer, Charles Athanase, 1816. Cosmologie ou Description générale de la terre, considérée sous ses rapports astronomiques, physiques, historiques, politiques et civils. Paris : Deterville.

Walckenaer, Charles Athanase, 1819. Le Monde maritime ou tableau géographique et historique de l’Archipel d’Orient, de la Polynésie et de l’Australie. Paris : Firmin Didot.

Zimmermann, Eberhart August Wilhelm, 1784. Zoologie Géographique. Premier article L’Homme. Imprimerie française de Cassel.

Notes

1 On peut considérer que l’anthropologie en tant que discipline et programme scientifique remonte, en France, à la création de la Société des Observateurs de l’Homme en 1799. « Dans l’article premier de ces statuts, il est déclaré que la Société consacre exclusivement ses travaux à l’étude de l’homme physique, intellectuel et moral sous toutes les latitudes et dans toutes les périodes de l’histoire » (Copans & Jamin 1994 : 16). Formée de médecins, de linguistes, de philosophes, d’historiens, de naturalistes et du premier « anthropologiste » ainsi nommé, François Péron, la Société se donne pour tâche de recueillir beaucoup de faits, d’étendre et de multiplier les observations sociales et culturelles afin de jeter les bases d'une « anthropographie des différentes régions » (l’expression est de son membre fondateur, Louis-Antoine Jauffret) intégrant l’étude des anciens peuples (domaine des Antiquités), l’étude des peuples indigènes et des indigents (en particulier les sourds-muets et les pauvres). Elle propose l’observation de la physionomie des divers habitants de la Terre, de l’homme Physique qui embrasse l’anatomie, la physiologie, la médecine et l’hygiène, et de l’homme Moral. Elle propose aussi « de démêler l’origine et les différentes migrations des peuples », d’« éclaircir les points les plus obscurs de notre histoire primitive » en comparant « ensemble et les mœurs, et les habitudes, et le langage, et l’industrie des divers peuples, de ceux surtout qui ne sont pas encore civilisés » (Jauffret 1909 : 184).

2 L’hypothèse d’un globe formé par trois mondes distincts : l’Ancien Monde, le Nouveau Monde et le Monde Maritime, regroupant l’Archipel d’Orient, la Polynésie et l’Australie, est largement défendue par un polymathe français, Walckenaer en 1816 dans son ouvrage Cosmologie ou Description générale de la terre, considérée sous ses rapports astronomiques, physiques, historiques, politiques et civils ; une hypothèse reprise en 1819, dans son introduction à l’ouvrage intitulé Le Monde maritime ou tableau géographique et historique de l’archipel d’Orient, de la Polynésie et de l’Australie. Mais c’est avec Bory de Saint-Vincent que cette hypothèse d’un monde habité par une nation de marins est reprise et divulguée (Labrousse 2000 : 243).

3 Pour Malte-Brun, les races d’hommes qui habitent l’Océanique se rapportent à deux souches distinctes, les Malais ou les Océaniens jaunes, et les Nègres-Océaniens. Ces derniers se distinguent « par un teint noir ou brun-noirâtre, sans nuance d’incarnat, par l’angle facial très obtus, le nez épaté, les lèvres épaisses, les cheveux crépus sans être laineux […]. Cette race habite la Nouvelle-Hollande, l’île de Diemen [la Terre de Van Diemen ou Tasmanie], la Nouvelle-Calédonie, les îles Fidgi, les Nouvelles-Hébrides, l’archipel de Salomon et la Nouvelle Bretagne ainsi que la Nouvelle-Guinée […] la race des Nègres-Océaniens paraît avoir jadis occupé les Moluques et les Philippines » (Malte-Brun 1813 : 244, 254-255).

4 Faute de réponse satisfaisante, la Société de géographie remet cette problématique au concours en 1830 avec une attention plus grande portée sur les Nègres : « On souhaite que l’auteur fasse connaître et compare ensemble les différentes races nègres qui ont habité ou habitent en diverses contrées de l’Asie Orientale et qu’il expose les relations qui ont pu avoir lieu entre elles et la race malaie. Il est à désirer que l’auteur appuie ses recherches sur les écrivains chinois » (Bulletin de la Société de Géographie de Paris, 1830 : 195).

5 Le fonds Pierre-Adolphe Lesson est conservé à la Médiathèque de la Corderie Royale de Rochefort. L’ensemble de ce fonds a été numérisé et est accessible à tous sur la plate-forme Odsas du CREDO, Marseille (https://www.odsas.net/).

6 Je ferai un large usage de ce document pour présenter les hypothèses des migrations océaniennes en ce XIXe siècle.

7 Se référer aussi au travail de J. Garanger (1982) pour une revue des hypothèses sur les migrations des Polynésiens tant en France que dans d’autres pays.

8 Jean-André-Napoléon Perier (1806-1880), médecin en chef de l’hôtel impérial des Invalides, membre de la Société d’anthropologie de Paris, publie en 1870 un Essai sur les croisements ethniques.

9 Il n’est pas dans mon propos ici de revenir sur le contexte des rencontres entre Européens et Océaniens pour détailler la façon dont ces « premiers » contacts ou l’agentivité des insulaires ont modifié le regard porté par les Occidentaux sur la navigation polynésienne. Pour des analyses de ce type, se référer par exemple aux travaux de Douglas (2014) ou Starbuck (2016).

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Migrations indonésiennes, polynésiennes et mélanésiennes par A. de Quatrefages (Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, GED-526).
Crédits http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8439438h/​f1.item
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search