Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce qu’une archive du web ?

 | 
Francesca Musiani
, 
Camille Paloque-Bergès
, 
Valérie Schafer
, 
et al.

Une recherche aux interfaces

Texte intégral

1Les éléments qui précèdent ont permis de montrer l’extrême variété des archives du Web, l’intrication d’enjeux techniques, politiques, sociaux et économiques qui influent sur les fonds constitués et mis à disposition. À la variété des archives répond la variété des méthodologies et approches, aussi vaste que le champ des questionnements qui peuvent prendre l’archive du Web pour objet.

Les archives du Web, quels publics ?

2Fin 2010-début 2011 la délégation à la Stratégie et à la Recherche de la BnF lançait une enquête qualitative auprès de publics potentiels des archives du Web (Chevallier et Illien, 2011). Elle identifiait alors trois profils : les chercheurs (en histoire, philosophie et sociologie des sciences et des techniques notamment), ensuite les professionnels (avocat, consultant marketing, documentaliste, ingénieur brevet, journaliste), enfin le tout-venant de la bibliothèque de recherche.

3Une enquête en ligne menée notamment auprès des chercheurs autour des ateliers du DL Web Ina montrait quant à elle en 2011 :

  • 1   Les bookmarks sont des systèmes de marque-pages ou favoris permettant de retrouver les pages ou s (...)

« […] encore une certaine défiance [de leur part] autour des critères de fiabilité, d’autorité et d’instabilité. Les rares pratiques d’archivage étaient en prise directe avec le Web vivant (bookmarks, screencast1…) ou bricolées d’après un modèle imprimé (.pdf), sans stratégie archivistique ou documentaire. » (Merzeau et Mussou, 2017)

4L’étude de Meghan Dougherty et al. (2010) avait également fourni une base solide de réflexion. Alors que ses auteurs notaient le fossé entre la potentielle communauté de recherche et sa réalité, bien plus modeste, ils proposaient pour l’élargir une série de recommandations qui restent d’actualité, que ce soit du tutorat et des formations, des appels à projets, le développement et la mise à disposition d’outils d’analyse, etc.

5Si Chevallier et Illien (2011) notaient surtout des besoins ponctuels en 2010-2011, les quelques années qui nous séparent de cette enquête prospective ont permis de voir un intérêt croissant pour les archives du Web, dans la recherche comme dans les médias, même si cet intérêt ne se lit pas toujours en termes de consultation dans les enceintes de la bibliothèque. Et le constat dépasse bien sûr les frontières hexagonales. Comme le relevait en effet l’historienne britannique Jane Winters (2017a) :

  • 2  « Toute personne travaillant avec des archives web s’habitue rapidement au fait que la plupart des (...)

« Anyone who works with web archives quickly becomes used to the fact that most people have not even heard of them – even fewer understand what they are and where you might be able to access them. In 2016, however, it seemed as though web archives began to filter into the public consciousness, to move from the technology pages of the more serious newspapers to the political and even cultural sections2. »

6L’année 2016 aura-t-elle été celle des archives du Web ? En France, comme dans le monde anglo-saxon, ce sujet jusque-là plutôt confidentiel aura en tout cas fait l’objet d’une large couverture médiatique, notamment de la part du Monde, de Libération ou encore de L’Express, à la faveur des vingt ans de la fondation étatsunienne Internet Archive et des dix ans du dépôt légal du Web en France3.

7Cependant une analyse plus fine des publics intéressés, ou même de la croissance de l’audience, reste complexe. Ainsi, alors que la croissance des consultations générales d’archive.org montre une nette évolution depuis 20094, les archives du Web ne sont prises en compte qu’à partir de 2013 dans ces données et les statistiques mises à disposition ne sont pas toujours aisément interprétables.

8Reste que du côté des bibliothèques, la marge de progression de la fréquentation est encore réelle et à attendre dans les prochaines années, alors que les premières thèses d’histoire utilisant des archives du Web institutionnelles, à l’instar de celle de Sophie Gebeil (2015) sur les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web, ont ouvert la voie. Le développement de l’accès aux archives du Web en région par la BnF et l’Ina garantit la possibilité d’accéder à ces archives sur tout le territoire national.

9Si un travail de pédagogie s’impose dans le monde académique et l’enseignement supérieur pour former les étudiants et les inciter à consulter ces archives, les institutions d’archivage ont bien compris qu’elles pouvaient stimuler l’intérêt par des appels à chercheurs, comme le font la BnF, l’Ina ou encore la British Library.

10Ainsi le projet The Big UK Domain Data for the Arts and Humanities project (BUDDAH5) a-t-il recruté dix jeunes chercheurs issus des humanités en 2014 pour leur proposer de développer au sein de la British Library des projets de recherche fondés sur les archives du Web. En sont ressortis des travaux féconds (Winters, 2017), à l’instar de ceux de Marta Musso qui a analysé les premiers pas des sites web britanniques sur la Toile (Musso et Merletti, 2016).

11D’un point de vue plus qualitatif, les usages et besoins de recherche commencent à être de mieux en mieux cernés, que ce soit par des initiatives comme les ateliers du DL Web Ina menés par Louise Merzeau et Claude Mussou pendant six ans6, des rapports comme celui réalisé par le Net Lab danois de l’université d’Aarhus (Costea, 2018) ou l’étude prospective conduite par la BnF en 2017 (Moiraghi, 2018), même si les besoins sont loin d’être figés et homogènes.

12Enfin il convient, au-delà des publics espérés et souhaités des archives du Web, de garder à l’esprit qu’il y a aussi des publics exclus des archives du Web. Certains gouvernements ont pu couper ponctuellement l’accès à Internet Archive : la Chine en 2014, le gouvernement russe en juin 2015 et la Jordanie en 2017 (Butler, 2017).

13L’utilité des archives du Web dépasse les seules communautés de recherche et ces archives peuvent également susciter l’intérêt citoyen. Les journalistes, les juristes, mais aussi la société civile pourraient s’en emparer. Certains ont déjà commencé à le faire, comme ceux qui reprennent les tweets fondés sur les archives du Web d’Internet Archive qui scandent la présidence de Donald Trump depuis 2017 aux États-Unis, confrontant sa politique à ses annonces passées et documentant ses contradictions.

Les archives du Web : trading zone et objet interdisciplinaire

14Les archives du Web sont le résultat de mobilisations hybrides d’innovateurs, d’utilisateurs et d’entrepreneurs, ainsi que d’une variété d’experts qui vont des chercheurs aux bibliothécaires et archivistes en passant par les informaticiens – chacun avec ses outils, attentes et cultures. Elles sont donc à plein titre un objet de recherche multi et interdisciplinaire, qui peut bénéficier des perspectives de disciplines telles que l’histoire, les sciences de l’information et de la communication, la sociologie, les sciences du langage, et bien sûr l’informatique, ainsi que de domaines disciplinaires comme les études sociales des sciences et des techniques (en anglais, Science and Technology Studies ou STS), ou encore les media studies et la linguistique de corpus. Si ces regards portés sur les archives du Web peuvent varier (lecture davantage diachronique ou sémiotique, ou encore inspirée par les visual studies, etc.), les chercheurs empruntent de plus en plus de clés de lecture et d’analyse à d’autres champs, voire se retrouvent dans des tendances dépassant les disciplines, à l’instar des code studies ou des Internet studies. Des approches dérivées des sciences juridiques et politiques peuvent également être mobilisées utilement pour explorer les institutions de standardisation de l’archivage du Web et leurs alliances, ainsi que les questions de droit d’auteur et de régimes de propriété intellectuelle applicables aux contenus archivés (voir par exemple Dulong de Rosnay et Guadamuz, 2017).

  • 7  Traduction proposée par Proulx, 2009.

15Les approches relevant des STS, en dialogue avec d’autres domaines disciplinaires, sont par exemple fructueuses pour appréhender et analyser des aspects qui relèvent de la « boîte noire » des archives du Web. Cette approche permet ainsi de penser les « relations de pouvoir » au sens large qui sont inscrites dans les archives du Web (Badouard et al., 2016), du rôle des GAFAM dans la constitution d’archives privées aux missions publiques d’institutions patrimoniales, en passant par la place des usagers dans les politiques conduites. Les notions de médiation, d’intermédiation, ainsi que celle d’agency (ou puissance d’agir7) peuvent être utilement appliquées au Web et à ses archives, pour observer des agencements au sein des dispositifs qui reflètent ces relations de pouvoir. Comme on l’a vu tout au long de cet ouvrage, les négociations humaines et techniques, à la fois au niveau de la collecte et de l’exploitation de l’archive du Web, incluent plusieurs opérations : des choix de fréquence de collecte, de périmètre et de profondeur ; des modalités de programmation des robots et des processus de dédoublage des données ; l’exclusion d’éléments spécifiques, comme les publicités ; ou encore la création de plateformes et d’environnements de consultation proposant chacun des designs et fonctionnalités différents. L’archivage du Web est le résultat du coformatage mutuel des contenus et des artefacts, des développeurs et des utilisateurs ; il découle d’un ensemble de pratiques et discours souvent triviaux et considérés comme acquis, qui jouent pourtant un rôle dans la conception, la régulation et l’entretien du Web. Tous ces éléments se doivent d’être analysés comme le résultat des motivations, des choix, des alliances des acteurs de l’archivage du Web – et, en même temps, on ne peut pas se priver d’une analyse fine des aspects techniques et parfois économiques qui les sous-tendent (Schafer et al., 2016).

16Les archives du Web et le patrimoine numérique peuvent également être explorés à l’aune de la notion d’« objet-frontière », concept proposé par Susan Leigh Star et James Griesemer (1989) pour décrire ces processus où des acteurs provenant de différents milieux sociaux et politiques, et appelés à coopérer, arrivent à se coordonner malgré des points de vue divergents, établissant une compréhension mutuelle sans pour autant perdre de la diversité et de la richesse des origines (Trompette et Vinck, 2009, p. 6-7).

17À cet égard, l’archivage du Web peut être considéré comme une zone d’échange (trading zone) au sens de Galison (1997). Cette métaphore a été utilisée à l’origine par son créateur afin de rendre compte de la manière dont des physiciens issus de différentes écoles arrivaient à collaborer entre eux et avec des ingénieurs pour développer des objets techniques complexes tels que le radar ou le détecteur de particules. Appliquée aux archives du Web, elle révèle aussi toute sa pertinence : ces archives sont des objets complexes au croisement non seulement de plusieurs disciplines, mais de plusieurs figures et communautés professionnelles (bibliothécaires, archivistes, ingénieurs et chercheurs).

Tendances de la recherche

  • 8  http://resaw.eu.
    On notera avant des publications pionnières issues du monde de l’archivage du Web, (...)

18Les recherches sur les archives du Web sont en plein essor, ce dont témoignent notamment la constitution du groupe de réflexion RESAW8 à l’échelle européenne dans la première moitié de la décennie 2010, ou encore l’attractivité de manifestations type hackathons, dédiées aux archives du Web et organisées plus récemment des deux côtés de l’Atlantique.

19Les travaux de recherche ont d’abord été dominés par des réflexions méthodologiques, initiées notamment par l’historien danois Niels Brügger. Ils ont commencé par souligner les défis que représente ce type de matériaux, insistant sur les médiations et reconstructions que subissent les archives du Web (Brügger, 2012b). Ces recherches ont par ailleurs intégré des enjeux disciplinaires et interdisciplinaires au fil des années, comme l’illustrent les réflexions menées sur les liens entre archives du Web, Digital Studies et Digital Humanities (Brügger, 2016). Par ailleurs, sous l’impulsion de courants de réflexion notamment liés aux Science and Technology Studies, des efforts ont également été faits pour comprendre la fabrique des archives du Web, comme nous venons de l’évoquer (Schafer, Musiani et Borelli, 2016).

20Des enjeux de gouvernance aux enjeux de pouvoir… la frontière est évidemment ténue et les cas de censure ou encore de suppression d’archives comme celles menées en Grande-Bretagne par les conservateurs en 2013 (Winters, 2017b) ont également sensibilisé aux enjeux politiques et géopolitiques que posent ces archives (Schafer, 2017). Initialement très tournées vers les dimensions et usages internes à la recherche (Dougherty et al., 2010), ces réflexions ont dans un second temps également été articulées avec des enjeux pédagogiques, qui montrent la volonté d’ouvrir ces archives à des publics plus larges (Winters, 2017).

21Bien sûr les archives du Web ont aussi été insérées dans des réflexions épistémologiques et méthodologiques plus générales sur le patrimoine numérique (Treleani, 2017 ; Bachimont, 2017b). Elles bénéficient par ailleurs de réflexions dédiées à d’autres types de sources nativement numériques, tels les forums de discussion en ligne (Paloque-Bergès, 2018), et de la volonté de penser les silences des archives, qui négligent les publicités en ligne ou encore les spams, comme l’a montré Finn Brunton (2017).

22Des recherches ont essayé d’évaluer les données manquantes au regard du Web vivant tel qu’il existait (Huuderman et al., 2015 ; Hale, Blank et Alexander, 2017). Différents, mais non moins complémentaires des précédents, des efforts ont également porté sur la possibilité de reconstituer des sites spécifiques (voir Nanni, 2017 pour le site de l’université de Bologne), voire des noms de domaine disparus, à l’instar du .yu de l’ex-Yougoslavie, exploré par Anat Ben-David (2016). Les archives du Web ont également servi d’appui à des travaux visant à retracer l’évolution d’un domaine national spécifique (nous pensons ici plus particulièrement aux travaux menés au Danemark, voir Brügger, 2017).

23D’autres chercheurs, sans négliger ces dimensions méthodologiques, sont entrés au cœur des archives pour les exploiter au service de sujets de recherche, que ce soit pour étudier les cultures numériques et l’histoire du Web lui-même9 ou encore pour aborder des sujets généraux mais représentés en ligne. C’est le cas par exemple des recherches de Sophie Gebeil dédiées aux mémoires de l’immigration maghrébine en ligne (Gebeil, 2017), des travaux que consacre Peter Webster (2018) à l’histoire des religions en exploitant les archives du Web, et de ceux de Richard Deswarte consacrés à l’euroscepticisme britannique10 tel qu’il a pu se manifester sur la Toile11

24En France, on notera parmi les travaux précurseurs, à des fins historiques ou non, ceux menés autour de Dana Diminescu au sein du projet e-diasporas (Diminescu et Loveluck, 2014) ou encore par Valérie Beaudouin sur les commémorations de la Grande Guerre. Les mémoires en ligne et les commémorations semblent aujourd’hui un terrain de recherche où les usages des archives du Web sont pleinement assumés, ce dont témoignent également les travaux d’Enrico Natale (2017) ou de Frédéric Clavert (2018b) sur les commémorations de la Grande Guerre.

  • 12   Gephi naît dans le cadre du projet e-diaspora porté par Dana Diminescu. C’est un outil de visuali (...)

25Dana Diminescu et son équipe, comme Valérie Beaudouin qui a travaillé dans le cadre d’un projet soutenu par la BnF (Beaudoin et Pehlivan, 2017), avaient précocement assumé une approche orientée vers ce que l’on ne qualifiait pas encore pleinement de Digital Humanities, mais qui déjà tirait parti des possibilités d’utiliser des outils d’exploration et de cartographie de la Toile, travaillant également à les inspirer et les enrichir (on pense ici à Gephi12 par exemple). En parallèle, d’autres chercheurs ont privilégié des approches plus « micro », à l’instar de Sophie Gebeil ou de nos travaux au sein de l’équipe Web90 (Schafer, 2018) invitant à penser autant « the Historian’s Macroscope » (Graham et al., 2015) que le microscope, et rappelant que :

  • 13   « […] le simple fait que ces collections numériques sont souvent des masses de données, qui ouvre (...)

« […] that simply because collections of digital material are in many cases big data, which opens the possibility of asking and answering new types of research questions, this does not necessarily mean that they have to be approached as Big Data13. » (Brügger, 2015, p. 11)

Quels enjeux éthiques et déontologiques ?

26Si les archives du Web soulèvent des enjeux en termes de recherche, elles ne sont pas sans poser également des questions éthiques et déontologiques, que ce soit aux archivistes ou aux chercheurs. Parfois trop rapidement assimilées à un débat entre droit à la mémoire et droit à l’oubli, ces questions renvoient en fait à une réalité plus complexe (Dulong de Rosnay et Guadamuz, 2017 ; Jones, 2016). Des enjeux politico-éthiques se retrouvent ainsi à tous les stades du cycle de gestion, depuis le choix de ce qui est préservé jusqu’à l’exploitation des données, en passant par leurs conditions d’accès (Pabón Cadavid et al., 2013).

27Luciana Duranti a rappelé, lors de la conférence « The Memory of the World in the Digital Age » (Unesco, 2012), les interrogations éthiques posées par l’émergence du numérique face aux cadres légaux existants. L’affaire WikiLeaks, par exemple, révèle une ambivalence des attentes en termes de droit (« conflicting rights in the digital environment ») alors qu’étaient mises à jour des données diplomatiques et militaires. Leur mise à disposition publique à travers des archives sauvages pointe très concrètement du doigt la nécessité de repenser des problématiques légales par l’éthique et vice versa : le rapport au secret, à la raison d’État et à la transparence, la confiance dans les données et les documents, leur traçabilité, et leur sécurisation, la délimitation et la redéfinition du domaine public, la standardisation et la gestion des droits d’auteur et des personnes…

29Elles accompagnent un mouvement de réflexion plus large sur l’utilisation des données, des blogs, des forums, des sites. Aussi peuvent-elles s’appuyer sur toute une production, notamment dans le champ des sciences de l’information et de la communication, sur le statut public ou privé des échanges en ligne, leur publicisation et mise en visibilité, les enjeux d’anonymisation ou encore de consentement, notamment étudiés par Guillaume Latzko-Toth et Madeleine Pastinelli (2013) ou Christine Thoër, Florence Millerand et al. (2012). Si, comme le notent Madeleine Pastinelli et Guillaume Latzko-Toth, « la frontière naguère intuitive entre ce qui relève de la vie privée et de l’expression dans la sphère publique est mise à mal par les nouvelles formes d’interaction médiatisée par ordinateur », les traces d’activité recueillies sur Internet étant de nature publique dans le cas de l’archivage du Web, il convient de dépasser cette dichotomie. Ce qui « ne veut pas dire pour autant que le chercheur soit exonéré de la responsabilité de veiller au bien-être des personnes qui sont l’objet de la recherche et, surtout, de se soucier d’éviter de leur nuire. Et sur ce plan, la question qui se pose n’est ni celle de l’accessibilité des informations, ni celle des attentes des acteurs, mais bien plutôt celle du degré de publicité des informations et de l’effet qu’est susceptible d’avoir l’intervention du chercheur sur cette publicité » (Latzko-Toth et Pastinelli, 2013).

  • 16  Par exemple, « AoIR: Ethical Decision-Making and Internet Research de 2012 » : https://aoir.org/re (...)

30La tendance générale se fonde, depuis le début des années 2010 (Latzko-Toth et Proulx in Barats, 2013), d’une part sur l’attention accrue à la manière dont les utilisateurs du Web perçoivent leur propre production de contenus et de traces sur les réseaux (contre l’idée d’un statut « pseudo-objectif de leurs écrits ») ; d’autre part sur le respect d’une « intégrité contextuelle », c’est-à-dire la prise en compte du contexte de la production (par opposition au fait de tenter de deviner les intentions des producteurs). Ces postures ont été introduites et travaillées de manière pionnière par la communauté des Internet studies, qui a rassemblé depuis 2012 des préconisations d’utilisation éthique des données, documents et matériaux issus du Web dans des chartes et des guides sous l’égide de l’Association of Internet Researchers (AOIR)16. Les préconisations en faveur d’une éthique de l’utilisation des données ont à voir aussi bien avec la promotion d’une déontologie du chercheur (et des missions patrimoniales de long terme des institutions) qu’avec la critique de la récupération de ces données à visée de profits par les entreprises privées, réduisant les données à des marchandises (« data as commodity »).

  • 17   Voir l’article de 2013 dans TechCrunch de Gregory Fereinstein sur cette possibilité offerte aux j (...)

31Pour le chercheur comme pour l’archiviste, la question de garder ou détruire, mettre en évidence ou cacher certaines informations relève d’un choix éthique – qui peut se traduire par des choix légaux dans les institutions juridiques. Ainsi, le droit californien oblige depuis 2013 les fournisseurs d’accès à mettre à disposition des mineurs une « gomme numérique » (« digital eraser17 »). Le droit peut aussi s’opposer aux conceptions plurielles de la valeur de l’archive. Ainsi, l’association des archivistes français a dû mener bataille contre la Commission européenne qui proposait une loi pour la destruction systématique des données personnelles dans les archives numériques (affaire #EUdataP, depuis 2013).

  • 18   « La question qui se pose dès lors est comment pouvons-nous étudier de manière éthique les enregi (...)

32Ian Milligan, traitant des millions de pages archivées de Geocities qu’il étudie, se pose dès lors la question : « How can we ethically navigate the records of seven million people18 ? » Outre qu’il suggère la lecture distante, pour ne pas centrer l’attention sur l’individu mais davantage sur la somme de ceux-ci, il propose également d’essayer d’évaluer le degré d’attente des acteurs face à leurs données personnelles, leur « expectation of privacy ». Alors qu’en termes d’éthique l’attention est souvent portée sur la protection de la vie privée, des données personnelles, il évoque implicitement le droit à la mémoire face au droit à l’oubli. Il souligne en effet :

« Leaving people out isn’t ethical either.

  • 19   « Laisser les gens à l’écart n’est pas éthique non plus.Je suis tout aussi gêné à l’idée de laiss (...)

I feel similarly uncomfortable with leaving the voices of everyday people completely outside the historical record when there is ample opportunity to include them. Moving to a full opt-in process would likely lead to the historical record being dominated by corporations, celebrities and other powerful people, tech males, and those wanted their public face and history to be seen a particular way19. » (Milligan, 2018)

  • 20   Voir par exemple les travaux de Paloque-Bergès (2017, 2018).

33Ajoutons dans le cadre des archives du Web, mais aussi des newsgroups (forums de discussion20) des années 1980-1990, un écart temporel entre production et exploitation des données qui a des conséquences. Que cela concerne :

  • la possibilité de retrouver les personnes vingt ans après et d’obtenir un consentement ;
  • des propos échangés dans le cadre d’une Toile ou de forums plus confidentiels alors, mais aussi en une période de tâtonnement sur les caractéristiques des échanges en réseaux ;
  • des prises de position parfois très libres et provocatrices face aux premières velléités de mise en procès de FAI, d’hébergeurs, de censure. Certains des acteurs de ces débats ont poursuivi leur carrière dans le domaine du numérique et occupent aujourd’hui des positions institutionnelles et entrepreneuriales éloignées de leurs premières prises de position ;
  • le peu de recours au pseudonymat, mal perçu dans les premiers échanges sur les newsgroups.

34Ces éléments impliquent des précautions au stade de l’analyse et de la diffusion de la recherche. La question de la diffusion pose aussi celle de la transparence en matière de création ou de partage de corpus. S’il est ainsi possible de référencer les archives, il est difficile d’une part de les reproduire, de les partager (par exemple dans le cadre du dépôt légal français) et l’accessibilité des archives dans la Wayback Machine ne garantit pas non plus le droit de reproduction/réutilisation, en raison des questions de droits d’auteur (Milligan, 2016).

35Défini par l’Unesco dans l’article 9 de sa charte sur la conservation du patrimoine numérique comme un patrimoine culturel devant être conservé et rendu accessible pour donner au fil du temps une image équilibrée et équitable de tous les peuples, nations et cultures (Schafer, Musiani et Borelli, 2017), le patrimoine numérique auquel appartiennent les archives du Web risque-t-il par ailleurs de reproduire une fracture numérique Nord/Sud (Gomes et al., 2011) ? Comme nous l’avons précédemment évoqué, les membres de l’IIPC sont presque tous issus des pays les plus développés. Si les archives portugaises collectent, en vertu de l’héritage historique du pays, les .ao et .cv (Angola et Cap-Vert), certains pays ou régions du Monde (Inde, Afrique, Moyen-Orient) ne disposent pas encore d’archivage du Web structuré. La situation évolue rapidement : le Chili, l’Afrique du Sud, la Chine ou encore la Malaisie ont pris des initiatives en ce sens par exemple. Mais le constat et les préconisations de Nicholas Taylor fin 2015 restent valables :

« The institutional membership of the IIPC, the comparatively high degree of professional activity in North America and Western Europe, and perhaps even the distribution of archival coverage in the Internet Archive Wayback Machine suggest that the opportunity gap may not just be in the volume of preserved content but also its diversity. [...]

  • 21   « La composition institutionnelle de l’IIPC, le niveau relativement élevé d’activité professionne (...)

All of which is to highlight the need for community efforts to both expand the base and enhance the capacity of web archiving organizations, through a combination of interoperating local tools and/or third-party systems21. » (Taylor, 2015)

36Notons par ailleurs face aux cas de censure précédemment relevés (la Chine en 2014, le gouvernement russe en juin 2015, en 2016 la Jordanie) que ces exemples ne doivent pas nous sembler lointains : les velléités d’expurger le Web et ses archives peuvent aussi se manifester aux États-Unis ou en Europe. Jane Winters (2017b) rappelle ainsi l’initiative du parti conservateur britannique en 2013 de supprimer de son site dix ans de discours et de bloquer l’accès à Internet Archive.

37D’autres enjeux émergent, par exemple lorsque les organisateurs du National Forum on Ethics and Archiving the Web soulignent en 2018 leur souhait de créer des archives plus riches, « non oppressives », davantage au service des publics et de l’histoire. Depuis au moins les années 2010, des mouvements de contestation sociale radicale comme les projets américains Occupy et Living Archives avaient en effet soulevé la question non seulement de la documentation, mais aussi de la place des populations minoritaires ou opprimées dans cette documentation. En effet, les archives numériques, « mémoire numérique sociale » (« digital social memory ») sont des outils sensibles et ambivalents des problématiques politiques : elles peuvent servir de preuves juridiques dans le cadre d’affaires légales, mais aussi devenir des porte-voix puissants de causes, des supports de mémoires de la communauté à des moments de changement, de crise, voire de révolution, comme au moment des printemps arabes. A contrario, elles pourraient aussi faciliter la surveillance et renforcer des logiques de traçabilité, voire d’oppression, en permettant de retrouver notamment des prises de position politiques, éthiques, religieuses, etc. Les enjeux de représentativité des archives sont ainsi posés avec acuité dans le projet Documenting the Now, lancé en 2016 et porté par plusieurs institutions universitaires des États-Unis. Visant à développer notamment une application ouverte permettant de préserver, collecter et analyser les contenus de Twitter, ses concepteurs revendiquent aussi le souci de lutter contre les silences des archives. La page d’accueil du projet s’ouvre sur des photographies liées aux manifestations et émeutes de Ferguson, suite à l’affaire Michael Brown, jeune Afro-américain abattu en août 2014 par un policier, et au mouvement Black Lives Matter. Des enjeux de genre et de diversité culturelle ne manqueront pas non plus de traverser les problématiques d’archivage.

Notes

1   Les bookmarks sont des systèmes de marque-pages ou favoris permettant de retrouver les pages ou sites jugés intéressants. Quant au screencast, il désigne l’enregistrement vidéo numérique de l’affichage d’un écran.

2   « Toute personne travaillant avec des archives web s’habitue rapidement au fait que la plupart des gens n’en ont même pas entendu parler – encore moins comprennent ce qu’elles sont et où y accéder. En 2016, cependant, il semble que les archives web commencent à filtrer dans la conscience publique, à passer des pages technologiques des journaux les plus sérieux aux sections politiques et même culturelles. » (Notre traduction.)

3   http://bnf.hypotheses.org/1105.

4  https://blog.archive.org/2015/01/26/archive-org-download-counts-of-collections-of-items-updates-and-fixes/.

5  https://buddah.projects.history.ac.uk.

6   Voir le bilan qu’elles en tiraient en 2017 : https://webcorpora.hypotheses.org/302.

7  Traduction proposée par Proulx, 2009.

8   http://resaw.eu.
On notera avant des publications pionnières issues du monde de l’archivage du Web, à l’instar de celle coordonnée par Julien Masanès (2006).

9   Voir notre projet ANR Web90 mené de 2014 à 2018, les travaux de Marta Musso et Franco Merletti (2016) sur l’arrivée des sites d’entreprises et commerciaux britanniques en ligne, ou les travaux de Ian Milligan, 2017 sur Geocities.

10   http://sas-space.sas.ac.uk/6103/.

11   Les travaux mentionnés ici ont la spécificité d’utiliser des archives du Web institutionnelles. Il faut évidemment aussi mentionner les nombreuses et précoces analyses du Web dans le champ des sciences de l’information et de la communication (voir Barats, 2013). Les chercheurs ont alors pour les besoins de leur recherche souvent réalisé leur propre conservation des pages web étudiées, notamment au moyen de captures d’écran. Ces archives créées par le chercheur lui-même sont intéressantes mais sortent du périmètre considéré ici.

12   Gephi naît dans le cadre du projet e-diaspora porté par Dana Diminescu. C’est un outil de visualisation de réseaux maintenant largement utilisé dans la communauté scientifique.

13   « […] le simple fait que ces collections numériques sont souvent des masses de données, qui ouvrent la possibilité de leur poser ou de répondre à de nouvelles questions, n’implique pas nécessairement pour autant de les approcher comme des masses de données. » (Notre traduction.)

14   Voir http://www.loc.gov/loc/kluge/news/save-web-2016.html.

15   http://rhizome.org/editorial/2017/oct/24/open-call-national-forum-on-ethics-and-archiving-the-web/.

16   Par exemple, « AoIR: Ethical Decision-Making and Internet Research de 2012 » : https://aoir.org/reports/ethics2.pdf. Voir plus généralement https://aoir.org/ethics/.

17   Voir l’article de 2013 dans TechCrunch de Gregory Fereinstein sur cette possibilité offerte aux jeunes de demander à leur FAI la suppression de certains contenus :

http://www.slate.com/blogs/xx_factor/2013/09/25/sb_568_california_digital_eraser_law_for_minors_is_unlikely_to_work.html

18   « La question qui se pose dès lors est comment pouvons-nous étudier de manière éthique les enregistrements de 7 millions de personnes ? » (Notre traduction.)

19   « Laisser les gens à l’écart n’est pas éthique non plus. Je suis tout aussi gêné à l’idée de laisser les voix des gens ordinaires complètement à l’écart des documents historiques quand il y a amplement l’opportunité de les inclure. Le passage à un processus d’opt-in complet conduirait probablement à des dossiers historiques dominés par des sociétés, des célébrités et d’autres personnes de pouvoir, des mâles tournés vers les technologies, et ceux qui souhaitent que leur figure publique et leur histoire soient perçues d’une certaine façon. » (Notre traduction.)

20   Voir par exemple les travaux de Paloque-Bergès (2017, 2018).

21   « La composition institutionnelle de l’IIPC, le niveau relativement élevé d’activité professionnelle en Amérique du Nord et en Europe occidentale et peut-être même la distribution de la couverture archivistique dans la Wayback Machine d’Internet Archive suggèrent que le fossé ne se limite pas au volume de contenu préservé, mais aussi à sa diversité. […] Tout cela pour souligner le besoin d’efforts communs pour élargir la base et améliorer la capacité des organisations d’archivage du Web, grâce à une combinaison d’outils locaux interopérables et de systèmes fournis par des tiers. » (Notre traduction.)

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr