Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la préhistoire océanienne

 | 
Emilie Dotte-Sarout
, 
Anne Di Piazza
, 
Frédérique Valentin
, 
et al.

Chapitre 11

Pour une histoire de l’histoire des îles basses : le cas des Tuamotu

Émilie Nolet

Texte intégral

Je remercie vivement les commentateurs anonymes, Guillaume Molle, Éric Conte et Jacques Vernaudon pour leurs remarques et leurs suggestions, ainsi qu’Émilie Dotte-Sarout. Merci aussi à Francis Pere. Toute éventuelle erreur reste mienne.

« … on se demande avec étonnement comment il est possible que des hommes y soient venus planter leurs tentes et fixer leurs demeures, surtout avant l’introduction du cocotier ». Albert Montiton, 1855, p. 442.

  • 1 Une liste révisée des atolls du monde a été récemment publiée par Walter M. Goldberg (2016). Pour (...)
  • 2 Ainsi, Jacob Roggeveen évoque des îles des Tuamotu « tapissées d’une verdure charmante, et garnies (...)
  • 3 Voir par exemple Jules de Blosseville, vers 1823, sur sa visite aux Tuamotu. Microfilm 5JJ 82, arc (...)

1L’océan Pacifique regroupe plus des trois-quarts des atolls actuellement recensés sur la terre1. Présentes dans les trois aires géographiques qui composent l’Océanie, ces îles basses formées par une barrière de corail annulaire, abritant un lagon généralement peu profond, offrent une grande diversité : parfois isolés, parfois regroupés en archipels, les atolls diffèrent également par leur taille, leur morphologie, l’étendue des terres émergées ou encore la présence, le nombre et la profondeur des passes – ces caractères étant synonymes pour les hommes de contraintes et d’opportunités variables (Figure 1). Les premiers voyageurs occidentaux ont ainsi découvert, à côté d’îles montagneuses plus ou moins vastes et fertiles, des îles dépassant de quelques mètres à peine la surface de l’océan, constamment recomposées par les aléas climatiques. Les formules employées pour les décrire et les noms qui leur furent donnés révèlent une perception majoritairement négative et le sentiment d’une forte influence des contraintes naturelles, liées en particulier à leur faible élévation. Pour certains voyageurs, les atolls, toujours menacés d’être submergés et repris par la mer, étaient d’ailleurs à peine des îles : les premiers récits parlèrent de « rochers », de terres « effondrées », « noyées », « inondées », « à fleur d’eau », ou encore comparèrent les lagons à des « marécages ». Gaspar Gonzales de Leza, membre de l’expédition de Pedro Fernandez de Quiros en 1606, évoqua un « morceau de mer entouré de terre » (Quiros 1904, II : 340), et Louis-Antoine de Bougainville, qui dut renoncer à accoster sur l’atoll de Hao (Tuamotu) en 1768, des « bandes de sable qu’un ouragan peut d’un moment à l’autre ensevelir dans les eaux » (1771 : 182). Si des marins signalèrent la présence de ressources utiles aux navires de passage2, de nombreux atolls furent perçus et décrits comme des milieux ingrats3, imposant des conditions d’existence difficiles en raison d’un manque d’eau douce, de terre cultivable, et d’une forte vulnérabilité face aux aléas naturels (tempêtes, cyclones, mais aussi canicules et sécheresses. Voir Di Piazza 2001) ; seules la présence de gisements d’huîtres nacrières et perlières dans certains lagons, la possibilité d’acquérir à bas prix de l’huile de noix de coco ou encore la perspective de « sauver les âmes » des insulaires purent, bien souvent, attirer volontairement les Occidentaux sur de telles îles à l’époque des premiers contacts et de la christianisation – d’autant que nombre d’entre elles, non dotées de passes, offraient des conditions d’accostage et de débarquement périlleuses. Certains explorateurs, missionnaires ou même scientifiques virent dans ces conditions matérielles l’origine d’une plus grande « dureté » ou primitivité chez les habitants des atolls. Pour Horatio Hale, ethnologue de l’expédition commandée par Charles Wilkes, les habitants des atolls micronésiens, exposés à d’importantes difficultés matérielles et au manque de nourriture, ne montraient ainsi pas la même « bonté de cœur » (“kindness of heart”) que les autres insulaires (1846 : 72). Cette vision occidentale faite de fascination, d’incompréhension, parfois de mépris, a progressivement fait place, surtout à partir des années 1960, à une mythologie touristique de l’atoll préservé et édénique (Gay 1994 : 285), aujourd’hui elle-même remise en cause par la montée des eaux et la résurgence du spectre de la submersion marine.

Figure 1

Figure 1

Lagon et cocoteraie d’un atoll de l’est des Tuamotu.

Émilie Nolet, 2017.

2L’appréhension souvent peu nuancée des caractères écologiques des îles basses océaniennes recouvre en fait une grande diversité de situations et de trajectoires socio-économiques et politiques depuis l’arrivée des Occidentaux. Certains atolls, plus proches des grands centres urbains du Pacifique, bénéficiant de dynamiques commerciales locales et régionales ou ayant accueilli des bases militaires (notamment dans le contexte de la Guerre du Pacifique. Falgout et al. 2008) ont connu des changements plus rapides que d’autres. Ces divergences sont aussi d’ordre démographique : aujourd’hui, si des atolls connaissent une croissance globalement négative en raison d’une forte émigration (par exemple à Tokelau), d’autres, comme Majuro et Ebeye aux Marshall, sont surpeuplés. Sur le plan politique enfin, des atolls ou groupes d’atolls restent à l’heure actuelle étroitement associés à des puissances occidentales (comme les Tuamotu, qui restent au sein de la Polynésie française sous domination de la France), quand d’autres, comme Kiribati, ont accédé de longue date à l’indépendance. On ajoutera que la Grande-Bretagne (à Kiribati), les États-Unis d’Amérique (aux Marshall) et la France (aux Tuamotu) ont choisi plusieurs atolls comme sites d’expérimentations nucléaires. Par une triste ironie de l’histoire, l’isolement et les caractères géologiques, biogéographiques et morphologiques de certains atolls océaniens ont donc aussi pu devenir une véritable aubaine géostratégique pour les puissances coloniales occidentales.

  • 4 Pour une histoire et une bibliographie détaillée des recherches en Mélanésie, Polynésie et Microné (...)

3Observons à présent que les sociétés qui se sont développées avant et après les premiers contacts sur les atolls d’Océanie restent très diversement documentées. Dès le début du xxe siècle, une expédition scientifique organisée par Georg Thilenius, du musée d’Hambourg, permit de recueillir d’importants matériaux ethnographiques sur les colonies allemandes de l’époque et notamment sur divers atolls des Marshall et des Carolines en Micronésie. Après la Seconde Guerre mondiale, le programme CIMA (Coordinated Investigation of Micronesian Anthropology) permit aussi la publication d’articles et d’ouvrages sur la région (Kiste et Marshall 2000 : 267). Tous les atolls de Micronésie n’ont toutefois pas fait l’objet d’une égale attention, Jean-Paul Latouche soulignant par exemple que Kiribati est « restée […] la Cendrillon (Macdonald, 1982), non seulement de l’Empire mais de la recherche » (2017 : 174. Voir Thomas 2009). De même, les atolls de Tuvalu, qui ont attiré un nombre limité d’études en anthropologie, histoire et linguistique demeurent, selon Patrick V. Kirch, encore « presque inexplorés sur le plan archéologique » (2017 : 161)4. L’archipel des Tuamotu (ou îles paumotu), composé exclusivement d’atolls, représente encore aujourd’hui l’un des « parents pauvres » de la recherche en sciences humaines et sociales. Si des recherches ont été conduites dès la fin des années 1920 par les équipes du Bishop Museum d’Honolulu, les travaux sur les sociétés préeuropéennes sont restés globalement moins nombreux et diversifiés que pour le reste de la Polynésie française, à tel point qu’on ne dispose aujourd’hui d’aucune chronologie pour appréhender le peuplement de ces îles. Il est d’ailleurs remarquable que de grandes synthèses consacrées aux sociétés polynésiennes n’aient tout simplement pas traité du cas de ces atolls, ou ne leur aient attribué qu’une place très marginale (Sahlins 1958 ; Goldman 1970) – sans doute en partie en raison de la petitesse des communautés concernées et de l’insuffisance des documents mobilisables. Si des auteurs ont abordé les conditions de l’évangélisation ou évoqué les parcours et découvertes d’éminents navigateurs (Desmedt 1932 ; Danielsson 1956 ; Baert 1999), on ne dispose pas non plus d’ouvrages consacrés aux premiers contacts et au début de la période européenne semblables à ceux publiés pour les Marquises, Hawai’i ou Tahiti. De même, les formes sociales qui se sont développées dans l’archipel après l’installation des Français à Tahiti sont connues au travers d’un nombre limité de recherches, réalisées pour les plus détaillées dans les années 1950-1960. On constate que les caractères physiques et biologiques des atolls paumotu ont suscité plus d’intérêt scientifique que les sociétés humaines qui s’y sont épanouies, mais aussi que les contraintes réelles ou supposées des environnements d’atolls ont pu devenir une véritable « clef d’interprétation » du social, donnant sens aux conflits, ou encore à l’organisation politique de ces îles.

  • 5 L’archipel fut traversé dès les xvie et xviie siècles par des navigateurs européens (Pigafetta 152 (...)

4Ce chapitre proposera des éléments de compréhension et d’analyse de l’histoire des recherches consacrées aux Tuamotu. Une première partie reviendra sur la période des premiers contacts et le début de la période européenne (xviie-xixe siècles)5, au cours desquels se structurent deux visions paradoxales de l’archipel, tantôt vu comme un désert océanique à éviter et comme une « manne » dès lors que s’organisent l’exploitation de la nacre, des perles, de l’huile de coco et du coprah dans certains atolls. L’idée que les Pa’umotu se borneraient à survivre dans un milieu peu favorable et que leurs sociétés et cultures ne seraient pas aussi complexes et remarquables que celles des populations des îles hautes s’affirme aussi au xixe siècle. Je ferai ensuite un historique des recherches conduites sur les sociétés des Tuamotu, en examinant l’impact des conditions matérielles et des perceptions de l’archipel et de ses ressources. Je montrerai enfin que les travaux entrepris depuis une cinquantaine d’années ont permis d’accéder à une vision plus nuancée des interactions homme-nature à l’époque préeuropéenne, en révélant les capacités d’adaptation et de résilience de populations sans doute moins démunies, moins soumises aux caprices de la nature qu’on a pu l’envisager dans le passé.

Les Tuamotu, l’anti Nouvelle Cythère ?

  • 6 Les atolls de Napuka et Tepoto furent appelés pour leur part Îles du Désappointement par le naviga (...)
  • 7 Lettre à un correspondant non nommé, Tuuhora (Anaa), 5/05/1870, archives de la Congrégation des Sa (...)

5Les Tuamotu sont un ensemble de 77 îles basses de tailles et de morphologies très diverses, s’étirant sur un axe orienté nord-ouest/sud-est, à l’est de Tahiti et au sud des Marquises. Aujourd’hui l’un des cinq archipels de Polynésie française, les Tuamotu se différencient pourtant des Marquises, Gambier, Australes et îles de la Société, à la fois par le grand nombre d’îles et par l’absence d’île haute montagneuse. Ces îles sont parmi les premières à avoir été aperçues par les navigateurs occidentaux, qui les rencontraient presque immanquablement sur leur passage au cours des traversées effectuées depuis l’Amérique du Sud. Les difficultés de la navigation liées à la présence d’écueils, à la fréquente absence de mouillages sûrs, et l’accueil hostile que certains marins reçurent ont cependant joué un rôle répulsif et valu à l’archipel une série de noms peu flatteurs : par exemple les Mauvaises Eaux, les îles Pernicieuses (formule attribuée à Jacob Roggeveen, qui y perdit l’un de ses navires en 1722), l’Archipel Dangereux (Moerenhout 1837, I : 158), etc.6. Notons que l’archipel conserva longtemps la réputation d’être un « cimetière à bateaux », à même de dérouter les explorateurs ou les équipages de baleiniers les plus aguerris. « Ici, les cartes ne servent pas à grand chose, et comment distinguer une ligne de cocotiers d’une autre ? », s’interrogeait encore l’écrivain-voyageur Bernard Gorsky au début des années 1950 (1956 : 238). Si John Byron put signaler la présence d’« un nombre prodigieux de cocotiers, de bananiers plantain et de tamariniers » sur un atoll (1767 : 126), la majorité des voyageurs, commerçants, et, surtout, missionnaires a au contraire insisté sur les difficultés de l’existence dans l’archipel d’îles basses : la faible diversité, la rareté et la précarité des ressources s’ajoutant d’après ces témoignages à la fréquence et à la dangerosité des intempéries (Figure 2). Les Tuamotu offriraient de ce point de vue un contraste saisissant avec certaines îles hautes environnantes et surtout Tahiti, la Nouvelle Cythère célébrée par Bougainville. Le négociant et diplomate franco-belge Jacques-Antoine Moerenhout évoque l’indigence des ressources alimentaires et juge la vie des insulaires « aussi triste et aussi pauvre que celle des Indiens de Cobija actuel Chili » (1837, I : 166-167). Le missionnaire catholique Germain Fierens écrivant pour sa part : « on n’y voit aucun de ces fruits dont l’Océanie en général est si riche, ni les feis Musa troglodytarum, nombreux ailleurs, ni le fameux maioré Artocarpus altilis …. La principale et souvent l’unique ressource est le pandanus : son maigre fruit, voilà le pain quotidien. Le poisson est rare et souvent empoisonné » (1884 : 384). Les îles Tuamotu, qualifiées de « pays maudit de Dieu et des hommes » par le même Père Fierens7, entre autres descriptions négatives, se présentent en fait dès le départ comme la « face noire » de l’éden polynésien.

Figure 2

Figure 2

L’un des quais du village de Tapuarava (Reao), battu par les vagues.

Émilie Nolet, 2017.

  • 8 Chez les missionnaires, ce type de discours était adossé au besoin de justifier et promouvoir leur (...)

6Au xixe siècle, certains voyageurs, missionnaires et savants avancent que ces milieux naturels auraient aussi influencé les caractères des sociétés locales : les mœurs des Pa’umotu seraient ainsi moins raffinées, leur langage moins plaisant, leur personnalité moins aimable que ceux des Tahitiens, et à l’image d’un environnement réputé rude et difficile. Des récits de voyage popularisent l’image de populations peu organisées, vivant dans un état de misère économique et morale les poussant à la guerre permanente et au cannibalisme8. L’empreinte négative du milieu serait telle que, pour Moerenhout, les insulaires des Tuamotu seraient à même « après quelque séjour loin de leur terre natale » de retrouver à la fois « un teint plus clair », des « traits plus agréables » et de devenir « plus souples et plus agiles même que les habitants des îles élevées » (1837, I : 166, note 1). Jules-Sébastien-César Dumont-d’Urville, qui considérait que les « peuples de Hawaii, de Taïti et de Tonga étaient ceux qui avaient fait le plus de progrès vers la civilisation », avec des « monarchies régulièrement constituées », des « castes séparées », « des cérémonies religieuses célébrées avec appareil », estima en revanche que les Polynésiens des Tuamotu étaient « dénués d’institutions » et vivaient dans un « état peu différent de celui qui est propre aux tribus mélanésiennes », offrant peut-être la « transition entre les deux races » (1832 : 7-8). Ce rapprochement avec les Mélanésiens était aussi facilité par la couleur de peau des Pa’umotu, décrite comme plus foncée que celle des Marquisiens et Tahitiens (Dumont-d’Urville 1832 : 15), et vue comme un indice de primitivité. Deux idées s’affirment ainsi dans le courant de ce siècle, marqué par le triomphe de l’évolutionnisme et par une attention portée aux déterminations environnementales des faits culturels et sociaux : d’une part, diverses pratiques sociales paumotu seraient liées aux conditions matérielles de l’existence ; d’autre part, les Tuamotu n’offriraient que des versions simplifiées, altérées, d’institutions (chefferie) ou encore de pratiques matérielles (tatouage, architecture, confection d’outils) existant ailleurs en Polynésie, lesquelles ne pourraient apparaître ou se maintenir dans toute leur complexité dans ces espaces isolés, aux ressources peu diversifiées.

7Ce type de discours va perdurer dans la première moitié du xxe siècle, en particulier sous la plume de l’historien (contesté) et aventurier Eugène Caillot. Dans un ouvrage paru en 1932, ce dernier affirmait encore que les habitants des Tuamotu « ne connaissaient pas d’autre droit que celui de la force » et que « la véritable cause » des « expéditions contre les îles éloignées, afin de se procurer aux dépens de leurs habitants ce qui leur manquait » était « la pauvreté du sol des îles » (1932 : 16-17). En définitive, des traits ou des institutions culturels très différents (l’intense rivalité statutaire observée au xixe siècle, la mobilité géographique, les cérémonies d’offrandes des premiers fruits, etc. Voir Nolet 2014) furent rapportés à la pression du milieu et au besoin de survivre dans un environnement limité et débilitant. Certains évoquèrent la présence d’une religion tournée vers les besoins de la survie, la difficulté pour les chefs (ariki) de maintenir une forte autorité, ou, plus rarement, la présence de tyrans, exploitant à l’envie une population affamée et misérable (voir Beechey 1832 : 156 ; Caillot 1910 : 25 ; Desmedt 1932 : 17). Dans les premiers écrits sur les Tuamotu, la lutte pour la vie tint ainsi bien souvent lieu de culture, de dénominateur commun aux populations de cet archipel, dont les différences linguistiques et socioculturelles (Emory 1947a ; Stimson et Marshall 1964) furent en regard peu décrites et prises en compte. Des évènements tragiques, tels que le massacre des passagers de la Sarah Ann par des habitants de Tematagi en 1856, ont alimenté les discours négatifs relatifs aux Pa’umotu, en particulier des îles les plus éloignées de Tahiti. De même, les conséquences des cyclones de 1878, 1903 et 1906, qui ont causé des centaines de morts dans l’archipel (en partie à cause des regroupements artificiels de populations sur les sites de pêche nacrière), n’ont sans doute fait que renforcer l’impression d’environnements peu adaptés à la vie humaine.

  • 9 Lettre d’Étienne Jaussen à Marcellin Bousquet, Tahiti, 30/09/1873 (ASC).
  • 10 Le Père Fierens expliquait en 1873 avoir « distribué plusieurs milliers de cocos à semer » à la po (...)
  • 11 Au début du xviiie siècle, Roggeveen avait déjà estimé « qu’on pourrait y établir une pêcherie de (...)

8Il est remarquable que, chez les missionnaires catholiques, l’œuvre d’évangélisation se soit accompagnée d’une politique volontariste de plantation de cocotiers, facilitée par l’achat d’un petit navire, la Vatikana, en 18709 : on allait en somme transformer le paysage végétal des atolls pour transformer, et contrôler, les hommes10. Cette dimension assez pauvrement documentée de l’action des missionnaires contribua (mais à un rythme inégal selon les îles) à un recul de la forêt primaire et à une transformation des économies insulaires, avec la production d’huile de coco d’abord, puis de coprah à partir des années 1870 (Danielsson 1956 : 97). Des données permettent d’établir que certaines ressources des Tuamotu étaient déjà considérées comme précieuses par les habitants des îles de la Société, notamment des nattes « excessivement fines et belles » (Ellis 1831, I : 187) et des plumes employées en contexte cérémoniel. D’après Marau Taaroa : « Nombreux étaient ceux qui étaient envoyés jusque dans les Tuamotu où se trouvaient les plus beaux oiseaux, à la recherche des [‘]ura – les plumes rouges » (1971 : 44). La nacre et les perles faisaient sans doute partie des produits échangés par les habitants des atolls (Morrison 1966 : 166 ; Oliver 1975, I : 214). Les Occidentaux arrivés en Polynésie s’intéressèrent eux aussi rapidement aux gisements d’huîtres nacrières présents dans certains lagons et les Tuamotu furent rebaptisées îles des Perles par des voyageurs11. L’exploitation démarra dès le début du xixe siècle, aboutissant, comme l’ont écrit Bonvallot et al. (1994 : 91-92), à une « véritable économie de rapine » et à un quasi-épuisement des stocks naturels vers 1950.

  • 12 En 1883, un agent du gouvernement, visitant Reao, commente : « Les gens de Reao n’avaient jamais v (...)
  • 13 Sur l’arrivée des Sacrés-Cœurs et la fondation d’une mission catholique à Faaite en 1849, voir la (...)
  • 14 Lettre du 5 octobre 1879, Papeete. 48W n° 546 (SPAAP).
  • 15 Le Juge de Paix Cambazard explique en 1938 : « en cas de non appel, les condamnations risquent for (...)
  • 16 En 1949, le chef de la circonscription administrative des Tuamotu-Gambier expliquait que l’île de (...)
  • 17 Pour les habitants, cette stigmatisation a pu être source de souffrance, mais aussi devenir un fer (...)
  • 18 Sur les changements intervenus dans la culture matérielle, même dans les îles éloignées, voir auss (...)

9Seuls les atolls les plus proches de Tahiti, dont les lagons se prêtaient à la plonge des nacres ou qui, comme Anaa, produisaient de l’huile de coco (environ 200 tonneaux par an en 1865) ou du coprah, étaient cependant régulièrement visités par les navires occidentaux dans la seconde moitié du xixe siècle. Même après la proclamation du Protectorat français en 1842, puis l’annexion de Tahiti et de ses dépendances par la France en 1880, la majorité des atolls est restée largement isolée, ne connaissant que des visites sporadiques de missionnaires catholiques et mormons, de marins-commerçants et de fonctionnaires en tournée, parfois jusque dans les années 1950-196012. Cette différence concerne aussi la christianisation : si des Polynésiens convertis aux îles de la Société commencèrent à diffuser le protestantisme dans les îles de l’ouest dès 1817 (Ellis 1831, III : 305-306 ; Gunson 1969 : 74), les îles les plus orientales ne furent évangélisées qu’à partir des années 1860 par des missionnaires catholiques de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie13. De nombreux atolls sont ainsi restés en marge des changements culturels et économiques survenus dans le reste de la Polynésie, en particulier aux îles de la Société. Au xixe et au xxe siècles, des agents de l’administration coloniale ont aussi dénoncé l’existence d’une forme de désintérêt politique pour ces îles : « depuis seize ans, écrivait le Résident des Tuamotu au Commandant de la Colonie en 1879, nul n’a pu ou voulu s’occuper de l’organisation sérieuse de cet archipel qui a été mis tellement de côté, tellement délaissé, que plusieurs des ordonnances qui intéressent cette organisation n’ont paru ni au Messager, ni au Bulletin de la Colonie »14. Certains ont évoqué l’impact de communications lentes et difficiles, gênant la bonne marche des institutions et le ravitaillement des îles, une inadaptation des lois à l’éclatement spatial des Tuamotu15, les difficultés à y maintenir un véritable contrôle social16. Cet isolement prolongé a favorisé la persistance de stéréotypes faisant passer les Tuamotu, tantôt pour une poche de primitivité (où se manifesteraient, à un degré plus important qu’ailleurs, inceste, violence et sorcellerie, vus comme des vestiges du passé préchrétien) et tantôt pour un conservatoire culturel, où un ensemble de pratiques et de valeurs incarnant la Polynésie profonde serait toujours observable17. Les transformations intervenues surtout à partir du xixe siècle ne doivent pourtant pas être sous-estimées : la conversion au christianisme, la création de villages ou la transition vers une monoculture du cocotier ayant, partout, entraîné d’importants changements. On observera d’ailleurs que l’influence des missionnaires s’est exercée sur de nombreux domaines, tels que les pratiques matrimoniales, les modes de résidence, d’expression artistique, etc. Ainsi le Père Montiton a expliqué avoir procuré aux insulaires de Fangatau qui « habitaient et couchaient pêle-mêle, sous des hangars ouverts à tous les vents » « des habitations plus conformes à l’hygiène et à la morale » (1873 : 281)18.

10Au début du xxe siècle, le démarrage de l’exploitation des phosphates sur l’atoll soulevé de Makatea (1908-1966) devait contribuer à d’importantes migrations de travailleurs et à l’essor économique de la Polynésie française (Decoudras et al. 2005). L’archipel le plus délaissé et dénigré devint ainsi un poumon économique pour toute la région ; un rôle qu’il conserva encore par la suite, avec le début des essais nucléaires à Moruroa et Fangataufa et les importantes retombées économiques liées à la mise en place du centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) au début des années 1960. En plus d’une amélioration de la desserte aérienne et maritime, l’installation de bases militaires dans les Tuamotu de l’est permit aux habitants d’atolls éloignés comme Hao, Pukarua et Reao d’accéder à des services, des emplois salariés et des biens de consommation nouveaux, tandis que d’autres à la même époque connaissaient un fort exode vers les îles de la Société. Ces différences ont aussi concerné le développement de la perliculture et du tourisme, avec une répartition très inégale de ces activités aujourd’hui principalement concentrées sur certaines îles de l’ouest et du centre de l’archipel.

Histoire des recherches sur les sociétés des Tuamotu

  • 19 En 1877, le Père Fierens évoque des « dangers de la part des sauvages, chez qui le sens moral est (...)

11L’extrême dispersion des atolls et le fait que nombre de voyageurs aient surtout cherché à les éviter19 ont eu des conséquences pour la recherche qu’il faut à présent évoquer. Tout d’abord, les chercheurs ne disposent que d’une faible quantité de récits de première main, décrivant les pratiques sociales des populations rencontrées au moment des premiers contacts et de la christianisation. La plupart se limitent à des mentions rapides, même si certains observateurs, comme le Père Montiton (1874), ont offert davantage de détails. Les renseignements sont sensiblement plus importants pour les îles situées dans la partie ouest de l’archipel (comme Anaa), plus proches de Tahiti, et pour celles où se pratiquait la plonge des nacres. La relative pauvreté de la documentation historique est heureusement un peu compensée par l’existence de corpus de traditions orales (recueillies par des ethnologues, des associations culturelles, etc.), d’importance inégale selon les îles. Ces traditions, parfois en lien avec les pratiques religieuses de l’époque pré-européenne, posent cependant des problèmes de traduction et d’interprétation qui rendent leur utilisation délicate (Nolet 2014 : 26-27).

  • 20 Kenneth Emory affirmait déjà au début des années 1930 : « The maraes in the western part of the ar (...)

12Il faut souligner par ailleurs qu’effectuer des recherches dans ces îles s’est longtemps pratiquement révélé très difficile : les distances à parcourir depuis Tahiti ou entre les différents atolls, la faible fréquence des rotations maritimes, les coûts élevés des voyages ont contribué à décourager les scientifiques au sens le plus large. La célèbre Mangarevan Expedition du Bishop Museum (1934), qui put compter sur l’aide de sa propre goélette, le Tiare Tahiti, possédait des moyens financiers et logistiques que peu d’équipes purent rassembler par la suite. Le nombre assez faible de travaux en sciences humaines et sociales entrepris dans l’archipel est un reflet direct de cette situation d’isolement géographique, même s’il peut aussi sans doute s’expliquer par un intérêt supérieur pour les sociétés et cultures des îles hautes. Aux Tuamotu, point de pétroglyphes, point de spectaculaires tiki, mais des vestiges de marae moins imposants que ceux des îles de la Société (voir Molle 2015, 2016), et une culture matérielle globalement limitée, surtout réalisée à partir d’éléments végétaux, de corail, d’ossements et de matériaux coquilliers (Emory 1975). En outre, bon nombre de marae ont été endommagés20 par les houles cycloniques, la végétation, les destructions volontaires et le réemploi de blocs coralliens au moment de l’introduction du christianisme, ou encore transformés par des restaurations ultérieures effectuées par les insulaires (Figure 3).

Figure 3

Figure 3

Marae de Reao, envahi par la végétation de gapata.

Émilie Nolet, 2017.

13L’image de sociétés présentées comme indigentes, statiques, surtout préoccupées par leur survie matérielle, put renforcer l’impression d’un faible potentiel archéologique des atolls paumotu, et d’une histoire se bornant à de simples « réajustements » à l’évolution du milieu. On ajoutera qu’il fut longtemps admis que de véritables stratigraphies ne pouvaient être découvertes sur les îles basses d’Océanie ; une idée que les travaux de Janet Davidson en 1965 sur l’outlier polynésien de Nukuoro ont pourtant contribué à remettre en cause (1967). Comme le résume Paul Rainbird, au sujet des atolls des Carolines, en Micronésie : « The small land area, poor coralline soils and vulnerability to environmental catastrophe have in the past led archaeologists to believe that atolls are also impoverished archaeologically » (2004 : 163 ; Kirch 2017 : 151). Dans le cas des Tuamotu, les cyclones ont effectivement entraîné des destructions de monuments (par exemple des deux marae principaux de Napuka en 1903), mais les fouilles et inventaires réalisés montrent que les îles ont été inégalement touchées et que des découvertes restent possibles (infra). Dans le cas de l’anthropologie sociale, en plus des difficultés déjà mentionnées d’accès au terrain, la réputation d’acculturation de la Polynésie française au sens large put aussi contribuer à décourager les chercheurs, plus attirés par des contextes comme la Papouasie Nouvelle-Guinée, le Vanuatu ou encore la Nouvelle-Calédonie. Le faible nombre de recherches en sciences humaines et sociales consacrées aux Tuamotu explique que des idées diffusées au xixe siècle aient pu perdurer et demeurer des références encore longtemps par la suite. Paul Ottino cite un manuel de géographie publié dans les années 1950. On y lit au sujet des « habitants des Tuamotu, les Paumotu » : « leur aspect physique est plus lourd, leur peau plus foncée que celle des Tahitiens, leur caractère plus sauvage, plus secret » (Huetz de Lemps 1954 : 106, cité dans Ottino 1972 : 19), ce qui n’est pas sans rappeler les récits des premiers voyageurs.

14Dans le courant du xixe siècle et au début du xxe, des auteurs ont émis de premières hypothèses sur le peuplement et l’histoire pré-européenne des Tuamotu, parfois à partir de données de seconde main et sans avoir jamais accédé au terrain. Ces spéculations visaient surtout à établir comment des hommes avaient pu atteindre ces contrées isolées et à expliquer les particularités linguistiques ou physiques décrites par les voyageurs. Moerenhout fit l’hypothèse d’un vaste continent englouti par un cataclysme, les îles polynésiennes étant alors considérées comme les sommets d’anciens reliefs submergés (1837, II : 215, 254). Armand de Quatrefages, pour qui la population paumotu présentait « un certain nombre de traits qui la rattach[ai]ent incontestablement à la grande famille polynésienne », souligna que : « c’est dans les Îles-Basses qu’on rencontre les tribus les plus foncées, à cheveux parfois crépus, à traits grossiers. Ces particularités accusent le mélange d’une forte proportion de sang noir ». Des comparaisons (sommaires) relatives à la culture matérielle l’amenèrent à postuler l’arrivée de populations micronésiennes ou mélanésiennes : « Quelque flotte de Carolins noirs, égarée par une tempête, a-t-elle donc été jetée par les hasards de la mer jusque dans ces parages ? La race métisse née aux Fijis a-t-elle poussé jusque-là sans peupler les grandes îles intermédiaires ? » (1864 : 153-154, 199). Les scénarios échafaudés à cette époque ont insisté sur la dimension soit accidentelle, soit contrainte du peuplement, qui était cohérente avec l’image négative des îles renvoyée par les récits de voyage : qui en effet pouvait bien souhaiter vivre dans les « dangereux », les « misérables » atolls paumotu ? Des traditions recueillies dans les archipels de Polynésie française semblaient confirmer l’idée que des populations issues d’îles hautes, défaites à la guerre, avaient dû fuir aux Tuamotu et y résider durablement (Caillot 1910 : 383-384 ; Handy 1923 : 20-21). D’autres traditions suggèrent l’existence de départs volontaires, d’explorations, de découvertes fortuites (voir Te Reo o te Tuāmotu 2001 : 64). Mais, pour le Père Maurice Desmedt, des Polynésiens n’avaient pu demeurer dans ces atolls par stratégie ou par choix, les voyageurs s’y étaient en fait retrouvés piégés par la pauvreté des ressources : « Ils ne trouvaient plus les matériaux nécessaires pour armer de nouvelles flottilles et courir une autre fois à la recherche de terres lointaines » (1932 : 10). Avant le début de l’archéologie, peu d’auteurs ont tenté de situer ces migrations dans le temps ou leur ont concédé une certaine ancienneté. La Notice décrivant les possessions françaises d’Océanie à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1900 indiquait ainsi : « Il est probable que le peuplement des îles Tuamotu n’a pas dû précéder de beaucoup le passage des premiers navigateurs [occidentaux] dans ces parages » (Lemasson 1900 : 84).

15Dans la seconde moitié du xixe siècle et les années 1900 et 1910, des voyageurs, des naturalistes et des missionnaires ont aussi commencé à réaliser des recherches plus détaillées sur les cultures locales. Ils recueillirent des éléments de vocabulaire, des généalogies, des récits de création du monde, avec des méthodes qui n’étaient toutefois pas celles de l’ethnographie scientifique moderne (voir par exemple Montiton 1874 ; Seurat 1905 ; Audran 1919). Il fallut attendre 1929 pour qu’une véritable expédition pluridisciplinaire soit organisée aux Tuamotu sous la houlette du Bishop Museum, laquelle fut suivie d’une seconde mission en 1934. À côté d’un travail d’inventaire et de typologie des marae fournissant des informations sur 17 atolls, ces deux missions ont permis de recueillir des centaines de chants, des listes de toponymes, des renseignements sur la cosmogonie, l’organisation sociale, l’histoire politique, le vocabulaire des différents ensembles culturels et linguistiques des Tuamotu. Une partie de ce matériel a fait l’objet d’analyses et de publications (entre autres Burrows 1933 ; Emory 1934, 1947a, 1947b ; Stimson et Marshall 1964), mais de nombreuses traditions sont aussi restées scientifiquement inexploitées. Plus de quinze années se sont écoulées avant que des recherches d’une certaine ampleur soient à nouveau entreprises sur les sociétés paumotu. Bengt Danielsson, ancien membre de l’expédition du Kon Tiki, séjourna deux fois à Raroia au début des années 1950 et en rapporta d’importantes informations tant sur les sociétés anciennes (au travers des traditions recueillies auprès des habitants et d’observations relatives aux marae) que sur les conditions socio-économiques de son temps (1952, 1956). Les recherches conduites par Sachiko Hatanaka à Pukarua (1968) et Paul Ottino à Rangiroa (1965, 1972) dans les années 1960 ont aussi permis le recueil d’informations tant historiques qu’anthropologiques, et même l’écriture d’une Ethnohistoire de l’atoll de Rangiroa entièrement fondée sur la tradition orale (Ottino 1965).

16Les recherches d’Ottino ont servi de point d’appui à des travaux archéologiques conduits par José Garanger et Anne Lavondès, devant illustrer la validité de la tradition orale de Rangiroa (1966 : 25) et incluant la fouille fine de plusieurs structures. Par la suite, des recherches associant archéologie, anthropologie sociale, linguistique, psychologie et anthropologie biologique furent engagées en 1976 et 1980 sur l’atoll de Reao, connu pour ses particularités linguistiques (UKPSE 1978 ; Hatanaka et Shibata 1982). Jean-Michel Chazine, qui avait réalisé un premier inventaire archéologique à Takapoto en 1975 (1977), fut, avec Eiji Nitta, et à la suite de Yosihiko Sinoto, chargé des travaux archéologiques lors de la seconde mission franco-japonaise. Il put observer sur l’île d’imposantes fosses de culture, étudiées par la suite lors de plusieurs missions réalisées à travers l’archipel (2008). Dans les années 1980, Éric Conte entreprit des recherches ethnoarchéologiques sur l’exploitation des ressources marines à partir de travaux de terrain à Napuka (1988). Il effectua à cette occasion l’inventaire archéologique de Napuka et Tepoto et conduisit sur ce second atoll la fouille du marae Te Tahata, dont la vocation funéraire n’avait pas été retenue par la tradition orale (1996). En 1985, une mission de prospection et d’inventaire visita 12 atolls du centre de l’archipel, complétant la documentation rassemblée par le Bishop Museum 50 ans plus tôt (Conte 1990). D’autres recherches, parfois limitées à des observations de surface ou des sondages diagnostics ont été menées depuis les années 1960. Parmi elles, on citera les études de Pierre Vérin (1964) et Paul Niva (2008) à Makatea, de Pierre Souhailé à Tureia (1972), de Jean-Michel Chazine à Makemo (2003) et Tatakoto (2005), ou des personnels du Service de la Culture et du Patrimoine (aujourd’hui Direction de la Culture et du Patrimoine) de Tahiti sur divers atolls (Dauphin 2005 ; Marchesi et Maric 2005 ; Maric 2010). Des inventaires ont été complétés à Anaa (Maric et al. 2010), ainsi qu’à Fangatau et Fakahina, en complément de travaux sur l’environnement naturel (Jacq, Butaud et Maric 2011 ; Jacq, Butaud et Molle 2011). En 2018 et 2019, deux missions organisées par le CIRAP à Fakahina ont porté à la fois sur l’histoire pré-européenne et sur les vestiges du début de la période européenne avec l’étude de l’ancien village d’Hōkikakika (Molle 2018). Ajoutons à cette liste non-exhaustive la publication d’un ouvrage de synthèse et d’un article de Guillaume Molle consacrés au complexe marae (2015, 2016) (Figure 4).

Figure 4

Figure 4

Fouilles en cours sur l’atoll de Fakahina, avril 2018 (direction G. Molle).

Guillaume Molle, 2018.

17En anthropologie sociale, sociologie et géographie, un nombre limité de recherches ont été entreprises depuis les années 1960. Outre les travaux de Candace Carleton Brooks sur l’organisation socio-familiale de Manihi (1968), de François Ravault sur le régime foncier (1978) et d’Éric Conte sur la pêche et les procédés de cuisson et de conservation de la nourriture (1986), on mentionnera les thèses de doctorat de Laure-Hina Grépin, sur l’adolescence masculine dans les îles de l’est (2001), Émilie Nolet, sur l’organisation sociopolitique ancienne et actuelle (2006), et Frédéric Torrente (2010), sur l’ethnohistoire d’Anaa. Bruno Saura a consacré un ouvrage aux événements dramatiques survenus en 1987 à Faaite, au cours desquels six personnes soupçonnées d’être possédées furent tuées par des insulaires (1990). Des recherches en linguistique ont aussi été conduites par Jean-Michel Charpentier et Alexandre François pour leur Atlas linguistique de la Polynésie française (2015). Il ne faut enfin pas oublier l’important travail de collecte et de valorisation engagé par les associations culturelles locales, parfois depuis les années 1970, avec plusieurs publications à leur actif (Te Reo o Te Tuāmotu 2001, 2006).

  • 21 Le graphème g représente ici la nasale vélaire /ŋ/, conformément à la graphie de l’Académie paumo (...)

18Le bilan qu’on peut tirer de cette histoire des recherches est en demi-teinte. D’une façon générale, les recherches consacrées aux sociétés préeuropéennes et aux traditions ont été plus nombreuses que celles prenant pour objet les transformations sociales survenues avec l’arrivée des Européens ou les conditions socio-économiques du xxe siècle – avec des exceptions notables, dont la monographie formidablement détaillée mais déjà ancienne d’Ottino sur le Rangiroa des années 1960 (1972). Pourtant, il faut désormais compter avec une forte érosion des connaissances traditionnelles, les générations passant, et, parfois, avec une certaine « mise à distance » des informations relatives aux monuments et pratiques religieuses du passé préchrétien : parce que les insulaires ne s’estiment plus compétents, préférant se référer aux travaux publiés, ou encore parce que la convocation des us et coutumes du passé provoque une gêne, notamment chez les plus âgés. Bien que les travaux archéologiques se soient multipliés ces dernières années grâce au développement du réseau aérien et à des sources de financement renouvelées, les modalités du peuplement restent largement méconnues. Pour les appréhender, nous disposons principalement à ce jour de récits d’origine et d’informations indirectes, liées aux changements du niveau de la mer et à la constitution progressive d’îlots (motu) coralliens habitables au cours de l’Holocène (voir Montaggioni et al. 2018). Nous ne disposons aussi que d’indices, de pistes, de données isolées sur les mécanismes de diffusion/diversification de l’architecture cérémonielle, ou encore sur les échanges interinsulaires, attestés par les traditions et la circulation d’artefacts (Collerson et Weisler 2007). La vie religieuse de l’époque des premiers contacts a été mieux documentée grâce au recueil de traditions encore abondantes et précises dans les années 1920-1930 – bien que leur interprétation ait fait l’objet, dès cette époque, de vives discussions (voir Nolet 2014 : 27 sur la réfutation du culte de Kiho Tumu par Kenneth Emory et le Père Mazé). De même, l’étude des généalogies et récits traditionnels a fourni des informations conséquentes sur l’ancienne organisation socio-familiale, en mettant en avant l’importance du gati21 (groupe de filiation cognatique rattaché à un patrimoine matériel et immatériel) et des référents fonciers (Emory 1947a ; Ottino 1965 ; Nolet 2014). Autre apport important, les recherches réalisées dans différents champs disciplinaires ont permis de mieux comprendre la manière dont les insulaires interagissaient avec leur milieu naturel et de nuancer l’image de très forte dépendance ou de franche misère transmise par les premiers voyageurs.

Des interactions homme-nature de mieux en mieux comprises

19Si les recherches portant sur les sociétés paumotu ont été globalement peu nombreuses, l’environnement des atolls a été, en revanche, bien étudié de longue date par les sciences naturelles. Cet intérêt s’est affirmé dès le xixe siècle avec des publications interrogeant les mécanismes de formation des mystérieuses « îles madréporiques » et décrivant leurs spécificités physiques (Ribourt 1878 ; Beltran y Rozpide 1883). Par la suite de nombreuses études ont été conduites sur les caractères et les dynamiques des écosystèmes insulaires, et en particulier sur les espèces marines présentant un intérêt économique comme l’huître Pinctada margaritifera (Bouchon-Brandely 1885 ; Hervé 1933-1934 ; Andréfouët et al. 2016), ou le bénitier Tridacna maxima, présent en quantités inhabituelles dans certains lagons (voir Salvat 1971 ; Gilbert et al. 2006). L’implantation du CEP et les opérations de surveillance radiologique furent en elles-mêmes d’importants moteurs pour ce type de travaux.

20Au sein des recherches en sciences humaines et sociales consacrées aux Tuamotu, la question des relations homme-nature, et plus spécialement des mécanismes d’adaptation aux contraintes naturelles des îles basses, est aussi demeurée centrale. Les modalités d’exploitation des milieux terrestre et marin, la gestion des stocks alimentaires et des catastrophes naturelles, les savoirs naturalistes, ont, comme pour les atolls micronésiens (Lessa 1964 ; Alkire 1999), toujours suscité un fort intérêt (voir par exemple Pollock 1978 ; Conte 1988 ; Chazine 2008 ; Worliczek 2013), sans exclure d’autres thématiques (parenté, histoire traditionnelle, vie politique etc.). De même, l’interprétation des institutions sociales paumotu a, comme pour d’autres sociétés d’atolls, régulièrement mis en avant des impératifs de nature économique et les conditions matérielles de l’existence sur les îles coralliennes. En 1972, Ottino estimait, d’accord avec Marshall Sahlins, que « l’écologie des atolls et îles basses » favorisait un « type d’organisation sociale et familiale à principe indifférencié », observable entre autres aux Tuamotu (1972 : 449). Pour cet auteur, un ensemble de représentations et de pratiques sociales, incluant le mariage, l’adoption, la mobilité géographique, permettait en dernière analyse « d’assurer la perpétuation des groupements résidentiels locaux chargés du contrôle des richesses (faufaa), c’est-à-dire des terres, tout à la fois objet et condition de leur existence » (1972 : 435-436). L’attention témoignée aux déterminations écologiques des faits culturels et sociaux, qui ne concerne pas que les atolls, a atteint son apogée dans les années 1950-1960, marquées par l’influence de l’écologie culturelle et par la personnalité scientifique de Julian Steward (voir Fischer 1958 ; Mason 1959 ; Vayda 1959 ; Hainline 1965).

  • 22 Il ne peut être question, dans le cadre restreint de ce chapitre, que d’offrir un bref aperçu des (...)

21On ajoutera que les Tuamotu font, depuis quelques années, l’objet d’une attention scientifique plus soutenue en raison des risques que le changement climatique et l’élévation du niveau marin font encourir aux atolls. Différents projets de recherche étudiant les manifestations locales du changement climatique, la gestion communautaire des risques et les rapports homme-nature en général ont ainsi été proposés ou engagés dans ces îles – au point parfois de générer chez les habitants et les associations sollicités un sentiment de saturation. Si importants que soient de tels travaux dans le contexte d’une menace climatique bien réelle, il est remarquable que l’environnement (craint, admiré, méprisé, convoité) des atolls paumotu demeure souvent le prisme au travers duquel sont appréhendées les sociétés locales. Cet intérêt scientifique pour les interactions homme-nature (qui fait écho à la fascination-répulsion engendrée, dès les premières explorations, par les environnements d’atolls) a permis in fine d’importants progrès et conduit à relativiser l’impression de vulnérabilité transmise par les voyageurs. Si les données traditionnelles et archéologiques sont, de ce point de vue, nos meilleurs atouts, certains récits d’Occidentaux (en particulier de missionnaires) sont aussi à même d’enrichir notre compréhension des modes de représentation, de gestion et d’utilisation des milieux insulaires. Voyons quelques exemples de ce que les différentes sources d’information disponibles ont déjà permis d’établir22.

  • 23 Le Père Fierens souligne, à propos de Fangatau : « Le bénitier et le pandanus est leur unique nour (...)
  • 24 Le Père Montiton évoque à propos de Napuka « d’innombrables volées d’oiseaux blancs et noirs ». Le (...)

22Les terminologies détaillées qui ont été collectées depuis le début du xxe siècle (Stimson et Marshall 1964), ainsi que les chants fakatara décrivant les territoires des groupes de parenté, révèlent tout d’abord une fine connaissance de l’environnement tant marin que terrestre des atolls. Les traditions suggèrent aussi que les insulaires savaient tirer le meilleur parti des espèces végétales sauvages, certes peu nombreuses, qui existaient dans leurs îles avant l’arrivée des Occidentaux, pour l’alimentation et divers usages techniques ou médicinaux (voir les inventaires floristiques de Butaud 2009-2010 et Butaud et Jacq 2009). La partie charnue et les amandes des drupes du Pandanus tectorius var. tectorius (fara, tima), par exemple, étaient consommées23, tandis que les racines servaient à la fabrication de cordages, ou encore de remèdes pour traiter des ulcérations de la bouche. Les feuilles séchées et lissées du pandanus servaient en outre à la confection de nattes plus douces, fines et durables que celles obtenues par tressage des palmes du cocotier. Les insulaires avaient appris à tirer parti des propriétés mécaniques de différentes essences d’arbres et d’arbustes (Pemphis acidula ou mikimiki, Heliotropium foertherianum ou geogeo, Cordia subcordata ou tou, etc.) pour la construction et l’artisanat, et à compenser la rareté des grands spécimens en employant, pour leurs pirogues, un ingénieux système de planches cousues. De même, les travaux de Jean-Michel Chazine ont montré l’importance du système des fosses de culture (dites maite, kāuai, etc.), qui permettait de cultiver le taro et d’autres plantes alimentaires grâce à la captation d’une lentille d’eau douce présente sous la plupart des îlots – eau douce qui était aussi collectée dans des puits pour pourvoir aux besoins domestiques des familles (Emory 1975 : 2). Certaines zones des atolls présentent d’importantes concentrations de fosses de culture, fournissant des surfaces cultivables cumulées atteignant jusqu’à 1500 m2 (Chazine 2008 : 213). On notera que la forêt primaire dominée notamment par les Pisonia grandis (gatae, puka) qui recouvrait les atolls avant la plantation extensive des cocotiers attirait d’importantes colonies d’oiseaux24 et contribuait à la production d’un humus qui fait largement défaut aujourd’hui. Outre des oiseaux marins comme la grande frégate (Fregata minor, kotaha), la sterne fuligineuse (Onychoprion fuscatus, kaveka), le fou à pieds rouges (Sula sula, kariga) et le noddi brun (Anous stolidus, goio), les Pa’umotu ont consommé des espèces importées (chien, poulet, cochon), présentes en quantités variables, le cochon et le chien ayant peut-être été surtout réservés aux festins rituels (voir Conte, Molle et Nolet 2017 : 57-58).

  • 25 Notes non datées, dossier Tm 72-1 (ASC). Ces observations pourraient dater d’une traversée effectu (...)
  • 26 Lettre au Père Albert, Tuuhora (Anaa),15/05/1894 (ASC).

23On sait d’autre part que les populations – qui ne résidaient pas dans des villages permanents à l’époque préeuropéenne, mais vivaient dispersées sur la bande de terre habitable, groupées par clan ou famille élargie – avaient coutume de se déplacer sur leurs îles ou sur des îlots inhabités pour y collecter des ressources, en fonction des besoins ou de leur disponibilité saisonnière. Le Père Montiton, au moment de l’évangélisation de Fangatau, expliquait : « j’ai pu rarement les garder réunis au village. […] ils se disséminaient ordinairement çà et là dans l’île pour y rechercher leur nourriture de chaque jour » (1873 : 280). Le Père Gustave Nouviale confirme l’abondance au moins saisonnière de certaines ressources alimentaires : « Ahe est une petite île de sable inhabitée ; les oiseaux y foisonnent. À la saison de la ponte ils s’y réunissent si nombreux que leurs troupes volant au dessus de ces îlots en obscurcissent le ciel. Les plus nombreux sont les kaveke [kaveka] du genre du goéland. […] Les oiseaux sont si nombreux sur l’île et leur ponte si abondante qu’on pourrait charger des navires d’œufs »25. Ces déplacements ont sans doute pu prendre, au besoin, un caractère plus pérenne. D’après le Père Fierens, les insulaires de Tematagi (île qui selon lui n’avait « pas d’autres vivres que le pandanus et fort peu de poissons, et pas de bénitier ») demandèrent au Père Paul de « les transporter dans une autre île où il y avait de quoi manger », et partirent tous s’installer à Tureia26.

  • 27 Lettre à Clair Fouqué, Tuuhora (Anaa), 28/06/1871 (ASC).
  • 28 Cité in Hermel, Histoire de la Mission, Archidiocèse de Papeete. Pacific Manuscripts Bureau (Canbe (...)
  • 29 Sur la coutume polynésienne consistant à imposer des tabous sur des espaces ou ressources, notamme (...)

24L’exploitation des ressources marines, qui s’adaptait aux comportements alimentaires et aux rythmes saisonniers des espèces locales (Conte 1988), jouait un rôle central. On sait que les bénitiers Tridacna maxima (nommés gaiere, pahūa, koeha, etc., dans les différentes îles), ont constitué l’une des bases de l’alimentation et ont pu être présents dans des quantités très importantes dans certains lagons, comme à Reao et Tatakoto ; « si leur taille n’est pas imposante, écrivait le Père Paul Mazé, leur nombre dans certaines îles dépasse ce que l’on peut imaginer » (1926 : 526). Si tous les lagons ne sont pas poissonneux ou riches en bénitiers, des animaux marins pouvaient abonder à des moments précis de l’année, comme la période de frai ou de ponte. Le Père Fierens expliquait en 1871, à propos de Tatakoto : « Dans la saison où la tortue vient pondre ses œufs à terre, ils en ont beaucoup à manger »27. Le Père Montiton a offert des informations convergentes : « Je passais un mois à Vahitahi, avec une poignée de farine ; mais, comme c’était la saison des tortues, je n’eus pas à souffrir de la faim » (1873 : 371). En 1849, le Père Honoré Laval faisait déjà état d’une pêche particulièrement fructueuse à Fakarava : « Nous venons de passer une semaine d’or. Dieu a permis que mes gens de Fakarava prissent le 13 septembre 75 cachalots qui ont donné lieu à de solennelles invitations »28. Des observations ethnographiques indiquent que les tortues (honu), si elles étaient prises en grand nombre, pouvaient être confinées dans des enclos ou des bassins naturels pour une consommation ultérieure ; une pratique qui, à Reao, s’est maintenue jusqu’aux années 2000. Diverses techniques (cuisson et séchage des bénitiers, séchage des pieuvres, etc.) permettaient aussi aux populations de conserver une partie de cette nourriture marine, par exemple en vue des périodes où la pêche serait rendue difficile par une forte houle (Conte 1986). Des dispositions semblent en outre avoir été prises pour favoriser la reproduction d’espèces valorisées. Nous savons que le chef de Reao pouvait décider d’appliquer un tabou sur la collecte des bénitiers dans une partie du lagon, ce qui conduisait alors la population à s’installer ailleurs (Hatanaka 1982 : 41), ou encore que des espaces au sein du lagon de Napuka étaient considérés comme des réserves où les bénitiers ne pouvaient être collectés, en dehors d’occasions spéciales (Conte 1988 : 96)29. Des rituels propitiatoires étaient aussi pratiqués, notamment à l’occasion du retour saisonnier des tortues vertes Chelonia mydas (Emory 1947a). Le milieu marin fournissait, en outre, des matériaux adaptés à certains usages techniques. Des aiguillons caudaux de raie pouvaient ainsi être employés comme armatures de lances, et des mâchoires de murènes utilisées comme couteaux. Des pelles en os de carapace de tortue ou en valves d’huîtres perlières ainsi que des herminettes en bénitier ont été recueillies dans différentes îles, à côté de quelques herminettes en basalte importées des îles hautes ou façonnées sur place à partir de blocs de basalte importés (Emory 1975 : 100, 119 ; voir aussi Wilkes 1845, I : 332).

  • 30 Sur ces dernières, voir le Journal Officiel des Établissements Français de l’Océanie des 12-13 fév (...)
  • 31 Lettre d’Isidore Butaye au Très Révérend Père Supérieur Général, Fakahina, 17/02/1904 (ASC).
  • 32 Lettre d’Athanase Hermel à Marcellin Bousquet, Papeete, 13/03/1906 (ASC).
  • 33 Lettre d’Amédée Nouailles, sans doute à Marie-Joseph Verdier, Katiu, 4/07/1905, archives de l’arch (...)
  • 34 Lettre à un correspondant non nommé, Fakahina, 25/11/1904 (ASC).

25Les récits occidentaux laissent peu de doute sur l’importance des dégâts que pouvaient occasionner tempêtes et cyclones, contre lesquels les atolls n’offrent pas de protections naturelles. En plus des pertes humaines30 et des dommages matériels, les ressources alimentaires pouvaient se trouver durablement affectées après leur passage. Près d’un an après le cyclone de janvier 1903, les pandanus de l’atoll de Napuka, qui avaient « été tellement maltraités », ne « produis[ai]ent rien »31. Le Père Athanase Hermel expliquant pour sa part qu’après le passage du cyclone de 1906, à Faaite : « Il n’y avait plus de terre ; la mer avait creusé le sol jusqu’au roc »32. Les conflits entre chefs et gati ont pu autrefois occasionner de semblables pénuries, les guerriers d’Anaa (ou parata) ayant eu notamment coutume d’incendier les cocotiers des habitants des îles vaincues avant de les quitter ; ce qui les changeait, indique Moerenhout, « en désert affreux » (1837, II : 371). Les insulaires disposaient néanmoins de ressources d’appoint. Les racines du pourpier (Portulaca lutea ou pokēa, une herbacée maintenant réservée à l’alimentation des porcs) étaient cuites et consommées en période de disette, quand les bénitiers étaient recouverts d’une épaisse couche de sable suite au passage d’un cyclone33. Le kōpara (dépôt rouge gélatineux constitué par des mattes de cyanobactéries se formant dans des mares en bordure de lagon) pouvait aussi constituer au besoin une nourriture d’appoint. On notera que des signes (tāpao) environnementaux, variables selon les îles, pouvaient alerter les insulaires du passage d’une forte houle ou de la proche survenue d’une tempête. De même, les liens de parenté et d’alliance interinsulaires constituaient des ressources mobilisables dans les périodes de disette ou de danger. Comme l’a souligné Kenneth Emory : « The main purpose of the ocean-going vessels, however, was […] for migration in times of scarcity of food, or in times of danger of attack » (1975 : 3). Le passage du cyclone de janvier 1903 semble ainsi avoir entraîné une forte mobilité des populations dont les atolls avaient été dévastés. Le Père Amédée Nouailles écrit, en 1904 : « elles se relèvent peu à peu de leurs ruines. Les habitants sont moins nomades, et partout moins dissipés et plus attachés à leur village respectif »34. Si les difficultés de l’existence sur les atolls paumotu ne doivent pas être sous-estimées, on voit néanmoins que les insulaires ont mis en place au fil du temps de solides mécanismes d’adaptation, basés sur la solidarité familiale, les savoirs naturalistes et une forte mobilité rendue possible par des moyens de navigation sophistiqués, qui firent l’admiration des Occidentaux (Moerenhout 1837, I : 158-159 ; Wilkes 1845, I : 340-341).

Conclusion

26De multiples paramètres ont ainsi contribué (ou contribuent) à limiter, orienter, conditionner les recherches consacrées au passé des sociétés paumotu. Parmi ceux-ci : (i) les difficultés matérielles d’accès, qui expliquent un démarrage tardif et un développement inégal des travaux de terrain dans les différentes îles ; (ii) les perceptions des premiers voyageurs, qui ont manifesté à la fois une forte appétence pour les ressources commercialisables et une certaine répulsion pour les cultures et les environnements locaux. De fait, leurs récits sont moins nombreux ou plus pauvres que ceux consacrés à d’autres régions polynésiennes, et souvent axés sur les atolls où se concentraient les intérêts occidentaux, ce qui offre peu de matière et peu de possibilités de comparaison aux chercheurs ; (iii) les mauvaises conditions de conservation des vestiges, avec un phénomène d’érosion des sols coralliens, encore aggravé par les brûlis pratiqués par les producteurs de coprah ; (iv) la fragilité, la faible diversité et le caractère généralement peu spectaculaire des témoins matériels attribuables aux sociétés anciennes ; (v) le fait que certains domaines de l’existence des anciens habitants soient mieux documentés que d’autres, en particulier la religion – à la fois parce que les marae sont parmi les rares vestiges à avoir, en partie, échappé à la destruction, parce que les traditions qui s’y rattachent sont assez abondantes et parce que les missionnaires se sont surtout intéressés aux concepts et aux rituels préchrétiens ; (vi) le poids de l’évolutionnisme et du déterminisme écologique, invitant à considérer la société paumotu comme une version tantôt inachevée, tantôt dégénérée, de la société tahitienne ; (vii) l’idée que des populations humaines n’avaient pu se maintenir dans ces îles basses aux ressources limitées depuis des temps très anciens.

27En dépit des obstacles matériels et idéels la multiplication des recherches a permis, comme on l’a vu, de réels progrès sur certains sujets. Mais quelles ressources sommes-nous susceptibles de mobiliser pour continuer à améliorer nos connaissances ? Tout d’abord, si les sources historiques sont moins abondantes que pour d’autres régions d’Océanie, on ne peut pas pour autant parler de « désert archivistique » pour cet archipel. Les missionnaires catholiques et mormons, les fonctionnaires du gouvernement colonial et certains commerçants, aventuriers et marins ont laissé des témoignages sur le début de la période européenne, marquée par une transformation des conditions de vie, qui restent à ce jour insuffisamment étudiés. Poursuivre l’analyse de telles sources pourrait aider à comprendre, par exemple, dans quelles conditions (psychologiques, idéologiques, politiques, etc.) se sont réalisés l’abandon des cultures vivrières en fosse et le passage d’une économie fondée sur la prédation régulée et l’optimisation des ressources existantes à la monoculture du cocotier, la réorganisation de l’espace et du temps sous l’égide des missionnaires, les dynamiques individuelles et collectives poussant à la conversion au christianisme (ou, au contraire, à l’apostasie), ou encore l’appropriation de nouveaux matériaux, objets et techniques (vêtements européens, métal, formes architecturales importées, système métrique, etc.). Au-delà, il est certain que la conduite de nouvelles fouilles archéologiques, en particulier là où des inventaires ont déjà été réalisés, doit être considérée comme une priorité. J’ai déjà souligné l’indigence des données disponibles sur le premier peuplement, la découverte de sites d’occupation anciens étant rendue particulièrement difficile sur ces atolls par la faible sédimentation. À l’heure où la re-datation de sites anciennement fouillés ou l’ouverture de nouvelles campagnes tendent à renouveler l’approche du peuplement de la Polynésie française (voir Conte et Molle 2014 ; Kirch et al. 2010) il semble plus important que jamais de combler les lacunes d’informations en recueillant, dans la mesure du possible, des données sur les Tuamotu. Beaucoup d’espoir peut en outre être fondé sur le développement et la multiplication des opérations de fouilles sur les marae, complément indispensable aux inventaires de surface réalisés depuis le début du xxe siècle. De telles fouilles sont susceptibles d’éclairer les dynamiques de fondation, abandon, réemploi ou transformation de ces sites de première importance, la diversité des activités rituelles qui y étaient pratiquées, ou encore leur utilisation funéraire, à ce jour mal comprise (voir Molle 2015 : 77).

28La problématique des interactions homme-environnement continue également de poser des défis considérables. La majorité des connaissances sur les utilisations préeuropéennes du milieu repose pour l’instant sur des traditions orales recueillies au xxe siècle. Le développement de recherches paléo-environnementales pourrait apporter des données complémentaires, en permettant d’évaluer par exemple l’impact des activités humaines sur les écosystèmes d’atolls depuis le premier peuplement, ainsi que les choix culturels et les stratégies d’acquisition développées. Des recherches archéozoologiques visant à mieux identifier les espèces consommées aux différentes époques ou à comprendre leur utilisation en contexte cérémoniel (tortues, grands poissons, etc.) doivent être entreprises. Notre connaissance de l’utilisation des ressources terrestres pourrait, en outre, être améliorée par un recours à l’anthracologie pratiquée sur les charbons des fours retrouvés sur les marae, et éventuellement, par l’étude de macro-restes découverts dans les fosses de culture restantes. Notons que l’utilisation des ressources terrestres reste, d’une façon générale, moins bien documentée que celle du milieu marin. Si des recherches ont déjà été consacrées aux maite, aux taxinomies vernaculaires ou à des espèces végétales importantes et valorisées telles que le cocotier (Emory 1947b ; Goo et Banner 1963 ; Te Reo o Te Tuāmotu 2006), un vaste programme de recueil, d’analyse et de comparaison des traditions relatives à des espèces toujours présentes ou disparues (oiseaux, plantes, insectes, etc.) gagnerait à être entrepris. Il serait aussi important de parvenir à reconstituer de façon plus précise les circuits d’échange et les étapes du nomadisme insulaire et interinsulaire pratiqué au moment des premiers contacts. Avec quelles communautés les insulaires de Reao, Kaukura ou Hikueru échangeaient-ils des produits, mais aussi des cérémonies et des conjoints ? Quels îlots inhabités étaient-ils susceptibles d’exploiter, à quel moment de l’année et pour quels types de ressources ? Comment les contacts avec certaines îles hautes, comme Tahiti, et les échanges de biens précieux (nacre, plumes, etc.) s’organisaient-ils concrètement ? Si des données existent pour certaines îles et régions des Tuamotu, les informations disponibles n’ont pas encore été rassemblées, cartographiées, étudiées sous un angle comparatif voire, si possible, dans la diachronie.

29Améliorer notre compréhension des sociétés préeuropéennes et des conditions dans lesquelles se sont réalisées les rencontres culturelles et les transformations socio-économiques des xviie, xviiie et xixsiècles impose ainsi de faire dialoguer autant que faire se peut un ensemble de données issues de l’archéologie, de l’histoire traditionnelle et des récits européens. Il est apparu que cette ouverture disciplinaire pouvait aussi aider à dépasser certains clichés culturels et apories déterministes, insistant sur la misère et la vulnérabilité des anciens habitants des Tuamotu. Gageons que l’accès à de nouveaux moyens techniques (pour l’étude des paléo-environnements, des régimes alimentaires, etc.) et à de meilleures communications, mais aussi la formation et l’investissement croissant d’étudiants et de chercheurs sur le terrain permettra à l’avenir de développer toujours plus avant l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie historique des Tuamotu, et par conséquent de poursuivre la révision critique d’idées communément admises.

Bibliographie

Archives

AAP : archives de l’Archevêché de Papeete.

AN : archives nationales de France, Paris.

ASC : archives de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, Rome.

SPAAP : archives du service du patrimoine archivistique et audiovisuel de la Polynésie, Papeete.

Références bibliographiques :

Alkire, William H., 1999. “Cultural Ecology and Ecological Anthropology in Micronesia”. In R. C. Kiste and M. Marshall (eds.), American Anthropology in Micronesia. An assessment. Honolulu: University of Hawai’i Press, p. 81-105.

Andréfouët, Serge, Thomas, Yoann, Dumas, Franck and Cédrik Lo. 2016. “Revisiting Wild Stocks of Black Lip Oyster Pinctada margaritifera in the Tuamotu Archipelago: The Case of Ahe and Takaroa Atolls and Implications for the Cultured Pearl Industry”. Eastuarine, Coastal and Shelf Science, 182 (part B): 243-253.

Audran, Hervé, 1919. « Étude linguistique du dialecte particulier de Napuka ». Bulletin de la Société des Études Océaniennes, 5 : 36-41.

Baert, Annie, 1999. Le paradis terrestre, un mythe espagnol en Océanie. Paris : L’Harmattan.

Bambridge, Tamatoa (ed.), 2016. The Rahui. Legal Pluralism in Polynesian Traditional Management of Resources and Territories. Canberra: ANU Press.

Beechey, Frederick W., 1832. Narrative of a Voyage to the Pacific and Beering’s Strait, to Co-operate with the Polar Expeditions. Philadelphia: Carey & Lea.

Beltran y Rozpide, Ricardo, 1883. “Las islas Tuamotu”. Boletin de la Sociedad Geografica de Madrid, 15: 23-52.

Blight, William, 1792. Voyage à la mer du Sud, entrepris par ordre de S. M. Britannique pour introduire, aux Indes Occidentales, l’arbre à pain, et d’autres plantes utiles. Paris : Garnery, Buisson, Desenne, Blanchon (traduit de l’anglais par F. Soulés).

Bonvallot, Jacques, Laboute, Pierre, Rougerie, Francis, et Emmanuel Vigneron, 1994. Les atolls des Tuamotu. Paris : ORSTOM.

Bouchon-Brandely, M., 1885. « Les pêcheries des îles Tuamotu ». Journal Officiel de la République Française, 23, 25 et 26 juin 1885.

Bougainville, Louis Antoine de, 1771. Voyage autour du monde par la frégate du roi « la Boudeuse » et la flûte « l'Étoile » ; en 1766, 1767, 1768 & 1769. Paris : Saillant & Nyon, libraires, rue S. Jean-de-Beauvais. De l’imprimerie de Lebreton, premier imprimeur ordinaire du roi.

Burrows, Edwin Grant, 1933. Native Music of the Tuamotus. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum Bulletin 109.

Butaud, Jean-François, 2009-2010. Tuamotu de l’ouest – guide floristique ; Tuamotu de l’est – guide floristique ; Tuamotu du centre – guide floristique. Direction de l’Environnement, Polynésie française.

Butaud, Jean-François et Frédéric Jacq, 2009. Atolls soulevés des Tuamotu – guide floristique. Direction de l’Environnement, Polynésie française.

Byron, John, 1767. A Voyage Round the World in His Majesty’s Ship The Dolphin, Commanded by the Honourable Commodore Byron… London: Newbery.

Caillot, Eugène, 1910. Histoire de la Polynésie orientale. Paris : Ernest Leroux.

Caillot, Eugène, 1932. Histoire des religions de l’archipel Paumotu. Paris : Ernest Leroux.

Carleton-Brooks, Candace, 1968. Manihi: Life on a Atoll. Doctoral dissertation, Stanford University.

Charpentier, Jean-Michel et Alexandre François, 2015. Atlas linguistique de la Polynésie française. Berlin, Papeete : Mouton De Gruyter et Université de la Polynésie française.

Chazine, Jean-Michel, 1977. « Prospections archéologiques à Takapoto ». Journal de la Société des Océanistes, 33 (56-57) : 191-215.

Chazine, Jean-Michel, 2003. « Recherches archéologiques à Makemo – Tuamotu ». Dossier d’Archéologie Polynésienne, 2 : 117-136.

Chazine, Jean-Michel, 2005. « Complément d’enquête archéologique aux Tuamotu de l’Est (atoll de Tatakoto) ». Dossier d’Archéologie Polynésienne, 4 : 191-200.

Chazine, Jean-Michel, 2008. « Jardins d’atolls en fosses ». In E. Mollard et A. Walter (eds.), Agricultures singulières. Paris : IRD Éditions, p. 211-216.

Collerson, Kenneth D. and Marshall Weisler, 2007. “Stone Adze Compositions and the Extent of Ancient Polynesian Voyaging and Trade”. Science, 317(5846): 1907-1911.

Conte, Éric, 1986. Techniques de cuisson et de conservation de la nourriture aux Tuamotu : goûts culinaires et procédés techniques. Punaauia : CPSH.

Conte, Éric, 1988. L’exploitation traditionnelle des ressources marines à Napuka (Tuamotu, Polynésie Française). Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Conte, Éric, 1990. Archéologie des Tuamotu. Prospection de dix atolls du centre de l’archipel. Punaauia : CPSH.

Conte, Éric, 1996. « Un cas de mémoire tronquée : les sépultures du marae Te Tahata de Tepoto ». In M. Julien, M. Orliac et C. Orliac (eds.), Mémoire de pierre, mémoire d’homme. Tradition et archéologie en Océanie. Hommage à José Garanger. Paris : Publications de la Sorbonne, p. 75-94.

Conte, Éric and Guillaume Molle, 2014. “Reinvestigating a Key-Site for Polynesian Prehistory: New Results from the Hane Dune Site, Ua Huka (Marquesas)”. Archaeology in Oceania, 49 (3): 121-136.

Conte, Éric, Molle, Guillaume et Émilie Nolet, 2017. « Des atolls et des hommes ». In T. Bambridge et J.-P. Latouche (eds.), Les atolls du Pacifique face au changement climatique. Paris : Karthala, p. 51-82.

Danielsson, Bengt, 1952. “A Recently Discovered Marae in the Tuamotu Group”. Journal of the Polynesian Society, 61 (3-4): 222-229.

Danielsson, Bengt, 1956. Work and life on Raroia: An Acculturation Study from the Tuamotu group, French Polynesia. London: Allen & Unwin.

Dauphin, Christiane, 2005. « Prospection et inventaire archéologique de l’atoll de Mataiva ». Dossier d’Archéologie Polynésienne, 4 : 185-190.

Davidson, Janet, 1967. “Archaeology on Coral Atolls”. In G. A. Highland et al. (eds.), Polynesian Culture History: Essays in Honor of K. P. Emory. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum, p. 363-375.

Decoudras, Pierre-Marie, Laplace, Danièle et Frédéric Tesson, 2005. « Makatea, atoll oublié des Tuamotu : de la friche industrielle au développement local par le tourisme ». Cahiers d’Outre-Mer, 230 : 189-214.

Desmedt, Maurice, 1932. Le Père Clair Fouqué, missionnaire des Sacrés-Cœurs, et la conversion de l’archipel Tuamotu. Braine le Comte, multigr.

Di Piazza, Anne, 2001. « Terre d’abondance ou terre de misère. Représentation de la sécheresse à Nikunau (République de Kiribati, Pacifique central) ». L’Homme, 157 : 35-58.

Dumont-D’Urville, Jules-Sébastien-César, 1832. « Sur les îles du Grand Océan ». Bulletin de la Société de Géographie, 105 : 1-21.

Ellis, William, 1831. Polynesian Researches During a Residence of Nearly Eight Years in the Society and Sandwich Islands. London: Fisher, Son, & Jackson, Newgate Street.

Emory, Kenneth, 1934. Tuamotuan Stone Structures. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum Bulletin 118.

Emory, Kenneth, 1947a. Tuamotuan Religious Structures and Ceremonies. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum Bulletin 191.

Emory, Kenneth, 1947b. “Tuamotuan Plant Names”. Journal of the Polynesian Society, 56 (3): 266-277.

Emory, Kenneth, 1975. Material Culture of the Tuamotu Archipelago. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum, Pacific Anthropological Records 22.

Falgout, Suzanne, Poyer, Lin and Laurence M. Carruci, 2008. Memories of War. Micronesians in the Pacific War. Honolulu: University of Hawai’i Press.

Fierens, Germain, 1884. « Lettre du R. P. Germain Fierens, supérieur aux Pomotous, au R. P. Rogatien Martin, Provincial de la Mission de Tahiti ». Annales de la Propagation de la Foi, 56 : 383-393.

Fischer, John L., 1958. “Folktales, Social Structure and Environment in Two Polynesian Outliers”. Journal of the Polynesian Society, 67 (1): 11-36.

Garanger, José et Anne Lavondès, 1966. « Recherches archéologiques à Rangiroa, Archipel des Tuamotu ». Journal de la Société des Océanistes, 22 (22) : 25-66.

Gay, Jean-Christophe, 1994. « Le tourisme en Polynésie française ». Annales de Géographie, 103 (577) : 276-292.

Gilbert, Antoine, Andréfouët, Serge, Yan, Laurent and Georges Remoissenet, 2006. “The Giant Clam Tridacna maxima Communities of Three French Polynesia Islands: Comparison of Their Population Sizes and Structures at Early Stages of Their exploitation”. Ices Journal of Marine Science, 63 (9): 1573-1589.

Goldberg, Walter M., 2016. “Atolls of the World: Revisiting the Original Checklist”. Atoll Research Bulletin, 610: 1-47.

Goldman, Irving, 1970. Ancient Polynesian Society. Chicago, London: The University of Chicago Press.

Goo, Fannie and Albert H. Banner, 1963. A Preliminary Compilation of Tuamotuan Animal and Plant Names. Honolulu: Hawai’i Marine Laboratory, University of Hawai’i.

Gorsky, Bernard, 1956. Expédition Moana. Caraïbes-Polynésie. Paris : Éditions de la Pensée Moderne.

Grépin, Laure-Hina, 2001. L’adolescence masculine aux Tuamotu de l’Est aujourd’hui : le taure’are’a, contradictions et transformations d’une catégorie sociale traditionnelle. Thèse de doctorat, EHESS.

Gunson, Niel, 1969. “Pomare II of Tahiti and Polynesian Imperialism”. Journal of Pacific History, 4: 65-82.

Hainline, Jane, 1965. “Culture and Biological Adaptation”. American Anthropologist, 67 (5): 1174-1197.

Hale, Horatio, 1846. “Ethnography and Philology”. In C. Wilkes, Narrative of the United States Exploring Expedition. Philadelphia: Sherman, vol. vi.

Handy, Edward Smith Craighill, 1923. The Native Culture in the Marquesas. Honolulu: Bernice P. Bishop Museum Bulletin 9.

Hatanaka, Sachiko, 1968. Pukarua. A Socio-economic Study of a Polynesian Atoll. Doctoral dissertation, University of Tokyo.

Hatanaka, Sachiko, 1982. “Ethnological research”. In S. Hatanaka and N. Shibata (eds.), Reao Report. A Study of the Polynesian Migration to the Eastern Tuamotus. Kanazawa: University of Kanazawa, p. 18-76.

Hatanaka, Sachiko and Norio Shibata (eds.), 1982. Reao Report. A Study of the Polynesian Migration to the Eastern Tuamotus. Kanazawa: The University of Kanazawa.

Hervé, François, 1933-1934. « L’huître perlière et la perle dans les lagons de l’archipel des Tuamotu ». Bulletin de l’Agence Générale des Colonies, 297 : 1373-1431 et 298 : 112-170.

Huetz de Lemps, Alain, 1954. L’Océanie française. Paris : PUF, Que sais-je ? n°619.

Jacq, Frédéric, Butaud, Jean-François et Tamara Maric 2011. Diagnostique environnemental et socio-économique du Plan Général d’Aménagement (PGA) de la commune de Fangatau ; atoll de Fangatau. Rapport final. Service de l’Aménagement et de l’Urbanisme, Polynésie française.

Jacq, Frédéric, Butaud, Jean-François et Guillaume Molle, 2011. Diagnostique environnemental et socio-économique du Plan Général d’Aménagement (PGA) de la commune de Fangatau ; atoll de Fakahina. Rapport final. Service de l’Aménagement et de l’Urbanisme, Polynésie française.

Kirch, Patrick V., 2017. On the Road of the Winds. An Archaeological History of the Pacific Islands before European Contact (revised and expanded edition). Berkeley, Los Angeles: University of California Press.

Kirch, Patrick V., Conte, Éric, Sharp, Warren and Cordelia Nickelsen, 2010. “The Onemea Site (Taravai Island, Mangareva) and the Human Colonization of Southeastern Polynesia”. Archaeology in Oceania, 45 (2): 66-79.

Kiste, Robert C. and Mac Marshall, 2000. “American Anthropology in Micronesia, 1941-1997”. Pacific Science, 54 (3): 265-274.

Latouche, Jean-Paul, 2017. « Les études sur Kiribati et la situation politique précoloniale (1850-1892) ». In T. Bambridge et J.-P. Latouche (eds.), Les atolls du Pacifique face au changement climatique. Une comparaison Tuamotu-Kiribati. Paris : Karthala, p. 173-184.

Lemasson, Henri, 1900. Notice sur les Établissements Français de l’Océanie. Paris : Alcan-Lévy.

Lessa, William A., 1964. “The Social Effects of Typhoon Ophelia (1960) on Ulithi”. Micronesica, 1 (1-2): 1-47.

Macdonald, Barrie, 1982. Cinderellas of the Empire, Towards a History of Kiribati and Tuvalu. Canberra, Miami: ANU Press.

Marchesi, Henri et Tamara Maric, 2005. « Le marae Tainoka de Fakarava, un nouveau type de marae aux Tuamotu de l’Ouest ». Dossier d’Archéologie Polynésienne, 4 : 152-163.

Maric, Tamara, 2010. Archéologie et traditions orales des atolls de Nukutavake, Vaira’atea et Pinaki. Rapport de mission. Papeete : Ministère de la Culture et de l’Artisanat.

Maric, Tamara, Torrente, Frédéric, Butaud, Jean-François et Association Putahi Haga no Ganaa, 2010. Prospection archéologique de l’atoll de Anaa, archipel des Tuamotu. Juillet-août 2009. Tahiti, Association Putahi Haga no Ganaa.

Mason, Leonard E., 1959. “Suprafamilial Authority and Economic Process in Micronesian Atolls”. Cahiers de l’Institut de Science Économique Appliquée, 5 (1) : 87-118.

Mazé, Paul, 1926. « Il me faudrait des ailes ». Annales des Sacrés-Cœurs, août-septembre 1926.

Moerenhout, Jacques-Antoine, 1837. Voyage aux îles du Grand Océan. Paris : A. Bertrand.

Molle, Guillaume, 2015. Ancêtres-dieux et temples de corail, approche ethnoarchéologique du complexe marae dans l’archipel des Tuamotu. Tahiti : Les Cahiers du CIRAP 3.

Molle, Guillaume, 2016. “Exploring Religious Practices on Polynesian Atolls: A Comprehensive Architectural Approach Towards the Marae Complex in the Tuamotu Islands”. Journal of the Polynesian Society, 125 (3): 263-288.

Molle, Guillaume, 2018. Recherches archéologiques et anthropologiques sur l’atoll de Fakahina (Tuamotu, Polynésie française), rapport de mission 2018. CIRAP.

Montaggioni, Lucien, Salvat, Bernard, Aubanel, Annie, Eisenhauer, Anton and Bertrand Martin-Garin, 2018. “The Mode and Timing of Windward Reef-island Accretion in Relation with Holocene Sea-level Change: A Case Study from Takapoto Atoll, French Polynesia”. Geomorphology, 318: 320-335.

Montiton, Albert, 1855. « Lettre du R. P. Albert Montiton… missionnaire aux îles Pomotous, à ses parents ». Annales de la Propagation de la Foi, 27 : 438-452.

Montiton, Albert, 1873. « Lettre du R. P. Albert Montiton… au R. P. Bousquet ». Annales de la Propagation de la Foi, 45 (269) : 275-295 et 45 (270) : 371-385.

Montiton, Albert, 1874. « Les Paumotus ». Les Missions Catholiques, 6 : 339, 342-344, 354-356, 366-367, 378-379, 491-492, 498-499 et 502-504.

Morrison, James, 1966. Journal de James Morrison second maître à bord de la « Bounty ». Paris : Société des Océanistes.

Niva, Paul, 2008. « Inventaire historique et archéologique de Makatea en 2005 ». Bulletin de la Société des Études Océaniennes, 314 : 49-61.

Nolet, Émilie, 2006. L’organisation sociopolitique des Tuamotu durant la dernière période pré-européenne : éléments d’approche critique et comparative. Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Nolet, Émilie, 2014. Le cadet à la peau rouge. Pouvoir et parenté dans l’archipel des Tuamotu. Paris : CTHS.

Nouviale, Gustave, 1989. « Notes sur la vie d’un missionnaire de 1912 à 1945 ». Bulletin de la Société des Études Océaniennes, 246: 28-35.

Oliver, Douglas, 1975. Ancient Tahitian Society. Canberra: Australian National University Press.

Ottino, Paul, 1965. Ethno-histoire de l’atoll de Rangiroa. Papeete : ORSTOM.

Ottino, Paul, 1972. Rangiroa. Parenté étendue, résidence et terres dans un atoll polynésien. Paris : Cujas.

Pigafetta, Antonio ca, 1525. Navigation et découvrement de l’Inde Supérieure et îles de Malucque où naissent les clous de girofle, faite par Antonio Pigafetta, Vicentin et Chevalier de Rhodes, commençant en l’an 1519. Yale University Library, New Haven.

Pollock, Nancy, 1978. Atoll Economies. What Makes a Difference in Their Development. Takapoto and Namu. A Paper for a Meeting of the Association of Anthropologists of New Zealand, multigr.

Quatrefages, Armand de, 1864. Les Polynésiens et leurs migrations. Paris : A. Bertrand.

Quiros, Pedro Fernandez de, 1904. The Voyages of Pedro Fernandez de Quiros, 1595 to 1606. London: The Hakluyt Society (translation by Sir C. Markham).

Rainbird, Paul, 2004. The Archaeology of Micronesia. Cambridge: Cambridge University Press.

Rapaport, Moshe, 1995. “Oysterlust: Islanders, Entrepreneurs, and Colonial Policy over Tuamotu Lagoons”. The Journal of Pacific History, 30 (1): 39-52.

Ravault, François, 1978. Structures foncières et économie du coprah dans l’archipel des Tuamotu. Papeete : ORSTOM.

Ribourt, Général, 1878. « Observations géologiques sur Tahiti et les îles basses de l’archipel des Paumotus ». Bulletin de la Société de Géographie, 16 : 18-40.

Roggeveen, Jacob, 1739. Histoire de l’expédition de trois vaisseaux, envoyés par la Compagnie des Indes Occidentales des Provinces-Unies, aux Terres Australes en mdccxxi. La Haye : aux dépens de la Compagnie (traduction en français par C. Behrens).

Sahlins, Marshall, 1958. Social Stratification in Polynesia. Seattle: American Ethnological Society.

Salvat, Bernard, 1971. « Évaluation quantitative de la faune benthique de la bordure lagunaire d’un atoll de Polynésie Française ». Comptes Rendus Académie des Sciences de Paris, 272 : 211-214.

Saura, Bruno, 1990. Les bûchers de Faaite. Papeete : Cobalt-Les Éditions de l’Après Midi.

Seurat, Léon Gaston, 1905. « Les engins de pêche des anciens Paumotu ». L’Anthropologie, 16 : 295-316.

Stimson, J. Frank and Donald Stanley Marshall, 1964. A Dictionary of Some Tuamotuan Dialects of the Polynesian language. The Hague: Martinus Nijhoff.

Souhailé, Pierre, 1972. « Les marae de Tureia », Bulletin de la Société des Études Océaniennes, 179 : 180-191.

Taaroa, Marau, 1971. Mémoires de Marau Taaroa, dernière reine de Tahiti traduits par sa fille, la princesse Takau Pomare. Paris : Société des Océanistes.

Te Reo o Te Tuāmotu, 2001. Tuāmotu te kāiga. Papeete : Haere Po.

Te Reo o Te Tuāmotu, 2006. Nāku teie hakari. Le cocotier aux Tuamotu. Papeete : Haere Po.

Thomas, Franck R., 2009. “Historical Ecology in Kiribati: Linking Past with Present”. Pacific Science, 63 (4) : 567-600.

Torrente, Frédéric, 2010. Ethnohistoire de Anaa, un atoll des Tuamotu. Thèse de doctorat, Université de la Polynésie Française.

Ukpse (University of Kanazawa 1976 Polynesia Scientific Expedition), 1978. A Study of the Polynesian Migration to the Eastern Tuamotus: Preliminary Report. Kanazawa: The University.

Vayda, Andrew P., 1959. “Polynesian Cultural Distributions in New Perspective”. American Anthropologist, 61 (5): 817-826.

Vérin, Pierre, 1964. “Ra’iupu marae of Makatea, Tuamotu islands”. Asian Perspectives, 8 (1): 212-215.

Wilkes, Charles, 1845. Narrative of the United States Exploring Expedition. During the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842. Philadelphia: Lea & Blanchard.

Worliczek, Élisabeth, 2013. La vision de l’espace littoral sur l’île Wallis et l’atoll Rangiroa dans le contexte du changement climatique. Une analyse anthropologique de la perception des populations locales. Thèse de doctorat, Université de Vienne-Université de la Nouvelle-Calédonie.

Notes

1 Une liste révisée des atolls du monde a été récemment publiée par Walter M. Goldberg (2016). Pour la Mélanésie, des atolls de tailles et de structures diverses sont recensés au large de la Papouasie Nouvelle-Guinée, dans les archipels des Salomon et des Santa Cruz, au Vanuatu (Rowa, dans les îles Banks), à Fidji et en Nouvelle-Calédonie. Parmi ces atolls on note un certain nombre d’enclaves polynésiennes, comme par exemple Nukumanu, en Papouasie Nouvelle-Guinée. Les plus grandes concentrations d’atolls sont cependant en Micronésie et Polynésie. On en trouve en particulier dans l’archipel des Carolines, aux Marshall, à Kiribati, à Tuvalu, dans l’archipel des Cook et, surtout, aux Tuamotu.

2 Ainsi, Jacob Roggeveen évoque des îles des Tuamotu « tapissées d’une verdure charmante, et garnies de beaux arbres, entre lesquels il y avait beaucoup de cocotiers » (1739, I : 148). William Blight parle pour sa part d’une « abondance de poissons » à Tetiaroa, un atoll appartenant aux îles de la Société (1792 : 184-185).

3 Voir par exemple Jules de Blosseville, vers 1823, sur sa visite aux Tuamotu. Microfilm 5JJ 82, archives nationales de France (AN).

4 Pour une histoire et une bibliographie détaillée des recherches en Mélanésie, Polynésie et Micronésie, voir notamment Kiste et Marshall 2000 ; Rainbird 2004 ; Kirch 2017.

5 L’archipel fut traversé dès les xvie et xviie siècles par des navigateurs européens (Pigafetta 1525 ; Quiros 1904), mais les contacts furent sporadiques et les premiers récits de rencontres contiennent peu d’informations sur les populations locales. Au xixe siècle, les sources se multiplient avec le développement de l’activité commerciale et, surtout, l’arrivée des missionnaires catholiques de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie en 1849.

6 Les atolls de Napuka et Tepoto furent appelés pour leur part Îles du Désappointement par le navigateur britannique John Byron, qui y fut accueilli par des insulaires armés de lances et ne put s’y ravitailler (1767 : 126-127). Sur les premières rencontres et le début de la période européenne, voir Danielsson 1956, chap. III.

7 Lettre à un correspondant non nommé, Tuuhora (Anaa), 5/05/1870, archives de la Congrégation des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie (ASC).

8 Chez les missionnaires, ce type de discours était adossé au besoin de justifier et promouvoir leur action civilisatrice auprès des peuples « sauvages » (c’est-à-dire païens), notamment auprès des futurs missionnaires et des bienfaiteurs de l’Église catholique. Pour les marins, commerçants et aventuriers, le besoin de satisfaire un lectorat européen friand d’exotisme, qu’il soit enchanteur ou scabreux, put aussi jouer un rôle notable. Enfin, cette vision défavorable fut peut-être influencée par l’opinion de l’aristocratie tahitienne qui, tout en considérant l’archipel paumotu comme conquis et soumis (bien qu’il n’y ait jamais eu de réelle guerre de conquête), craignait ses redoutables guerriers (Hale 1846 : 35).

9 Lettre d’Étienne Jaussen à Marcellin Bousquet, Tahiti, 30/09/1873 (ASC).

10 Le Père Fierens expliquait en 1873 avoir « distribué plusieurs milliers de cocos à semer » à la population de Fangatau. Lettre à Marcellin Bousquet, Supérieur Général de la Congrégation, Anaa, 26/08/1873 (ASC).

11 Au début du xviiie siècle, Roggeveen avait déjà estimé « qu’on pourrait y établir une pêcherie de perle très avantageuse » (1739, I : 148-149). Notons toutefois que le développement de la perliculture moderne, impliquant l’élevage et la greffe d’huîtres Pinctada margaritifera ne remonte qu’aux années 1960 (voir Rapaport 1995).

12 En 1883, un agent du gouvernement, visitant Reao, commente : « Les gens de Reao n’avaient jamais vu de navire à vapeur, et ils voient très rarement de bâtiments venant de l’Océan atterrir sur leur île… ils désireraient seulement voir venir une goélette prendre leurs marchandises ; la dernière est venue il y a un an ». Rapport d’une tournée sur l’aviso le « Volage », juin 1883. Archives du service du patrimoine archivistique et audiovisuel de la Polynésie (SPAAP), 48W n° 1590.

13 Sur l’arrivée des Sacrés-Cœurs et la fondation d’une mission catholique à Faaite en 1849, voir la lettre de Clair Fouqué à Ernest Heurtel, Faaite, 2/06/1849 (ASC). Sur les missions dans les îles de l’est, voir Montiton 1873.

14 Lettre du 5 octobre 1879, Papeete. 48W n° 546 (SPAAP).

15 Le Juge de Paix Cambazard explique en 1938 : « en cas de non appel, les condamnations risquent fort de n’être pas exécutées avant un prochain passage du bateau de l’administration, soit, souvent, un an plus tard ». Rapport sur la tournée judiciaire effectuée dans l’Archipel des Tuamotu, du 11 au 30 mai 1938, 48W n° 807 (SPAAP).

16 En 1949, le chef de la circonscription administrative des Tuamotu-Gambier expliquait que l’île de Kauehi, où demeuraient alors 150 habitants, n’avait « Pas d’agent de police, pas d’instituteur, aucun commerçant ». Compte-rendu sur la tournée effectuée aux Tuamotu du 7 au 20 décembre 1949, 48W n° 1556 (SPAAP).

17 Pour les habitants, cette stigmatisation a pu être source de souffrance, mais aussi devenir un ferment d’affirmation identitaire : « Il y a encore quarante ans, il était socialement de bon ton de ne pas être Pa’umotu […]. En effet, le Pa’umotu véhiculait l’image d’un Polynésien sous-évolué, rustre, paresseux donc voleur, roublard et retors, s’habillant toujours avec mauvais goût […], un miséreux ne vivant que grâce à ses cocos d’où il tire son coprah » (Te Reo o Te Tuāmotu 2001 : 60).

18 Sur les changements intervenus dans la culture matérielle, même dans les îles éloignées, voir aussi Emory 1975 et le Rapport d’une tournée sur l’aviso le « Volage », juin 1883, 48W n° 1590 (SPAAP).

19 En 1877, le Père Fierens évoque des « dangers de la part des sauvages, chez qui le sens moral est totalement oblitéré » des « dangers sur mer où maintes fois les tempêtes et les vents menacent notre petit navire », des « dangers encore pour aborder dans les îles », des « dangers enfin du côté de la faim et de la soif ». Dans une lettre ultérieure, ce missionnaire explique encore : « Parfois je suis tellement dégoûté que je désire mourir ». Lettre au Révérend Père Supérieur de la Maison des Sacrés-Cœurs à Louvain, Papeete, 1/06/1877 ; lettre à un correspondant non nommé, Tuuhora (Anaa), 15/02/1883 (ASC).

20 Kenneth Emory affirmait déjà au début des années 1930 : « The maraes in the western part of the archipelago have suffered the most. In the vicinity of the main village at Anaa, Faaite, Apataki, Kaukura, Arutua, Makemo, Katiu, Raroia, Hikueru, and Amanu, I did not discover a single marae of which enough remained to show its form » (1934 : 3. Aussi Conte 1990 : 99).

21 Le graphème g représente ici la nasale vélaire /ŋ/, conformément à la graphie de l’Académie paumotu. Il est à noter qu’il existe des variations de vocabulaire selon les atolls considérés, qui restent à ce jour inégalement documentées.

22 Il ne peut être question, dans le cadre restreint de ce chapitre, que d’offrir un bref aperçu des connaissances acquises. Voir aussi sur ce même sujet Conte, Molle et Nolet 2017.

23 Le Père Fierens souligne, à propos de Fangatau : « Le bénitier et le pandanus est leur unique nourriture ». Lettre à Clair Fouqué, Tuuhora (Anaa), 28/06/1871 (ASC).

24 Le Père Montiton évoque à propos de Napuka « d’innombrables volées d’oiseaux blancs et noirs ». Lettre à un correspondant non nommé, Anaa, 15/04/1869 (ASC).

25 Notes non datées, dossier Tm 72-1 (ASC). Ces observations pourraient dater d’une traversée effectuée en 1913 (voir Nouviale 1989 : 30). Sur le même thème, Wilkes 1845, I : 330.

26 Lettre au Père Albert, Tuuhora (Anaa),15/05/1894 (ASC).

27 Lettre à Clair Fouqué, Tuuhora (Anaa), 28/06/1871 (ASC).

28 Cité in Hermel, Histoire de la Mission, Archidiocèse de Papeete. Pacific Manuscripts Bureau (Canberra), PMB 1080 Catholic Archdiocese of Papeete: administrative archives, 1833-1969.

29 Sur la coutume polynésienne consistant à imposer des tabous sur des espaces ou ressources, notamment pour des raisons de conservation environnementale, voir Bambridge 2016.

30 Sur ces dernières, voir le Journal Officiel des Établissements Français de l’Océanie des 12-13 février 1903 : http://lexpol.cloud.pf/document.php?document=312490&deb=35&fin=36&titre=QXZpcyBkdSAxMi8wMi8xOTAz et le Journal Officiel des Établissements Français de l’Océanie du 22 février 1906 : http://lexpol.cloud.pf/document.php?document=312003&deb=39&fin=41&titre=QXZpcyBkdSAyMi8wMi8xOTA2.

31 Lettre d’Isidore Butaye au Très Révérend Père Supérieur Général, Fakahina, 17/02/1904 (ASC).

32 Lettre d’Athanase Hermel à Marcellin Bousquet, Papeete, 13/03/1906 (ASC).

33 Lettre d’Amédée Nouailles, sans doute à Marie-Joseph Verdier, Katiu, 4/07/1905, archives de l’archevêché de Papeete (AAP).

34 Lettre à un correspondant non nommé, Fakahina, 25/11/1904 (ASC).

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Lagon et cocoteraie d’un atoll de l’est des Tuamotu.
Crédits Émilie Nolet, 2017.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Figure 2
Légende L’un des quais du village de Tapuarava (Reao), battu par les vagues.
Crédits Émilie Nolet, 2017.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 3
Légende Marae de Reao, envahi par la végétation de gapata.
Crédits Émilie Nolet, 2017.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4
Légende Fouilles en cours sur l’atoll de Fakahina, avril 2018 (direction G. Molle).
Crédits Guillaume Molle, 2018.
URL http://books.openedition.org/pacific/docannexe/image/1177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

© pacific-credo Publications, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search