Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’une archive du web ?

 | 
Francesca Musiani
, 
Camille Paloque-Bergès
, 
Valérie Schafer
, 
et al.

Conclusion

Texte intégral

1En dépit du caractère récent de l’histoire de ses processus de conservation, l’archive du Web suscite au sein de la communauté scientifique un intérêt croissant. En effet, peu d’objets, de périmètres d’étude et de réflexions contemporaines peuvent aujourd’hui se tenir « hors champ », comme l’aurait dit Louise Merzeau, alors même qu’Internet est devenu le phénomène massif que l’on connaît. À sa mesure, cet ouvrage se propose d’être un jalon pour découvrir, réfléchir et s’approprier l’archive du Web.

2D’abord, le patrimoine numérique et nativement numérique constitue un élément décisif de notre modernité occidentale. Indiscutablement, le Web joue en effet maintenant un rôle dans nos mémoires individuelles et collectives et sa conservation constitue un enjeu patrimonial de premier plan. Les institutions qui, en France comme en Europe, ont été chargées de cette tâche ont su, dans le sillage des pionniers américains, mais à leur manière, trouver les moyens de constituer les corpus mis à disposition du public et des chercheurs depuis quelques années déjà. Collecte difficile, qui s’affronte à une nature particulière de l’archive, remarquable par sa masse impressionnante et toujours en augmentation, par les lacunes qu’elle comporte (jusque sur les pages archivées elles-mêmes) et l’hypertextualité qui relie ses différents éléments constitutifs (pages, ressources, etc.). À ces caractéristiques propres de l’archive, la patrimonialisation du Web ajoute également des questions de représentation au plein sens du terme. Les Suds ou les minorités interrogent une organisation qui, pour être réellement multi-parties prenantes en intégrant notamment une partie de ses utilisateurs dans les processus organisationnels et décisionnels, reste majoritairement dominée par le Nord économique de la planète et ses représentants.

3Dans ce contexte spécifique de conservation, l’appropriation de ces nouvelles ressources demande une acculturation à ceux qui souhaitent s’y plonger. Au sein des temporalités désarticulées de l’archive et de l’océan de données qu’elle représente, de nouvelles méthodes se proposent de mieux armer le regard. La lecture distante ou le travail sur les métadonnées interrogent le fonctionnement des disciplines qui souhaitent intégrer l’archive du Web dans leurs travaux. Ces méthodologies prolongent les questions traditionnelles du rapport entre analyses qualitatives et quantitatives des données de la recherche, mais également celles concernant la montée en compétences du chercheur dont on attend de plus en plus qu’il soit capable de pénétrer les logiques techniciennes de constitution des corpus étudiés.

4Enfin, l’archive du Web est l’occasion de repenser en contexte les principaux enjeux éthiques liés à l’oubli, au respect de la vie privée et de la volonté de l’utilisateur, et ce, dans une perspective diachronique. La question de la représentativité dans le domaine de la conservation ou celle du respect de l’anonymat constituent autant d’enjeux déontologiques à débattre dans le cadre d’une pratique collective de l’archive et de construction de la mémoire de nos pratiques en ligne.

5C’est sur ces multiples pistes de réflexion que cet ouvrage a souhaité lancer son lecteur, libre à lui de les suivre ou même d’en tracer de nouvelles.

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr